Chapitre 18 Un adieu

Île perdue …

 

 

Jack mit pied à terre avec empressement, ses gestes pour une fois précis et rapides, un léger tremblement secouant la main avec laquelle il tenait son compas.

« Je sais ce que je veux, je sais ce que je veux, je sais ce que je veux. » Murmura-t-il avec ferveur.

Derrière lui, ses hommes commençaient à le regarder bizarrement et Pintel s’avança.

« Euh Captain Jack, on va où ?

- Par là. Déclara Jack, la tête sur le compas en désignant une direction et en commençant à avancer.

- Euh mais c’est de là qu’on vient… »

 

Jack releva la tête et laissa échapper un couinement désespéré en réalisant que le compas indiquait la direction d’Elizabeth, ainsi qu’il l’avait toujours fait. Il resta un moment immobile, le regard vague et un air triste sur le visage. Il avait enfin revendiqué ce qu’il voulait pour lui, seulement cela tombait au pire moment qui soit. Oui il désirait Elizabeth mais pour cela il devait la sauver. Sinon il la perdrait pour toujours. Il fixa son compas et lui ordonna mentalement de fonctionner, ignorant ses hommes qui attendaient.

« Pense comme Elizabeth et Will… » Suggéra une voix en lui.

Jack releva la tête, l’air ahuri, avant de plisser les yeux.

« Ce que tu désires c’est sauver Elizabeth non ?

- En fait c’est l’avoir pour moi, qu’elle vive …

- Ça va Capitaine ? S’inquiéta Marty.

- Alors la Fontaine te donnera tout ça. Donc tu désires la fontaine car une fois que tu l’auras tu seras en position de sauver ta dangereuse demoiselle en danger. »

Jack sursauta tandis que Marty posait la main sur sa cuisse.

« Tout va bien. Nous allons par là. » Déclara Jack d’une voix mal assurée, espérant que sa petite ruse fonctionnerait sur lui-même.

 

Lentement les hommes commencèrent à avancer, Jack pouvait sentir leurs regards pesants dans son dos, emplis d’interrogations et de crainte. Le cœur de Jack se serra, il savait qu’il n’avait pas le droit à l’erreur, la peau d’Elizabeth avait déjà pris une pâleur inquiétante, son souffle était ralenti et ce qu’il craignait le plus était l’abandon de la jeune femme.

« Et ainsi elle rejoindra Will comme elle l’a toujours voulu. »

Jack soupira et releva les yeux. Il se trouvait devant une sorte de grotte, niche naturelle creusée dans la montagne. Au loin il entendit un clapotement continu. Il y était presque. Il se retourna vers ses hommes.

« Couvrez mes arrières. »

 

Les hommes hochèrent la tête, soulagés de ne pas avoir à le suivre dans la galerie sinistre et Jack s’engouffra dans cette dernière. Il progressa lentement, gêné par l’absence de lumière et s’approcha un peu des parois qui laissèrent une poussière dorée sur ses doigts. Finalement il déboucha sur une salle qui semblait un peu plus grande que les autres. Au milieu de celle-ci s’écoulait une eau claire et limpide. Jack sourit et but sa flasque de rhum d’un trait avant de se pencher sur la source pour la remplir. Une voix grondeuse l’arrêta net.

« Que fais-tu ici ! »

 

Jack se retourna et rencontra deux yeux d’un bleu presque surnaturel. L’homme s’approcha de lui, l’air menaçant. Jack sourit et inclina sa flasque vers la Fontaine.

« Je prends de l’eau je n’ai plus de rhum.

- Cesse tes bouffonneries ! Tonna l’homme. Pourquoi désires-tu cette eau ? Pour l’immortalité ? »

Jack prit une grande inspiration tandis qu’en lui le combat reprenait de plus belle.

« Bois l’eau et deviens l’Immortel Capitaine Jack Sparrow ! Tu seras le dernier des pirates, personne ne pourra jamais te vaincre et tu vogueras sur les flots, libre d’aller où tu veux quand tu le veux.

- C’est tentant oui. Mais à quoi cela te servira lorsque Lizzie sera dans l’au-delà ? Tu te retrouveras seul Jackie, seul avec nous, seul avec tes regrets… »

 

Jack grimaça et vit le visage d’Elizabeth. Il avait donné sa vie pour elle par deux fois. Il baissa les yeux sur son compas et vit ce que ce dernier indiquait. Le même cap que toujours.

« L’eau n’est pas pour moi. Je préfère le rhum. » Plaisanta-t-il.

L’homme eut un léger sourire.

« Ainsi donc tu préfères offrir la vie à quelqu’un d’autre. C’est très généreux de ta part.

- Je préfère une vie pleine d’éclat qu’une éternité sans lumière. » S’entendit répondre Jack.

L’homme s’écarta et le laissa passer.

« Dans ce cas, fais ton choix mais n’oublie pas qu’une fois fait tu ne pourras revenir en arrière. 

- Broutilles. » Répondit Jack d’un air négligent.

 

L’homme lui tendit un flacon translucide et darda son regard dans celui de Jack.

« Voici ce que tu veux. L’entrée de la grotte se refermera pour les cents ans à venir après ton départ. Je viendrais plus tard te réclamer ma dette. »

Jack frissonna à cette mention et s’immobilisa.

« Quel genre de dette ?

- Une vie contre celle que tu veux sauver. »

Jack déglutit.

« Laquelle ?

- Tu le sauras le moment venu Jack.

- Et que se passera-t-il si je refuse ? Vous allez lancer une grosse bête à mes trousses ? Ironisa Jack.

- Non. Les effets de la Fontaine cesseront et ramèneront la personne que tu as sauvée aux portes de la mort.

- C’est cruel. Murmura Jack.

- Non c’est ainsi. Une vie contre une autre, pour équilibrer la balance… »

 

Jack fixa l’homme, l’esprit occupé par Lizzie, par ce que serait sa vie sans elle et lentement tendit la main pour prendre la fiole.

« D’accord.

- Lave ses blessures avec cette eau puis fait la boire. Elle reviendra.

- Comment savez-vous que c’est une femme ? Ironisa Jack.

- N’est-ce pas ce qui vexe tous les hommes ? » Lui répondit le gardien tout aussi ironique.

 

Jack empocha la fiole sans répondre et se détourna pour repartir dans les galeries. Il devait faire vite, il serait bien temps ensuite de se préoccuper des conséquences de sa promesse.

 

Au large de l’île

 

Hector Barbossa siffla entre ses dents en reconnaissant les voiles noires du Black Pearl qui semblait attendre paisiblement.

« Sparrow ! Maudit sois tu. »

Le capitaine resta un moment à observer le navire. Il ne faisait aucun doute qu’il arrivait trop tard, Jack avait sûrement déjà trouvé la Fontaine de Jouvence. Il se remémora les paroles de Calypso.

« Je te demande juste la tête de cette femme. En échange de ta vengeance et de ton immortalité. »

 

Barbossa prit une pomme et croqua dedans avec plaisir, tout était une histoire de moment. Il allait attendre que Jack revienne et là, alors qu’il penserait avoir sauvé sa précieuse Elizabeth, il lui prendrait tout. Il s’adressa à la poignée d’hommes qu’il avait recrutés sur une île.

« Rapprochez-vous de ce navire et armez les canons.

- Quel pavillon Capitaine ?

- Aucun. Pour l’instant. »

 

Entre les mondes

 

 

Will regarda tendrement Elizabeth et attendit qu’elle parle, qu’elle se dévoile enfin à lui. Il soupira en voyant l’air contrit de sa femme.

« Tu ne réponds rien. Elizabeth, ne comprends tu pas que le plus difficile pour moi est de ne pas savoir ? De sans cesse avoir ce doute, de me demander si tu l’aimes. » Plaida Will dont la voix se brisa sur les derniers mots.

Elizabeth rougit, les larmes aux yeux. Elle ne savait pas quoi répondre à Will.

« Je t’ai épousé Will. Je suis ta femme. » Répéta-t-elle comme pour s’en convaincre

 

Will soupira et guetta les mots qui ne venaient pas.

« Mais si tu avais eu plus de temps ou si Jack t’avait proposé de l’épouser qu’aurais tu fait ?

- Jack n’est pas du genre à se marier. » Murmura Elizabeth qui évitait le regard de Will à mesure que les souvenirs lui revenaient en mémoire.

« Entre nous Lizzie. Je suis capitaine de ce navire.. Et la fonction de capitaine m’autorise en fait à célébrer un mariage. En mer, sur le pont de ce navire. Ici, sur le champ. »

 

Will la regarda tristement. Il la sentait ailleurs, dans des souvenirs qu’il ne connaissait pas, loin de lui, loin de leur engagement et de sa promesse d’amour. La voix tremblante il reprit.

« Ce n’était pas ma question Elizabeth. Je te l’ai dit, je t’aime. Et je réalise seulement maintenant à quel point j’ai été égoïste de te demander de m’attendre.

- Will, je

- Laisse-moi parler Elizabeth je t’en prie. Laisse te dire cela tant que j’en ai encore le courage. Elizabeth, tu n’as pas à te sentir liée par notre mariage, tu es libre. Lorsque Jones m’a planté son épée dans le cœur, je suis mort et même si Jack m’a permis d’avoir une nouvelle chance, je ne pourrais jamais être celui que j’étais.

- Non Will tu vis ! S’exclama Elizabeth, bourrelée de remords.

- Non. Je ne suis qu’un passeur d’âmes. J’appartiens à ce monde et toi tu appartiens à l’autre. Jack va trouver comment te ramener à lui Elizabeth. Et lorsqu’il l’aurait fait, je t’en prie, ne lui ferme pas ton cœur si tu sens que tu l‘aimes. Commença Will, reprenant les termes de Jack dont il comprenait à présent le sens. Ne sacrifie pas ta vie pour rester fidèle à ma mémoire. Un jour tous les dix ans Elizabeth. Nous avons eu notre journée, la plus belle de ma vie et je suis mort. Mais toi tu vis, alors tant qu’il y a un espoir de trouver le bonheur, saisit le.

- Aucune cause n’est désespérée tant qu’il y a un fou pour y croire, Will. Répondit Elizabeth une boule dans la gorge en réalisant qu’il était en train de lui dire adieu.

- Elizabeth. Murmura Will en tendant la main vers elle. Je suis désolé. Nous n’aurons jamais la vie dont j’avais rêvé pour nous mais peut-être est-ce mieux ainsi.

- Ne dit pas ça Will ! »

 

Will regarda celle qu’il savait qu’il aimerait jusqu’à la fin des temps et continua.

« Ce n’était pas ton rêve Elizabeth. Je l’ai compris lorsque je t’ai vue donner l’ordre de l’attaque contre Beckett, ou lorsque tu as embrassé Jack. Déclara-t-il avec effort. Toi tu rêves d’être libre, tu rêves d’être un pirate et de traverser les mers. Moi je voulais une vie tranquille, reprendre la forge de Mr Brown et chaque soir rencontrer ton sourire en fermant la porte de notre maison. Seulement ce n’est pas la vie que tu veux, je l’ai toujours su au fond même si je refusais de le voir. »

Elizabeth baissa les yeux. Les paroles de Will résonnaient douloureusement en elle et lui rappelaient Jack.

« Ce n’était pas notre destin Elizabeth…

- Comment peux-tu dire cela !

- J’aurais choisi mon père. Si Jack ne m’avait pas proposé de poignarder le cœur de Jones je l’aurais fait. Tu ne me dois rien Elizabeth. »

 

Elle le fixa et refoula ses larmes, ne sachant plus quoi penser après l’aveu qu’il venait de lui faire. Il aurait été si simple de lui dire qu’elle l’aimait, mais elle s’en trouvait incapable, les mots restaient coincés dans sa gorge. A cet instant un sourire mélancolique vint éclairer les traits de Will qui lui prit brutalement la main.

« Aujourd’hui c’est moi qui ne veut pas te laisser partir Elizabeth. » Murmura-t-il en franchissant l’espace qui les séparait pour souder leurs lèvres en un baiser tout en surveillant l’éclair vert, qui derrière Elizabeth se rapprochait de plus en plus.

Elizabeth savoura le baiser de Will et y mit tous ses regrets mais aussi ses remords de n’avoir pas su le délivrer, des larmes roulant sur ses joues.

 

Finalement Will s’écarta et essuya ses larmes avec tendresse.

«  N’oublie pas de garder un œil sur l’horizon.

- Je, je serais là quand tu reviendras Will.

- Je sais. Sois heureuse mon Elizabeth. Tu as déjà fait ton choix, admet le et vis cette existence dont tu as toujours rêvé.

- Pardonne-moi. »

 

 

Cabine de Jack, sur le Pearl

 

 

« … Will. » Murmura Elizabeth, le visage baigné de larmes.

A ses côtés, Jack sentit son cœur se serrer. Une fois de plus c’était le prénom du forgeron qu’elle prononçait en premier. Il replia doucement la chemise qu’il avait ouverte pour soigner les blessures et écarta une mèche du visage redevenu aussi lisse que lorsqu’il l’avait rencontrée.

« Chut Lizzie, vous êtes sauvée trésor… »

 

Elizabeth ouvrit péniblement les yeux, un instant désorientée elle chercha Will avant de croiser le regard inquiet de Jack et rabattit d’une main tremblante la couverture sur elle. Jack grimaça en la voyant faire et s’écarta prudemment d’elle, ne voulant pas lui faire peur. Elizabeth le regarda d’un air interrogateur et toucha son visage du bout des doigts, surprise de plus ressentir la douleur cuisante de la marque infligée par Beckett.

«  Mais la marque. Elle a disparue ! »

 

Jack lui sourit.

« Voyons trésor. Je suis le capitaine Sparrow, je peux tout faire. »

Elizabeth lui sourit en retour, elle ne comprenait pas comment c’était possible mais elle se sentait brusquement en pleine forme, alors que quelques heures plus tôt elle se trouvait aux portes de la mort.

« J’ai vu, j’ai vu Will. Il n’a pas voulu m’emmener. »

Jack la regarda tristement.

« Vous regrettez d’être ici Lizzie ? » Demanda-t-il.

Elizabeth plongea dans ses yeux sombres qui derrière l’ironie familière semblaient attendre une réponse de sa part, et détourna le regard. Les souvenirs de Will, de Beckett et des derniers événements se bousculèrent dans sa mémoire. A nouveau ses yeux débordèrent et elle répondit, les épaules secouées par les sanglots.

« Je ne sais pas Jack. »

 

 

Chapitre 17                                                                                       Chapitre 19

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    megan (dimanche, 12 octobre 2014 11:14)

    pauvre will ....

  • #2

    Jess Swann (dimanche, 12 octobre 2014 12:29)

    Oh il le mérite bien va ^^