Site de rencontres

Résumé : Kate Frickell a tout pour être heureuse, un mari, deux enfants, un super appart, pourtant elle ne l'est pas. Un jour elle se décide à faire appel à un site de rencontre

Genre Romance, Lemon, Yuri

Rating : MA

Note :Ecrit pour le défi " Une image en plein de mots" de Septembre 2012 sur cette image ci dessous. L'histoire est pas géniale mais j'étais pas inspirée

Site de rencontres

Kate Frickell remit nerveusement une mèche rebelle derrière son oreille avant de remettre pour la troisième fois du rouge sur ses lèvres pourtant déjà carmin. La jeune femme jeta un regard en direction de son ordinateur portable et hésita. Un mail serait facile à envoyer, il serait facile de décommander et de redevenir la mère et l’épouse comblée qu’elle était habituellement ou plutôt qu’elle semblait être.

 

Elle lissa nerveusement sa robe noire et se jeta un coup d’œil critique. Ses deux grossesses avaient laissées des traces sur ses hanches mais moins que pour la plupart de ses amies, ses cheveux mi longs étaient soigneusement discipliné mais la couleur laissait à désirer, elle devrait prendre rendez-vous chez le coiffeur. Mark détestait qu’elle ait l’air négligée. A la pensée de son mari, Kate grimaça et secoua la tête. Elle était folle, complétement folle d’être là ce soir, en grande tenue, tout ça pour assouvir le fantasme qui la poursuivait depuis ses quinze ans.

 

Sauf qu’à vingt-six ans, mariée et mère de deux enfants, il était un peu tard pour cela.

 

Kate se mordit nerveusement les lèvres, effaçant du même coup le rouge qu’elle avait mis tellement d’application à étaler un peu plus tôt. Son regard se posa à nouveau sur l’ordinateur et elle avança vers lui avant de se reprendre. Non ! Elle ne savait pas au juste comment ce genre de machin marchait mais elle n’avait pas envie de se connecter sur le site depuis chez elle. Si Mark venait à s’en rendre compte, il poserait des questions et elle ne voulait surtout pas ça.

 

Un regard à l’horloge.

 

Il lui restait une heure. Largement le temps de faire l’aller-retour jusqu’au web café du coin et décommander. A supposer que son rendez-vous consulte ses messages. Kate hésita.

 

La sonnerie stridente du téléphone retentit et elle sursauta.

 

Mark. Evidemment, ce ne pouvait pas être quelqu’un d’autre.

 

Sans se presser, Kate décrocha et la voix sévère de son mari emplit son oreille.

« Les enfants sont insupportables.

- Bonjour Mark. Je vais bien merci. »

Un silence puis.

«  Excuse moi chérie, c’est juste que Cassie et Daniel me mettent les nerfs à vif, tout comme ceux de ma mère. »

Kate retint un soupir.

«  Qu’est ce qu’ils ont encore fait ?

- Rien, laisse tomber, on gère. Et toi alors ? Ta réunion ?

- Super, mais je suis épuisée.

- Ok alors je vais te laisser, je te passerais bien les enfants mais…

- Ils regardent la télé, compléta Kate. Vous rentrez toujours samedi ?

- Oui à moins que tu te décides à filer demain après le boulot et à venir nous rejoindre. »

Kate grimaça à la pensée de devoir supporter sa belle-mère.

«  Je fais l’impasse, je suis trop crevée pour faire les trois heures de route, tu m’en veux pas ?

- Non… Ma mère sera déçue mais si tu es vraiment fatiguée…

- Je le suis Mark, coupa Kate.

- D’accord, d’accord… A samedi alors, profite de ta matinée pour aller chez le coiffeur, tu en as besoin. »

 

Clic.

 

Pas de je t’aime, ni de je t’embrasse… Mark quoi.

 

Agacée, Kate jeta un regard vers la pendule. Plus qu’une demi-heure, plus assez de temps pour décommander.

 

()()

 

Le cœur battant, Kate vérifia sa coiffure et ouvrit la porte, l’estomac noué.

 

Derrière, une jolie brune, jeune, les traits doux.

« Kate ? Demanda-t-elle. Je suis Joyce. »

Nerveuse, Kate songea qu’elle faisait plus âgée sur la photo du site, au moins son âge alors qu’en vrai Joyce faisait vingt, vingt deux ans.

«  J’ai apporté du vin, je peux entrer ? »

Sourire.

 

Kate, de plus en plus nerveuse s’effaça, et Joyce se débarrassa de son manteau, dévoilant une silhouette magnifiquement moulée dans une robe rouge.

«  Joli appartement, commenta Joyce. Fan de romans anglais ? Demanda-t-elle en regardant les livres qui encombraient la bibliothèque. J’aime beaucoup moi aussi.

- Oui, oui, je écoute, » commença Kate.

La brune sourit.

« Première fois ?

- Oui, » souffla piteusement Kate.

 

Les fossettes de Joyce se creusèrent un peu plus et elle lui prit la main.

«  J’ai ramené une bonne bouteille de vin, on va l’ouvrir, faire connaissance et après … on verra de quoi tu as envie.

- Merci, » souffla Kate avec reconnaissance.

 

()()

 

Joyce savait écouter. Kate s’en rendit compte au bout de deux verres et se retrouva en train de lui déballer toute sa vie. Mark, les enfants, Mark encore.

« Ça m’a l’air d’être un fameux con ton mari, commenta Joyce.

- Non, il n’est pas, commença Kate. En fait si, tu as raison, c’est un con. »

 

Les deux femmes rirent de concert et Joyce les resservit.

« Tu me plais bien Kate.

- Vraiment ? S’étonna cette dernière. Ça fait deux heures que je te bassine avec mes enfants et mon mari, ce n’était sans doute pas à ça que tu t’attendais…

- D’une certaine façon si… : Femme seule avec enfant chercher autre femme pour relation discrète. Je ne connais aucune femme plus seule qu’une femme mariée, » plaisanta Joyce.

Kate s’esclaffa et les resservit.

«  Je suis désolée, je ne sais pas ce qui m’a pris de passer cette annonce, je crois que je te fais perdre ton temps Joyce, excuse-moi.

- Je ne crois pas. » Murmura la brune.

 

Kate frémit alors que leurs doigts se touchaient et Joyce se pencha sur elle. Sans lui laisser le temps de protester, elle posa doucement ses lèvres sur les siennes. Un frisson agita les épaules de Kate et elle entrouvrit la bouche pour laisser le passage à la langue de la jeune femme. Le baiser s’approfondit, long, voluptueux, et Kate referma ses bras autour de Joyce.

 

Finalement, celle-ci s’écarta.

«  Je ne crois pas que tu m’as fait perdre mon temps Kate. Mais si tu veux arrêter maintenant…

- Non ! Je veux dire, balbutia Kate, perdue.

- Emmène-moi dans ta chambre, » souffla Joyce.

 

Eperdue de désir et la tête un peu retournée à cause du vin, Kate se leva et la guida jusqu’à la chambre qu’elle partageait depuis quatre ans avec Mark.

 

Là, elle se tourna vers Joyce, encore incertaine.

 

Sans hésiter, la jeune femme referma à nouveau ses lèvres sur les siennes et Kate sentit sa main glisser le long de sa robe pour défaire l’agrafe de son soutien-gorge.

« Je serais douce, souffla Joyce. Ferme les yeux. »

Kate obéit, tremblante, tandis que la bouche de Joyce descendait dans son cou, la main de la jeune femme caressa sa jambe et remonta jusqu’à sa cuisse.

«  J’adore les bas, » murmura Joyce.

Kate lui lança un regard perdu et Joyce caressa sa cuisse avant de frôler du bout des doigts sa petite culotte de dentelle.

 

Le cœur battant à tout rompre, Kate se sentit s’humidifier tandis que Joyce descendait la fermeture de sa robe.

«  Tu as de beaux seins, » murmura t’elle en écartant la dentelle.

Cette fois, Kate gémit alors que la langue de Joyce l’agaçait. Le corps tendu de désir, elle se pencha vers son amante et l’embrassa avec ardeur.

 

Joyce s’était débarrassée de sa robe à son tour et Kate sentit sa poitrine frôler la sienne. Une nouvelle vague de désir déferla en elle à la vue de sa poitrine opulente et Joyce sourit.

« Touche la si tu en as envie… »

Kate leva une main hésitante et caressa la peau chaude de Joyce tandis que cette dernière caressait lentement son clitoris.

« Oh… » Gémit Kate.

Jamais personne n’avait pris un tel soin d’elle, pas plus qu’elle n’avait éprouvé un tel désir. Le cœur battant elle empoigna les seins de Joyce à pleines mains, tandis que la jeune femme l’embrassait.

 

Allongée sur le lit, Kate gémit. Le désir devenait insupportable, elle était tellement excitée qu’elle ne demandait qu’une chose que cela cesse enfin, qu’elle soit soulagée.

«  Laisse-moi faire, » murmura Joyce.

La jeune femme glissa sa tête entre ses cuisses et Kate se sentit défaillir alors que sa langue passait lentement sur son intimité pour en essuyer les marques de désir qu’elle suintait depuis qu’elles avaient commencé.

«  Ferme les yeux et ne pense à rien d’autre qu’à moi. » Murmura Joyce avant d’aspirer doucement le clitoris de Kate puis de le relâcher.

 

Rouge brique, Kate poussa un râle un de plaisir tandis que la langue et les doigts de Joyce étaient partout, devinant sans peine les caresses qui lui étaient les plus délicieuses. Finalement, la bouche de Joyce recouvrit son intimité entière tandis que sa langue s’enroulait doucement autour de son bouton à vif. Kate ouvrit les yeux et poussa un cri de plaisir, son excitation redoublée par la vision de Joyce entre ses cuisses. La jeune femme s’activa et Kate sentit sa langue la pénétrer alors qu’elle jouissait bruyamment, son cri se répercutant dans l’appartement silencieux.

 

Joyce sourit et redressa lentement. Leurs bouches se trouvèrent à nouveau pour un tendre baiser et la jeune brune la fixa.

« Ca aussi c’était la première fois ?

- Je, oui, écoute, je, balbutia Kate, honteuse.

- Chut, tu n’as pas à être gênée pour ça. Ne t’en fais pas.

- Mais toi tu,

- C’était ta première fois Kate, la tienne seule, murmura Joyce. Moi et bien disons que si tu souhaites me revoir, je t’aiderai à te rattraper la prochaine fois. »

 

Kate déglutit.

« Joyce écoute…

- Je sais, j’ai été à ta place, sourit la brune en se rhabillant. Réfléchis et si tu es partante, rappelle-moi. »

Elle griffonna son numéro sur un bloc note et se pencha sur Kate qui, tétanisée, n’osait toujours pas bouger.

« J’adorerais que tu le fasses Kate. » Souffla Joyce avant de l’embrasser.

 

Samedi

 

« Putain, il y avait un monde fou sur la route ! Ragea Mark.

- Putain, répéta Daniel.

- Raaa c’est pas vrai ! Dans vos chambres les monstres. »

 

Assise sur le canapé, Kate les regarda se déshabiller et reçut machinalement les étreintes hâtives de ses enfants tandis que Mark se laissait tomber sur le fauteuil.

«  T’as fait quoi à manger ?

- J’ai commandé des cannellonis chez le traiteur, suffi de les mettre dans le four, répondit Kate.

- Putain, t’as même pas fait à manger ?

- Les enfants les adorent, je voulais leur faire plaisir.

- Ah… Et le coiffeur alors ? Tu sais Kate c’est plus possible cette dégaine, regarde toi… »

 

Kate se leva pour aller dans la cuisine tandis que Mark continuait d’égrener ses nombreux griefs.

«  Et… qu’est ce que c’est que ça ? »

Kate se retourna tandis qu’il brandissait le bouchon qui avait roulé sous le canapé.

«  Tu bois seule ? Vraiment alors là c’est le bouquet, je me casse le

- Non, Joyce est venue et elle a ramené une bouteille de vin. S’entendit répondre Kate.

- Joyce ? C’est qui cette Joyce ?

- Oh, une fille que j’ai rencontrée sur un site.

- Un quoi ???

- Un site de rencontre pour les passionnées de romans anglais, on a lié connaissance et elle me plait bien, répondit Kate le cœur battant à la pensée qu’il puisse découvrir son secret.

- Oh ces fadaises… Bah tant que tu ne m’obliges pas à supporter vos niaiseries… »

 

Kate le fixa longuement et finalement se décida.

«  Non, on a prévu de faire ça chez elle la prochaine fois, elle a plusieurs éditions originales qu’elle souhaiterait me faire voir.

- Génial, bon et ces cannellonis ils arrivent ? »

Kate se contenta de sourire et enfourna le plat.

 

Demain, elle appellerait Joyce. Elle jeta un regard à son mari qui était déjà plongé dans un match et songea qu’elle n’avait jamais pris de meilleure décision que lorsqu’elle s’était décidée à s’inscrire sur un site de rencontres pour assouvir son fantasme.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    Wizzette (jeudi, 30 août 2012 11:14)

    Il est bien ce petit OS.

  • #2

    JessSwann (jeudi, 30 août 2012 11:18)

    Merci, c'est gentil mais c'est loin d'être mon meilleur erf ( au moins je m'en rends compte)

  • #3

    Sk8euzenherb (jeudi, 30 août 2012 13:37)

    Tu te juges trop durement. Tu as, une fois de plus, réussi à bien retransmettre les états d'âmes de Kate, ses peurs et doutes.
    J'aime bien Joyce :)

    En bref, encore un très bon OS.

  • #4

    JessSwann (jeudi, 30 août 2012)

    Merci c'est gentil mais je maintiens que je ne l'aime pas celui ci (en fait j'en ai écrit un autre original récemment qui est plus dans mon style donc la comparaison erf voilà)
    Merciii au moins il aura plu à quelqu'un mdrrr

  • #5

    kaorilili (lundi, 17 septembre 2012 10:32)

    J'aime beaucoup. Très agréable à lire. C'est étonnant de voir ce que cela peut donné par rapport à l'image de départ. Je ne la trouvais pas facile mais à l'arrivé, elle s'intègre très bien dans le récit.

    Merci

  • #6

    JessSwann (lundi, 17 septembre 2012 10:45)

    Merci beaucoup d'autant plus que je n'en suis pas satisfaite :(
    Et pour l'image c'est sans doute la pire que j'ai eu à faire