Extrait

Cet extrait se situe tout au début du roman, au second chapitre...


« Navire en vue ! »

Le cri de la vigie amena un sourire sur les lèvres d'Edward et il fit un signe de tête à Fletcher. Ce dernier s'empressa de courir vers le bastingage, une longue-vue en main.

« Navire marchand, capitaine Murray. Compagnie des Indes Orientales, » annonça-t-il.

Le sourire du pirate se creusa un peu plus et il se retourna vers sa femme.

« Si nous voulons mettre Kiara à l'abri rapidement, il va nous falloir de quoi payer cette Mrs. Dollway... Celui-ci peine à avancer, ce qui signifie que ses cales sont bien remplies. Sans doute d'épices. Ce serait une bonne action de le délester d'une partie de sa cargaison. Qu'en penses-tu, ma chérie ? »

Katherine lui renvoya un sourire complice, soulagée qu'il se soit rendu à ses arguments. Sans un mot, elle tira son épée. Edward arma son pistolet et interpella son second.

« Branle-bas de combat ! Fais lever le pavillon anglais et je veux que tous ceux qui disposent d'une tunique rouge la revêtent. Y compris si elle est déchirée ou abîmée. Nous devons agir en douceur et éviter d'éveiller leur méfiance aussi longtemps que possible. Le soleil se lève à peine, la plupart de leurs hommes doivent encore être en train de dormir. Nous allons tenter de les prendre par surprise. Je veux tous les moucheurs sur le pont, ainsi que tous les hommes disponibles. Pour l'instant, quatre canonniers à la batterie. »

Fletcher, le visage fendu d'un grand sourire, s'empressa de répercuter les ordres et Edward se dirigea d'un pas rapide vers les réserves de poudre. Là, il croisa l'un de ses hommes.

« Sorgo, tu restes à bord pour veiller sur Kiara.

— Mais... Capitaine, commença à pleurnicher Sorgo.

— Tu auras la même part que les autres », l'arrêta net Edward.

Une expression ravie se répandit sur le visage de l'homme et Edward serra les dents. Ce type était tellement pleutre que c'était à se demander ce qui l'avait poussé à prendre le chemin de la piraterie. Sans doute la même chose que la plupart, un larcin qui l'avait mis au ban de la société honorable, songea-t-il avec un soupir.

« Papa ! Je veux venir avec vous ! »



Écrire commentaire

Commentaires : 0