Epilogue

Huit ans plus tard, L'Empress…. A quelques miles de l'Angleterre. 

 

Elizabeth Swann, le Capitaine Swann, poussa un hurlement destiné à galvaniser ses hommes alors que sa jonque craquait de toutes parts sous le feu des canons ennemis. Ses cheveux longs remontés en un chignon élégant sur la nuque, Elizabeth regarda avec inquiétude les navires et les hommes toujours plus nombreux et mieux armés se rapprocher d'eux.

« Qu’allons-nous faire Capitaine ? » Lui demanda Marshall, l'un des matelots qu'elle avait recrutés à Tortuga quelques années plus tôt.

Le visage d'Elizabeth se contracta, elle prit une expression dure et impitoyable et jeta sa réponse à l'homme d'une voix qui ne tremblait pas.

« Nous allons nous battre. L'Empress ne se rend pas. »

Marshall inclina la tête en direction de son capitaine et repartit en courant vers les autres matelots, transmettant les ordres prévisibles d'Elizabeth.

 

Son regard noir erra sur la flotte qui les attaquait impitoyablement et Elizabeth étreignit le bois de la jonque qu'elle avait récupérée quelques années plus tôt. Elle allait perdre. Elle le savait. Ses adversaires étaient beaucoup trop armés, beaucoup trop décidés pour qu'elle puisse leur échapper. Cette fois ci était la dernière, elle le sentait sans savoir d'où elle tenait cette certitude. Une sorte de chant du cygne. Après cette bataille, elle cesserait de fuir et de courir. Elle trouverait le repos. Enfin ou déjà … C'était selon. Refoulant sa tristesse, un vague sourire aux lèvres, Elizabeth regarda le ciel exploser autour d'elle et laissa son esprit dériver, se remémorant les années écoulées depuis qu'elle s'était enfuie de la maison de Joshua, quittant le jeune forgeron pour rejoindre son pirate.

 

Jack l'avait aimée. Beaucoup. Ardemment. Nuit après nuit, jour après jour. Jamais il n'avait failli à l'unique promesse qu'il lui avait faite et ses bras avaient toujours été là pour elle. Juste comme il l'avait dit.

 

Au moment précis où Elizabeth avait cette pensée, des bras se refermèrent autour elle, l'enveloppant totalement et elle ferma brièvement les yeux, souriant malgré elle en reconnaissant l'odeur de rhum de Jack.

«  Qu'en penses-tu Capitaine ? Lui souffla-t-il à l'oreille tandis que le grand mat de l'Empress explosait

- Qu'il est trop tard pour fuir. Et qu'elle est trop décidée à nous détruire pour nous laisser une chance. Répondit Elizabeth, sachant qu'il était inutile de se voiler la face.

- Je n'aurais jamais cru qu'un jour le Black Pearl nous coulerait. Murmura Jack en fixant le navire aux voiles sombres après lequel il avait longtemps couru et qui tournait à présent ses canons contre eux.

- Moi non plus … Répondit Elizabeth en surprenant l'expression de haine pure de Barbossa visible même à cette distance.

- Willy et Bella ? Demanda Jack qui restait immobile tandis que le monde explosait autour d'eux et que les navires ennemis encerclaient la Jonque sans lui laisser la moindre échappatoire.

- A terre. Ils sont partis il y a une heure. Répondit Elizabeth tout aussi calmement. Tu le sais très bien. »

Jack lui fit un pâle sourire, le regard à la fois dévoré par l'angoisse et curieusement confiant.

« Je voulais juste en être certain. » Répondit-il tout bas.

 

Ils échangèrent un long regard et luttèrent contre le besoin urgent de se retrouver une dernière fois avant d'être peut être tués puis Jack brisa le silence.

« Alors c'est le moment…. Murmura t-il à l'oreille d’Elizabeth. C'est le moment. » Répéta-t-il comme s'il n'arrivait pas tout à fait à y croire.

Elizabeth se crispa à ses mots et se retourna vers lui, répétant les paroles qui avaient précédé chacune des batailles qu'ils avaient menées.

« On applique le Code. Si tu as une occasion… Fuis et ne te retourne pas.

- Quoiqu'il se passe fais-moi confiance. » Souffla Jack dans son cou, ses lèvres caressèrent sa peau nue pendant qu'elle fermait brièvement les yeux de plaisir.

 

Jack garda Elizabeth contre lui tandis que les premiers grappins s'accrochaient à l'Empress et que les hommes de leur ennemie se déversaient sur la jonque, tuant sans pitié ceux qui avaient le malheur de croiser leur route. Le couple ne réagit tout d'abord pas, les yeux fixés sur le port où ils avaient envoyés William et Arabella dès qu'ils s'étaient rendus compte que l'Empress se faisait lentement mais sûrement encercler par les bateaux qui l'entouraient. Ils avaient agi rapidement, éloignant uniquement les deux enfants, comptant sur la présence de la petite Arabella et sur la vivacité de William pour garantir à la chaloupe une arrivée sans encombre. La vigie avait confirmé leur intuition. Les deux enfants d'Elizabeth avaient pu débarquer sans être inquiétés.

« Prête ? Souffla Jack à l'oreille d'Elizabeth tandis que les rugissements furieux des hommes se rapprochaient.

- Je ne me laisserais pas tuer sans combattre. » Répondit elle en s'écartant brusquement de son amant et en tirant son épée tandis qu'il faisait de même de son côté.

 

Jack et Elizabeth ferraillèrent de concert, tuant sans pitié leurs assaillants dont le nombre grossissait comme si pour chaque mort, deux autres hommes prenaient sa place. Finalement, ils se retrouvèrent dos à dos, acculés contre le bastingage de la jonque dont le pont était rougi par le sang. Des dizaines de lames pointées sur leur gorge, Jack et Elizabeth lâchèrent en même temps leurs épées, leurs yeux mobiles cherchant un ultime moyen de s'en sortir.

« Non pas cette fois. » Leur affirma une voix chargée de haine.

Jack soupira lourdement tandis qu'Elizabeth grinçait des dents, tous deux se retournèrent en direction de celle qui venait de parler et se rapprochèrent instinctivement l'un de l'autre.

 

Un sourire cruel aux lèvres, la Duchesse fendit l'armée de mercenaires qu'elle s'était constituée au fil des années et toisa le couple responsable de la mort du seul homme qu'elle ait jamais aimé.

« Neuf fois déjà vous m'avez échappé. A neuf reprises j'ai du me contenter de regarder vos silhouettes me filer entre les doigts. Je me suis juré qu'il n'y en aurait pas de dixième. »

Jack haussa les épaules avec insolence et regarda Elizabeth.

«  C'est pas la onzième celle-ci Lizzie ?

- Non non c'est la douzième. » Renchérit Elizabeth dans une ultime bravade.

Jack leva le sourcil et se retourna vers la Duchesse.

« Tu comptes notre première fuite ou pas trésor ? Tu sais celle après Fitzy …

Natalia fulmina, son visage sec déformé par la haine qu'elle leur vouait.

« Ne l'appelle pas trésor. Fit mine de s'agacer Elizabeth.

- Lizzie je crois que ce n'est pas le bon moment pour ça … » Sourit Jack.

 

Natalia les dévisagea et constata avec dépit que contrairement à elle, ses deux ennemis semblaient à peine avoir vieillis. Elle tira lentement de son fourreau l'épée à la lame soigneusement aiguisée dont elle s'était munie pour l'occasion.

« Votre ami s'est montré très conciliant. Il me laisse choisir lequel de vous deux je tuerais et prendra celui qui reste. Annonça Natalia en désignant Barbossa qui, à la barre du Pearl, semblait attendre. C'est incroyable ce que l'on peut obtenir contre quelques faveurs. Fit elle mine de s'étonner.

- Pourtant c'est le cas pour toutes les catins. » Rétorqua Elizabeth en surveillant du coin de l'œil les tireurs qui les tenaient en joue, Jack et elle.

Natalia se força à rester calme, le visage déformé par la haine qu'elle lui vouait.

« C'est toi qui l'a tué, n'est-ce pas ? » Demanda-t-elle à Elizabeth.

Le regard de Jack passa de l'une des femmes à l'autre, guettant le mouvement de Natalia.

« Oui. C'est moi. » Répondit fièrement Elizabeth.

Natalia lui fit un sourire désagréable et leva son épée. Elle visa droit au cœur et se propulsa vers elle avec une rare violence.

«  Sparrow ! Regarde mourir ta putain. » Triompha-t-elle.

 

Alors qu'elle joignait le geste à la parole, Jack s'interposa soudain, les yeux rivés à ceux d'Elizabeth tandis que la lame de Natalia l'embrochait avant de venir se loger dans la poitrine d'Elizabeth qui écarquilla les yeux tant sous l'effet de la douleur que de la surprise.

«  Jack… Non. » Bredouilla-t-elle en luttant contre la mort qui l'attirait vers elle inexorablement.

Jack dodelina de la tête et fit un effort pour la serrer contre lui, unissant leurs deux corps dans lesquels l'épée de Natalia était fichée.

« Tu perds ta vie. Je perds la mienne. Souffla-t-il.

- Ja.. » Commença Elizabeth avant de s'éteindre.

Un voile sombre tomba devant ses yeux alors qu'elle sentait une dernière fois les bras de Jack autour d'elle.

 

Les lèvres du pirate effleurèrent celles de la morte et il songea que Barbossa n'aurait aucun d'entre eux. Ainsi, Jack s'éteignit comme il avait vécu, serrant une femme dans ses bras et un sourire ironique aux lèvres. Natalia poussa un hurlement de rage et appuya plus fort encore sur son épée. Elle l'enfonça jusqu'à la garde dans le dos de Jack, sa main s'humidifiant du sang du pirate tandis que de l'autre côté, sa lame ressortait du corps d'Elizabeth et se fichait dans le bastingage.

« Je crois que vous les avez eus Duchesse. » Déclara Border, l'homme rude qu'elle avait déniché dans les sombres bas-fonds de Londres pour l'aider à mener sa vengeance.

 

Natalia se retourna vers lui et une nouvelle grimace haineuse déforma ses traits.

« Brûle tout. Fait les disparaître.

- Et l'autre ? » Demanda Border en désignant le Pearl, qui pour une fois fidèle à ses engagements, attendait à quelques encablures.

La Duchesse posa un regard froid sur la silhouette vieillissante du capitaine du Black Pearl et sourit en lisant sur son visage ridé l'attente impatiente qui était la sienne. L'espace d'un instant elle grimaça en se souvenant de la sensation du corps lourd et flasque de Barbossa sur elle et de ses tentatives minables pour se montrer un homme. Puis elle sourit méchamment au souvenir de la promesse d’Hector, elle entendait encore la voix râpeuse du pirate lui assurant qu'une fois la Fontaine de Jouvence entre les mains il saurait la faire hurler.

« Madame ? » S'impatienta Border sans la moindre trace de respect, ses relations avec la machiavélique Duchesse étant trop intimes pour qu'il en éprouve encore à son égard.

 

Natalia revint au présent et regarda la flotte qu'elle s'était constituée, dépensant une grande partie de sa fortune pour poursuivre ses ennemis.

« Coule-le. » Ce n'est qu'un pirate après tout. Finit-elle par dire d'un ton méprisant tout en s'apprêtant à repartir vers son navire.

Natalia se retourna une dernière fois vers les corps sans vie des deux pirates qu'elle avait passé presque une décennie à traquer et son cœur se remplit d'amertume tandis qu'elle réalisait que leur mort ne lui avait apporté aucun soulagement.

« Brûle-les. Réduis-les en cendres. » Ordonna-t-elle à nouveau, ressentant la vision de l'ultime étreinte de Jack et d'Elizabeth comme une nouvelle insulte.

 

Sur ces paroles, elle remonta sur son navire. Elle ne comprit pas pourquoi l'accomplissement de sa vengeance ne lui apportait pas le soulagement tellement attendu avant de réaliser à quel point elle était seule et que la victoire comme la vengeance étaient fades sans personne avec qui les partager. Amère, Natalia regarda flamber l'Empress avant de reporter son attention sur le Black Pearl et se réjouit en voyant Border égorger Barbossa d'une main assurée.

« Qu'ils meurent tous …. Murmura-t-elle. Et qu'ils soient maudits…. »

 

()()

 

L'obscurité.

 

Une nouvelle fois ce ne fut que le noir et le froid. La solitude aussi. Intolérable et douloureuse après tant d'années de bonheur.

 

La poitrine douloureuse, Elizabeth ouvrit les yeux et se découvrit sans surprise assise dans une chaloupe. Calmement, elle regarda le paysage autour d'elle, le brouillard s'épaississant peu à peu. Un instant, elle se réjouit de ne pas voir d'autres chaloupes autour de la sienne. Jack devait avoir survécu malgré son geste d'une incroyable stupidité…

 

Elizabeth frissonna en sentant des bras l'entourer et elle se retourna à regret, connaissant déjà l'identité de celui qui se trouvait avec elle.

« Je croyais qu'on appliquait le Code. Tu aurais pu t'en sortir, t'enfuir pendant qu'elle me tuait. Soupira-t-elle.

- Fais-moi confiance. Se borna à lui dire Jack en se levant dans la chaloupe qui se mit à tanguer dangereusement. Eh Calypso vieille sorcière ! »

 

Elizabeth le regarda avec surprise et un peu de frayeur tandis que la silhouette immense de Calypso se matérialisait devant eux.

« Jack Sparrow …. Et Elizabeth Turner. Siffla Calypso.

- Swann. » Marmonna Elizabeth qui avait repris son nom de jeune fille peu de temps après avoir donné naissance à sa fille.

Calypso l'ignora et se tourna vers Jack.

« Tu devais me la livrer dans deux ans.

- QUOI ? S'insurgea Elizabeth. Jack, tu…

- Fais-moi confiance… Murmura rapidement Jack à son adresse avant de se tourner vers la déesse. J'accepte ta proposition Calypso. »

 

Cette dernière se troubla et son visage se remplit de haine un bref instant.

« Tu ne peux pas me l'offrir et te proclamer capitaine. Le Hollandais Volant n'a qu'un seul capitaine. Souligna-t-elle.

- Oui, moi. Répondit Jack. Tu m'as laissé dix ans, dix ans pour décider. T'amener Elizabeth ou prendre sa place. Je prends sa place. Et conformément à notre accord je deviens Capitaine. Elizabeth remplace Bill.

- Tu es mort. Observa Calypso. Et elle aussi.

- Broutilles… Balaya Jack d'un geste tandis qu'Elizabeth se tournait vers lui, complètement perdue.

- TU N'AS PLUS DE CŒUR A M'OFFRIR ! Rugit Calypso.

- Elle non plus. Répondit Jack. Tu voulais deux âmes pour remplacer celles de Bill et de William. Nous sommes deux. C'est conforme à notre accord Calypso. Tu n'as pas précisé dans quel état devaient être les âmes ma belle… » Ironisa-t-il.

 

Calypso le fixa d'un air sombre, elle grimaça de rage et s'abaissa jusqu'à le frôler tandis que Jack ne cillait pas, sûr de lui.

« Tu devras les guider Jack. Si tu faillis à ta tâche, ne serais ce qu'une seule fois tu deviendras comme Davy Jones et elle aussi. Penses-y.

- Mais je serais immortel… Sourit le pirate. Et comme tu me l'avais promis j'ai le droit de prendre la place d'Elizabeth et de choisir l'âme qui sera damnée avec la mienne. Je choisis Lizzie. »

 

Elizabeth regarda Jack, le pirate lui prit la main et la serra étroitement.

« Si tu acceptes de partager ma malédiction trésor…

- Je, je ne suis pas sûre de comprendre. Répondit Elizabeth.

- Lorsque j'ai donné la Conque à Calypso, nous avons conclu un nouvel accord. Expliqua Jack. J'avais dix ans pour te forcer à respecter ta promesse envers elle ou pour prendre ta place. Si je choisissais de prendre ta place ma fonction de Capitaine m'autorisait à décider de l'âme qui m'accompagnerait. Je veux que ce soit toi Lizzie. Si tu acceptes de me suivre à nouveau… » Ajouta Jack, qui sembla douter pour la première fois depuis qu'ils se trouvaient devant Calypso.

 

Elizabeth le regarda avec incrédulité et secoua la tête.

« Je ne veux pas te perdre Jack. Pas plus maintenant qu'il y a huit ans. »

Jack se tourna vers Calypso et lui fit un large sourire.

« Nous sommes d'accord. »

La déesse se tourna vers Elizabeth et la dévisagea avec froideur.

« Es-tu prête à appartenir au Hollandais Volant Elizabeth Turner ? A naviguer sous le commandement de Sparrow pour l'éternité puisque son cœur ne peut plus être poignardé ? Et à assumer toi aussi les conséquences s'il faillit à sa mission ? »

Elizabeth sentit une vague de bonheur la submerger en comprenant qu'ainsi elle ne perdrait jamais Jack et sourit à Calypso.

« Oui. »

 

Calypso grimaça et se tourna vers Jack.

« Vous n'auriez pas dus être réunis Tu as triché avec moi ainsi qu'avec le destin Sparrow.

- Non. Je vous ai battus. » Rétorqua Jack en refermant son bras autour de la taille d'Elizabeth.

Calypso inclina la tête avec regrets et s'évapora aussi soudainement qu'elle était apparue.

 

Quelques secondes plus tard, Elizabeth cligna des yeux et se découvrit sans surprise sur le pont du Hollandais Volant, Jack à ses côtés.

«  Cette fois c'est moi le Capitaine ! Lui lança joyeusement Jack. L'immortel Capitaine Sparrow et sa non moins immortelle compagne qui se trouve aussi être le délicieux Roi des Pirates.

- Tu avais tout prévu … Murmura Elizabeth en se souvenant de la manière dont Jack avait insisté pour qu'ils aillent rendre visite à Constance des années plus tôt et de l'attention avec laquelle Jack avait écouté les paroles sibyllines de la devineresse mi femme mi chatte.

- Presque. Admit Jack avec un sourire désarmant. Je n'étais pas sûr du moment…

- Pourquoi ne m'as-tu rien dit ?

- J'avais envie de te surprendre chérie. » Plaisanta-t-il.

Elizabeth secoua la tête et réalisa que Jack avait vraiment respecté sa promesse envers elle, chaque nuit ses bras seraient là pour elle. Pour l'éternité.

« Une fois de plus tu sauves ma vie… Murmura-t-elle, émue.

- Comme tu sauves la mienne. Répondit Jack en souriant. Sans toi l'immortalité aurait été moins amusante et la mission peu attrayante. »

 

Elizabeth s'approcha de lui et lui caressa la joue avec douceur. Elle songea que même si Jack Sparrow ne l'avait jamais épousée, même s'il ne lui avait jamais dit qu'il l'aimait, contrairement à Will, il ne l'avait pas abandonnée. Il était resté près d'elle jusqu'à la mort et au-delà. Comme il l'avait promis. Elle leva un regard brillant de larmes vers lui et songea qu'il était le meilleur homme qu'elle ait jamais connu, celui qu'elle aimerait jusqu'à la fin des temps sans jamais le lui dire. C'était inutile. Ils n'avaient pas besoin de mots. Ils étaient pareils tous les deux….Elle et lui. Lui et elle. Eux.

 

Souriant avec satisfaction, Jack se pencha vers elle et l'embrassa sur les lèvres avec la même passion que huit ans plutôt lorsqu'elle avait accepté de le suivre.

« William saura où nous trouver …. Murmura-t-il. Dans dix ans nous les reverrons trésor.

- Je sais. J'ai confiance en toi. » Lui sourit Elizabeth certaine à présent qu'il avait tout prévu.

 

Le couple resta enlacé un long moment puis Jack prit la barre du Hollandais Volant. Il guida le navire vers le flot de chaloupes qui les attendait et sourit victorieusement en découvrant Barbossa dans l'une d'entre elles, attendant d'être guidé jusqu'au néant de la mort…. Tandis que le vieux pirate montait à bord, Jack et Elizabeth échangèrent un sourire complice en lisant la résignation dans le regard de celui qui avait tout fait pour les anéantir mais qui finalement les avait aidés à devenir immortels.

 

()()

 

Sur le quai de la petite ville dans laquelle Elizabeth les avait pressés de débarquer, au milieu de la foule bigarrée qui observait avec surprise la bataille maritime qui se déroulait à quelques miles d'eux, William et Arabella regardèrent les restes de l'Empress se consumer et la petite fille étouffa un sanglot.

 

Ses parents étaient morts.

 

Autour de ses épaules, elle sentit la pression du bras de son frère s'affermir et sanglota de plus belle tandis que William s'efforçait de refouler ses larmes. Le jeune homme déglutit et porta machinalement la main à sa poche pour y prendre un mouchoir afin d'essuyer les larmes de sa petite sœur ainsi que les siennes et rencontra avec surprise un objet dur contre sa main. Il le sortit et ses yeux s'arrondirent de stupéfaction en découvrant le compas dont Jack ne se séparait jamais. Autour du boîtier sombre, un mot était fixé et William fronça les sourcils en le dépliant.

« L'âme des pirates jamais ne mourra… » Lut il à voix basse avec étonnement.

 

Le jeune homme réfléchit quelques instants au sens de ces mots qui reprenaient le chant des pirates qu'il connaissait parfaitement depuis l'enfance. Sûr qu'il devait y avoir un sens caché dans ces paroles, Will plongea dans ses réflexions tandis que la populace assemblée poussait des exclamations de surprise en voyant les restes de l'Empress couler à pic pendant que les canons de la flottille inconnue dirigeaient leurs tirs vers le navire aux voiles noires qui les avait aidés à couler le premier bateau. Arabella poussa un gémissement étranglé, le regard rivé aux débris de l'Empress tandis que son frère resserrait son étreinte autour d'elle et relevait le visage vers l'endroit où s'était tenu l'Empress.

 

Les sourcils froncés, William regarda l'horizon et surprit deux brefs éclairs de la couleur de l'or… Deux lueurs furtives que les autres spectateurs du naufrage prirent pour des explosions mais dont il reconnut la véritable nature. En effet, si beaucoup de marins connaissaient l'existence des éclairs verts, signes qu'une âme revenait de l'autre monde, il fallait avoir été capitaine du vaisseau des morts pour savoir que l'éclair or signifiait qu'une âme devenait à jamais immortelle. Une lueur qui était donc si rare qu'elle était tombée dans l'oubli. Sauf pour quiconque ayant été Capitaine sur le Hollandais Volant et ayant bénéficié des enseignements de Calypso. Serrant le mot de Jack entre ses doigts, William sourit pour lui-même. Il avait compris. Deux éclairs, deux capitaines, deux âmes unies plus étroitement qu'aucun mariage n'aurait jamais pu le faire. Ainsi, grâce à eux, l'âme des pirates jamais ne mourrait. Le jeune homme s'accorda un bref sourire en se demandant si le plan de Jack tenait plus de la chance ou du génie puis baissa les yeux vers sa sœur qui pleurait toujours.

« Tu les reverras Bella. » Lui assura t il d'une voix enrouée par l'émotion.

La petite fille tourna ses prunelles noires éclaircies par les larmes vers son frère.

« Tu crois ? » Demanda-t-elle d'une voix chevrotante.

 

William plissa les yeux, ses souvenirs le ramenèrent des années plus tôt, lorsqu'il était encore à bord du Hollandais Volant et que Jack Sparrow était arrivé, rempli d'insolence. Un lent sourire s'étira sur ses lèvres alors qu'il se remémorait les termes du marché que le pirate avait passé avec la déesse perverse qui n'était alors pour lui que « la méchante femme » et qu'il comprenait enfin. L'accord. La prédiction de Constance dont il se souvenait à présent. Leur débarquement. Le mot de Jack. Les deux éclairs or. Tout concordait.

« J'en suis certain. » Répondit-il en levant son chapeau avec lenteur en guise d'hommage au pirate qui lui avait tout appris et qui avait réussi le tour de force de vaincre la mort.

 

Arabella leva vers son frère un regard empli de ferveur.

« Alors je te crois Willy. J'ai confiance en toi. Répondit la petite fille avant de fondre en larmes à nouveau. Pourquoi je ne peux pas aller avec maman et papa maintenant ? » Demanda-t-elle.

William grimaça et se baissa pour serrer sa sœur contre lui.

« Parce que sinon je serais tout seul moi. Souffla-t-il. Et que j'ai besoin de ma petite Bella pour veiller sur moi. Maman et papa le savent bien. »

 

A quelques mètres des deux enfants, un couple de badauds parmi tant d'autres observait le naufrage, l'homme finit par baisser les yeux vers la petite fille qui pleurait si fort. Les yeux bleus du curieux s'agrandirent alors de surprise tandis qu'il reconnaissait la courbe de la joue de la petite fille dont le visage était à demi dissimulé par ses longs cheveux noirs et bouclés. L'homme sentit son cœur s'arrêter un bref instant et se pencha pour dévisager le garçon qui serrait la petite fille dans ses bras et la consolait du mieux qu'il pouvait.

 

Avec une bouffée d'émotion, Joshua reconnut le petit garçon crotté qui était entré dans sa maison huit ans plus tôt et se pencha vers la petite fille, avide de voir son visage. A cet instant sa compagne lui agrippa le bras et suivit la direction de son regard.

«  Quelque chose ne va pas Joshua ? Pourquoi regardes-tu cette petite fille ainsi ? » Lui demanda-t-elle.

 

Joshua ne répondit pas. Il suivit des yeux les boucles noires de la petite tandis que son cœur faisait un bond dans sa poitrine lorsque le jeune homme la relâcha et qu'elle détourna le visage de l'horizon qui lui avait pris ses parents. En voyant ses traits bouleversés, Joshua sut immédiatement qu'il ne s'était pas trompé. La petite fille avait le même regard, le même visage que celui de sa mère. Elizabeth. Liv'.

« Joshua ? Répéta sa compagne en s'alarmant cette fois.

- Ce n'est rien Olivia…. Juste un fantôme du passé. » Soupira Joshua en se retournant vers sa femme dont le ventre rebondi trahissait la grossesse tandis qu'il entendait la petite fille dire qu'elle ne voulait pas que ses parents soient morts.

 

Joshua frissonna et se mordit les lèvres, il fixa l'horizon d'un air désespéré en comprenant que c'était Elizabeth qui était morte là-bas. Puis il baissa le regard sur la petite fille, il tenta de fixer ses traits dans sa mémoire et hésita sur la conduite à tenir envers les deux orphelins dont l'aîné n'avait pas plus de dix-sept ans.

« Tu connais ces enfants ? » Lui demanda sa femme en tremblant un peu, craignant sa réponse.

Joshua se retourna vers elle et rencontra son regard troublé, angoissé… Le même que celui d'Elizabeth lorsqu'elle pensait qu'il ne la voyait pas. Sauf que l'angoisse de sa compagne n'était pas due à un autre homme cette fois. Joshua s'approcha d'elle et posa la main sur son ventre, se forçant à ignorer les deux enfants.

« Non. Répondit-il en l'embrassant sur le front. Ne t'en fais pas Olivia.

- Je t'ai déjà dit de m'appeler Liv’. Répondit sa femme d'un ton exaspéré. Tout le monde m'appelle ainsi.

- Je ne suis pas tout le monde. » Répondit Joshua en l'entraînant, luttant contre l'envie de se retourner pour regarder une dernière fois la petite fille qui aurait pu être la sienne.

 

Lorsqu'il le fit, les enfants avaient disparus.

 

En effet, voyant le navire de Natalia se diriger vers le port, suivi par sa flotte, William s'était empressé de prendre la main d'Arabella pour l'entraîner loin de du danger que la Duchesse représentait. Arabella trottinait le plus vite qu'elle pouvait derrière son frère, ses joues enfantines trempées de larmes et William finit par s'arrêter, le cœur battant. Lentement il mit un genou à terre devant sa sœur et la serra contre lui.

« Ne pleure pas Bella. Maman et papa n'ont pas eu le choix. Moi je l'ai et je ne te laisserais pas. Jamais. Je serais toujours là pour toi, tant que tu en auras besoin. » Promit-il avec ferveur à la petite fille qui noua ses bras autour de son cou.

 

Attendri, refoulant sa propre peine, William souleva Arabella dans ses bras et la serra le plus fort qu'il put dans ses bras. Alors qu'il retenait ses larmes et l'emmenait en sécurité, William se promit à nouveau de ne jamais abandonner Arabella et de faire en sorte qu'elle revoit leurs parents.

 

()()

 

Il tint sa promesse.

 

Dix ans plus tard, à l’aide du compas de Jack, il mena une Arabella devenue un belle jeune fille jusqu’au lieu où Jack et Elizabeth débarquèrent pour leur unique journée à terre et respecta ainsi la promesse qu’il s’était faite dix ans plus tôt dans une ruelle anglaise. En effet, ce qu’il désirait le plus au monde était de respecter l’engagement qu’il s’était fixé car, comme son père, William Turner avait le sens du devoir.

FIN

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    emy (samedi, 15 juin 2013 00:48)

    super histoire !!!! j'ai adoré
    même si j'aurai préféré qu'ils vivent ^^ mais sa se fini super bien quand même =)

    qu'est devenu Bill?

  • #2

    JessSwann (lundi, 17 juin 2013 21:11)

    Merci beaucoup Miss ! Quand à Bill euhhh je suppose qu"il est resté à bord

  • #3

    Capitaine Jack Sparrow (mercredi, 10 septembre 2014 00:38)

    Et beihn ça c'est du fic vraiment génial!! Et j'adore la phrase "L'âme des pirates jamais ne mourra..." je la trouve trop belle et la chanson je la chantonne tout le temps. ^^ <3

  • #4

    Jess Swann (mercredi, 10 septembre 2014 12:11)

    Merci :)