Chapitre 7 Sauvés !

Le matin les surprit encore enlacés et Elizabeth grinça des dents au souvenir de sa stupidité de la veille tandis qu'à ses côtés, Beckett s'étirait longuement.
« Bien dormi Miss Swann ? »
Elizabeth tourna un regard dégoûté vers lui, elle se contrôla avec peine et s'efforça d'adopter un ton égal.
« A votre avis ?
- Auriez-vous une conscience finalement ? S'étonna Beckett.
- Et vous Lord Beckett ? Lui renvoya Elizabeth. Quand comptez-vous me forcer aujourd'hui ?
- Vous forcer ? Allons Miss Swann je vous en prie… Ayez au moins la décence d'être honnête, vous en aviez envie … »

 

Elizabeth se mordit les lèvres et détourna son regard de Beckett, troublée par son allure. La peau du Lord avait perdu de sa blancheur livide sous l'effet du soleil brûlant de Molokai et son visage jadis parfaitement glabre affichait maintenant une fine barbe brune qui rendait ses yeux plus clairs qu'ils ne l'étaient. La jeune femme secoua ses cheveux pour les débarrasser du sable qui les parsemait et elle se tourna vers lui.
« Oui. Je l'ai désiré. » Admit-elle du bout des lèvres.


Beckett ouvrit la bouche et dissimula rapidement sa surprise tandis qu'elle baissait le visage, les joues brûlantes de honte.
« Ce que je me demande Lord Beckett. C'est pourquoi vous tenez tellement à remporter ce type de victoire. Qu’espérez-vous donc obtenir de moi ?
- Je l'ai déjà obtenu ma chère. Répondit Beckett avec froideur. J'ai tout ce dont rêve Sparrow. »

Elizabeth le regarda, horrifiée.
« Vous vous servez de moi pour assouvir une vengeance minable ! Mais quel genre d'homme êtes-vous donc ?
- Et vous Miss Swann ? Quel genre de femme êtes-vous pour faire passer vos appétits avant votre conscience sans parler de votre engagement envers Monsieur Turner ?
- Vous me faites horreur. Vous n'avez pas de cœur… Répondit Elizabeth en tentant de museler sa propre culpabilité.
- Non c'est votre cher époux qui n'en a plus Miss Swann. Du reste c'est heureux pour lui. Je me demande comment il réagirait s’il découvrait vos agissements. »


Elizabeth accusa le coup et détourna le regard, mal à l'aise à la pensée de Will qu'elle avait trahi à deux reprises avec l'homme responsable de tous leurs malheurs. Elle soupira tristement et commença à s'éloigner, le regard morne.
« Où allez-vous ? » Lui demanda Beckett, surpris par son manque de réactivité.

Elizabeth ne répondit pas, les yeux brûlants de larmes de honte autant que de désespoir. Beckett avait raison sur elle. Elle l'avait désiré. Peu importait finalement ses raisons que ce soit le rhum, la peur ou la solitude. Elle avait agi comme une catin et rien de ce qu'elle pourrait se raconter ne pourrait justifier cela. Beckett la regarda s'éloigner avant de lui emboîter le pas, peu désireux de rester seul sur la plage.
« Je vous ai posé une question Miss Swann ! Je vous ordonne de me répondre. »
Elizabeth s'immobilisa et se retourna vers lui.
« Ce qui s'est passé cette nuit ou celle d'avant ne vous autorise pas à me commander Lord Beckett. De même, la prochaine fois que je me retrouverais en danger, je vous serais reconnaissante de ne pas intervenir. Je préfère mourir ici plutôt que de devoir encore me retrouver dans vos bras.
- Rassurez-vous Miss Swann, vous mourrez. Je tiens juste à en être le responsable. » Rétorqua froidement Beckett.

 

Elizabeth lui lança un regard désabusé et s'approcha lentement de lui. Là, elle s’immobilisa et le fixa.
« Vous pouvez me pendre Lord Beckett. Mais vous ne tuerez pas les pirates ainsi.
- L'âme des pirates jamais ne mourra. Ironisa Beckett. Je connais le chant Miss Swann. Cependant je compte bien le rendre inexact. Savez-vous combien de familles d'honnêtes soldats ou commerçants ont été détruites à cause des pirates ? Ou bien vous en moquez-vous ? Vous aussi vous vous battez pour une vengeance égoïste ! Vous avez déclenché une guerre pour venger votre père. Vous avez tué des pères, des fils et des époux. Juste pour m'atteindre.
- Et vous Lord Beckett ? Votre motivation n'est-elle pas d'abattre Jack Sparrow ? De venger l'épouse que vous n'êtes pas parvenu à garder ?
- Il n'y a rien de personnel dans mon combat Miss Swann. Je suis du côté des justes. Pas vous. » Lui répondit-il avec raideur.

 

Elizabeth ricana et se tourna vers lui.
« La justice … Ce mot sonne creux dans votre bouche. Il n'y a rien de juste dans ce que vous avez fait. Les pirates aussi ont des épouses, des enfants, des mères. Leur seul crime est de ne pas se soumettre à vos lois stupides.
- Mais quelle faille y a-t-il donc eu dans votre éducation ! S'agaça Beckett. Comment pouvez-vous être aussi stupide et bornée ! »
Elizabeth secoua la tête, le haïssant plus que jamais.
« Cela ne servirait à rien que je vous l'explique Lord Beckett. Vous êtes trop froid et dénué de sentiments pour comprendre.
- Comprendre quoi ? Que vous êtes devenue pirate dans le but de suivre Sparrow ? Vous l'admirez, vous le désirez…
- C'est faux. Répondit Elizabeth d'une voix blanche.
- Regardez-vous Miss Swann… Vous tremblez rien qu'à l'énoncé de son nom. Vous avez été condamnée à mort à cause de lui, emprisonnée et pourtant votre premier réflexe lorsque votre père vous a sortie du cachot dans lequel je vous avais mise a été de le rejoindre.
- Je cherchais Will. Rétorqua Elizabeth.
- Vous mentez, Norrington m'a raconté votre petit jeu. Vos regards et ceux de Jack, ce qu'indiquait le compas ! Cracha presque Beckett.
- Taisez-vous. Répondit Elizabeth. J'aime Will.
- Non Miss Swann. Vous n'aimez que vous-même. » Répondit froidement Beckett.

 

Elizabeth accusa le coup et vit dans un brouillard de larmes le sourire satisfait de lui de Beckett.
«  Je vous hais. Murmura-t-elle.
- Tout comme moi Miss Swann, ce qui ne m'empêche pas de vous désirer… Souffla Beckett en s'approchant d'elle.
- Ne m'approchez pas ! S'écria Elizabeth en reculant
- Pourquoi ? Parce qu'au-delà de vos protestations d'innocence et de vertu vous ressentez la même chose ?
- Ne confondez pas désir et égarement Lord Beckett. Répondit Elizabeth d'une voix glaciale.
- Miss Swann. Je pourrais vous prendre ici et maintenant et vous finiriez par gémir dans mes bras malgré toutes vos vaines protestations … Souffla Beckett qui continua à avancer vers elle.
- J'ai dit, ne m'approchez pas. Lui lança Elizabeth d'une voix glaciale en s'emparant d'une branche qu'elle plaça entre eux. Ou je vous jure que cette fois je vous tue accord ou non. »

 

Beckett se contenta de sourire et s'empara à son tour d'une branche.
« Vous n'en ferez rien. Mais je suis prêt à prendre le risque Miss Swann. » Ironisa-t-il.
Les yeux d'Elizabeth s'écarquillèrent de surprise tandis qu'il bondissait sur elle et elle eut juste le temps de parer son attaque.
« Vous êtes malade ! Et notre accord ?
- Vous êtes un pirate Miss Swann. Je ne traite pas avec les pirates. Lui répondit Beckett avec froideur, la poussant vers le feu. Je crois d'ailleurs qu'il est temps que vous receviez la marque que vous méritez. »


Cette menace galvanisa Elizabeth qui se défendit avec hargne et mit toutes ses forces dans ses attaques.

Leurs morceaux de bois s'entrechoquèrent et Beckett la fixa.
« Vous vous battez bien Miss Swann, une qualité bien peu féminine… Serait-ce indiscret de vous demander où vous avez appris à vous défendre ?
- Will m'a entraînée durant un an. Répondit Elizabeth. Trois heures par jour.
- Il vous a offert là une occasion d'étouffer un peu ce feu qui vous consume … Rétorqua Beckett. A moins que vous ne le désiriez pas autant que vous désirez les autres hommes. Était-ce le cas Miss Swann ? Désirez-vous Turner comme vous désirez Sparrow ou… moi ?
- Pour l'instant la seule chose que je désire c'est vous voir mort. » Répliqua Elizabeth en se lançant sur lui.

 

Beckett para son attaque. Les deux morceaux de bois s'entrechoquèrent avec violence, Elizabeth recula légèrement vers le feu et sentit sa chaleur contre ses cuisses.

« Vous avez choisi le mauvais côté. Murmura Beckett d'un ton froid. Nous le savons tous deux. Lorsque nous sortirons d'ici votre prochaine destination sera la potence. Et je m'assurerais que toute personne débarquant à Port Royal voit votre juste châtiment.

- Vous auriez dû me pendre avant Lord Beckett. Grinça Elizabeth en l'attaquant souplement

- Et me priver du plaisir de nos affrontements ? Ironisa Beckett. Vous êtes une adversaire valeureuse Miss Swann, votre défaite n'en a que plus de prix.

- Je ne suis pas battue. » Rétorqua Elizabeth en le repoussant.

 

Beckett sourit froidement et suivait d'un regard acéré les mouvements de la jeune femme. Alors qu'elle s'imaginait pouvoir le battre, elle se retrouva brusquement projetée sur le sol, Beckett sur elle.

« Maintenant vous l'êtes. » Annonça-t-il d'un ton courtois.

 

La poitrine se soulevant rapidement sous l'effort, Elizabeth le fixa et frissonna à l'idée qu'il puisse mettre sa menace à exécution et la marquer comme il l'avait fait avec Jack. Sur elle, Beckett haleta, la maintenant au sol tandis qu'il reprenait d'une voix froide.

« Je ne vais pas vous faire de mal Miss Swann. Je respecterais notre accord. Du reste, aussi difficile que ce soit à admettre, nous avons besoin l'un de l'autre tant que nous sommes sur cette île. Vous blesser me desservirait. »

Elizabeth lui lança un regard désorienté tandis que son corps s'enflammait sous l'effet de la pression de Beckett sur elle. Le lord noua son regard au sien et s'abaissa brusquement, leurs lèvres se rejoignant avec fièvre. Elizabeth soupira dans sa bouche, son corps mollit tandis que les doigts de Beckett desserraient leur étreinte sur ses poignets et remontaient jusqu'à son visage pour caresser sa nuque, se perdant dans ses cheveux alors qu'il continuait à l'embrasser. Elizabeth se releva légèrement et soupira bruyamment tandis que ses mains désormais libres arpentaient le corps chaud de Beckett, ses doigts glissant sur les muscles bandés du Lord. Finalement il la relâcha et tous deux échangèrent un regard fiévreux.

« Votre réaction me prouve que j'avais raison sur vous Miss Swann. Lâcha-t-il. Vous en avez envie. Vous êtes brûlée par votre désir. Je l'ai compris dès notre première rencontre. »

 

Elizabeth grimaça tandis qu'il posait sa main presque négligemment sur sa cuisse nue et la caressait lentement.

« Pourquoi faites-vous ça ? Vous me détestez autant que je vous hais. Souffla-t-elle en s'efforçant de maîtriser l'élan de son corps qui la poussait à le caresser.

- Il apparaît que mon désir est à la hauteur de ma haine. Répondit-il d'un ton glacial qui ne parvenait pas à masquer entièrement son trouble.

- A cause de Jack... » Murmura Elizabeth qui s'efforçait sans grand succès de garder la tête froide.

La main de Beckett remonta le long de sa cuisse et se fit plus pressante.

« Non Miss Swann. A cause de vous. Vous êtes un appel à vous seule, et finalement je ne suis qu'un homme quoique vous en pensiez… »Souffla t'il en l'embrassant à nouveau.

 

Affolée, Elizabeth répondit à son étreinte et explora de sa langue la bouche de Beckett tandis qu'il relevait sa robe jusqu'à sa taille et dévoilait son intimité qu'il caressa d'une main pressée, la faisant gémir. A bout de souffle, Elizabeth rompit leur étreinte et chercha son regard, plus honteuse que jamais alors qu'elle s'avouait qu'elle se sentait incapable de résister au désir révoltant et presque contre nature qu'elle avait de lui.

« Qu'allons-nous faire ? » Finit-elle par demander tandis qu'il s'écartait et tentait lui aussi de reprendre contenance.

 

Beckett déglutit et s'approcha d'elle à nouveau, grimaçant un sourire.
« Je suis d'avis de poursuivre nos pourparlers. Murmura-t-il. Lorsque nous quitterons cette île, nous nous battrons à nouveau. Pour l'instant la trêve me parait beaucoup plus agréable. Prenons ça comme une négociation.
- Je croyais que vous ne négociez pas avec les pirates. Répondit Elizabeth sans le quitter des yeux
- Tout dépend du pirate. Déclara Beckett en glissant ses lèvres dans son cou. Et nous sommes seuls ici, nous ne sommes même pas sûrs de survivre. »

 

Elizabeth se mordit nerveusement les lèvres, partagée entre l'appel de sa chair et les protestations de sa conscience avant de tourner son visage vers lui, le cœur battant. Il avait raison. Si personne ne venait, ils mourraient tous les deux.
« Personne ne devra jamais savoir… Murmura-t-elle finalement, honteuse de sa reddition.
- Personne ne saura. » Souffla Beckett, les yeux dans les siens.

 

Ils gardèrent le silence un moment, tous deux prenant peu à peu conscience du tour nouveau que venait de prendre leur relation et de l' accord improbable qu'ils venaient de conclure puis Beckett grimaça de plus belle.
« Il est vraiment dangereux de traiter avec vous Miss Swann. Déclara-t-il froidement
- Notre accord ne tient que sur cette île. Répondit Elizabeth tout aussi froidement
- Je n'en doutais pas. » Ironisa-t-il tandis qu'elle avait l'impression qu'elle venait de vendre son âme ou tout du moins son corps au diable sans parvenir à décider si le diable était Beckett ou son propre désir.

 

Avant que la jeune femme ait réussi à trancher cette question les lèvres de Beckett s'abattirent sur les siennes et il recommença à l'embrasser fiévreusement. Sa bouche s'écrasa sur la sienne avec force tandis qu'il défaisait son propre pantalon et exhibait son désir sans la moindre honte. Les mains d'Elizabeth se posèrent sur son sexe et elle le caressa avec hésitation tandis qu'il se reculait brutalement, le visage marbré de rouge. Un élan de fierté monta en Elizabeth alors qu'il ne parvenait plus à dissimuler son trouble et elle sourit pour elle-même devant son étrange victoire

« Vous agissez comme une catin... Gémit-il alors qu'elle continuait à le caresser.

- Non comme un pirate. Répliqua-t-elle fièrement. Ne vous avisez pas d'oublier qui je suis et que je vous hais. » Souffla-t-elle en se penchant sur ses lèvres avec fièvre.

 

Beckett la repoussa et défit d'un geste les boutons de sa robe, les mains tremblant légèrement. Sans lui laisser le temps de protester il la retourna brutalement et la força à se mettre à quatre pattes dans le sable.

« Alors je vais vous prendre comme tel. » Lui annonça-t-il froidement, guidant son sexe en elle

Elizabeth poussa un cri de surprise alors qu’il s'enfonçait en elle sans douceur et lui appuyait la tête dans le sable. Elle poussa un long gémissement de plaisir et de souffrance mêlés tandis qu'il lui donnait de violents coups de reins, la prenant plus profondément que jamais. Un voile devant les yeux, Elizabeth gémit tandis que les mains de Beckett agrippaient ses hanches avant de se crisper alors qu'un long sifflement lui échappait. A demi étouffée par le sable qu'elle avait avalé, Elizabeth tenta de se dégager et Beckett poussa un grognement de rage lorsqu'elle rompit leur union. Excitée par leur lutte, Elizabeth se retourna pour lui faire face et le repoussa sur le sable.

« Pas question Miss Swann. » Grinça Beckett en la saisissant par les bras sans douceur.

 

Ils luttèrent quelques instants, leurs corps se mélangèrent et Elizabeth se sentit finalement soulevée tandis qu'il l'installait sur lui, leurs corps s'emboîtant parfaitement. La jeune femme poussa un cri de plaisir tandis qu'il revenait en elle et noua ses cuisses autour de sa taille avant d’onduler lentement sur lui. Beckett la fixa et reprit sa bouche. Ses doigts se perdirent dans ses cheveux à mesure qu'il l'embrassait et sa bouche dévora celle de la jeune femme qui s'accrocha à ses épaules, le souffle coupé. Finalement il la relâcha et Elizabeth se cambra légèrement. Elle ferma les yeux alors qu'il gardait ses mains sur ses hanches, l'empêchant de tomber en arrière.

 

Elizabeth poussa un nouveau soupir alors que le plaisir explosait en elle, la faisant haleter tandis que Beckett la ramenait brutalement contre lui pour l'immobiliser pendant qu'il jouissait en elle, son plaisir se mêlant à celui de la jeune femme. Tous deux à bout de souffle, ils se regardèrent et Elizabeth se noya un instant dans les yeux glacés de Beckett, attirée malgré elle vers le Lord. La main de ce dernier remonta le long du dos de la jeune femme et il l'étreignit brièvement avant de la relâcher.

« N'oubliez pas non plus qui je suis Miss Swann. L’avertit-il.

- Comment pourrais-je le faire… » Murmura Elizabeth du bout des lèvres avant de se lever.

 

Beckett la regarda avec un sourire tandis qu'elle s'habillait.

« Vous devriez travailler votre impulsivité et la maîtrise de vos émotions Miss Swann. C'est à cause de ça que je vous ai battue tout à l'heure. »

Elizabeth sourit cyniquement.

« Il est certain qu'en cela vous m'êtes supérieur Lord Beckett. Etes au moins capable d'éprouver quelque chose hormis votre désir de pouvoir ?

- Il me semble que ce dernier n'est pas mon seul désir Miss Swann vous êtes bien placée pour le savoir, non ? Même si j'admets qu'il est plaisant de vous dominer.

- Vous êtes ignoble. » Murmura Elizabeth tandis qu'il lui proposait une cigarette.

Beckett sourit cyniquement et tira une longue bouffée avant de reprendre.

« Vous avez perdu parce que vous avez triomphé avant l'heure. Si vous aviez maîtrisé vos émotions vous m'auriez peut être battu. »

 

Elizabeth sourit légèrement tandis qu'elle expirait un profond nuage de fumée.

« Seulement je ne suis pas vous. Et je ne serais jamais comme vous. Je ne veux pas devenir un monstre incapable d'éprouver des sentiments. »

Beckett sourit et s'approcha d'elle.

« Miss Swann. Savoir dissimuler ce que l'on ressent ne veut pas dire que l'on ne ressent rien. Il s'agit juste d'un contrôle sur soi. Une chose bien utile lorsqu'on veut grimper les échelons du royaume. »

Elizabeth ricana.

« Je pensais qu'il était clair, même pour vous, que je ne désirais monter aucun échelon dans un royaume qui n'a pour seule ambition que celle de soumettre à son pouvoir. »

Beckett secoua la tête d'un air négligent.

« Si vous n'étiez pas aussi dangereuse, je trouverais votre naïveté charmante Miss Swann. Dites-moi … Quel est le but des pirates ? Survivre ? Etre, libres ? Cracha-t-il avec mépris. Ou alors … Contrôler les océans ? »

 

Elizabeth se troubla un instant et ouvrit la bouche pour répondre avant de s'interrompre brutalement, les yeux fixés sur l'horizon.

« Là-bas ! Un navire, des chaloupes ! S'écria-t-elle, folle de joie. Nous sommes sauvés ! »

Elle se retourna vers Beckett qui, contrairement à elle, ne bougea pas et continua à fumer sa cigarette d'un air placide.

«  La maîtrise de soi Miss Swann… » Glissa-t-il alors qu'il reconnaissait le pavillon du navire et s'autorisait un léger sourire.

 

Elizabeth n'y prit pas garde et se précipita vers les hommes qui débarquaient sur la plage avant de s'immobiliser en découvrant leurs livrées. Rouge et blanc. Les couleurs de l'Angleterre. L'homme de tête avança vers la plage et plissa des yeux en reconnaissant Beckett et ignora Elizabeth.

« Lord Beckett ? Demanda-t-il avec hésitation sans réussir à dissimuler sa surprise à la vue du torse nu et bronzé de son supérieur.

- Allons remettez-vous Greitzer. Ironisa Beckett en jetant sa cigarette dans le feu.

- Nous vous avons cru mort ! » S'exclama le lieutenant.

 

Beckett ne prit pas la peine de répondre et se tourna vers les soldats.

« Arrêtez cette femme. Ordonna-t-il. Miss Swann a rendez-vous avec la potence. » Ajouta-t-il en la fixant droit dans les yeux tandis qu'elle reculait.

Elizabeth sentit une poigne ferme se refermer sur son bras et elle se débattit inutilement pendant qu'ils glissaient de lourdes chaînes à ses poignets. Les bracelets de fers l'emprisonnèrent et lança un regard haineux au dos de Beckett qui s'éloignait d'un pas martial sans un regard pour elle. Ils étaient sauvés. La trêve était finie.

 

Chapitre 6                                                                                         Chapitre 8

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    sharkna (samedi, 03 novembre 2012 00:54)

    alala Beckett à tiré son coup maintenant hop fini oublié

  • #2

    JessSwann (samedi, 03 novembre 2012 08:54)

    Erf que veux tu ? mdrrr