Chapitre 24 Le bon choix

Le Black Pearl, au large d’Ithaque

 

 

La nuit était déjà bien avancée lorsque Jack pénétra dans sa cabine. Complètement ivre, le pirate jeta un œil vers la forme endormie dans son lit, recroquevillée sur elle-même comme dans une tentative d’oubli. Sa tête lui faisait mal et il avait les plus grandes difficultés à recouvrer ses esprits. Pour la première fois depuis longtemps il s’était saoulé jusqu’à ne plus savoir où et qui il était. Il marcha silencieusement et chercha dans ses papiers la flasque de rhum qu’il gardait pour les cas d’urgence puis se tourna vers son lit.

 

Lizzie.

 

Sans pouvoir s’en empêcher il s’approcha d’elle, jusqu’à se trouver à quelques centimètres de son épaule nue que le drap avait dévoilée en glissant. La lumière de la lune lui laissait entrevoir le grain velouté de sa peau dont il avait appris nuit après nuit à connaître la douceur. Il leva doucement la main pour caresser les longs cheveux soyeux qu’il ne parvenait toujours pas à croire réellement dans son lit mais retira sa main tandis qu’une voix murmurait dans son esprit.

«  Liberté, Jacky. Plus jamais tu ne pourras être libre après ça. »

Avec un soupir déçu, Jack se releva et sortit silencieusement de sa cabine.

 

Il avait une bouteille de rhum à boire.

 

Les larmes roulèrent sur les joues d’Elizabeth alors que la porte se refermait sur Jack. Elle avait tellement espéré qu’il revienne, elle l’avait attendu des heures durant, ne pouvant croire qu’il la fuyait…

« Lâche. » Murmura-t-elle, des sanglots dans la voix.

Elle posa une main sur son ventre, cherchant à protéger cette vie qui grandissait en elle. A cet instant elle regrettait son choix. Will avait beau être séparé d’elle par un monde, elle savait que lui aurait accueilli la nouvelle d’un enfant avec joie. Elle aurait dû lui rester fidèle, seulement Will n’était pas celui qu’elle voulait. Étouffant un nouveau sanglot, Elizabeth Turner se laissa glisser dans le sommeil.

 

Demain elle combattrait Beckett puis elle quitterait Jack avant qu’il ne le fasse.

 

()()

Dehors, Jack posa la flasque sur le pont et réfléchit à la situation.

« La question est : ce que je peux faire ou ce que je ne peux pas faire ?

- Pars, retrouve ta liberté et les filles dans les ports et les embruns sur ton visage et les aventures ! Libre !

- J’aime la liberté. Et les aventures ! Approuva Jack en buvant une grande gorgée

- Part et perds Lizzie. Reste et soit avec elle nuit et jour. » Souffla une autre voix.

Jack sourit avec tristesse

« J’aime Lizzie. J’aime être avec elle. J’aime sa peau, j’aime la nuit avec elle. Murmura-t-il

- Mais tu ne l’auras pas longtemps. Elle attend un bébé que crois-tu que sera ta vie après ça ? Et ta liberté ?

- Bugger. » Souffla Jack avant de s’effondrer sur le pont, ivre mort.

 

 

Le Hollandais Volant au large d’Ithaque

 

Will sortit sur le pont et prit sa longue vue pour observer les préparatifs de Beckett qui attendait sur la plage que le Pearl tombe dans le piège de Calypso. A ses côtés Bill grimaça.

«  Je n’aime pas ça fils. Pourquoi est-on ici ? Et pourquoi la Compagnie est-elle sur cette île ? »

Will tourna son regard placide vers son père.

« Fais-moi confiance. Dis-moi tu as trouvé ce que je t’ai demandé ?

- Oui, j’ai tout mis à la cale comme tu le voulais mais

- Merci papa. L’interrompit Will avant de se précipiter à la cale. Appelle-moi lorsqu’elle sera là.

- Elle ??????? Mais qui ?? Will !!!! » S’écria Bill, son appel restant sans réponse.

 

Une fois en bas, Will se mit à fouiller dans le coffre, écartant lettres d’amour et autres serments jaunis par le temps.

 

Le Black Pearl, matin, de l’autre côté de l’île

 

Elizabeth se leva, le cœur au bord des lèvres, prenant à peine le temps de se couvrir, elle se précipita au bastingage. La jeune femme, les yeux bouffis par sa nuit sans sommeil et les nausées, se retourna ensuite pour se trouver face à Jack qui, la tête basse, n’osait la regarder.

« Tu vas bien Lizzie ?

- J’ai connu pire. » Cracha-t-elle avant de commencer à s’éloigner.

Elle n’avait pas envie d’entendre ce que Jack allait lui dire

- Lizzie, trésor. Je suis désolé, mais…Commença Jack.

- Ithaque !!!!!! » Hurla Marty.

 

 

Après avoir adressé un regard méprisant à Jack, Elizabeth se rua à la barre.

« Parfait !!! Tous à vos chaloupes !! On y va !

- Oui Capitaine. » Répondit avec flegme Tai.

Jack roula des yeux en voyant tous ses hommes obéir à Elizabeth et s’approcha à nouveau d’elle.

« Elizabeth… »

L’air rageur et les cheveux au vent, elle lui jeta une épée, qui claqua contre son torse.

« Je ne veux pas entendre tes excuses et tes raisons Jack. Ce n’est pas le bon moment pour ça. Nous allons nous battre. Asséna-t-elle en se dirigeant vers une chaloupe

- Tu vois finalement ça se passe mieux que prévu. » Gloussa une voix en Jack.

 

Le Hollandais Volant

 

Vêtue d’un long manteau bleu nuit, Calypso se matérialisa sur le pont au grand effroi de Bill le Bottier. Un sourire cruel aux lèvres, elle caressa le crabe qu’elle tenait dans sa main.

« Que faites-vous là ? Lui demanda Bill, l’air stupide

- Demande à ton fils. Je m’apprête à nous venger de Sparrow et de cette maudite femme. » Déclara-t-elle en levant les bras vers le ciel

Immédiatement, des nuages commencèrent à s’amonceler.

 

Will s’avança sur le haut des marches, un sourire triomphant aux lèvres.

« Non. Personne ne fera de mal à Elizabeth. »

Calypso se retourna vers lui, incertaine.

« Que dis-tu Will ?! Mais, cette nuit encore …

- Cette nuit était cette nuit. Sourit Will. A présent nous sommes le matin et… »

 

Effarée, Calypso le regarda s’approcher d’elle, le jeune home tenait la boite à musique de Jones dans sa main.

« Calypso, par cet objet et pour toutes les choses dont tu t’es rendue coupable dans ce monde. Je te condamne à errer dans le monde des vivants, pareille à une mortelle, sans le moindre pouvoir. »

Calypso gémit tandis qu’une fumée blanche s’échappait d’elle et tendit les bras pour tenter de retenir ses pouvoirs.

« Non !!! »

 

Will s’approcha encore plus d’elle et son corps frôla le sien.

« Redevient Tia Dalma. » Souffla-t-il presque avec affection.

Calypso le regarda avec haine pendant qu’elle sentait ses derniers pouvoirs s’éloigner d’elle.

« Pirate ! » Rugit-elle.

Will eut un vague sourire rempli d’amertume.

« Pirate. Non, je n’en suis pas un mais j’ai beaucoup appris à leur contact. A mentir, à tricher, à trahir. Tu devrais essayer Tia, ta technique n‘est pas encore parfaite. Papa fait descendre une chaloupe pour Tia Dalma, ses amis l’attendent. »

Bill, un éclat de fierté dans le regard, hocha la tête en direction de Will.

« A vos ordres Capitaine Turner. »

 

Tia, vaincue avança vers la chaloupe et se retourna vers Will.

« Pourquoi ? Pourquoi as-tu fait ça Will ? Pourquoi protéger une femme qui t’a tout pris et qui t’as trahi ? Pourquoi refuser de te venger ?

- Parce je ne suis pas Jones. Parce que quoiqu’elle fasse j’aimerais toujours Elizabeth.

- Tu n’as pas encore récupéré ton cœur William Turner, tu risques d’être détruit.

- Et alors ? Grâce à toi je n’ai plus rien à espérer dans ce monde ou dans l’autre. Répondit Will d’un air désabusé. Adieu Tia. »

 

Le cœur emplit de rage, celle qui avait cru voir dans cette journée l’accomplissement de son rêve de pouvoir, prit place dans la chaloupe, mortelle impuissante forcée de rejoindre les ombres du bayou auxquelles elle croyait avoir dit adieu pour toujours.

 

Une fois qu’elle fut partie, Bill se tourna vers son fils.

« Et maintenant ? »

Will regarda avec nostalgie l’horizon où il pouvait apercevoir le drapeau pirate claquant au vent.

« Maintenant nous retournons guider les âmes. Nous ne pouvons plus rien faire ici. Dit-il en se détournant pour aller vers sa cabine.

- Et Elizabeth ? » Demanda Bill.

Will s’immobilisa un instant, la main sur la poignée.

«  J’ai fait ce que je pouvais pour la protéger mais le combat sera à terre. J’ai confiance en Jack. Il veillera sur elle. » Répondit-il avant d’entrer, adressant un adieu muet à la femme qu’il avait aimé à en mourir.

 

Ithaque, plage

 

 

Cutler Beckett regarda les chaloupes progresser lentement vers eux et leva un regard inquiet vers le ciel qu’aucune brise ne venait troubler.

« Calypso, tu renies tes engagements. Grinça-t-il. Soit, c’est de bonne guerre, du reste je n’ai pas besoin de toi pour les anéantir. En position !!! » Cria-t-il à ses hommes.

Sous son regard satisfait, l’armée se déploya et les hommes se tirent prêt à tirer sur ceux qui débarqueraient.

 

Dans une des chaloupes, Jack jeta un coup d’œil vers Barbossa, intrigué par sa soudaine nervosité. A cet instant Hector leva un regard abasourdi vers le ciel et en un instant Jack réalisa le piège dans lequel il les avait menés. Avec lenteur, il sortit son pistolet.

« On débarque de l’autre côté. » Ordonna-t-il froidement.

Elizabeth, furieuse, se tourna vers lui.

«  Quoi ! Non, c’est là que se trouve Beckett !! Espèce de lâche !! »

Sans quitter Barbossa des yeux, Jack lui répondit avec acrimonie.

« Hector nous a vendu. Allez là-bas c’est nous jeter dans le piège de Beckett. Et si Sa Grandeur le permet, j’aimerais profiter d’un effet de surprise. »

 

Elizabeth se retourna lentement vers Barbossa.

« Quoi ? »

Le vieux pirate lui fit un regard faussement désolé tandis que Jack souriait.

« Quelle aide attendais-tu vieille morue ? Celle de Calypso n’est-ce pas …

- A ton avis Jack ? » Cria Barbossa alors que la chaloupe touchait terre.

Sans attendre le vieux forban se hâta vers la plage sans demander son reste.

 

Jack étouffa un juron en voyant les hommes de la Navy sortir des rochers, l’arme au poing

«  Dommage… »

Elizabeth sortit son épée, son cœur battait la chamade mais elle était décidée à en finir.

« Aux armes ! Battez-vous ! Cria-t-elle en se jetant dans la mêlée sous le regard blasé de Jack.

- Je savais qu’elle dirait ça… » Soupira-t-il.

Il désarma le premier homme qui lui tomba sous la main, cherchant Beckett ou Barbossa des yeux.

 

L’arme au poing, ivre de rage tant envers Jack que Barbossa ou Beckett, Elizabeth ferraillait durement et sa lame tranchait les vies sans qu’elle paraisse s’en émouvoir. Elle plongea son arme dans le corps d’un jeune soldat et se détourna pour ramasser une nouvelle épée en maugréant.

« Maudits pirates ».

A quelques mètres d’elle, Barbossa leva son arme et ajusta son tir. Il était resté à l’écart un long moment à attendre l’instant de la vengeance. Un éclair froid dans le regard, il visa la tête de la jeune femme, savourant la revanche envers Jack que sa mort lui apporterait.

« Désolé Madame Turner. » Murmura-t-il alors qu’il appuyait sur la détente.

 

La douleur fut fulgurante et Hector s’écroula alors que le coup partait et manquait de justesse sa cible. L’air incrédule, le pirate baissa les yeux vers son torse et découvrit l’épée qui le perçait de part en part. Perclus de douleur, il se retourna avec difficultés et croisa le regard froid de Jack.

« Toi… C’est la seconde fois que tu me tues à cause d’elle… » Souffla-t-il avant de s’écrouler.

 

Loin de se douter du danger auquel elle venait d’échapper, Elizabeth continuait à se battre, laissant son épée dans les cadavres de ceux qu’elle tuait, préférant ramasser les armes qui jonchaient la plage. Elle avait perdu Jack de vue depuis bien longtemps, seulement guidée par sa haine et sa soif de vengeance. Finalement, elle sentit la morsure d’une lame glacée sur sa joue et roula au sol, évitant la mort de justesse avant de se relever, une épée à la main. Son visage s’éclaira en découvrant son agresseur.

« Miss Swann…

- Lord Beckett… »

Le lord sourit méchamment avant de fendre rapidement vers elle, Elizabeth para le coup de justesse.

« Il me semble qu’après ce que nous avons vécu la politesse ne soit plus de mise entre nous, Elizabeth.

- Il me semble quant à moi que vos agissements ont assez duré ! » S’écria Elizabeth en se jetant sur lui.

 

A quelques mètres de là, le sang de Jack ne fit qu’un tour en la voyant affronter Beckett. L’envoyé de la Compagnie évita son attaque non sans lui donner un coup vicieux dans le ventre au passage.

« Lizzie !! » Cria Jack en avançant vers elle, l’épée au poing.

Avec un air décidé Gilette lui coupa le chemin et pointa son épée sous sa gorge.

« Ôte-toi de là petit. Ordonna Jack.

- Non, tout ce que je veux c’est trouver un pirate et le tuer.

- Voilà que ça recommence… » Soupira Jack en entamant le combat.

 

Les épées d’Elizabeth et de Beckett s’entrechoquèrent une fois de plus et chacun des deux repoussa l’autre d’un même mouvement.

« Vous ai-je dit à quel point j’avais goûté notre intimité à bord du Pacific Princess ? Déclara Beckett d’un ton poli.

- Vous ai-je dit que j’ai encore préféré la compagnie des hommes auxquels vous m’avez livré à la vôtre ? Lâcha Elizabeth avec mépris en repartant à l’attaque

- Je n’en doutais pas. Sourit Beckett en croisant sa lame avec la sienne. Vous avez toujours préféré les hors la loi aux hommes de bien. Il suffit de voir votre mari ou votre amant.

- Vous êtes un porc. Cracha Elizabeth en se jetant sur lui.

- Et vous une catin ma chère. » Répondit Beckett qui l’évita et se remit aussitôt en position.

 

Jack poussa un soupir de lassitude en parant une fois de plus l’épée rageuse du second de Beckett.

« Tu crois pas que tu serais mieux chez toi à courtiser une fille mon gars ? »

Gilette l’attaqua avec rage à nouveau.

- J’aime pas les filles.

Jack grimaça

« Oh t’es pas homosexuel au moins ? Note que j’ai rien contre la chose. Ça me change des eunuques. »

Gilette ne répondit pas et se jeta à nouveau contre lui, cherchant le contact physique.

« Bugger. » Souffla Jack avant de le désarmer.

Il pointa sa lame sous sa gorge et chercha à voir où en était Elizabeth, tremblant de peur que Beckett ait eu le dessus.

« Tu es entre ma femme et moi petit. Écarte-toi. »

 

Elizabeth, exténuée, para une nouvelle fois l’attaque de Beckett. Le Lord sourit en sentant sa fatigue et, d’une brusque torsion du poignet il la désarma, faisant voler son épée à plusieurs mètres. Un sourire victorieux aux lèvres, il la poussa au sol et appuya sa lame contre son cou.

«  Je vous laisse le choix ma chère: ma cabine puis la pendaison ou alors … Non finalement je ne vous donne pas le choix. » Triompha-t-il.

Le cœur gonflé de haine Elizabeth leva les yeux sur lui, elle ne voulait pas mourir, pas maintenant ! Sa main rasa le sable et brusquement elle en jeta une pleine poignée au visage défiguré qui se penchait vers elle. Beckett, déstabilisé ferma les yeux et cracha sous la brusque attaque. Elizabeth saisit sa chance et balança son pied de toutes ses forces dans la main armée de Beckett, faisant voler l’épée jadis forgée par Will et qui ne l’avait pas quitté depuis qu’il l’avait trouvée. Elle s’en saisit prestement et se releva pour appuyer la lame contre le cœur de Beckett.

« Ce n’est pas une manœuvre digne d’un duel.

- Je ne me bas pas en duel. Je suis un pirate Lord Beckett, vous l’aviez oublié ? » Grinça-t-elle avant de plonger la lame dans le cœur de son ennemi.

 

Jack, l’arme à la main vit Elizabeth tomber et n’hésita plus. D’un geste brutal il trancha la gorge de Gilette.

« Désolé petit. J’ai jamais aimé les hommes. » Souffla-t-il avant de se précipiter vers Elizabeth.

Jack s’immobilisa en la découvrant debout devant le cadavre de Beckett. Elle ressortit sa lame rougie du corps de son ennemi pour mieux la replanter à nouveau.

« Pour mon père ! Cria-t-elle. Et pour James. Assena-t-elle en frappant de nouveau. Et Will. Et Teague Sparrow. » Gémit elle, ponctuant chacune de ses phrases par un nouveau coup dans le corps que la vie avait déserté depuis plusieurs minutes.

 

Jack soupira et s’approcha doucement d’elle. Il immobilisa sa main alors qu’elle se préparait à frapper de nouveau.

« Il est mort Lizzie. C’est fini. » Murmura-t-il.

 

L’air hagard Elizabeth se tourna vers lui avant de regarder à nouveau la masse sanguinolente qui se trouvait à ses pieds. Les larmes aux yeux, elle lâcha son épée dont la lame retomba mollement sur le sable avant de s’évanouir. Jack la rattrapa doucement dans ses bras et la souleva, puis prit le chemin des chaloupes. Autour d’eux le combat cessait peu à peu. Les hommes de la Navy désertaient en se voyant sans chef.

 

Tai arrêta Jack.

« Que faisons-nous Capitaine ? On les poursuit ?

- Non on rentre. Cette journée a connu assez de morts. » Déclara Jack avant de poursuivre sa route, Elizabeth serrée contre lui.

 

Le Black Pearl, quelques heures après la bataille

 

Elizabeth ouvrit lentement les yeux, la vue brouillée, et tenta de se redresser. Jack se leva d’un bond et la maintint gentiment, la forçant à reposer sa tête dans les oreillers.

« Non Lizzie, pas encore, tu as besoin de repos. »

Elizabeth poussa un petit soupir avant d’ouvrir brusquement les yeux. L’air inquiet elle posa les mains sur son ventre.

« Tout va bien. Tu vas bien et ton, notre bébé aussi. » La rassura Jack.

 

Elizabeth, la main toujours sur son ventre, tourna la tête vers lui.

« Notre ? »

Jack soupira et glissa sa main dans la sienne pour caresser son ventre.

« Notre bébé oui… A moins que tu m’aies caché quelque chose. »

Les larmes aux yeux, Elizabeth se jeta à son cou et le serra contre elle.

« J’ai cru t’avoir perdu. J’ai cru que tu ne voudrais pas de cet enfant.

- Moi aussi. Mais quand je t’ai vue à terre, Beckett au-dessus de toi… Lizzie, j’ai eu peur. Pour toi, pour le bébé. Pour vous deux. » Chuchota Jack en la serrant contre lui.

 

Elizabeth se laissa doucement aller dans ses bras et savoura la tiédeur de son étreinte et les battements du cœur de Jack contre son oreille.

« Beckett ?

- Il est mort trésor. Tu l’as tué, plusieurs fois, si j’en juge par le nombre de blessures qu’il porte.

- Je n’arrivais plus à m’arrêter. Il a fait tellement de mal… Murmura Elizabeth en nichant sa tête contre lui.

- J’ai vu. Et je me rappellerais de ne pas énerver une femme enceinte. » Plaisanta Jack.

Elizabeth se releva légèrement et chercha ses lèvres.

« Et toi tu vas bien ?

- Moi ? Voyons trésor, je suis l’indestructible Capitaine Sparrow. »

Elizabeth l’embrassa doucement avant de grimacer, Jack lui fit un sourire d’excuse.

« J’ai bandé ta main. Le coup de Beckett l’avait sérieusement blessée. Et j’ai aussi récupéré ceci sur ce que tu as laissé de son corps. » Murmura-t-il en glissant un objet métallique dans sa main.

 

Les larmes aux yeux, elle découvrit la clef du coffre du cœur de Will. Elizabeth fixa longuement l’objet avant de le reposer sur la table de chevet. Les yeux brillants, elle se tourna vers Jack et lui prit la main pour l’attirer à elle.

« Fais-moi l’amour Jack…

- Trésor, je ne suis pas sûr que… Commença-t-il en glissant un regard vers son ventre

- Ça l’est. » Affirma Elizabeth avant de l’embrasser.

Un sourire aux lèvres, Jack se pencha vers elle et commença à la déshabiller.

 

Alors qu’il se glissait en elle et plongeait son regard dans ses yeux sombres il se sentit plus heureux qu’il ne l’avait jamais été. Alors il se sourit à lui-même. Il avait fait le bon choix… enfin.

Chapitre 23                                                                                              Chapitre 25

Écrire commentaire

Commentaires : 0