Chapitre 11 Un éblouissant ratage

Une semaine plus tard,

 

Elizabeth se dégagea de l'étreinte de Beckett alors que des coups pressants résonnaient à la porte de leur chambre. La jeune femme s'enveloppa dans le drap tandis que Beckett rattrapait d'un geste sa perruque.

« Entrez ! Ragea le Lord. Et qui que vous soyez j'espère que ça en vaut la peine. »

Le visage de Mercer apparut dans l'encadrement.

« Lord Beckett je crois qu'il faut que vous veniez. »

Beckett blêmit et Elizabeth, enroulée dans le drap, se précipita à la fenêtre. Le cœur de la jeune femme fit un bond dans sa poitrine. Le Hollandais Volant mouillait au large de Port Royal.

 

A peine Beckett parti, Elizabeth se précipita sur sa robe d'intérieur. Si elle avait bien compris le message que Jack avait tenté de lui faire passer, elle devait trouver James.

Profitant de la confusion que l'arrivée des matelots avait créée, Elizabeth se faufila hors de sa chambre. Un étage plus bas, elle entendit la voix de Beckett.

« Ceci est intolérable, Amiral Norrington ! Allez m'attendre dans mon bureau je trancherais votre sort plus tard, Mr Mercer suivez-moi nous allons calmer ce poulpe. »

Elizabeth retint son souffle et porta instinctivement la main à son ventre avant de courir vers le bureau de Beckett.

 

Elle intercepta James au moment où l'Amiral s'apprêtait à y entrer.

« James ! »

Norrington se retourna et la fixa, incrédule.

« Elizabeth ?

- Oh James, » répéta Elizabeth en s'agrippant à sa tunique.

Les bras de l'officier se refermèrent sur elle et elle reçut avec un choc la vigueur de son étreinte.

« Dieu merci vous allez bien. »

Les mots de Jack lui revinrent en mémoire et la jeune femme se crispa. Utilisez Norrington.

« James, vous m'avez proposé votre aide il y a quelques mois. Est-ce que votre offre est toujours valable ?

- Vous connaissez la réponse. » Murmura Norrington.

Le cœur de la jeune femme se serra un peu plus devant sa sincérité évidente.

« Alors aidez-moi à trouver le cœur de Jones et à libérer Will. »

 

Un bruit de pas se fit entendre et James la plaqua contre le mur. Haletants, ils échangèrent un regard.

« Il n'y a rien ici soldat. » déclara Norrington avec autorité.

Les pas s'éloignèrent et James se retourna vers elle.

« Jones est dans une fureur terrible depuis trois jours. Il est devenu quasi incontrôlable, c'est pour ça que je suis ici. »

Elizabeth digéra l'information. Elle n'avait pas encore compris l'intégralité du plan de Jack mais elle était sûre d'une chose. Il lui fallait le cœur.

« Aidez-moi, » répéta-t-elle.

James lui emboita le pas et ils commencèrent à fouiller méthodiquement le bureau de Beckett.

« Je l'ai ! » s'exclama James.

 

Elizabeth le fixa. Un long silence s'installa entre eux et James sourit tristement.

« Vous voulez que je l'emporte n'est-ce pas ? Pour le poignarder. »

Elizabeth évita son regard, les paroles de Jack lui revinrent en mémoire.

« Pas maintenant….

- Bien sûr vous tenez à libérer Mr Turner avant cela. » Répondit James avec amertume.

Elizabeth ferma douloureusement les yeux. Elle comprenait le plan de Jack. Du moins en partie. Elle devait les libérer pendant que James fuyait avec le cœur et après ça….

« Calypso a été libérée. » murmura James.

Cette fois Elizabeth comprit ce qui lui manquait. Jack voulait négocier avec Calypso. Leur salut en échange de la vie de Jones. Et du sacrifice de James.

 

()()

 

Jack se tourna vers Will.

« Force cette grille. » ordonna t'il

Will le regarda.

« Quoi ? Mais non ! Et Elizabeth ?

- Si j'en juge par l'agitation de nos amis plus haut, elle ne craint rien, allez dépêche-toi Will» supplia Jack.

 

Will le fixa.

« Je croyais que nous étions plus en sécurité ici, c'est ce que tu nous répètes depuis que nous sommes arrivés. »

Jack le regarda d'un air catastrophé.

« Pousse-toi ! » ragea t'il en tentant d'arracher les barreaux de leurs gonds.

Will le rejoignit.

« Explique-moi au moins…

- Pas le temps… »

 

()()

 

James se retourna vers Elizabeth.

« C'est ça n'est-ce pas ? Vous comptez vous servir du cœur pour sauver Turner. »

Elizabeth le fixa et secoua la tête.

« Oh James, je suis si désolée… » Murmura-t-elle.

Le regard de James s'adoucit et il glissa la main le long de sa joue.

« Ne le soyez pas…. »

Avant qu'elle ait eu le temps de prévoir son geste, les lèvres de l'Amiral se posèrent sur les siennes et Elizabeth répondit à son étreinte, émue par la loyauté de l'officier.

Un bruit métallique rompit la magie de l'instant.

 

()()

 

Jack écarta d'un geste ample la porte de la cellule et se précipita dans le couloir.

« Plus un geste Mr Sparrow. Ou je serais contraint de vous tuer. »

Jack blêmit.

« Bugger » murmura t'il.

Derrière Mercer, il y avait un régiment entier, les mousquets pointés sur les pirates.

« Je crois qu'on va remettre notre balade à plus tard, ironisa Jack.

- Je le crois aussi. Approuva Mercer d'un ton glacial. Vous autres, enfermez les prisonniers. »

 

()()

 

Elizabeth et James s'écartèrent à la hâte l'un de l'autre et Elizabeth gémit en reconnaissant Beckett. Le Lord pointa le canon de son arme vers la jeune femme.

« Posez ce cœur Amiral Norrington ou je la tue. » déclara le Lord d'une voix froide.

Elizabeth se retourna vers James.

« Prenez le cœur et fuyez ! » le supplia-t-elle.

Beckett avança vers Elizabeth.

« Choisissez Amiral. Sa vie ou le cœur. »

James frémit et posa le cœur sur le bureau.

« Non... » Gémit Elizabeth.

Beckett sourit avec désinvolture et fit face aux soldats qui venaient d'entrer.

« Emmenez James Norrington, cet homme est un scélérat et un renégat. Mettez-le aux fers. »

 

Le regard d'Elizabeth croisa celui de James et le cœur de la jeune femme manqua un battement.

« Non, ne faites pas ça ! »

Beckett l'ignora et Norrington baissa la tête tandis que les soldats l'entrainaient.

« Lord Beckett ! » Hurla Elizabeth.

Le lord se retourna vers elle.

« Le prix à payer pour la trahison est la corde, soyez heureuse que je ferme les yeux sur vos actes. Norrington sera pendu pour rébellion et pour avoir osé violenter ma femme. »

Elizabeth devint livide.

« Je vous en prie…. Pas ça.

- Il fallait y penser avant, » lui déclara froidement Beckett avant de s'engager dans le couloir.

 

Le cœur d'Elizabeth se bloqua dans sa poitrine et elle le suivit.

« Pitié, il n'y est pour rien, c'est ma faute. Ma faute. Je me suis jetée à son cou. »

Beckett se tourna vers elle, ironique.

« Oh vous l'aimez donc lui aussi ? Décidément ma chère vos sentiments ne valent pas grand-chose. »

Elizabeth encaissa.

« Ne lui faites pas de mal. Ni à lui ni aux autre. Insultez-moi si vous le voulez mais ne les touchez pas. »

Beckett la fixa.

« Vous avez rompu tous les termes de notre accord et cela en dépit de mes avertissements. C'est fini Elizabeth. » Déclara t'il en s'engageant dans l'escalier.

 

Elizabeth poussa un cri de détresse et se précipita à sa poursuite.

« Non ! Espèce d'immonde porc sans cœur, ragea t'elle en tentant de le frapper

- Tsss laissez-moi, j'en ai assez de vos enfantillages. » Lui ordonna négligemment Beckett qui bloqua son bras.

Elizabeth se dégagea de son étreinte avec brusquerie et bascula en avant. Emportée par son élan, elle tenta de se rattraper à la rampe mais ses doigts se refermèrent sur le vide. Un cri lui échappa alors qu'elle roulait jusqu'au pied de l'escalier.

« ELIZABETH ! » hurla Beckett en se précipitant vers elle.

 

Ses yeux se posèrent sur le visage blême de la jeune femme et il la souleva légèrement.

« Un médecin ! Par tous les diables allez chercher un médecin ou je jure de vous écorcher moi-même », lança-t-il à l'adresse du soldat le plus proche.

 

()()

 

« C'est pas normal. » murmura Jack.

Will lui lança un regard las.

« Quoi donc ? Que ton plan n'ait pas marché ?

- Non, oui…. Pourquoi Beckett n'est pas là ? » S'inquiéta Jack.

Will blêmit et attrapa le pirate par le col.

« Si jamais…. Si jamais il arrive quelque chose à Elizabeth je te jure….

- Ne soit donc pas aussi naïf. répondit Jack d'un ton absent. Beckett ne fera rien à Elizabeth.

- Oh ? Et comment peux-tu en être aussi certain ? Alors que tu m'affirmais le contraire il y a quelques temps !

- C'était avant. Et nous avons échoués dans notre tentative, Beckett n'a donc une raison de lui faire du mal, murmura Jack en fixant le couloir.

- Est-ce toi ou moi que tu essaies de convaincre ? S'horrifia Will devant l'inquiétude que le pirate ne parvenait pas à dissimuler tout à fait.

- Un peu des deux » murmura Jack.

Will le saisit par le col.

« Si jamais, tu entends, si jamais il lui a fait le moindre mal, je te tuerais moi-même sale pirate. »

Jack grimaça.

« Tais-toi » répondit-il, aux aguets du moindre bruit.

 

()()

 

Beckett fixa le médecin tandis qu'il finissait d'examiner Elizabeth.

« Alors ? Pouvez-vous faire un diagnostic ? »

Le praticien épongea le sang sur le front de la jeune femme et se tourna vers lui.

« Elle vivra Lord Beckett.

- Dieu soit loué…

- Malheureusement ce n'est pas le cas de l'enfant. Il est mort. Je suis désolé. »

Beckett accusa le coup.

« L'enfant…. »

Le médecin termina son bandage et se tourna vers lui.

« Vous en aurez d'autres, elle est jeune et en bonne santé. Quelques semaines devraient suffirent à la remettre sur pied. »

Beckett lui fit un sourire froid.

« Bien sûr, Monsieur Mercer va vous payer. »

 

Beckett se laissa tomber à côté du lit d'Elizabeth et fixa la jeune femme inconsciente.

« Lord Beckett ? Les hommes attendent vos ordres pour le renégat. » Déclara Mercer.

Beckett ne se retourna pas.

« Pas maintenant. »

Mercer fronça les sourcils surpris

« Et pour les prisonniers qui ont tenté de s'enfuir ?

- Est-ce que vous êtes devenu sourd Mercer ? Je vous ai dit pas maintenant !» ragea Beckett.

 

()()

 

Will écarquilla les yeux en découvrant le prisonnier que les soldats poussaient dans la cellule.

« Commodore Norrington ?

- Amiral, enfin j'étais. »

Jack écarta Will.

« Vous parlerez de grades plus tard, que s'est-il passé ? »

Norrington le regarda d'un air désabusé.

« Beckett nous a surpris…

- Surpris ? » releva Will.

Norrington lui lança un regard rempli de pitié et précisa.

« Alors que nous volions le cœur. »

 

Will émit un soupir de soulagement mais Jack fixa James.

« Espèce d'idiot. Il ne fallait pas perdre de temps !

- Navré Sparrow, la prochaine fois que vous mettrez sur pied un plan aussi génial, je vous suggère de m'envoyer un faire-part. » Ironisa Norrington

Jack plissa les yeux d'un air mauvais et James enchaina.

« Enfin, je doute qu'il y ait une prochaine fois… »

Will blêmit.

« Comment va Elizabeth ? »

James secoua la tête.

« Je ne sais pas, Beckett ne m'a pas laissé beaucoup de temps.

- Ce rat a deviné ce que nous préparions. Ragea Jack.

- Jack ! On se fiche de ton plan ! Pesta Will. Si à cause de toi Elizabeth est en danger….

- La ferme, je ne m'entends pas penser. » le coupa le pirate en se précipitant dans le fond de la geôle.

 

Pintel et Ragetti échangèrent un regard.

« Ca commence à faire beaucoup de prétendants ….

- Oh ça oui alors !

- Tu crois que j'ai mes chances ? demanda Ragetti.

- CHUTTT intervint Gibbs. Messieurs un peu de décence. »

Les deux compères baissèrent la tête et un lourd silence retomba sur la geôle.

 

()()

 

Elizabeth se crispa et ouvrit les yeux. Sa main se porta instinctivement vers son ventre et elle rencontra le regard froid de Beckett.

« Vous l'avez perdu. »

Le cœur de la jeune femme s'arrêta net et il la fixa.

« Par tous les saints pourquoi ne m'avez-vous rien dit !

- Pourquoi vous l'aurais-je dit ? Ça vous aurait rendu plus humain peut être ? » Cracha Elizabeth.

Beckett blêmit et la toisa.

« Petite idiote, je n'ai jamais eu l'intention de pendre votre Norrington. Le seul crime de cet imbécile est d'être comme un chien en chaleur devant vous. La raison pour laquelle je l'ai dit c'est que je voulais vous donner une leçon. Mais maintenant croyez-moi je vais faire payer l'instigateur de cette stupidité. »

 

Elizabeth le fixa.

« Non … Vous aviez promis…. »

Beckett se leva.

« Vous aussi vous aviez promis.

- Ce n'est pas sa faute si je l'ai perdu. C'est la vôtre. Et celle de votre orgueil. » cracha Elizabeth en tentant de se lever.

 

Beckett la rattrapa fermement.

« Hors de question vous restez ici, le médecin a été formel.

- Pourquoi, qu'est-ce que ça peut vous faire ? Ironisa tristement Elizabeth. Je préférerais être morte plutôt que d'être encore ici avec vous. »

Beckett la fixa.

« J'ai investi sur vous Elizabeth. Alors vous allez obéir.

- Promettez de ne pas leur faire de mal ou je vous jure que… se débattit-elle.

- Cessez ! Je vous le promets ! »

 

Elizabeth le regarda avec surprise et il se dirigea vers la porte.

« Je viendrais prendre de vos nouvelles plus tard. Reposez-vous.

- Inutile de venir. » Lui lança la jeune femme.

Beckett ne répondit pas et sortit. Une fois seule, Elizabeth laissa libre court à ses larmes. Elle avait non seulement échoué mais elle avait perdu sa meilleure chance d'évasion. Le cœur lourd, elle glissa les mains sur son ventre et sanglota avant de sombrer dans un sommeil agité.

 

()()

 

Les poignets lourdement entravés par des fers, Jack fut précipité dans le bureau de Beckett. Derrière ce dernier, le Lord le fixa avec froideur.

« Je tenais à vous informer en personne des résultats de votre tentative Sparrow. »

Jack leva ses chaines.

« Je crois que j'en ai une petite idée… »

Beckett l'ignora et se servit un verre.

« Elizabeth a perdu l'enfant qu'elle portait. »

Le regard de Jack s'assombrit et il ne bougea pas.

« Etes-vous satisfait Sparrow ?

- Un Beckett de moins est toujours une bonne chose. » Rétorqua Jack.

Le lord ferma les yeux.

« Tous vos privilèges vous sont désormais retirés Sparrow, ainsi que ceux de vos compagnons. Il n'y aura plus ni rhum, ni femme, ni visite. Sauf celles qui s'exécuteront sous mon contrôle. Je vous laisse le soin d'expliquer pourquoi à Mr Turner. Vous pourrez remercier Elizabeth. Elle m'a arraché la promesse de ne pas vous faire de mal. »

 

Jack plissa les yeux d'un air calculateur et enregistra l'information.

« Il est furieux hein ? Jones…. Tenta-t-il

- Si Mr Jones devenait trop embarrassant, croyez bien que je ne tarderais pas à lui trouver un remplaçant. »

Le regard de Jack s'alluma.

« J'ai toujours rêvé de commander le Hollandais Volant.

- Oh non Sparrow, pas vous. J'ai déjà commis l'erreur de vous prendre une fois sous mes ordres.

- J'étais, je suis, un excellent capitaine.

- Turner est cependant un meilleur candidat. » Rétorqua Beckett.

Jack le fixa.

« Et Elizabeth ? Si vous faites cela, elle n'aura plus aucune raison de vous obéir.

- Elizabeth n'est plus en position de négocier quoique ce soit. Et il me restera encore Norrington et vous-même. Cela devrait suffire à la contrôler. »

 

Un léger sourire se forma sur les lèvres de Sparrow.

« Vous changerez d'avis l'ami. Lorsque Calypso aura commencé à détruire vos précieux navires, vous aurez besoin d'un homme pour négocier avec elle. »

Un léger ricanement échappa à Beckett.

« J'ai le corsaire Feng pour cela.

- Nous verrons….rétorqua Jack.

- C'est cela, nous verrons…. »

 

()()

 

Elizabeth ouvrit les yeux et une douleur diffuse dans le ventre lui rappela instantanément ce qui s'était passé. Le regard de la jeune femme s'ajusta et elle découvrit Beckett, assis à son chevet.

« Que faites-vous là ? »

Le lord la fixa.

« Je suis ravi de voir que vous allez mieux. »

Elizabeth le regarda avec haine.

« Que leur avez-vous fait ?

- Rien de plus que de leur adjoindre un nouveau compagnon et les priver de filles et de rhum. »

Elizabeth se redressa.

« Je veux les voir.

- Non. »

 

La jeune femme lui renvoya un regard décidé et écarta la couverture avant de s'arrêter, le souffle coupé par la douleur. Beckett la saisit par la taille et la poussa vers le lit.

« Ne me forcez pas à vous enchaîner Elizabeth.

- Comme si vous ne l'aviez pas déjà fait. » Rétorqua t'elle, le visage crispé par la douleur.

Beckett soupira et elle céda. Le visage blême, elle se laissa aller en arrière.

« Pourquoi faites-vous ça ? Vous ne voyez donc pas que ce qui est arrivé est un signe… Quand comprendrez-vous ?

- Vous aurez d'autres enfants, le médecin me l'a affirmé. Répondit Beckett.

- Je ne veux pas d'autres enfants ! Je ne veux pas de VOS enfants ! Je vous hais ! Hurla Elizabeth.

- Nous avons un accord. » Répondit calmement Beckett.

 

Elizabeth détourna le visage pour cacher ses larmes et sa main se porta instinctivement à son ventre.

« Sortez Lord Beckett. »

Il grimaça et la dévisagea avec intensité.

« Vous ne devriez pas rester seule…

- Je préfère la solitude à votre compagnie. A moins que, comme toujours, vous ne vouliez-vous imposer à moi.

- Soit…. » Soupira Beckett en se levant.

 

Elizabeth ferma les yeux et maintenant rassurée sur le sort de ses amis, elle songea à ce qui c'était produit. Elle avait perdu son bébé. Un long sanglot lui échappa et elle se couvrit le visage des mains. A la porte, Beckett s'immobilisa.

 

Inconsciente de sa présence, Elizabeth gémit et laissa libre court à ses larmes. Les épaules secouées par les sanglots, elle ne réagit pas lorsque les bras de Beckett l'enveloppèrent.

« Faisons une trêve. » murmura ce dernier à son oreille.

Elizabeth releva les yeux vers lui et il la serra contre lui.

« Quoique vous en pensiez c'était aussi mon enfant. Et je n'ai jamais voulu ça. Et même si vous êtes prête à me hurler le contraire, je sais que vous non plus. » Murmura t'il en la berçant contre lui.

Pour une fois, Elizabeth ne protesta pas. Elle avait trop de peine pour ça.

 

Chapitre 10                                                                                              Chapitre 12

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Sharkna (mardi, 01 mai 2012 01:07)

    tien beckett ce montre un peut tendre pour une fois

  • #2

    JessSwann (mardi, 01 mai 2012 11:58)

    De temps en temps il se laisse aller mdrrr