Commentaires


Voici la page dédiée aux retours des lecteurs


Lia sur le blog Sélène raconte


"Je ne suis pas une grande fan de fantasy et j’en lis très rarement. Idem pour les histoires de pirates. Mais comme j’apprécie l’auteur, j’ai décidé de tenter de lire ce livre.
Et bien, une fois que je l’ai commencé, et que j’ai lamentablement échoué à prononcer le nom du dieu vengeur plus de deux fois d’affilées, je n’ai plus pu le lâcher.
Je suis environ à la moitié de ma lecture, et je fais l’effort de poser le livre le temps de donner mes premières impressions : déjà au niveau de la forme, rien à redire ou presque, je n’ai trouvé qu’une coquille (un « avait » à la place d’un « avant ») et deux mots soulignés, probablement par la beta de l’auteur (sa poigne se resserra sur son poignet). Bref des broutilles qui ne gênent absolument pas la lecture. Voilà pour la forme, rien à redire de plus, c’est bien écrit, fluide, on n’est pas noyé sous les descriptions et explications mais on n’est pas perdu non plus.
Ensuite l’histoire : hormis le fait que la quiche que je suis n’est pas capable de prononcer (et encore moins de retenir) les noms aztèques (de mémoire, hein, quand je les lis, ça va, je les reconnais), j’ai trouvé l’histoire riche avec une multitude de personnages dont les vies s’imbriquent les unes dans les autres. Avec un minimum de concentration (et Dieu sait que la concentration et moi, ça fait plusieurs) on s’y retrouve sans peine. Je n’ai pas eu besoin de retourner en arrière en me disant : mais c’est qui lui/elle déjà ?
Le personnage principal est Edward Murray, le descendant du conquistador qui a provoqué la colère du dieu aztèque. Après lui vient sa famille, puis les autres personnages.
Au niveau de sa famille, je suis très énervée contre Katherine (et aussi contre Edward pour le coup) à cause de leur attitude envers leur fille Kiara. J’ai l’impression que Kathy veut que sa fille vive comme elle-même a décidé de ne pas vivre en s’enfuyant. Elle lui achète des tenues qui non seulement ne sont pas de son âge et la font paraître bien plus jeune mais qui en plus sont tout sauf pratiques sur un bateau. Edward et Kathy clament que Kiara est maladroite et incapable d’apprendre à se défendre, mais elle n’a pas l’air si godiche que ça. Elle a surtout l’air maintenue de force dans une enfance qu’à 17 ans, elle a légitiment envie de quitter.
Le dieu aztèque est un vrai salopard, mais bon, en général, on s’y attend de la part de ce genre de dieu, surtout quand ils ont été contrariés.
Pour l’instant, il met en place ses pions et je ne sais pas bien où il veut en venir, mais tout a l’air de se dérouler comme il le veut, donc j’attends de voir où tout ça va nous mener, je reprends ma lecture et je reviens donner mon avis final quand j’aurais terminé.

Alors je reviens après ma lecture et je tiens à dire que je ne suis pas d’accord ! Cette fin est horrible ! On n’a pas le droit de laisser des lecteurs comme ça ou alors on a intérêt à écrire rapidement le tome 2 !
Et bien oui, je n’aime pas ce genre, je n’aime pas les pirates, je n’aime pas la fantasy, et j’ai quand même hâte de lire la suite !
"



Le 29 Novembre 2015


Sur le blog Viou et ses drôles de livres


"Une lecture paradoxale dans mon ressenti !

J'ai entamé ce roman très enthousiaste, contente de retrouver Jess Swann et sa plume dans un nouveau roman.
Voilà, j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. Le début est consacré majoritairement à un Dieu aztèque et sa vengeance sur une famille de descendants des conquistadors. Il leur reproche d'avoir détourner son peuple de son culte.
Donc un début assez fantastique, j'ai parfois un peu mal avec ce genre, c'est ce qui s'est produit ici. J'ai peiné, je me suis même demandée à un moment su je n'allais pas abandonner. Heureusement , dans ce premier quart, il y avait aussi des passages assez courts à ce moment là sur des humains et en particulier sur la famille de pirates Murray. Quand le récit se portait sur eux, j'accrochais sans peine. La curiosité et le fait que je n'aime pas abandonner m'ont permis de tenir bon.
Et là, les choses se sont inversées : la majorité du récit est alors consacré aux humains et à cette famille. Le Dieu aztèque au nom imprononçable n’apparaît alors qu'ici et là dans de courts chapitres. Heureusement, ces passages sont brefs car à chaque je retrouvais mon sentiment de départ.
Voilà le paradoxe  de cette lecture, des moments que j'ai adoré et d'autres où j'ai peiné.

Revenons à l'histoire.

Cette dernière est construite avec de nombreux personnages dont les histoires présentes et passées s'entrecroisent. Il y a de beaucoup de rancœurs, de rivalités, de non-dits, de l'aventure : oui on est avec des pirates , ne l'oublions pas !

J'ai beaucoup aimé découvrir comment tout ça s’imbriquait, les secrets des uns et des autres, comment des non-dits avaient conduits aux événements présents tout en gardant en tête que notre Dieu aztèque tire en partie les ficelles.

Je suis curieuse de connaitre la suite.

Les amateurs de fantastique, de piraterie et romance mêlée devraient trouver ici une excellente lecture.
 J'ai eu un peu de mal avec le côté fantastique, le reste m'a énormément plu et je garderai une impression positive de ce roman."



Le 04 Décembre 2015


Sur le blog Elodie Books

 

"Nous suivons une sorte de démon nommé Tezcatlipoca, qui veut absolument se venger de la famille Murray innocent ou pas Edward Murray, son fils, sa fille et sa femme vont en payer les frais, car la famille Murray a fait couler beaucoup de sang sur le territoire de Tezcatlipoca. Je ne peux en dévoilé d'avantage car l'histoire est complexe on ne comprend pas tout de suite, on apprend en allant de chapitre en chapitre et si j'en dévoile plus je vais spoiler. J'étais assez sceptique au début car les histoires de pirates je ne suis pas du tout fan. Mais au fil de l'histoire j'ai apprécier de plus en plus en omettant une légère répétition de certaines expressions ' le cœur sur le bout des lèvres ' et d'autres mais rien de bien grave. Je conseil donc ce livre aux personnes qui aime les histoires de pirates et la fantasy. J'ai également retrouver un morceau d'histoire du film Cœur de dragon, dans ce film le dragon peux partager la moitié de son cœur avec une personne qui est sur le point de mourir et si cette personne meurt plus tard le dragon meurt lui aussi, et bien j'ai retrouver exactement la même situation alors peut être est-ce une inspiration du film, si c'est le cas je dis bravo car ce film est une merveille, c'est toute mon enfance. :)
Concernant les personnages j'ai pas vraiment accrocher à part avec le fils Daniel mais malheureusement on le vois peu. Je n'ai pas accrocher avec les personnages, dans la simple déduction que j'ai d'ailleurs dite plus haut, je n'aime pas les pirates et là, pas un ce différencie de l'autre à part légèrement Daniel qui à choisi une autre passion, ont retrouve vraiment l'esprit et le caractère du pirate dans chacun des personnages et donc avec moi ça à fait un léger blocage. Mais l'histoire se tient et j'ai bien aimé on passe un bon moment pendant la lecture !

Ma note:

3,5/5"

 

 

Le 07 Décembre 2015


Malenia sur le blog Malenia dans ses livres


"Si vous êtes un fidèle du blog, vous aurez remarqué que ce n'est pas la première fois que je chronique un livre de Jess Swann. J'ai en effet déjà lu Constance et séduction, ainsi queAmour, orgueil et préjugés, deux réécritures de l’œuvre de Jane Austen, que j'avais beaucoup appréciées. Aussi, lorsqu'il m'a été donné la possibilité par les éditions Artalys (que je remercie) de découvrir Jess Swann dans un nouveau registre, j'ai tout de suite accepté. C'est une auteure que j'aime beaucoup, car elle a un style très poétique et vraiment très agréable.

L'histoire, ici, est bien loin de Jane Austen. C'est celle de pirates, de familles aristocratiques et d'un dieu Inca, Tezcatlipoca, qui cherche à se venger de la famille Murray. On le suit tout le long du livre dans ses manigances pour y parvenir. Je dois dire que c'est assez complexe. Il y a de nombreux personnages et des histoires "dans l'histoire" qui se mêlent et s’entremêlent.

Je n'avais jamais lu de livres de pirates auparavant et j'ai trouvé celle-ci plutôt intéressante. L'auteure n'a eu aucun mal à m'emporter dans ce monde qui ne m'était absolument pas familier, et je me suis laissée entraînée d'escales en escales avec un certain délice. Les personnages sont attachants et bien décrits. On a hâte, page après page, de savoir ce qui va leur arriver. Katherine Willborough, l'aristocrate devenue pirate, m'a tout particulièrement accrochée!

Ce qui m'a également conquise, c'est une narration très rythmée, avec beaucoup d'action et aucun temps mort. J'ai apprécié cela.

Mon seul bémol ira à la multiplication des lieux et des personnages, qui m'a vraiment gênée. Même si j'ai lu ce livre soir après soir, j'ai du plusieurs fois revenir en arrière pour comprendre qui était qui, et cela m'a parfois agacée. La légende de Tezcatlipoca m'a également été particulièrement indigeste, et je pense que je me serais aisément passée de ce Dieu, au profit d'une vengeance plus classique. (mais c'est un avis très personnel ^^)

Au delà de ça, j'ai été ravie de retrouver la plume de cette auteure, dont je compte lire très bientôt La dame aux papillons, et je pense que je me laisserai tenter par le Tome 2 du "Seigneur du Miroir fumant" sans aucun problème.

Bref, je conseille vivement ce titre aux lecteurs qui aime les livres bien écrits mais aussi à tout ceux qui, comme moi, ont horreur de s'ennuyer dans leur lecture!"



Le 11 Décembre 2015


Sur le blog Les livres en folie

 

"Mon avis : 5/5 Coup de Cœur

 

Je tenais à remercier la maison d'édition Artalys pour l'envoi de ce livre en service presse.

 

La couverture est vraiment très belle et c'est surtout grâce à cette dernière que j'ai eu envie de découvrir ce manuscrit. Le résumé en lui-même a été lu une fois le roman terminé puisque je ne voulais absolument rien savoir.

 

Ce n'est pas le premier livre de l'auteur que je lis mais j'avoue qu'il s'agit de mon préféré. En effet, j'ai adoré la façon d'écrire de Jess Swann pour ce livre et je me suis retrouvée entraînée au cœur de ce monde empli de pirates. Ce qu'il faut absolument savoir c'est qu'il s'agit d'une sorte de fan-fiction sur Pirates des Caraïbes. D'ailleurs, lorsque je suis parvenu à la moitié du roman, j'ai eu envie de regarder une nouvelle fois les quatre films pour me les remettre en mémoire.

J'ai vraiment eu l'impression de me retrouver au sein même du roman et j'ai vécu l'histoire en même temps que les pirates. Les décors sont bien écrits et il est facile de s'imaginer chaque endroit. Les scènes de combats font vraiment réalistes et je n'ai eu aucun souci à les imaginer. L'auteure utilise également un vocabulaire adéquat à un monde de piraterie !

J'ai dévoré cette histoire et j'ai été triste de quitter les personnages à un tel moment. J'ai vraiment hâte de pouvoir lire la suite afin de savoir ce qui va bien pouvoir se passer. Je n'ai malheureusement pas vu les pages passer et je suis parvenue beaucoup trop rapidement à la fin.

 

Tezcatlipoca est décidé à se venger de la destruction de son temple et il jette son dévolu sur Edward Murray, descendant d'Alonso De Alvaro, un Espagnol qui a souillé son autel sacré, et sur sa famille. Il va leur faire subir maints tourments afin de plonger Edward dans un monde empli de souffrances.

 

Il y a de nombreux personnages dans ce texte mais il est impossible de se tromper puisqu'ils sont tous différents. Je ne pourrai pas tous les présenter mais je vais parler de mes deux protagonistes préférés : Katherine et Philip.

 

Karine est un personnage que j'ai adoré car elle préfère se sacrifier afin d'aider ceux qu'elle aime. J'ai beaucoup de peine pour elle car dans ce tome elle n'a vraiment pas de chances. Malheureusement, j'ai trouvé qu'on ne la voyait pas assez à mon goût et j'aurai bien aimé la voir un peu plus.

Philip est un personnage très intéressant. Lui non plus n'a pas eu beaucoup de chances dans sa vie et c'est peut-être pourquoi je l'apprécie autant malgré ses actes. C'est quelqu'un qui a souffert dans sa vie et d'après moi, il mérite d'être un tranquille.

 

En conclusion un premier tome au top, j'ai adoré ce roman que je ne peux que vous recommander fortement. Si vous souhaitez plonger dans un monde de piraterie, ce roman est fait pour vous alors n’hésitez plus et plongez sans plus attendre dans le roman de Jess Swann."

 

 

Le 15 Décembre 2015


Sur le blog Passions d'Alessia

 

"Tout d’abord, je tenais à remercier les Editions Artalys pour m’avoir proposé un partenariat avec eux, donc celui ci est le premier SP que j’ai reçu :)

Dans la généralité j’ai apprécié cette lecture même si j’ai eu quelques soucis ! Je vous explique.
Tout d’abord, il y a des mots imprononçables x) exemple : Quetzalcoatl !! Qui m’ont vraiment posé soucis car à chaque fois je me disais, est-ce que c’est un mot différent et qu’est-ce que ça veut dire ? L’explication y était en début de page, mais sur une tablette c’est hyper compliqué de retrouver la page, de relire etc… Donc je conseillerai plutôt ce livre en format papier qui doit être plus agréable à lire !
Du coup vu que je m’embrouillais les pinceaux avec les noms, je ne savais plus qui était qui…
Au fil de l’histoire heureusement on arrive à se retrouver et donc a profiter des personnages !

Au niveau des personnages, j’aime beaucoup Katy avec son caractère fort qui a réussi à trouver sa place dans le monde de la piraterie !
Son mari Edward j’ai eu envie de la tuer à un moment donné lol ! Comme tous ceux qui ont du lire le livre je pense mais au final on sait des choses que eux ne savent pas alors on aimerait leur dire ^^
Kiara par contre m’a un peu couru sur le haricot, je pense savoir déjà avec qui elle va finir.

Livre plutôt sympa qui change de décor ! Je le conseil donc vivement sous forme papier :)

Note : 7,5/10 !"

 

Le 17 Décembre 2015


Sur le blog Pinklychee's Reading

 

"Je tiens une nouvelle fois  à remercier les Editions Artalys et Frédérique pour leur confiance, et pour cette nouvelle lecture. 
En 1521, les conquistadors profanent le Templo Mayor. La brillante civilisation aztèque s’éteint mais ses dieux subsistent dans l’ombre, et Tezcatlipoca, Dieu de la destinée, est décidé à se venger de la destruction de son temple.
Deux siècles plus tard, sa colère s’abat sur Edward Murray, descendant de Alonso De Alvaro, le premier Espagnol à avoir souillé son autel. Bien qu’étant un pirate, il s’est marié à une aristocrate, Katherine Willborough, qui lui a donné deux enfants. C’est cette famille que le dieu va chercher à détruire grâce à un plan tortueux, en plongeant Edward dans d’éternelles souffrances.
J'ai découvert Jess Swann avec La dame aux papillons que j'avais fortement apprécié, trouvant sa plume très poétique bien que l'histoire soit très sombre. J'avoue donc que j'étais très curieuse de découvrir cette histoire de pirates mâtinée de romance et de fantastique.
Tant qu'à en être au stade des confidences, j'avoue également que j'ai failli reposer ce livre dès les premières pages: un dieu aztèque au nom imprononçable, des personnages dont je ne comprenais pas qui ils étaient, j'étais complètement larguée et il a fallu que je relise trois fois le passage et que je prenne des notes pour tenter de m'y retrouver.

Une fois passé ce prologue quelque peu confus, j'ai commencé à m'habituer à ce texte et j'ai retrouvé avec grand plaisir la plume de Jess Swann. J'ai fait plus amplement connaissance avec les personnages, je me suis doucement laissée embarquer à bord du Dark Shark et je suis partie voguer vers les Caraïbes.

L'histoire imaginée par l'auteur est complexe, n'espérez pas tout saisir d'un seul coup! Tous les personnages sont inextricablement liés, il n'y en a pas un qui n'ait de lien avec les autres. D'ailleurs, j'ai parfois trouvé ça un peu too much, mais ce n'est que mon avis! 
Tezcatlipoca (à vos souhaits!) n'a aucun scrupule à se servir des uns et des autres, tous tour à tour se retrouvent impliqués dans sa vengeance envers Edward Murray. J'ai eu l'impression d'assister à une partie d'échecs grandeur nature où le dieu s'amuserait à placer ses pions humains avant de lancer la bataille finale. Tous les moyens sont bons pour faire souffrir le capitaine et le dieu n'hésite pas à tous les employer.

Vous l'aurez compris, Tezcatlipoca est loin de faire dans la dentelle, mieux vaut éviter de le contrarier! Jess Swann nous livre un vrai méchant que j'ai pris grand plaisir à détester.
Mes personnages préférés sont sans conteste Katherine et Philip, tous deux perdent beaucoup dans ce livre, j'ai eu l'impression qu'ils ont eu plus que leur lot de souffrances, et apparemment c'est loin d'être fini! J'ai apprécié Edward, mais sa façon de tirer des conclusions hâtives est assez énervante.
Juliet m'a fait pitié au début, puis peu à peu elle m'a tapé sur les nerfs, tout comme Eléna, que je n'ai pas pu encadrer. 
Même Kiara a fini par me sortir par les yeux! Je comprends sa souffrance, son envie d'exister enfin dans les yeux de ses parents, sa colère est légitime. Être tout le temps traitée comme une enfant quand on a dix-sept ans est pesant, mais son comportement étant loin d'être celui d'une adulte, il ne faut pas s'étonner de ne pas être considérée comme telle! 
J'espère juste pour elle que ses parents s'apercevront enfin qu'elle est là, qu'elle a grandi et qu'une confrontation lui sera offerte afin d'exprimer son point de vue et crever l'abcès! 
J'espère également qu'on en saura plus sur Dominic, dommage qu'on ne le voit pas plus...

Vous l'aurez compris, l'auteur a réussi l'exploit de décrire une galerie de personnages hauts en couleurs, avec chacun leur caractère. Je me suis attachée à eux, chacun m'a inspirée tout un tas de sentiments plus ou moins positifs. Ils sont malgré tout assez nombreux à montrer une certaine faiblesse de caractère qui sert à dessein les projets du dieu revanchard qui n'hésite pas une seconde à les utiliser.

Je tiens juste à pousser un petit coup de gueule: non mais c'est quoi cette fin? Jess Swann conclut son livre sur un cliffhanger aux limites du soutenable, et du coup je ne peux m'empêcher de vouloir la suite! Car si certains points m'ont un peu agacée et fait lever les yeux au ciel, je ne peux pas nier avoir passé un très bon moment avec ce livre. Autant par moments mon intérêt était un peu émoussé (notamment les moments avec Tez-machin-truc), autant à d'autres j'étais scotchée à ma tablette sans avoir envie de la reposer (surtout dans la deuxième partie).
Fans de romance, de Pirates des Caraïbes et de fantasy, je pense que ce livre devrait vous plaire, et vous le recommande sans hésiter!"

 

Le 23 Décembre 2015


Manon, sur Drukeness Books

 

"Lorsque j’ai vu le résumé de ce livre sur le site des Editions Artalys, j’ai immédiatement été intriguée. Voilà une histoire qui laissait supposer de l’action, des aventures et un dépaysement total ! Et je n’ai pas été déçue par l’intrigue imaginée par Jess Swann

Lorsque des conquistadors viennent piller et saccager son temple, le dieu maya Tezcatlipoca jure de se venger jusque sur leurs descendants. Parmi ces derniers, Edward Murray, pirate de son état. Sur terre ou sur mer, la machination ourdie par le dieu va bien au-delà de ce seul individu et foudroyer le destin d’une multitude de personnes. Ceux-ci ne sont alors plus que les jouets d’un destin qu’ils ne maitrisent pas.

J’ai beaucoup aimé Le Seigneur du Miroir Fumant. Jess Swann mêle habilement les genres et nous plonge dans une histoire captivante et pleine d’aventures. Pirates, dieux mayas et légendes se croisent ici pour nous livrer une intrigue qui flirte parfois avec le Pirate des Caraïbes imaginé par Disney, ce que j’ai beaucoup apprécié. J’était vraiment impatiente de voir les machinations préparées par Tezcatlipoca pour nuire à Edward Murray et sa famille. Ces derniers sont d’ailleurs loin d’être de simples pirates. Au fur et à mesure, le lecteur découvre leur passé et les liens qui les lient, indirectement ou non, aux autres protagonistes. Plus d’une fois, je me suis surprise à m’inquiéter des choix des personnages sachant que le dieu maya était à l’origine de ceux-ci et que le destin des Murray semblait inéluctable. 

Il y a une multitude de personnages aux personnalités très développées et recherchées et j’ai parfois eu du mal à m’y retrouver : les divinités mayas ont des noms assez compliqués et les relations entre les différents individus sont très complexes. Au final, ce ne sont pas les personnages principaux, Edward Murray et sa femme Kathy, que j’ai le plus préféré mais leurs enfants : Kiara et Dominic. Bien qu’ayant grandi dans l’ombre de leurs illustres parents, tout deux sont beaucoup plus complexes et intéressants qu’il n’y parait au premiers abords.

Les rebondissements sont nombreux et les coups de théâtre concernant le passé des personnages et leur lien sont légions. Le rythme de l’intrigue est soutenue et on ne s’ennuie pas un seul instant. Le seul bémol concerne les descriptions. Je trouve que celle-ci, bien qu’utiles, sont parfois un peu embrouillées me perdant en chemin sur quelques lignes. Mais on est tellement pressé de savoir ce qui attend nos héros que finalement ce n’est pas gênant en soi. 

Avec Le Seigneur du Miroir fumant, Jess Swann nous livre une histoire haute en couleurs faisant la part belle aux pirates et à l’aventure. J’ai vraiment hâte de savoir ce que l’auteur réserve à ses personnages. "

 

Le 1er Janvier 2016


Sur le blog Carobookin

 

Ce roman, je l'ai choisi par hasard, il m'a été envoyé par les éditions Artalys que je remercie infiniment. En parcourant leur catalogue je me suis dis, une histoire de pirate, pourquoi pas! Même si cette auteure m'est complètement inconnue, j'ai beaucoup aimé sa plume très poétique.

En ce qui concerne l'histoire, elle est très complexe, on suit le destin de la famille Murray, en particulier celle d'Edward et de sa famille, au prise avec le méchant Tezcatlipoca, qui cherche à se venger d'eux, car les Murray ont fait couler beaucoup de sang par le passé. Tout au long de l'histoire on le suit dans ses nombreuses tentatives de les détruire et croyez-moi, il fera tout pour arriver à ses fins.

Tel que mentionné auparavant, c'est une histoire très complexe, des personnages complexes et pleins de petites histoires qui se mélangent les unes avec les autres. Je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages mène si je dois dire qu'ils sont très bien exploités.

Au final, je crois que ce n'est pas un roman qui a été écrit pour moi et, même si j'ai aimé la plume de l'auteure, le reste m'a laissé plutôt froide. J'ai eu de la difficulté à le terminer en fait. Parfois il faut oser mais ça n'a pas fonctionné pour moi.

Note: 3/5"

 

 

Le 09 Février 2016


Cheshire Cat sur Au boudoir écarlate

 

"Tezcatlipoca, dieu aztèque, est furieux ! Les espagnols ont saccagé son sanctuaire, en ont violé les servantes et massacré les gardiens... Depuis, il fomente sa vengeance. De ceux qui lui ont volé ses serviteurs, il ne reste presque plus rien. Il n'a plus qu'un descendant mâle de ces minables conquistadors à punir : Edward Murray. Un seul mais non des moindres car son aïeul a été le premier à souiller son temple. Et deux siècles plus tard, il semblerait que Tezcatlipoca soit enfin parvenu à ses fins.
Cependant, c'était sans compter son frère, Quetzalcóatl, qui, tentant depuis des siècles de contrer ses desseins, parvient à intervenir grâce à Ehecatl, un de de ses prêtres déchus, ainsi qu'Izel, une des prêtresses de Tezcatlipoca ! Il se voit alors contraint de remettre le destin d'Edward Murray et de ses descendants entre leurs propres mains. Mais il n'est pas dit que c'était son dernier mot... Car Tezcatlipoca est certain de parvenir à se venger. N'a-t-il pas l'éternité pour cela ?

L'histoire se base sur une histoire de vengeance avec en toile de fond la mythologie aztèque (point qui m'a donné envie de découvrir ce livre). Ainsi, il est question du Tlalacalli, le vaisseau des âmes, qui, seul, pouvait naviguer dans les eaux sombres du Chicunauhapan (le « fleuve des morts », très proche du Styx égyptien), autrement appelé « Hollandais Volant », et dont le nouveau capitaine, le Tlaloc (passeur), est un certain Philip Oke, lequel rend Izel, la prêtresse de Tezcatlipoca, responsable de ce qui lui est arrivé : en effet, cette dernière est intervenue dans les destinées et c'est cela qui l'a conduit à ce « poste » et à se faire arracher le cœur.

Autres éléments de cette mythologie, ses divinités, dont le dieu Tezcalipoca, personnage rancunier que vous allez rapidement détester pour sa froideur et le fait qu'il est prêt à tout pour parvenir à ses fins. Il cherche en effet à se venger de ceux qui ont souillé son temple en s'en prenant à tous leurs descendants. Tezcalipoca n'intervient que peu en direct mais manipule les situations et les gens pour accomplir sa sinistre vengeance. Mais ce n'est pas le seul avec ces velléités vengeresses. D'autres personnages « humains » cherchent, au cours de l'histoire, à se venger d'une personne qui les a fait souffrir ou qu'ils rendent responsables de leurs malheurs.

Heureusement, il est également question dans ce roman d'amour, de fidélité et de nombres d'autres sentiments (jalousie, haine...) transitant par l'intermédiaire de personnages bien conçus avec des caractères bien trempés (le lecteur ne trouvera pas un personnage semblable à un autre). Ainsi, Edward Murray et sa femme Katherine (née Willborough) constituent un couple « fusionnel » qui donne l'impression à leur fille Kiara qu'ils se fichent de ce qui pourrait bien lui arriver... Mais c'était sans compter les intervenants extérieurs qui vont les séparer tous les trois : ainsi, suite à un abordage, Kiara est enlevée et Katherine emprisonnée. Que va-t-il donc advenir ? Tezcalipoca parviendra-t-il comme il le souhaite à ses fins ? Ou bien la famille devra-t-elle son salut à d'autres ou à elle-même ? Ça, je vous laisse le découvrir si l'envie vous en prend...

Cependant, quand bien même l'aspect mythologique m'a vraiment intéressée, il y a des choses que je n'ai pas réussi à comprendre, ce qui m'a laissé un certain sentiment de frustration à la fin du livre. Mais peut être trouverais-je des réponses dans la suite ? Je l'espère en tout cas.

Un autre regret que j'ai concerne l'alternance des histoires... En effet, à partir de la trame de vengeance de Tezcalipoca évoquée ci-dessus, se développent les histoires de plusieurs personnages qui bien que paraissant sans liens au départ vont finir par se rejoindre... mais trop lentement ce qui oblige parfois à revenir en arrière pour se rappeler ce qui s'est passé antérieurement. De plus, et bien que le style d'écriture soit « correct », il est un peu « haché » par moments et manque de fluidité, ce qui crée un manque d'articulation entre les événements qui se déroulent. Peut être est-ce volontaire mais cela devient parfois gênant.

Somme toute un roman qui m'a donné envie de me replonger dans la mythologie mais qui gagnerait probablement à « mûrir »..."
Le 12 Février 2016
Revenir en haut Aller en bas
 

Sur le Blog Mickaeline et ses livres 

 

"Autant le dire tout de suite, je suis passée complètement à côté de ce livre.

Pourtant, il me faisait de l’œil depuis, un moment. J'adore les histoires de pirates, sans doute mon côté garçon manqué, je connaissais la plume de l'auteure, que j'ai découverte avec"La dame aux papillons",  et qui avait su me convaincre.
 
Tous les ingrédients étaient donc réunis, pour que ce soit une lecture plutôt agréable, voir plaisante. Je l'ai commencé dans le train me menant à Paris pour le salon. Au bout de 2h de train, je n'avais parcouru même pas une trentaine de pages, revenant souvent en arrière. Je me suis dit, "Ok ma fille, tu es excitée, tu n'arrives pas à te concentrer, tu laisses la pression retomber comme un soufflet, et tu reprends calmement. "Ne voulant pas rester sur un mauvaise impression de départ, j'ai relu le peu que j'avais déjà parcouru. Rien à faire, je suis restée complètement hermétique.Dommage, car, il y a pourtant de l'action, entre les pirates, les Dieux Azthèques, et les nombreuses îles, le dépaysement est total. On voit peu à peu, la vengeance du Dieux Tezcatlipoca prendre forme. Il était intéressant de le voir tirer les ficelles, pour faire de simples marionnettes, de ces humains.
 
Il y a une multitude de personnages, mais je n 'ai pas réussi à m'attacher réellement à eux, seule la petite Kiara a éveillé mon intérêt avant de m'agacer profondément.

Je crois que c'est la première fois que je n'ai pas envie de tuer un auteur qui me laisse sur ma faim, à la fin. Je ne pense pas lire le tome suivant, car pour moi, il s'était une vraie lecture en souffrance, si je ne l'avais pas lue dans le cadre d'un partenariat, je l'aurais abandonnée.
 
L'histoire de ce dieu vengeur, est complexe et compliquée, de nombreux protagonistes interviennent, et les histoires, s'entremêlent. Pour l'apprécier, il vous faudra être patient et concentré. L'auteure à su recréer tout un monde, malheureusement, parfois trop de détails, tue le détail."

 

Le 27 Mars 2016


Francobello sur Booknode

 

"Un roman sympathique mais où règne parfois un peu trop de chaos. Dommage parce que j'aime assez ces histoires de pirates. Ceci étant j'ai quand même apprécié une bonne partie de ce livre"

 

Le 04 Avril 2016


Écrire commentaire

Commentaires : 0