Ne me quitte pas

Résumé : Durant At World's End. Will et Elizabeth se retrouvent sur l'île de Molokai pour leur journée

Genre : Romance, Song fic

 

Rating : K+

 

Note : Les dialogues du film sont en gras, les paroles de Mr Brel sont en italique

Ouch, une des song fic qui m'a demandé le plus de boulot...

Ne me quitte pas

Molokai… l’île était baignée de soleil et entourée d’une eau calme et limpide dont les flots s’étaient pourtant déchaînés il y avait de cela quelques heures. Des heures sombres et sanglantes, entachées de la fureur de Calypso et de la folie des hommes. Deux barques gisaient sur la plage et attendaient le soir et la marée. Sur le sable, deux séries d’empreintes se rejoignaient jusqu’à ne plus faire qu’une, à l’endroit précis où deux lames encore rougies s’épousaient. A quelques mètres de là, gisaient, éparpillés sur le sable et les rochers, les vêtements des deux amants qui reposaient nus sur la plage.

 

Elizabeth Turner leva son visage vers celui de son époux. Le sable de l’île brillait sur sa peau et parsemait ses cheveux blonds de milles paillettes rosées. En silence, Will embrassa tendrement son front et resserra son bras autour de ses épaules. Aucun des deux époux ne voulait songer à la séparation inévitable qui surviendrait à la fin de cette unique journée de bonheur, de sang et de deuil. La plus belle et la plus horrible de leur histoire. Finalement Elizabeth se mordit les lèvres et se décida à parler, d’une voix plaintive qui n’était pas la sienne

 

«  Ne me quitte pas, Will, je t’en prie…Je… Nous allons trouver un moyen pour briser l’engagement qui te lie à ce navire. »

Le jeune homme la regarda tendrement et écarta avec une infinie douceur une mèche qui s’était égarée sur le visage de son épouse, celle pour qui il serait mort encore cent fois
« Il faut oublier ça, Elizabeth n’y pense pas. Pas maintenant, pas tout de suite. » Finit il sur ses lèvres.

Les larmes commencèrent à rouler sur les joues d’Elizabeth, des larmes amères qui portaient en elles tout le désespoir d’une jeune mariée déjàveuve 

« Comment veux-tu que je n’y pense pas alors qu’à la fin de cette journée tu vas me quitter ? Que tu vas partir dix ans loin de moi … » 

Will l’embrassa à nouveau, lui coupant la parole tandis que ses lèvres goûtaient le sel de ses larmes.
« Tout peut s'oublier, Elizabeth. Nous devons profiter de ces instants ensembles plutôt que de se lamenter sur notre bonheur Qui s'enfuit déjà.
- Oublier le temps Murmura Elizabeth, oublier ce qu’on ne peut pas maîtriser. Puis quoi d’autre ? Notre histoire ? Nos rires, nos sourires, nos baisers. Je ne veux rien oublier de toi Will, pas plus des moments heureux que Des malentendus. Tous font partie de nous.

- Je te jure que ça n’arrivera pas Elizabeth. Pas pour moi, je veux tout garder de toi Et le temps perdu à se pleurer alors que nous sommes l’un avec l’autre sera aussi précieux à mes yeux que le plus beau des trésors. Mais Elizabeth... Il y a tellement de souvenirs que je voudrais emporter de toi et si peu de temps pour les construire… Finit-il d’une voix brisée par l’émotion

- Pardon Will, pardonne moi, c’est juste que j’ai du mal A savoir comment je pourrais Oublier ces heures qui passent et qui m ‘éloignent de toi, de notre bonheur, de notre amour. Si tu savais ce que je regrette à présent, ce que j’aimerais pouvoir effacer ces doutes Qui tuaient parfois nos sentiments, notre confiance mutuelle aussi sûrement que le tranchant d’une épée... Ces heures que nous avons perdues, séparés l’un de l’autre à se torturer A coups de pourquoi, sans parvenir à se comprendre, à se parler… Oh Will, si seulement nous pouvions revenir en arrière. Gémit elle, avant d’enfouir sa tête dans le cou du jeune homme

- Elizabeth. Murmura Will en embrassant doucement la jeune femme. Écoute moi, peu importe ce que tu as fait, ce que tu as pensé ou ce que tu as cru je t’aime. Pour moi tu es Le cœur du bonheur et ma raison d’espérer encore »

Les mots s’étranglèrent dans la gorge de la jeune femme tandis qu’elle se penchait pour murmurer sans fin à l’oreille de son amant
« Ne me quitte pas, Ne me quitte pas, Ne me quitte pas, Ne me quitte pas… »

 

Will la berça longuement contre lui et refoula ses propres larmes, sachant qu’il devait être fort pour eux deux. Finalement, à force de câlineries Elizabeth se calma. Elle leva un regard honteux sur le jeune homme et caressa du bout des doigts la cicatrice qu’il portait sur le torse et qui, elle le savait, était là à cause d’elle.

« Je t’attendrais Will, toujours. Je serais là à ton retour puisque je ne peux rien faire d’autre pour te retenir. Je sais que tu ne peux rester près de moi, parce que tu as sacrifié ta vie pour sauver la mienne, comme je sais que tu m’as choisie au-delà de la promesse faite à ton père. Alors en gage, Moi je t'offrirai , ma fidélité, mon soutien, mon amour, par-delà la mort . Rien ne m’éloignera de toi, pas même l’absence.

- Elizabeth… tu n’as pas besoin de faire cela... Tu es la personne la plus importante à mes yeux. J’aime tout de toi, le goût de ta peau. Commença-t-il en embrassant le creux de son cou. La saveur de tes lèvres. Continua-t-il en effleurant la bouche de la jeune femme avant de remonter le long de son visage, vers ses yeux. Même tes larmes sont pour moi pareilles à Des perles de pluie Venues de pays Où il ne pleut pas. » 

 

Elizabeth sourit tendrement à cette déclaration naïve, ses doigts glissèrent sur le torse de Will, attirant un soupir de bonheur au jeune homme dont la bouche vint taquiner le lobe de l’oreille de sa femme.

«  Si j‘en avais le droit, Je creuserai la terre Jusqu'après ma mort, dès maintenant et jusqu’à ce que j’ai trouvé le plus beau des trésors Pour couvrir ton corps D'or et de lumière. Si seulement... J’en avais le droit... Si seulement j’en avais le temps. Finit Will dans un sanglot étouffé

- Will… je t’attendrais je te le jure... Je passerais ce temps à penser à toi et dans mes pensées, dans mes rêves Je ferai un domaine Oùl'amour sera roi Oùl'amour sera loi où tu seras avec moi » Finit la jeune femme d’un ton triste

Will la regarda tendrement et lui prit la main avant de la porter délicatement à ses lèvres

« Un royaume Où tu seras reine, comme partout où tu vas.. Même chez les pirates… » Sourit il

Elizabeth lui sourit en retour avant de le pousser doucement sur le sable chaud, laissant sa bouche descendre sur son lui
« Ne me quitte pas, Will. Murmura-t-elle dans son cou. Ne me quitte pas Souffla-t-elle à la naissance de sa cicatrice. Ne me quitte pas. Gémit-elle tandis que Will caressait ses cheveux, sa main allant et venant dans ses boucles luxuriantes. Ne me quitte pas » Finit-elle en revenant cueillir un baiser sur ses lèvres

 

Ils s’embrassèrent ainsi longuement, leurs corps nus serrés l’un contre l’autre, leurs gestes l’un pour l’autre possédant la maladresse touchante de la jeunesse… Puis finalement ils se séparèrent, chacun plongea dans le regard de l’autre
« Ne me quitte pas. » Murmurèrent-ils à l’unisson

Elizabeth le regarda avec intensité, cherchant à graver ses traits dans sa mémoire

« Quand tu seras là-bas… Je t'inventerai notre vie ensemble, tout ce que nous aurions du vivre, tout ce dont on nous prive »

Will secoua la tête avec un mélange d’indulgence et de tristesse

« Ce n’est pas possible Elizabeth… tu le sais, tu l’as vu, là-bas tout est sombre… Et les plus belles des promesses deviennent Des mots insensés pour ceux qui n’ont plus de vie... Plus d’espoir

- Pour les autres Will. Pas pour toi… Je sais Que tu comprendras et que tu sauras tout ce que je te dirais chaque jour dans mon cœur, tu le sentiras, je le sais. Murmura Elizabeth avec ferveur

- Alors moi aussi Je te parlerai de nous, de ce que j’aimerais vivre près toi... Chaque soir en regardant l’horizon je te raconterais la vie De ces amants-là qui seront toi et moi. Répondit Will en caressant sa joue

- Will… je sais qu’un jour je serais de ceux Qui ont vu deux fois l’éclair vert illuminer l’horizon… Parce que tu me reviendras, je le sais, je le crois. Quand deux êtres voient Leurs cœurs s'embraser et leurs âmes s’épouser comme nous… Rien ne peut les séparer. Rien. » Répéta farouchement Elizabeth, comme si elle cherchait à s’en convaincre.

 

Will lui sourit et noua tendrement ses doigts aux siens. Il voulait comme elle croire à tout prix à leur rêve de bonheur.

« Lorsque je reviendrais Je te raconterai les rêves que j’ai fait pour toi, pour nous... Et nous les réaliserons ensembles, loin de cette malédiction qui m’arrache aujourd’hui à tes bras. »

Elizabeth le regarda, assombrie à la mention de la séparation prochaine qu’ils cherchaient tant à oublier l’un et l’autre. Brutalement distante, elle murmura, regardant vers l’horizon

« Connais-tu L'histoire de ce roi que les dieux avaient tellement maudit, que tout ce qu’il touchait se changeait en or ? Lui interdisant de manger ou de boire…  Parfois je me sens maudite moi aussi... Je tue tous les hommes que je touche….même celui que j’aime. Murmura-t-elle, les yeux pleins de larmes »

 

Will prit son menton dans sa main et la força doucement à le regarder, essuyant d’un geste tendre les larmes qui perlaient à ses paupières

« Elizabeth…si je ne t’avais pas connue, je serais Mort de n'avoir pas Pu te rencontrer. Tu étais ma vie, mon destin…peu importe ce que raconte Tia Dalma... »

A ces mots, Elizabeth sentit son cœur se briser, autant de joie que de souffrance …Lentement, elle s’allongea sur le sable et attira Will à elle à nouveau, prête àsceller encore leurs existences. Will caressa sa poitrine alors qu’il la refaisait femme, les mots d’Elizabeth accompagnant chacun de ses tendres assauts

« Ne me quitte pas Ne me quitte pas Ne me quitte pas…Ne me quitte pas » Répéta elle sans cesse jusqu’à ce que les mots finissent par se perdre dans leurs gémissements communs.

 

Le soleil était déjà bas à l’horizon lorsque les corps des amants se séparèrent. Will passa une main tremblante sur le visage d’Elizabeth et la fixa comme si jamais il ne parviendrait à la regarder assez

« Durant nos fiançailles On a vu souvent d’autres amoureux qui ne supportaient pas d’attendre le soir de leur noce pour se découvrir. Moi je suis heureux de l’avoir fait… Ainsi aujourd’hui notre flamme est intacte et nous n’avons pas à faire Rejaillir le feu d’une passion éteinte par l’impatience… »

Elizabeth, le regarda dans les yeux et sa main se posa sur sa joue pour l’attirer farouchement à elle.

 

« Jamais mon amour pour toi ne s’éteindra Will… Sa force est comparable à celle D'un ancien volcan dans les cendres duquel couve pourtant un feu plus brûlant que les flammes glorieuses d’un feu de paille. »

Will sourit à sa ferveur et se souvint des paroles qu’elle avait prononcées des années plus tôt alors que leur mariage venait d’être interrompu

« Ses serments, Qu'on croyait trop vieux, que je pensais oubliés. Murmura-t-il… Et toi tu t’en souviens encore…

- Toujours Will, ardemment… Nos barreaux ont changés mais pas plus que ceux de Port Royal ils ne m’éloigneront de toi. Il est paraît-il des âmes qui ne peuvent vivre qu’ensembles. Je nous crois de ceux-là. Peu importe l’endroit, que ce soit sur des mers dévastées, Des terres brûlées ou dans des mondes éloignés je serais tienne.

- Elizabeth. Je serais tien moi aussi. Que ce soit dans le monde des morts parmi les ombres et la tristesse d’une vie stérile… parce que privé de toi ; ou dans la lumière d’un endroit Donnant plus de blé, Qu'un meilleur avril parce que tu y seras avec moi. Nos destins sont intiment liés… Commença Will avant d’être interrompu par Elizabeth

- Et toujours ils se rejoignent. Même si nous vivons dans deux mondes opposésEt quand vient le soir Pour qu'un ciel flamboie , les marins ne disent-ils pas qu’il faut que la lumière verte ramène une âme chez les vivants ? J’attendrai cette lumière, j’attendrai sa lueur, parce que ça voudra dire que tu me reviendras… A l’heure où Le rouge et le noir se marient pour former le jour dans mon monde et la nuit dans le tien... Dans dix ans... Je serais là» Déclara avec solennité Elizabeth, son regard rivé à celui de son amoureux.

 

Will la regarda tristement un instant, songeant à tout ce qu’elle allait vivre sans lui, à tout ce qu’elle ne pourrait vivre sans lui… Aux rêves qu’ils avaient faits l’un pour l’autre…

« Pourquoi faut-il donc que nos vies soient guidées l’une et l’autres vers des courants différents… pourquoi nos destins Ne s'épousent-ils pas au lieu de se rejoindre pour mieux se séparer… »

Le cœur battant à tout rompre, Elizabeth fixa Will et colla son corps au sien jusqu’à souffler dans son oreille

« Il y a une solution Ne me quitte pas Ne me quitte pas Ne me quitte pas Ne me quitte pas »

 

Le jeune homme ferma les yeux et se laissa porter par la voix d’Elizabeth, souhaitant douloureusement qu’un tel miracle soit possible. Finalement la voix d’Elizabeth une fois encore le ramena au présent

« Ne me quitte pas Will…je t’en prie…

- Elizabeth…Si je ne te quitte pas... Je mourais... Pour de bon cette fois.. Et jamais plus je ne te serrerais dans mes bras, jamais nous n’aurons l’occasion de nous raconter ces histoires merveilleuses, de réaliser nos rêves… Dix ans en mer... Mais un jour avec toi et si ce jour est comme celui-ci alors ça en vaut la peine. Alors je t’en prie... Sèche tes larmes, sois forte pour nous deux »

 

Elizabeth lui sourit d’un air bravache… Elle sentit dans sa voix à quel point c’était dur pour lui. Il avait raison… elle ne devait pas être égoïste. Il n’y avait pas d’autres solutions. Elle l’embrassa doucement et murmura
« Je ne vais plus pleurer je te le promets, tu as raison nous n’avons plus de temps à gaspiller en lamentations. Je ne vais plus parler de ce qui nous rends tristes… Je vais penser à toi, au moment où nous serons enfin ensemble. »

 

A son tour, Will lui sourit tendrement, ému par la preuve de son amour qu’elle lui donnait en acceptant de le laisser partir… Doucement il posa la main sur la poitrine de sa femme et sentit avec ravissement les battements rapides de son cœur.
« Je me cacherai là, tout au creux de toi… Je passerais tout mon temps libre A te regarder, à imaginer ce que tu fais, à te penser en train de Danser et sourire. Et à t'écouter Chanter et puis rire aussi. Je ne veux pas que tu passes ta vie à m’attendre, je veux que tu vives pour nous deux. »

Elizabeth prit sa main dans la sienne et la porta à ses lèvres. Elle embrassa délicatement la paume qui, l’instant d’avant ; caressait sa poitrine

« Laisse-moi choisir comment je t’attendrais Will, Laisse-moi devenir celle que j’ai toujours voulu être. Ta femme mais aussi L'ombre de ton ombre tout au long de ses dix années, n’oublie pas que mon cœur et mon âme seront près de toi. Quand ma main se posera sur notre anneau de mariage elle sera aussi L'ombre de ta main sur la mienne. Tu seras plus qu’un souvenir pour moi, tu es mon époux pour toujours même si la mort nous sépare »

 

Will caressa les lèvres de la jeune femme tandis qu’elle fermait les yeux pour mieux savourer sa présence

« Si j’avais le droit de rester près de toi, je serais le plus heureux des hommes, être à tes cotés serait suffisant à mon bonheur même si je n’étais que L'ombre de ton chien Elizabeth. Je t’aime, quelques soient tes choix je les respecterais et je les accepterais. Je t’aime trop pour un jour t’en vouloir… si ton bonheur est en jeu alors choisi le mieux pour toi. Je comprendrais. »

 

Will se tut brutalement. Il ne voulait pas continuer… Tandis qu’Elizabeth restait silencieuse et réfléchissait aux paroles de son époux, à la liberté qu’il proposait de lui rendre, une seule phrase résonnait dans la tête du jeune forgeron. Des mots qu’il n’avait pas le droit de dire, qu’il n’avait pas le droit de lui imposer, mais qui pourtant cognaient dans ses tempes douloureuses alors que, lentement, il s’arrachait à ses bras pour remettre ses vêtements Ne me quitte pas Ne me quitte pas Ne me quitte pas Ne me quitte pas….

 

Silencieux l’un et l’autre et déjà loin l’un de l’autre, William et Elizabeth se rhabillèrent, Will n’osa regarder sa compagne, tremblant de peur de découvrir qu’elle n’était plus là. Finalement, avec dépit il se rendit compte qu’il lui manquait une de ses bottes

«  Il me faudrait l’autre botte ». Murmura-t-il, espérant de toute son âme qu’Elizabeth serait encore ici pour lui répondre

 

Un sourire éclata sur son visage lorsque sa botte apparu, surplombée de la jambe nue de sa femme. Elle était là. Elle restait comme elle l’avait promis, finalement elle avait bel et bien fait son choix et ce dernier n’avait pas varié. Will retira doucement la botte et embrassa la peau chaude et offerte, remontant peu à peu, tenaillé par le désir de la posséder encore. Il leva les yeux vers le beau visage de sa femme, totalement offerte, entièrement à lui, avant de tourner son regard vers l‘horizon. Avec regrets, Will s’arracha à elle

« Le soleil va se coucher » Déclara-t-il simplement se détournant pour ne pas voir l’expression de sa femme.

 

Ce petit regard emplit de regret, ces mots ébauchés qui moururent sur les lèvres d’Elizabeth alors qu’elle se retenait de lui dire une dernière fois

Ne me quitte pas…

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Wizzette (lundi, 10 octobre 2011 20:57)

    C'est triste qu'ils doivent se séparer. Ils ne veulent pas se quitter ^^

  • #2

    JessSwann (mardi, 11 octobre 2011 09:36)

    Lol moi je suis pas triste de ça mdrrr
    Pfff cette fic quand j'y repense, comment j'ai galéré pour l'écrire mdrrr