Chapitre 7 Un nouveau navire

Déjà loin de ses haines
Aussi loin qu'il le peut
Où ses rêves l'entraînent
Quand il ferme les yeux

 

 

Jack Sparrow, accoudé au comptoir de la taverne, leva son verre d’un air triomphant. Il avait réussi. Six mois. Il ne lui avait fallu que six mois pour découvrir enfin la source de la Fontaine de Jouvence et s’emparer du précieux liquide qui reposait à présent bien au fond de son manteau. La chose avait presque été trop simple. La carte de Feng l’avait mené droit à la source qui était étrangement sans surveillance, à croire que personne n’avait songé qu’un jour quelqu’un puisse vouloir s’en emparer. Enfin il n’allait pas se plaindre pour ça.

 

Les premiers moments avaient été délicats. Alors qu’il s’était approché de la Fontaine, il était resté longuement devant l’eau claire et limpide qui s’écoulait à flots réguliers, sans oser se pencher pour boire. Puis finalement, la curiosité avait eu raison de ses craintes et il s’était abreuvé, buvant à longs traits l’eau de vie. Il avait grimacé au goût fade et pitoyable de l’eau avant de se reprendre. Cette eau lui apporterait la jeunesse éternelle et l’empêcherait de mourir ! Bien sûr il n’était toujours pas l’immortel Jack Sparrow qu’il avait rêvé d’être, mais sa principale ennemie disparue, il était bien certain que plus personne n’oserait l’attacher au mât d’un navire pour l’offrir à la mort.

 

Jack grimaça et réalisa qu’une fois de plus ses pensées l’avaient poussé jusqu’à elle. Il soupira longuement et évita de regarder son compas, conscient que s’il l’ouvrait maintenant l’aiguille perdrait encore le nord et oscillerait en tous sens. Il soupira et songea qu’il la haïssait de tout son cœur sans savoir si c’était pour l’avoir tué ou pour lui inspirer encore un tel désir après sa mort.

 

Jack leva son verre en direction d’un compagnon invisible et descendit le rhum d’un trait. Il savait comment échapper à la malédiction à présent. Il lui suffisait d’entrer dans un bordel ou une taverne et de séduire une fille. Ainsi la brûlure de son corps s’effaçait lorsqu’il prenait la fille et l’appelait du nom de celle dont il n’avait rien obtenu de plus qu’un baiser de la mort. De nombreuses fois depuis la réalisation de la mort d’Elizabeth il s’était demandé si la solution n’aurait pas été de la prendre comme toute autre vulgaire catin qui se bousculait dans son lit. Ainsi peut être que le désir aurait disparu au lieu de lui laisser le goût amer de l’inachevé.

 

Pourtant il s’en était donné du mal pour l’avoir ! Il l’avait sauvée, l’avait laissé le tuer et l’avait faite reine ! Mais rien de tout cela n’avait suffi à la faire venir vers lui, trop obnubilée par son stupide forgeron. A présent ils étaient morts tous les deux et il ne restait plus que lui, seul comme plus de dix ans plus tôt, sans navire mais avec ce maudit désir qui venait régulièrement réchauffer ses reins. L’apaiser lui était plus facile à présent, il lui suffisait de rouler dans les draps de ces filles sans visages qui rodaient toujours dans les ports, à la recherche d’un client. Chaque fois qu’il en prenait une il lui dictait son nom et l’appelait Lizzie, qu’elle soit blonde, rousse ou d’une noirceur d’ébène. Il lui suffisait de fermer les yeux et elles étaient toutes sa Lizzie l’espace d’une nuit.

 

Il payait pour cela. Il avait les moyens à présent. Parce que bien sûr, pour confirmer sa chance insolente, il s’était trouvé y avoir un trésor dans la grotte qui contenait la Fontaine. Il avait tout pris, n’avait rien laissé et depuis il dilapidait sa fortune et sa jeunesse éternelle dans les ports du monde entier. Il était libre. Il était un pirate. Et il la haïssait. Ou plus exactement il haïssait son souvenir qui lui rappelait qu’à un moment, le Capitaine Jack Sparrow - l’éternel Capitaine Jack Sparrow - avait été faible. Au point d’abandonner une part de sa liberté et de se retrouver enchaîné, et pas que métaphoriquement, à une femme. Il avait aimé. Désormais il haïssait.

 

La main d’un homme se posa sur son épaule et le fit sursauter. Jack se retourna, la main sur son épée pour ne rencontrer que le visage rude de Bonner. Un sourire étira ses lèvres et il lui désigna du regard la bouteille de rhum.

« Prend donc un verre l’ami ou deux si le cœur t’en dit. »

Bonner sourit et se servit généreusement, puis il observa du coin de l’œil le profil de Jack.

« Ça faisait bien longtemps que tu n’étais pas venu en Europe Jack. On te disait mort.

- Faut pas croire tout ce qu’on raconte. Répondit Jack d’un air laconique.

- T’as encore perdu ton navire hein…

- Je n’ai pas perdu mon navire. Je me le suis fait odieusement volé par ce fils de rat de Barbossa. » Précisa Jack.

 

Bonner éclata de rire, il tapa dans l’épaule de Jack et se resservit généreusement, le regard pétillant.

« Je te connais depuis longtemps Jack. Si tu es ici ce n’est pas pour rien…

- Ce n’est pas pour rien. Confirma Jack d’un air de conspirateur.

- Alors que me veux-tu ?

- Vois-tu je suis actuellement sur le marché…

- Un Capitaine sans navire, oui, j’avais cru le comprendre. »

Jack claqua sa langue avec impatience et resservit un verre à son ami.

« L’homme qui se fait offrir à boire doit écouter silencieusement la proposition de l’homme qui offre. »

 

Bonner s’installa confortablement sur son siège et hocha la tête en direction de Jack.

« Il y a un tas de superbes navires dans ce port. Des bâtiments qui mériteraient d’être commandés par un vrai capitaine plutôt que par ces officiers français qui ne savent pas discerner une barque d’un véritable navire. »

Bonner écarquilla les yeux.

« Tu veux voler un navire de la marine française !!!

- Réquisitionner. Terme nautique l’ami.

- Par nautique tu veux dire pirate je suppose … »

Jack sourit plus largement.

« As-tu déjà connu meilleur marin qu’un pirate ? »

Bonner parut réfléchir à la question et commença.

« Et bien il y a l’amiral…

- Cette question était de pure rhétorique l’ami ! Elle n’attendait pas de réponse, d’autant plus que la tienne n’a aucun sens. » L’interrompit Jack.

Bonner sourit à nouveau et avança la main vers la bouteille pour se servir largement.

« Et que veux-tu de moi au juste Jack ?

- Je veux que tu me dises lequel de ces bâtiments est le plus rapide et le plus solide pour que je puisse le réquisitionner. »

Bonner cracha son rhum ce qui attira une grimace désapprobatrice sur les lèvres de Jack.

« Cette fois c’est dit tu es fou ! Dois-je te rappeler que nous sommes au milieu d’un port de la marine française et que je suis chef de quai ici !! Que crois-tu qu’ils me feront lorsqu’ils découvriront ton vo.. Emprunt !

- C’est pour ça que tu dois venir avec moi. Après quoi nous trouverons un port qui pratique encore l’honnête piraterie et nous constituerons un équipage.

- Je croyais que tu avais déjà un second ? Un certain Gibbs si j’en crois la rumeur. »

 

Le visage de Jack se contracta à la mention de l’homme qui faisait partie de son passé comme tout ce qui concernait les Caraïbes d’ailleurs.

« Laisse Gibbs où il est tu veux. Pour l’instant c’est à toi que la proposition s’adresse.

- Et pourquoi devrais-je abandonner tout ce que je possède ici Jack ? Pour te suivre ? Pour me retrouver hors la loi sur les flots, à la recherche de navires à piller ?

- Non, non. Mais pour connaître à nouveau le goût des embruns, de la liberté … » Susurra Jack.

Bonner le fixa, l’air peu convaincu.

« Et puis il y a ceci... Murmura Jack en dépliant la carte de Feng

- Qu’est-ce que c’est encore ? »Gémit Bonner.

Sans répondre, les mains de Jack déplacèrent la carte pour indiquer un trésor situé dans les mers de Chine.

- Tu, tu plaisantes… En bégaya Bonner.

- Avec l’or ? Jamais. Répondit Jack un sourire aux lèvres.

- D’accord… » Souffla Bonner.

Jack lui décocha un sourire satisfait et leva lentement sa chope pour trinquer avec son nouvel associé.

 

()()

 

Quelques jours plus tard,

 

Alors qu’il rampait comme un rat le long de la corde menant au Vigoureux, Bonner se demandait s’il avait vraiment bien fait de suivre Jack Sparrow. Une fois de plus.

 

Sans l’attendre et le pistolet chargé, Jack rebondit souplement sur le pont et fit face à la dizaine de soldats qui les fixèrent, médusés par leur apparition.

« Ceci est un abordage. Nous réquisitionnons ce bâtiment au nom du Capitaine Jack Sparrow ! » S’exclama Jack avec panache.

Les soldats éclatèrent de rire de concert en découvrant les deux hommes trempés qui leur faisaient face.

«  Je ne vois pas ce qui vous fait rire ! » S’exclama Jack d’un ton déçu pendant que Bonner envisageait sérieusement la fuite.

Le chef de la troupe se tourna vers eux et répondit entre deux éclats de rire.

« Je crains que ce ne soit impossible … »

 

Jack sourit d’un air dégagé.

« Que tu crois l ‘ami. » Dit-il en les regardant s’avancer d’un même mouvement vers eux.

Les soldats rirent à nouveau au grand dam de Bonner et firent un pas de plus. A cet instant, Jack trancha d’un coup la corde qui se trouvait à sa portée et la voile s’écroula sur les hommes pendant que Jack s’emparait d’une autre corde, et en tendait l’extrémité à Bonner.

«  Fais le tour vite. »

Bonner ne chercha pas à comprendre et obéit pendant que Jack s’exécutait de l’autre côté et emprisonnait les soldats dans une sorte de sac géant. Bonner siffla avec admiration en voyant le résultat tandis qu’à l’intérieur les soldats s’époumonaient et cherchaient à sortir leur épée pour déchirer la voile.

« Pas le temps. Cria Jack. Tu soulèves avec moi !

- Bonner !!! Cria l’officier. Vous êtes un homme mort. »

Tremblant de tous ses membres, Bonner obéit et souleva le filet improvisé pendant que Jack le poussait vers le bastingage qu’il lui avait demandé de scier un peu plus tôt. Rompant facilement sous la pression, le bastingage explosa en copeaux de bois tandis que les hommes hurlaient en se sentant précipités dans le vide.

« Imbéciles de français. Marmonna Jack avant de se pencher vers l’eau noire. Le Capitaine Jack Sparrow, Seigneur de la piraterie vous remercie messieurs ! » Cria-t-il avant de reculer brutalement sa tête qu’une balle tirée à l’aveuglette venait de frôler.

 

Jack se précipita vers le second mât et hissa la voile.

« Bonner ! Vite remonte l’ancre. »

Abasourdi Bonner obéit pendant que Jack se ruait vers la barre et dirigeait le navire droit vers les malheureux soldats qui nagèrent vers la rive, espérant leur échapper.

« Tu es malade. Murmura Bonner d’un ton où perçait le soulagement en sentant le navire prendre rapidement le large.

- On me l’a déjà dit. Sourit Jack. Mais pourquoi changer puisque ça marche ainsi ? »

Bonner soupira, ne trouvant rien à répondre là-dessus tandis qu’à la barre, Jack fredonnait gaiement.

 

()()

 

Trois semaines plus tard, ils étaient dans un repère de hors la loi où Bonner avait réuni tant bien que mal un équipage de têtes brûlées auquel Jack avait à peine prêté attention, trop occupé à courir les gueuses. Non loin d’eux, le Vigoureux gisait et attendait de pouvoir reprendre la mer.

 

Bonner s’approcha de Jack qui, allongé à même le sol, semblait dormir, une expression tendue sur le visage.

« Que faisons-nous à présent Jack ?

- On attend la figure de proue. Répondit ce dernier.

- Je ne comprends pas pourquoi tu t’entêtes à vouloir en changer, celle d’avant était parfaite. »

Jack s’ébroua lentement et le regarda avec hostilité.

« Elle ne me convenait pas et en tant que Capitaine il m’appartient de décider ce qui ou non orne la proue de MON navire.

- Bah ce que j’en dis c’est que c’est pas la tradition …

- Je n’ai jamais aimé les traditions. » Se borna à répondre Jack avant de s’éloigner d’un pas vif.

 

Jack pénétra dans la taverne où, sa maîtresse du moment, une certaine Marie (ou Virginie ?) se précipita vers lui et l’enlaça jalousement.

« Doucement trésor, tu vas finir par user mes bijoux de famille. » La repoussa Jack.

Virginie s’écarta avant de le regarder d’un air coquet.

« Dis Jack tu m’emmèneras lorsque tu partiras ?

- Bien sur mon ange. Et nous visiterons le monde ensemble. » Ajouta Jack pour faire bonne mesure.

Virginie le regarda avec adoration avant de l’embrasser à nouveau.

« Jack ? Murmura-t-elle à son oreille.

- Quoi ? Demanda Jack qui commençait à être sérieusement agacé par cette dinde.

- A quoi elle ressemblera ta figure de proue ? A une femme ? »

 

Le regard vague, Jack soupira.

« Oui à une femme. La figure de proue du marin est toujours une femme. »

Virginie rougit de plaisir et l’entraîna dans la chambre.

« Elle me ressemble à moi ? »

Jack la regarda un instant et sourit ironiquement en détaillant les traits grossiers du visage que surmontait une tignasse d’un blond sale.

« Évidemment. »

Virginie battit des mains avec plaisir et le poussa sur le lit, avant de défaire d’une main sure son pantalon.

 

Jack soupira d’aise en sentant sa bouche se refermer sur lui et ferma les yeux pour retrouver son vieux fantasme qui semblait ne plus pouvoir le quitter désormais. Sa main baguée se posa dans les cheveux de la fille et il guida les mouvements de sa tête alors que son esprit se vidait entièrement, sa haine s’apaisant légèrement alors qu’il s’imaginait Eli…

« Jack tu m’aimes ? » Demanda brutalement Virginie.

Pestant intérieurement, il ouvrit un œil.

« Bien sur chérie. Grogna-t-il en appuyant sur sa tête dans une invite équivoque

- Moi aussi … » Soupira-t-elle en reprenant ses mouvements.

 

Jack ferma les yeux à nouveau et replongea dans son rêve alors qu’il jouissait dans la bouche tendrement offerte de Virginie.

 

()()

 

Deux nuits plus tard,

 

Jack sourit joyeusement à Bonner en découvrant la figure de proue à sa place, les voiles noires claquant au vent et l’équipage prêt à prendre la mer.

« On peut partir quand tu veux Capitaine. Lui dit Bonner avec un clin d’œil vers la taverne où Virginie attendait son amant de la mer. Le Vigoureux n’attend plus que toi. »

Jack sourit à son second et le corrigea sur le champ.

« Non pas le Vigoureux. Le Deadly Swan. »

Bonner sourit de cette nouvelle excentricité.

«  Le cygne meurtrier. Si tu y tiens.

- J’y tiens. Murmura Jack en montant à bord. Allez tas de chiens !! Les voiles, l’ancre tout … Bougez-vous !! Nous avons un trésor à aller chercher ! »

 

Galvanisés par ces mots, les hommes poussèrent un concert de vivats et se mirent en route tandis que Virginie sortait de l’auberge en courant, n’osant croire que Jack s’en allait sans elle.

« Tu viens de lui briser le cœur… Observa Bonner aux côtés de Jack.

- Elle s’en remettra va. » Répondit Jack en laissant le vent caresser son visage tandis que sa main épousait amoureusement la barre de son nouveau navire.

 

Le pirate ferma les yeux. Il retrouvait avec joie le goût de la mer, le frisson de l’aventure, la liberté. Il oublierait, il en était certain à présent. Sans un regard en arrière, Jack laissa le Deadly Swan prendre la mer et l’emmener vers les richesses de la mer de Chine qu’il convoitait tant.

Chapitre 6                                                                                              Chapitre 8

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Microcosmos (lundi, 30 avril 2012 15:08)

    Tiens, je me demandais ce que devenait Jack^^
    Intéressant ... Cap sur la Mer de Chine? Mais QUI, QUI, va-t-il retrouver là bas??? ^^
    Et encore un coeur brisé, un!!! Pauvre Virginie, Marie, Cindy, Emilie ... Bref ... peu importe son nom, je la plains! ^^

  • #2

    JessSwann (lundi, 30 avril 2012 16:19)

    Ahahaha surprise!!! mdrrrr
    Erf toutes des noms en ie que veux tu c'est trop dur pour Jack :(