Chapitre 8 Une nuit gênante

Elizabeth et Beckett passèrent sept jours sur l'île de Molokai. Sept jours d'affrontements et d'étreintes violentes. Après la correction que lui avait infligée Beckett, Elizabeth s'était bornée à traiter Mercer par le sarcasme tout comme les autres personnes qui avaient le malheur de l'approcher. En vérité, la jeune femme prenait plaisir à se montrer aussi capricieuse et détestable que possible.

 

Le matin de leur départ, elle renvoya sèchement le domestique en cuisine après qu'il lui ait servi un thé tiède. Assis en face d'elle, Beckett ricana.

« Mes compliments ma chère.

- Pourquoi ? » Demanda t'elle grossièrement.

Beckett reposa calmement le rapport qu'il était occupé à lire.

« Vous avez réussi en une semaine à vous faire haïr de tous les domestiques. Cela m'a pris deux mois. »

Elizabeth serra les dents.

« Dans ce cas, ils sont encore plus bêtes que je ne le pensais. Il ne faut pas plus de deux minutes et encore, à toute personne sensée pour vous haïr. »

Beckett sourit légèrement et Elizabeth le fixa. Plus il était calme, plus la rage qu'elle ressentait à son égard augmentait.

« Deux minutes en effet. C'est précisément le temps qu'il vous a fallu cette nuit pour me démontrer l'étendue de votre haine » ironisa t'il.

 

Elizabeth rougit violemment, honteuse du souvenir de son abandon.

« Vous êtes méprisable. Aucun gentleman n'aurait l'indécence de faire état de ce … cette chose !

- Dans ce cas, j'en conclus que je dois vous plaire ma chère. Il me semble établi que vous n'aimez ni la décence ni les gentlemen, lady Beckett.

- N'importe quel pirate est plus honorable que vous ne le serez jamais ! Répliqua la jeune femme avec fougue. Tenez je suis certaine que même, même, Jones est plus respectable que vous ! »

Beckett blêmit légèrement sous le trait qu'elle venait de lui décocher mais reprit avec flegme.

« Dans ce cas je devrais peut-être envisager de vous confier à ses bons offices une nuit. Après tout je doute qu'il puisse vous engrosser au vu de sa nature. »

 

Elizabeth pâlit à son tour.

« Vous n'oseriez pas.

- Est-ce un défi Elizabeth ? »

L'appétit coupé, la jeune femme reposa sa tasse.

« J'ai besoin de prendre l'air, annonça t'elle en se levant.

- Oh, je n'ose me réjouir… Cela signifierait-il que je vais enfin pouvoir déjeuner en paix ? »

Elizabeth le fixa méchamment et s'approcha lentement de lui.

« Si vous voulez déjeuner en paix, achetez-vous une autre femme. » souffla-t-elle avant de renverser la tasse du Lord sur son pantalon.

 

Beckett baissa les yeux sur son fut tandis que la porte claquait violemment, saluant le départ de la jeune femme.

« Je la rattrape Lord Beckett ? demanda Mercer.

- Non Mr Mercer inutile. C'est de bonne guerre après tout » marmonna Beckett.

Mercer haussa le sourcil et Beckett le toisa.

« Ne restez pas planté là ! Allez dire que l'on fasse préparer un autre costume, celui-ci est perdu.

- Bien Lord Beckett. » S’inclina Mercer.

L'homme de main secoua la tête tout en allant jusqu'à la porte. Si Elizabeth Beckett avait été sa femme il ne se serait pas contenté de quelques coups de cravache…

 

()()

 

« Sept jours ! Sept jours bientôt huit qu'ils sont partis ! » Rageait Will.

Jack soupira lourdement.

« Quelqu'un pourrait-il faire taire ce gamin ? Je ne m'entends plus penser dans cette cellule. »

Will se tourna vers Jack avec hargne.

« Ah oui ? Et quoi penses-tu au juste ? A un moyen de nous sortir d'ici ? Ou alors est ce que tu comptes attendre que Beckett ait tué Elizabeth ! »

Jack soupira à nouveau.

« Beckett ne l'a pas tuée. Si c'était le cas nous serions déjà au bout d'une corde.

- Tu n'en sais rien !

- Bien sûr que si. Beckett a trop besoin du ventre de la dame pour héberger ses héritiers. Un choix discutable si tu veux mon avis mais enfin tous les gouts sont dans la nature.

- Jack….

- Tout ça pour dire qu'il ne lui a rien fait. » S’empressa de conclure Jack en reculant prudemment.

Will baissa le visage l'air découragé.

« Alors où sont-ils ?

- En lune de miel sans doute. » Répondit Jack.

 

A ses mots, Will donna un violent coup de poing dans le mur et Jack se tourna vers les autres occupants de la cellule.

« Ce gamin a vraiment un problème. Il lui faudrait une fille. »

Cette fois Will se jeta sur Jack et le frappa durement.

« Tais-toi !

- Et là ! » Intervint Gibbs en agrippant les épaules de Will.

Jack épousseta négligemment sa veste.

« Merci Mr Gibbs. »

Incrédule, Will se tourna vers le vieil homme.

« Vous prenez son parti ? Alors que c'est sa faute si nous sommes tous ici ?

- Bah c'est le capitaine…

- Précisément, intervint Jack. Et tout le monde ferait bien de s'en rappeler. » Ajouta t'il en appuyant son regard sur Will.

Le jeune forgeron se dégagea de l'étreinte de Gibbs.

« Pas le mien. » déclara t'il en se précipitant vers les barreaux.

Jack haussa les épaules.

« Laissez le faire, ça l'occupera une heure ou deux… »

 

()()

 

Ils n'étaient rentrés à Port Royal que depuis quelques heures lorsqu'Elizabeth eut la confirmation de ce qu'elle redoutait depuis quelques jours. En ôtant ses dessous tâchés de sang, la jeune femme étouffa un sanglot. Elle n'était pas enceinte. En toute autre circonstance cela aurait été une bonne nouvelle mais elle ne pouvait se permettre d'oublier les termes de son accord avec Beckett.

 

Les dessous serrés entre ses doigts, Elizabeth se laissa tomber sur le sol. Des larmes amères glissèrent sur ses joues. Elle avait tellement espéré être libérée des attentions de Beckett, prévoyant de se servir de sa grossesse pour lui refuser l'accès de sa chambre et du reste.

« Et bien que vous arrive-t-il ? » demanda d'un ton nonchalant en pénétrant dans la chambre.

La jeune femme tourna un visage ravagé par les larmes et la haine sur lui.

« Il se passe Lord Beckett que vous êtes aussi incompétent que je le redoutais ! » s'exclama-t-elle.

Beckett glissa un regard sur les dessous qu'elle tenait encore.

« Je vois … Et bien je suis flatté de votre hâte à me contenter ma chère mais cela est semble- t-il reporté. » observa t'il.

 

Suffocante d'indignation, Elizabeth le fixa et Beckett tapota le lit.

« Venez-vous coucher Elizabeth. »

Incrédule, elle baissa les yeux sur ses jambes ensanglantées.

« Vous ne voulez tout de même pas que nous…

- Ne soyez pas stupide, lui répondit Beckett à son grand soulagement. Non, nous allons juste explorer d'autres voies. J'ai dans l'idée que cela pourrait vous plaire. » Ajouta t'il.

Elizabeth déglutit.

« D'autres… voies ?

- C'est ce que j'ai dit il me semble. »

Devant la stupéfaction d'Elizabeth, il ajouta avec cynisme.

« Quoi ? Vos amis pirates ne vous ont pas parlé des autres voies ? »

Elizabeth serra les poings.

« Je n'ai pas ce genre de conversation. Je ne suis pas une catin !

- Ah oui ? J'avais cru comprendre le contraire. Allons Elizabeth cessez maintenant et venez vous coucher. » Ordonna Beckett d'un ton sec.

Tremblante de rage et d'appréhension, Elizabeth obéit toutefois.

 

La main de Beckett se posa familièrement sur son ventre nu et elle dû prendre sur elle pour ne pas se dérober à son étreinte.

« Nous appelons cette manière de faire à la matelot, susurra Beckett. Parce que, voyez-vous, c'est ainsi que font les hommes pour se soulager durant les mois qu'ils passent en mer sans voir de femme. »

Elizabeth se tourna vers lui et il glissa sa main le long de sa cuisse.

« Mettez-vous à quatre pattes Elizabeth. J'ai toujours rêvé de vous voir ainsi. »

La main de Beckett s'attarda sur ses fesses et Elizabeth se raidit.

« Vous n'allez pas….

- Vous comprenez fort bien finalement, » se moqua Beckett en accentuant sa caresse.

 

Cette fois, Elizabeth ne put se maitriser. Les joues enflammées, elle recula et s'entoura de ses bras.

« Pas ça… Je, ce que vous voulez mais pas, pas par là » balbutia-t-elle.

Un sourire amusé lui répondit.

« Et pourquoi cela Elizabeth ?

- Mais parce que ce, cela ne se fait pas, c’est, c'est un péché. bredouilla-t-elle en désespoir de cause. Aucune femme honnête ne, ne fait ce genre de chose. »

Beckett la regarda longuement et elle retint son souffle. Finalement il sourit.

« Dans ce cas je ne peux que me réjouir de ne pas avoir épousé une femme honnête. »

Un cri de rage échappa à la jeune femme et elle recula.

« Non ! »

Cette fois le sourire de Beckett s'effaça.

« Notre accord est pourtant clair Elizabeth. Pas de fausse pudeur ni de protestation sans quoi nous revenons à notre accord initial. Dois-je conclure que c'est ce que vous désirez ? »

Elizabeth ferma les yeux et refoula ses larmes. Elle ne voulait pas lui donner le plaisir de voir ses pleurs en plus du reste.

« Soit…. » Déclara Beckett en se levant.

La jeune femme rouvrit les yeux et le fixa, se forçant à ne pas ciller.

« Je respecterais ma part du marché. » déclara t'elle d'une voix blanche.

 

Si elle avait été plus attentive, elle aurait vu la surprise de Beckett mais Elizabeth était trop bouleversée pour cela. Le lord reprit sa place à ses côtés et l'embrassa dans le cou.

« Tournez-vous ma chère… »

 

Les paupières serrées, Elizabeth obéit. Ses mains reposèrent sur le matelas et elle commença à trembler alors que les mains de Beckett empoignaient ses hanches avec fermeté. Un gémissement de détresse lui échappa lorsque le sexe dur de Beckett frôla son étroitesse.

« Dépêchez-vous. Grinça-t-elle entre ses dents alors qu'il pétrissait ses fesses avant de les écarter peu à peu.

- Je ne crois pas que vous vouliez vraiment que je me presse », ironisa le Lord en se poussant légèrement en elle.

 

Cette fois, Elizabeth ne put retenir un hurlement de souffrance. Un voile de douleur recouvrit ses yeux et elle songea que le lord était trop gros. Beaucoup trop pour…

« Seigneur », gémit Beckett en se poussant un peu plus ce qui entraina un nouvel hurlement de la part de sa femme.

 

()()

 

Will se releva.

« Elizabeth ! Hurla-t-il. Beckett, arrêtez ça ou je vous jure que je vous tuerai ! Je vous tuerai ! »

Blême, Jack posa la main sur son épaule.

« Ça ne sert à rien petit, il ne t'entend pas. »

Will tourna un visage bouleversé vers le pirate.

« Je ne peux pas endurer ça… »

La compassion déserta le visage de Jack et il le toisa avec dureté.

« Tais-toi. Tu n'endures rien comparé à la donzelle. Encore que ça ne te ferait peut être pas de mal. »

 

Will le fixa.

« Tu sais ce qu'il est en train de faire, n'est-ce pas.

- J'en ai une vague idée. Marmonna Jack. Crois-moi, mieux vaut pour toi de continuer à ignorer ce qui se passe. Bouche toi les oreilles et éloigne toi de Messieurs Pintel et Ragetti, on dirait que ça réveille certaines envies chez eux. »

Will recula en lisant la convoitise dans les yeux des deux sus nommés et Jack posa la main sur son épaule.

« Reste avec moi cette nuit. » susurra t'il.

 

()()

 

Beckett s'enfonça un peu plus et ses mains empoignèrent la poitrine d'Elizabeth. Les yeux clos, la jeune femme gémit. La douleur était passée. Le sexe de Beckett allait et venait lentement, presque tendrement, en elle et Elizabeth se mordit la lèvre. Pour un peu, la douleur en devenait presque agréable.

« Criez si vous en avez envie. » souffla Beckett à son oreille.

Elizabeth sentit son sexe la posséder entièrement puis les lèvres du lord se posèrent sur son cou, mordillant et agaçant la chair fragile. Un nouveau cri lui échappa alors que son corps la trahissait. Un cri de plaisir cette fois.

 

()()

 

« Bugger ! » s'exclama Jack.

Will tourna un regard perdu vers lui.

« Jack, que…

- Tais toi, tais toi, tais toi. Bafouilla le pirate. Ou plutôt, si, parle ! Dis, je ne sais pas, dis n'importe quoi c'est déjà ce que tu fais d'habitude. »

Un nouveau cri leur parvint et Will pâlit.

« Jack…

- Ne parle pas d'ELLE savvy ? Dis ce que tu veux mais ne parle pas d'elle ! »

Un nouveau râle étouffé leur parvint et Gibbs toussota.

« Fait chaud. »

Jack lui lança un regard meurtrier et Will serra les poings.

« Un chant de pirate ! Oui c'est ça, chantez un chant de pirates les amis ! » Ordonna Jack d'un ton faussement joyeux.

 

()()

 

Elizabeth sentit Beckett grossir en elle et il crispa ses mains sur sa poitrine. La jeune femme gémit. Son corps ne lui appartenait plus. Elle ne s'appartenait plus. Un long frisson la secoua alors qu'une vague chaude montait dans son bas ventre et elle poussa un cri de délivrance. Au-dessus d'elle Beckett gémit alors qu'il se lâchait dans une ultime poussée.

 

A demi inconsciente, Elizabeth le sentit la déserter. Puis il se laissa tomber à ses côtés et l'attira contre lui. Trop fatiguée pour résister, Elizabeth posa sa tête contre son torse, le souffle court.

« J'étais certain… que ça vous plairait. » ironisa-t-il avec effort.

Elizabeth ne répondit pas. Elle était trop secouée par ce qu'elle venait de ressentir pour parler.

 

()()

 

Will s'approcha de Jack. Le silence régnait à nouveau dans la demeure de Beckett au grand soulagement des prisonniers.

« Jack, je voulais te dire, je, j'ai compris ce que tu as essayé de faire tout à l'heure, et je merci… » Déclara t'il maladroitement.

Le pirate lui adressa un regard froid.

« Je ne l'ai pas fait pour toi. »

Will déglutit et un silence gêné s'installa entre eux.

« Jack est ce que tu crois que…

- Le corps n'a rien à voir avec le cœur William. » Le coupa le pirate.

Will secoua la tête.

« Toi aussi, tu….

- Ne te fais pas des idées Will. Cela fait juste trop longtemps que je n'ai pas touché de femme. N'importe quelle femme. Savvy ? »

Will se troubla puis renonça. Après tout il était déjà assez malheureux comme ça. Et finalement il n'avait pas vraiment envie de savoir ce que Jack ressentait pour sa fiancée.

 

()()

 

La douleur réveilla Elizabeth et la jeune femme grimaça. Elle s'était endormie, la tête nichée sur le torse de Beckett. C'était encore pire que le reste. Sans se soucier de le réveiller, elle se dégagea rageusement de son étreinte et se glissa jusqu'à l'extrémité du lit, aussi loin qu'elle le pouvait de lui.

 

Là, Elizabeth se remémora la nuit passée que la douleur lancinante de son corps ne lui laissait pas le luxe d'oublier. Beckett était un porc, un pervers, un… Elizabeth soupira alors qu'elle cherchait d'autres qualificatifs à lui attribuer. En vérité ce n'était pas tant que ça son acte qu'elle lui reprochait mais la manière dont ELLE avait réagi. La jeune femme rougit de honte au souvenir des cris qu'elle avait poussés, encouragée en cela par Beckett.

« Ce que j'aimerais qu'il crève. » marmonna-t-elle.

 

Un rire ironique salua sa phrase et elle se retourna.

« Oh vous !

- Quel plaisir de vous voir réveillée, ironisa Beckett. Vous vous êtes endormie si vite la nuit dernière. »

Elizabeth rougit violement mais soutint son regard.

« C'est la douleur qui m'a réveillée !

- Oh vraiment ? Vous m'en voyez désolé, répondit Beckett d'un ton indifférent. Je veillerais à maitriser mon ardeur la prochaine fois.

- La prochaine fois ? Il n'y aura pas de prochaines fois ! » S'exclama Elizabeth.

 

Tout en se levant, Beckett lui sourit.

« Allons Elizabeth, n'ajoutez pas l'hypocrisie à vos défauts.

- Je ne vois pas ce que vous voulez dire. »Marmonna la jeune femme.

Beckett s'approcha d'elle et elle recula instinctivement. Un sourire froid éclaira les lèvres du lord en surprenant son mouvement et il se pencha sur elle.

« Détestez-moi autant que vous le voulez Elizabeth. Mais nous savons tous les deux que ce n'est pas un excès de douleur qui vous a comblée cette nuit. »

Elizabeth leva la main pour le frapper et il bloqua son bras.

« Tsss mauvaise idée Elizabeth. Vous devriez apprendre à vous contrôler.

- Je vous hais…

- Moi aussi. Mais en attendant nous avons un accord. »

 

Elizabeth le toisa et reprit.

« Accord que vous ne respectez pas Lord Beckett ! Vous aviez dit que je pourrais voir Will une fois par semaine or cela n'est pas le cas. »

Beckett sourit et Elizabeth se crispa. Elle détestait ce sourire satisfait.

« Allons ma chère, je n'ai qu'une parole. Vous pourrez voir Mr Turner et sa bande de hors la loi dès que vous serez habillée. Il vous suffira de sonner. Mr Mercer se fera un plaisir de vous escorter. » Déclara t'il calmement.

 

Surprise par sa réaction, Elizabeth le suivit des yeux. Arrivé à la porte de la chambre, Beckett se retourna

« Oh… Une dernière chose Elizabeth, les murs de cette demeure sont curieux…

- Quoi ? » Demanda Elizabeth, surprise.

Le sourire de Beckett s'accentua et il précisa.

« Par un hasard surprenant, il se trouve que les occupants des geôles entendent fort bien les cris. J'avais oublié de vous le dire… »

Elizabeth blêmit alors qu'il refermait la porte.

« Vous l'avez fait exprès ! » s'exclama-t-elle.

Dans l'embrasure, Beckett se retourna.

« Bien sûr ma chère. »

 

Folle de rage, Elizabeth se laissa retomber sur le lit. Les mains tremblantes, la jeune femme comprit que les pirates n'avaient rien perdus de ses cris et que Will…

« Oh Will… » Gémit elle, honteuse.

 

()()

 

Une heure plus tard, Beckett pénétrait dans la chambre d'un pas pressé. Recroquevillée sous les couvertures, Elizabeth lui lança un regard méfiant.

« Levez-vous Elizabeth.

- Je suis fatiguée », mentit la jeune femme.

Beckett sourit.

« Allons je n'en crois rien. Vous étiez si impatiente de voir ce cher Mr Turner. Levez-vous donc et allez le voir pour lui jurer tous les serments imbéciles que vous avez en réserve à moins bien sûr que vous ne préfériez les adresser à Sparrow ou à je ne sais quel autre forban. »

 

Elizabeth se força à ne pas répondre à sa provocation.

« Je vous l'ai dit. Je ne me sens pas bien, je suis incapable de me lever. »

Beckett la regarda avec surprise.

« Seigneur, mais vous êtes lâche. »

Elizabeth rougit de colère.

« Comment osez-vous ? Après ce que vous m'avez fait, vous…

- Suffit ! Ordonna Beckett. Vous n'avez aucun motif de vous plaindre. Je respecte notre arrangement. Vos remords et autres délicatesses m'ennuient. Vous avez vendu votre corps Elizabeth. Ayez au moins assez de fierté pour assumer vos actes. »

 

Folle de rage, Elizabeth bondit sur ses pieds et lui jeta un vase à la figure qu'il esquiva avec souplesse.

« A la bonne heure vous voici guérie, ironisa Beckett. Mr Mercer vous accompagnera dès que vous serez habillée. »

Elizabeth le fixa, désemparée.

« Pourquoi faites-vous ça ? » Murmura-t-elle d'une voix brisée.

Beckett sourit avec cynisme.

« Je ne fais que respecter ma part du marché Elizabeth »

 

()()

 

Will se précipita aux barreaux en voyant approcher Elizabeth, le visage blême et flanquée de Mercer.

« Elizabeth ! Comment vas-tu ? »

Submergée par la honte, la jeune femme détourna le visage, les larmes aux yeux. Du fond de la cellule, la voix de Jack s'éleva avec âpreté.

« Si tu veux mon avis, la donzelle va fort bien après la nuit passée. »

Saisie par l'amertume du pirate, Elizabeth se tourna vers lui.

« Jack… protesta Gibbs.

- Quoi ? C'est la vérité hein Lizzie ? Je veux dire, Beckett, vous, Beckett et vous, c'est une affaire qui marche du tonnerre hein ? »

Will blêmit tandis qu'Elizabeth se tournait vers Jack.

« Comment ? De quel droit osez-vous me juger ! » S'écria t'elle oubliant sa honte sous l'effet de la colère.

 

Un léger sourire incurva les lèvres de Jack.

« Oh mais je ne vous juge pas Elizabeth. J'ai toujours su de quoi vous étiez capable. Vers quel genre de choses vous poussaient vos frustrations. Et c'est bien normal vous êtes mariée avec un homme ma foi doté d'une vigueur et de…

- La ferme Jack. » Ragea Will.

Jack l'écarta d'un geste.

« Tu permets ? J'ai pas fini. Tout ça pour dire que, même si je n'ai rien contre le fait que vous preniez un peu du plaisir que vous espériez tant, il serait bon de ne pas nous oublier et puisque vous avez présentement la faveur de Beckett. Peut-être pourriez-vous en profiter pour glisser que

- Que ? Demanda Elizabeth, troublée.

- Les prisonniers ont aussi des désirs à satisfaire… murmura Jack. Et sans vouloir vous affoler je crains fort que Mr Turner ne soit un réceptacle tout désigné pour recueillir…

- Jack ! s'exclama Gibbs

- Quoi ? C'est la vérité, non ? »

Elizabeth posa un regard sur Pintel et Ragetti tandis que Will les regardait sans comprendre.

« Oh… Je verrais ce que je peux faire. » Murmura t'elle, toute honte envolée.

Jack sourit et se pencha sur elle.

« Je n'en attendais pas moins de vous ma colombe. »

 

Will leva les yeux au ciel et s'empara des doigts d'Elizabeth à travers les barreaux.

« Ne l'écoute pas. Elizabeth, tout ce qui compte c'est toi »

La jeune femme sourit avec tendresse. Le moment de gêne était passé. Grâce à l'intervention de Jack. Elle posa un regard reconnaissant sur le pirate qui se tenait derrière Will et ce dernier souleva légèrement son chapeau.

« Elizabeth ? » répéta Will.

La jeune femme déserta Jack et plongea son regard dans celui de son fiancé.

« J'ai vu ton père. Il est libre »

Les doigts de Will enserrèrent ceux de la jeune femme.

« Oh, Elizabeth »

Elle posa ses doigts sur ses lèvres pour lui imposer le silence.

« Il va bien, nous l'avons déposé à Nassau. Il ne sait rien. »

Will sourit.

« Si tu savais…

- Je sais… » Souffla t'elle, les yeux dans les siens.

Tandis que Pintel et Ragetti les couvaient d'un regard attendri, Mercer intervint.

« Fin de la visite. »

Elizabeth baissa les yeux et Will serra plus fort ses doigts.

« Attendez ! S'il vous plait…

- Lady Beckett. » L’ignora Mercer en tendant la main à la jeune femme.

Emue, Elizabeth passa ses doigts à travers les barreaux et caressa le visage de Will.

« Je dois y aller, ne t'en fais pas… »

 

Will ferma douloureusement les yeux tandis qu'elle se levait pour suivre son geôlier. Gibbs la regarda s'éloigner et secoua la tête. Il s'approcha ensuite de Jack.

« Vous l'avez fait exprès, hein … murmura t'il. De la mettre en colère.

- Devine ? » Répondit Jack en lui faisant un sourire éclatant.

Trop pour Gibbs qui secoua la tête. Parfois il ne comprenait pas son capitaine ou plutôt, il le comprenait trop bien.

 

Chapitre 7                                                                                                    Chapitre 9

Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    Sharkna (mardi, 01 mai 2012 00:19)

    je vais avouez que a la base je n'aime pas trop elizabeth (c'est surtout le fait quel joue trop avec les sentiments des hommes) je la deteste pas non plus c'est juste ce point.

    Mais la je suis triste de ce que lui fait subir beckett quand même :( (té vraiment sadique XD c'est génial une digne héritière de sade mdr)

  • #2

    JessSwann (mardi, 01 mai 2012 11:56)

    Ah alors par contre avec moi tu vas manger de la Lizzie c'est mon perso favori mdrrr
    Erf là encore c'est rien si tu veux vraiment voir un Beckett sadique lis Le Coffre ( disponible ici) par contre c'est très très hard !

  • #3

    Elizabeth Swann Kenway (mercredi, 30 avril 2014 00:59)

    Pauvre Will, la souffrance morale qu'il subit tous les joirs

  • #4

    Elizabeth Swann Kenway (mercredi, 30 avril 2014 01:03)

    les jours*, ça donne froid dans le dos :'/. J'ai tellement hâte de voir Will et Elizabeth réunis et de voir périr ce foutu Beckett ! C'est vraiment un diable comme tu le dis ! >:(

  • #5

    Jess Swann (mercredi, 30 avril 2014 09:49)

    Mdrrr sachant que moi je ne suis pas fan de Will ^^

  • #6

    Elizabeth Swann Kenway (mercredi, 30 avril 2014)

    Lol, Ah bon pourquoi ? :P

  • #7

    Jess Swann (mercredi, 30 avril 2014 12:28)

    Parce que je le trouve nais et égoiste ^^