Chapitre 2 L'annonce d'une nouvelle vie

Londres.

 

Loin de tous les tracas qui jalonnaient la vie de William Turner, dans une confortable salle d’étude un bon feu brûlait dans la cheminée, et Mlle Woods, préceptrice, était en pleine leçon de bonnes manières. Âgée d'une quarantaine d'années, Mlle Woods pensait que le maintien et l'éducation étaient les seules choses qu'une femme d'une classe sociale élevée devait connaître.

 

Sa jeune et unique élève était bien loin de partager cette opinion. A vrai dire, elle n'écoutait que d'une oreille la leçon du jour, préférant laisser son esprit vagabonder …C'est qu'à dix ans, la jeune Elizabeth avait déjà un caractère bien trempé ! Il faut dire que son père l'avait toujours considérée avec indulgence et tendresse, ce qui avait contribué à faire d'elle une enfant gaie et curieuse de tout. Dans ce tableau idyllique, il existait néanmoins une ombre... Elizabeth n'avait jamais connu sa mère qui était morte en lui donnant naissance. Même si son père avait tout fait pour pallier cette absence la petite fille ressentait parfois cruellement le manque de présence maternelle.

 

« Elizabeth, vous écoutez ce que je vous dis ? »

Mlle Woods, attendait depuis quelques minutes que son élève réponde à sa question et l'agacement que cela lui procurait transpirait nettement dans son ton. Elizabeth sursauta. Elle était tellement plongée dans sa rêverie qu'elle n'avait pas la moindre idée de ce dont cette enquiquineuse voulait parler. Elle secoua ses boucles brunes en signe d'ignorance.

« Je suis désolée mademoiselle, pouvez-vous répéter votre question, je ne l'ai pas comprise ? »

 

 

 

 

Mlle Woods soupira. Cette enfant était donc incapable de rester attentive plus d'une minute! Enfin ce n'était pas ainsi qu'elle réussirait à tenir la place qu'elle serait amenée à occuper dans la bonne société ! Elle allait se lancer dans un de ses interminables sermons sur les devoirs d'une jeune lady lorsque la porte s'ouvrit doucement…

 

Mlle Woods leva la tête, prête à prendre à partie l'importun, lorsqu'elle se rendit compte que celui-ci était son employeur. Elle plongea alors dans une révérence sans grâce et attendit avec déférence que Mr Swann lui dise ce qu'il attendait d'elle. De son coté, Elizabeth ne put refreiner le sourire qui lui vint naturellement aux lèvres. Son père tombait à pic ! Juste à temps pour lui épargner le sermon …

 

Weatherby Swann, contempla le tableau qui s'offrait à lui, sa fille un sourire malicieux sur les lèvres lui lançait un regard dont la nature ne pouvait le tromper. Elle venait grâce à lui d'échapper à une semonce. Et bien soit ! Weatherby avait d'autres choses en tête. Il avait une grande nouvelle à annoncer à Elizabeth, une nouvelle qui allait changer leurs vies!

 

Il se tourna en premier lieu vers Mlle Woods.

« Mlle, voulez-vous bien m'attendre dans mon bureau ? J'aimerais vous entretenir de quelque chose mais je dois tout d'abord parler avec Elizabeth, seul, précisa-t-il pour être assuré du départ de la préceptrice.

- Bien Monsieur, je vous attendrais dans votre bureau, » dit-elle en s'inclinant avant de sortir de la pièce.

 

Une fois Mlle Woods sortie, Weatherby se tourna vers sa fille. Elizabeth se rapprocha.

« Qu'il y a-t-il père ? Vous avez une nouvelle à m'annoncer ?

- Oui, ma chérie. Assieds-toi s'il te plait. »

Elizabeth sentit au ton employé par son père que quelque chose d'important allait se produire et elle lui obéit donc immédiatement.

Weatherby regarda sa fille s'asseoir et prit une fois de plus la mesure de sa ressemblance avec Anne, sa défunte femme. Ce n'était pas tant les traits de son visage mais plutôt le maintien et cette petite flamme dans les yeux de sa fille qui réveillaient chez lui le souvenir de celle qu‘il avait aimé passionnément. Chassant ce dernier pour revenir dans le présent, Weatherby prit une inspiration.

 

« Voilà Elizabeth, comme tu le sais Sa Majesté le roi m'a fait mandé ce matin..

- Oui père, répondit Elizabeth qui sentait confusément que l'instant était grave

- A cette occasion, notre souverain m'a honoré d'une nouvelle charge. Il m’a nommé … gouverneur de Port Royal.

- Port Royal ? Où est ce, père ? 

- C'est bien loin d'ici ma chérie nous allons devoir traverser les mers pour nous rendre dans les Caraïbes. Ce qui implique beaucoup de bouleversements dans notre vie, nous allons devoir organiser notre départ, trouver de nouveaux domestiques… »

 

Mais Elizabeth n'écoutait déjà plus son père, elle n'avait retenu qu'une chose : ils allaient traverser les mers ! L'Aventure enfin ! C'était … elle ne trouvait même pas de mots pour décrire ce qu'elle ressentait ! Il lui semblait déjà sentir le vent du large ! Son imagination battit la campagne et elle se vit à bord du navire, les cheveux au vent ! Oh mon dieu peut être même allaient ils rencontrer ces fameux pirates, qui, aux dires de Jemina, la fille de cuisine, écumaient les mers lointaines…

 

« Elizabeth, réponds moi ma chérie, cela ne te contrarie pas trop de devoir laisser tout tes amis pour partir vers des terres inconnues et peut être inhospitalières, s'inquiéta Weatherby

- Me contrarier ! Oh non père ! Au contraire je trouve que c'est la plus merveilleuse des nouvelles ! Quand partons-nous ? » répondit Elizabeth en parvenant à grand peine à se retenir de battre des mains.

En entendant la réponse de son intrépide fille, Weatherby ne sut s'il devait se réjouir ou au contraire appréhender leur départ.

« Bien ma chérie, je te laisse il faut que je règle un milliard de détails si nous voulons être prêts à partir le mois prochain comme le souhaite Sa Majesté. »

 

Sur ces mots, Weatherby sortit, laissant Elizabeth seule dans la pièce. Celle-ci se rapprocha du feu et regarda les flammes danser puis se prit à imaginer ce que serait son voyage…

 

Elle était loin de savoir ce qui l'attendait !

 

Chapitre 1                                                                                                    Chapitre 3

Écrire commentaire

Commentaires : 0