Chapitre 5 De surprises en surprises

Alors que, son petit William dans les bras, Arabella se dirigeait vers la maison d’Emmaline pour l’éternel rituel du thé elle lutta contre l’envie subite et impérieuse de faire demi-tour et de se sauver le plus loin possible avant de se reprendre. Après tout elle avait toujours entretenu de bonnes relations avec Fitzwilliam … Il n’y avait donc aucune raison pour qu’il s’en prenne à elle. Si ce n’était bien entendu sa nature réelle d’officier de la Navy.

 

Emmaline l’accueillit avec un grand sourire et la prit familièrement par le bras tandis qu’Arabella notait du coin de l’œil la tenue de Sarah. Pour dire vrai, si la jeune fille avait été sa fille, elle l’aurait envoyée se changer…. Sarah arborait une robe d’un rose passé, aux manches et au col surchargés d’une dentelle jaunâtre tandis qu’une myriade de petits nœuds (qui avait donc bien pu avoir un telle idée ?) ornait ses amples jupons. La coiffure de la jeune fille était à la hauteur de sa toilette : ses cheveux roux retombaient en boucles molles autour de son visage en faisant ressortir la pâleur maladive et il fallait bien le reconnaître… le peu de grâce.

 

Pour couronner l’ensemble, Sarah arborait une expression compassée et gauche qui laissait deviner, si la tension des coutures de sa robe ne suffisait pas à le faire comprendre, son inconfort.

« N’est-elle pas magnifique ! S’exclama Emmaline avec fierté tandis qu’Arabella installait Will pour qu’il puisse faire sa sieste.

- Assurément. » Répondit Arabella du bout des lèvres.

Emmaline ne tint pas compte de son peu d’enthousiasme (si tant est qu’elle l’ait remarqué) et poursuivit

« Je lui ai cousu cette robe moi-même ! Et sans modèle vous savez ! Tout est de moi

- Ah c’est pour ça… » Commenta Arabella

 

Emmaline se retourna vers Sarah et la houspilla

« Allons tiens-toi droite et parle de choses intéressantes lorsque le Capitaine Norrington sera là

- Intéressantes ? Demanda Sarah tandis qu’Arabella retenait un ricanement

- Oui, parle de couture, de musique … Montre toi sous ton meilleur jour !

- Oui Mère… » Soupira Sarah avec tellement de lassitude qu’Arabella sentit son cœur se serrer.

Au moins Laura lui avait épargné ce genre de scènes … Mais en même temps c’était facile attendu qu’elle n’avait jamais été là…

 

Emmaline s’assit pesamment tandis qu’Arabella s’installait et se bornait à disposer ses jupes pour ne pas qu’elles ne la gênent.

« Votre tenue est un peu simple ma chérie… » Commenta Emmaline

Arabella baissa les yeux sur sa propre robe aux couleurs chatoyantes qui était plus pratique qu’habillée et répondit.

« C’est celle que je porte habituellement pour prendre le thé. Et du reste, je ne vois pas pourquoi je ferais des frais de tenue pour Fitzwilliam. »

Emmaline joignit les mains.

« Oh c’est très gentil à vous ma chérie, de penser ainsi à mettre notre petite Sarah en valeur … »

Arabella ouvrit un œil rond mais l’arrivée du vieux Mc Drache la dispensa de répondre

« Pourquoi diable Sarah s’est-elle déguisée en… En quoi est-elle au juste ? » Demanda le vieil homme tout en s’asseyant et en commençant à bourrer sa pipe.

 

Emmaline lui lança un regard contrarié et lui répondit d’un ton guindé

« Nous attendons un invité de marque aujourd’hui, un soldat de Sa Majesté. La tenue de Sarah est à la hauteur de son prestige.

- Ouais… Ça veut dire qu’ vous allez essayer de pousser cette pauvre fille dans les bras d’ ce type qu’vous connaissez pas… Dans c’ cas j’espère qu’il est aveugle.

- Grand Pa ! » S’outra Emmaline tandis que Sarah rougissait violemment, de toute évidence au supplice.

Le vieux Mac Drache alluma lentement sa pipe puis se tourna d’un air placide vers sa bru

« Quoi ? Madame Turner est trop polie pour le dire mais moi j’ connais aucun homme qui s’enticherait d’une gamine déguisée comme un d’ ces bonbons roses de Londres. »

 

Arabella retint son fou rire (plus par pitié pour Sarah que pour autre chose) tandis que, piquée au vif, Emmaline répliquait

« C’est que vous n’avez aucun goût Grand Pa… Le Capitaine Norrington est un homme raffiné, contrairement à vous, pas le genre à aimer le genre de femme que l’on peut trouver dans les bordels. »

Un silence de plomb tomba soudain sur la pièce. Emmaline rougit et se tourna vers Arabella

« Oh pardon ma chérie, je suis d’une indélicatesse… Je … » Bafouilla-t-elle

Arabella la regarda sans comprendre puis se rappela soudain que sa mère était justement sensée être une putain

« Oh... Et bien ne vous en faites pas j’ai l’habitude... » Marmonna-t-elle.

 

Emmaline souffla d’un air soulagé et tritura sa dentelle avec embarras. Le vieux Mc Drache tira une longue bouffée de sa pipe et fixa sa belle fille

« L’eau va pas tarder à bouillir, faut la retirer si vous voulez que le thé soit au moins buvable.

- Oui… » Balbutia Emmaline

Tandis que la femme s’affairait, le vieux Mac Drache posa son regard aigu sur Arabella et sourit légèrement. Il ne croyait pas une seule seconde que Laura soit une catin repentie… Pas plus qu’il ne croyait que Mr Reece était un négociant. En fait il avait eu le doute dès qu’il avait vu débarquer d’on ne savait d’où les Turner …

« Dites-moi Madame Turner, quel est donc votre nom de jeune fille ? » Demanda-t-il brutalement

Prise au dépourvu par la question incongrue, Arabella répondit

« Smith. »

 

Le vieux Mac Drache écarquilla les yeux un bref instant puis sourit.

« Laura Smith … Murmura-t-il. Oui bien sûr… »

Affolée, Arabella le fixa, se demandant ce qu’il avait deviné au juste et le vieil homme s’empressa de la rassurer

« Oui, j’ai connu une Laura Smith dans l’ temps… Où j’étais marin. Ma foi y a des noms qu’il vaut mieux ne pas prononcer parfois… Même s’ils sont courants. » Ajouta-t-il les yeux dans ceux d’Arabella

Arabella déglutit et hocha la tête, incapable de parler

« Grand Pa ! S’insurgea Emmaline. Inutile de nous gratifier de l’une de vos histoires de taverne ! Dois-je vous rappeler que la pauvre Arabella fait tout pour oublier les occupations de sa mère

- Oh .. J’avais pas l’intention de parler. » Répondit fermement le vieux Mac Drache.

 

Arabella souffla discrètement tandis que le vieil homme se calait dans son fauteuil, un léger sourire aux lèvres. Laura Smith. Le Capitaine Laura Smith… De La Fleur de la Mort. Cela expliquait beaucoup de choses. Notamment la relative aisance dont jouissaient les Turner même s’ils la dissimulaient. Il s’en était du reste toujours douté… Mais il ne serait sûrement pas celui qui l’ouvrirait... Après tout, tout le monde avait le droit à une seconde chance et puis, si quelqu’un s’était intéressé de près à l’origine des biens des Mac Drache il aurait peut être fini par découvrir que lui-même n’avait pas été qu’un simple pêcheur parmi tant d’autres… Un air béat sur le visage, le vieux Mac Drache accorda une pensée émue à ses souvenirs de petite piraterie dont son fils (et surtout sa bru) ignoraient tout tandis qu’Arabella l’observait avec curiosité.

 

Le fracas des tasses disposées par Emmaline les ramena tous deux au présent

« Comptez-vous restez ici tout l’après-midi ? Demanda-t-elle à son beau-père d’un ton faussement respectueux

- J’aime autant. Répondit Mc Drache. C’est pas tous les jours qu’on reçoit un inconnu

- Un ami d’Arabella !

- Une connaissance … » Protesta faiblement cette dernière.

Le vieux Mac Drache se cala dans son fauteuil à ces mots

« Oh et bien l’après-midi promet d’être intéressante dans ce cas… »

 

Emmaline lui adressa un regard dépité et le vieil homme poursuivit

« Ne serait-ce que pour voir cette pauvre Sarah tenter d’intéresser un homme … »

Sarah baissa les yeux et le cœur d’Arabella se serra de pitié. Elle étendit la main discrètement vers celle de la jeune fille qu’elle serra brièvement

« N’y faites pas attention… Murmura-t-elle. Il vous aime beaucoup vous le savez bien

- Bien sûr que je l’aime beaucoup ! S’exclama le vieux Mac Drache qui malgré son âge avancé avait encore l’ouïe fine. C’est bien pour ça qu’il m’est pénible de la voir déguisée en bonbon et rendue ridicule.

- GRAND PA !!! » S’écria Emmaline.

Le vieil homme grommela et se cala dans son fauteuil, peu désireux de subir une nouvelle fois les cris stridents de sa bru

« Ça va... Je me tais… » Marmonna-t-il.

 

*

 

Les minutes passèrent qui se changèrent bientôt en une longue heure et Arabella se prit à espérer que Fitz ne vienne pas.

 

Un coup décidé frappé à la porte tua net ses brèves espérances. Emmaline se leva brutalement et se précipita à la porte. Elle l’ouvrit avec force courbettes et dévoila Fitzwilliam, qui son chapeau à la main, attendait, un sourire sardonique aux lèvres

«  Madame Mac Drache. J’espère que je suis bien à l’heure…

- Oh mais bien sûr Capitaine Norrington. Roucoula Emmaline. Je vous en prie entrez donc, notre demeure est modeste mais c’est un plaisir de vous recevoir. Sarah laisse donc un peu de place au capitaine. Je vous en prie prenez place à côté de ma Sarah… Vous connaissez Arabella bien sûr et voici mon beau père. Je, désirez-vous du thé ? » Déclama-t-elle d’une traite

 

Fitz inclina légèrement le menton et prit place à côté de la jeune Sarah.

« Vous avez une robe ravissante. » Commenta-t-il sans la regarder.

Arabella sourit légèrement en percevant la légère touche ironique qu’il avait mise dans ses propos. Son sourire mourut alors que le regard de Fitz se posait sur elle

« Toujours radieuse Arabella. Tu fais honneur à ta mère…

- Merci… Balbutia Arabella tandis qu’Emmaline servait le thé.

- Désirez-vous des scones Capitaine Norrington ? J’en ai justement de tout chauds …

- Avec plaisir Madame. » Répondit Fitz avec une parfaite politesse avant de se retourner vers Arabella

 

Nerveuse, la jeune femme adressa une supplique silencieuse à Will. Si seulement il pouvait pleurer pour une fois…

« Alors dites-nous tout capitaine... Que faites-vous donc dans notre charmante ville ? Demanda Emmaline en faisant les gros yeux à Sarah qui triturait nerveusement sa robe

- Rien que de très banal et pour cela complètement dépourvu d’intérêt. Répondit Fitz. Mis à part le plaisir de revoir cette chère Bella bien entendu. La dernière fois que je t’ai vue, tu n’étais pas encore mariée…

- Et bien je le suis à présent ! Répondit grossièrement Arabella, les nerfs à vif

- Oh est-ce que par le plus grand des hasards je connaîtrais le chanceux que tu as épousé ? » Demanda Fitzwilliam

Arabella saisit sa tasse, obligeant sa main à ne pas trembler tandis qu’Emmaline s’empressait de répondre

« Oh William Turner est assurément un brave homme. Notre chère Arabella et lui forment un couple charmant. »

 

Fitz haussa le sourcil

« William ? Ainsi tu n’as pas épousé Jack… Tant mieux je l’ai craint un instant … »

Arabella se détendit légèrement devant l’énormité et ne put s’empêcher d’éclater de rire

« Jack ??? Sûrement pas !

- Oui c’est vrai… C’était insultant de croire que tu aies pu tomber aussi bas … Répondit Fitz

- Qui est donc ce Jack ??? Ne put s’empêcher de demander Emmaline, dévorée par la curiosité.

- Jack… Moineau. Notre cher petit capitaine Moineau. Ricana Fitz. Un jeune homme sans intérêt aucun. »

 

Arabella se détendit un peu plus en constatant que Fitz paraissait décidé à garder le silence sur les circonstances réelles de leur rencontre

« C’est loin tout ça. Déclara-t-elle

- Oui… Effectivement. T’a-t-il dit que j’avais rencontré son père ? Demanda Fitz. Une rencontre intéressante … qui a terrorisé mon pleutre de jeune cousin j’en ai peur. »

Arabella prit l’air étonné

« Non… Mais ça ne m’étonne guère attendu que je n’ai jamais revu Jack. »

Fitz sourit finement et prit une gorgée de thé

« Surprenant… j’aurais pensé le contraire

- Et bien tu t’es trompé ! » S’agaça Arabella

 

Sentant que la conversation lui échappait, Emmaline s’empressa de la ramener sur sa principale préoccupation à savoir placer sa fille. L’heure qui suivit s’écoula donc en un catalogue des qualités de Sarah auquel Fitzwilliam répondit par des exclamations polies tandis que la dite Sarah gardait le silence, plus rouge que jamais.

 

Finalement, jugeant que le supplice de sa petite fille (et de leur invité) avait assez duré, le vieux Mac Drache intervint

« Dites-nous capitaine … Vous avez bien une spécialité dans votre corps d’armée. »

Fitz se retourna vers lui et sourit avant de poser ses yeux sur Arabella

« En effet… je suis en quelque sorte un spécialiste... De la chasse.

- Oh ?? S’étonna Emmaline. Mais que chassez-vous donc ?

- Oh bien toute sorte de hors la loi déplaisants Madame. Les pirates par exemple. » Répondit Fitz avec flegme.

 

Emmaline poussa un petit cri horrifié à cette mention tandis qu’Arabella se forçait à soutenir le regard de son ancien compagnon d’aventure

« Dieu merci nous n’avons pas de pirates autour de nos côtes ! S’exclama Emmaline

- Qui sait Madame… Parfois on a des surprises… Commenta Fitz. On croit connaître les gens jusqu’au moment où l’on réalise à quel point on se trompe. »

Arabella grinça des dents et répondit

« Tu es bien placé pour le savoir Fitzy ! »

 

Fitz eut un mince sourire

« Et moi je te croyais mal placée pour le savoir Bella. »

La jeune femme sentit son estomac se tordre en comprenant qu’elle venait de se trahir, ou du moins de démentir son affirmation de ne pas avoir revu Jack.

« Mais … Il n’y a pas de pirates à traquer ici. Intervint brusquement Sarah au grand dam de sa mère.

- Les pirates vont et viennent Miss Mac Drache. Lui expliqua Fitz. Et parfois ils ne peuvent résister à l’envie de voir un être cher… »

 

Le cœur d’Arabella s’affola. Elle avait bien deviné. Fitzwilliam n’était pas là par hasard… Elle doutait même que leur rencontre sur le marché ait été aussi fortuite qu’il avait voulu le faire croire. La voyant blêmir, le vieux Mac Drache intervint

« Et si Sarah vous faisait faire le tour du jardin Capitaine Norrington ? Suggéra-t-il. Pour un homme d’action comme vous il doit être pénible de rester ainsi assis. Sarah, offre donc ton bras au capitaine. »

Fitz contracta légèrement la mâchoire, agacé par l’obsession que semblaient avoir les Mac Drache pour le fait de lui imposer leur fille à marier. Toutefois il dissimula sa contrariété sous un vernis de politesse et s’inclina devant Sarah

« En effet, le plaisir serait intense Miss

- Emmaline accompagne les donc. Intervint le vieux. Vous m’excuserez Capitaine mais les règles même de la décence interdisent que nous vous laissions seul avec not’ Sarah, aussi grand soit de toute évidence vot’ sens de l’honneur. »

 

Fitz fixa le vieux puis reposa son regard sur Arabella

« Tu nous accompagnes bien sûr…

- Non. Répondit la jeune femme. William ne va pas tarder à réclamer et je n’ai pas envie que ses cris ennuient Mr Mac Drache aussi vais-je rester.

- Bien entendu. » Ironisa légèrement Fitz

 

*

 

Une fois la porte franchie par Emmaline, Sarah et Fitz, Arabella poussa un soupir de soulagement tandis que le vieux Mac Drache l’observait

« Vous devriez dire à votre mère d’éviter de vous rendre visite Madame Turner… Du moins pour l’instant. » Commenta-t-il calmement

Arabella se tourna vers lui, résignée et comprenant qu’il était inutile de feindre

« Depuis quand savez-vous ? Demanda-t-elle

- Oh j’avais des doutes… Mais j’en suis sûr que d’puis tout à l’heure. »

 

Arabella accusa le coup, maudissant le manque de réflexion qui l’avait conduite à donner son véritable nom.

« Qu’allez-vous faire ? » Demanda-t-elle

Le vieux Mac Drache sourit

« Faire ? Pourquoi je ferais quoique ce soit ? Ce sont vos histoires non ? »

Arabella sentit le soulagement l’envahir peu à peu et reprit

« Et Emmaline ? »

Le vieux cracha un long jet de salive jaunâtre en direction de la table, lequel s’écrasa à côté du bol prévu à cet effet

« Loupé. Commenta-t-il avec indifférence. Pour Emmaline je vous conseille de ne rien lui dire, elle est incapable de garder un secret. Vaut mieux vous en tenir à vot’ version. En tout cas moi à vot’ place c’est-ce que je ferais. Et j’lui dirai rien non plus.

- Merci… Souffla Arabella avec reconnaissance.

- Pas de quoi. Vous êtes un gentille petite et vot’ mari est un brave gars. » Répondit le vieux Mac Drache en bourrant une nouvelle pipe.

 

Arabella sourit avant de reporter son attention sur la pièce adjacente où William gémissait doucement

« Allez y ma fille .. Moi j’bouge pas. Lui enjoignit le vieux Mac Drache

- Merci… » Souffla à nouveau Arabella avant d’aller rejoindre Will, un peu rassurée par sa conversation avec le vieil homme.

 

*

 

Pendant qu’Arabella se découvrait un allié inattendu, Fitz, coincé entre Sarah et Emmaline, faisait le tour du jardin de ces dernières et réprimait à grand peine son ennui.

« Ma Sarah excelle pour tout ce qui est de tenir une maison vous savez. Attaqua Mme Mac Drache.

- Oh .. Vraiment ? Demanda Fitz en jetant un regard à la chose rougissante pendue à son bras

- En fait elle fait tout, elle est merveilleuse avec les enfants et c’est une cuisinière hors pair.

- Je vous crois sur parole. » Répondit Fitz qui sentit un filet de sueur lui dégouliner dans le dos à l’idée de devoir supporter un dîner chez les Mac Drache

 

Emmaline sourit avec satisfaction et pinça discrètement Sarah pour l’encourager à parler

« Aie ! S’exclama la jeune fille

- Un problème Miss ? Demanda Fitz

- Je.. Non… Non… » Bafouilla Sarah, les yeux baissés.

Voyant que sa fille était décidemment incapable d’aligner deux mots sans bégayer, Emmaline reprit les rennes de la conversation

« Et quelle patience avec les enfants ! S’extasia-t-elle. Il suffit de la voir avec le petit William, elle est la seule à venir à bout de ses pleurs… J’ai bien peur que notre chère Arabella ne soit pas très douée avec les enfants… »

 

Fitz sourit légèrement et saisit l’occasion de revenir au sujet qui le préoccupait et qui était la raison de sa présence.

« Oh je ne doute pas que sa mère lui apporte une aide précieuse

- Ah… Sa mère… Murmura Emmaline l’air gêné

- Oui Laura … Vous la connaissez bien entendu. » Insinua Fitz

Emmaline hésita puis baissa la voix

« Elle est venue une fois… Mais je doute qu’elle revienne… »

 

Fitz tiqua et lui demanda d’un ton faussement nonchalant.

« Pourquoi cela Madame Mac Drache ? »

La vieille commère eut le bon goût de paraître embarrassée quelques secondes, puis…

« Oh et bien je pense pouvoir compter sur votre discrétion.. Voyez-vous je ne voudrais pas peiner notre chère Arabella en lui rappelant des souvenirs désagréables alors il vaut sans doute mieux que vous sachiez… »

Fitz s’efforça de garder un visage égal tandis que l’autre faisait mine de se débattre avec sa conscience

« En fait... Le mari d’Arabella l’a mise dehors… Il y a eu une grosse dispute et …

- Une dispute ? » Souligna Fitz

 

Emmaline rougit

« Oui … A cause de, des activités de Laura… Vous savez…

- J’en ai une vague idée. Ironisa Fitz

- Toujours est-il que le mari d’Arabella a décidé de ne pas tolérer cela, ce dont on ne peut moralement le blâmer et il l’a mise à la porte.

- Je vois… Et Arabella ? Qu’en pense-t-elle ?

- Elle est d’accord bien entendu ! De ce que j’ai compris, sa mère n’a jamais été vraiment là alors… »

Fitz accusa le coup et réfléchit à la hâte. Ses informateurs avaient bien parlé d’une visite… Mais en revanche ils n’avaient pas précisé qu’elle ait tourné aussi mal

« J’imagine que le mari d’Arabella n’a pas du y aller de main morte. Commenta-t-il

- Oh ça a été atroce, des cris affreux, bien sûr nous avons fait mine de ne rien entendre afin d’épargner notre chère petite. S’empressa de déclarer Emmaline, qui était parvenue sans mal à se convaincre qu’elle avait été le témoin de la scène racontée par Arabella (après tout le contraire eut été impensable !)

- Oui.. C’est sans doute l’attitude la plus charitable. Commenta Fitz sans prêter attention au regard surpris de Sarah.

- En effet. Déclara Emmaline avec satisfaction. Après tout cela ne nous concerne pas et nous sommes une famille honorable… Et discrète, qualité que possède sans conteste notre chère Sarah, voyez donc à quel point elle n’ose parler ! »

Fitz songea pour lui-même qu’il était dommage que la mère n’est pas la même retenue que la fille.

« Certainement. » Commenta-t-il en les ramenant, lentement mais sûrement vers la maison.

 

 

*

 

Quelques minutes plus tard le petit groupe franchissait la porte et rejoignait Arabella et le vieux Mac Drache, assis paisiblement au salon. Arabella ne laissa pas le temps à son hôtesse de prendre la parole et déclara

« Bien, j’attendais justement votre retour pour prendre congé, ce fut une après-midi charmante mais j’ai peur que William ne soit pas content de devoir attendre son dîner. »

Fitz lui lança un regard aigu puis se tourna à son tour vers les Mac Drache, il en avait tiré tout ce qu’il pouvait, il était inutile de prolonger son supplice

« Seigneur il est donc si tard ? S’étonna-t-il avec exagération. Il faut dire qu’en votre compagnie, le temps passe si vite… Cependant je dois moi aussi rejoindre mes devoirs. »

 

Emmaline dissimula mal sa déception mais s’inclina toutefois

« J’ose croire que vous nous rendrez à nouveau visite Capitaine Norrington, Sarah y tient beaucoup. »

La dite Sarah jeta un regard désespéré à sa mère tandis que Fitz s’inclinait avec élégance devant elle

« Comment résister à une aussi charmante invitation. Susurra-t-il en effleurant la main de la jeune fille de ses lèvres pendant qu’Arabella luttait contre son besoin urgent d’étrangler Emmaline.

- Je.. Revoir Capitaine… » Balbutia Sarah

 

Fitz lui accorda à peine un regard et se tourna vers Arabella.

« Je te raccompagne, ainsi nous aurons le temps de parler un peu… Et puis les routes ne sont pas toujours sûres

- Ça ira je te remercie. Répondit vivement Arabella. Ne te met pas en retard pour moi

- J’ai encore un peu de temps. Répondit Fitz d’un ton froid en lui prenant le bras.

- Dans ce cas… » Répondit faiblement Arabella en comprenant qu’elle n’avait pas le choix sous peine d’éveiller encore plus ses soupçons

 

*

Après dix bonnes minutes d’au revoir, de courbettes et de promesses d’une visite prochaine, Fitz et Arabella s’engagèrent sur le chemin qui menait à la maison des Turner

« Alors comme ça tu as cessé toute relation avec ta mère. » Attaqua Fitz

Arabella serra William contre elle

« Je vois que la discrétion d’Emmaline a encore fait des merveilles…

- Ce genre de bonne femme est inarrêtable. Commenta Fitz. Elle me fait penser à cet imbécile de Jack. »

 

Arabella soupira puis se décida

« Pourquoi es-tu ici Fitzy ? »

Des grands yeux faussement innocents lui répondirent

« Voyons, pour prendre le thé Bella…

- Arrête ! Nous savons tous deux que c’est faux ! »

Fitz se retourna vers elle et son regard épousa les contours du visage agréable qu’il n’avait jamais totalement oublié

« Et si je te disais que je voulais te revoir Bella ? »

 

La jeune femme déglutit et serra un peu plus son fils contre elle

« Ne serait-ce pas plutôt ma mère que tu voulais revoir Fitzwilliam ?

- Le devoir n’empêche pas le plaisir. » Répondit Fitz en se rapprochant imperceptiblement.

Gênée, Arabella prit le parti d’en rire

« Oh je t’en prie Fitzy nous nous connaissons trop bien pour que j’avale ça

- Pourtant c’est la vérité. Répondit Fitz. Pour tout te dire, je suis même ravi que tu aies cessé tout commerce avec ta mère, cela m’aurait déplu de devoir t’arrêter. »

Cette fois Arabella frémit.

« Fitz…

- Je sais, tu mènes une vie honnête et tu as coupé tout tes liens avec les pirates… En revanche je m’étonne que tu te sois confiée à cette bonne femme. Ça ne te ressemble pas. »

 

Arabella évalua les risques puis choisit de justifier son mensonge

« En fait je lui ai dit que ma mère était une catin… Tout vaut mieux que de dire qu’elle est pirate. Déclara-t-elle d’un ton dégoûté.

- Oui je me souviens… Tu les as toujours détestés… Murmura Fitz en s’approchant encore.

- Et j’aimerais beaucoup oublier cet épisode si tu n’y vois pas d’inconvénients. Ajouta Arabella en découvrant avec angoisse qu’elle était sur le seuil de sa maison. Bien… Je crois que je ne risque plus rien à présent. Et il me semble que tes hommes t’attendent… »

 

Fitz la fixa et songea qu’elle était encore plus jolie qu’à l’époque où elle servait des choppes de rhum dans la taverne dégoûtante de son père

«  Je ne compte pas trahir ton secret Bella…

- Au revoir Fitz. Répondit Arabella avec fermeté. Peut-être nous reverrons nous un jour qui sait. Se força-t-elle à ajouter.

- Bientôt sans aucun doute… Répondit Fitz en lui saisissant le poignet

- Qu’est-ce que tu fais ? S’alarma la jeune femme

- Nous ne sommes plus des enfants… Répondit Fitz qui resserra son étreinte et s’approcha dangereusement

- En effet je suis épouse et mère à présent. Quand à toi, j’espère que l’homme que tu es devenu n’a pas oublié le jeune homme courtois et respectueux que j’ai connu. Répondit Arabella en se forçant à ne pas baisser le regard.

- Touché Bella… Souffla Fitz. Cependant… »

 

William (qui devait en avoir assez de rester sur la pas de la porte) choisit précisément cet instant pour commencer à pleurer et offrit une échappatoire inespérée à sa mère

« C’est l’heure de sa tétée. Adieu Fitz. » S’empressa de déclarer Arabella

L’homme masqua sa déception et s’inclina

« Non à bientôt Bella. Souffla-t-il avant de la relâcher.

- C’est ça... » Ragea Arabella en s’empressant de rentrer.

La jeune femme referma la porte derrière elle avant qu’il ait le temps d’ajouter quoique ce soit.

 

Elle resta quelques minutes appuyée contre la porte et tenta de calmer Will avant de s’écarter avec un soupir de soulagement en entendant le pas de Fitz décroître.

 

Tandis qu’elle s’empressait de donner le sein à Will et faisait taire ses cris, Arabella passa en revue l’étrange journée qu’elle avait vécue. Finalement elle en vint à la seule conclusion qui s’imposait : elle devait se méfier de Fitz (et à plus d’un titre)

« Seigneur ce que j’ai hâte que ton père rentre … » Souffla-t-elle à Will qui lui répondit de ses grands yeux calmes et sombres.

Arabella sourit et câlina son fils. Il ne servait à rien de s’inquiéter… Bill serait bientôt là et eux deux… Ils trouveraient bien un plan.

 

Chapitre 4                                                                                           Chapitre 6

Écrire commentaire

Commentaires : 0