Chapitre 10 Les couleurs de Jack

Jack traversa sans la voir la grande salle dans laquelle se tenaient habituellement les filles de Madame Wu. Les poings serrés de rage, le pirate poussa la porte à la volée et ne vit pas Jane qui, surprise par sa sortie si rapide, tentait de le rattraper. Une fois dehors, Jack bouscula sans s’en rendre compte un vieux chinois richement vêtu, qui, un sourire aux lèvres, s’empressait vers la maison de passe. Sans prendre le temps de s’arrêter, Jack partit droit devant lui et s’arrêta dans la première taverne qui se présenta à lui.

 

Le regard plus sombre que jamais il commanda une bouteille de rhum et but le liquide ambré à même la bouteille. Une putain. Il la croyait morte alors qu’elle vendait son corps dans l’ambiance feutrée de la plus célèbre maison de passe de Singapour. La femme qui l’avait tué, usant du désir qu’il avait d’elle pour cela, n’était qu’une simple catin comme celles qui partageaient son lit depuis des années. Seule parmi toutes les femmes, il l’avait respectée, il lui avait confié ses états d’âmes, avait contrôlé son propre désir. Il avait attendu qu’elle soit séduite par lui, attendu qu’elle lui offre les lèvres auxquelles il avait tellement rêvé. Elle l’avait tué pour ça. Et il avait payé le prix puisque c’était le seul moyen de la posséder un peu. Il l’avait faite reine. Il avait déposé sa confiance à ses pieds, il avait sacrifié jusqu’à son rêve d’immortalité pour elle et elle l’avait dédaigné. Pas pour un autre comme il l’avait cru mais pour devenir la putain de tous les autres.

 

Jack termina sa bouteille d’un trait, le visage crispé. Il la haïssait. Plus encore, il haïssait les protestations de son corps qui ne lui disait que trop bien qu’il la désirait encore. Il avait cru à sa mort, il en avait même été soulagé parce qu’enfin il pouvait être libre à nouveau. Libre de l’oublier, de ne plus la haïr, de ne plus savoir qu’elle était quelque part, inaccessible à son désir. Et alors qu’il cherchait une fille pour oublier, l’oublier elle et ce feu dans ses reins il avait fallu que ce soit elle.

 

Lia. Lizzie. Autre nom même version. Une catin qui marchandait ses baisers et son corps. Elle avait joué avec lui, s’était jouée de lui. Elle l’avait tué, condamné à l’haleine putride du Kraken et à la torture du Purgatoire pour un baiser alors qu’il lui aurait suffi de payer suffisamment pour la prendre… Mieux, il lui aurait suffi de la traîner dans sa cabine et de la trousser comme la putain qu’elle était. Seulement il l’ignorait alors. Il la respectait. Même après qu’elle l’ait trahi. Il l’avait vue partir pour sa nuit de noce avec Will. Il avait refusé son étreinte pour s’épargner la douleur de se voir rejeter encore. Et elle… Elle offrait son corps à tous ceux qui avaient assez d’argent pour payer, donnait du plaisir à d’autres alors qu’à lui elle avait tout pris. Il la haïssait, il la désirait. Sa meurtrière et la catin des autres.

 

Jack poussa un cri de rage qui fit sursauter les autres clients de la taverne et commanda une nouvelle bouteille de rhum. Il voulait boire jusqu’à plus soif, jusqu’à s’écrouler, jusqu’à ne plus voir le visage de la catin qui lui avait demandé ce qu’il désirait … Comme si elle ne le savait pas !!!

 

Au bout d’un moment, une fille un peu plus audacieuse que les autres s’approcha de lui et glissa sa main sur la sienne.

« Besoin de compagnie ? » Demanda-t-elle d’un ton aguicheur.

Jack retira brutalement sa main et but une longue gorgée.

« Dégage. » Ordonna-t-il sans la regarder.

Effrayée par l’hostilité de la voix de l’inconnu, la jeune prostituée s’écarta rapidement et se pencha immédiatement sur un autre homme pour lui proposer ses charmes tandis que Jack continuait à vider sa bouteille.

 

()()

 

Elizabeth ne s’était pas relevée. Elle était toujours au sol, ses sanglots la faisaient hoqueter nerveusement et empiraient sa toux lorsque Jane vint la rejoindre. Surprise, Jane se pencha sur elle, la forçant à se relever.

« Lia … Qu’est-ce qui passe ? Ça ne va pas ? Tu es malade ? »

Elizabeth, incapable de parler, secoua la tête, ses doigts se crispèrent sur le bras de Jane et elle s’accrocha à elle comme si sa vie en dépendait. De plus en plus perplexe, Jane la guida jusqu’au lit.

«  C’est ton client ? C’est ce Capitaine Smith ? Il t’a fait mal ? »

Elizabeth secoua la tête nerveusement, ne sachant comment exprimer ce qu’elle ressentait.

 

Elle avait vu le regard de Jack. Un regard de pure haine, si différent de celui de l’homme qu’elle avait connu. Et le dégoût dans sa voix chaude. Il l’avait traitée de putain. Il l’avait repoussée. Encore une fois.

« Lia…. Murmura Jane d’une voix incertaine.

- Jane … je … « Souffla Elizabeth prise d’une nouvelle toux.

D’un geste froid, Jane essuya doucement les lèvres teintées de sang de sa rivale avant de lui tendre une pipe d’opium qu’elle alluma rapidement.

« Tiens. Ça te fera du bien. Oublie Lia. »

 

La main tremblante d’Elizabeth se leva. Elle agrippa la pipe pour en tirer une profonde bouffée, puis une autre. Et encore une. Pour oublier, pour l’oublier. Pour ne plus entendre le dégoût dans sa voix, pour chasser son regard chargé de haine de sa mémoire. Jane passa doucement sa main autour de sa taille, sa bouche frôlant la joue souple d’Elizabeth.

« C’est bien Lia. Détends-toi … »

 

Elizabeth ferma les yeux, les larmes s’écoulèrent librement sans qu’elle songe à les retenir alors que son corps se détendait imperceptiblement, l’opium chassant peu à peu sa peine. Elle perdait pied. Elle ne savait plus où elle était et elle poussa un soupir désespéré lorsque la bouche de Jane glissa sur son corps, ses doigts la fouillant avec habileté.

« Je vais m’occuper de toi Lia … » Murmura Jane qui la renversa sur le lit pour enchevêtrer leur deux corps dans l’étreinte familière.

 

()()

 

Bonner rentra dans la taverne et son sourire s’élargit en découvrant Jack seul à une table, plusieurs cadavres de bouteilles à ses côtés. Espérant se faire offrir à boire il s’approcha de lui et s’assit.

« Salut Jack. »

Jack lui lança un regard vitreux avant de faire signe à la serveuse de leur donner à boire. Bonner siffla entre ses dents avec admiration en réalisant qu’il était sans doute celui qui avait vidé les autres.

« Alors Jack ? Demanda Bonner.

- Alors quoi l’ami ? Répondit Jack d’un ton las que Bonner ne lui connaissait pas.

- Comment c’était ? Cette Lia … Elle si exceptionnelle qu’on le dit ? »

 

Jack émit un ricanement cynique avant de reprendre une gorgée de rhum, savourant son âpre douceur sur sa langue.

« Ce n’est qu’une catin comme les autres.

- Oh …. Répondit Bonner, un peu déçu. Mais pourtant on dit qu’elle fait des choses enfin tu vois … » Glissa-t-il avec une œillade complice.

Jack sourit dans le vague avec tristesse. Oui elle faisait des choses. Elle tuait à petit feu aussi sûrement que le pire des poisons, elle prenait tout à certains et donnait tout à d’autres.

« Jack ??? » Interrogea Bonner, perplexe.

 

Jack leva une nouvelle fois la bouteille et se servit une rasade plus que généreuse.

« Je te l’ai dit. Il n’y a rien à ajouter. »

Bonner le regarda avec insistance avant de le prendre par le bras, inquiet par son comportement.

« Allez viens Jack … Ne reste pas là. Je te ramène au navire. »

Jack se dégagea d’un geste brusque et se remit sur ses pieds, le geste hésitant alors qu’il remettait son tricorne.

« Lâche-moi ! Je n’ai besoin de personne. Je suis libre. » Cracha Jack avec hostilité avant de commencer à avancer d’une démarche chancelante.

 

Bonner soupira, il s ‘engagea à sa suite et songea qu’il n’avait jamais vu Jack aussi bizarre que ce jour-là….

 

()()

 

Elizabeth, le corps enveloppé dans le drap que Jane avait rabattu sur elle après ses caresses, tendit la main vers la pipe d’un geste familier. Surprise, Jane lui prit la main et arrêta son geste.

« Tu devrais dormir Lia … »

Elizabeth secoua négativement la tête et tendit la main.

«  Donne. Je, j’en ai besoin… Sinon il va revenir … »

Jane la regarda avec surprise, ne comprenant toujours pas ce qui lui arrivait.

« Qui va revenir Lia ? Ton client ? Tu le connaissais ! Chuchota-t-elle d’un ton pressé, affolée à l’idée que quelqu’un puisse se soucier d’Elizabeth.

- Non … Murmura Elizabeth d’une voix tremblante. Non je ne connaissais pas cet homme. » Dit-elle en prenant la pipe des mains de Jane.

 

Avec un soupir Elizabeth tira une longue bouffée. Non elle ne connaissait pas ce Capitaine Smith qui était venu la voir, les yeux chargés de haine et l’insulte à la bouche. Déjà ses souvenirs se brouillaient alors qu’elle se persuadait avoir rêvé. Elle imaginait si souvent Jack. Il était tous ses clients, il était Jane, il était Will … Il était celui qui la sauvait. Il était son désir.

« Jack... » Souffla-t-elle tout bas avant de se laisser glisser dans l’inconscience.

 

Avec des gestes empreints de délicatesse, Jane prit la pipe des doigts d’Elizabeth et se leva sans bruit. Elle referma son kimono sur son corps fin qui s’alourdissait depuis quelques semaines puis sortit de la chambre.

 

()()

 

Bonner regarda Jack qui était parvenu jusqu’à sa cabine au terme d’un retour chaotique. Le pirate, complètement saoul et les yeux vitreux, avait fait tout le trajet jusqu’au port dans un état second, la main sur son pistolet et Bonner avait eu bien du mal à l’empêcher de tirer sur les passants qui les regardait, prêts à la bagarre.

 

Jack exhala un profond soupir, les mâchoires serrées et le visage plus tendu que Bonner ne lui avait jamais vu. Le pirate se releva légèrement sur un bras et tâtonna à la recherche d’une bouteille de rhum.

« J’suis pas sûr que c’est une bonne idée Jack … »

Un sourire mauvais aux lèvres, Jack ôta le bouchon d’un coup de dent avant de boire, se laissant retomber en arrière.

« Jack … ça va ? T’es sur ? Tu veux quelque chose ? »

 

Jack se redressa à nouveau, l’air inspiré et souffla son haleine chargée de rhum au visage de Bonner.

« Ce que je veux l’ami. Bonne question ! Alors, que désire le Capitaine Jack ? » Répondit-il d’un ton froid qui glaça le sang de Bonner.

Jack tâtonna le long de son pantalon et finit par ouvrir son compas, dont l’aiguille oscilla en tous sens

«  Je te hais. Dit-il à l’adresse du compas. Meurtrière. Catin.

- Jack ??? »

 

Sans lui accorder un regard, Jack reprit la bouteille et la vida d’un trait, tombant peu à peu en arrière avant de fermer les yeux, assommé par l’alcool.

Bonner soupira à nouveau et détacha les doigts de son capitaine de la bouteille, prenant garde à ne pas le réveiller

« Lizzie... » Souffla Jack avant de sombrer dans l’inconscience de l’ivresse.

 

Bonner se leva doucement et referma la porte de la cabine. Il ne savait pas ce qui arrivait à Jack mais quoi que ce soit il avait le sentiment que c’était de mauvais augure….

 

()()

 

Jane vint réveiller Elizabeth, ses pas légers crissant sur le tapis soyeux de la chambre. Avec un sourire mauvais, elle contempla l’étendue des dégâts de la veille sur le visage de sa rivale. Elizabeth avait la peau translucide, les yeux rougis par les larmes et de larges cernes noirs ombraient ses paupières.

« Tu as intérêt à ce que ça se passe bien aujourd’hui. Madame Wu n’a pas aimé la manière dont ton dernier client a quitté la maison. »

 

Elizabeth frissonna et tâtonna à la recherche de sa pipe, elle l’alluma nerveusement avant de boire son thé d’un trait.

« Tu sais ce qui arrivera si tu ne contentes pas les hommes. Ajouta Jane en dissimulant son sourire.

- Je sais … » Soupira Elizabeth en ajustant sa coiffure et réussissant à masquer sa fatigue.

Jane grinça des dents en la voyant. Elle avait toujours ce petit air perdu, plus encore que jamais, cet air éthéré qui attirait les hommes et qui les poussait à revenir la voir.

« Le Consul t’attend. » Dit-elle sans pitié, refoulant sa jalousie à la pensée que jadis, c’était elle que le consul attendait.

 

Elizabeth tira une nouvelle bouffée et avança vers la porte, son lourd vêtement épousant parfaitement les courbes de son corps. Jane la vit poser délicatement la pipe avant d’ouvrir la porte de la chambre que le Consul préférait.

« Que désirez-vous ? » Entendit elle dire Elizabeth d’un ton languide avant que la porte ne se referme sur les râles de plaisir du Consul et de sa nouvelle favorite.

 

()()

 

Jack ouvrit les yeux, la bouche encore pâteuse de la veille et se leva avec souplesse. L’avantage de ces nuits était qu’il n’avait pas besoin de remettre ses bottes le matin songea-t-il avec cynisme avant de monter sur le pont.

Bonner, l’air vaguement inquiet, le regarda approcher et attendit qu’il parle.

« Tous les hommes sont là ? Demanda Jack d’un ton sec.

- Non la moitié de l’équipage est à terre. »

 

Jack grimaça à sa réponse avant de faire un geste désinvolte.

« Tant pis pour eux … On lève l’ancre.

- Quoi ? Mais Jack ! »

Ce dernier ne lui accorda pas le moindre regard et alla se planter à la barre. Il devait partir, quitter cette ville, oublier jusqu’à l’existence de cette catin détestable et mortelle. Il s’apprêtait à haranguer ses hommes lorsque le chapeau d’un amiral, planté devant sa figure de proue attira son attention. D’une démarche féline, Jack s’approcha du bastingage.

« Qu’est-ce que tu regardes comme ça l’ami ? »

 

L’amiral se retourna, un sourire vicieux aux lèvres.

« Rien. C’est juste que c’est peu commun de voir un navire marchand arborer le visage de la meilleure catin de Singapour en guise de figure de proue. Vous naviguez sous ses couleurs ? » Se moqua-t-il.

Jack blêmit et se détourna sans un mot.

« Surveille le Swan. » Ordonna-t-il à Bonner qui ne comprenait pas ce qui se passait.

 

D’un pas pressé, Jack descendit du Deadly Swan. Il n’avait pas besoin de son compas pour le guider. Il savait ce qu’il désirait le plus au monde, mettre un terme à ce désir qui lui dévorait les reins et qui faisait de lui la risée de Singapour. Cette fois il ne reculerait pas, il prendrait tout ce qu’il voulait puis dirait enfin adieu à celle qu’il haïssait plus que nulle autre.

Chapitre 9                                                                                             Chapitre 11

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Microcosmos (dimanche, 06 mai 2012 14:58)

    Pauvre Jack... Erf ... Faut vraiment qu'il soit très remonté pour refuser les services d'une prostituée. ^^
    Elizabeth qui fume fume fume... Pas booonn ... J'ai aussi hâte de voir comment la grossesse de Jane va se passer.

  • #2

    JessSwann (dimanche, 06 mai 2012 17:43)

    Jack est dans tous ses états... quand à Liz elle se raccroche comme elle peut