Prologue

Îlot perdu des Caraïbes, trois ans plus tôt,

 

 

Sur une plage d’un sable d’une clarté éblouissante, une jeune fille marche lentement en surveillant de temps à autres l‘horizon. Elle est désespérée, coincée sur cette île minuscule après avoir vu le navire d’immondes pirates emporter celui qui fait battre son cœur depuis son enfance. William Turner. Elle pense tellement à lui qu’elle ne se rend pas compte du vent qui fait jouer le tissu de sa robe blanche. Une robe de vierge.

 

Rien ne peut la détourner de la pensée du jeune homme qui à elle seule suffit à faire battre son cœur plus fort. Elle sait que s’il est venu et qu’il a risqué sa vie c’est pour elle, qu’il va peut-être mourir à cause d’elle !! Cette idée la fait frémir. Non, elle ne peut pas le perdre, pas sans lui avoir dit qu’elle l’aimait, pas sans qu’il ait une fois posé ses lèvres sur les siennes.

 

D’un air décidé elle se retourne vers son compagnon d’infortune. Ce dernier, assis sur le sable frotte d’un air nonchalant son pistolet. Rien que cette vue énerve la jeune femme. Comment peut-il rester ainsi sans rien faire alors que Will court un si grand danger !! Sa rage envers cet homme est sans limite. Certes il lui a sauvé la vie une fois mais à quel prix ? Pour la prendre ensuite en otage ? Et à présent que fait-il pour les sortir de là ? Rien.

 

D’une voix tremblante de rage elle lui jette ses griefs à la figure.

« Vous alliez tout dire sur Will à Barbossa en échange d’un bateau !! »

Toujours assis et aussi désinvolte, le pirate la regarde.

« Un bateau serait utile. Souligne-t-il. Le fait est que je n’allais pas parler de ce fichu Will à Barbossa. Tant qu’il n’était pas au courant, j’avais de quoi marchander, ce qui n’est plus le cas…Grâce à ce fichu Will ! »

Sans prêter plus attention à elle, l’homme se lève tandis que la jeune femme réfléchit à ses dernières paroles, elle se sent stupide à présent. Mais la pensée de Will ne la quitte pas, elle doit faire quelque chose !

« Il a risqué sa vie pour sauver la nôtre. Il faut qu’on essaie de le sauver ! » Tente-t-elle en courant derrière l’homme.

 

Ce dernier se retourne, et la regarde un bref instant avant de faire le geste de la chasser.

« Allez y vous me raconterez. » Lui lance-t-il avant de s’éloigner.

Mais elle ne peut pas s’avouer vaincue. Elle ne peut pas abandonner Will, jamais ! Elle continue à suivre le pirate, sa robe blanche encore humide de son bain forcé laisse couler de temps à autre une goutte semblable à une larme.

« On vous a déjà abandonné ici !! On pourrait fuir de la même manière ! S’exclame-t-elle en le saisissant par le bras pour le forcer à la regarder.

- Et dans quel but jeune fille ? Le Black Pearl est parti et à moins d’avoir un gouvernail et des voiles sous ce jupon, ce dont je doute, le jeune Mr Turner sera mort avant. » Termine t’il en la regardant droit dans les yeux pour éviter de se laisser distraire par les charmes que dévoile complaisamment le dit jupon.

 

A ces mots le cœur de la jeune fille se serre. Non, elle ne peut pas abandonner l’espoir, ça serait comme abandonner Will, son Will !! Pleine de feu elle s’élance vers son compagnon.

« Vous êtes le Capitaine Jack Sparrow ! Vous avez disparu sous les yeux des hommes de la compagnie des Indes, pillé Nassau dans un seul coup de feu !! Etes-vous le pirate dont parlent les livres ? » S’exclame-t-elle.

Sa voix est remplie de l’admiration qu’elle a toujours ressentie pour cet homme, le légendaire Jack Sparrow.

« Comment vous êtes-vous échappé la dernière fois ? » Lui demande t ‘elle, les yeux dans les siens

Soudainement il parait embarrassé. Comme s’il avait du mal à soutenir le regard de la jeune fille qui lui fait face.

« La dernière fois, je n’ai passé ici que trois jours. » Lâche-t-il finalement d’un ton sec.

Elle le regarde sans comprendre tandis que, d’un geste assuré, il ouvre une trappe dissimulée dans le sol avant de reprendre.

« La dernière fois, les trafiquants de rhum de cette île sont passés, et j’ai marchandé mon sauvetage. Avoue-t-il tout en entrant dans la cache avant de ressortir, deux bouteilles de rhum dans les mains.

 

La jeune fille est suffoquée par la rage et la déception. Cet homme que, malgré elle, elle admirait ne s’avère finalement qu’un simple couard…

« Alors c’est tout ? C’est le secret de la grande aventure du célèbre Jack Sparrow ? Trois jours sur une plage à boire du rhum ! » Crache-t-elle, en colère.

Un instant Jack Sparrow la regarde presque sérieusement

« Bienvenue aux Caraïbes mon ange ! » S’exclame-t-il, moqueur, avant de l’écarter de son passage et de lui donner une bouteille.

 

Elle prend la bouteille machinalement mais sait déjà qu’elle ne peut pas en rester là. Elle s’élance à la poursuite du célèbre pirate et se place devant lui. Elle ne le laissera pas l’ignorer comme il l’a fait, jamais !!

« Les autres histoires sont-elles vraies ? »

Dans son ton, dans son regard, on peut lire l’étendue de sa déception. Elle qui a toujours cru ce qu’elle apprenait dans les livres et en ses idées romantiques se rend soudainement compte que la vie n’est pas aussi facile qu’elle l’avait cru. Jack la regarde et redevient brutalement sérieux.

« Vraies ? » Lui demande-t-il avec un regard inquiétant.

Lentement il lui dévoile des parties de son corps et les cicatrices qui les recouvrent. La jeune fille recule.

« Rien n’est vrai. Ajoute-t-il avec un air ironique avant de s’asseoir sur le sable. Nous avons un mois peut être plus. »

Jack lève sa bouteille dont il boit une large rasade avant d’ajouter.

 

« Gardez un œil sur l’horizon … »

 

Île de Molokai, présent,

 

Sur la plage de sable rosé, une jeune femme est immobile. Les yeux tournés vers l’horizon, elle regarde mourir le dernier rayon du soleil. Des larmes perlent aux coins de ses paupières tandis que l’éclair vert se reflète dans ses yeux. L’éclat vert qui emporte loin d’elle et son monde le navire que commande son époux. William Turner… Elle ne peut penser qu’à lui, totalement insensible à ce qui l’entoure, au vent qui fait jouer le tissu de sa robe noire… Une robe de veuve.

 

Ses pensées sont entièrement tournées vers le moment qui vient de s’écouler, elle en revit chaque seconde. Elle savoure à nouveau le souvenir de sa journée de noce, de la caresse des mains de son époux sur sa peau, de la chaleur de sa bouche qui, il y a encore peu de temps, emprisonnait la sienne, de la tendresse de son étreinte. Elle s’accroche de toutes ses forces à ses souvenirs comme si par magie la peine pouvait s’effacer. Comme si sa solitude n’était pas déjà ancrée au fond de son cœur. Comme si elle ignorait qu’ils n’avaient eu qu’un jour pour être ensembles et qu’il était maintenant terminé.

 

Elle laisse les larmes couler lentement sur ses joues car elle sait que, cette fois, elle ne peut rien faire, rien pour retrouver son époux. Elle peut embarquer sur son navire, l’Empress, écumer les mers du monde, fouiller les océans, faire tout ce qu’elle veut, elle ne retrouvera pas Will. Elle ne peut pas le sauver parce qu’il est déjà mort. Il est mort pour elle, pour la sauver et elle ne peut rien faire contre ça. Pourtant, elle est la reine des pirates, elle a mené un combat pour la liberté des siens sans faillir. Elle l’ignore mais son nom est déjà légendaire. Pourtant, malgré tout cela elle ne peut briser la malédiction qui retient Will prisonnier.

Dix années de services contre une seule journée à terre, tel est l’accord qui le lie à Calypso, tel est le prix à payer pour ne pas passer définitivement dans l’autre monde. Telle est la charge que Jack a déposée sur les épaules de son mari lorsqu’il lui fait poignarder le cœur de Jones et lui sauvé ainsi partiellement la vie.

 

Elle est seule sur cette île à présent. Sa seule compagnie est un coffre délicatement ouvragé qui contient son bien le plus précieux. Le cœur de son époux. Le cœur de Will qui s’est sacrifié pour elle.

 

D’une main tremblante la jeune femme caresse le coffre, ses doigts retracent instinctivement les contours de la cicatrice qui orne désormais le torse de son mari. Elle est maintenant la gardienne du cœur de celui qu’elle a épousé pendant une bataille, unis par ce même Barbossa qui trois ans auparavant les avait séparés avant de l’abandonner sur une île en compagnie de Jack Sparrow.

 

Cette fois elle n’est plus une jeune fille innocente vêtue d’une robe blanche mais une femme mariée et déjà veuve qui porte une robe noire. Cette fois elle n’a pas à attendre qu’on vienne la délivrer de cette île pas plus qu’elle besoin de faire semblant de boire du rhum. Lentement, celle qui fut Elizabeth Swann avance sur la plage où elle a passé son unique journée de femme mariée. L’océan lui chatouille les pieds tandis qu’elle pose le coffre dans la chaloupe qui va lui permettre de rejoindre son navire. La jeune femme qui s’appelle maintenant Elizabeth Turner monte à son tour à l’intérieur tandis que, dans sa tête, flottent les derniers mots que lui a adressés son mari.

 

« Garde un œil sur l’horizon… »

 

 

                                                                                                                                                Chapitre 1

Écrire commentaire

Commentaires : 0