Chapitre 23 Adam et Laura

Elizabeth eut du mal à trouver le sommeil, l'esprit en alerte, elle sursautait à chaque craquement ou éclats de voix émanant de la rue, le cœur tordu par l'angoisse à l'idée que Jack ne revienne pas et saisissent sa chance de l'abandonner dans la fange d'un Londres qu'elle ne connaissait pas. Les heures s'écoulèrent lentement, la jeune femme remâchait sans cesse ses angoisses et ses inquiétudes, elle se tournait et se retournait sans parvenir à trouver le sommeil. Finalement, alors qu'elle se forçait à se calmer et se répétait que si Jack l'abandonnait maintenant, il lui serait plus facile ensuite d'accepter son destin de Capitaine du Hollandais Volant, elle entendit un grand rire aviné résonner dans la rue et elle poussa un soupir de soulagement en reconnaissant la voix au débit ralenti par l'alcool de Jack. Rougissant à l'idée qu'il puisse s'imaginer qu'elle l'avait attendu, ce qui était du reste bien le cas, Elizabeth se pelotonna dans sa veste et ferma les yeux en s'efforçant d'adopter une respiration régulière.

 

()()

 

Quelques instants plus tard, la porte s'ouvrit et livra le passage à Jack et Forme, tous deux passablement éméchés. Elizabeth garda les yeux fermés et remua légèrement dans le fauteuil dans lequel elle avait pris place, faisant mine de se réveiller. Elle ouvrit lentement les yeux et rencontra le regard vague de Jack qui lui sourit d'un air affamé.

« Bonjour mon ange... Lui dit-il avec efforts.

- Bonjour. Répondit Elizabeth en se contentant d'hocher la tête en direction de Forme qui s'était écroulé sur la paillasse qui lui servait de lit et ronflait bruyamment. Il va bien ?

- Parfaitement. Répondit Jack en se penchant sur elle. Viens, on a plus rien à faire ici, j'ai eu tout ce que je voulais. »

 

Elizabeth se crispa légèrement en reconnaissant sur lui l'odeur douceâtre du parfum bon marché avec lequel s'aspergeaient les catins mêlée à celle du rhum et elle évita sa main tendue. Elle se remit sur ses pieds avec rapidité, furieuse à l'idée qu'il avait passé la nuit à boire et à se vautrer dans les bras d'une autre femme. Le cœur serré, Elizabeth se reprit et maîtrisa sa colère tandis qu'une nouvelle nausée la saisissait. Elle oscilla légèrement et Jack s'empressa de glisser son bras autour d'elle pour la soutenir.

« Ça va Lizzie ? »

Elizabeth hocha la tête, mortifiée, et avala brutalement sa salive.

« Un peu de fatigue, ce n'est rien ...

- Tu es sûre ? On peut attendre si tu veux. » Insista Jack.

 

Elizabeth jeta un coup d'œil dégoûté autour d'elle et secoua négativement la tête, pressée de quitter l'endroit dans lequel Jack l'avait laissée pour courir les filles

« D'accord. » Soupira Jack en l'entraînant silencieusement vers la porte.

Il se pencha au passage sur Forme dont il subtilisa la bourse.

« Jack ! S'exclama Elizabeth, choquée.

- Il a bu toute la nuit. Répondit Jack. Son renseignement ne valait pas plus. »

Renonçant à argumenter, Elizabeth le suivit et remonta sur son cheval avec un soupir.

« Je t'emmène ailleurs. Lui annonça Jack. Nous allons à quelques lieues de Londres. Précisa-t-il en fixant un paquet épais qu'elle n'avait pas encore vu à chacune leur monture.

- Qu'est-ce que nous emmenons ? Demanda Elizabeth d'un air curieux.

- Tu verras... » Répondit-il avec un léger sourire.

 

()()

 

La chevauchée dura peu de temps mais sembla encore plus longue que celle de la veille à Elizabeth, la jeune femme peinant à supporter les secousses du cheval. Finalement, elle mit pied à terre avec soulagement, surprise de découvrir une paisible petite auberge enchâssée dans un coin de verdure.

« Que venons-nous faire ici ? Demanda-t-elle à Jack qui défaisait les paquets qu'il avait fixés à leur cheval d'une main pressée.

- Nous nous rapprochons de ton but mon ange. Répondit le pirate en redressant la tête. Enveloppe toi dans ta veste et attend moi ici. »

 

Avant qu'Elizabeth n'ait eu le temps de protester, Jack pénétra dans l'établissement d'une démarche assurée, son tricorne profondément enfoncé sur son crâne dissimulant ses longs cheveux. Quelques instants plus tard, il ressortit et lui fit signe d'approcher.

« Viens, nous allons nous installer. »

Un peu surprise, Elizabeth le suivit et découvrit avec ravissement une chambre coquettement meublée d'un lit dont les draps sentaient bon le frais. Jack la regarda avec fierté et il s'approcha d'elle, déposant au passage les paquets dont il avait chargés leurs montures.

« Vous voilà dans vos appartements Lady Stanley. »

 

Elizabeth se retourna vers lui et haussa le sourcil d'un air surpris tandis que Jack laissait retomber son lourd manteau.

« Tu es Lady Laura Stanley, veuve désargentée d'un obscur noble mort aux Indes. Quant à moi, je suis ton frère. Enfin si je puis dire. Ta mère était veuve lorsqu'elle a rencontré mon père, il l'a épousée, se chargeant du même coup de l'enfant, une fille, qu'elle avait eu avec son précédent mari et qu'il s'est empressé de marier. »

Elizabeth le fixa un instant avant d'éclater de rire.

« Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? »

Jack leva le doigt pour lui intimer le silence.

« A la mort de ton époux, tu t'es retrouvée seule et tu as donc été contrainte, conformément à l'usage, de te placer sous la protection du seul parent que tu avais encore. C'est-à-dire moi. Sir Adam Colley.

- Sir ?

- Un problème avec ça trésor ? » Lui demanda Jack d'un ton qui la découragea d'en avoir.

 

Sans attendre sa réponse, Jack continua sur sa lancée, il s'approcha d'elle et l'embrassa dans le cou.

« Malheureusement Sir Adam Colley s'avère être, comme tous les gens de ta classe, un débauché notoire… Entraînant sa pauvre veuve de sœur dans les orgies les plus perverses. Ils arrivent tout droit de Singapour et nul ne sait quelle est exactement leur relation… » Souffla-t-il en caressant ses seins à travers sa chemise.

Elizabeth sourit malgré elle tandis qu'il déboutonnait sa chemise et glissait sa paume chaude contre sa peau nue.

« Laura est plus passive que séductrice, elle se contente de suivre son frère car la pauvre y est bien obligée. Elle n'a pas d'argent. Continua Jack en s'attaquant à son pantalon.

- Je ne suis pas sûre d'aimer cette partie-là… Murmura Elizabeth tandis qu'il la soulevait dans ses bras et la posait sur le lit.

- Tu n'as pas le choix. Tu dépends entièrement de moi. » Répondit Jack en caressant ses cuisses.

Elizabeth poussa un soupir lourd de désir et Jack s'écarta lentement d'elle, il se débarrassa à la hâte de ses vêtements avant de s'abattre sur elle.

« Caresse-moi Laura … » Murmura-t-il d'un ton chargé d'envie.

Avec un gémissement, Elizabeth laissa sa main descendre le long de son ventre et empoigna d'une main ferme le sexe de Jack qui n'avait pourtant nul besoin de cela.

« J'ai très envie de toi … » Gémit Jack en la caressant.

 

Elizabeth ferma les yeux et effaça de sa mémoire la nuit écoulée et l'odeur des catins qui flottait encore autour de lui, comme un rappel constant qu'aucun bonheur ne durait jamais. Un long soupir rauque lui échappa alors qu'il se glissait en elle avec précaution et elle releva ses cuisses, les serrant autour de la taille de Jack comme si elle pourrait ainsi le retenir près d'elle. Ils firent l'amour longtemps, le temps passant toujours trop rapidement aux yeux d'Elizabeth qui finit par jouir dans ses bras, le cœur battant trop vite et trop fort. Jack la rejoignit quelques instants plus tard et il se laissa rouler sur le lit, le souffle court.

 

« Sinon … Que penses-tu de mon plan ? » Finit-il par lui demander.

Elizabeth le regarda un instant d'un air égaré avant de se souvenir.

« Je ne vois pas très bien où tu veux en venir.

- Fitzy ne sort que très rarement de sa propriété qui est comme tu le sais fort bien gardée. En revanche Natalia si… Rapprochons nous de la maîtresse, décrochons une invitation à l'une de leurs parties. Et le tour est joué ! Nous aurons la soirée pour fouiller la maison. CQFD ! » S'exclama Jack d'un ton fier de lui.

 

Elizabeth fit la moue à la mention de Natalia avant de se reprendre, songeant à son fils.

«  Et pourquoi ne pas forcer sa porte ? Demanda-t-elle finalement

- Trésor … Nous ne sommes que deux face à une armée. Si nous forcions sa porte, nous n'aurions qu'une seule petite chance. Alors qu'avec ma méthode….

- Nous disposerons de plus de temps. Compléta Elizabeth.

- CQFD. Répéta Jack en la serrant contre lui. Reposons nous, nous commencerons demain. »

Elizabeth soupira et se glissa contre lui avant de sombrer rapidement dans le sommeil.

 

()()

 

Ils se réveillèrent au lever du jour, tous deux affamés et Elizabeth sentit son ventre grogner de protestation alors que des effluves de nourriture lui parvenaient de la pièce du bas. Jack bondit sur ses pieds et lissa sa moustache avec application.

«  Je crois qu'il est temps que Lady Stanley et Sir Colley fassent leur apparition … »

Elizabeth le regarda d'un air dubitatif, n'osant songer à l'apparence qu'elle-même devait avoir.

« Ça me parait difficile, je ne ressemble pas à une Lady ni toi à un Sir quelque chose.

- Pour l'instant non. Sourit Jack en lui désignant les paquets. Mais une fois vêtus de tout ceci… »

Sans attendre la réaction d'Elizabeth il se précipita vers la porte, vêtu de sa seule chemise et d'un pantalon, et l'ouvrit.

« Toi là-bas. Cria-t-il d'un ton sec. Apporte nous des brocs d'eau chaude, ma sœur et moi-même nous sommes sales après notre voyage. »

 

Un instant plus tard, Elizabeth entendit un cognement discret à leur porte tandis que Jack retirait son bandana.

« Pose ça là et va-t’en. » Ordonna Jack sans se retourner à l'entrée de la fille pendant qu'Elizabeth rougissait sous le regard surpris de la jeune soubrette qui commença à remplir la baignoire qui trônait dans une petite salle attenante.

Jack laissa le temps à cette dernière de sortir et se retourna vers Elizabeth en grimaçant.

«  Je déteste les bains … »

 

Elizabeth sourit gaiement tandis que la jeune fille remplissait patiemment la baignoire sous le regard hautain de Jack qui se défaisait de tous ses effets. Finalement la baignoire atteint une hauteur d'eau satisfaisante et Jack se retourna vers la jeune servante.

« Préviens ton maître que nous prendrons notre petit déjeuner dans une demi-heure.

- Oui Sir Colley. » Murmura la jeune fille du bout des lèvres avant de sortir en s'inclinant, visiblement impressionnée.

Jack se retourna vers Elizabeth et s'inclina moqueusement devant elle.

« Votre bain est avancé Votre Altesse. »

 

La jeune femme sourit joyeusement et se leva, elle se glissa avec délices dans l'eau chaude pendant que Jack se déshabillait à nouveau, il s'empressa d'entrer dans le bain et se plaça derrière elle.

 

Elizabeth soupira de bien être alors que les mains généreusement enduites de savon de Jack se posaient sur sa poitrine, la caressant plus qu'il ne la nettoyait.

« Ma conception de l'hygiène… » Souffla-t-il à son oreille tandis que ses mains savonneuses allaient et venaient sur son corps, l'eau se teintant progressivement de marron

Elizabeth ferma à demi les yeux, elle se laissa faire pendant qu'il explorait toutes les parties de son corps, la frottant doucement jusqu'à ses cheveux qu'il humidifia avant de les masser lentement.

« Où as-tu appris tout ça ? S'étonna Elizabeth dans un soupir.

- Tu ne tiens pas vraiment à le savoir mon ange. » Répondit Jack avant de rincer doucement ses cheveux à l'aide d'un broc d'eau chaude laissé par la domestique.

 

Elizabeth sourit de plaisir en se découvrant propre, la sensation de sueur moite ayant enfin quitté son corps. La bouche de Jack se posa sur son épaule et embrassa la marque laissée par Kolsey.

« Tu sens bon… » Soupira-t-il.

Elizabeth se retourna vers lui et se leva brusquement dans une gerbe d'eau.

« C'est ton tour. Annonça-t-elle en sortant de la baignoire

- Tu prends des risques mon ange. Je ne me contenterais pas d'une caresse hâtive.

- Qui a dit cela ? » Lui souffla Elizabeth à l'oreille en se positionnant à son tour derrière lui.

 

Lentement, Elizabeth fit glisser le savon le long des épaules de Jack, caressant au passage la peau ambrée par le soleil du pirate. Elle prit son temps et commença par ses cheveux, surprise par la longueur des mèches sombres du pirate.

« C'est la première fois que je te vois sans bandana. Constata-t-elle

- Et bien ne t'y habitues pas. Grommela Jack tandis qu'elle frottait vigoureusement ses cheveux. Tu manques cruellement de douceur Lizzie.

- Je réserve les douceurs pour tout à l'heure. Lui annonça-t-elle d'une voix douce, notant avec satisfaction la brève crispation de Jack.

- Pourquoi attendre ? Murmura-t-il.

- Parce que …. Répondit Elizabeth sur le même ton. Avant toute chose, le bain. Laisse-moi te persuader que c'est agréable. » Ajouta-t-elle dans un souffle.

 

Tout en parlant, elle entreprit de s'attaquer à son corps et nettoya son ventre avant de descendre vers son sexe qui, déjà, pointait hors de l'eau, encouragé par ses caresses.

« Tu … sais être persuasive… Râla Jack en gonflant sous ses doigts

- J'ai très envie de savoir quel goût tu auras une fois propre. Murmura-t-elle en effleurant son oreille des lèvres tout en continuant ses mouvements.

- Ne joue pas trop avec un pirate Lizzie. Gémit Jack.

- Je crois avoir assez d'expérience sur les pirates. » Murmura-t-elle en réponse, sa main savonneuse allant et venant rapidement sur son sexe.

 

Jack poussa un hoquet de surprise tandis qu'elle continuait, l'embrassant dans le cou de temps à autre et il crispa ses mains sur le rebord de la baignoire, les yeux soudain agrandis par le plaisir qu'elle faisait monter en lui.

« Lizzie … Je crois que … » Râla Jack tandis qu'elle ralentissait sa caresse.

Sa main serra brutalement son sexe et le stoppa au bord de l'orgasme.

« Bugger … Gémit-il. Maudite pirate…

- Ma conception de l'hygiène. Murmura-t-elle à son oreille avant de reprendre en un lent mouvement assuré.

- Je, j'aime beaucoup ça. » Gémit Jack en se laissant aller contre elle, maintenant son bassin hors de l'eau.

 

Elizabeth sourit devant son plaisir manifeste et accentua ses caresses tandis que Jack soupirait de plus en plus fort sous sa main agile. Finalement, il ne tint plus longtemps et jouit avec un cri de surprise tandis qu'elle le maintenait contre elle.

« Maintenant tu es propre. Lui annonça-t-elle tandis que Jack tournait un regard perdu vers elle.

- Comment … où .. as-tu appris à faire ça ?

- Je sais ce que tu aimes. Répondit Elizabeth en rougissant un peu.

- Je crois que j'adore les bains. » Lui répondit Jack en l'embrassant légèrement.

 

Le ventre d'Elizabeth grogna brutalement et la jeune femme rougit, un peu gênée.

« Oui …. Moi aussi j'ai faim. » Lui assura Jack en se levant pour sortir du bain.

Elizabeth le suivit et ils se séchèrent en silence, la jeune femme découvrit avec plaisir un peigne dans les affaires que Jack avait ramenées.

« Je vais m'habiller. » Soupira Jack en disparaissant derrière un paravent tandis qu'Elizabeth regardait avec circonspection la robe de satin noir qu'il lui avait fournie et le corset qui l'accompagnaient.

Avec des gestes malhabiles, Elizabeth tenta de passer le corset et hésita devant le laçage compliqué.

« Besoin d'aide trésor ? » Lui demanda Jack avec un sourire.

 

Elizabeth se retourna avec reconnaissance vers lui et sentit son cœur rater un battement à sa vue. Le visage du pirate était à présent vierge de toute trace de l'épaisse couche de khôl qui recouvrait habituellement ses paupières, tout comme avaient disparues les deux petites tresses qui ornaient sa barbe. Il avait également démêlés ses cheveux et les avait remontés, les attachant grossièrement à l'aide d'un ruban.

« Un problème Lizzie ? Demanda Jack tandis qu'elle l'observait

- Non … Rien, c'est juste que tu es différent ainsi. Tu as l'air plus … Commença Elizabeth sans trouver le mot qu'elle cherchait, perdue dans son regard.

- Mais je suis toujours le Capitaine Jack Sparrow ! » Se rengorgea ce dernier en commençant à lacer sa robe

 

Elizabeth se laissa faire et observa leur reflet dans le miroir tandis qu'il passait habilement les rubans dans les œillets, s'assurant de ne pas laisser de jeu. Jack finit par relever le visage et lui sourit dans le miroir.

« Pourquoi me regardes-tu ainsi trésor ? »

Elizabeth ne répondit pas et garda les yeux clos pendant que Jack continuait le laçage du corset, savourant la caresse diffuse de ses mains expertes sur son corps.

« Comment sais-tu faire autant de choses ? Murmura t'elle finalement pendant qu'il l'aidait à revêtir la lourde robe de satin noir qu'il lui avait achetée.

- Tu ne connais pas les femmes de Singapour. » Souffla Jack à son oreille.

 

Elizabeth se crispa brutalement sous ses doigts et se força à reprendre sa respiration, le souffle coupé par le brusque rappel des activités de Jack. L'espace de quelques heures elle s'était allée à oublier l'homme qu'il était et les goûts qui étaient les siens.

« Tout va bien Lizzie ? Lui demanda Jack d'un air inquiet.

- C'est juste trop serré. » Articula-t-elle avec peine, saisissant le premier prétexte venu pour masquer ce qu'elle ressentait.

 

Jack s'empressa derrière elle et desserra patiemment les lacets qu'il avait mis tant de temps à nouer.

« Je pensais que nous mangerions avant… » Glissa-t-il à son oreille d'un ton sensuel.

Elizabeth ne put retenir un sourire en l'entendant et elle se retourna légèrement vers lui.

« Habille-toi. Je peux me débrouiller seule à présent. Se força-t-elle à dire

- Je n'en doute pas. » Rétorqua Jack avec une pointe de sarcasme qu'elle ne comprit pas.

 

()()

 

Quelques minutes plus tard, vêtue de la robe de satin noir au décolleté fort peu approprié à son statut de veuve, Elizabeth mit la dernière main à sa coiffure, s'efforçant de remonter légèrement son épaisse chevelure blonde que l'humidité faisait onduler. Une fois satisfaite elle se retourna vers Jack et retint un bref moment sa respiration. Elle oscilla entre l'admiration et le fou rire en découvrant le pirate vêtu à la manière des nobles, une longue perruque bouclée et d'un noir de jais trônant sur son crâne. Jack surprit son regard et lui fit un demi-sourire, amusé par son étonnement manifeste.

« Tu es prête ? Lui demanda-t-il en la déshabillant du regard.

- Oui. » Répondit Elizabeth dont le ventre grogna bruyamment.

 

Jack sourit et lui présenta son bras avec galanterie, il sourit lorsqu' Elizabeth posa sa main blanche et fine sur la manche de son manteau avant de se troubler.

« Tu n'as pas d'alliance ? »

Elizabeth rougit brièvement et secoua négativement la tête, s'embrouillant dans ses explications.

« Tout est allé si vite avec Will, notre mariage, tout ça … Et je, aucun de nous n'y a pensé. » Débita-t-elle à toute vitesse, se souvenant avec un pincement au cœur du manque qu'elle avait ressenti durant les mois qui avaient suivi son union avec Will.

Un moment elle avait même été tentée de s'acheter un anneau d'or simple qui aurait assis son statut d'épouse avant de renoncer, se résignant à attendre que Will revienne et lui passe enfin au doigt l'anneau qui ferait d'elle sa femme de manière symbolique aux yeux du monde. Sauf que bien entendu, ce moment dont elle avait tellement rêvé n'était jamais arrivé.

« Nous allons donc devoir y remédier. » Annonça Jack en fouillant dans une de ses poches pour en sortir un anneau d'or finement ciselé.

 

Le cœur battant, Elizabeth le regarda s'approcher d'elle, la bague à la main.

« J'ai emprunté des bijoux à Londres. Lui annonça Jack. Pour aller avec la robe. Je ne pensais avoir besoin de celui-ci, je pensais que tu t'étais contentée d'enlever ton alliance. »

Elizabeth ne répondit pas et posa son regard sombre sur lui tandis qu'il prenait sa main dans la sienne.

«  Si tu permets … » Souffla-t-il d'une voix légèrement étranglée en faisant glisser la bague sur l'annulaire de sa main gauche.

 

Refoulant les larmes qui menaçaient, Elizabeth retira brutalement sa main de la sienne et la plia légèrement alors que l'anneau se détachait sur sa peau pâle.

« Tu penses vraiment à tout. Lui dit-elle platement. C'est exactement la bonne taille. Murmura-t-elle, le cœur serré en s'avouant à elle-même qu'elle aurait aimé qu'il lui glisse cette bague au doigt pour de vrai et non pour une comédie soigneusement élaborée.

- Le hasard trésor. Soupira Jack qui détourna le regard avant de la prendre par le bras. Prête ?

- Oui Adam. Répondit Elizabeth en entrant dans son rôle.

- Dans ce cas en route ma chère sœur. »

 

()()

 

Le petit déjeuner se déroula sans accrocs malgré la réticence qu'Elizabeth ressentait à présent dans le fait de vouvoyer Jack. Affectant un ton maniéré bien éloigné du sien, ce dernier entreprit de régaler l'aubergiste du récit de leur voyage imaginaire, il expliqua qu'ils avaient été détroussés par une bande de malfrats et avaient perdu dans l'aventure la quasi-totalité de leurs bagages et leur attelage ne réussissant à sauver que les deux chevaux sur lesquels ils avaient pris la fuite.

 

Au bout d'un moment, Jack se retourna vers Elizabeth et posa brièvement sa main sur la sienne, la tapotant gentiment.

« Dites-moi. Ma sœur prend plaisir à se recueillir. Y aurait-il une église ou une chapelle où elle pourrait le faire à son aise ? Demanda Jack

- Oui Sir Colley. Se rengorgea l'aubergiste. A quelques lieux d'ici nous avons une charmante abbaye où la Duchesse de Hampton elle-même vient entendre l'office. »

Jack eut un demi-sourire et se tourna vers Elizabeth.

« Laura, cela vous ferait il plaisir de pouvoir vous recueillir ?

- Je crains de ne pouvoir attendre plus longtemps Adam. » Rétorqua Elizabeth.

 

Jack se retourna vers l'aubergiste.

« Auriez-vous un attelage mon brave ? Ma sœur et moi-même ne pouvons tout de même pas aller à pieds. Lâcha Jack d'un ton pédant.

- Oui, oui évidemment Sir Colley. Je fais atteler sur le champ. Répondit l'aubergiste qui s'inclina.

- Tenez pour votre peine. Déclara Jack d'un ton méprisant en lui lançant une pièce d'or avant de se retourner vers Elizabeth tandis que l'aubergiste se perdait en remerciements.

- On dirait que tu as fait ça toute ta vie. » Grinça Elizabeth à voix basse.

Jack se contenta d'un sourire et se leva, il s'inclina devant elle tandis qu'elle prenait son bras, retrouvant instinctivement la morgue qu'ont invariablement les aristocrates alors qu'il la guidait vers leur calèche.

 

()()

 

La messe fut longue et ennuyeuse pour Elizabeth qui se força à garder ses yeux baissés, pendant la longue, très longue, homélie du prêtre sur le pêché de luxure auquel ce dernier semblait porter un intérêt qu'elle estima douteux.

 

Finalement l'office prit fin et Elizabeth se retrouva accrochée au bras de Jack qui s'inclina brièvement au passage d'une dame.

 

Elizabeth ne vit tout d'abord d'elle qu'un froufrou de satin bleu surmontant une nuque dégagée par un strict chignon maintenant en place sa chevelure noire puis la femme se retourna vers eux, une moue vaguement dédaigneuse aux lèvres.

« Madame. » S'inclina Jack en gardant son regard hardiment rivé à celui de l'inconnue.

La femme, âgée d'une quarantaine d'années sourit lentement, son regard d'un noir aussi profond que celui de Jack détailla ce dernier avant de s'arrêter négligemment sur Elizabeth. Cette dernière frissonna légèrement en voyant la manière gourmande dont son regard retournait se poser sur Jack.

« Je ne crois pas vous connaître. Rétorqua-t-elle avec froideur.

- Il ne tient qu'à vous. S'inclina Jack. Sir Colley… Et voici ma sœur Lady Stanley. »

 

L'inconnue sourit brièvement et tendit sa main pour accepter l'hommage des lèvres de Jack sur son gant.

« C'est un plaisir de découvrir de nouveaux visages précédés d'une telle réputation dans notre campagne. J'ignorais toutefois que vous ayez une sœur… »

Jack balaya l'objection d'un geste de la main.

« Lady Stanley est la fille de la seconde femme de mon honorable père. Son mari ayant trouvé la mort, je me vois obligé de veiller sur elle.

- Oh je comprends. Sourit la femme. Et bien Sir Colley, j'espère avoir le plaisir de vous voir à l'office du soir. Avec votre charmante sœur cela va de soi. Ajouta-t-elle sur le ton le plus faux qu'Elizabeth ait jamais entendu.

- Si cela me permet de vous revoir, soyez en assurée Duchesse… »Répondit Jack d'une voix sensuelle.

 

Natalia se contenta d'hocher la tête et reprit son cheminement dans l'allée tandis qu'Elizabeth se retenait de toutes ses forces d'arracher Jack à cette église et aux charmes étranges qu'elle semblait contenir …

Chapitre 22                                                                                           Chapitre 24

Écrire commentaire

Commentaires : 0