Epilogue

L‘Empress,

 

 

Elizabeth sourit en voyant la caverne à demi affaissée et lugubre qui s’étendait devant eux. Derrière elle, Lee frissonna.

«  C’est ça ta destination ? »

Elizabeth se retourna et lui fit un sourire éclatant.

«  Oui…

- Je vois. » Grommela Lee.

Elizabeth hésita et se décida à lui poser la question qui la tourmentait depuis leur évasion, il y avait une semaine.

 

«  Lee, pourquoi m’as-tu suivie ?

- Tu le sais bien non ? Même si c’était inutile comme tu me l’as fait remarquer »

Elizabeth rougit légèrement.

«  Et je m’en excuse une fois encore. Mais justement pourquoi m’as-tu suivie après ça ? Je veux dire tu aurais pu me laisser me débrouiller avec Hector et Jack. Après tout ce n’était pas ton problème. »

Lee sourit tristement.

«  Nous avions un accord toi et moi. Et même si ça n’a servi à rien, tu as respecté ta part. C’est étonnant de la part d’un pirate mais tu l’as fait. Alors je ne pouvais pas te laisser tomber. Et puis toi tu as encore une chance de réussir. »

 

Elizabeth le regarda avec surprise et Lee secoua la tête.

«  Ne te méprends pas je pense toujours que tu fais une erreur en tentant de délivrer ton mari et que tu ne lui apporteras que de la souffrance. Mais ton entêtement force le respect. »

Elizabeth soupira.

«  J’aime Will, Lee. Je ferais n’importe quoi pour le retrouver. Et même si tu trouves ça facile à dire je n’avais réellement pas le choix dans la plupart des cas.

- Et pour ce qui s’est passé dans les geôles ?lui demanda Lee. Considères tu là aussi que tu n’avais pas le choix ? »

 

Elizabeth rougit et baissa les yeux.

«  Non. Je l’ai fait parce que tu en avais besoin. Et que j’en avais envie.

- Je vois. Et que comptes-tu dire à ton mari à ce sujet ?

- Une fois que j’aurais trouvé la croix de Ponce Pilate, Will n’aura aucun moyen de le savoir.

- Je vois, et après ? Est-ce que tu comptes continuer à faire ce dont tu as envie ? »

 

Elizabeth détendit ses mains et les observa.

«  Dix ans c’est long Lee. Même quand on aime.

- Donc j’avais raison… déclara Lee d’un ton déçu.

- Non, crois-moi ma priorité c’est Will. Et je ferais tout pour le retrouver. »

 

Lee secoua la tête et un des marins qu’Elizabeth avait fraîchement recruté les interrompit.

«  Impossible de continuer Capitaine. Ce serait trop dangereux.

- Dans ce cas mettez les chaloupes à la mer.

- Vous êtes sûre qu’il y a de l’or là-dedans ? Demanda le marin en regardant l’île d’un air de doute.

- Oh oui un tas d’or… » Répondit Elizabeth d’un ton désabusé.

 

Sur une île….

 

Barbossa poussa un hurlement de rage en voyant s’éloigner le Black Pearl. Même de là où il se trouvait il vit Jack lui faire un grand salut ironique et il serra les poings de colère.

«  Tu ne perds rien pour attendre sale petite vermine !!! »

 

Il lui sembla presque entendre le pirate rire et Barbossa donna un coup de botte rageur dans un galet. Débarqué de son propre navire ! SES hommes s’étaient mutinés. Tout ça parce que Sparrow avait raconté les circonstances de la fuite d’Elizabeth et semé les graines de la mutinerie chez ses hommes. Bow lui avait même craché au visage. Il lui avait dit qu’un homme capable de se laisser dominer par la bouche d’une simple femelle n’avait aucune place sur un navire. Dominé. Lui, Hector Barbossa !!! Et par une femme en plus !! Alors que c’était faux ! Mais Sparrow avait bien su arranger son histoire. Et il avait eu beau expliquer qu’Elizabeth lui ayant donné la carte qu’il voulait, il n’avait plus aucune raison de la garder. Les autres ne l’avaient pas cru.

 

Barbossa laissa échapper un cri de rage avant de se laisser tomber sur le sable. La situation ne pouvait pas être pire….

 

Île de la Muerta

 

Elizabeth regarda avec désespoir la caverne à demi ensevelie sous les flots. La moitié du butin jadis amassé par Barbossa se trouvait noyée. Seul, le coffre aztèque surnageait. Un marin s’en approcha et Elizabeth frémit.

«  N’y touchez pas ! Cet or est maudit. »

Deux ou trois hommes la regardèrent comme si elle était devenue folle et se penchèrent sur le coffre pour l’ouvrir.

«  Ceux qui prendront cet or seront devront quitter mon navire, déclara Elizabeth en désespoir de cause.

- Quel intérêt de naviguer avec un tel butin, ricana un marin.

- Il y en a autant là-bas, tenta Elizabeth en leur désignant la partie submergée par les flots.

- Mais celles-là sont toutes prêtes à être emportées. » Répondit l’homme en plongeant une main avide dans le coffre.

Elizabeth sentit une vague nausée l’envahir alors qu’il fourrait une pleine poignée dans sa poche.

«  Pourquoi font-ils ça ?

- C’est des pirates. Laisse les faire. Quoiqu’il leur arrive ensuite ça ne te concerne pas. Déclara Lee. Cherche plutôt ce que tu es venue chercher. Nous n’avons que quelques heures avant que la prochaine marée ne submerge l’île. »

 

Elizabeth soupira et lança un dernier regard vers ceux qui remplissaient leurs poches.

«  Alors ? La pressa Lee.

- La Croix de Ponce Pilate. Répondit Elizabeth.

- Ça j’avais compris, à quoi ressemble-t-elle ? »

Elizabeth lui adressa un regard navré.

«  Je ne sais pas.

- Et tu n’as pas pensé à demander je suppose ?

- Je n’ai pas eu le temps, elle ne m’a guère laissé le …

- Ne le dis pas ou je te jure que je te tue. » Grinça Lee.

 

Elizabeth lui fit un sourire contrit.

«  Ça doit ressembler à une croix… »

Un soupir las salua sa supposition et Lee se dirigea vers la partie la plus instable de l’île.

«  Je suppose qu’on doit ramasser tout ce qui ressemble à une croix, soupira t’il.

- Oui c’est exactement ce que j’allais dire… »

 

Sur une île…

 

 

Barbossa se trompait en imaginant que la situation ne pouvait pas être pire. Il le comprit en voyant Calypso se matérialiser devant lui.

«  Hector… 

- Qu’est-ce que tu veux ?

- On dirait que tu as subi un revers de fortune. » se moqua Calypso.

Le pirate grinça des dents.

«  Je n’ai pas besoin de ton aide…

- Cela ne serait pas arrivé si tu avais fait voile vers la Muerta comme je te l’avais ordonné.

- Je n’ai pas d’ordre à recevoir de toi ! » Pesta le pirate.

 

Calypso le considéra avec dureté.

«  Tu m’as menti Barbossa.

- Oh je t’en prie Calypso le temps où tu régnais sans partage et bel et bien envolé ! »

La nymphe trembla de rage.

«  Tu regretteras tes paroles Barbossa…» Prédit elle avant de disparaître.

 

Île de la Muerta

 

Exténuée, Elizabeth refit surface pour reprendre son souffle. Sous ses pieds, le sol s’effondra un peu plus tandis que des rochers dégringolaient des murs.

«  On dirait que la Muerta a choisi de couler définitivement aujourd’hui. » pesta-t-elle.

Aussi épuisé qu’elle, Lee se rapprocha.

«  La marée monte de plus en plus vite.

- Je sais…

- Alors réfléchis tu dis que cette Calypso t’a fait chercher autre chose avant, peut-être que les deux sont liés…

- Je ne vois pas comment. » Répondit Elizabeth avant de pousser en cri en sentant le sol s’effondrer sous elle.

 

La main de Lee la retint et il la hissa vers lui.

«  Réfléchis comment est-ce tison de glace ?

- Feu de Glace. Corrigea Elizabeth. C’est une pierre rouge au milieu d’un cristal. Les bords sont acérés et … »

La jeune femme s’interrompit brusquement. Son regard se posa sur une pierre d’un bleu vif nichée dans la roche à quelques mètres d’eux.

«  Quoi ?? S’impatienta Lee.

- Je crois que c’est ça… »Murmura Elizabeth en lui désignant la pierre

 

Lee grimaça.

«  Ca ne ressemble pas à une croix…

- Mais elle est entourée de cristal et si je me rappelle bien, le Feu de Glace était disposé à l’inverse. Si on réunit les deux pierres, elles formeront une croix…

- En admettant que tu ne trompes pas.

- Je ne me trompe pas. » répondit Elizabeth.

 

Lee grommela quelques mots sur les intuitions féminines puis entreprit de nager jusqu’à la pierre. Elizabeth le suivit. Ils tentèrent d’extirper la pierre de la roche mais sans succès.

«  Elle est coincée.

- J’ai vu ! » Cria Lee.

 

L’homme jeta un regard inquiet en direction de l’eau qui montait puis vers Elizabeth.

«  Tu es sûre que c’est-ce que tu cherches ?

- Oui… Tout correspond et… Oh ! »

Le bras de Lee la retint.

«  La caverne est en train de s’effondrer. » paniqua Elizabeth.

Lee regarda l’eau monter puis la pierre.

«  C’est vraiment ce que tu veux Elizabeth ? Cette pierre ? Tu n’as pas menti ? C’est vraiment ça qui compte le plus à tes yeux ?

- C’est Will !!! Répondit la jeune femme d’une voix tremblante.

- Tu veux le sauver.

- C’est ma faute si Jones, c’est ma faute… » Balbutia Elizabeth.

 

Une nouvelle secousse agita le sol et Lee la regarda.

«  Tu lui briseras le cœur.

- Je dois le sauver. »

Il sourit tristement et répondit

«  Je sais comment obtenir la pierre.

- C’est vrai ? Alors qu’est-ce qu’on attend ?? »

Lee la fixa.

«  Le sol ne supportera pas nos deux poids. Retourne de l’autre côté pendant que je l’extrais.

- Quoi ? Mais non, dis-moi comment faire et je

- Sans vouloir te vexer tu n’as pas assez de forces. Obéis pour une fois. »

 

Elizabeth le regarda avec hésitation.

«  Lee…

- Fais-moi confiance. »

Elle frémit en voyant sur son visage la même détermination que celle qu’elle avait lue sur le visage de Norrington avant sa mort.

«  Lee, que comptes tu faire ?

- Dépêche-toi, je te rejoins avec la pierre.

- Mais tu mens !! »

Lee soupira et oscilla, déséquilibré.

«  Va de l’autre côté. Tu n’as pas le choix si tu veux réussir. ALLEZ ELIZABETH TU N’AS PAS LE CHOIX !! » Hurla-t-il avant de la repousser avec violence.

 

Elizabeth oscilla et recula avant de sauter de l’autre côté. Lee sourit.

«  Ne sois pas triste. Il n’y a plus rien pour moi ici maintenant que Luan n’y est plus. » Déclara-t-il.

Elizabeth poussa un cri de détresse et il s’arc bouta sur la paroi. La pierre céda avec un craquement sinistre et il la lança dans sa direction de toutes ses forces

« Réu… »Cria-t-il.

La fin se perdit dans le fracas des pierres qui l’ensevelissaient. Elizabeth poussa un cri d’horreur.

«  Lee !! »

Elle détourna le visage alors que le corps de l’homme disparaissait sous les décombres.

 

Sous ses pieds le sol se remit à trembler plus fort et elle se pencha pour ramasser la pierre qui gisait à quelques centimètres d’elle.

«  AUX CHALOUPES !! » Hurla-t-elle.

Puis elle commença à courir. Elle sentit plusieurs fois le sol s’affaisser sous ses pieds et retrouva la chaloupe avec soulagement.

«  Vite. » ordonna-t-elle.

Derrière elle, les poches débordant de pièces aztèques, des hommes crièrent alors que l’île s’effondrait totalement.

« On y va. Ordonna-t-elle. Celui qui reste sur place, reste sur place. »

 

Un silence salua ses paroles et elle s’empara des rames.

«  Allez !!! »

 

()()

 

L’Empress

 

 

Elizabeth posa un regard embué sur ce qui avait été l’île de la Muerta.

«  Je suis si désolée Lee. Tu n’imagines pas à quel point » murmura-t-elle.

Un clapotis se fit entendre derrière elle et Calypso déclara

«  La Muerta a coulé as-tu réussi ? »

 

Elizabeth posa un regard las sur la pierre qu’elle serrait et se retourna.

«  J’ai la pierre.

- Mais ce n’est pas la Croix de Ponce Pilate. » Se moqua Calypso.

Elizabeth sourit tristement.

«  Non, en effet… Mais je suppose qu’une fois réunie avec le Feu de Glace elle formera une Croix.

- Tu es plus intelligente qu’il n’y parait. Susurra Calypso. Sais-tu le nom de cette pierre ?

- Non et je m’en moque. Prenez la et respectez votre promesse, c’est tout ce que je demande.

- On la nomme la Glace de feu. Amusant non ? »

 

Elizabeth ne répondit pas et Calypso la toisa.

«  Il existe un moyen de délivrer ce cher William avant son terme. »

Cette fois Elizabeth frissonna et se tourna vers elle

«  Qu, quoi ???

- Je serais prête à le laisser partir en échange d’un dernier service.

- Lequel ? Demanda Elizabeth

- Je veux que tu brises Barbossa.

- Quoi ???

- Il m’a manqué de respect. Brise-le et tu retrouveras ton tendre époux. Un cœur contre un cœur…

- Mais, c’est …

- C’est ma condition. La coupa Calypso. A toi de voir si tu en es capable»

 

Elizabeth ouvrit la bouche pour répondre mais la nymphe avait déjà disparu, emportant avec elle la pierre. Pendant un instant Elizabeth se demanda ce qu’elle allait faire de la Croix de Ponce Pilate avant de renoncer. Elle s’en moquait. Le cœur lourd la jeune femme songea à la proposition de Calypso. Elle se souvint de la prison de Pavlov, de son mariage.

«  Capitaine ? A-t-on un cap ? » Demanda un de ses hommes.

Elizabeth ne répondit pas. Le regard dans le vide elle revit Barbossa alors qu’il lui annonçait qu’il allait brûler l’Empress. Alors, elle soupira.

«  Tortuga.

- Tortuga ? N’osa se réjouir l’homme, secoué par le fait d’avoir vu la mort de près.

- C’est-ce que j’ai dit. Nous devons trouver le Capitaine Barbossa. » Ajouta Elizabeth à mi-voix.

FIN

Écrire commentaire

Commentaires : 0