Veille de noces

Résumé : Pré Dead Man Chest , à la veille de se dire oui, Will & Elizabeth décident de prendre un peu d'avance sur leur nuit de noces

Genre : Romance, Lemon

 

Rating : MA

 

Note : Peut être lu en préquel de La liberté a un prix

Veille de noces

Elizabeth Swann sortit de la demeure de la couturière et s’engouffra dans la calèche, une expression rêveuse sur le visage. Un jour, un seul petit jour et son destin serait uni à celui de Will. Demain… demain à cette heure, elle aurait prononcé ses vœux et serait Madame Elizabeth Turner. Elle murmura le nom à voix basse, comme pour se convaincre que son rêve allait enfin se réaliser.

 

Elle avait aimé le jeune homme dès le premier jour, dès le premier instant de leur rencontre et ses sentiments n’avaient jamais variés depuis. Elle sourit en passant devant la forge où son promis travaillait. Elle se demanda si, comme elle, il pensait au lendemain, si son cœur battait plus fort, si lui aussi n’en pouvait plus d’attendre …. Au moment où elle s’interrogeait ainsi, Will sortit sur le porche et elle frappa à la cloison de la voiture pour ordonner au cocher de s’arrêter.

 

Un sourire heureux aux lèvres, Will s’approcha. Ses yeux détaillèrent le visage de celle que seul le diable pourrait l’empêcher d’épouser puis, il baisa doucement ses doigts et la regarda

« Comment vas-tu ?

- Moins bien que demain. » Répondit elle, avec de l’ardeur dans la voix

Will sourit et regarda le cocher

« Serait-ce possible de faire une promenade avec ma future femme. »Demanda-t-il en reportant le regard sur Elizabeth sur les derniers mots.

Elizabeth sourit et lui ouvrit la porte

« Montez donc Mr Turner

- C’est trop d’honneur Mademoiselle Swann »

 

Tout deux se sourirent à ce rappel de leur histoire et Will vint prendre place à ses côtés, tandis que le cocher se remettait en route

« Prenez la route du port ! » Ordonna Elizabeth avant de se tourner à nouveau vers Will

Le jeune homme lui sourit tendrement et lui saisit la main, ravi de l’intimité inattendue de la voiture

« Et d’où viens-tu ainsi ?

- De chez la couturière … pour les dernières retouches de ma robe.

- Je suis sûr que tu seras magnifique dedans. »

 

Elizabeth sourit et serra plus fort la main de Will tandis que la calèche s’engageait dans une rue un peu moins fréquentée que les autres. Elle regarda les étalages avant d’être prise d’une idée subite. A la grande surprise de Will, elle passa la tête à la portière et s’adressa au cocher

« Barnes ! S’il vous plait arrêtez-vous ! Je … j’aimerais... » Commença-t-elle brusquement timide, ne sachant comment formuler sa requête

Le cocher lui sourit, comprenant que sa jeune maîtresse avait surtout envie de passer un petit moment seule avec celui qu’elle allait épouser.

« Peut être aimeriez-vous quelques-uns de ces fruits que nous avons vus un peu plus haut ?

- Oui … » Souffla Elizabeth soulagée.

Barnes sourit et descendit. Il calma les chevaux et les attacha

« Je suppose que Mr Turner veillera sur vous, le temps pour moi d’aller vous chercher ces bananes ? »

Will, impatient d’avoir un de ces trop rares moments seul avec Elizabeth, hocha la tête avec empressement et Barnes s’éloigna avec un sourire amusé.

 

Une fois qu’il fut parti, ils restèrent un moment sans rien dire, savourant la présence de l’autre puis Elizabeth prit la parole

« Un fiancé ne doit-il pas embrasser sa promise lorsqu’il la voit ? »

Will se tourna vers elle et caressa un moment son visage. Il savoura la douceur de sa peau, et apprécia la pureté des traits si familiers avant de lui répondre enfin.

« Si ... Chaque jour, comme si c’était la première fois. » Murmura-t-il avant de poser ses lèvres sur les siennes

 

Le baiser de Will était doux, tendre et Elizabeth entrouvrit les lèvres pour lui laisser se frayer un passage dans sa bouche. La langue de Will caressa doucement la sienne et le cœur de la jeune femme accéléra, tandis que le jeune homme, une main passée autour de sa taille, l’approchait un peu plus de lui. Le baiser fut long.

 

Elizabeth pouvait sentir le cœur de Will contre sa poitrine, battant au même rythme que le sien. Finalement, il s’éloignèrent, le torse de Will se soulevant rapidement tandis qu’il tentait de calmer les sensations qu’avaient fait naître le baiser en lui et que son bras restait autour de la taille d’Elizabeth

 

Elle le regarda, le cœur battant à tout rompre, son corps appelant un peu plus… Elle embrassa la main de Will et sa bouche s’attarda sur le poignet du jeune forgeron, ses lèvres douces caressant sa paume rugueuse. Will sourit et écarta une mèche de son visage, tout en dissimulant son trouble

« Des mains de forgeron… Elles ne seront jamais aussi douces que les tiennes Elizabeth »

Sans répondre, elle posa la main de Will sur la naissance de sa gorge, le regard brusquement voilé.

« Demain je serais tienne Will. »

 

Il hocha la tête, brusquement incapable de répondre alors qu’il luttait contre le désir qui l’envahissait. Elizabeth sourit et l’embrassa à son tour. Sa langue explora sa bouche sans manière tandis qu’elle glissait sa main sous le gilet de Will, avant d’ôter un bouton de sa chemise et de caresser sa peau nue. Will, les sens en éveil, la serra plus fort contre lui, le sexe tendu et sa main, comme mue par une volonté propre dénoua les liens serrés de la robe de satin qu’elle portait. Loin de le décourager Elizabeth se serra encore plus contre lui et se pencha légèrement pour lui faciliter l’accès. La jeune femme murmura contre ses lèvres

« Will… j’ai envie que tu me voies.. « 

 

Il s’écarta un peu d’elle, troublé par ses paroles et sentit son excitation redoubler lorsqu’elle laissa glisser le haut de sa lourde robe. Elle n’avait plus que le léger corset qu’elle portait comme garant de sa bienséance. Dehors, la rue peu fréquentée était calme, renforçant l’impression d’intimité des jeunes amoureux qui se sentaient seuls au monde. Elizabeth laissa retomber ses lourdes boucles dorées sur ses épaules et posa la main de Will sur son sein menu.

« Sens comme mon cœur bat pour toi Will …. »

 

Il déglutit, appréciant la fermeté du sein tandis que son autre main défaisait nerveusement les liens du corset. Elizabeth renversa la tête en arrière sans faire un geste pour l’arrêter. Le corset retomba sur les plis de la robe et Will soupira en découvrant les deux globes pales surmontés d’aréoles foncées. Ses lèvres se posèrent timidement sur la peau nue et il la goûta, appréciant sa saveur un peu salée qui lui rappelait, la mer, les embruns…

 

Elizabeth gémit légèrement et tendit sa poitrine vers lui dans une invite évidente au baiser, tremblant de toute sa timidité de vierge. Will, les mains moites, saisit ses seins à pleines mains et les caressa de sa paume rugueuse. Il avait une conscience accrue des mains de sa fiancée qui glissaient sur son torse, effleurant timidement son bas ventre. Will haleta un instant avant de s’écarter

« Tu es belle. » Souffla-t-il

Elizabeth rouvrit les yeux et le fixa

« Will…. Je me sens prête… J’ai tellement envie d’être tienne, que nous soyons mariés... » Murmura-t-elle, sa poitrine se soulevant rapidement.

 

La tenue d’Elizabeth était à présent dans un désordre sensuel, ses jupons remontés laissant entrevoir la rondeur d’une de ses cuisses. Elle soupira et posa la main de Will sur sa jambe nue, se laissant guider par le désir qui la tenaillait. Will, la regarda et admira les paupières lourdes, le regard assombri par le désir de celle qui serait bientôt son épouse, encore innocente mais déjà tellement femme.

« Nous pouvons attendre demain… » Souffla-t-il pendant que sa main remontait le long de la cuisse d’Elizabeth, jusqu’à effleurer la toison claire de son entrejambe.

Sa main se couvrit d’humidité, marque évidente de son désir pour lui.

 

Les cuisses d’Elizabeth s’entrouvrirent, lui facilitant l’accès tandis qu’elle se laissait aller dans les coussins moelleux de la calèche. Will laissa sa main entre ses cuisses et la caressa doucement, avant de remonter prendre ses lèvres, fier de la voir soumise, abandonnée, réclamant des caresses qu’il se sentait enfin en mesure de dispenser. Il l’embrassa doucement avant de venir lécher l’une de ses aréoles et savoura la sensation du téton durcissant sous sa langue. Entre les cuisses d’Elizabeth, ses doigts la testaient légèrement, sans toutefois oser s’introduire en elle, respectant cette innocence qu’elle lui offrirait durant leur nuit de noce. Will gémit, excité par la réalisation de ce rêve qu’il avait fait si souvent dans la tiédeur de sa chambre lorsqu’il imaginait la sensation du corps d’Elizabeth nu contre le sien. Sa main s’humidifia de plus en plus pendant que son sexe, prêt à exploser gonflait son pantalon.

 

Elizabeth rouvrit les yeux, une expression languide sur le visage. Elle aussi avait souvent rêvé d’un tel instant, espérant qu’à la faveur d’une leçon d’escrime, la main de Will dérape sur sa poitrine, la caresse. Will lécha une dernière fois le sein gonflé et lui sourit, ému de la sentir trembler contre lui.

« Je ne te prendrais pas ton innocence Elizabeth… Pas aujourd’hui… Le marié se doit d’attendre le mariage. »Murmura t’il

L’orgueil l’envahit à la vue de la déception d’Elizabeth et ses doigts continuèrent leur ballet sur son intimité.

« Will …. Je ne suis pas sure de pouvoir attendre demain… ça fait si longtemps… »Gémit elle

 

Il sourit avant de s’agenouiller dans la voiture. Ses lèvres glissèrent sur son genou et sa langue s’infiltra dans les replis de ce dernier. Le cœur d’Elizabeth cognait dans sa poitrine et elle écarta un peu plus encore les cuisses, son corps appelant des caresses dont elle ignorait l’existence. Will embrassa doucement l’intérieur de sa cuisse, au-dessus du genou

« Je t’aime…

- Will… Seigneur… Murmura-t-elle en sentant ses lèvres remonter le long de sa cuisse, son souffle chaud sur son intimité.

- Et je promets… » Commença Will

Sa bouche effleura ses lèvres intimes et elle frissonna.

« De tout faire pour te rendre heureuse… »

Sa langue essuya un peu de la liqueur qui ne cessait de s’écouler d’elle. « Chaque jour… » Souffla-t-il

Sa langue s’enroula sur le clitoris de sa fiancée qui gémit lourdement. « Jusqu’au dernier.. » Termina Will

Il introduit sa langue en elle et la goûta, tandis que, posées sur ses cuisses, ses mains forçaient ses jambes à s’écarter.

 

Elizabeth ferma à demi les yeux. Elle n’avait jamais expérimenté un plaisir aussi intense et ignorait que Will était capable de la satisfaire ainsi… Un moment elle se demanda comment le jeune forgeron avait pu apprendre une telle chose avant de se laisser aller au plaisir … Ça n’avait pas d’importance, le lendemain ils seraient mariés et appartiendraient l’un àl’autre… Elizabeth tourna son visage vers la vitre de la voiture, les lèvres gonflées par le plaisir et gémit doucement tandis que Will soulageait cette tension qui couvait dans ses reins depuis longtemps. Son regard lascif rencontra celui ironique, d’un homme au visage couturé de cicatrices qui semblait l’observer et cette idée décupla son plaisir. Sans aucune pudeur, le regard planté dans celui de l’inconnu, elle jouit dans la bouche de son fiancé, ses doigts se crispant dans les mèches châtaines de Will. Finalement, elle ferma les yeux, tandis que son corps s’efforçait de reprendre sa maîtrise, un sourire aux lèvres. Elle n’avait pas honte, elle n’était pas gênée du plaisir pris avant l’union… Après tout Will et elle seraient mariés le lendemain.. Se répéta-t-elle en tournant son visage vers lui.

 

La bouche de Will prit une nouvelle fois la sienne, sa langue encore chargée du plaisir qu’elle avait déversé dans sa bouche. Elizabeth se goûta et gémit à nouveau avant de s’écarter avec un air d’impuissance.

« Will…Et toi » 

Il lui sourit, sûr de lui et prit sa main dans la sienne avant de la poser sur son sexe gonflé.

« Elizabeth … Chaque jour … je pense à toi… à demain… » Gémit-il en guidant sa main sur lui, accélérant les mouvements

Elle sourit en sentant le pénis de Will gonfler dans sa main

« Je te veux Will… Ardemment… » Murmura-t-elle, le regard dans celui de son fiancé.

Le jeune homme ne la voyait plus, le regard voilé, le cœur prêt à exploser, il jouit à longs traits, sa main se crispant sur celle de sa fiancée.

 

Les deux jeunes gens se sourirent d’un air complice, avec tendresse. Aucun d’entre eux ne ressentait de honte ou de remords devant ce qui s’était passé. Au contraire, leurs corps apaisés, ils se rhabillèrent à la hâte, Will relaça patiemment le corset d’Elizabeth avant de lui planter un baiser dans le cou

« J’ai hâte d’être à demain… » Souffla-t-il

 

A cet instant, ils entendirent le pas de Barnes qui revenait, prenant garde de faire suffisamment de bruit pour les prévenir de sa présence. Le cocher, l’air de rien se pencha vers Elizabeth et lui tendit une corbeille de fruits frais.

« Veuillez m’excuser de ma longue absence… J’ai dû me rendre vers une échoppe plus éloignée. » Déclara l’air de rien Barnes

Elizabeth, les joues encore enflammées par le plaisir pris remonta fièrement le menton

« Ce n’est pas grave… Merci Barnes »

Le cocher remonta sur son siège avec un sourire et la calèche s’ébranla de nouveau.

 

Les deux fiancés, main dans la main, admirèrent le port, des navires portant l’emblème de la compagnie des Indes, déchargeant leurs soieries, épices et autres… Finalement, Barnes s’arrêta devant la forge et Will embrassa tendrement Elizabeth sur les lèvres. Puis les deux amoureux se sourirent avec complicité après ce chaste baiser, chacun se souvenant du plaisir qui les avait emportés à peine une heure plus tôt

« A demain Elizabeth … Je compterais les heures…

- Moi aussi Will… » Souffla-t-elle avant de se laisser aller contre les sièges, souriante tandis que Will rentrait dans la forge.

 

Elizabeth tourna soudainement la tête tenaillée par la sensation d’un regard braqué sur elle. Elle rougit légèrement en reconnaissant l’homme étrange de la ruelle, qui semblait surveiller la forge. L’homme lui fit un sourire ironique avant de soulever légèrement son chapeau à son adresse. Elizabeth, rouge brique, tança sèchement Barnes

« En route ! »

 

La calèche s’ébranla et la jeune femme se détendit. Elle s’amusa de sa bêtise, elle n’avait pas à se sentir gênée de l’homme après tout … il n’avait pas d’importance. Et puis, demain son destin s’accomplirait et ferait enfin d’elle Madame Elizabeth Turner… Souriant à cette pensée, Elizabeth croisa sagement ses mains sur sa robe et repartit dans ses rêveries romantiques de future jeune mariée…

 

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    sharkna (mardi, 09 octobre 2012 02:19)

    Liz profite plus que Will lol

    et dit donc lui qui est si timide ou a t'il appris a faire des choses pareil heinnn??? j'aimerais bien le savoir XD

  • #2

    JessSwann (mardi, 09 octobre 2012 07:56)

    Bah Liz a toujours besoin de plus mdrrr

    Ah bah Will a sûrement profité des conseils de Jack mdrrr

  • #3

    fluette1995 (mercredi, 06 novembre 2013 19:58)

    dis donc jack la bien conseiller alors :)

  • #4

    JessSwann (mercredi, 06 novembre 2013 21:07)

    Lol Jack expert en femmes ^^