Chapitre 9 William, l'apprenti forgeron

Port Royal, six ans plus tard…

 

En ce début du mois de septembre le temps était encore clément et le soleil matinal baignait la ville d'une douce lumière. L'échoppe de Monsieur Brown le forgeron venait juste d'ouvrir ses portes et William Turner se préparait à une nouvelle journée de labeur.

 

A dix-huit ans, William était devenu un beau jeune homme, de l'avis de la gent féminine. En effet l'exercice constant que son apprentissage en tant que forgeron le conduisait à faire lui avait donné un physique avantageux. S'il était vrai que beaucoup de jeunes filles étaient attirées par son charme, William en revanche ne s'intéressait qu'à une seule d'entre elles. Malheureusement pour lui, le gouffre qui les séparait ne lui laissait aucun espoir de nouer une tendre relation avec celle qui faisait battre son cœur.

 

William souriait au beau milieu de la rue en pensant à Elizabeth Swann lorsque son maître le rappela brutalement à la réalité.

« Alors Will, c'est pour aujourd'hui ou pour demain ? Le secoua Mr Brown d'une voix avinée.

- J'arrive Mr, répondit Will en plissant le nez, incommodé par les relents de vinasse exhalés par son interlocuteur

- Ouais, on n’a pas toute la journée, j'te l’rappelle, alors tu t' dépêches. »

Will retint à grand peine un soupir, ça faisait au moins un an qu'il était seul à assurer les commandes attendu que Mr Brown passait le plus clair de son temps à boire l'argent que le travail de Will lui rapportait. Bien sûr, il n'en avait pas toujours été ainsi...

 

Lorsque Will avait débarqué à Port Royal il y avait quelques années, le lieutenant Norrington, qui était capitaine à présent, avait remué ciel et terre pour l'aider à retrouver son père. Mais ce fut peine perdue, on eut dit que William Turner senior avait disparu de la surface du globe. Norrington se mit donc à la recherche d'un maître forgeron qui serait un homme bon et qui accepterait de prendre le jeune orphelin sous son aile. Mr Brown parut être le candidat idéal et il l'était. William s'était tout de suite senti adopté par l'ensemble de la famille, Mr Brown, sa femme et leur petite fille Emily. Mais après environ quatre ans d'une vie calme et heureuse, une épidémie de tuberculose s'était abattue sur Port Royal. Après son passage, Mr Brown, devenu veuf avait également enterré la petite Emily, qui de constitution fluette, n'avait pas résisté à la maladie qui avait déjà emporté sa mère. Ensuite Mr Brown n'avait plus jamais été le même.

 

Il commença à noyer son chagrin dans l'alcool, d'abord seulement le soir après le travail puis progressivement tout au long de la journée laissant peser toutes les responsabilités sur les jeunes épaules de Will. Ce dernier était donc devenu par la force des choses un forgeron hors pair et le carnet de commande de Mr Brown ne cessait de grossir. A tel point que Will aurait bien aimé que son maître lui donne un coup de main de temps à autres. Mais malgré tous ses efforts pour sortir Mr Brown de l'abîme de chagrin dans lequel la perte de sa famille l'avait plongé, William ne pouvait que le regarder, impuissant, s'enfoncer un peu plus chaque jour…

 

Will soupesa la lame qu'il était occupé à forger pour le capitaine Norrington. Elle était parfaite ! Profitant du fait que Mr Brown s'était une fois de plus endormi, il se mit à s'entraîner à faire des passes avec l'épée. Car pour Will, le métier de forgeron était aussi une formidable d'occasion d'apprendre à manier les armes. Bien entendu, il n'avait pas les moyens de s'offrir les enseignements d'un maître d'armes mais il y avait de temps en temps des clients, qui, amusés par son enthousiasme, joutaient avec lui et lui apprenaient ainsi sans le savoir à se battre. Will passait également de longues heures le soir, seul à s'entraîner, se remémorant les conseils qui lui avait été donnés ou qu'il avait réussi à glaner en écoutant parler la garde royale. Il s'entraînait sans relâche dans l'attente du jour où il pourrait tenir la promesse qu'il s'était faite sur le Sweety et où il vengerait la mort de Mr Dawson.

 

Ses exercices furent interrompus par l'entrée du capitaine Norrington. Celui le contemplait, un sourire sardonique aux lèvres.

« Encore en train de vous entraîner Mr Turner ?

- Je testais juste la maniabilité de votre épée, Capitaine Norrington.

- Donnez-moi donc cela que j'en juge par moi-même. »

James Norrington fit quelques passes en direction d'un assaillant imaginaire.

« C'est parfait, combien dois-je à votre maître pour ceci ? »

William lui annonça le chiffre et le capitaine lui jeta les quelques pièces d'un air négligent. Avant de sortir il se retourna vers Will.

« Dites-moi Mr Turner, simple curiosité, avez-vous toujours comme projet d'affronter tous les pirates que vous rencontrerez ?

- Bien sûr. » S'empressa d'affirmer William.

 

A ces mots, Norrington éclata de rire

« Votre entêtement insensé pour une carrière qui ne peut être la vôtre m'amusera toujours. Ah j'oubliais Mr le Gouverneur Swann m'a chargé d'un requête. Il voudrait que votre maître ou vous passiez le voir au plus vite pour une commande. Au revoir Maître Turner. »

 

Norrington sortit sans même attendre une réponse de la part de Will à qui il n'oubliait jamais de faire sentir sa place inférieure. Will jeta un air désolé sur Mr Brown qui ronflait paisiblement dans un coin. Soit, si c'était urgent il irait lui-même chez le gouverneur Swann. Peut-être rencontrerait-il Elizabeth…

 

 

Chapitre 8                                                                                                 Chapitre 10

Écrire commentaire

Commentaires : 0