Chapitre 5 Madame Gloria

Rebecca franchit les portes de l’orphelinat pour la première fois en huit ans sans le moindre regret. Alors qu’elle partait, la Mère Supérieure, sans doute prise de remords tardifs, tenta de la rattraper.

«  Rebecca mon enfant, Sœur Marie de la Compassion est venue me parler, es-tu certaine que tu veux nous quitter ? Avec tes dispositions pour l’étude et le silence, tu serais un soleil pour notre communauté. Pourquoi ne pas rester et nous aider à nous occuper des pauvres âmes que nous avons en charge ? »

La « nouvelle mère » de Rebecca cilla et sa bouche prit un pli mécontent mais Rebecca répondit avant qu’elle ait eu le temps d’objecter.

«  S’occuper des pauvres âmes ? Vous appelez comme ça ? Vous m’avez forcée à renier mes parents, à oublier même leur existence !

- Rebecca ! S’exclama la religieuse, choquée.

- Vous appelez s’occuper le fait de nous faire balayer la cour et de vendre nos cheveux pour faire des perruques pour les riches ?

- Rebecca, répéta la Mère Supérieure, rouge de honte.

- Personne ne voudrait rester dans un endroit aussi crasseux ! Vous dites que vous vous occuper de nous mais c’est faux. Vous vous servez de nous pour faire vos corvées et enrichir votre putain de communauté de bienfaisance !! » Ragea Rebecca.

 

Suffoquée, la Mère Supérieure lui lança un regard mauvais tandis que la femme qui avait choisi Rebecca étouffait un rire. C’en fut trop pour la Supérieure qui avança vers la jeune fille.

«  Lorsqu’on sort d’une fange comme la tienne, il est encore trop bon de trouver un asile comme celui que nous t’avons procuré. Nous avons tenté de sauver ton âme Rebecca mais il faut croire que les germes du vice sont plus tenaces encore que ce que je ne le pensais. Pars donc, enfonce-toi sur les chemins du péché, mais ne viens pas dire que nous ne t’avions pas prévenue lorsque la justice divine te rattrapera. Quant à la justice des hommes, sans doute te rattrapera-t-elle avant comme elle l’a fait pour ton père. »

Rebecca hoqueta et pendant une fraction de seconde, elle revit le corps de Reece au bout d’une corde. Des larmes irrépressibles montèrent à ces cils et la femme qui l’avait emmenée intervint.

«  Je crois que les adieux ont assez duré, viens avec moi ma fille. »

Rebecca hocha la tête et lui emboita le pas sous le regard fermé de la religieuse.

 

Les deux femmes avancèrent quelques mètres en silence et Rebecca songea avec inquiétude qu’elle ne s’était sans doute pas montrée sous son meilleur jour à sa nouvelle protectrice. Honteuse, la jeune fille retint ses armes avec difficultés et la femme se tourna vers elle.

«  Tu as raison sur cet orphelinat, c’est un endroit odieux. »

Surprise, Rebecca la fixa.

«  Mais, sans eux, je ne pourrais pas facilement trouver des filles telles que toi, sourit la femme. Je suis Madame Gloria. »

 

Rebecca bredouilla tandis qu’elle l’enjoignait à monter dans un carrosse luxueux.

«  Nous allons retourner à mon auberge, la première chose à faire est de te décrasser et de te trouver des vêtements potables. »

Rebecca rougit et Madame Gloria fit signe au cocher d’avancer.

 

()()

 

L’auberge dans laquelle Madame Gloria était descendue était aussi luxueuse que sa tenue et son équipage et Rebecca se sentit encore plus mal à l’aise.

«  Vous êtes une duchesse ?  demanda-t-elle avec inquiétude.

- Oh non ma petite. » Rit Madame Gloria, amusée par sa naïveté.

Alors qu’elles pénétraient dans une chambre cossue, un homme maigre vint à leur rencontre.

«  Qu’est-ce que tu nous ramènes Gloria ?

- Pas grand-chose, enfin j’ai trouvé une nouvelle fille, Rebecca. » Déclara t’elle en désignant la jeune fille.

 

L’homme posa un regard scrutateur sur elle et la jeune fille se sentit rougir.

«  Elle est plus vieille que celles que tu ramènes d’habitude.

- Oui, elle sera plus vite prête à l’emploi, répondit Madame Gloria. Et ne me dis pas que tu n’as pas remarqué ce beau visage et ces cheveux !

- Si….. Mais à son âge….

- Examine-la dans ce cas. »

Surprise par cet étrange échange, Rebecca regardait alternativement le couple et Madame Gloria se tourna vers elle.

«  Un bain chaud t’attend dans la pièce voisine, vas-y et pose tes vêtements devant la porte, nous allons bruler ces horreurs. »

 

Rebecca, désireuse de plaire et de rattraper la mauvaise impression qu’elle avait dû faire au premier abord s’inclina.

«  Oui Madame. »

 

()()

 

L’eau était tellement chaude qu’elle la brûlait presque et Rebecca savoura sans réserve le baquet qu’elle avait pour elle seule, un plaisir inédit après avoir passé des années dans la promiscuité des autres pensionnaires de l’orphelinat. La jeune fille se servit largement du savon odorant que les servantes avaient pris la précaution de disposer et des larmes montèrent à nouveau à ses yeux en en reconnaissant l’odeur. C’était la même que celui dont Arabella usait pour ses enfants.

 

Rebecca chassa résolument une larme et se savonna copieusement, heureuse de voir l’eau se teinter de sombre à mesure qu’elle se débarrassait de l’odeur de l’orphelinat. Au bout d’un moment, Madame Gloria pénétra dans la pièce et la jeune fille la regarda avec inquiétude. Sans doute avait-elle été trop longue. Comme pour confirmer son angoisse, Madame Gloria lui tendit une serviette.

«  Sèche toi et enroule toi dans la serviette. »

 

Rebecca obéit sous l’œil intéressé de Madame Gloria.

«  D’où te vient cette marque ? » Lui demanda-t-elle en indiquant une cicatrice sur sa cuisse.

Les souvenirs remontèrent une fois de plus dans la mémoire de Rebecca et elle répondit d’une voix étranglée.

«  Je me la suis faite en sautant d’un arbre, Will devait me rattraper mais il a trébuché.

- Will ?

- C’est, c’était mon grand frère… Maman l’a grondé pendant des heures après ça.  Souffla Rebecca avant de se reprendre. Pardon Madame, je sais que je ne dois pas parler de ça.

- Pourquoi tu ne devrais pas ? » Demanda Madame Gloria en passant derrière elle, armée d’un peigne.

 

Rebecca se raidit un peu, guère habituée à ce qu’on s’occupe d’elle et répondit.

«  Sœur Marie de la Compassion disait que ce n’était pas bien….

- Et qu’est devenu Will ? Demanda Madame Gloria.

- Il est mort… Comme maman et mon père. »

Madame Gloria prit une légère inspiration.

«  Allons ma fille, ne te torture pas avec le passé… Une nouvelle vie s’ouvre à toi maintenant. »

Rebecca sourit et hocha la tête.

«  Bien maintenant que te voilà propre, il y a une petite chose que j’aimerais que tu fasses pour moi.

- Laquelle ? » Demanda Rebecca avec angoisse.

 

Madame Gloria la contourna pour lui faire face.

«  Tu vois mon ami dans la pièce voisine ?

- Oui

- Et bien il est médecin et il à cœur mes intérêts…. Il sait que je n’aimerais pas accueillir chez moi une fille souillée tu comprends ?

- Non, je, je suis propre….

- Certes mais, il y avait des tas de garçons à l’orphelinat, alors j’ai besoin d’être certaine que rien de fâcheux n’a été perdu. Que tu es toujours entière. »

 

Rebecca rougit en comprenant enfin.

«  Je le suis Madame.

- Dans ce cas, pas de soucis, mon ami le confirmera. »

Rebecca hésita, angoissée.

«  C’est un médecin Rebecca. » Souffla Madame Gloria avec douceur.

A bout d’argument, Rebecca céda et suivi Madame Gloria dans la chambre.

«  Elle est prête.

- Bien, approuva le médecin. Allonge toi et écarte les cuisses, ça ne devrait pas prendre trop de temps. »

Tremblante, Rebecca obéit et serra les poings lorsque l’homme écarta ses cuisses. Pendant une atroce seconde elle sentit un instrument froid palper sa chair et tourna un regard affolé vers Madame Gloria.

«  Ne bouge pas.

- Intacte. » Déclara le médecin avec un sourire.

 

Soulagée, Rebecca referma les cuisses tandis que Madame Gloria battait des mains.

«  Parfait, des vêtements t’attendent Rebecca, mets les et nous sortons fêter ça. »

La jeune fille hocha à nouveau la tête et s’enroula dans la serviette pour cacher sa nudité avant de retourner dans la salle d’eau.

 

()()

 

Ebahie par le monde qu’elle redécouvrait, Rebecca regardait partout un peu mal à l’aise dans ses nouveaux vêtements de jeune fille qui lui donnaient l’impression d’être déguisée. Assis à table, Madame Gloria et le médecin parlaient gaiement sans sembler s’apercevoir de son malaise et enchainaient verre sur verre.

«  Bois donc Rebecca, » lui enjoignit le médecin en poussant un verre de vin vers elle.

La jeune fille leva des yeux surpris sur lui et Madame Gloria renchérit.

«  Oui, buvons à ta nouvelle vie Rebecca. »

 

Cette fois la jeune fille sourit et trinqua maladroitement avec le couple avant de gouter avec précaution une gorgée du vin. Elle grimaça sous l’amertume avant de se raviser, elle n’était plus une pauvre orpheline chez les sœurs !

«  Je suis certaine que nous allons très bien nous entendre Rebecca, sourit Madame Gloria. Demain nous prendrons la mer pour rentrer chez moi et tu feras la connaissance de mes autres filles. »

Rebecca déglutit.

«  Autres filles ?

- Gloria aime bien les filles, rit le médecin.

- Les garçons m’ont toujours dégoutée, sourit Madame Gloria. Je laisse ça à d’autres. »

Rebecca se força à sourire et un homme s’approcha de leur table.

 

Les yeux rivés sur Rebecca, il s’adressa à Madame Gloria.

«  C’est un réel plaisir de vous voir Madame, qui est cette jeune personne qui vous accompagne ?

- Rebecca, ma nouvelle fille. Sourit Madame Gloria.

- Très jolie, apprécia l’homme.

- Elle n’est pas encore prête à faire son entrée dans le monde. Précisa Madame Gloria. Elle sort à peine d’une sorte de couvent.

- Je vois….. Quand pensez-vous qu’elle le sera ?

- Rendez-nous donc visite dans un ou deux mois. Répondit Madame Gloria.

- Je n’y manquerai pas. » Souffla l’homme avant de s’éloigner.

 

Visiblement ravie, Madame Gloria se pencha sur Rebecca.

«  Et bien quel succès ma belle, la dernière fois que j’ai vu ça c’était pour Pénélope.

- Pénélope ?

- Une de mes filles, tu la rencontreras bientôt. »

 

Le lendemain,

 

Une boule dans la gorge, Rebecca regarda le trois mât amarré sur le quai qui se balançait mollement et semblait les attendre. Le médecin qui accompagnait Gloria en toute circonstance lui lança un regard perçant.

«  Quelque chose ne va pas Rebecca ?

- Non, non, bredouilla la jeune fille.

- Tu n’as pas peur de prendre la mer n’est-ce pas ? S’inquiéta Madame Gloria. Tu ne vas pas être malade ?

- Non, je n’ai jamais eu le mal de mer, répondit distraitement Rebecca.

- A la bonne heure ! Allez monte. »

 

Rebecca obéit et des larmes roulèrent sur ses joues lorsqu’elle sentit la brise marine caresser son visage. Bouleversée, la jeune fille retrouva les sensations qui avaient accompagnées les mois passés à bord de La Fleur de la Mort et étreignit le bastingage. Comment avait-elle pu oublier ça ? Comment avait-elle pu oublier l’océan ? Et Reece…. La main de Madame Gloria se posa sur son bras et la fit sursauter.

«  Accompagne moi donc en cabine Rebecca, ce n’est pas bon pour toi de rester ici, tu risquerais de gâter ton teint. »

Rebecca regarda une nouvelle fois l’horizon avant d’obéir. Il y avait une chose sur lesquelles les sœurs avaient raison, s’appesantir sur le passé ne ramenait pas les gens. Cela rendait juste plus malheureux et Rebecca en avait assez d’être malheureuse après tout ni Arabella, ni Will, ni Reece ou Laura ne l’avaient attendue et du haut de ses dix-sept ans, Rebecca avait appris à ne compter que sur elle-même.

 

()()

 

Le voyage avait duré sept jours au terme desquels Rebecca retrouva la terre ferme sans entrain.

«  Dépêche-toi Rebecca ! » Lui lança Madame Gloria avant de s’engouffrer dans une calèche.

Rebecca la suivit à la hâte tout en observant les alentours. A sa grande surprise, elle s’aperçut que la plupart des femmes détournaient ostensiblement le visage à la vue du carrosse tandis que les hommes prenaient des mines gênées.

«  Bienvenue en Jamaïque Rebecca. » Ricana le médecin.

 

Rebecca se tourna vers lui et Madame Gloria reprit.

«  Tu t’y feras ne t’inquiète pas, n’envie pas ces pimbêches, elles ne sont rien. »

Rebecca, ne sachant quoi répondre, se tut et le reste du voyage se passa en silence.

Finalement, la calèche s’immobilisa devant une maison cossue et Madame Gloria se tourna vers elle.

«  Voici ta nouvelle maison Rebecca. »

La jeune fille leva des yeux ébahis sur la demeure immense que Madame Gloria lui désignait, à elle seule elle aurait pu contenir sa maison et celle des Mac Drache deux fois !

« Suis-moi. » Ordonna Madame Gloria avec un léger sourire.

 

L’intérieur dans lequel elle pénétra était aussi surprenant que l’extérieur. Des fauteuils et des canapés dispersés un peu partout distillaient une atmosphère intime à la pièce qui était surchargée de miroirs et de dorures.

«  Ça te plait ? » Demanda Madame Gloria avant de se retourner vers l’escalier d’où provenaient des dizaines de pas.

Rebecca se retourna également et vit avec surprise un groupe de femmes se précipiter vers sa protectrice.

«  Doucement les filles, ordonna Madame Gloria. Voici Rebecca, elle va remplacer Maria. »

Mal à l’aise, Rebecca rougit sous les regards scrutateurs des autres filles.

«  Rebecca, voici Alice, Victoria, Pénélope, Sarah, Shana, Georgia, Suellen et Pamela. » Présenta Madame Gloria.

 

Rebecca leur adressa un sourire timide tandis que Madame Gloria poursuivait.

«  Je compte sur vous pour faire bon accueil à Rebecca, la pauvre enfant n’a pas eu la vie facile jusqu’à présent et nous arrive tout droit de Sainte Mathilde.

- Une bonne sœur Madame Gloria ? Demanda une grande blonde au teint diaphane.

- Une orpheline, Pénélope. Pamela, montre donc sa chambre à Rebecca. »

Paméla, une petite brunette à la poitrine opulente sourit à Rebecca.

«  Viens. »

 

Rebecca la suivit, vaguement angoissée mais Pamela lui adressa rapidement un franc sourire.

«  T’as quel âge ?

- Dix-sept ans, répondit Rebecca. Et toi ?

- Seize, bientôt dix-sept. T’as de la chance tu sais, Madame Gloria elle s’occupe bien de nous. »

Rebecca répondit par un sourire hésitant et Pamela poursuivit avec enthousiasme.

«  Y’a pas meilleure maison que celle de Madame Gloria. »

A cet instant, une grande fille brune sortit d’une chambre, une cigarette à la main et vêtue d’un peignoir.

«  Si tu allais bavarder ailleurs Pam. Suggéra-t-elle avec un éclat dur dans le regard.

- Pardon Isabella, j’expliquais à Rebecca. » Se justifia la jeune fille.

 

Le regard inexpressif d’Isabella se posa sur la jeune fille.

«  Ah la nouvelle, pas mal…. Un peu trop rousse mais il parait que ça plait. » Déclara-t-elle avec un haussement d’épaules.

Rebecca se troubla et Pamela la prit par le bras.

«  Viens… »

La jeune fille se laissa entrainer et Pamela chuchota.

«  Isabella c’est la meilleure et elle le sait, faut pas faire attention à elle, elle est comme ça avec toutes les filles. »

Rebecca grimaça, c’était bien sa chance de tomber sur une Jenny en puissance à peine arrivée.

«  Rebecca ? » Demanda Isabella.

Surprise, Rebecca se retourna.

«  Tu viendras me voir un peu plus tard, quand Pam t’aura installée.

- Oui, oui » bredouilla Rebecca.

 

Pamela se renfrogna et la guida en silence sans que Rebecca ne comprenne la brusque raison de sa froideur.

«  Voilà ta chambre. » Déclara Pamela en ouvrant une pièce qui se trouvait au dernier étage.

Rebecca regarda avec surprise la pièce propre mais modestement meublée qui contrastait avec le reste de la maison. Pamela parut s’apercevoir de sa surprise et expliqua.

«  Ma chambre est à côté de la tienne, de l’autre côté c’est Shana puis Pénélope. On est toutes logées ici sauf Isabella et Madame Gloria qui ont une chambre au second.

- C’est joli, répondit Rebecca avec un sourire.

- Attends de voir la chambre de Bella ! » S’exclama Pamela.

 

Le diminutif prit Rebecca par surprise et le cœur de la jeune fille se serra devant ce brusque rappel de sa mère. Elle l’interpréta comme de bon augure et sourit à Pamela.

«  Je te laisse t’installer, à ta place, je tarderais pas trop à aller voir Isabella, elle est pas patiente. »

 

Restée seule, Rebecca embrassa du regard du regard sa nouvelle chambre et sourit. Peut-être que la chance avait fini par tourner finalement !

 

()()

 

Moins d’une heure plus tard, la jeune fille n’en menait pas large en se présentant à la chambre d’Isabella. Elle frappa légèrement au battant et attendit.

«  C’est qui ?

- Rebecca.

- Entre. »

 

La jeune fille obéit et rosit en découvrant Isabella vautrée dans un baquet d’eau chaude.

«  Pardon, je ne voulais pas vous déranger.

- Tout le monde m’appelle Bella ici et tu peux me tutoyer, on va pas commencer à faire des chichis. »

Rebecca hocha la tête et Isabella la toisa.

«  Gloria dit qu’elle t’a trouvé dans un orphelinat, c’est moche… C’était lequel pour toi ?

- Sainte Mathilde, répondit Rebecca avec une grimace.

- Saint Ange pour moi, je suppose qu’ils se valent. »

 

Surprise par cette complicité inattendue, Rebecca reprit un peu confiance. Peut-être qu’Isabella n’avait rien de commun avec Jenny finalement.

«  Tu y es restée combien de temps ? Demanda Isabella.

- Presque neuf ans.

- Trois pour moi, Gloria m’a sortie de là quand j’avais treize ans. »

Rebecca lui lança un regard envieux et Isabella lui désigna une longue brosse.

«  Tu veux bien la passer dans mon dos pendant qu’on discute ?

- Oui, si tu veux, » répondit étourdiment Rebecca.

 

Isabella ferma les yeux pendant que Rebecca la frottait doucement et finit par reprendre.

«  Qu’est-ce que Gloria t’a dit sur ici ?

- Pas grand-chose. Réalisa Rebecca.

- J’m’en doutais. Ecoute Becky, je vais te donner deux trois conseils. C’est pas que Gloria soit méchante mais elle aime qu’on se montre reconnaissantes.

- C’est normal, je veux dire, elle m’a sorti de cet affreux endroit.

- Tout à fait… Gloria, elle exigera rien de toi mais tu finiras par y venir.

- Y venir ??? »

 

Isabella soupira.

«  Les autres filles et moi on est là pour divertir les amis de Gloria tu vois ?

- Oui, répondit Rebecca sans conviction.

- Toi tu peux te contenter de sourire et de leur offrir à boire, tu saurais faire ça ?

- Bien sûr.

- Très bien. Retourne dans ta chambre maintenant, je dois me préparer pour ce soir, Gloria reçoit. »

 

Ainsi congédiée, Rebecca se retrouva sur le palier. Madame Gloria s’approcha d’elle.

«  J’espère que tout se passe bien, ce soir tu peux te reposer dans ta chambre, je te présenterai mes amis quand tu en auras envie d’accord ?

- D’accord… »

Gloria sourit.

«  Elle est belle la chambre d’Isabella hein

- Oui.

- Et bien qui sait peut être qu’un jour tu en auras une pareille ma fille, mais il faut travailler dur pour ça, tu comprends ?

- Oui Madame…

- C’est bien, j’étais certaine que tu ne me décevrais pas Rebecca. »

Chapitre 4                                                                                          Chapitre 6

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    emeline (lundi, 05 décembre 2011 21:51)

    c'est ce que je disais , sa sens mauvais . J' ai une petite idée.

  • #2

    JessSwann (lundi, 12 décembre 2011 09:29)

    Oups ! Je t'ai pas répondu ??? Autant pour moi, désolée, ma foi je pense que ton idée va être confirmée....