Chapitre 5 La première partie de la Conque

Dans la tiédeur de sa cabine qu'elle avait rejointe après sa dispute avec Jack, Elizabeth prit sa tête entre ses mains, encore rouge de colère en raison des insinuations du pirate. Comment osait-il lui parler comme il l'avait fait ? Pire, comment pouvait il avoir raison sur elle ? Folle de rage, Elizabeth songea aux dix années qu'elle avait passées à attendre Will, aux longues nuits à se tourner et à se retourner dans son lit vide et froid où son imagination la harcelait en lui représentant des scènes de plaisir tandis qu'elle se levait brusquement, haletante à l'idée de sentir enfin d'autres mains que les siennes sur son corps.

 

Elle avait souvent rêvé de Will, se représentant son retour et les mois, voir les années qui suivraient ce dernier. C'était cet espoir d'un bonheur tant attendu et la présence de son fils à ses côtés qui lui avait permis de respecter sa promesse. Dix ans en mer pour Will mais dix ans à terre pour elle, dix ans d'abstinence et de désirs refoulés. Dix années durant lesquelles elle s'était efforcée de rester loin de la mer et des pirates, redoutant au fond d'elle-même de ressentir à nouveau le désir brutal qu'elle avait éprouvé pour Jack Sparrow à deux reprises déjà. Parce qu'elle n'avait pas le droit de se mettre en position d'oublier la promesse tacite qu'elle avait faite à son époux. Trop de choses en dépendaient. La vie de Will, sa liberté et leur avenir.

 

Lorsqu'au soir du retour de son époux elle avait vu l'éclair vert jaillir à l'horizon, elle avait oublié toute la peine des années écoulées, les larmes qu'elle avait versées en voyant son Empress disparaître dix ans plus tôt, les nuits solitaires et les moments où elle détestait sa vie de femme rangée. Elle ne regrettait pas d'être restée à terre car ça aurait été comme regretter l'existence de son fils mais elle avait vu chaque jour passer avec impatience, rêvant de retrouver Will et de reprendre leur existence d'aventures et de pirates, de vivre à nouveau au lieu d'attendre. Lorsque Will lui avait fait part de sa décision de repartir, ça avait été comme un coup de poignard pour elle. Parce qu'elle avait cru en eux, cru que l'amour qu'elle lui portait surmonterait toutes les épreuves : la mort, l'éloignement, le manque et les désirs enfouis au plus profond d'elle-même. Quand Will était parti pour la seconde fois elle avait perdu l'espoir et une part des illusions amoureuses qu'elle avait toujours entretenues au fond d'elle.

 

Puis Calypso était venue. Calypso lui avait pris son fils comme elle avait arraché son époux à ses bras. Et Elizabeth ne pouvait pas vivre avec ça, parce qu'elle s'en savait responsable. Si elle avait mieux expliqué les choses à William, ce ne serait pas arrivé. Pourtant elle devait s'avouer que Jack avait raison : malgré tout, une part d'elle même était heureuse d'avoir un prétexte pour reprendre la mer, de partir à l'aventure comme elle avait toujours rêvé de le faire. Mais le pire, c'était qu'il avait raison sur sa vie gâchée. Elle avait sacrifié dix ans de son existence à un homme qui l'avait repoussée sans ménagements, lui accordant juste une caresse en guise de rétribution. Elizabeth grinça des dents à ce souvenir et songea à sa stupide naïveté alors qu'elle fondait dans les bras d'un homme qui avait pris la décision de la quitter avant même de la revoir. Will ne leur avait pas laissé de chances d'être heureux, il n'avait pas laissé de chances à son fils de connaître son père tout ça à cause de son stupide sens du devoir et des responsabilités. Pour les autres, parce qu'apparemment il n'avait pas considéré avoir des responsabilités envers son fils ou elle-même. Mais après tout qu'étaient ils au regard des âmes qui attendaient leur précieux guide ?

 

Jack disait vrai, elle avait perdu son temps et sa vie. Mais il avait tort en prétendant qu'elle souhaitait être martyre ou qu'elle le voulait lui (enfin pour être honnête il y avait effectivement des moments où son bas ventre se tendait douloureusement en présence du pirate voir de n'importe quel homme bien fait de sa personne, ce qui dieu merci était rare sur son petit navire). La seule chose qu'elle voulait et qu'elle devait vouloir, c'était libérer son fils. Une fois que ce serait fait, et si ce que l'étrange Constance avait affirmé sur le pouvoir de la Conque était exact elle pourrait commencer à vivre. Bien entendu, il faudrait un temps à William pour se remettre de son séjour sur le Hollandais Volant, auquel elle ne pouvait penser sans trembler, mais une fois qu'elle aurait pansé les blessures de son enfant elle reprendrait la mer avec lui. Peut être même tenterait elle de remettre la main sur l'Empress et montrerait enfin à William que les histoires dont elle avait bercé son enfance étaient vraies. Du moins si Constance avait raison car dans le cas contraire elle prendrait la place de William sur le Hollandais Volant. Tel était son accord avec Calypso : la Conque et sa vie contre celle de William et elle doutait de trouver un homme suffisamment aimant pour lui sacrifier dix ans de son existence. Avec un soupir triste, Elizabeth songea à la perspective de devenir la capitaine du Hollandais, enchaînée à son tour au navire et à sa lourde charge. Mais si elle devait le faire pour épargner ce même destin à William elle n'hésiterait pas.

 

Sa résolution prise, Elizabeth se laissa retomber sur son hamac et refoula très loin d'elle la pensée de Jack, se refusant à se laisser aller à imaginer ce que pourrait être une nuit dans les bras du pirate. Elle n'avait pas de temps pour ça, elle n'avait pas le droit de chercher un plaisir futile et sans nul doute rapide dans les bras de Jack parce que son corps avait soif de caresses. De plus si elle se donnait à lui, elle n'aurait plus aucune récompense à lui faire miroiter. Et plus important encore, elle n'avait pas de place dans sa vie pour un homme menteur, voleur et tricheur parce que, si Will avait été capable de la trahir, de quoi serait capable Jack ? Aussi Elizabeth ferma-t-elle les yeux en se promettant d'ignorer Jack et son propre désir. Parce que son seul but était de sauver William.

 

La résolution d'Elizabeth d'ignorer Jack se révéla à la fois facile et difficile à respecter. Facile parce qu'à la suite de leur discussion, le pirate instaura une distance entre eux, il ne lui parlait que lorsque c'était absolument nécessaire et l'ignorait le plus souvent. Difficile en raison justement de cette indifférence qu'il affichait et qui pesait douloureusement à la jeune femme. En effet, elle devait bien avouer que leurs joutes verbales lui manquaient tout comme les tentatives de séduction du pirate qui la ramenaient à l'époque où elle était encore Miss Swann, la fille unique du gouverneur de Port Royal, pirate à ses heures, et où les hommes la trouvaient suffisamment jolie pour s'intéresser à elle.

 

Avec un soupir résigné, Elizabeth Turner lissa consciencieusement ses cheveux éclaircis par le soleil et le sel marin et s'avança sur le pont. Elle évita de laisser son regard s'attarder sur les silhouettes rapprochées de Jack et d'Anamaria et grinça des dents au souvenir des nuits agitées qui s'étaient succédées depuis quelques jours. Elizabeth s'efforçait de se rendre discrètement à son poste lorsque la voix de Jack la prit par surprise.

« Bonjour Lizzie. Lui dit-il d'un air moqueur.

- Jack.

- Vous avez les traits tirés mon ange. Auriez-vous des problèmes de sommeil ? » La provoqua t'il.

Elizabeth grinça des dents et rougit brièvement avant de se reprendre.

« Quelle sorte de mère dormirait paisiblement en sachant son fils prisonnier ? Rétorqua-t-elle

- Sûrement pas une femme aussi admirable, chaste et exemplaire que vous trésor. Répondit cyniquement Jack.

- Est-ce tout Jack ? Demanda Elizabeth trop furieuse pour s'apercevoir du sourire appréciateur du pirate en voyant ses cheveux coiffés.

- Un petit détail…Sourit le pirate en agitant le compas. Si mes calculs sont exacts nous sommes précisément au-dessus de l'endroit où La Fleur de la Mort a fini sa carrière. » Déclara-t-il en lui désignant l'île dont-ils s'étaient rapprochés.

 

Un grand sourire s'épanouit sur le visage d'Elizabeth et sans réfléchir elle s'avança vers Jack pour l'étreindre. Le pirate se recula rapidement et leva les bras en guise de protection.

« Inutile Capitaine Swann. Vous m'avez fait suffisamment bien comprendre que vous ne goûtiez pas ce genre de familiarité. »

Elizabeth resta un instant immobile, trop estomaquée par sa rebuffade pour réagir avant de reprendre la parole d'une voix blanche.

« Comment allons-nous pénétrer sur l'épave ?

- J'aimerais déjà m'assurer de sa localisation précise. Répondit Jack. Alors si vous pouviez … » Suggéra-t-il en lui tendant son compas.

 

Elizabeth se saisit du compas et frôla les doigts de Jack au passage elle prit une profonde inspiration et se persuada que ce qu'elle voulait le plus au monde c'était trouver la Fleur de la Mort. Jack s'écarta légèrement d'elle et elle ouvrit le compas, consciente du regard sombre du pirate posé sur elle. L'espace d'un instant, l'aiguille oscilla avant d'indiquer la direction du pirate puis hésita à nouveau, elle tourna sur elle-même avant d'indiquer à nouveau Jack et recommença à tourner sur elle-même.

« Ce n'est pas très clair. » Déclara Elizabeth, mortifiée.

Jack la regarda avec amusement et s'approcha d'elle.

« Montrez voir. »

Elizabeth se figea alors que l'aiguille semblait suivre le pirate et referma brutalement le compas, les mains tremblantes de le sentir si proche qu'elle pouvait sentir son souffle sur elle.

« Il ne fonctionne pas. Je me demande même s'il a déjà marché. » Déclara-t-elle le cœur battant en s'efforçant de maîtriser le trouble qui s'était emparé d'elle.

 

Jack sourit légèrement et passa derrière elle, il l'entoura de ses bras avant de refermer ses mains sur les siennes.

« Bien sûr qu'il marche, essayez encore Lizzie. » Souffla-t-il à son oreille d'une voix caressante.

Elizabeth déglutit brutalement et se raidit en sentant son corps frôler le sien. Il lui sembla que son cœur bondissait dans sa poitrine et elle oscilla pour chercher à se dégager.

« Je vous dis que ça ne fonctionne pas ! S'énerva t'elle en lui rendant le compas. Et de toute manière vous avez bien prétendu savoir où était cette épave non ? »

Jack la dévisagea avec attention et Elizabeth, confuse, se sentit rougir comme une jeune fille sous ses prunelles sombres.

« Ma subtile connaissance de la féminité me dit que vous avez peur Lizzie. Se pourrait-il que vous soyez moins insensible au désir que vous vous plaisez à l'affirmer ? Se moqua Jack. Vous savez, mon invitation tient toujours …

- Et ma réponse est toujours la même. » Répondit Elizabeth avec froideur avant de s'éloigner pour se pencher au bastingage et sonder du regard les fonds marins.

 

Jack la regarda s'éloigner avec une petite moue déçue et rangeait son compas lorsqu' Elizabeth poussa un cri de victoire.

« Là ! Elle est ici ! S’écria-t-elle en désignant un point sous la surface de l'eau

- Vous êtes sûre ? Lui demanda Jack en se penchant à son tour.

- Oui regardez. » S'exclama Elizabeth, l'excitation vibrant dans sa voix.

Du coin de l'œil, Jack observa la réaction d'Anamaria et grimaça légèrement en voyant son expression satisfaite. Sans laisser le temps à Elizabeth de prendre la parole, il s'assit sur le sol et entreprit d'ôter ses bottes.

« L'épave n'a pas coulé très profondément et nous sommes à marée basse. On devrait pouvoir y arriver. »

Elizabeth le regarda avec ébahissement.

« Vous voulez plonger !

- Quel sens de la déduction. La railla Jack. Vous venez avec moi, après tout c'est vous qui recherchez cette Conque de malheur, Anamaria tu surveilles le navire, je te fais confiance. » Lança Jack à la pirate.

Elizabeth regarda Jack avec un peu de méfiance. Le pirate se remit sur ses pieds et s'approcha d'elle avec lenteur.

« Faites-moi confiance. Souffla-t-il à voix basse. Je suis de votre côté. »

 

Avant qu'Elizabeth n'ait eu le temps de réfléchir à cette curieuse déclaration, Jack la poussa en avant.

« Allons ôtez vos bottes et suivez-moi Elizabeth. A moins que vous ne préféreriez laisser la Conque où elle est ?

- Vous êtes fou… Répondit Elizabeth qui s'assit toutefois pour retirer ses bottes.

- Oui ça aussi. Répondit Jack avec un sourire carnassier avant de se tourner vers l'équipage. Le Capitaine Swann et moi-même nous allons plonger. Si vous voyez l'un d'entre nous en difficultés lancez-lui un bout. Ordonna-t-il avant de se retourner vers Elizabeth. Ne tentez pas de résister, si vous vous sentez en danger, remontez. »

Elizabeth le regarda avec défi et se débarrassa de son lourd gilet.

« Ne vous en faites pas pour moi Jack, j’ai l'habitude de nager dans les bas-fonds. Ironisa-t-elle.

- Oh ça aussi vous l'avez pratiqué trois heures par jour ? Se moqua Jack. Ça du vraiment être difficile… » Commença-t-il avant de s'interrompre.

Devant lui, Elizabeth venait de plonger.

« Maudite femme ! » Grinça-t-il avant de plonger à son tour.

 

Jack la rejoignit rapidement et Elizabeth, aveuglée par l'eau sombre, sentit le bras du pirate se refermer autour d'elle. A sa grande surprise, au lieu de l'entraîner vers l'épave, Jack la força à remonter et leurs têtes crevèrent la surface.

« Mais que faites-vous ?

- Je voulais juste m'assurer que vous n'étiez pas en train de vous noyer. Répondit Jack avec un sourire. Suivez-moi. Reprit-il plus sérieusement avant de l'entraîner vers l'endroit où devait être le milieu de l'épave. Nous allons nous servir du mat pour descendre. Allez-y lentement et prenez une grande respiration. »

 

Elizabeth hocha la tête et prit sa respiration avant de refermer ses mains sur le mât et de descendre lentement. Derrière elle, elle pouvait sentir la présence rassurante de Jack, elle posa le pied sur le pont et réalisa avec déception que l'air commençait à lui manquer. Jack lui fit un signe de la tête et se déplaça rapidement sur le navire, apparemment peu gêné par le manque d'oxygène alors que ses poumons à elle commençaient déjà à la brûler. Elizabeth tenta de le suivre, pendant qu'il s'engouffrait dans le navire comme s'il savait déjà où chercher. Refusant de se laisser distancer, Elizabeth le suivit et le découvrit agenouillé devant un coffre qu'il tentait de déplacer. Sans attendre elle avança vers lui avant de réaliser avec consternation qu'elle avait épuisé ses réserves.

 

Jack lui lança un rapide regard et relâcha le coffre. Il la saisit par la taille avant donner une violente poussée sur ses jambes et les propulsa tous deux vers la surface à travers le bois vermoulu du navire.

 

Elizabeth inspira avec soulagement lorsque sa tête creva la surface et mit un temps avant de reprendre sa respiration. A ses côtés, Jack haleta brutalement avant de lui sourire.

« C'était juste hein ? »

Cette fois Elizabeth ne le contredit pas et elle sentit la main de Jack étreindre la sienne sous l'eau alors qu'il se rapprochait.

« Laura devait savoir ce qu'était la Conque. Si je ne me trompe pas, elle l'a mis dans le coffre. Le remonter est impossible. Il est trop lourd. Nous allons devoir le fouiller sur place. Vous vous en sentez capable ?

- Ça ira. » Haleta Elizabeth.

La main de Jack se resserra sur la sienne et elle sentit son pouce lui caresser doucement le poignet.

« Ne cherchez pas à aller trop vite ni au-delà de vos forces Lizzie. Si vous vous sentez mal, remontez. Ne m'attendez pas.

- Mais…

- Faites-moi confiance. La coupa Jack tandis que sa poitrine reprenait son rythme normal. Nous allons devoir travailler ensemble. Vous maintiendrez le coffre pendant que je le fouillerais.

- Pourquoi vous ?

- Parce que je suis meilleur que vous dans ce domaine, sans vouloir vous offenser. Ajouta-t-il avec un sourire.

- Mais si des hommes plongeaient avec nous. Nous pourrions remonter le coffre et le fouiller tout à loisir. » Objecta-t-elle.

 

Le regard de Jack s'obscurcit tandis qu'il lançait un coup d'œil vers le pont de leur navire.

«  Non. Vous et moi Elizabeth. A moins bien sûr que vous ne vous en sentiez pas capable ? » Insinua-t-il.

Elizabeth lui lança un regard noir et inspira brutalement.

« Je suis prête. Lâcha-t-elle.

- Bien trésor, dans ce cas ne perdons pas de temps. » Répondit Jack en inspirant à son tour.

 

L'instant d'après la lente descente recommençait, Elizabeth s'efforça cette fois de nager plus vite, à peine consciente de la main de Jack qui n'avait pas lâché la sienne.

Ils parvinrent rapidement jusqu'au coffre et utilisèrent la brèche que Jack avait faite en les remontant tout deux quelques instants plus tôt. Sans attendre, Jack indiqua à Elizabeth de tenir le coffre tandis qu'un tas de vase s'en échappait. Le pirate fouilla frénétiquement l'objet. Le visage congestionné, Elizabeth le regarda avec angoisse et il secoua la tête puis lui fit signe de remonter. Avec regret mais ses poumons la brûlant, Elizabeth donna un violent coup de talon et remonta à la surface où elle peina à reprendre sa respiration.

 

Au bout de quelques minutes, l'air circula à nouveau librement dans ses poumons et Elizabeth se retourna avec inquiétude vers l'épave. Jack n'était toujours pas remonté. Avec angoisse, elle se tourna vers le navire pour demander de l'aide et se mit à gesticuler.

« JACK ! Il est en bas venez nous aider ! » Hurla-t-elle, morte d'inquiétude.

Sur le navire personne ne bougea et Elizabeth réalisa avec horreur qu'ils étaient trop loin pour l'entendre. Elle prit une brusque inspiration et se préparait à descendre à nouveau lorsque Jack creva à son tour la surface, le souffle court.

 

Des larmes de soulagement se formèrent dans les yeux d'Elizabeth en le voyant, elle nagea jusqu'à lui et referma ses bras autour de sa taille pour le maintenir à la surface. Blême, Jack inspira goulûment et le cœur d'Elizabeth se serra de remords en sentant sous ses doigts la respiration désordonnée du pirate.

« Jack vous allez bien ? » S'inquiéta-t-elle.

Elle glissa son corps sous le sien pour lui maintenir le visage hors de l'eau et lutta pour ne pas couler sous son poids. Il secoua la tête et reprit une nouvelle goulée d'air avant de répondre d'une voix hachée.

« Connu pire.

- Oh Jack c'était de la folie. Murmura-t-elle, bourrelée de remords. J'aurais du savoir que c'était impossible.

- Impossible ? » S'exclama Jack avant de tousser.

 

Elizabeth le regarda à nouveau avec inquiétude et resserra instinctivement ses bras autour de lui tandis qu'il reprenait sa respiration.

« Jack on va trouver un autre moyen. Je ne tiens pas à avoir votre mort sur la conscience. Encore. Ajouta-t-elle tout bas

- Inutile. Répondit Jack d'un ton fier de lui. Je l’ai. »

Cette fois, il eut la satisfaction de voir le regard d'Elizabeth s'illuminer tandis qu'elle secouait la tête avec incrédulité.

« Oh Jack… Murmura-t-elle.

- Rentrons, aussi agréable que ce soit d'être dans vos bras, j'ai un peu froid et je crois qu'on nous attend. » Ajouta Jack en regardant d'un air sombre le navire.

Elizabeth se retourna sans comprendre tandis Jack commençait à nager vers le navire. Grelottante, Elizabeth le suivit et tous deux furent rapidement au sec sur le pont.

 

A peine eurent ils posé le pied sur ce dernier qu'Anamaria se précipitait vers eux. Avec un lent sourire, la femme toisa Jack.

« Vous avez la Conque ? »

Jack sourit brièvement, l'air vaguement résigné tandis qu'Elizabeth, folle de joie à l'idée d'avoir la première pièce qui lui permettrait de sauver son fils, répondait avec enthousiasme.

« Oui ! Jack, il l'a trouvée. » Répondit-elle encore un peu étourdie par les derniers événements.

Anamaria se détendit brusquement à ces mots et porta lentement la main à sa ceinture, imitée par l'équipage.

« Parfait. Jack. La Conque. Exigea-t-elle en tendant la main.

- Mais que faites-vous … Balbutia Elizabeth qui chercha instinctivement son épée avant de réaliser que quatre hommes se tenaient entre elle et son arme.

- Nous y voilà … » Murmura Jack entre ses dents.

 

L'ignorant totalement, Anamaria, le regard brûlant de haine, se tourna vers Elizabeth.

« Un problème Votre Majesté ? » Ironisa-t-elle.

Elizabeth se raidit et avança d'un pas en sa direction. Sa poitrine buta contre le canon du pistolet d'Anamaria.

«  Que faites-vous ! Je, il faut sauver mon fils. » S'exclama-t-elle d'un ton où perçait son angoisse.

Cette fois Anamaria éclata de rire avant d'appuyer son arme contre Elizabeth.

« Il ne faut rien du tout. Je n'ai pas fait allégeance à une petite aristocrate qui joue au pirate et qui n'a qu'à faire des mines et des sourires pour devenir Roi. Maintenant écarte toi ou je te tue. »

 

Elizabeth sonnée, resta immobile et Anamaria fit un bref signe de tête en direction de ses hommes qui la saisirent par les bras et l'immobilisèrent.

« Si tu savais ce que je rêve de te voir mourir sale garce. Gronda Anamaria à son encontre. Mais je préfère te laisser en vie pour que tu me voies commander les océans pendant que ton cher William restera capitaine pour l'éternité. Pauvre enfant… » Se moqua Anamaria.

Éperdue de détresse, Elizabeth lança un regard en direction de Jack et Anamaria sourit.

«  Il ne peut rien pour toi ni pour ton rejeton. Tu n'imagines pas à quel point j'ai attendu ce moment.

- Je crois qu'elle en a une petite idée maintenant. Intervint Jack pour attirer l'attention d'Anamaria sur lui.

- Quand à toi espèce de misérable voleur de navire, de pervers et de sale menteur, j'ai toujours su que ce moment viendrait…

- Oh alors finalement tu ne m'as pas pardonné le petit incident. Constata platement Jack.

- Que tu m'aies laissée aux mains de la Compagnie dans cette maudite prison turque après que je sois venue te chercher avec ton stupide Pearl ? Sûrement pas ! S'exclama Anamaria.

- Je n'ai fait qu'appliquer le Code ma belle, et puis tu t'en sortie, non ? »

 

Anamaria grinça brièvement des dents puis tendit la main et le fixa d'un regard froid.

« Tu n'imagines pas ce que j'ai du faire pour m'en sortir.

- Si tu permets je crois avoir une petite idée. » Ironisa Jack en laissant son regard errer sur le corps de son ancienne maîtresse.

La main d'Anamaria se crispa sur son arme tandis que Jack se tournait vers les hommes.

« C'est cela qu'elle vous a promis pour la servir ? Son corps ? Je peux vous dire qu'il y a tromperie sur la marchandise dans ce cas. »

La gifle qu'Anamaria lui asséna claqua brutalement pendant qu'Elizabeth essayait vainement de se libérer de l'étreinte de ses geôliers.

« Imbécile. Siffla Anamaria à Jack. Ils ont toujours été à moi. Dès qu’à Tortuga j'ai reconnu la catin que tu as mise à notre tête j'ai su que je pourrais bientôt me venger de toi. Mais la réalité dépasse mes espérances. Ricana-t-elle. Maintenant la Conque. »

 

Jack soupira puis porta la main à son pantalon et en exhuma un morceau de conque qui paraissait sculpté dans la nacre. Anamaria tendit avidement la main vers lui tandis qu'Elizabeth se débattait furieusement.

« JACK ! Non !!

- C'est ça ou vous mourrez maintenant chérie. Répondit Anamaria avant de se tourner vers Jack. Quand à toi, tu n'imagines pas à quel point je suis soulagée de savoir que je n'ai plus à sentir tes sales pattes sur moi. Je n'avais qu'une seule peur. Continua-t-elle tandis que Jack prenait l'air offusqué. C'était que tu choisisses de t'emparer de ce morceau en dernier attendu que tu es le seul que je connaisse à être capable de plonger aussi profond et aussi longtemps.

- Trop aimable. Marmonna Jack. Lizzie aussi s'est bien débrouillée… Ajouta-t-il d'un ton provoquant.

- Et bien vous aurez tout le temps de comparer vos mérites respectifs pendant que je trouverais les deux autres morceaux de la Conque dont tu m'as si obligeamment donné les coordonnées Jack. » Cracha Anamaria en s'emparant du morceau de nacre.

La pirate fit un nouveau signe de tête en direction des hommes qui maintenaient Elizabeth et ces derniers la poussèrent jusqu'au bastingage.

« Bon voyage Seigneur Swann… Se moqua-t-elle. La devineresse du quartier français avait raison. Tu es maudite. » Ajouta-t-elle avant de faire signe à ses hommes.

 

Avec un hurlement de rage et d'impuissance, Elizabeth bascula par-dessus bord et son corps encore engourdi rencontra de plein fouet la surface de l'eau qu'elle venait à peine de quitter.

« Quand à toi…. Gronda Anamaria en direction de Jack qui l'interrompit.

- Pas la peine. » La coupa Jack avant de plonger résolument dans l’océan.

Sans un regard pour ceux qu'elle venait d'abandonner, Anamaria se tourna vers ses hommes.

« Bougez-vous ! On met les voiles, direction l'Écosse c'est là qu'est le second morceau… »

 

Ce qui avait été le navire d'Elizabeth s'éloigna alors rapidement, laissant Jack et sa compagne d'infortune tenter de rejoindre à la nage les rives de l'île inconnue au large de laquelle La Fleur de la Mort avait coulé.

Chapitre 4                                                                                               Chapitre 6

Écrire commentaire

Commentaires : 0