Chapitre 17 Un mât sans chaines

Le soleil filtrait derrière les persiennes lorsqu’ Elizabeth commença à se réveiller et se elle pelotonna avec un soupir contre le corps chaud qui effleurait le sien, un sourire heureux aux lèvres. Savourant le demi-sommeil qui était encore le sien, Elizabeth s’étira légèrement avant de grimacer en se sentant courbatue comme si elle avait passé des heures à s’entraîner à l’épée tandis qu’une voix chaude s’élevait, la réveillant tout à fait.  

« Si tu continues à t’étirer ainsi je vais prendre ça pour une invitation. Est-ce que c’en est une ? » Lui souffla Jack à l’oreille.  

Elizabeth se releva brutalement, elle rougit au souvenir de la nuit écoulée et s’empressa de se dégager, plaquant le drap contre sa poitrine nue.  

« Je crois qu’il n’y a plus grand-chose à me dissimuler trésor. » Remarqua Jack en se levant d’une brusque détente, pour déambuler dans la pièce sans se soucier de sa propre nudité.  

 

Elizabeth l’observa quelques instants et sentit son bas ventre s’échauffer en le voyant se retourner vers elle, un sourire aux lèvres. Consternée par l’effet qu’il lui faisait encore, elle détourna pudiquement le regard et tenta de calmer les battements de son cœur.  

«  Il est tard. Observa-t-elle.  

- Oh je dirais un bon midi. » Répondit Jack en enfilant son pantalon.  

Elizabeth le regarda sans répondre, un peu perdue et ne sachant plus quoi dire au pirate.  

«  Tu ne t’habilles pas ? Lui demanda Jack d’un ton naturel qu’elle lui envia.  

- Je, j’aimerais bien prendre un bain avant. Enfin me laver un peu. Répondit Elizabeth à la hâte 

- Oh et bien d’accord. Sourit Jack en finissant d’enfiler sa chemise. Je te proposerais bien de la compagnie mais les bains et moi… A moins que tu n’aies envie de ma présence.  

- NON !!! S’exclama Elizabeth complètement paniquée à cette idée.  

- Je serais à la taverne. Répondit Jack sans se formaliser de son refus et vissant son tricorne sur son crâne. Rejoins-moi quand tu seras prête et emporte la robe. »  

 

Elizabeth le regarda sortir sans réagir avant de courir fermer la porte à clef dès qu’elle entendit son pas décroître dans l’escalier. Elle ne s’était jamais sentie aussi mal à l’aise de toute son existence. Elle ne savait pas comment se comporter vis-à-vis de Jack, ni comment s’adresser à lui, ni quelle était la situation entre eux, ni… 

« Oh c’est pas vrai. » Gémit-elle en se laissant retomber sur le sol.

Elle maudit intérieurement sa propre stupidité d’autant plus que contrairement à elle, Jack paraissait parfaitement à l’aise.  

 

Finalement elle se releva et se décida pour une toilette rapide à l’eau froide. Elle grimaça en se sentant poisseuse d’une sueur moite et évita scrupuleusement de penser à l’origine de cette dernière. Alors qu’elle passait un linge mouillé sur la peau ferme de son ventre, Elizabeth soupira en pensant à la bouche de Jack sur elle, son sexe allant et venant en elle alors qu’elle … 

«  Ça suffit !!! » S’ordonna-t-elle à voix haute.  

 

Elle s’empressa de se sécher et remit ses vêtements masculins, s’y reprenant par trois fois pour boutonner sa chemise. Elle lissa rapidement ses cheveux, les démêla avec ses doigts puis ramassa la robe bleue qui gisait sur le sol, abandonnée là où Jack la lui avait enlevée. Alors qu’elle se penchait, elle croisa brièvement son propre regard dans le miroir et faillit pousser une exclamation de surprise, reconnaissant difficilement la femme aux yeux cernés mais aux traits détendus qui lui faisait face. Un peu perdue, elle passa lentement les doigts sur sa bouche et découvrit ses lèvres gonflées par les baisers qu’elle avait donnés et reçus tout au long de la nuit.  

 

Se sentant ridicule, Elizabeth ajusta son tricorne sur son crâne et rougit au souvenir des dernières heures. Jack était un amant indescriptible. Elle n’avait jamais ressenti un tel plaisir dans les bras de Will, Barbossa étant définitivement hors course. En fait avant cette nuit elle ne soupçonnait même pas que c’était possible d’éprouver ça. Ce qui compliquait la situation. Elle avait eu envie de Jack et avait pensé naïvement qu’une fois qu’elle aurait passé la nuit dans ses bras, leur relation pourrait reprendre un cours plus normal. Le problème était que loin d’avoir apaisé son désir du pirate, la nuit l’avait attisé et Elizabeth soupira lourdement et se décida à franchir les quelques mètres qui la séparaient de la taverne.  

 

()()

 

Une fois arrivée devant l’établissement, elle s’immobilisa soudain et songea qu’elle ne savait même plus comme s’adresser à lui, ni même ce qu’il pensait de la nuit dernière. Ni comment il allait se comporter à présent qu’il avait eu ce qu’il désirait. Rassemblant son courage, Elizabeth ouvrit la porte et chercha du regard Jack, elle le localisa presque immédiatement. Son cœur se pinça désagréablement dans sa poitrine en le voyant attablé, les bras passés familièrement autour des épaules de deux catins et elle avança vers lui, se traitant mentalement d’imbécile d’avoir pu espérer un instant que le pirate lui accorderait plus de considération qu’à ses autres conquêtes féminines.  

 

Jack la regarda s’approcher avec un large sourire et lui fit signe de s’asseoir tandis que les filles ignoraient sa présence et pépiaient joyeusement. 

«  J’ai cru que tu m’avais oubliée. » Commença la plus jeune.  

Elizabeth la regarda par-dessous son tricorne, réfrénant le besoin impérieux d’écraser son poing sur sa figure trop maquillée.  

« Allons trésor. Comment pourrais-je t’oublier ? » Lui demanda Jack d’un ton joueur.  

Elizabeth baissa la tête, le souffle coupé en l’entendant. Trésor …  

 

La fille se colla à Jack, continuant à babiller, tandis qu’Elizabeth sentait son sang cogner dans sa tête se demandant comment elle avait pu être aussi stupide. Bien sûr que Jack appelait toutes les femmes ainsi. Elle avait été naïve de croire qu’elle était la seule, naïve de croire qu’il pourrait lui accorder plus de prix qu’aux autres.  

« Tu veux manger quelque chose ? Lui demanda Jack d’un ton familier.  

- Non merci Capitaine Sparrow. Je n’ai pas faim. » Répondit Elizabeth en serrant la robe bleue contre elle, ses doigts crispés sur l’étoffe. 

L’une des catins sembla soudain s’apercevoir de sa présence et elle se retourna vers elle, l’air surpris.  

« C’est une femme qui t’accompagne ? Pourquoi est-elle habillée comme ça ?  

- Parce que nous reprenons la mer dans quelques heures. » Répondit Jack d’un ton patient.  

 

Un concert de caquètements frustré salua sa déclaration et Elizabeth se leva brusquement en voyant les deux femmes caresser le torse de Jack tandis que ce dernier riait et promettait de revenir bien vite.  

«  Je vais attendre dehors. » Dit-elle en repoussant sa chaise, refoulant avec affolement les larmes qui menaçaient. 

Jack n’eut pas le temps de lui répondre, réduit au silence par l’une des filles qui l’embrassa à pleine bouche et Elizabeth se détourna, écœurée. 

 

()()

 

Une fois dehors, Elizabeth s’appuya contre le mur et se força à se calmer. Elle n’avait eu que ce qu’elle méritait. Et ce n’était pas comme si elle avait ignoré qui était Jack. Seulement elle ne pouvait empêcher son cœur de se serrer à la pensée qu’il l’avait prise comme il le faisait de toutes les catins qui traversaient sa vie. Une nuit de plaisir et rien de plus. Les larmes aux yeux, elle songea qu’elle aurait mieux fait de ne pas savoir, de ne pas céder. Parce qu’à présent voyager avec lui serait pire encore que lorsqu’elle désirait une chose qu’elle ne connaissait pas. Les mains tremblantes, Elizabeth s’imagina, voyageant avec lui durant toute la traversée vers l’Angleterre, sans pouvoir le toucher, sans l’embrasser. Sans espoir qu’il…  

« Prête pour un peu d’honnête piraterie ? Lui demanda Jack qui la fit sursauter craintivement. Lizzie ? S’inquiéta-t-il en voyant sa réaction. 

- Ce n’est rien. Je réfléchissais c’est tout… Répondit-elle d’une voix tremblante.

- Et à quoi pensais-tu ? Lui demanda Jack d’un ton intéressé.

- A mon fils ! » S’exclama Elizabeth qui aurait préféré se couper un bras plutôt que d’admettre ses rêveries puériles.

Jack soupira et commença à avancer vers le port.

« Nous allons trouver un navire. Ne t’en fait pas. »

 

Agacée par sa familiarité, Elizabeth reflua l’envie brutale de le gifler et hocha la tête, se contentant de le suivre. Jack regarda d’un air pensif les navires amarrés à quai et se retourna vers elle.

«  Nous allons réquisitionner celui-là. Affirma-t-il en désignant un navire de taille moyenne qui arborait pavillon espagnol.

 

Elizabeth ne répondit pas et se contenta d’hocher la tête à nouveau, incapable de prononcer une parole. Elle regarda Jack s’avancer avec aisance vers le navire et se sentit pitoyable. Elle enviait la désinvolture du pirate. Pour lui tout était simple, il avait déjà tourné la page « Elizabeth » de sa vie et elle s’en voulut une fois de plus de s’être offerte à lui. Avec regrets elle songea que la nuit avait été délicieuse, meilleure que tout ce qu’elle avait connu et que pour la première fois depuis longtemps, elle avait été heureuse. Vraiment heureuse. Jack lui avait donné l’impression d’être importante, d’être choyée, aimée. Une sensation qu’elle n’avait pas connue depuis des années et qui rendait sa situation présente pire encore. Elle soupira lourdement et se força à penser à son fils. Elle ne pouvait pas se laisser distraire. Ni tomber amoureuse, ni éprouver ce qu’elle ressentait, ni penser à Jack comme elle le faisait. Elle aurait le temps de pleurer sur sa stupidité une fois qu’elle aurait récupéré la Conque. Sauf qu’elle ne se sentait pas capable de continuer à voyager avec Jack. Sa présence ne faisait qu’empirer les choses. Peut-être serait-il mieux d’en finir tout de suite avec lui et de reprendre la route seule. Ce serait plus facile de l’oublier ainsi et elle pourrait se concentrer son fils.

« Tu m’écoutes ??? Lui demanda Jack, interrompant le fil de ses tristes pensées.

- Je … Je … » Balbutia Elizabeth en baissant les yeux rapidement sous son regard scrutateur, cherchant comment lui dire qu’il valait peut être mieux que leurs routes se séparent dès à présent.

 

Elle songea fugacement qu’elle aimait ses yeux qui l’avaient toujours fascinée mais la voix de Jack la ramena au présent une fois de plus.

« Un problème trésor ? Lui demanda-t-il, inquiet cette fois.

- Pas le moindre ! Répondit Elizabeth agacée par son trésor.

- Bien… Alors je disais que nous allions monter sur ce navire et le prendre. Un plan facile et simple à se rappeler comme je les aime. » Lui expliqua Jack d’un ton satisfait.

Momentanément distraite de ses préoccupations, Elizabeth le regarda avec effarement.

« Nous allons quoi ?????

- Nous allons monter sur ce navire et le réquisitionner. » Répéta patiemment Jack tandis qu’Elizabeth se demandait s’il n’était pas devenu fou.

 

Avant qu’elle ait eu le temps d’objecter, Jack s’avança sur le ponton et grimpa à bord du navire, sortant son pistolet d’une main ferme. Grommelant des insultes qui auraient fait dresser la perruque de son père sur sa tête, Elizabeth se précipita à sa suite tandis que Jack déclamait son discours d’une voix assurée.

«  Messieurs les espagnols. Votre navire est désormais sous le commandement du plus fameux des Capitaines des Caraïbes, que dis-je du monde !!! Cria-t-il avec emphase. Vous avez quelques minutes pour vider les lieux. »

L’équipage les regarda avec un air surpris et un murmure se propagea sur le pont. Elizabeth, serra fermement son pistolet et se pencha à l’oreille de Jack.

«  Je crois qu’ils ne comprennent pas… » Souffla-t-elle.

 

Pour toute réponse, Jack se retourna brièvement vers elle et lui fit un petit sourire carnassier qui eut pour seul effet de l’exciter, ce qu’elle nota avec consternation, il se retourna et tira un coup de feu en l’air. Médusée, Elizabeth vit les espagnols s’affoler tandis que Jack attrapait l’homme le plus proche de lui et lui collait son pistolet encore fumant sous la gorge. Elizabeth détourna les yeux alors qu’une flaque humide se répandait sous l’homme dont les genoux s’entrechoquaient et Jack grimaça.

« Dégoûtants ces marchands espagnols. » Commenta-t-il en faisant un signe de tête au reste de l’équipage, l’engageant à débarquer sans équivoque.

 

Elizabeth eut juste le temps de s’écarter alors que les pauvres bougres se précipitaient sur le quai et Jack la regarda avec agacement.

« Lizzie … Si tu voulais bien larguer les amarres avant qu’ils ne se mettent à réfléchir !!!

- Oh … Je …Oui. » S’empressa-t-elle de dire en se précipitant sur ses dernières tandis que Jack, qui tenait toujours en joue le marin, faisait signe à ce dernier de larguer les voiles.

 

Quelques instants plus tard, Elizabeth sentit le navire bouger lentement et s’éloigner vers la mer tandis que les hommes sur le quai commençaient à s’agiter poussant des cris de fureur en voyant leur navire s’éloigner.

« Tire en l’air Lizzie !!! S’exclama Jack. Et prends la barre. »

 

Elizabeth obéit et se précipita sur la barre tandis que les espagnols désarmés, paniquaient, leur offrant quelques précieuses secondes d’avance. Alors qu’elle refermait ses mains sur le gouvernail, elle songea avec résignation qu’elle avait laissé passer le moment de dire à Jack qu’il valait mieux que chacun d’eux reprenne sa route. Elle soupira légèrement à cette pensée avant de relever la tête d’un air bravache. Elle n’avait pas besoin de penser à Jack il lui suffirait de rester éloignée de lui le temps du voyage et tout irait bien. Après tout il n’était que deux et ils devraient assurer à tour de rôle la navigation du navire, il serait donc facile de l‘éviter. Forte de cette conviction, Elizabeth referma sa main sur la barre et regarda l’horizon, se forçant à penser à son fils. De son côté, Jack s’approcha du bastingage et poussa d’une main ferme son otage par-dessus bord puis adressa un grand signe d’adieu de la main.

« Merci les amis ! » Cria-t-il avant de se baisser brutalement en réalisant que les espagnols qui avaient finalement retrouvé leurs esprits venaient de se souvenir qu’ils avaient une arme.

 

Rampant à demi sur le pont, Jack écarta sans douceur Elizabeth de la barre et guida le navire d’une main sure vers les courants qui les entraîneraient vers le large. Au bout de quelques minutes, le port où ils avaient fait escale ne fut plus qu’un point à l’horizon et Jack se retourna vers Elizabeth en souriant.

« Rien de tel que l’effet de surprise.

- Vous êtes malade … Répondit elle en secouant la tête, abasourdie par la simplicité avec laquelle ils s’étaient emparés du navire.

- Vous ? Je crois que ceci est superflu entre nous non ? » Répondit Jack en s’approchant d’elle.

 

()()

 

Fascinée, Elizabeth le regarda avancer vers elle tandis que son cœur s’emballait dans sa poitrine.

«  Jack … Commença-t-elle sans savoir ce qu’elle allait dire.

- Je t’avais promis un navire. » Murmura-t-il en l’attirant contre lui, ses mains avides caressant son dos.

 

Perdue, Elizabeth entrouvrit instinctivement ses lèvres alors qu’il se penchait pour l’embrasser et la poussait vers le mât. Le baiser se poursuivit, plus intense et elle se détendit brutalement, oubliant les deux catins de la taverne et sa résolution de rester éloignée de lui. Finalement, elle sentit son dos heurter le bois du mât et Jack s’écarta d’elle, il lui sourit alors qu’il plongeait ses yeux dans les siens.

« Lorsque j’étais au Purgatoire. Je me suis souvent imaginé faire ça … » Murmura-t-il en glissant une main sous sa chemise pour la caresser doucement.

Elizabeth le regarda, un peu surprise de son aveu avant de pousser un léger soupir en le sentant jouer avec ses tétons, les pinçant doucement.

 

Jack la fixa et sourit lentement, ses yeux s’emplirent d’une expression de désir qu’elle avait appris à connaître la nuit précédente et il glissa sa main le long de son ventre, la caressant doucement.

« Jack … Commença-t-elle tandis qu’il défaisait lentement sa chemise, ses mains se plaquant brusquement sur sa poitrine offerte.

- Et je m’imaginais ça aussi… » Murmura Jack en l’embrassant dans le cou, la maintenant appuyée contre le mat tout en faisant glisser sa chemise.

Elizabeth poussa un soupir lourd de désir tandis qu’il la plaquait contre le mat et la soulevait légèrement tout en s’efforçant d’enlever ses bottes de sa main libre. Quelques instants plus tard, elle sentit son pantalon glisser le long de ses cuisses et leva instinctivement les jambes pour se débarrasser de l’encombrant vêtement.

 

Jack recula légèrement et la regarda avec un sourire.

« Dommage qu’il n’y ait pas de chaînes à ce mât. » Souffla-t-il.

Elizabeth lui rendit son regard et ne put retenir un petit frisson d’excitation à cette idée tandis qu’il se débarrassait de son propre pantalon et exhibait son sexe durci par le désir. Le cœur battant à tout rompre, elle le suivit du regard tandis qu’il s’approchait d’elle et frôlait ses lèvres alors que plus bas, ses doigts s’agitaient doucement en elle, la préparant à le recevoir.

« Nous, nous ne sommes pas encore saufs… » Tenta-t-elle en songeant qu’ils n’étaient pas si loin du port et que le navire était livré à lui-même.

Jack lui sourit et l’embrassa passionnément, sa langue se glissa dans sa bouche tandis que les mouvements de ses doigts accéléraient, faisant oublier à Elizabeth la liste d’objections qu’elle voulait lui opposer.

 

Finalement, elle gémit sous sa bouche et Jack se recula à nouveau. Il lui prit la main et la guida sur son sexe brûlant de désir.

« C’est toi qu’il veut … Murmura-t-il. Pas une de ces catins, ni que j’aille prendre la barre … Juste toi. »

Le cœur d’Elizabeth fit un bond dans sa poitrine alors qu’il la soulevait sans difficultés et l’empalait sur lui avec un gémissement. Elle replia instinctivement ses bras autour de son cou et il l’appuya fermement contre le mât, ses coups de reins se firent plus rapides alors qu’elle serrait ses cuisses autour de sa taille et se collait contre lui.

 

Jack soupira et reprit sa bouche avec avidité, il l’embrassa avec ferveur avant de se reculer pour lui donner un profond coup de reins.

« Je ne regrette pas l’attente … Murmura-t-il. J’ai toujours su que tu tomberais dans mes bras. »

Elizabeth gémit et oublia tout ce qui n’était pas son sexe en elle et sa bouche dans son cou.

« Pirate … » Gémit elle alors que ses assauts se faisaient plus brutaux, les mains de Jack pesant sur ses épaules pour mieux l’enfoncer sur lui.

Jack ne répondit pas, son souffle se fit brutalement plus rapide alors qu’il accélérait encore, ses gémissements faisant écho à ceux d’Elizabeth.

 

Elizabeth poussa un soupir de plaisir et rejeta la tête en arrière, ses yeux se perdirent dans le bleu du ciel sans le voir tandis que Jack ralentissait légèrement, ses mains crispées sur les fesses de la jeune femme. Au bout d’un moment Elizabeth sentit la jouissance toute neuve pour elle l’envahir à nouveau et elle se pencha vers Jack, les paupières à demi closes tandis que l’orgasme la secouait et qu’un cri rauque franchissait ses lèvres.

« Oui. » Gémit Jack en la sentant se resserrer autour de lui.

Un instant plus tard, il se crispa et inclina la tête en arrière, le visage tendu alors qu’il jouissait à son tour.

 

Elizabeth se mordit les lèvres en le voyant, le cœur battant en réalisant qu’elle ne l’avait jamais trouvé aussi beau qu’en cet instant. En fait, elle n’avait jamais réalisé qu’il l’était. Elle l’avait certes toujours trouvé charmeur et séduisant mais à cet instant il était plus que ça. Haletante de plaisir, elle suivit des yeux les contours de son visage, s’arrêta sur sa bouche charnue et se pencha vers lui, pour l’embrasser doucement. Jack soupira et ouvrit légèrement les yeux, il répondit à son baiser tandis que ses mains la relâchaient lentement. Elizabeth sentit ses pieds nus toucher le bois dur du navire et elle chancela un moment, s’appuyant tant sur Jack que contre le mât avant de reprendre un équilibre précaire.

 

Finalement, Jack rompit leur baiser et il s’écarta, un sourire aux lèvres.

« C’est meilleur que tout ce que j’avais imaginé. Ma lady pirate. » Sourit-il à nouveau.

Le regard encore alangui par le plaisir, Elizabeth lui renvoya son sourire avant de se souvenir des deux catins. Et de Will et de ses promesses vaines.

« Jack … Où allons-nous donc ? Lui demanda-t-elle en secouant la tête avec incompréhension.

- A Londres trouver Fitzy et la Conque trésor. Répondit Jack en remontant son pantalon. D’ailleurs je crois qu’on a un peu dévié … » Commenta-t-il avant de se diriger vers la barre.

 

()()

 

Les jambes encore coupées, Elizabeth le regarda s’éloigner et se pencha pour reprendre ses vêtements elle songea que sa question ne portait pas sur leur destination mais bel et bien sur eux. D’elle et de lui, de lui et d’elle. De…

« Tu devrais aller ranger ta robe dans la cabine. Lui lança Jack. Elle va s’abîmer sur le pont. Surtout si comme je le pense, un grain se prépare… »

Elizabeth obéit machinalement et se dirigea vers l’intérieur du navire, elle hésita à nouveau devant les cabines.

« Généralement, la plus grande est celle du capitaine. » Plaisanta Jack qui ouvrit une porte et la poussa à l’intérieur.

 

Elizabeth regarda sans trop les voir les meubles composant la cabine tandis que Jack s’empressait d’ouvrir les tiroirs, fouillant sans gêne les possessions du capitaine.

« Ces cartes datent bien de vingt ans. Grommela-t-il en jetant les dites cartes. Tout comme ce porto ! » S’exclama-t-il en reniflant avec ravissement le contenu d’une carafe.

Elizabeth laissa tomber la robe sur une chaise et se força à reprendre ses esprits.

« On dirait que l’ancien capitaine est marié. Observa-t-elle en ouvrant un placard dans lequel pendaient quelques robes à la mode espagnole.

- Dommage que le tour de taille de la dame soit nettement plus important que le tien. Plaisanta Jack en fouillant à son tour dans les étoffes. Tu devrais mettre ceci pour ce soir. Lui dit-il en sortant un lourd châle de l’armoire. Ce n’est pas très pratique mais ça te tiendra chaud. »

 

Elizabeth le regarda rapidement alors qu’il glissait le châle sur ses épaules, ses mains baguées descendant le long de ses bras. Finalement Jack soupira avec résignation et s’écarta d’elle.

« Nous ferions mieux de retourner sur le pont. J’aimerais maintenir le cap tant que la mer n’est pas trop agitée. Si tout va bien, nous accosterons demain dans un port de pirate et nous recruterons des hommes.

- Oui comme tu, vous… Commença Elizabeth.

- Allons Miss Swann. Nous nous connaissons bien à présent. » Souffla Jack.

 

Elizabeth rougit légèrement et hocha la tête.

«  Tu crois que, qu’il y aura une tempête ? Demanda-t-elle, un peu déstabilisée par le tutoiement.

- C’est-ce qu’on va voir… » Lui répondit Jack en sortant sur le pont.

Elizabeth le suivit et regarda d’un air sceptique le ciel d’un bleu sans nuages avant de se mettre au travail, tendant les voiles pendant que Jack reprenait la barre.

 

()()

 

Quelques heures plus tard, crachant et toussant, Elizabeth resserra le châle trempé autour d’elle pendant que Jack, dégoulinant de pluie, pesait de toutes ses forces sur la barre et s’efforçait de maintenir le navire sur le bon cap.

«  Ca va Lizzie ??? Cria-t-il, s’efforçant de dominer le bruit des vagues

- Oui !!! Répondit-elle

- Replie la voile !!! Sinon le mât va casser !!! » Répondit Jack en désignant ce dernier

Elizabeth courut vers le mât, elle manqua de passer par-dessus bord et se rattrapa de justesse à un cordage. Elle se hissa sur le pont et sourit malgré elle en entendant le hurlement inquiet de Jack et se tourna brièvement vers lui avant de se précipiter vers la voile.

 

Il lui sembla que la tempête dura des heures, les vagues les submergeaient sans pitié tandis qu’à la barre, Jack se cramponnait de toutes ses forces et maintenait le navire à flot. Finalement, le vent commença à décroître et Elizabeth se laissa tomber sur le pont, soulagée.

«  J’ai cru que ça ne s’arrêterait jamais … Lança-t-elle à Jack qui se laissa tomber à ses côtés, les traits tirés.

- Voilà pourquoi et même si l’idée ne m’enchante pas, nous devrons recruter des hommes demain. »

Elizabeth ne répondit pas, elle frissonna sous ses vêtements mouillés et Jack glissa son bras autour de ses épaules.

« Mais avant on va prendre un peu de repos …

- Mais et le navire ?

- Nous sommes dans les bas-fonds. Nous allons baisser l’ancre.

- En pleine mer ???

- Non. Il y a une petite île là-bas. Lui répondit Jack en désignant une bande de terre plate. Va te mettre au chaud, je suffirais pour ça.

- Mais …

- Pas de mais ! Ordre du capitaine. » Répondit Jack en souriant.

 

Elizabeth, transie, n’eut pas le courage d’argumenter et se précipita avec reconnaissance vers la cabine. Elle se débarrassa de ses vêtements mouillés et s’enroula dans un autre des châles de la femme espagnole. Avec un sourire, elle se pencha vers la carafe de porto et en servit deux verres, appréciant au passage la finesse du verre avant de suspendre brutalement son geste. Elle se regarda dans la vitre, troublée de se voir agir comme elle avait toujours rêvé de le faire avec Will, l’attendant dans la chaleur d’une cabine tandis qu’il finissait son travail sur le pont. Sauf que ce n’était plus Will qu’elle attendait ainsi. Mais Jack Sparrow.

Chapitre 16                                                                                           Chapitre 18

Écrire commentaire

Commentaires : 0