Epilogue

Le temps passa et fit son œuvre. Dans les bras des hommes et dans la fange de leurs étreintes, elle oublia Cornwallis, la Fleur de la Mort, l’orphelinat Sainte Mathilde, la maison de Madame Gloria. Dans le fond des verres qu’elle buvait, elle laissa le souvenir des Mac Drache, d’Arabella, de Reece, de Will, d’Isabella et, quand elle avait de la chance, de Jack Sparrow lui-même. Au bout d’un moment, à force de ne répondre qu’au nom de Scarlett, elle oublia même Rebecca.

 

Jamais elle ne prononçait son véritable prénom pas plus qu’elle n’avait confié son secret. Après tout qui s’en souciait ? Pas les marins qui lui payaient à boire, ni ceux qui la prenaient et haletaient sur son corps à vendre. Rebecca n’avait pas d’amies, elle avait des compagnes de routes, des femmes qui avaient été belles et à sa place un jour et dont le visage était à présent usé par les années et les étreintes. Son avenir était tout tracé. Comme ces femmes, elle exploiterait son corps jusqu’au bout puis s’installerait dans une petite maison près du port qu’elle partagerait avec une catin plus jeune qui lui donnerait de l’argent en échange d’une chambre. Un avenir sans lumière, une vie aussi solitaire que celle d’Arabella. Sauf que contrairement à sa mère, elle n’aurait jamais ni mari, ni enfant. Les rêves d’une vie heureuse dans une petite bourgade où on l’appellerait madame et où elle échangerait des confidences ou raconteraient des anecdotes sur ses enfants à ses voisines étaient morts lorsque Jack était parti.

 

Elle avait tout oublié sauf le pirate qui lui avait volé ses rêves et sa dernière parcelle d’espoir. Pourtant, au fond d’elle, comme beaucoup des filles qu’il avait laissées derrière lui, Rebecca se disait parfois qu’il reviendrait pour l’emmener sur les flots à bord de son fameux Black Pearl.

 

Au contact des autre putains et des marins, elle avait abandonné les quelques restes de l’éducation d’Arabella. La cervelle rongée par le rhum et les nuits sans sommeil, Rebecca oublia même les histoires et les lectures. Pour la première fois de sa vie, elle se coula dans le moule de la misère dans laquelle elle vivait.

 

Elle avait revu le vieil homme qui tenait la taverne de la Fiancé Fidèle, il s’appelait Smith mais jamais il ne lui vint à l’esprit qu’il puisse être le père d’Arabella et le mari abandonné de Laura. Elle fit de la taverne son terrain de chasse et y passait ses soirées et parfois même ses jours à boire et à passer d’hommes en hommes. Aidée par l’alcool, Rebecca s’habitua à la crasse des marins qui rentraient au port après des mois passés en mer et aux pratiques les plus dégradantes dont elle avait ignoré l’existence chez Madame Gloria.

 

Jour après jour, Rebecca rentra dans le moule de son existence et rapidement ses traits perdirent l’innocence enfantine qu’elle avait gardée, son visage usé par les excès d’alcool et de sexe.

 

Six mois après son arrivée à Tortuga, Rebecca était méconnaissable, le visage peint de blanc et les lèvres rouges, elle trainait sa vieille robe maintenant usée dans les ruelles en quête d’un homme pour lui payer de quoi boire, lorsqu’elle entendit une voix familière.

 

Rebecca sursauta et dédaigna la femme avec qui elle marchandait une pinte pour se retourner. IL était là.

 

Jack Sparrow.

 

Contrairement à elle, le pirate n’avait pas changé et arborait une mine réjouie et un sourire aussi ravageur que trompeur. Tremblante de rage, Rebecca s’approcha de lui.

«  Nous avons besoin d’un équipage. » Expliquait le pirate.

Rebecca le fixa, suffoquée par son culot.

«  Jack ? »

Le pirate se retourna et pendant une fraction de seconde, elle put lire son mépris dans les yeux sombres qu’il posait sur elle puis il sourit.

«  Scarlett, ma belle »

Sans lui laisser le temps de mentir à nouveau, Rebecca le frappa de toutes ses forces avant de lui tourner le dos avec toute la dignité dont elle était capable.

 

Elle entrevit pendant une fraction de seconde le visage surpris du jeune homme qui accompagnait son lâche amant mais n’y prit pas garde. Du reste, l’eut elle fait qu’elle n’aurait pas reconnu le frère qu’elle croyait mort dans le compagnon de Jack.

 

En effet, William Turner et son souvenir étaient morts en elle comme tout le reste lorsqu’elle avait oublié Rebecca Turner pour devenir Scarlett la catin.

 

 

 

 

FIN

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    JessSwann (lundi, 23 janvier 2012 09:35)

    Voilà, Rebecca est désormais finie… Un grand merci à tous ceux qui ont lu et commenté : Holly Sparrow,Miss33, Elo, Micro, Muchu, BlackHeart & Emeline.
    J’espère que cette histoire vous a plu. Pour la suite et bien vous pouvez toujours lire Ce que son cœur désire et découvrir une nouvelle fiction longue cette fois dans l’univers de Twilight ( si, si) à partir du 13 Février :)

  • #2

    emeline (lundi, 23 janvier 2012 18:18)

    de rien