Chapitre 9 Le retour de Lord Beckett

Il ne savait pas où il se trouvait. Une chaloupe l'avait déposé ici, conduite par un monstre comme ceux qui étaient dans ses livres d'enfant, le laissant seul dans une ville inconnue avec des personnes tout aussi étrangères. Cutler Beckett cligna des yeux, ébahi de sentir à nouveau la morsure tiède du soleil sur sa peau. Autour de lui, la ville grouillait et les passants le bousculaient avant de détourner le regard, le visage pincé devant sa crasse et sa puanteur.

 

Une chose le soulagea, c'est qu'au moins il reconnaissait la langue qu'ils parlaient, de l'anglais teinté d'un accent qu'il avait du mal à identifier. Avec un soupir frileux, Lord Beckett commença à marcher dans les rues, à la recherche d'une chose connue. Il ne comprenait pas comment il avait pu se retrouver ici depuis son petit bureau de la Compagnie des Indes où jamais personne ne s'arrêtait. Il se rappelait vaguement d'un prénom, David. Oui David était l'homme qu'il aimait mais il était mort … ou pas ? Cutler Beckett poussa un soupir de frustration, apeuré de se retrouver dans un endroit si hostile. Pourquoi avait il fallu que Davy Jones vienne le chercher dans son bureau ? Pourquoi lui !!!

 

Le cœur au bord des lèvres, Cutler Beckett se laissa aller contre le mur, désemparé de voir sa vie le fuir, les souvenirs se mêlant aux fantasmes. Avait-il vraiment été Lord ? Mais dans ce cas que faisait-il dans son petit bureau ? Et où était David ?? Et où était …

«  Jack. » Dit-il à haute voix en se souvenant des prunelles sombres de celui qu'il voyait chaque jour dans son réduit.

 

Une vieille femme d'origine hispanique s'approcha de lui et le prit familièrement par le bras, l'entraînant à sa suite.

« Ne reste pas ici. Tu n'es pas prêt. »

Cutler la dévisagea avec incrédulité.

«  Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ? Couina-t-il.

- T'aider. Viens. » Dit-elle en le poussant vers le port.

Là, elle le força à embarquer sur un navire qu'il n'avait jamais remarqué avant.

 

()()

 

Une fois à l'intérieur, Cutler Beckett la regarda avec angoisse.

« Est-ce que je vous connais ?

- Non, mais crois-moi tu as besoin de me connaître … » Sourît elle.

Cutler la regarda sans rien dire un moment puis la curiosité fut la plus forte

«  Vous savez qui je suis ?

- Bien sur. Tu es Lord Cutler Beckett … Directeur de la Compagnie des Indes à Port Royal. Ça fait vingt ans que tu as disparu. »

Beckett digéra la nouvelle en silence.

«  Les choses ont mal tournées pour toi. Tu t'es retrouvé au Purgatoire de Turner, revivant sans cesse ton passé le plus douloureux …

- Mon passé. Répéta Beckett.

- Raconte-moi ce que tu voyais. »

 

Beckett la regarda sans comprendre.

«  Et bien … ma vie quotidienne, le bureau des enregistrements. L'encrier renversé, du sang. De la souffrance.

- C'est un bon début. Tu as perdu la raison mais je vais faire en sorte que tu la retrouves. » Déclara posément la vieille femme.

Cutler éclata de rire à cette nouvelle. Perdu la raison, lui ? Alors qu'il avait vu des monstres, qu'il se rappelait de Jones, qu'il avait David … Non David était mort, Jack aussi. Non Jack... Mais qui diable était Jack ????

 

La femme l'observa patiemment et sourit de voir les sentiments se succéder sur son visage.

«  Bois ça. » Lui dit-elle en lui donnant une chope remplie d'un breuvage d'une odeur nauséabonde.

Cutler la regarda, encore plus égaré qu'avant, et but lentement la potion, songeant qu'il n'avait plus grand-chose à perdre.

 

()()

 

Une semaine avait passé lorsqu'il reprit conscience, le balancement régulier du sol lui apprit qu'il était toujours en mer. A ses côtés, la vieille femme releva la tête et lui sourit froidement.

«  J'ai cru que tu ne te réveillerais jamais.

- Je … j'ai dormi combien de temps ? Demanda Cutler qui se sentait étonnamment bien.

- Longtemps. Éluda la femme. Dis-moi qui est Margaret ? Tu l'as appelée dans ton sommeil. »

Cutler s'assombrit aussitôt et sentit la brûlure de la haine dans sa poitrine pour la première fois depuis longtemps.

«  C'était ma sœur. Elle est morte.

- Oh … S'étonna la femme qui n'ignorait pourtant rien de l'homme placé sous sa garde. Comment ?

- Elle s'est suicidée… » Murmura Cutler.

 

L'espace d'un instant, il revit clairement le soir où il était rentré chez lui et avait découvert sa sœur morte, une tasse emplie de mort au rat à ses pieds.

« Pourquoi ? Demanda la vieille femme.

- Jack. Jack l'a déshonorée … Puis il l'a abandonnée… Murmura Beckett d'une voix perdue. Jack Sparrow. S'écria-t-il d'un ton plus assuré

- C'est pour ça que tu lui en veux ? Tu as essayé de le tuer n'est-ce pas ? Tu as pris quelqu'un qu'il aimait, non ? »

Cutler plissa les yeux alors que les choses s'éclaircissaient dans son esprit.

«  Je l'ai marqué puis il s'est fait pirate. Des années à le retrouver … Et je l'ai tuée elle. » Murmura-t-il sans trop savoir qui était le « elle ».

La femme hocha la tête.

« Raconte moi ce dont tu te souviens … Je suis là pour t'aider. »

Cutler ferma les yeux.

«  J'ai passé des années à le chercher. Je suis devenu Lord. J'avais, j'ai une place importante … C'est bien ça ?

- Continue. »

 

Cutler réfléchit, des images se succédèrent dans son esprit. Une rencontre, un homme aux yeux sombres, l'envie qu'il l'embrasse. Puis Margaret. Morte. Le tison brûlant puis des années à le chercher. David. Son appui, leur rires, leur complicité. Et puis la vengeance doublée de l'ambition. Un autre tison et une femme cette fois. La fille du Gouverneur.

«  Elizabeth Swann… Je l'ai tuée. Déclara Beckett d'un ton où ne perçait nul remord.

- En effet. » Confirma la vieille femme.

Cutler sourit avant de lever son visage tremblant de larmes contenues.

«  Jack est mort aussi. Il a tué David.

- Et bien tu devais tuer Jack non ? Il a tué ta sœur … Enfin c'est-ce que tu crois.

- Ce n'est pas pour ça … Murmura Beckett. Je voulais le tuer parce qu'il ne voulait pas m'appartenir. »

 

Le regard brillant, la vieille femme se pencha sur lui.

« Alors tu voulais sa mort parce que tu le désirais ? »

Cutler gémit, sa tête résonnait des premiers mots que lui avait adressés Jack.

«  Il a pris ma sœur….

- Ce n'était pas lui. Trancha la femme.

- Quoi ??? S'exclama Beckett sentant cette fois sa raison vaciller pour de bon.

- Ta sœur a menti. Par jalousie sans doute. Jack ne l'a jamais touchée. C'est d'Oliver Monk dont elle était grosse… »

 

Cutler se décomposa, il se rappelait fort bien du fils élégant de son supérieur hiérarchique, de son attitude après la mort de Margaret, de la promotion qu'il avait obtenu la veille de son suicide.

«  Maggie … a menti ? Demanda-t-il d'une voix brisée.

- Parce qu'elle avait compris que tu aimais Jack. Peut-être même avant que toi tu le réalises.

- Je ne comprends plus… Murmura Beckett. Si ce que vous dites est vrai. Alors toutes ces années à le traquer je …

- Tu as perdu ton temps. Tu t'es fermé le cœur de Jack et de David. Et à cause de ça tu t'es retrouvé au Purgatoire.

- Le gamin… Murmura Beckett. Will Turner. Il a remplacé Jones. »

La femme lui sourit gaiement et hocha vigoureusement la tête.

«  Tu te souviens. Voilà ce qui a détraqué ton esprit … »

 

Une vive douleur se répandit sur le visage de Cutler alors qu'il se souvenait de tout. Jack et son regard confiant. Margaret et sa jalousie. David et son soutien. Puis la réalisation soudaine que toute sa vie il s'était trompé. Sur lui-même et sur les autres. Sur Jack. Il avait entraîné David dans une vengeance qui n'avait pas de sens, il avait perdu Jack.

« Qu'ai-je fait … » Gémit-il.

 

La femme se pencha sur lui et le prit doucement par l'épaule.

« Il n'est pas trop tard pour changer …

- Jack est mort. David aussi. »

La femme sourit légèrement.

«  Qui sait … Si tu avais une autre chance la saisirais tu ? »

Cutler hocha la tête.

«  Oui.

- Bien alors tu n'as plus rien à faire ici. Je vais te donner une bourse et te laisser repartir.

- Mais qu'est-ce que je vais faire ? S'affola Cutler.

- Et bien tu as ton libre arbitre non ? A toi de choisir ce que tu veux. » Murmura la femme.

 

()()

 

Deux heures plus tard, Cutler Beckett débarquait. Il ne se retourna pas sur celle qui l'avait aidé pas plus qu'il ne lui demanda son nom. Un sourire amer aux lèvres, il avança souplement sur le quai et poussa sans hésitations la porte du Bureau de la Compagnie des Indes. Lord Beckett était de retour.

 

()()

 

Sur le navire, la vieille femme alluma un cierge noir et soupira, attendant la voix de son maître. Lorsqu'elle sentit sa présence elle sourit et prit la parole sans attendre sa permission.

« C'est fait. Je me suis occupé de lui.

- Bien … Laissons le destin faire son œuvre à présent. » Ricana Tezcatlipoca avant de la congédier.

Chapitre 8                                                                                            Chapitre 10

Écrire commentaire

Commentaires: 0