Chapitre 11 Premier baiser

Le lendemain, chez le gouverneur Swann.

 

Elizabeth ne s'était toujours pas remise de ce qu'elle avait vu en se rendant à la forge la veille et avait été de fort méchante humeur tout au long de la journée. Mary gardait ses distances sachant bien que sa maîtresse allait finir par se calmer, tout du moins elle l'espérait…

 

Néanmoins il serait bientôt l'heure de se préparer pour le bal et Mary appréhendait le moment où elle devrait l'annoncer à Elizabeth. Cette dernière, accoudée à la fenêtre de sa chambre, regardait rêveusement l'horizon… Que ce serait merveilleux de repartir en mer se disait-elle. Partir loin de ce maudit Will Turner, ce pirate sans foi ni loi qui faisait la cour à tout ce qui portait jupon ! Elle avait du mal à analyser ce qu'elle ressentait, elle était à la fois furieuse et triste … Même si objectivement elle devait reconnaître que Will ne lui avait jamais accordé plus d'attention qu'il n'était bienséant de le montrer. Non bien sûr ! Il préférait les filles de rien ! A cette pensée, Elizabeth rougit, c'était là une idée fort peu charitable qui ne lui ressemblait guère… Mais il fallait aussi reconnaître que ces filles du peuple avaient parfois une vie bien agréable alors qu'elle, elle était toujours obligée de se surveiller en raison de sa position sociale.

 

Elle soupira, bien sûr c'était plaisant d'être la reine des bals, de porter de belles toilettes et des bijoux mais le prix à payer était quand même élevé ! Elle songeait qu'elle aimerait être enfin libre d'agir à sa guise lorsque Mary vint interrompre ses rêveries en lui rappelant qu'il était l'heure de se préparer pour le bal. Elizabeth se retourna et lui sourit car elle venait de penser à quel point ce devait être frustrant pour Mary d'être toujours celle qui prépare pour le bal et non celle qui y assiste et avait décidé d'être gentille avec elle…

 

Mary lui sourit en retour, heureuse de son changement d'humeur.

« Vous allez être radieuse ce soir Mademoiselle, ces messieurs n'auront d'yeux que pour vous. Lui dit-elle

- Tu crois Mary ? Demanda Elizabeth que l'image de Will en train d’embrasser Pauline hantait.

- Bien sûr Mademoiselle Elizabeth, je connais plus d'un gentleman qui serait prêt à déposer son cœur à vos pieds.

- Peut être … » Accorda Elisabeth que l'image faisait sourire.

 

Mary continua de la préparer sans mot dire, laissant Elizabeth goûter le silence qui précédait la fête. Elle lui passa la délicate robe de soierie vert émeraude rehaussée d'une discrète dentelle blanche qu'elles étaient allées chercher la veille chez la couturière. Mary recula un peu pour juger de l'effet qui était superbe, elle aurait donné une année de sa vie pour porter un jour une telle robe ! Mais il lui fallait convenir que la coupe qui enserrait étroitement la taille d'Elizabeth et mettait en valeur sa minceur et sa grâce ne rendrait probablement pas de la même manière sur elle…

 

Elle terminait de coiffer les longs cheveux dorés d'Elizabeth en un chignon compliqué lorsque le gouverneur Swann fit son entrée Weatherby contempla, attendri, sa ravissante fille et la complimenta.

« Elizabeth, ma chérie, tu es splendide.

- Oh père, venant de vous je pense que c'est un peu exagéré ! Badina Elizabeth en souriant à son reflet

- Du tout, du tout … Rétorqua-t-il un peu embarrassé d'être pris en flagrant délit d'admiration paternelle. Es-tu prête ?

- Tout de suite père ! Alors ? Demanda Elizabeth, avant de tourner lentement sur elle-même en souriant. Me ferez-vous l'honneur de m'offrir votre bras pour pénétrer dans la salle de bal ?

- C'est moi qui serais honoré » Rétorqua Weatherby ravi de l'humeur badine de sa fille.

 

Tandis qu'Elizabeth descendait le grand escalier au bras de son père et se préparait à entrer dans la salle de bal. Will essayait de repousser gentiment la jeune Pauline. En effet celle-ci, forte de son succès de la veille, était venue rendre visite à celui qu'elle considérait à présent comme son amoureux au grand dam de ce dernier !

 

N'y tenant plus Will finit par lui dire la vérité

« Écoute Pauline, je suis désolé pour hier, j'ai dépassé les bornes…

- Mais Will, ce n'est pas grave, nous sommes désormais ensemble. Lui répondit Pauline qui ne voulait rien comprendre

- Non , justement, je n'aurais pas du t'embrasser… je ne suis pas amoureux de toi, je suis désolé. Tenta de se justifier Will

- Mais William…

- Mon cœur n'est plus libre Pauline mais tu n'es pas responsable…

- Qui est ce ?

- Tu ne la connais pas… Allons Pauline laisse-moi maintenant, je dois m'entraîner…

- Très bien, c'est donc vrai ce qu'on dit sur toi : Les filles ne t'intéressent pas! » Lui jeta-t-elle au visage

Devant l'absence de réponse de Will, Pauline sortit en claquant la porte. Il ne l'entendit pas, tout occupé qu'il était à penser à celle qu'il appelait Elizabeth dans son cœur et qui allait faire son entrée au bal…

 

Justement chez le gouverneur, un autre homme était subjugué par Elizabeth. Cet homme c'était le Capitaine Norrington, tout juste rentré d'une mission qui l'avait éloigné de Port Royal durant un peu plus d'un an. C'était la première fois depuis son retour qu'il revoyait la fille du gouverneur. Agé à présent d'une trentaine d'années, il avait bonne mine et était plus élégant que jamais… Weatherby qui comptait sur sa venue, fut enchanté de le voir.

« James, vous êtes enfin de retour dans notre société ! Je suis si heureux de vous revoir. Vous vous souvenez de ma fille, Elizabeth ?

- Comment l'oublier ? Souffla James.

- N'est-ce pas ? Renchérit Weatherby, ravi que la rencontre se déroule comme il le voulait. Allons ne restez pas plantés là, allez danser…

- Elizabeth, puis-je ?

- Bien sûr, Capitaine Norrington vous pourrez ainsi me raconter votre voyage. » Minauda Elizabeth.

 

Le gouverneur Swann, regarda d'un air attendri le jeune couple qui s'élançait sur la piste de danse. James ne pouvait détacher son regard d’Elizabeth, il était tombé sous le charme de celle qu'il avait connue enfant mais qui était à présent devenue une jeune femme magnifique.

« Et bien, Capitaine racontez moi donc votre voyage. Lui demanda Elizabeth

- Oh vous savez, la traversée vers l'Angleterre a été très calme… Pas de pirates ou autres brigands… Rien d'intéressant pour vous. Lui dit-il en souriant

- Vous vous rappelez de cela ? S'étonna Elizabeth qui commençait à trouver ce jeune capitaine à son goût

- De cela et de bien d'autres choses. Osa Norrington

- Il faudra que nous en reparlions dans ce cas. » Badina Elizabeth

 

A ces mots, James sentit son cœur s'accélérer… Il se tourna vers sa compagne et la trouva si naïve et adorable qu’il ne put résister à lui proposer de faire quelques pas dans le jardin. Elizabeth, légèrement grisée par la danse et le vin, accepta sa proposition de bon cœur…

Une fois dehors, James ne pouvait détacher les yeux de la jeune fille qui se tenait devant lui sans pour autant se résoudre à lui manquer de respect… Elizabeth quant à elle, était envahie par un mélange d'excitation et de peur. Jamais encore elle ne s'était retrouvée dans une situation aussi compromettante avec un homme… Elle espérait bien que celui-ci allait en profiter, dans les limites du raisonnable bien sûr…James continuait à parler pour ne rien dire mais Elizabeth le regardait d'une telle manière … qu'il n'y tint bientôt plus .Il commença à se pencher doucement vers la jeune fille tandis qu'elle attendait le cœur battant… Leurs lèvres se rencontrèrent enfin …pour se séparer aussitôt.

 

Norrington la regarda et prit enfin conscience de sa jeunesse. Mort de honte, il s'excusa du geste impardonnable qu'il venait de commettre. Ne voulant plus être tenté, il planta là Elizabeth qui s'assit en se demanda pourquoi tout était si compliqué… Et surtout pourquoi lorsque James l'avait embrassée elle avait pensé à Will…

 

Chapitre 10                                                                                                  Epilogue

Écrire commentaire

Commentaires : 0