Chapitre 18 Un second encombrant

Elizabeth, à la barre du navire léger qu'elle avait dérobé avec l'aide de Thomas Norrington, pesta une fois de plus contre le vent qui semblait s'entêter à lui être contraire. Depuis son évasion des prisons de Port Royal et l'emprunt du léger navire de la flotte royale elle n'avait pas une seule fois navigué dans le sens du vent et son frêle bateau était tellement ralenti que cela tenait du miracle que les soldats lancés à leur poursuite ne les aient pas encore interceptés.

 

Mais ça c'était le moindre de ses problèmes. Le pire tenait en deux mots : Thomas Norrington. Le jeune homme était certes charmant mais il ne lui avait pas fallu deux heures pour perdre définitivement le vernis policé du fils de Gouverneur qu'il était pour se transformer en un homme qui lui rappelait bizarrement Jack et qui le rendait plus redoutable encore.

 

Elizabeth fut sortie de ses réflexions par les mains chaudes de Thomas se posant sur ses hanches tandis que le jeune garçon l'embrassait légèrement dans le cou. Furieuse, Elizabeth se retourna et évita de justesse sa bouche.

« Je croyais que nous avions un accord Thomas ! Vous me libériez et en échange je vous emmenais. Rien de plus ! »

Thomas laissa glisser ses yeux sombres sur le corps d'Elizabeth. Il détailla sans la moindre pudeur les formes étroitement moulées dans la tunique de soldat qu'il l'avait forcée à revêtir, choisissant intentionnellement un modèle étroit qui la mettrait en valeur avant de sourire et de poser ses mains de chaque côté de la barre.

«  C'est vrai mais je demande à renégocier. »

Elizabeth le toisa et se mordit nerveusement les lèvres à la pensée du temps qu'elle perdait à discuter avec ce gamin au lieu de retrouver son mari et sa fille.

« Un accord est un accord … James ne t'a donc rien appris petit ? Demanda-t-elle d'un ton méprisant.

- Si. Sourit Thomas sans se laisser démonter.

- Alors pourquoi devrais-je revenir sur celui-là ? » Répondit Elizabeth qui tentait de se dégager des bras qui la maintenait contre la barre.

 

Thomas sourit à nouveau s'approcha encore un peu plus d'elle, son bassin frôlant le sien.

« Parce que j'ai très envie de faire l'amour en pleine mer sur le pont d'un navire. »

Estomaquée, Elizabeth ouvrit la bouche pour répondre tandis que Thomas la fixait avec un désir manifeste.

«  On est tous seuls ici. Personne ne le saura. J'ai envie de goûter le sel sur tes lèvres, Elizabeth. Et tu en as envie aussi. » Continua Thomas d'un ton sur de lui en s'approchant encore d'elle.

La main d'Elizabeth s'écrasa sur sa joue, attirant sur son visage une grimace mécontente. Furieuse, elle s'approcha de lui, sa main cherchant instinctivement une arme.

« Premièrement petit, je te prierais de garder tes distances et ne pas me tutoyer. Deuxièmement, tu ne me plais pas et tes tentatives de séduction minables n'ont aucune chance d'aboutir. Troisièmement tu ne fais pas le poids contre mon mari. Et …

- Quatrièmement ? Proposa Thomas, un sourire sûr de lui aux lèvres.

- Pour finir, j'ai l'âge d'être ta mère !!! » S'exclama Elizabeth qui songea en son fort intérieur que le jeune Norrington était loin d'être aussi empoté que son père.

 

Thomas recula, une moue déçue aux lèvres.

« Moi qui vous croyais libre. Finalement vous n'êtes que comme ces bourgeoises ennuyeuses qui peuplent les salons de Port Royal. Encore qu'elles soient parfois plus divertissantes que vous. Au moins elles ne rechignent pas à faire l'amour et se moquent de mon âge.

- Grand bien t'en fasse Thomas. Je me demande juste ce que ton père pense de tout cela. L'homme que je connaissais avait de l'honneur, il m'est pénible de voir que son fils n'en a pas.

- Venant d'un pirate ce doit être un compliment… »

Elizabeth souffla bruyamment, folle de rage et barra sans douceur leur navire.

« Tu débarques à la prochaine escale.

- Laisse-moi te faire l'amour et je te laisserai tranquille. »

Elizabeth lui lança un regard noir et lui tourna le dos, fatiguée d'argumenter.

« Je croyais que la liberté c'était de faire ce qu'on veut quand on veut… » Murmura Thomas dans son dos.

Elizabeth resserra ses mains sur la barre.

« En effet. Et moi, je croyais que c'était la liberté que tu voulais Thomas.

- Oui. Souffla Thomas en s'approchant d'elle. La liberté et toi. » Déclara-t-il en posant à nouveau ses mains autour de la taille d'Elizabeth, sans toutefois oser les remonter jusqu'à ses seins, plus excité que jamais.

 

Jamais aucune femme ne lui avait résisté comme celle-ci qui brandissait sans cesse son âge et son mariage entre eux comme la plus bigote des matrones de Port Royal. Depuis le début de leur voyage, il avait tenté plusieurs approches, devinant un tempérament de feu chez cette femme d'expérience à l'apparence de jeune fille qui était à la fois pirate et lady mais aucune n'avait aboutie ce qui exacerbait encore son désir d'elle.

 

Elizabeth se retourna lentement vers lui, un vague sourire aux lèvres tandis qu'elle frôlait sa bouche et Thomas sentit son cœur accélérer en sentant la main caressante d'Elizabeth descendre le long de son torse.

«  Faire l'amour hein ? Demanda-t-elle en frôlant toujours sa bouche.

- Laisse-moi te faire l'amour une fois et je te laisserais tranquille. » Promit Thomas.

Elizabeth sourit, sa main continua sa progression jusqu'à son entrejambe tandis que Thomas soupirait légèrement à son contact. Enfin il allait la posséder. Il savait qu'elle craquerait. Les yeux dans les siens, Elizabeth approcha légèrement sa bouche de la sienne et Thomas ferma les yeux pour savourer le baiser qu'elle allait enfin lui donner.

 

Deux secondes après il les rouvrait en gémissant de douleur pendant qu'Elizabeth le dévisageait avec froideur. Sa main serra sans pitié son entrejambe avant de le faire gémir avec une brusque torsion du poignet.

«  C'est Madame Sparrow, Thomas. Et si tu me touches encore une fois, je serais la dernière femme à laquelle tu pourras faire une telle proposition. Pigé ? » Demanda-t-elle en tordant violement les bourses qu'elle tenait dans sa main.

Les larmes aux yeux, suffoqué par la douleur, Thomas hocha la tête et Elizabeth le relâcha doucement avant de lui tapoter la joue.

«  Bien … Tu vois, nous avons renégocié comme tu le voulais Thomas. Applique bien les règles ça ne me ferait pas plaisir de te transformer en eunuque. Sourit Elizabeth en se détournant vers la barre. Du reste tu t'arrêtes à la prochaine escale. Je me débrouillerai sans toi. »

 

Derrière elle, plié en deux par la douleur, le visage congestionné Thomas grimaça avant de s'éloigner. Il n'avait pas dit son dernier mot et il avait toujours aimé les chevaux sauvages que son père lui donnait à dresser. Il aurait cette Elizabeth Sparrow…

 

()()

 

Quelques heures plus tard, Thomas et Elizabeth débarquaient sur une île des Caraïbes et la femme sourit de reconnaître l'un des ports où Jack était connu.

« Adieu Thomas. Lâcha-t-elle avec désinvolture en sautant à terre.

- Mais attendez… » Commença le jeune homme, furieux de son renvoi.

Sans faire attention à lui, Elizabeth avança dans les rues et grimaça de sentir les regards hostiles sur elle. Tout ça à cause de l'uniforme. Il lui faudrait donc trouver de nouveaux vêtements, une arme et un équipage. Ça faisait beaucoup. Enfin dès qu'elle aurait trouvé le Pearl elle laisserait bien sur le navire de la Navy au second ce qui jouerait en sa faveur.

 

Elizabeth se faufila dans une arrière-cour et s'empara avec rapidité d'une robe qui pendait là et qui était à peu près de sa taille. Sans attendre, elle se changea et se débarrassa rapidement des vêtements de la Navy qu'elle portait. Caché derrière un drap et ne perdant rien du spectacle, Thomas se félicita de l'avoir suivie tandis qu'elle revêtait rapidement la robe simple qu'elle s'était trouvée. Bien sur ce n'était pas aussi bien qu'une chemise et un pantalon surmontés d'un tricorne… Mais c'était beaucoup mieux qu'un uniforme de la Navy.

 

Elizabeth se dirigea ensuite vers une taverne où elle chercha des yeux une des connaissances de Jack. Thomas la suivit, admirant la manière dont la robe simple tombait sur ses hanches. Il sourit en voyant Elizabeth s'asseoir sans façon à la table d'un homme et avaler d'un coup sa chope de rhum. Sans se gêner il vint s'asseoir à coté d'elle et Elizabeth tourna un regard agacé vers lui.

« Va-t’en Thomas.

- Qui est-ce ? Demanda l'homme en face de qui Elizabeth avait pris place.

- Personne. Répondit Elizabeth agacée

- Son second. Dit au même moment Thomas.

- Sûrement pas. Rétorqua Elizabeth avant de se retourner vers l'homme. Alors, savez-vous où se trouve le Black Pearl ? »

L'homme haussa les épaules.

«  On m'a dit qu'on l'avait aperçu à Tortuga. »

Elizabeth fit la moue.

« Non sûrement pas …

- Pourtant on m'a parlé d'un Sparrow à Tortuga, insista l'homme

- Dominic vit là-bas. » Lâcha Elizabeth d'un ton brusquement crispé.

 

A ses côtés, Thomas ne bougea pas et se força à observer un calme qu'il était loin de ressentir. Il lutta contre l'envie de glisser la main sous la robe d'Elizabeth, sachant avec certitude qu'aucun sous vêtement n'entraverait sa progression.

« Ah …. Sinon on a parlé de Singapour.

- Singapour ? Demanda Elizabeth, Singapour … c'était sûrement là bas qu'il avait du aller pour retrouver Kiara… Songea-t-elle. Savez-vous si Kiara était avec lui ? »

L'homme haussa les épaules et Elizabeth soupira avec découragement.

« Soit Singapour… C'est mieux que rien. Dit-elle en se levant. Merci. Je trouve un équipage et je me rendrais là bas. »

 

Thomas se leva à sa suite et Elizabeth se retourna avec acrimonie.

« A quoi joues-tu ?

- Vous allez donner le navire que vous avez volé avec mon aide au second quand vous aurez retrouvé le Black Pearl. Je n'ai pas envie qu'un autre profite de mon larcin. Déclara calmement Thomas ce qui amena un sourire sur les lèvres d'Elizabeth.

- Pour un fils de Gouverneur tu as de bonnes dispositions pour devenir pirate. Commenta-t-elle finalement.

- Je vous l'ai dit nous nous ressemblons beaucoup vous et moi. Répondit Thomas en posant un tricorne qu'il avait dérobé un peu plus tôt sur le crâne d’Elizabeth. Parfaite, Capitaine ! » Sourit-il.

Elizabeth réfléchit un long moment, puis haussa les épaules et se détourna dans une envolée de jupon bleu ciel.

«  Tu sais ce que tu risques si tu m'approches. »

Derrière elle, Thomas sourit. Il avait gagné, elle le gardait avec lui.

 

Elizabeth avança, perdue dans ses pensées, plus troublée qu'elle ne voulait l'avouer par la présence de ce jeune homme qui ne cessait de lui indiquer son désir sans la moindre subtilité. La bouche tremblante elle songea une fois de plus à sa famille. Ils lui manquaient tous. Elle ne s'inquiétait pas pour Dominic, le sachant de taille à se défendre et en sécurité à Tortuga contrairement à Kiara. Elizabeth sentit son cœur se serrer à la pensée de sa fille. Où était-elle ? Jack l'avait-il seulement retrouvée ? Elle soupira lourdement et pria pour qu'il l'ait retrouvée… Que sa petite fille soit saine et sauve. Kiara et Dominic lui manquaient. Jack aussi. Ses bras, sa chaleur rassurante lui manquaient tout comme son sourire et ses mains sur elle…

«  A quoi pensez-vous ? L'interrompit Thomas devant son air brusquement adouci.

- A mon mari. Répondit sèchement Elizabeth. Et à mes enfants.

- Oh. » Murmura-t-il, déçu.

 

A cet instant, un homme sortit de nulle part, se précipita sur Elizabeth et la plaqua violemment contre un mur.

«  La v'la la voleuse ! S'exclama-t-il en désignant la robe. Je vais te forcer à me rendre ça moi tu vas voir. »

Avant qu'Elizabeth ait eu le temps de trouver une parade, Thomas posa son pistolet sur la tempe de l'agresseur.

« Je ne crois pas Monsieur. Dit-il d'un ton poli. Je crois au contraire que vous voulez dire que vous êtes ravi d'offrir cette robe à Madame Sparrow. »

L'homme rougit et bredouilla avant de relâcher Elizabeth et de détaler, partant vraisemblablement chercher de l'aide. Elizabeth dévisagea Thomas avec étonnement.

« Je peux savoir d'où sort cette arme ?

- Ne me dites pas merci surtout… Grommela le jeune homme. L'arme, je l'ai volée à mon voisin de table à la taverne. »

 

Elizabeth, la bouche ouverte sous la surprise, le regarda longuement avant de prendre le parti de sourire.

«  Tu sais que ton éducation laisse vraiment à désirer Thomas. »

Le fils du Gouverneur Norrington lui sourit en réponse.

« Vous n'imaginez pas jusqu'à quel point… » Susurra-t-il en glissant ses yeux sombres sur son corps, la faisant frissonner.

Elizabeth rougit brièvement avant de continuer à avancer vers le navire.

« Allez dépêche-toi Thomas. Même ton pistolet ne pourra rien contre une horde de villageois armés et je n'ai pas l'intention d'avoir échappé aux geôles de Port Royal pour me retrouver violée dans un coin. Je dois retrouver ma famille. »

 

Thomas ne répondit rien, un sourire joyeux sur les lèvres. Il embarquait encore une fois seul avec elle. Bientôt elle ne pourrait plus lui résister, songea-t-il en suivant des yeux la silhouette mince moulée dans la robe bleue. Le tricorne qu'il lui avait offert surmontait crânement ses longs cheveux blonds et lui donnait l'air encore plus pirate que dans les geôles de Port Royal. Et la rendait encore plus désirable. Avec diligence, il leva l'ancre, ravi de voir l’île s'éloigner peu à peu. Il espérait bien aller jusqu'à Singapour avec elle… En faisant quelques escales dans son lit.

Chapitre 17                                                                                           Chapitre 19

Écrire commentaire

Commentaires: 0