Prologue

La matinée était déjà bien avancée à Port Royal lorsque, vêtue d'une robe de satin bleuté, la fille du Gouverneur se rendit au salon pour prendre son petit déjeuner. Confortablement installé dans son fauteuil favori, le Gouverneur Swann considéra sa fille unique avec affection, chaque jour soulagé de revoir son doux visage après avoir tant craint de l'avoir perdue. Le Gouverneur secoua la tête et chassa le souvenir des épreuves passées quelques mois auparavant, l'enlèvement d'Elizabeth par des pirates puis sa participation à l'évasion spectaculaire de l'un d'entre eux, pour revenir au moment présent et au bonheur de l'avoir à ses côtés. Il regarda avec attendrissement ses boucles blondes soigneusement coiffées et le sourire qui flottait sur ses lèvres, signe d'un plaisir anticipé.

« Bonjour Elizabeth. As-tu prévu d'aller voir Will aujourd'hui ? L'interrogea-t-il pour la forme, connaissant déjà la réponse.

- Bonjour Père. Et, oui c’est ce qui est prévu. »Confirma-t-elle les pommettes rosies par le plaisir.

 

Le gouverneur prit son temps pour réfléchir au meilleur moyen de lui dire ce qui le tourmentait depuis déjà quelques temps et qui commençait à faire le tour des salons de Port Royal. Finalement il se décida avec réticences.

« Ne crois-tu pas que tu vas un peu vite en besogne ma chérie ? Après tout tu viens de vivre une terrible épreuve et même si le jeune Turner a maintes fois prouvé sa valeur en t'aidant à échapper à ces terribles pirates, je ne voudrais pas que tu confondes une juste reconnaissance avec des sentiments plus profonds. »

Elizabeth reposa sa tasse de porcelaine d'un mouvement si vif qu'elle manqua de la briser et tourna ses yeux d'une noirceur d'encre vers son père.

«  Je ne confonds pas. Siffla-t-elle en détachant chaque mot. Je pensais que vous aviez compris et accepté mon choix. » Ajouta-t-elle avec une pointe de tristesse.

Weatherby Swann soupira, trop fou de sa fille pour lui refuser quoique ce soit, et se justifia.

 

« C'est juste que tu avais accepté d'épouser le Commodore Norrington alors je me disais que peut être le premier moment passé tu reviendrais sur ta décision…

- C'était pour sauver Will. Coupa Elizabeth d'un ton qui ne souffrait aucune discussion. Je savais que c'était le seul moyen pour obliger James à aller le chercher.

- Bien… Si c'est-ce forgeron que tu choisis, pourquoi pas. Je te demande juste de veiller à ce que ta réputation reste irréprochable jusqu'à ce qu'un quelconque engagement soit décidé… »

Elizabeth rougit violement en comprenant où son père voulait en venir.

« Irréprochable… Voyons Père comment pourrait-elle l'être après mon enlèvement par des pirates ? Biaisa-t-elle

- Ce n'est pas une raison pour leur donner plus de matière à douter de toi Elizabeth ! Ta réputation est tout ce dont tu dois te soucier dès lors que ta main est toujours à prendre. Je te demande donc de rester à ta place et de respecter la bienséance. »

 

La jeune fille adressa un sourire ingénu à son père.

« Voyons vous savez bien que je ne l'ai jamais respectée…

- C'est bien ce qui m'inquiète. Soupira le Gouverneur. Où vas-tu ? Lui demanda-t-il en la voyant se lever.

- Et bien je vais faire ce que j'avais prévu, voir Will. Annonça-t-elle avec un sourire.

- Oh Seigneur Elizabeth n'as-tu donc rien écouté ?

- Si Père… Je vous promets d'être prudente. » Ajouta-t-elle dans un rire, laissant le gouverneur qui secoua la tête avec indulgence.

 

()()

 

Courbé sur la forge qu'il partageait avec Mr Brown, Will Turner, torse nu, frappait sans relâche le métal rougi de l'épée qu'il fabriquait, bercé par le ronflement aviné de son maître. Il sourit tout seul et songea à Elizabeth qu'il verrait l'après-midi même, heureux de partager enfin de tendres moments avec celle dont il rêvait en secret depuis des années.

 

Un sourire malicieux aux lèvres, Elizabeth entra silencieusement dans la forge. Elle observa silencieusement le roulement des muscles de Will alors qu'il frappait sur l'arme avec violence pour la façonner et vint se placer derrière lui. Will sourit en sentant le parfum de violette qui enveloppait habituellement Elizabeth et frappa une dernière fois sur la lame avant de se tourner vers elle, trempé de sueur. Le regard brillant, Elizabeth s'approcha de lui, un peu gênée dans sa progression par ses opulents jupons.

« Elizabeth. Murmura Will tendrement, avant de reprendre sa chemise.

- Miss Swann. Monsieur Turner il vous faut respecter les convenances voyons… » Le taquina Elizabeth pour dissimuler le trouble qu'elle ressentait devant sa peau nue.

 

Will sourit et s'approcha à son tour. Il l'embrassa à pleine bouche et laissa une traînée de suie sur sa robe. Sans s'en préoccuper, Elizabeth se pressa contre lui et caressa un instant les lèvres du jeune homme.

« J'ai cru que tu ne te déciderais jamais à m'embrasser.

- Je ne suis qu'un humble forgeron Miss Swann… Sourit Will, les yeux dans les siens. Et je crois me rappeler que vous étiez engagée envers un autre… »

Elizabeth sourit, ses lèvres frôlant celles de Will, tandis qu'elle répondait

« Uniquement pour te sauver Will. Je ferais n'importe quoi pour toi. J'aurais même été prête à suivre Jack Sparrow s'il l'avait fallu. »

Will, ému, la resserra contre lui.

« Moi je mourrais pour toi Elizabeth. Je t'aime. »

Elizabeth ferma les yeux et sourit de plaisir.

« Dit le encore Will

- Je t'aime. Combien de fois devrais-je te le dire pour que tu en sois convaincue? Murmura Will, sa main se perdant dans le satin du dos de sa robe.

- Au moins une fois de plus. » Sourit-elle, une lueur complice dans le regard en prenant son autre main.

 

L'entrée fracassante de James Norrington dans la forge les fit sursauter. Le Commodore regarda un instant les deux jeunes gens, leurs mains entrelacées et une grimace de tristesse déforma un instant ses traits tandis qu'il détournait les yeux. Il toussa pour se donner une contenance.

« Elizabeth. Déclara-t-il en s'inclinant brièvement pour la saluer. Il me semble que cet endroit n'est pas le plus indiqué pour vous. Ne put-il s'empêcher d'ajouter à la vue de sa robe maculée de suie. Du reste j'aimerais beaucoup m'entretenir en privé avec Mr Turner. »

Will et Elizabeth échangèrent un bref regard déçu puis Elizabeth renonça à objecter et reprit l'attitude compassée qui seyait à une jeune lady.

«  Commodore Norrington. Dit-elle en inclinant brièvement la tête. Je vous laisse donc, du reste j'allais partir. Mentit-elle avant de se tourner vers Will, un sourire chaleureux aux lèvres. Je t'attends chez mon père pour ma leçon d'escrime. » Précisa-t-elle avant de sortir.

 

Une fois Elizabeth partie, Norrington se tourna vers Will.

« Des leçons d'escrime ? Demanda-t-il d'un air incrédule

- Elizabeth souhaite apprendre le maniement des armes afin de savoir se défendre par elle-même. Répondit Will avec froideur

- Je vois…Et bien sûr c'est vous qu'elle a choisi comme professeur. Grinça Norrington

- On dirait bien.

- Vous aurez fort à faire pour la contenir. Murmura songeusement James

- Vous avez déclaré avoir à me parler Commodore. Je vous écoute. » Déclara Will pour couper court à la conversation.

Les lèvres de James s'étirèrent en un mince sourire tandis qu'il répondait à Will, non dupe de son impatience

« En effet Mr Turner, je tenais à vous faire part des suites données à votre collaboration dans l'évasion de Jack Sparrow. »

Will s'immobilisa à ces mots.

« Je croyais que vous aviez dit qu'il n'y en aurait pas. Reprendriez-vous votre parole Commodore ? »

 

James lui tourna le dos un instant et croisant ses mains dans son dos, avant de reprendre d'un ton glacial.

« Contrairement à d'autres il n'est pas dans mes habitudes de renier mes engagements. »

Will rougit légèrement, soudain mal à l'aise devant ce rappel évident des fiançailles qu'Elizabeth avait rompues pour être avec lui.

« Dans ce cas pourquoi en reparler après autant de mois ? Demanda Will en se détournant légèrement

- Parce que si je ne compte pas vous créer d'ennuis à ce sujet, d'autres ne sont pas dans les mêmes dispositions. Notamment le nouvel envoyé de la Compagnie des Indes, Lord Cutler Beckett, à qui j'ai eu toutes les peines du monde à expliquer les raisons de l'évasion de Sparrow. »

Will se pencha vers lui, l'air inquiet.

« Vous ne lui avez rien dit au sujet d'Elizabeth n'est-ce pas ? »

James eut un mince sourire ironique.

« Une fois de plus vous commettez l'erreur de croire que vous êtes le seul à vous soucier du sort d'Elizabeth Swann. »

Will soupira, soulagé.

« J'en conclus que vous n'avez rien dit du rôle qu’Elizabeth a joué. »

James hocha silencieusement la tête et jugea superflu de répondre à cette affirmation.

« Cependant je ne peux jurer que d'autres aient observé la même discrétion… Ce qui m'amène à vous demander quels sont vos projets envers Miss Swann.

- Je compte bien l'épouser ! Si elle veut de moi … » Répondit Will avec fougue.

James eut une grimace amère.

«  Il apparaît que votre demande devrait recevoir un accueil plus chaleureux que la mienne Turner. En tout cas je vous le souhaite. »

Will baissa la tête, à nouveau mal à l'aise mais avant qu'il ait trouvé quoi répondre, James reprit ses explications.

« Bref je voulais vous avertir de l'arrivée de Lord Beckett. Méfiez-vous, il me semble dangereux, aussi je vous conseille de mener à bien vos projets avant sa venue. »

Will hocha la tête ne sachant quoi dire devant la générosité de l'amoureux éconduit.

« Merci Commodore. »

 

James leva la main pour prévenir tout risque d'effusion.

« Je suis également venu vous annoncer mon départ.

- Vous partez ? » S'étonna légèrement Will

Une fois de plus, James se crispa et prit l'air supérieur.

« Vous ignorez vraiment tout des notions de discipline militaire et de décence due au rang… Lâcha-t-il avec mépris. Votre geste et mon indulgence à votre égard et à celui de Sparrow me coûtent cher Turner. Mon honneur et ma probité se trouvent à présent mis en doute. Aussi pour regagner une partie que ce que vos actes irréfléchis m'ont fait perdre, il me faut à présent m'exiler quelques temps pour traquer les pirates et ainsi prouver de nouveau ma fidélité à la Couronne. Je dois faire mes preuves, comme tout capitaine débutant. » Finit-il avec amertume.

 

Will baissa la tête, honteux en prenant la mesure du sacrifice concédé par James en plus de sa « rupture » avec Elizabeth

«  Commodore… Je suis, désolé.

- Ne le soyez pas Turner. Soyez plutôt sur vos gardes. Il me semble que l'envoyé de la Compagnie est un homme plutôt difficile à convaincre des bienfaits des pirates. De plus vous me pardonnerez car, si j'ai évité de mêler le nom d'Elizabeth à tout cela, il n'en est pas de même pour le vôtre. »

Will se crispa légèrement en comprenant la manœuvre du Commodore.

« Je vous l'ai dit Commodore Norrington. J'assumerais les conséquences de mes actes.

- Soit. Je vous souhaite que le prix à payer pour avoir éviter la corde à Sparrow ne soit pas trop lourd. En tout cas vous voilà prévenu. Je vous laisse, j'espère que vous souffrirez que je rende visite à Elizabeth avant mon départ. »

Will se crispa à nouveau.

«  Je n'ai pas de permission à vous donner en ce qui concerne Elizabeth. Le choix d'accepter ou non votre visite lui revient. »

James sourit avec une pointe d'ironie.

« Évidemment, le choix revient à Elizabeth…. Adieu Turner, j'espère que le moment venu vous vous rappellerez mes avertissements. » Déclara-t-il avant de sortir.

 

()()

 

L’après-midi touchait à sa fin et Elizabeth, en tenue masculine, tirait la langue d'un air concentré, cherchant à parer l'attaque de Will. Un cri de victoire lui échappa lorsqu'elle réussit une passe particulièrement délicate et parvint presque à désarmer le jeune duelliste.

 

Sur le seuil de la pièce, James Norrington se recula dans l'ombre, son regard s'attarda sur les courbes de la jeune fille, inaperçu par les deux amoureux totalement pris dans leur duel. Ils continuèrent de longues minutes, jusqu'à ce que leurs lames se croisent avec un grand bruit de métal. Se sentant seuls au monde, Will attira Elizabeth contre lui et leurs bouches se trouvèrent pour un long baiser passionné tandis que leurs armes tombaient sur le sol avec fracas.

 

Une nouvelle fois, James détourna le regard, gêné par leur proximité et encore plus de les avoir observé. Il toussa pour signaler sa présence. Le feu aux joues, Elizabeth se tourna vers lui et tenta de prendre l'air détaché.

« Oh James, nous ne vous avions pas entendu arriver.

- Manifestement Elizabeth. Monsieur Turner excelle apparemment comme maître d'armes. » Ironisa-t-il.

La jeune femme rougit encore plus fort et s'efforça bravement de reprendre le cours de la conversation.

« Que nous vaut le plaisir de votre visite Commodore ?

- Je suis venu vous faire mes adieux Elizabeth. Répondit James, un pincement au cœur à l'énoncé du « nous » qui englobait Elizabeth et Will.

- Oh… Répondit Elizabeth qui ne savait comment réagir. Je… je suis navrée de l'apprendre. »

James secoua la tête avec dépit.

« Ne le soyez pas Elizabeth. Il me semble que je n'ai plus rien à espérer à Port Royal non ? »

Elizabeth, tiraillée par sa conscience, se sentit obligée de se justifier.

« James, je suis désolée je vous respecte beaucoup mais…

- Mais vous ne m'aimez pas. Coupa James en se forçant à sourire. Vous n'avez pas à vous excuser pour ça Elizabeth. Votre cœur a choisi et il me faut m'y plier. Je suis du reste certain que celui que vous avez choisi saura veiller sur vous comme vous le méritez. » Dit-il en se penchant sur elle pour lui baiser la main.

Le Commodore commença à s'éloigner avant de se raviser brusquement alors qu'il allait sortir.

« Oh …. Et c'est une excellente idée ces leçons d'escrime… Il se pourrait que vous en ayez un jour besoin du reste vous me paraissez être une élève fort douée. Au revoir Elizabeth, Mr Turner. » Dit-il avant de sortir.

 

Les deux jeunes gens se regardèrent en souriant et Will se rapprocha doucement d'Elizabeth tandis que James sortait.

« Tu ne le regrettes pas ? »

Elizabeth le regarda avec tendresse

« Bien sur que non Will. Mon choix est clair, il le sera toujours, c'est toi que je veux. »

Will se rapprocha d'elle et prit doucement ses lèvres.

« Je ferais n'importe quoi pour toi Elizabeth. » Souffla-t-il.

 

Le soleil se coucha sans qu'ils s'en rendent compte tandis qu'au port le navire de James prenait la mer. Au même moment, en Angleterre, un autre navire prenait la mer et faisait voile vers les Caraïbes, avec à son bord, le nouvel envoyé de la Compagnie des Indes…

 

                                                                                                                                                   Chapitre 1

Écrire commentaire

Commentaires : 0