Chapitre 3 L'orphelinat Sainte Mathilde

Rebecca resta longtemps prostrée devant la fenêtre depuis laquelle elle voyait le corps de son père se balancer. Elle n’avait pas besoin de se rapprocher pour savoir que Connor Reece était mort. La petite fille songea avec désespoir aux promesses qu’il lui avait faites la veille encore. Comment pourrait-il venir la chercher maintenant ?

 

Une main se posa sur son bras et la tira en arrière sans ménagement.

«  Toi, n’as-tu pas entendu la cloche sonner ? Que fais-tu encore ici ? » Lui demanda une sœur avec sévérité.

Les sanglots se bloquèrent dans la gorge de Rebecca et elle leva un regard embué sur la femme.

«  Tu es muette ou juste stupide ? Répond petite impertinente !!! »

Rebecca secoua la tête et un sentiment d’injustice et de rage monta en elle. Elle s’arracha à l’étreinte de la sœur et hurla.

«  C’est mon papa !!! PAPA !!! »

La femme la regarda un bref instant sans parler puis la gifla.

«  Tu n’as pas de père. Tu n’as pas de parents. Tu comprends ? »

 

Choquée, Rebecca la fixa sans rien dire et la sœur poursuivit.

«  Je les connais les gamines dans ton genre, des filles de femmes de mauvaise vie, qui s’imaginent que tous les marins sont leur père. Celui-là n’a eu que ce qu’il méritait. Les pirates ne méritent ni la pitié ni la mansuétude de Notre Seigneur. Maintenant va rejoindre les autres. »

Rebecca cilla et la sœur la saisit par le bras.

«  Dépêche-toi. »

La petite fille tenta tant bien que mal de lui échapper mais la femme fut la plus forte. Le cœur lourd, Rebecca vit disparaitre la silhouette de son père.

 

()()

 

Une heure plus tard.

 

Rebecca, les yeux rougis par les larmes, fit face à la Mère Supérieure, qui, assise derrière un grand bureau d’acajou, lui fit signe d’approcher.

«  Lorsque le Lieutenant Norrington est venu me demander de te prendre sous l’aile de notre Communauté, je ne pensais pas que tu serais la cause de troubles dès ton premier jour à nos côtés » Commença-t-elle.

Rebecca leva un regard hébété sur elle, trop choquée par la mort brutale de Reece pour répondre.

 

Satisfaite de ce silence qu’elle interpréta comme une juste contrition, la Mère Supérieure poursuivit.

«  Il est malsain et cruel de faire croire aux autres enfants que tu es différente d’eux. Tu n’as plus de parents Rebecca, tu n’en as jamais eu.

- C’est faux ! Protesta Rebecca. Ma maman s’appelle Arabella et c’est la plus gentille et la plus douce des mamans

- Dans ce cas où est-elle ? Pourquoi ne vient-elle pas te chercher ? »

Rebecca serra les poings pour retenir ses larmes.

«  Maman est morte et ils ont pendu mon papa ! Je les déteste !! Je vous déteste tous !!!! »

 

La Mère Supérieure posa un regard froid sur la petite fille.

«  Je vois qu’aucune des créatures avec lesquelles tu as vécu jusqu’à présent ne t’a appris le respect et l’humilité. Nous allons remédier à cela. Retourne dans ta chambre. Tu y méditeras sur ta conduite.

- Non, sanglota Rebecca. Je ne veux pas, je veux retourner chez moi. Mr Mac Drache s’occupera de moi et … » s’étouffa-t-elle.

Une fois de plus le regard sévère de la religieuse se posa sur elle.

«  Quelle impudence ! Petite insolente, si tu es ici c’est que personne ne veut de toi comprends tu ? Nous n’avons accepté de te prendre que par charité chrétienne. »

Rebecca hoqueta et la sœur en profita pour poursuivre.

«  Cette maison est celle de Notre Seigneur. Il veille sur toi comme sur les autres âmes. Tu ferais mieux d’oublier ce que tu as vécu avant. Parce que c’est fini. Tu ferais mieux de t’y faire. Maintenant va méditer dans ta chambre, Sœur Marie de Compassion va t’accompagner. »

 

Rebecca serra les poings et une sœur en cornette s’approcha.

«  Viens mon enfant » lui souffla-t-elle avec douceur.

Rebecca la suivit le long du couloir et la Sœur se tourna vers elle.

«  Je sais que c’est difficile mon enfant, mais notre Mère a raison. Tu dois oublier ton passé et t’en remettre à Dieu pour ton avenir. Ses épreuves sont là pour te fortifier. »

Rebecca sanglota et la fixa.

«  Mon papa est mort…. »

Un doux sourire illumina le visage de Sœur Marie et elle lui caressa les cheveux.

«  Non mon enfant, Dieu est Notre Père à tous, ouvre lui ton cœur et il t’accueillera comme il accueille les repentants et les brebis égarées. »

Rebecca, à demi étouffée par ses larmes, ne répondit pas et la Sœur la guida vers une chambre.

«  Repens toi, je suis sure que Dieu saura t’accueillir Rebecca. »

 

()()

 

La pénitence dura deux jours. Deux jours pendant lesquels Rebecca pleura toutes les larmes de son corps, affaiblie par la privation de nourriture et le froid de la cellule dans laquelle l’avait conduite Sœur Marie de la Compassion. De temps à autres, la Mère Supérieure vint la voir, chaque fois la même question aux lèvres.

«  Te repens tu Rebecca ? »

Chaque fois, la petite fille hurla et tempêta, le vocabulaire haut en couleur qui avait échappé de temps à autres à Arabella lui revenant en mémoire.

 

Le matin du troisième jour, Sœur Marie de la Compassion vint la voir. Lasse, Rebecca ne releva même pas la tête et sanglota alors que la main fraiche de la religieuse se posait sur son front.

«  Seigneur, mais tu as de la fièvre mon enfant » murmura Sœur Marie.

 

Incapable de répondre, Rebecca gémit faiblement et ses mains accrochèrent la robe de Sœur Marie lorsque celle-ci la souleva dans ses bras. Rebecca eut à peine conscience qu’on l’emmenait et lorsqu’elle rouvrit les yeux, elle se trouvait dans un lit.

«  Ma Mère, elle est réveillée ! » S’émerveilla Sœur Marie.

Rebecca tendit la main vers la religieuse, la seule à lui avoir  montré de la gentillesse depuis son arrivée mais son visage disparu, remplacé par celui de la Supérieure.

«  Le Démon a été vaincu. » Commenta-t-elle.

Rebecca renonça à comprendre ce que cela signifiait et ferma à nouveau les yeux.

 

()()

 

Une semaine plus tard, Rebecca retrouva la chambre où on l’avait conduite à son arrivée. La petite fille serra à la briser la main de Sœur Marie et se tourna vers elle.

«  Je ne veux pas rester ici, sanglota-t-elle.

- Allons Rebecca, nous en avons déjà parlé. Répondit gentiment la sœur avant de se tourner vers les autres enfants. Voici Rebecca qui nous rejoint. Comme vous elle a perdu ses parents. Je compte sur vous pour lui faire bon accueil. »

 

Rebecca, tremblante, se retrouva ainsi seule au milieu des autres enfants. Ces derniers la toisèrent avec méfiance puis, le petit garçon qui l’avait pincée si rudement le jour de son arrivée s’approcha d’elle.

«  Alors toi on peut dire que t’a réussi ! A cause de toi on a du nettoyer toutes les marches de la chapelle »

Rebecca baissa la tête, consciente de l’antipathie du garçon.

« J’ai pas fait exprès….

- Tu parles !

- Allez Tim, elle vient d’arriver » s’interposa un autre garçon.

 

Tim se tourna vers lui.

«  Ouais pt’te bien Jimmy mais en tous les cas, on a été punis à cause d’elle.

- Je savais pas » pleurnicha Rebecca.

Le dénommé Jimmy s’approcha d’elle.

«  Bah maintenant tu sais, moi c’est Jimmy et toi ?

- Rebecca Turner » répondit elle sans réfléchir.

 

Une vague de rire salua sa déclaration.

«  Rebecca Turner, singea une petite fille affublée d’un bec de lièvre. Tu parles.

- Si c’est vrai ! Protesta Rebecca

- T’as pas de papa ni de maman crétine, lui renvoya Tim. T’as pas compris ? Personne veut de nous ! »

Le rouge monta aux joues de Rebecca et elle se tourna vers le garçonnet.

«  Si !! Ma maman elle s’appelait Arabella et elle était la plus belle du monde !!!

- Ah ta mère était une pute, bah fallait le dire, » ricana Tim.

Cette fois Rebecca ne réfléchit pas, les poings serrés, elle se rua vers le garçon.

«  Menteur, menteur, maman c’était pas une pute !! » Hurla-t-elle.

En vérité, Rebecca ne savait pas trop ce que « pute » voulait dire mais elle avait senti au ton employé par le garçon que c’était pas une chose gentille.

 

Tim poussa un hurlement, vite couvert par les cris d’excitation des autres enfants, échauffés par la bagarre. Rebecca n’entendit rien de tout ça, les poings et les dents serrés, elle frappait aussi fort qu’elle le pouvait. Un jet d’eau glacé finit par lui arriver en pleine figure et la stoppa net.

«  Rebecca !!! »

La sœur économe la souleva de terre et la souffleta. Tremblante, Rebecca lui fit face.

«  Il a dit que ma maman était une pute !! »

La sœur se signa à la hâte.

«  Au piquet, tous les deux. Quand à ta mère…. Et bien… Elle était ce qu’elle était, ce n’est pas à nous de juger mais à Notre Seigneur. »

Saisie, Rebecca la fixa.

«  Que voulez vous dire ?

- Qu’il n’y a pas de place au Paradis pour les femmes comme elle » rétorqua la sœur.

 

Rebecca sentit des larmes déborder.

«  Ma maman elle est au Paradis, c’est un ange, papa l’a dit. »

La sœur ne répondit pas et Rebecca se retrouva à nouveau enfermée en compagnie de Tim cette fois.

«  Tu nous as fait punir » ragea le garçon.

 

Les épaules secouées par les sanglots, Rebecca ne répondit pas.

«  Ma maman à moi c’était une pute » lâcha le garçon.

Cette fois, Rebecca leva les yeux.

«  Je sais pas ce que c’est une pute….. » avoua t’elle.

Tim la toisa d’un air supérieur

« Elle couche avec des hommes et leur fait plein de trucs dégueulasses contre des pièces. C’est pour ça que j’suis là, elle voulait pas d’un mioche. »

Rebecca frissonna.

«  Ma maman c’était pas une pute, elle a jamais rien fait, elle servait des pintes chez Mr Mac Fridge.

- Bah alors c’était une pute. Rétorqua Tim d’un air sûr de lui.

- NON !!!

- Ehhh calme toi Becky » lui répondit Tim avant de reculer prudemment.

Une rouste dans la journée lui avait bien suffi.

 

Rebecca s’en rendit compte et serra les poings.

«  Ma maman c’était pas une pute !!!!

- D’accord si tu veux, admit Tim. Mais n’empêche ma mère elle disait ça aussi qu’elle servait. »

Rebecca écarquilla les yeux et le garçon poursuivit.

«  Même que j’avais plein de papa. »

Le cœur de Rebecca fit une embardée.

«  Ma maman elle disait que le papa de Will c’était pas le mien, et le mien il est venu me chercher et on a navigué.

- C’est qui Will ?

- Mon grand frère.

- Et il est où ??? »

 

Les yeux de Rebecca s’embuèrent à nouveau.

«  Il est mort….

- Ah. Bah tu f’rais mieux de plus y penser alors… »

Rebecca renifla et Tim s’approcha.

«  Tu sais Becky c’est pas grave que ta maman soit une pute. Toutes nos mamans sont des putes, sauf celles de Jenny et de Jimmy. »

Rebecca renifla de plus belle.

«  C’est qui Jenny ?

- Celle qu’a la gueule comme ça » Expliqua Tim en mimant le bec de lièvre.

Rebecca sourit faiblement et il s’approcha encore.

«  Sa mère c’est une princesse mais faut pas le dire.

- Maman aussi c’est une princesse » chuchota Rebecca pour ne pas être en reste.

Un nouveau sourire supérieur échappa à Tim.

«  P’tête bien, concéda t’il. Mais si c’est pas une pute pourquoi t’as pas le même papa que ton frère ? »

 

Rebecca réfléchit quelques instants.

«  Pasque ma maman c’était pas vraiment ma maman, c’est la fille de ma vraie maman pasque ma vraie maman c’était un pirate mais ils l’ont pendue comme mon vrai papa. expliqua-t-elle avant de fondre en larmes au souvenir de Reece. C’est pour ça qu’j’ai regardé le premier jour, ils ont pendus papa »

Tim la fixa d’un air navré.

«  Bah si ta maman c’est une pirate, c’est cor pire qu’une pute… Attends que l’ Sœur Marie Compassion l’apprenne et tu s’ras pendue aussi. »

Rebecca déglutit et de nouvelles larmes lui vinrent aux yeux. Tim poursuivit.

«  Bah ouais la Sœur Marie Compassion, elle les connait bien les pirates, même qu’ils l’ont violée, fin c’est ce qu’elle dit, et que du coup elle est reviendue ici. »

 

La voix douce de la Sœur s’éleva derrière eux et Tim rougit.

«  Ca ira Timmy, je pense que Rebecca a compris.

- Pardon ma sœur, je voulais pas…. Commença le garçon.

- Si tu voulais, mais ce n’est pas à moi de te pardonner c’est à notre Seigneur. Sors d’ici »

Tim ne se le fit pas dire deux fois et Rebecca resta seule avec la religieuse.

 

La petite fille resta un moment sans parler et Sœur Marie soupira.

«  Becky, il ne faut pas raconter des mensonges comme tu le fais… »

Rebecca ouvrit la bouche pour protester mais les avertissements de Tim lui revinrent en mémoire. La sœur Marie de la Compassion détestait les pirates…. Et c’était la seule à être gentille avec elle alors si elle apprenait….

«  Oui ma sœur » répondit Rebecca avec docilité.

 

Les yeux de Sœur Marie de la Compassion s’adoucirent et elle lui fit signe de se lever.

«  Bien, et plus de bagarres. Je suis sure que ta maman était très gentille, c’est tout ce que tu dois te souvenir sur elle et qui sait peut être qu’un jour tu trouveras une autre maman. »

Rebecca frémit.

«  Je ne veux pas d’autre maman !!

- Allons Rebecca, tu ne veux pas vivre toute ta vie ici n’est-ce pas ?

- Oh ça non !!!! » Répondit la petite avec ferveur.

Sœur Marie sourit tristement.

«  Alors il te faut être gentille sans quoi personne ne voudra t’adopter. »

Rebecca hocha la tête sans trop comprendre.

 

Elle comprit, lorsque, deux jours plus tard, les enfants furent réunis au milieu de l’église. Là,  Rebecca suivit des yeux un couple richement habillé qui passait entre les enfants.

«  C’est qui ??? » demanda t’elle tout bas à Tim avec qui elle entretenait désormais de bonnes relations.

En effet, contre toute attente, la rouste qu’elle avait mise au garçon lui avait valu son respect au lieu de la haine qu’elle avait redoutée.

«  Des riches, ils veulent un bébé.

- Bébé ?

- Ouais un petit, ceux là veulent toujours un petit. »

Rebecca se tut et observa le couple qui, comme Tim l’avait prédit, s’arrêta devant un bambin âgé de trois ans.

 

«  Oh il est ravissant !!! S’exclama la femme. Regardez Henri, regardez ces jolies boucles blondes !!

- Mmmm et ses dents ? »

Rebecca frémit, la scène lui rappelait Joe Mac Drache lorsqu’il achetait un cheval.

«  On le prend ! » Décida la femme.

La sœur économe s’inclina et le petit dont Rebecca ignorait le nom fut sorti de la file. Là, Jimmy poussa un cri de bête.

«  Non !!! Non c’est mon petit frère, vous avez pas le droit !!! »

Rebecca sursauta et se tourna vers Tim.

«  Bof il est jaloux c’est tout, le p’tit y s’ra mieux avec les riches.

- Mais, il ne le reverra peut être jamais, objecta Rebecca

- C’est comme ça » Rétorqua Tim.

 

Le cœur serré, Rebecca vit Jimmy se précipiter vers son frère et un pugilat s’ensuivit. Elle vit la dame riche mettre un mouchoir devant son nez et la sœur économe entrainer Jimmy, en pleurs. Puis le couple partit avec le petit garçon….

 

Choquée, Rebecca garda le silence plusieurs heures après ça. Elle tenta bien d’aller voir Jimmy pour le consoler (après tout elle aussi savait ce que c’était que de perdre un frère) mais le garçon la repoussa avec violence. Jenny ricana.

«  T’inquiète ça risque pas de t’arriver à toi qu’on t’adopte !!! »

Rebecca la regarda sans comprendre mais répondit quand même.

«  Toi non plus avec ton truc sur la gueule » rétorqua t’elle d’un ton vulgaire qui aurait fait frémir Arabella.

 

Jenny ricana.

«  Moi je suis pas à l’adoption, ma maman c’est la Duchesse d’York et elle m’envoie plein de trucs alors que toi….

- Pas pourquoi elle veut pas de toi alors ? » Rétorqua Rebecca.

Jenny se troubla légèrement et passa la main sur son visage avant de répondre.

«  Pasque si elle le faisait je serais en danger et comme elle m’aime trop bah elle me laisse en sécurité !!! » Pavoisa-t-elle.

Rebecca ne réfléchit pas. Elle détestait Jenny qui semblait l’avoir prise en grippe depuis le premier jour, de plus la petite lui rappelait un peu Penny Mac Drache avec ses grands airs.

«  Tu parles c’est pasque t’es trop moche » lui lança-t-elle avec le sens de la répartie qu’elle avait hérité de sa mère Laura et de sa sœur Arabella.

Jenny rougit et pendant un instant, Rebecca crut avec délices qu’elle allait s’étouffer.

«  Bah moi au moins je suis pas Judas »

 

Rebecca la regarda sans comprendre et Jenny poursuivit.

«  Tu sais pourquoi les gens adoptent jamais les rouquins ? Pasque c’est des sales Judas comme celui qui a vendu Jésus alors personne n’en veut pasque ça porte malheur et ça pue !!! Judas, Judas…. » Commença-t-elle à chantonner.

Rebecca se décomposa alors que la plupart des enfants reprenaient la ritournelle.

«  Ça suffit !!! » Tonna Sœur Marie de la Compassion.

Un silence salua son intervention et Rebecca, perdue se tourna vers elle.

«  Viens »

 

Rebecca la suivit et Sœur Marie de la Compassion la regarda avec pitié.

«  Ne les écoute pas, ce n’est pas ta faute. »

Rebecca sursauta.

«  Mais qui est Judas ??? » demanda t’elle naïvement.

En effet, Arabella avait hérité du sens religieux de sa mère et si elle s’était assurée que ses enfants apprennent à lire et compter elle avait négligé le catéchisme… Sœur Marie se signa.

«  Judas est un apôtre du Seigneur, mais il l’a vendu aux romains et a causé Son supplice. »

Rebecca fixa le crucifix qu’elle lui montrait et tressaillit.

«  Et il était roux ???

- Oui Rebecca, mais ça ne veut rien dire pour toi. Dieu ne te juge pas. Il t’aime comme tous Ses enfants »

La petite fille tressaillit à nouveau.

«  Alors Judas était un traitre ?

- Oui…. Il a menti et triché pour obtenir de l’argent. »

Rebecca ne répondit pas…. Le cœur lourd, la petite fille pensa aux voiles qu’elle avait déchirées et qui avaient permis aux hommes de la Navy de les voir et de pendre son papa.

«  Oh….  Papa pardon, pardon….» Gémit-elle avant de fondre en larmes.

 

Sœur Marie de la Compassion se méprit sur l’origine de son chagrin et la consola avec douceur.

«  Il te pardonne mon enfant, tu n’es pas responsable… »

Rebecca s’agrippa à elle et Sœur Marie poursuivit d’une voix amère.

«  Judas a enfanté les pirates, ils mentent comme lui et ne sont motivés que par l’argent comme lui… Mais toi tu seras sauvée…. »

Rebecca frémit et ses larmes redoublèrent. Arabella avait menti en prétendant être sa mère, Reece était mort en volant… Quant au père de Will, elle avait toujours pensé qu’il était parti à cause d’elle.

«  Allons prier mon enfant » souffla Sœur Marie.

 

Le cœur lourd, Rebecca la suivit. La Mère Supérieure avait raison….. Elle n’avait plus famille ni passé. Et l’avenir la terrifiait.

Chapitre 2                                                                                          Chapitre 4

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    emeline (lundi, 21 novembre 2011 19:06)

    la suite

  • #2

    JessSwann (lundi, 21 novembre 2011 21:04)

    Lol la semaine prochaine bien sûr :)