Chapitre 3 Changement de cap

Après sa conversation avec Anamaria, Elizabeth, furieuse et troublée rentra sur le navire. Elle ne savait pas si elle était plus en colère parce que Jack avait révélé son secret à Anamaria ou parce qu'il n'était pas là alors qu'elle s'était bêtement figurée le trouver à la taverne. Le visage fermé elle s'engagea sur le pont et salua à peine les hommes de quart qui lui jetèrent un regard intéressé. Elizabeth se crispa à nouveau en découvrant ces inconnus sur son navire, le bateau qu'elle avait réussi à se procurer seule avant de s'exhorter au calme. Le bateau, l'équipage, tout ça n'avait pas d’importance. Seul comptait William et sa chance de le libérer. Avec un soupir, Elizabeth se retira dans l'ombre et guetta l'arrivée de Jack pour qu'enfin ils puissent prendre le large.

 

Avec une grimace, Elizabeth vit Anamaria rejoindre à son tour le navire et la métisse la salua d'un soulèvement de chapeau moqueur avant de s'empresser de rejoindre le reste de l'équipage non sans se retourner vers Elizabeth.

« Le Capitaine Sparrow arrive Miss Swann.

- Capitaine. » Grinça Elizabeth qui se tourna malgré elle vers la direction indiquée.

 

Du coin de l'œil elle vit Jack, bras dessus bras dessous avec une rouquine flamboyante qui devait être la fameuse Gina dont les filles de la taverne avaient parlé. Se rejetant dans l'ombre par réflexe, Elizabeth observa le couple et pesta contre Jack qui leur faisait prendre du retard. La fille était jeune, sans doute guère plus de dix-sept ans et Elizabeth grimaça en voyant ses longs cheveux d'un roux artificiel se déverser sur ses épaules tandis que Jack se penchait sur elle pour l'embrasser avec application.

«  Tu reviendras ? Pépia la fille.

- Bien sur ma belle …

- Tu dois vraiment partir ?

- Je dois retrouver mon Pearl et aider Elizabeth à retrouver son fils.

- Pourquoi toi ? Demanda Gina d'un air boudeur.

- Parce que je suis le capitaine Sparrow chérie. Et qu'elle a été le Roi des pirates, c'est un peu comme une obligation de l'aider, le Code tout ça. Expliqua Jack tandis qu'Elizabeth grinçait des dents.

- Et elle est jolie ? Demanda Gina en battant des cils.

- Oh…Répondit Jack qui parut réfléchir à la question tandis qu'Elizabeth se penchait instinctivement pour entendre sa réponse.

- Alors Jack ? Demanda la fille d'un ton inquiet.

- Non, elle n'est pas jolie. Répondit Jack avec un sourire charmeur.

- Tant mieux. Répondit Gina avec une joie naïve tandis que Jack se penchait vers elle pour l'embrasser.

-J'y vais ma belle. Surveille l'horizon et bientôt tu verras les voiles noires de mon Black Pearl venir te chercher. » Promit Jack en se détachant des bras de la jeune catin.

 

Alors qu'il remontait à bord du navire, Elizabeth se détourna, le cœur serré et brutalement furieuse après Jack qui promettait aussi légèrement de revenir à une fille dont elle savait qu'il n'en avait rien à faire. Comme Will lui avait promis à elle de revenir. Jack, satisfait de sa dernière nuit à Tortuga, s'approcha d'Elizabeth d'un pas dansant et agrippa le cordage de sa main baguée.

« Trésor je vais avoir besoin de votre aide… » Commença-t-il en lui tendant son compas d'un air engageant.

 

Sans un sourire, les yeux sombres, Elizabeth s'empara du boîtier et l'ouvrit. Elle s'efforça de maîtriser sa rage envers Jack pour ne penser qu'à ce qui était important à ses yeux : William et la Conque qui lui permettrait de le sauver. Lentement elle baissa les yeux vers le compas dont l'aiguille indiquait clairement une direction.

« Cap vers le sud. Déclara-t-elle froidement en repoussant le compas contre le torse de Jack.

- Un problème trésor ? Demanda Jack un peu décontenancé par sa colère qu'elle ne semblait maîtriser qu'à grand peine.

- Pas le moindre Jack. Je vous l'ai dit, je souhaite rester seule. » Répondit Elizabeth d'un ton froid.

Les yeux de Jack s'étrécirent de colère et de déception de se voir ainsi repoussé une fois de plus et il s'inclina moqueusement.

« Bien sur Madame Turner. Restez donc seule avec votre chagrin si ça vous amuse je m'en moque. Par contre vous êtes de quart dans trois heures.

- Quoi ? »

Jack la regarda avec dureté.

« Sur mon navire tout le monde travaille… Roi des Pirates ou non. A moins que vous ne préféreriez ma cabine ? » Lui demanda-t-il d'un air tentateur, cherchant une fois de plus à la dérider.

 

Elizabeth s'assombrit et le repoussa fermement.

« Je ferais ma part Jack. Et si vous exigez votre paiement je vous le donnerais. Cracha-t-elle avec hargne. Mais vous, n'essayez pas de me doubler pour vous emparer du Pearl ou de je ne sais quoi d'autre comme vous l'avez fait dans le passé. Ajouta-t-elle en se rappelant de la promesse que Jack avait faite à la jeune Gina. Parce que je n'hésiterais pas à vous tuer. Lui annonça-t-elle froidement.

- Vous n'avez jamais hésité à me sacrifier pour vos propres intérêts Lizzie. Ce serait stupide de ma part d'oublier que vous êtes un pirate. Répondit Jack avec autant de froideur.

- Nous sommes d'accord dans ce cas… » Répondit Elizabeth avant de s'éloigner, le cœur lourd.

 

Jack la regarda partir, furieux tant après elle qu'après lui-même. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour montrer à nouveau son vrai visage. La mère éplorée qui le suppliait de l'aider quelques heures plus tôt avait disparu et avait laissé la place à la pirate froide qu'il avait toujours su qu'elle était. L'espace d'un instant il caressa l'idée de la rappeler et d'exiger son paiement avant d'y renoncer au souvenir des larmes qu'elle avait versées un peu plus tôt. Il n'avait pas envie de la forcer. Sa reddition aurait bien plus de prix si elle tombait d'elle-même dans ses bras, ce qu'elle finirait pas faire. Parce que c'était ce qu'elles faisaient toutes. Aucune femme ne résistait au charme du Capitaine Sparrow. Enfin aucune sauf… Jack grimaça à ce souvenir et se força à se concentrer sur Elizabeth et leur conversation récente.

 

Il avait beau réfléchir, il ne comprenait pas la raison de sa soudaine colère envers lui. Lorsqu'ils s'étaient parlé dans la cabine et qu'elle lui avait raconté son histoire, elle lui avait paru semblable à celle qu'il avait toujours connue. Il avait même eu envie de la serrer contre lui pour lui faire oublier l'abandon de son imbécile de forgeron.

« Mauvaise idée ça Jackie… » Murmura-t-il pour lui-même avant de réaliser brutalement qu'il était immobile sur le pont à l'endroit précis où elle l'avait laissé un moment plus tôt.

Avec un regard en coin à son nouvel équipage, Jack s'éloigna à grands pas vers sa cabine sans voir le sourire d'Anamaria.

 

()()

 

Quelques heures plus tard, seule et accoudée au bastingage, Elizabeth fouillait l'horizon du regard et cherchait malgré elle à apercevoir la silhouette du Hollandais Volant tout en sachant que c'était impossible. Derrière elle, Jack soupira profondément.

« Vous savez bien que dans ce monde vous ne pouvez pas le voir trésor.

- Je le sais mais ça ne m'empêche pas d'espérer. Répondit Elizabeth d'un ton douloureux. Que faites-vous là ?

- J'aimerais mettre les choses au point avec vous Lizzie. Répondit Jack d'un ton froid.

- Vous voulez renégocier notre accord ? S'inquiéta-t-elle, songeant à la manière dont Jack avait parlé de reprendre son Pearl.

- Y apporter quelques précisions. Primo, JE suis le capitaine et pas vous. Secundo, vous aurez votre foutue Conque mais nous devons d'abord nous renseigner sur elle. Tertio, viendra un jour où je réclamerais mon paiement Lizzie. »

 

Elizabeth le regarda avec ironie.

« Je croyais que vous n'aimiez pas forcer vos partenaires, que vous vouliez me séduire. Des mensonges une fois de plus…

- Je suis un pirate mon ange. Et je ne vous ai pas menti si souvent.

- Oh bien sûr si on excepte vos mensonges sur la manière dont vous êtes enfui de l'île ou ce que vous avez fait à Will. Commença à énumérer Elizabeth en le toisant avec mépris.

- De l'honnête piraterie trésor … Vous auriez fait pareil. » Murmura Jack.

Elizabeth ne répondit pas, jugeant inutile de nier.

« Lizzie… Reprit Jack. C'est vous qui êtes venue me demander mon aide alors ce serait plus facile si nous coopérions.

- D'accord Jack. Soupira Elizabeth.

- Dans ce cas puis-je savoir les raisons pour lesquelles vous m'en voulez ? »

 

Elizabeth baissa la tête et se sentit brutalement stupide à la pensée de lui reprocher de ne pas s'être trouvé à la taverne lorsqu'elle s'y était rendue.

« Vous avez raconté à votre catin ce que je vous ai confié ! Dit-elle d'un ton outragé.

- Pas du tout !

- Oh ne niez pas, je vous ai entendu.

- Ah … Il me semblait bien vous avoir aperçue. Vous nous avez espionnés Lizzie… » Commença Jack d'un air vaguement accusateur, hésitant entre la colère et l'amusement.

 

Elizabeth ne répondit pas, brusquement mal à l'aise. Jack secoua la tête et s'approcha d'elle.

« Je surveillais votre compas ! S'exclama-t-elle soudain.

- Vous mentez trésor. Vous m'observiez. Regretteriez-vous d'avoir décliné mon offre ? Je pourrais vous faire oublier, vous donner ce que vous attendez. Murmura Jack d'une voix séductrice.

- Ne vous flattez pas ! Répondit Elizabeth d'un ton vibrant de colère. Je n'ai que faire de vos agissements avec ces catins.

- Qu'est-ce qui vous embête au juste mon ange ? Que je me donne du bon temps pendant que vous restez ici à attendre comme vous l'avez fait durant dix ans ? Vous savez Lizzie, rester seule à pleurer ne vous ressemble pas et n'arrangera pas les affaires de votre cher William.

- Comment pourriez savoir ce qui me ressemble ou pas ? » Répondit Elizabeth, sa colère renaissant alors qu'elle refusait de s'avouer qu'il pouvait avoir raison.

 

Jack sourit à nouveau et s'approcha d'elle, son corps frôlant le sien.

« Deux gouttes d'eau trésor ... Commença-t-il.

- Je ne suis pas comme vous. Cracha Elizabeth.

- Vraiment ? Ironisa Jack. Alors dites-moi qu'est-ce que vous avez ressenti quand vous vous êtes emparée de ce navire ? »

Elizabeth rougit et détourna le visage, plus mal à l'aise que jamais au souvenir de la brusque exaltation qu'elle avait éprouvée en menaçant le capitaine et en posant sa main fine sur la barre du bâtiment.

« Vous avez adoré ça. Répondit Jack pour elle. C'est pour ça et non pour votre fils que vous y avez attaché votre pavillon.

- Ce que vous dites est stupide. Rétorqua Elizabeth d'une voix blanche.

- Allons Lizzie, vous n'éprouvez pas un peu de plaisir à vous présenter comme le Roi des Pirates ?

- Tout comme vous à vous prétendre Capitaine !

- Mais enfin je suis capitaine. » Répondit Jack d'un ton pédant.

 

Elizabeth le regarda avec ironie.

«  Alors dans ce cas où est votre navire ?

- Vous êtes dessus.

- Non, je parle du Pearl. »

Jack détourna la tête et grimaça.

« Quelque part.

- Vous ignorez où il se trouve. A se demander à quoi vous avez occupé les dix dernières années. » Ironisa Elizabeth.

Sombre, Jack la fixa brièvement.

« A devenir immortel mon ange. Retrouver le Pearl maintenant ou dans dix ans importe peu, à présent que je possède la Fontaine de Jouvence. »

Elizabeth haussa les épaules d'un air de doute qui finit d'énerver Jack.

« Et vous trésor, vous, le Roi des Pirates, qu'avez-vous fait ces dix dernières années hormis élever un marmot et attendre un homme que vous satisfaisiez si peu qu'il a préféré guider des morts à votre compagnie ? »

La main d'Elizabeth s'écrasa sur la joue de Jack et résonna bruyamment dans la nuit.

« Je l'ai méritée celle la. » Concéda le pirate.

Tremblante de colère, Elizabeth le toisa avec hargne et refoula les larmes qui se formaient dans ses yeux.

« Vous êtes méprisable, vous ne comprenez rien à l'honneur ou à la décence ou à l'amour ! Sale pirate ! »

Jack la regarda, les yeux brillants de contentement devant sa colère.

« Et vous ? Vous croyez que vivre c'est attendre comme vous le faites ? Vous avez passé dix ans à attendre un homme qui n'en valait pas la peine. Comptez-vous sacrifier les dix suivantes à votre fils ? »

 

Elizabeth se mordit la lèvre brutalement et s'approcha de lui d'un pas délié.

« Vous n'y comprenez rien Jack. Ce n'est pas un sacrifice d'attendre lorsqu'on aime. »

Le regard de Jack s'adoucit brièvement et il lui sourit.

« Menteuse. Souffla-t-il. Si ça n'en était pas un vous ne seriez pas aussi amère. »

Le visage d'Elizabeth se remplit un bref instant de consternation et elle le toisa, l'air pincé.

« Le fait de m'aider ne vous autorise pas à me juger. Et vous vous trompez ! Je, j'ai très bien vécu. J'ai été très heureuse et mon fils m'a apporté tout ce que je pouvais désirer.

- Tout … vraiment ? » Se moqua Jack.

 

Elizabeth ne répondit pas, elle frissonna malgré elle au souvenir de la conversation qu'elle avait surprise dans la taverne et aux habiletés secrètes de Jack. Son visage vira au rouge. Elle se détourna sans un mot et s'empressa de retourner dans le réduit qui lui servait désormais de cabine, Jack n'ayant pas eu la galanterie de lui laisser celle du capitaine.

«  Si vous changez d'avis… » S'amusa Jack à qui le trouble de la jeune femme n'avait pas échappé.

 

()()

 

Elizabeth referma bruyamment la porte de la cabine derrière elle et laissa reposer un instant son visage contre la paroi. Les choses s'avéraient plus difficiles encore qu'elle ne l'avait imaginé. Jack Sparrow n'avait pas changé. Le pirate était toujours aussi désinvolte et attirant qu'autrefois et jouait avec elle comme toujours. Sauf qu'elle n'était plus une jeune fille naïve. Elle était une mère et une femme d'expérience, si l'on pouvait qualifier d'expérience les deux uniques fois où Will et elle avaient consommé leur mariage et qui l'avaient laissée plus curieuse que comblée. Les mains tremblantes, Elizabeth se détourna et rencontra de plein fouet son propre visage dans le miroir qui se trouvait curieusement dans le réduit, sans doute une des marchandises que les hommes qu'elle avait attaqués devait convoyer.

 

Avec un glapissement consterné, Elizabeth passa sa main dans ses cheveux courts qui lui arrivaient à la naissance des épaules et dont le blond semblait enfoui sous une épaisse couche de crasse. Le cœur serré, elle songea à ce que Jack avait dit sur elle à la catin. Elle descendit lentement ses mains sur son corps et caressa inconsciemment sa poitrine avant de se forcer à revenir à son fils. Elle se demanda avec angoisse où était William et s'imagina sans peine la détresse de son petit garçon, prisonnier du Hollandais Volant portant une charge trop lourde pour ses frêles épaules.

 

Elle se détourna du miroir et se laissa tomber sur son hamac. Elle se força à se concentrer sur la Conque qu'elle devait trouver avant de réaliser avec colère que ses pensées la portaient de nouveau vers Jack. Agacée, elle se retourna plusieurs fois dans son hamac et songea en rougissant à la conversation qu'elle avait surprise à la taverne.

« Maudit Sparrow. » Grommela-t-elle en songeant qu'elle avait eu une mauvaise idée en demandant son aide au pirate.

 

Elle aurait dû se débrouiller par elle-même ainsi qu'elle l'avait fait durant dix ans. Seulement sans le compas de Jack comment pourrait-elle trouver la Conque ? Sur cette dernière pensée, Elizabeth sombra dans un sommeil agité peuplé du souvenir de Will et de la dernière journée qu'elle avait passée avec son époux, et qui l'avait conduite à la catastrophe présente.

 

()()

 

Le soleil brillait déjà haut dans le ciel lorsqu'Elizabeth fit son apparition sur le pont et elle poussa un cri de rage en découvrant qu'ils s'approchaient d'un port.

« Qu'est-ce que cela signifie ! S'exclama-t-elle.

- Jack a donné l'ordre de faire route jusqu'à la Nouvelle Orléans. Lui répondit obligeamment Anamaria.

- Jack a donné l'ordre de quoi ! Rugit Elizabeth, folle de rage en découvrant que le pirate avait totalement ignoré son cap.

- D'aller à la Nouvelle Orléans. Répondit Jack d'une voix calme. Il y a une chose que nous devons faire là-bas. »

 

Elizabeth, furieuse, se retourna vers lui.

« Pas du tout ! La seule chose pour laquelle je vous paie c'est pour m'aider à trouver cette Conque ou plus exactement pour accéder à votre compas qui me permettra de la trouver.

- Pour l'instant vous ne m'avez pas payé trésor. Ensuite, il faut parfois perdre du temps pour s'assurer d'en gagner.

- Ce que vous dites n'a aucun sens !

- Lizzie … Gronda Jack. Comme vous l'avez souligné cette nuit, vous avez passé dix années forts agréables à élever votre marmot et à … S'interrompit il en faisant mine de chercher ce qu'elle avait fait. Être retirée du monde. Seulement pour les autres il a continué de tourner. Et avant de se lancer dans une quête improbable j'aimerais en apprendre plus sur l'objet que nous cherchons. Voilà pourquoi nous allons à la Nouvelle Orléans.

- Oh … Répondit Elizabeth qui reconnut avec réticences le bien-fondé de la démarche et s'en voulait de ne pas y avoir pensé elle-même.

- Comme vous dites. Rétorqua Jack en se tournant vers l'équipage. On jette l'ancre. » Ordonna-t-il.

Elizabeth grinça des dents et se retourna vers lui d'un air décidé.

« Et qui allons-nous voir ?

- Une magicienne. Répondit Jack avec un sourire.

- Une femme bien sûr. Grinça Elizabeth.

- En effet, il apparaît que c'est une femme. Pourquoi, ça vous gêne trésor ?

- Non. » Répondit froidement Elizabeth en s'emparant de son tricorne.

 

Jack la regarda, l'air catastrophé, ses yeux errant d'un air dégoûté vers sa tenue.

« Bien. Suivez-moi. Finit-il par soupirer à regret.

- Je viens avec vous. Annonça Anamaria.

- Pas question ! S'exclama Elizabeth.

- Nous ne serons pas trop de trois. » Affirma sèchement Jack tandis qu'Anamaria faisait un grand sourire ironique à Elizabeth qui serra les poings de rage.

 

Sans sembler prêter attention à la réaction d'Elizabeth, Jack descendit souplement du navire et la jeune femme n'eut d'autres choix que de les suivre. Elizabeth, surprise, vit Jack se diriger vers le quartier français de la ville et retint à grand peine une exclamation dégoûtée en découvrant la foule bigarrée et disparate qui peuplait les rues. Une femme vêtue d'une robe de bal surmontée d'araignées lui saisit brusquement la main et Elizabeth poussa un cri en rencontrant son regard fou.

« Laisse-moi te dire ton avenir mon mignon… Déclara la femme en se penchant sur sa paume crasseuse avant de la relâcher avec un cri d'horreur.

- Quoi ? Ironisa Elizabeth qui n'en menait pourtant pas large. Vous avez découvert que je suis une femme ?

- On le dirait pas à première vue. Marmonna Jack en s'approchant d'Elizabeth pour la prendre par le bras.

- Maudite… Se mit à trembler la femme tandis que Jack entraînait Elizabeth. La mort rode autour d'elle ! » Cria-t-elle en français.

 

Elizabeth frissonna brièvement, elle ne comprenait pas les mots de la femme mais sentit que sa phrase n'avait rien d'élogieux. Elle se détacha de la poigne de Jack.

« Lâchez-moi ! Je ne comprends pas pourquoi vous m'emmenez au milieu de ces, de ces fous.

- Pourtant vous plus que toute autre vous devriez croire en la magie. Souligna Anamaria

- Je ne vous ai rien demandé ! » S'exclama Elizabeth en s'éloignant avant de s'arrêter brutalement devant un couple.

 

L'homme qui portait un uniforme défraîchi était allongé sur le sol tandis que la femme d'une taille nettement inférieure à la normale le chevauchait avec ardeur et râlait de plaisir.

« Oh …. Murmura Elizabeth en rougissant.

- Venez Lizzie. Lui dit Jack en la prenant par le bras.

- Mais, ils, ils c'est révoltant ! Est-ce pour ça que vous m'avez emmenée ici ! S'exclama Elizabeth sans réussir à détacher son regard de la scène à la fois écœurante et sensuelle.

- Non, mais si vous le souhaitez … Glissa Jack à son oreille.

- Oh vous ! Pesta Elizabeth en s'écartant de lui. Allons plutôt voir votre sorcière. J'ai hâte de quitter cet endroit.

- Magicienne. » La corrigea Jack amusé par le trouble qu'elle peinait à cacher.

 

Ils progressèrent dans les rues. Elizabeth s'efforçait d'ignorer les nombreuses sollicitations des devineresses à l'allure étrange et les corps enlacés dans une impudeur qu'elle n'avait vu nulle part , même à Tortuga. Devant elle, Jack et Anamaria se déplaçaient avec aisance, semblant tout deux familiers de ce lieu et du spectacle qui s'y déroulait. Elizabeth s'efforçait d'imiter leur allure nonchalante lorsqu'une main puissante la tira en arrière et qu'un poignard se posa sur sa gorge.

« Donne-moi ton argent. » Souffla une voix à l'haleine chargée d'ail dans une langue qu'elle ne comprit pas.

 

Sans s'en émouvoir, Elizabeth porta la main à son épée et se retourna brusquement, mue par l'instinct. Devant elle, Jack poussa un soupir agacé et se précipita vers eux tandis qu'elle parait d'un geste le coup de poignard mortel que l'homme lui donnait.

« Dégage. Grinça Elizabeth à l'homme en le repoussant avant frapper violemment de sa lame son bras armé.

- Impressionnant. » Commenta Jack en voyant détaler le voleur à la première semaine.

Avec un sourire satisfait, Elizabeth remit son épée dans son fourreau.

«  Je me suis entraînée, trois heures par jour. Annonça-t-elle fièrement.

- Vous m'en direz tant… » Se moqua Jack.

Elizabeth le regarda sans comprendre.

«  Ça aide hein ? Ajouta-t-il d'un ton équivoque.

- Je ne comprends… Commença Elizabeth avant de réaliser à quoi il faisait allusion en surprenant le regard complice qu'il échangeait avec Anamaria. Oh ! »

Jack éclata de rire et s'inclina légèrement devant elle.

« C'est par là trésor. Passez devant je n'ai pas envie que la Nouvelle Orléans soit à nouveau témoin des habiletés que la frustration vous a conduite à développer. »

 

Renonçant à argumenter, Elizabeth s'avança dans la ruelle sombre qu'il lui désignait, sa main sur la garde de son épée et un peu inquiète en découvrant la bâtisse austère et décrépie vers laquelle il les avait emmenés.

« Nous y sommes. Annonça Jack d'un ton étrangement peu assuré.

- Ici ? S'étonna Elizabeth surprise par l'allure respectable de la demeure qui semblait déplacée au milieu du quartier lugubre.

- Ici. » Répondit Jack qui actionna le heurtoir en forme de tête de chat.

Avant qu'Elizabeth ait eu le temps de poser une nouvelle question, la porte s'ouvrit avec un grincement et laissa apparaître le visage d'un homme entre deux âges.

« Nous venons voir Mademoiselle Magloire. Annonça Jack dans un français parfait. Dites-lui que c'est le Capitaine Sparrow. »

 

La porte se referma brutalement et Jack poussa un glapissement navré tandis qu'Elizabeth se tournait vers lui avec ironie.

« Enfin quelque chose de familier. » Se moqua-t-elle.

Jack se retournait avec agacement vers elle et ouvrait la bouche pour répondre lorsque la porte se rouvrit brutalement.

« Elle vous attend au salon. » Annonça l'homme qui s'effaça pour les laisser entrer.

Avec un sourire ironique, Jack se retourna vers Elizabeth et s'inclina devant elle.

« Après vous trésor… »

Chapitre 2                                                                                              Chapitre 4

Écrire commentaire

Commentaires : 0