Chapitre 8 Le gout des embruns

Après la visite de Laura et Reece, les choses reprirent leur cours chez les Turner qui s’étaient finalement décidé à acheter la maison qu’ils occupaient, se servant du pécule remis par Laura à cet effet. La transaction avec les Mc Drache se passa le plus simplement du monde, les deux parties se connaissaient suffisamment bien maintenant pour qu’aucune question gênante ne soit posée malgré l’évidente curiosité d’Emmaline sur la manière dont-ils avaient bien pu se procurer la somme nécessaire à l’achat… Devançant cette question, les Turner s’étaient inventé un lointain parent qui en mourant prématurément leur aurait laissé son pécule, chose suffisamment courante pour que nul ne s’en étonne.

 

Exception faite bien entendu des Schatz dont les deux membres du couple avait respectivement rendu une « visite de courtoisie » aux époux Turner. Lesquels avaient bien entendu fait mine de croire que ces derniers étaient d’innocents villageois tout comme eux…

 

L’histoire en resta là, les Schatz n’ayant visiblement rien trouvé qui indique que les Turner aient reçus une visite pirate et Bill et Arabella appréciaient pleinement leur chance, les enfants grandissaient sans le moindre souci tandis que les tensions causées par Fitz s’estompaient en l’absence de ce dernier…

 

Tout se déroulant très bien dans son foyer, Arabella fit donc ce que toute femme heureuse en ménage faisait dans ces petits villages de la campagne écossaise : elle commença à s’intéresser à la vie de ses voisins. Les Mac Drache devinrent donc son principal sujet de soucis, son rapprochement avec Emmaline lui faisant partager ses angoisses de mère. En effet Sarah n’était toujours pas mariée, ni même fiancée…

 

Cette situation inquiétait assez Arabella pour qu’elle décide d’aider la pauvre Sarah à se trouver un fiancé, et surtout oublie ainsi ses vues sur son Billy quand bien même elle savait que la jeune fille n’avait aucune chance de parvenir à ses fins… Enfin rien n’était jamais sûr se plaisait à répéter son père et c’était là l’une des rares vues en commun que la jeune femme avait avec ce dernier.

 

La tâche d’aider Sarah n’était pas aisée… La jeune fille n’avait rien de notable et là où des cheveux roux surmontant un visage aux traits réguliers et à la peau légèrement ambrée servaient la beauté d’Arabella, les mêmes cheveux sur le visage de Sarah avait l’effet inverse. Sans compter que malheureusement pour elle, Sarah n’était guère vive d’esprit, ce qui ne contribuait pas à la rendre attrayante aux yeux de l’un des riches partis sur lequel Emmaline rêvait que sa fille mette la main.

 

La solution vint non pas d’Arabella ou d’Emmaline mais du petit Will… Lorsque cela se produisit Arabella était au marché, haut lieu de la société de Cornwallis, et s’efforçait tout à la fois de faire ses achats tout en calmant Rebecca qui avait une propension impressionnante à pleurer pour rien et en surveillant Will qui passait son temps à poser des questions à tous ceux qu’il rencontrait.

 

Arabella réglait donc les épices qu’elle venait d’acheter et dont elle ne parvenait pas à se résoudre d’être privée lorsque Will tira sur le bas de sa robe

« Maman ? »

Arabella retint un soupir fatigué. Qu’allait-il encore lui demander ? En effet si Rebecca avait un talent pour les larmes celui de Will était de lui poser des questions dont elle ignorait totalement les réponses

« Oui Willy ? »

Le petit garçon leva de grands yeux sombres et curieux sur elle

« Pourquoi Tim il regarde tout le temps Sarah ? »

 

Arabella fronça les sourcils… Elle ne voyait pas du tout qui était Tim.

« Tim ?

- Tu sais avec les vaches… » Expliqua Will

Arabella se souvint brusquement que Tim était le jeune garçon vacher employé par les Forf

« Et bien je ne sais pas Willy. Qu’est-ce qui te fait dire qu’il la regarde ? »

Tandis que Rebecca glissait une petite main aussi avide que dévastatrice dans les épices, Will poursuivit

« Il la regarde tout le temps »

 

Arabella poussa un cri d’horreur en voyant le carnage soigneusement fait par Rebecca et s’empressa de sauver les épices survivantes tandis que Will insistait

« Dis maman… Pourquoi ?? »

Arabella poussa un soupir fatigué et reporta son attention vers Tim que lui désignait peu discrètement Will. A sa grande surprise elle constata que son fils avait raison… Tim était planté au beau milieu de la rue et la direction de son regard ne laissa aucun doute envers sa cible. Un homme regardait bel et bien Sarah. Enfin si on pouvait qualifier Tim d’homme….. En effet du haut de ses dix-neuf ans, le jeune vacher ressemblait plus à un grand gamin qu’à un homme fait. Exception faite du regard qu’il posait sur la jeune fille. Ça c’était bien le regard d’un homme.

 

La robe d’Arabella fut tirée brutalement par la petite main de Will qui répéta sa question

« Alors maman pourquoi ? »

Arabella sourit légèrement et fixa Will

« Ça fait longtemps que tu l’as vu ?

- Quoi ?

- Que Tim regarde Sarah.

- Chaque fois. Répondit Will. Alors pourquoi maman ? »

 

Arabella entraîna les deux enfants et formula sa réponse

« Et bien parce que Tim aime bien Sarah

- Moi aussi j’aime Sarah mais je regarde pas. » Répondit Will

Arabella répondit prudemment

« Oui… Mais il y a différentes façons de bien aimer quelqu’un il y a comme toi tu aimes Sarah ou comme moi j’aime papa. »

Will plissa comiquement le front

« Je comprends pas maman… »

Arabella éclata de rire et l’embrassa légèrement

« Tu comprendras un jour. »

 

L’après-midi qui suivit et le rituel du thé fut l’occasion pour Arabella de donner un petit coup de main à Tim. Tandis qu’Emmaline pavoisait sur les progrès de sa petite Penny, Arabella se pencha sur Sarah

« On m’a rapporté que tu avais beaucoup de succès ces temps-ci. »

La jeune fille ouvrit de grands yeux

« Vous devez vous tromper Madame Turner. Soupira-t-elle. Le Capitaine Gois ne m’a pas adressé un regard depuis son arrivée. »

Pestant silencieusement contre les ambitions d’Emmaline et son entêtement à recouvrir sa fille de froufrou alors qu’une tenue simple lui seyait plus que le reste, Arabella répondit

« Je ne parle pas de lui… Mais de Tim »

 

Sarah rougit légèrement

« Tim ? Le vacher des Forf ? »

Arabella insista, jugeant de bonne augure la rougeur maintenant écarlate de sa jeune victime

« Il n’a pas arrêté de te regarder ce matin au marché et ce n’était pas la première fois… Même Willy l’a remarqué

- Il est gentil… » Murmura Sarah

Quelle godiche… Songea Arabella tout en lui faisant un sourire encourageant

« Veux-tu que nous allions faire un tour dans le jardin ? Proposa-t-elle. Nous pourrons causer. »

 

Sarah lança un regard inquiet en direction de sa mère qui continuait à assommer le malheureux Capitaine Gois accompagnée en cela par Fiona Schatz tandis que le vieux Mac Drache ratait joyeusement son crachoir pour la troisième fois en une heure.

« Tu connais Emmaline… Elle en a pour des heures… » Murmura Arabella, tentatrice

Sarah hocha la tête, trop timide pour refuser quoique ce soit à la si jolie Madame Turner, toujours si sûre d’elle et sur laquelle se retournaient les hommes, comme si le fait d’être l’épouse de Billy Turner n’était pas encore suffisant pour complexer la jeune fille.

 

Emmaline lança un regard noir à Sarah en la voyant sortir en compagnie d’Arabella et de la petite Rebecca et s’empressa auprès du Capitaine

« Oh mon cher, ma Sarah se propose justement de vous faire visiter notre humble jardin. »

Les yeux dans ceux de Fiona Schatz, la véritable raison de sa présence chez la commère, le capitaine répondit

« Non merci… j’apprécie trop votre thé pour avoir envie de le délaisser… Ne serait-ce qu’une minute. »

 

Fiona rougit de plaisir et Arabella s’empressa d’entraîner Sarah à l’extérieur.

« Alors qu’en penses-tu ? Demanda Arabella

- Il est gentil… » Murmura Sarah.

Réprimant son agacement, Arabella insista

« C’est tout ?

- Non… Murmura Sarah en rougissant. La semaine dernière il m’a embrassée dans la ruelle derrière le puits. »

Arabella ouvrit la bouche, cette fois réellement surprise

« Tim ???

- Oui… Et je l’ai laissé faire. » Précisa Sarah d’un ton bravache

Arabella songea avec amusement que le jeune Tim n’était manifestement pas aussi empoté qu’elle ne l’avait cru tout comme Sarah du reste

« Je vois… Répondit-elle en masquant son fou rire naissant. Et que comptez-vous faire ? »

 

Sarah soupira lourdement

« Rien… Tim est vacher… Elle ne me laissera jamais l’épouser … »

Le cœur d’Arabella se serra tandis que son envie de rire disparaissait brutalement. Finalement la petite Sarah n’était pas si stupide qu’elle le pensait… et elle avait totalement raison sur sa mère… Si Tim avait été capitaine ou fortuné, Emmaline lui aurait remis la main de sa fille sans hésiter. Mais Tim n’était que vacher…

«  Mais toi Sarah … Est-ce que tu .. Tu es amoureuse de lui ? »

La jeune fille rougit

« Bah lui au moins il m’embrasse… »

 

Arabella se crispa à sa réponse et Sarah poursuivit

« Je veux dire par rapport à l’autre … Commença-t-elle avant de se rappeler qu’elle parlait à la femme de l’autre en question. Pardon Madame Turner »

Toujours aussi crispée, Arabella accueillit avec soulagement le hurlement de Rebecca qui ne connaissait décidément que cette méthode pour signaler au monde qu’elle avait faim

« Rentrons. Becca a faim… »

Sarah déglutit, toute rouge

« Dites, vous direz rien à ma mère hein ?

- Non. Répondit sèchement Arabella qui tentait vainement de calmer Rebecca dont les pleurs redoublèrent alors qu’elle mouillait ses langes. Oh Becca…… » Gémit Arabella

 

Une fois qu’elle eut changé Rebecca et remplit son estomac, Arabella réfléchit aux confidences de Sarah. Elle avait promis à la jeune fille de ne rien dire à sa mère… Cependant… Elle n’avait pas fait la même promesse concernant le vieux Mac Drache… Aussi Arabella s’approcha-t-elle du vieux monsieur et s’installa face à lui.

 

Le vieux Mc Drache leva un regard vif vers elle et lui sourit avec gentillesse. Il aimait beaucoup Arabella, encore plus depuis qu’il savait qu’elle était la fille d’une pirate et il la jugeait moins stupide que la plupart des femmes qui participaient au thé de sa belle-fille, même s’il désapprouvait la manière dont Arabella se comportait avec son époux et était persuadé en son fort intérieur qu’un jour ou l’autre William Turner finirait par rejoindre définitivement la plus exigeante des maîtresses: la mer.

« Q’ v’lez vous ma p’tite ? Avez vous b’soin d’ mon aide ? »

Arabella jeta un petit regard en direction d’Emmaline qui s’efforçait de pousser la malheureuse Sarah dans les bras du Capitaine sans paraître se rendre compte qu’aucun des deux ne le désirait ni même de la brusque crispation des mâchoires de Fiona qui avait grand peine à masquer sa jalousie.

 

Le vieux Mac Drache suivit la direction de son regard et sourit d’un air rusé

« Une information int’ressante pour qui sait quoi en faire. Remarqua-t-il

- Surtout quand on sait ce que son mari est venu faire ici en vérité… Répondit Arabella amusée par la manie des complots du vieil homme

- Ah vous avez vu ! Répondit le vieux Mac Drache. Bien ma fille… »

Arabella sourit et se pencha vers lui

« En fait je voulais vous parler de Sarah »

Le vieil homme se rembrunit

« J’sais c’ qu’vous allez dire. Elle trouv ’ra jamais d’mari en visant si haut… »

Arabella soupira

« Mais je connais quelqu’un qui s’intéresse beaucoup à notre Sarah et je crois que c‘est réciproque… Glissa-t-elle. Seulement .. Il n’est pas très… fortuné »

Le vieux Mac Drache ouvrit des yeux comme des soucoupes

« Mais quelle importance du moment qu’il l’épouse ! »  

 

Arabella se rapprocha un peu plus

« C’est bien mon avis. Seulement …

- Ah elle… Soupira le vieux Mac Drache en jetant un regard dégoûté à sa belle fille

- Il s’agit de Tim… Le garçon vacher des Forf

- Et vous dites que ma Sarah s’rait d’accord ?

- Je le pense … Murmura Arabella. Peut-être qui si vous le lui demandez… et lui offrez votre aide… Sarah pourrait finalement trouver un bon époux

- Et laisser le vot’ tranquille. » Compléta le vieux Mac Drache avec un sourire

A peine gênée, Arabella soutint le regard du vieil homme

« En effet même si j’ai une totale confiance en mon Bill

- A raison… C’est pas pour une femme qu’il vous quitterait… Répondit le vieux Mac Drache

- Et sûrement pas pour un homme non plus. Plaisanta Arabella avant de reprendre son sérieux. Parlez à Sarah, si je vous ai parlé de ça c’est avant tout dans son intérêt… »

Le vieux Mac Drache hocha la tête tandis qu’Emmaline se souvenait brutalement de la présence de son invitée

« Arabella venez donc vous joindre à nous ma chère ! » S’exclama-t-elle

Avec un soupir, Arabella fit un signe discret au vieux Mac Drache avant de rejoindre les autres convives.

 

*

 

Le lendemain amena dans la cuisine d’Arabella une Emmaline bouleversée.

« Arabella ne savez-vous pas ce que ce vieux fou est allé inventer ? »

Arabella remplit stoïquement la bouilloire tout en feignant l’innocence

« Qui ça ? Votre beau-père ?

- Évidemment ! De quel autre vieux fou voudriez-vous que je parle ? »

Arabella retint un petit rire et s’assit en face d’Emmaline

« Qu’a-t-il donc encore fait ? Demanda-t-elle, les colères d’Emmaline envers son beau-père étant fréquentes

- Il a convaincu Joe de marier Sarah !!!! »

 

Arabella adressa des félicitations silencieuses au vieux Mac Drache et reprit son air innocent

« Et bien c’est plutôt une bonne nouvelle non ?? »

Emmaline la regarda comme si elle venait de dire la chose la plus stupide du monde puis :

« A un garçon vacher !!!! Seigneur une Mac Drache avec un vacher !!! »

Cette fois Arabella ne put se contenir

« Mieux vaut avoir un mari vacher que pas de mari du tout … »

 

Emmaline s’empourpra

« C’est exactement ce qu’il a dit !! Et le pire c’est que ma Sarah est d’accord !! Ce vieux fou lui a retourné la tête avec ses stupidités

- Ou alors c’est qu’elle est véritablement amoureuse de lui. Rétorqua Arabella que l’attitude d’Emmaline agaçait au plus haut point

- Mais enfin c’est un vacher !!! Elle ne peut pas aimer un vacher !!! »

Cette fois Arabella ne parvint pas à se contenir

« Et alors ? Il n’y a pas de honte à cela !! Il travaille au moins ! Moi j’ai bien épousé un pêcheur et je m’en porte très bien.

- Oh oui mais vous avec votre mère c’est déjà un miracle que vous ayez trouvé un mari. Rétorqua Emmaline. Ma Sarah est une jeune fille bien elle mérite mieux. »

 

Arabella se figea et observa la femme.

« Pour le bien de notre amitié je préfère ignorer votre dernière remarque Emmaline. Déclara-t-elle froidement. Quand à votre Sarah aussi bien soit elle, elle n’a pas d’autres prétendants et il me semble qu’elle aime celui-ci. »

Emmaline se leva, rouge de colère

« Moi qui pensais trouver de la compréhension auprès de vous ! »

Arabella profondément agacée, répondit sèchement

« Et moi je pensais que le fait de connaître le secret de ma mère ne changeait rien pour vous. »

Emmaline bafouilla, rougit et Arabella en profita reprenant d’une voix plus douce

« Allons Emmaline, ne nous fâchons pas. Je sais que vous voulez le meilleur pour votre Sarah comme je le souhaite pour Willy et Becca. Mais parfois le plus prestigieux n’est pas forcément le meilleur. Sarah est amoureuse de Tim et elle a la chance que son sentiment soit partagé, n’est-ce pas le principal ? »

 

Emmaline se rassit et renâcla

« C’est un vacher…

- Et alors ? Il ne le restera peut-être pas toute sa vie ! L’important c’est qu’il soit un bon époux et qu’il veille sur Sarah. »

Emmaline soupira

« C’est aussi ce que dit Grand Pa … »

Arabella sourit

« Emmaline, je sais de quoi je parle, ma mère n’était pas très chaude pour me voir épouser Billy … et je peux vous assurer que si elle m’avait forcée à choisir entre Billy et elle… J’aurais choisi Billy.

- Donc selon vous je devrais laisser faire …

- Et aider votre fille à se préparer à devenir une épouse. Confirma Arabella. Et puis vous avez deux autres filles…. Marier l’aînée vous permettra de placer les deux autres, les hommes se méfient toujours lorsqu’il y a à la maison une fille restée sans prétendant… »

 

Si le reste n’avait pas réussi à toucher le cœur d’Emmaline ce fut cette dernière vérité et les perspectives qu’elle offrait qui convainquirent la commère

« Oui … je n’avais pas vu … aussi loin… Merci beaucoup Arabella vous avez été d’une aide précieuse.

- Tout le plaisir a été pour moi. » Ironisa Arabella

Emmaline sembla alors prendre conscience de la méchanceté de ses paroles précédentes et soupira

« Arabella j’ose espérer que vous parviendrez à me pardonner les mots que j’ai eu à votre égard, je n’ai jamais…. »

Ne se sentant d’humeur à écouter les justifications hypocrites de sa voisine, Arabella coupa court à ses excuses maladroites

« Oublions ça voulez-vous… Nous mettrons cela sur le compte de votre émotion. »

 

Gênée, Emmaline balbutia quelques mots puis se leva à la hâte

« Je… je ne vous dérange pas plus, je …

- Vous avez une noce à organiser. Trancha Arabella. Et j’ai moi-même plusieurs choses à faire »

Emmaline baissa la tête, piteuse

« Viendrez-vous cet après-midi pour le thé ?

- J’en doute. Répondit sèchement Arabella qui tenait à marquer le coup. Becca fait ses dents et elle a de la fièvre.

- Demain alors ?

- Si Becca se sent mieux. Répondit Arabella. Au revoir Emmaline. »

 

*

 

La brouille entre les deux voisines dura une semaine, jusqu’à ce qu’Emmaline, un pot de confiture et des scones en main ne se décide à venir faire la paix avec Arabella. La jeune femme aurait bien continué à ignorer sa voisine, mais l’œil gourmand que Will lança aux scones eut raison de ses réticences et Arabella se retrouva attablée autour d’une tasse de thé et affairée aux préparatifs du mariage de Sarah à la conclusion duquel elle avait si bien œuvré.

 

*

 

La cérémonie se déroula le dernier dimanche de la saison chaude, si on pouvait dire qu’il existait une saison chaude en Écosse, et Arabella ne put retenir un petit pincement d’envie en voyant une Sarah rougissante remonter la nef de l’église du village, vêtue d’une robe blanche surchargée de froufrous comme il se devait.

 

A ses côtés, Bill lui prit discrètement la main tandis que les époux échangeaient d’une voix tremblante les vœux qui les enchaîneraient l’un à l’autre.

« Tu regrettes ? » Demanda Bill tout bas

Arabella lui lança un coup d’œil et serra un peu plus sa main

« De t’avoir épousé ? Jamais … C’est juste que j’aurais aimé que notre mariage ressemble à celui-ci … »

Bill la regarda, perplexe et répondit

« Moi, je suis content que nous nous soyons mariés en mer… C’est mieux qu’une église… Bon ta mère a un style bien à elle c’est vrai … Mais rien ne vaut un mariage en mer. »

Arabella sourit, touchée par sa sincérité évidente

« Dans ce cas… Je n’ai rien à objecter. »

 

Bill se pencha doucement vers elle et l’embrassa légèrement tandis que Tim et Sarah faisaient de même quelques bancs devant eux et qu’Emmaline se mouchait bruyamment

 

La fête qui suivit fut joyeuse, les danses se succédèrent aux danses et Arabella désigna à Bill avec un rire Fiona Schatz et le capitaine Gois qui dansaient ensemble et tentaient vainement de dissimuler leurs sentiments

« L’envoyé du Roi va peut-être partir plus tôt que prévu. » Ricana-t-elle

Bill s’apprêtait à répondre lorsque Will les interrompit

« Maman .. Becca tombée … »

Arabella soupira alors que lui parvenait les premiers hurlements de la gamine

« Au moins on sait qu’elle est en vie… Plaisanta Bill. Va la chercher, je reviens, je crois qu’il faudrait mieux que j’invite la mariée à danser… Pour ne pas ranimer d’anciens ragots… »

Arabella hocha la tête et s’empressa de relever la petite Rebecca qui lui lança un regard furieux qui lui rappela tellement Laura qu’elle ne put s’empêcher d’éclater de rire

 

Tandis que sa femme consolait l’enfant, Bill lui, vivait l’un des moments les plus embarrassants de sa vie, exception faite de ceux passés en compagnie de Laura. Il s’était incliné devant Sarah et l’avait invitée d’un ton plaisantin

« Je ne peux pas ne pas danser avec la plus jolie fille de la soirée

- Mr Turner …

- Allons appelle moi donc Bill comme tout le monde ». Avait-il répondu avec étourderie

 

A partir de cet instant, les choses avaient commencées à devenir gênantes… En effet, Sarah, une assurance toute nouvelle à présent qu’elle était mariée, se pencha vers lui

« Je suis contente de danser avec vous ..Bill

- Mais moins qu’avec ton mari. » Répondit Bill d’un ton taquin

Sarah, les joues rougies par l’alcool poursuivit sans se soucier de sa réponse

« J’ai toujours rêvé que vous m’invitiez à danser ainsi .Vos mains sur ma taille et puis…

- Ma femme m’appelle ! La coupa Bill en hélant Tim. Tiens mon gars je te la rends. » Déclara-t-il en s’éloignant comme s’il avait le diable à ses trousses

 

Arabella le regarda revenir vers eux, stupéfaite

« Déjà ?

- Oui déjà. Répondit Bill d’un ton bourru en prenant Will sur ses genoux

- Il s’est passé quelque chose ?

- Rien que tu aies envie de savoir. Grommela Bill

- Oh ! S’indigna Arabella en comprenant sur le champ de quoi il retournait. Quelle petite…

- Elle est saoule… Soupira Bill. Et je pense que Tim va bien vite calmer ses ardeurs

- Il a intérêt… Sinon c’est moi qui m’en chargerais. Marmonna Arabella, faisant naître un grand sourire sur les lèvres de Bill qui s’empressa de l’embrasser

- Pourquoi ce baiser ?

- Parce que tu m’aimes assez pour être encore jalouse d’une petite idiote qui ne t’arrive pas à la cheville. »

Arabella rosit de plaisir et les deux époux approfondirent leur baiser

« Maman … Pourquoi vous faites ça ? » Les interrompit Will

 

Bill se pencha vers lui

« Parce que nous nous aimons beaucoup

- Berk… »

Bill éclata de rire.

« Toi aussi Willy ça t’arrivera un jour, quand tu auras trouvé la bonne …

- Le plus tard possible. » Ne put s’empêcher d’ajouter Arabella

 

*

 

Le mariage de Tim et Sarah fut le dernier événement heureux avant un hiver aussi dévastateur que précoce qui mit à mal les finances de bon nombre de villageois. A commencer par les Turner.

 

En effet, une des nombreuses tempêtes qui secouèrent les côtes cet hiver-là eut raison du bateau de pêche sur lequel naviguait Bill, tuant du même coup la moitié de l’équipage. Heureusement Bill n’était pas de ceux-là. … Mais malheureusement il se retrouva sans travail au milieu d’un hiver rude où la disette faisait rage…

 

Pour ne rien arranger Laura et Reece ne leur avaient pas rendu visite, attendu qu’une garnison de la Navy avait justement établi ses quartiers à Cornwallis et levé des impôts pour subvenir aux besoins des troupes alors que l’argent manquait déjà dans la plupart des foyers…

 

Arabella se trouvait devant la bourse remise par Laura dont le contenu s’amenuisait considérablement, leur laissant de quoi tenir encore un mois s’ils faisaient attention lorsque Bill passa la porte de la maison, poussé par une bourrasque.

« Arabella j’ai trouvé du travail ! » S’écria-t-il

Soulagée la jeune femme se jeta à son cou et le serra contre elle à l’étouffer

« Oh Billy c’est merveilleux ! Que vas-tu faire ? »

 

Bill se crispa légèrement…. En effet s’il était plus que ravi de son nouvel emploi, il doutait que sa femme partage son enthousiasme aussi la guida-t-il vers la chambre, préférant garder leur conversation hors de portée des oreilles de Will et Becca

« Billy ? Demanda Arabella, le cœur serré par une brutale angoisse

- Je… Tu sais le Bond Sea ? Et bien… Ils ont perdus pas mal de matelots durant la dernière avarie. Et j’ai parlé au capitaine et il est prêt à m’engager pour la traversée… Et le retour bien sûr

- La traversée… Répéta Arabella d’une voix blanche

- Vers les Caraïbes… Quelques mois puis je serais de retour… Et il est prêt à me donner la moitié de ma solde maintenant … Ça vous laissera de quoi vivre en mon absence… Enfin si tu es d’accord. » Ajouta-t-il à la hâte, les yeux brillants d’excitation

Arabella blêmit et se détacha de son étreinte 

«  Je croyais… que tu avais trouvé quelque chose à terre …

- Arabella… Rien ne paie mieux que ce genre de traversée et tu le sais… Et nous avons besoin de cet argent… Répondit Bill.

- Mais .. Tu vas partir plusieurs mois …

- Et je reviendrais les poches pleines… Avec ça je pourrais acheter un petit bateau de pêche et tout redeviendra comme avant … »

 

Arabella ne répondit pas, le cœur serré alors que les mises en garde de Laura lui revenaient brusquement en mémoire. Bill grimaça et lui prit la main

« Ça ne me plait pas plus qu’à toi. Déclara-t-il en omettant soigneusement de lui dire qu’une part de lui bondissait d’impatience à l’idée de reprendre la mer, cette fois pour un long voyage. Mais je crois qu’on a pas d’autres solutions. »

La jeune femme se mordit la lèvre inférieure jusqu’au sang

« Mais si tu trouvais quelque chose… au village ou ailleurs nous pourrions … partir. »

Bill soupira

« Ailleurs ce sera pareil Arabella, toute la région est touchée par la famine et le manque de travail… La seule issue est de s’engager dans la Royal Navy … ou sur un navire marchand. Sauf que dans le premier cas, ça signifie voyager sans cesse et percevoir une maigre solde… Alors que dans le second, je serais bien payé car j’ai de l’expérience en matière de navigation dans ces eaux… Ce que le Capitaine recherche… »

 

Le cœur lourd, Arabella chercha désespérément une autre solution

«  Mais ma mère et Reece, ils vont revenir.

- Pas tant que la garnison sera ici tu le sais très bien… Et ils resteront encore plusieurs mois… D’ici là nous n’aurons plus rien… Et alors comme fera-t-on avec Willy et Becca ? »

Arabella ferma les yeux en sentant ses larmes monter, Bill s’en aperçut et la serra contre lui

« Qu’est-ce qu’il y a ? Pourquoi pleures-tu ? Lui demanda-t-il doucement

- Parce que j’ai peur que si je te laisse partir… Tu ne nous reviennes jamais… »

Bill l’embrassa doucement

« Je reviendrais Arabella. Je t’aime. Seule la mort pourrait m’empêcher de revenir vers toi… »

 

Arabella soupira lourdement alors que la porte s’ouvrait et livrait passage à Will

« Maman ? Je peux avoir un gâteau ? J’ai faim »

Bill saisit l’occasion et ressentit pour la première fois un énorme élan d’amour et de reconnaissance pour son fils qui venait ainsi de lui faciliter la tâche

« Tu vois bien que nous ne pouvons pas faire autrement. » Murmura-t-il

Arabella se força à reprendre son calme puis se tourna vers Bill, le cœur serré

« D’accord… Un seul voyage

- Juste quelques mois histoire d’avoir de quoi vivre et acheter un petit bateau. La rassura Bill

- Mamaaaaaaaaaaaaaaan. » Insista Will

Arabella se leva avec lassitude et rejoignit son fils tandis que le cœur de Bill accélérait brutalement à l’idée de bientôt retrouver le goût des embruns…

 

 

Chapitre 7                                                                                         Chapitre 9

Écrire commentaire

Commentaires : 0