Chapitre 7 Rien n'est jamais perdu

Le Black Pearl,

 

 

Attablé devant un cageot de pommes et son couvre-chef bien en place sur son crâne, Barbossa fulminait. Il avait encore du mal à croire ce qui lui arrivait. Lui, la terreur des Caraïbes, le pirate le plus rusé de l’univers c’était fait avoir par une … une fille !

«  Maudite garce aristocrate ! » ragea-t-il entre ses dents.

 

Barbossa s’empara d’une pomme avant de la reposer avec dépit. Il n’était pas d’humeur à savourer le fruit. Rien que l’idée de retourner sur la Muerta lui tordait l’estomac. Et voilà qu’à cause d’une garce menteuse et tricheuse et perverse il se voyait forcé d’affronter sa seule peur : La Muerta et son or maudit. Tout ça parce qu’Elizabeth avait décidé dans un accès de sentimentalisme stupide de protéger Sparrow. La colère de Barbossa redoubla alors qu’il imaginait les raisons qui auraient pu pousser la jeune femme à agir ainsi. Ces dernières n’étaient certainement pas vertueuses. Il en avait vu assez d’Elizabeth Swann pour savoir qu’elle était pire que la pire des catins. Lorsqu’il la retrouverait il ne la tuerait pas tout de suite, non il prendrait son temps pour …

 

«  Capitaine Barbossa ? »

Ce dernier lança un regard chargé de menaces vers celui qui osait ainsi l’interrompre et Ragetti recula.

«  Faudrait mieux que vous veniez voir ça … »

Se promettant de coller une balle entre les deux yeux de l’idiot s’il l’avait dérangé pour rien, Barbossa se leva et le suivit sur le pont.

«  Et bien … Il n’y a rien. » Ragea-t-il en observant l’horizon désert.

Sa main se posait avec vivacité sur son pistolet lorsque Bow intervint.

«  Regardez là-bas capitaine. » lui conseilla-t-il en lui tendant une longue vue.

 

Barbossa s’en saisit et un cri lui échappa lorsqu’il reconnut la silhouette gesticulante qui menaçait de faire chavirer la petite embarcation ballottée par le vent. L’autre du le reconnaître aussi car Barbossa eut la satisfaction de le voir se rasseoir à la hâte pour chercher les rames avec un air paniqué.

« Sparrow… » Ricana Barbossa.

Bow hocha la tête.

«  Que fait-on capitaine ? »

 

Barbossa hésita un long moment puis.

«  Repêchez ce rat, nous verrons bien ce qu’il a à nous apprendre. »

 

L’Empress,

 

Cela faisait une semaine qu’Elizabeth évitait Lee, encore choquée par la manière dont son complice avait traité Jack et l’avait poussée à trahir le pirate une nouvelle fois. Malgré tous ses efforts pour se persuader que Jack s’en était sorti, les traits de la jeune femme accusaient ses remords et elle peinait à trouver le sommeil, tourmentée par la culpabilité et par le désir non assouvi que lui avait laissé le pirate.

 

«  Tu m’évites. » finit par dire Lee en venant se planter résolument devant elle.

Elizabeth le gratifia d’un regard las.

«  Il me semblait avoir ordonné qu’on me laisse seule.

- Oui Elizabeth, depuis une semaine tu veux être seule. Surtout quand je souhaite te voir.

- Tu as la carte non ? » Rétorqua Elizabeth.

Lee la fixa.

«  C’est à cause de ce pirate, depuis qu’il est parti tu as changé.

- Parti ? Je croyais qu’on l’avait abandonné en pleine mer ? Ironisa Elizabeth.

- Et moi je croyais que tu voulais avancer pour sauver ton mari.

- Nous nous rapprochons de la Muerta. » répondit Elizabeth.

 

Lee secoua la tête.

«  Les remords ne te vont pas, pourquoi en as-tu pour cet homme ? »

Elizabeth poussa un long soupir.

«  Je ne tiens pas à en parler avec toi. Tu as eu ce que tu voulais alors laisse-moi.

- Il reste encore la Jonque de Ching. »

Elizabeth grimaça.

«  Tu auras ce que je t’ai promis Lee. Maintenant va-t’en. »

 

L’homme ne bougea pas et la détailla.

«  Ainsi tu m’en veux... De quoi m’en veux-tu Elizabeth ? De vous avoir interrompu ? »

La jeune femme rougit brièvement.

«  Ne dit pas n’importe quoi… »

Lee secoua la tête.

«  Tu devrais laisser ton mari où il est. Tu lui briseras le cœur.

- Épargne-moi tes leçons de morale !! Tu ne me connais pas !! » Explosa Elizabeth avec violence.

 

Lee s’approcha, le regard sombre.

«  Si, au contraire Elizabeth. Tu es comme les autres. Égoïste, esclave de tes désirs, obsédée par eux… La seule raison qui te pousse à chercher autant à délivrer ton précieux mari est parce qu’il t’est refusé. Une fois que tu le posséderas-tu le piétineras comme le reste. »

Elizabeth s’approcha, tremblante de rage.

«  Qui es-tu pour me juger !!! Tu te trompes Lee !! Will compte plus que n’importe quoi à mes yeux.

- Vraiment ? Nous verrons cela lorsqu’il te faudra abandonner ton précieux bateau pour le suivre. »

Elizabeth répondit sans réfléchir.

«  Je ne vois pas pourquoi je devrais abandonner l’Empress. Will et moi nous pouvons vivre à bord. »

Un sourire moqueur fit écho à ses paroles.

«  Tu veux tout sans rien offrir en échange…

- Tais-toi Lee. » répondit Elizabeth avec hargne avant de se précipiter sur le pont.

 

Le Black Pearl,

 

Barbossa posa un regard froid sur la chose toute mouillée que ses hommes venaient de jeter sur le pont.

«  Jack…

- Je préfère Capitaine si ça ne te dérange pas. »

Barbossa maîtrisa son agacement et le pirate se releva, l’air exténué.

«  Enfin de retour sur mon bâtiment, j’espère que tu en as pris soin. »

 

Sa remarque amena des sourires sur les visages de certains membres de l’équipage et Barbossa grinça des dents.

«  Pas d’entourloupe Jack. Où est la carte ?

- La carte…

- Oui la carte de Feng que tu as dérobée.

- Oh, cette carte là. Désolé l’ami mais je ne l’ai plus. »

 

Barbossa chopa Jack au col.

«  Ne joue pas au plus malin avec moi Sparrow. Où est la carte ? »

Une ombre passa sur le visage de Jack.

«  Je suppose qu’elle est toujours sur l’Empress… »

Barbossa le fixa.

«  Tu l’as donnée à Elizabeth. Ça ne m’étonne pas, tu as toujours été trop sentimental. »

Le regard de Jack s’assombrit encore.

«  En vérité, donnée n’est pas exactement le terme qui convient… »

 

Surpris par la rage qui émanait de son vieil ennemi, Barbossa le relâcha un peu.

«  Que veux-tu dire ?

- Ce que je veux dire, c’est que le capitaine Swann et moi étions sur le point de … Enfin j’étais sur le point de lui montrer ce qu’est réellement un homme lorsque je me suis réveillé dans cette chaloupe. » répondit Jack d’un air furieux.

Barbossa ne put retenir un sourire tandis que son ennemi pestait.

«  Je suppose que cette fourbe en a profité pour me voler la carte. Oh Jack vous comptez beaucoup pour moi, singea-t-il. Tu parles ! Sale menteuse. »

 

Cette fois Barbossa ne put retenir un rire et Jack se retourna vers lui, l’air calculateur.

«  Tu t’es fait avoir toi aussi … »

Ce rappel eut raison du rire de Barbossa.

«  En effet …

- Elle a mon compas, les cartes et l’Empress. Rappela Jack. Elle nous a tous abusés. »

 

Les deux hommes se jaugèrent et Barbossa soupira.

«  Je sens que je vais regretter de te demander ça mais que comptes tu faire ? »

Un regard brillant lui répondit.

«  Lui faire rendre ce qu’elle nous doit. Pièce… par pièce… »

Barbossa le fixa.

«  Je suis le capitaine. » finit-il par répondre.

Jack sourit légèrement

«  La Muerta ?

- L’Empress… » Répondit Barbossa.

 

L’Empress,

 

 

La nuit était bien avancée et la jonque endormie lorsque l’enfer commença. Elizabeth, réveillée en sursaut par le fracas des canons, se précipita sur son sabre et s’élança sur le pont, rapidement rejointe par Lee.

«  A vos canons ! Hurla-t-elle.

- C’est Ching… » La renseigna Lee.

Elizabeth jeta un regard surpris en direction de la jonque qui crachait le feu dans leur direction et secoua la tête.

«  Impossible, Ching est … »

 

Le mat principal s’écroula dans un fracas qui noya la fin de la phrase de la jeune femme et des centaines de grappins agrippèrent le pont, suivis par l’équipage de Ching.

«  A vos armes !! » Hurla Elizabeth.

Une lame se posa sur sa gorge et la jeune femme déglutit en reconnaissant Ching

«  Mistress Ching … Mais vous avez perdu l’esprit, tenta-t-elle.

- Je ne crois pas Capitaine Turner. Emparez-vous de cette jonque.

- Non ! » Protesta Elizabeth, furieuse de n’avoir rien vu venir.

 

Ching secoua la tête.

«  Pauvre idiote. Tu ne connais rien à la piraterie, tuez l’équipage. »

Les yeux agrandis de terreur, Elizabeth se débattit.

«  Pourparlers ! »

Ching ricana et se retourna vers elle.

«  Pourparlers ? Avais-tu l’intention de faire des pourparlers lorsque tu m’aurais attaquée ?

- Comment… » Commença Elizabeth avant de s’interrompre.

A ses côtés Lee pesta.

«  Je savais que c’était une erreur ! » Ragea-t-il en fixant Tai Huang.

Ce dernier leur adressa un regard brûlant de haine et Elizabeth se débattit.

«  C’est contraire au Code ! Ching ! »

La pirate la frappa violemment au visage.

«  Mettez ça aux fers capitaine Huang.

- Avec plaisir. » Ricana Tai.

 

()()

 

Le visage en sang, Elizabeth se leva en voyant apparaître Ching et Tai.

«  Que signifie ceci Ching ? Et où est Lee ? »

La pirate la toisa.

« Rassure-toi Elizabeth. Il va te rejoindre. Il te tiendra compagnie pendant ton dernier voyage. J’espère que tu apprécies tes geôles. »

Elizabeth secoua les barreaux.

«  Comment osez-vous Ching ? Je suis Roi de la Confrérie !

- Plus pour longtemps. »

 

Elizabeth surprit le regard ravi de Tai et recula.

«  Qu’allez-vous nous faire ?

- Ça dépend de toi Elizabeth. Où est le coffre ? Demanda Ching.

- Le coffre ?

- Celui qui contient le cœur de Turner. »

Elizabeth secoua la tête.

«  Je préférerais mourir plutôt que de vous le dire…

- Nous verrons si tu tiens encore ce discours une fois à destination. » Ricana Ching.

 

Tai Huang toisa la jeune femme.

«  Nous devrions la tuer maintenant.

- Et nous priver des bienfaits du Hai Ho Shang en échange de son sacrifice ? Hors de question. » Trancha Ching.

Elizabeth déglutit.

«  Le … quoi ? 

- Tu comprendras quand tu le verras, étrangère. » Répondit Tai.

 

Un long frisson remonta le long de l’échine d’Elizabeth et Ching la toisa.

«  Nous verrons si tu refuses encore de nous révéler l’emplacement du cœur. »

Elizabeth déglutit et Tai ricana.

«  En attendant, voici de quoi te tenir compagnie. » Ajouta Ching en poussant un Lee au visage blessé dans sa cellule.

 

Le cœur d’Elizabeth se serra en le voyant et elle se précipita vers son complice.

«  Lee ! Que t’ont-ils fait !

- Il l’a tuée. Murmura Lee d’une voix brisée.

- Quoi ? »

 

Ching secoua la tête

«  Aucune bâtarde ne peut prétendre atteindre l’âge adulte. Tai a rempli ses ordres. »

Le visage rempli d’horreur, Elizabeth se tourna vers le second.

«  Elle était de ton sang !! Cette enfant tu as dit que, qu’elle

- J’ai menti. » répondit méchamment Tai avant d’emboîter le pas à Ching tandis que les sanglots déchirants de Lee s’élevaient dans la cellule.

 

 

Le Black Pearl,

 

«  Es-tu sûr que la Muerta est bien par-là Hector ? Moi j’aurais plutôt… » Commença Jack avant de s’interrompre devant le regard meurtrier que lui lançait l’autre.

 

Barbossa se détourna et soupira. Il lui semblait que les choses allaient de mal en pis. Déjà son chapeau était déformé, il s’en était aperçu après que Jack s’en soit moqué. Ensuite, il faisait route vers la seule île qu’il s’était juré de ne plus jamais approcher. Et pour couronner le tout, il devait supporter la présence de Sparrow. Tout ça à cause d’une femme. C’était encore cela le pire. Lui, le pirate aguerri, l’homme sans peur et sans cœur s’était fait avoir par les cuisses ouvertes d’une fille. Non pas qu’il aimait Elizabeth Swann. Non, Barbossa était depuis longtemps vacciné contre ce genre de faiblesse. Mais il avait eu de l’affection, du désir pour cette fille. Il l’avait même admirée, voyant en elle une sorte de Barbossa au féminin, un pirate qu’il aurait pu modeler à son image. Sauf qu’elle avait trop bien appris ses leçons. Et les avait appliquées sur lui. Ce qui était intolérable.

 

«  Maudite Elizabeth Swann. » pesta Jack, faisant écho aux pensées de Barbossa.

Les deux hommes échangèrent un regard et Barbossa se tourna vers l’équipage.

«  Du nerf ! Nous devons rattraper l’Empress ! »

 

L’Empress,

 

Elizabeth posa une main hésitante sur le bras de Lee.

«  Je suis désolée … Pour, pour ta fille. »

L’homme releva le visage.

«  Elle a ordonné sa mort. Sa propre mère a ordonné sa mort. Comme si cela ne suffisait pas de l’avoir abandonnée il a fallu qu’elle la tue ! Maudite pirate !!!

- Tous les pirates n’agissent pas ainsi… » Souffla Elizabeth.

 

Lee la toisa.

«  Tu crois que cela me console de le savoir ?

- Non, bien sûr que non, Lee, je suis si…

- Quand je pense… Tout ça pour rien !! Tout ça alors qu’elle était déjà morte !!! » Hurla Lee.

 

Elizabeth grimaça et sa pression sur le bras de l’homme s’accentua.

«  Nous la vengerons Lee… je te le promets.

- La venger… Espèce d’idiote… Que crois-tu donc pouvoir faire ?

- Nous trouverons. Murmura Elizabeth. J’ai, toutes ces années, j’ai appris qu’aucune cause n’était perdue tant qu’il restait un fou pour y croire.

- C’est ça. Tu n’auras qu’à le dire au Hai Ho Shang. » ricana Lee avec malveillance.

Elizabeth se mordit la lèvre.

«  J’espère trouver une solution avant … Sinon et bien je me battrais. »

 

Lee secoua la tête et éclata d’un rire froid.

«  Tu ne sais pas ce qu’est le Hai Ho Shang n’est-ce pas ?

- En effet. Répondit Elizabeth d’un ton de défi. Et je n’ai pas l’intention de

- Un monstre sous-marin qui se repaît du sang de ses victimes. Il ne les tue pas d’un coup, non, mais les saigne jour après jour avant de dévorer leur âme et de les condamner à la souffrance éternelle. »

Elizabeth blêmit et un léger tremblement secoua ses épaules.

«  Merci pour les détails Lee… »

 

L’homme releva un regard embué sur elle et soupira.

«  Excuse-moi, je suis désolé… Je sais que, que tu as tout fait pour m’aider. Tu ne pouvais pas savoir qu’il était trop tard. 

- Toi non plus Lee…souffla Elizabeth d’un ton rempli de pitié. Je, je suis triste pour toi…Je sais ce que ça fait, d’apprendre… »

La jeune femme s’interrompit, la gorge étranglée par les sanglots.

 

Un silence de plomb retomba sur eux puis Elizabeth se leva.

«  Nous devons trouver un moyen de sortir de cette geôle. De l’aide. Je ne peux pas croire que tout l’équipage voit le retour de Tai d’un bon œil. Y’a quelqu’un ??? » Commença-t-elle à crier en secouant les barreaux.

Avec un soupir Lee se leva et la saisit par les épaules.

«  Ching a fait massacrer l’équipage…. C’est Tai et une partie des hommes de sa jonque qui dirigent l’Empress.

- Quoi ??

- Ching n’a pas de cœur Elizabeth. Elle a ordonné la mort de sa propre fille. Crois-tu vraiment qu’elle aurait épargné tes hommes ?

- Mais toi tu es en vie… »

 

Lee sourit avec ironie.

«  Malheureusement. Sans Luan, je n’ai plus de raison de continuer… »

Elizabeth se retourna vers lui, furieuse.

«  Arrête ça Lee Huang !! Crois-tu que ta fille serait fière de te voir renoncer sans te battre ? Tu ne peux pas la ramener mais tu peux venger son crime !!! »

 

Lee la fixa et Elizabeth continua avec rage.

«  Tu veux laisser Ching gagner sans te battre ?? Elle a tué ta fille Lee !!! »

L’homme blêmit.

«  Tais-toi …

- Non je ne me tairais pas et je ne renoncerais pas !! Jamais !!! »

Lee secoua la tête et relâcha son étreinte. Elizabeth le toisa avec mépris et se retourna vers les barreaux de sa cellule qu’elle secoua.

 

()()

 

Cela faisait plusieurs heures que Lee et Elizabeth n’avaient pas échangé un mot. Lasse de ses efforts inutiles pour faire céder les barreaux de sa prison, la jeune femme s’était laissée tomber dans un coin une heure plus tôt, le visage morne.

 

L’obscurité envahit un peu plus la geôle et Elizabeth soupira lourdement avant de s’allonger à même le sol et de chercher vainement le sommeil. Au bout d’un moment elle se releva, le cœur serré en entendant les sanglots étouffés de Lee. Un soupir lui échappa et elle se dirigea à tâtons vers son compagnon.

«  Pardonne moi, je ne voulais pas te blesser en te rudoyant, murmura-t-elle. C’est juste que… »

 

Elle sentit les épaules de Lee trembler sous ses doigts et s’interrompit.

«  Je suis désolée, chuchota-t-elle en le serrant contre elle. J’aimerais pouvoir t’aider. »

Un sanglot rauque lui répondit et elle sentit l’homme se dégager de son étreinte. Elizabeth soupira et recula légèrement. La main de Lee la retint.

«  Je n’aurais pas dû t’entraîner là-dedans…

- Ce n’est rien. Murmura Elizabeth. Ne t’en fais pas pour moi »

 

Une salve de chinois lui répondit et elle sentit Lee la pousser sur le sol. A sa grande honte, le désir familier envahit ses reins.

«  Lee, je…

- A quoi bon résister maintenant ? » Répondit Lee d’un ton désabusé.

Sa main glissa sous la chemise d’Elizabeth et la jeune femme hoqueta de surprise.

«  Qu’est-ce que tu fais ?

- Ce dont j’ai eu envie dès la première fois que je t’ai vue. Maudite pirate, toi et celles de ton espèce ! » Ragea Lee en défaisant nerveusement le pantalon de la jeune femme.

Elizabeth se crispa et son corps se pressa vers celui de son compagnon tandis qu’il s’abattait sur elle et la prenait d’une brutale poussée.

 

Perdue, Elizabeth laissa le plaisir l’envahir tandis que Lee la maintenait sur le sol, ses coups de reins se faisaient de plus en plus violents. Un gémissement étranglé échappa à l’homme et elle le sentit se déverser en elle avant de la repousser.

 

Tremblante, elle se redressa légèrement.

«  Tu te sens mieux ? Ironisa-t-elle.

- C’est-ce que tu voulais non ? »

Elizabeth secoua la tête.

«  Je ne comprends pas Lee… Je croyais que tu, que je

- Je t’ai désirée dès que je t’ai vue. Mais tu es un pirate. Comme Ching. Il faut croire que mes erreurs ne m’ont rien appris. J’ai résisté pour ma fille. Mais maintenant qu’elle est morte et que nous le serons bientôt…

- Autant adoucir nos derniers instants ? Demanda Elizabeth d’un ton acide. Il ne me semble pas t’avoir dit que je désirais cela … »

 

Lee se retourna vers elle et s’allongea de nouveau sur elle, sa vigueur revenue.

«  Tu n’auras qu’à te dire que tu n’avais pas le choix. »

Elizabeth frissonna et songea à la trahison qu’elle s’apprêtait à commettre à nouveau. La main de Lee s’insinua entre ses cuisses et elle les écarta avec un soupir. Lee avait raison. Dans quelques heures ils seraient morts. Repousser son désir était inutile désormais.

 

Le Black Pearl,

 

 

Barbossa et Jack échangèrent un regard féroce en reconnaissant la silhouette de l’Empress.

«  On dirait qu’elle se donne du bon temps avec la vieille Ching. » ragea Jack.

Barbossa se crispa.

«  Plus pour longtemps… A l’abordage !! Je veux que cette fille morde la poussière !!! » Hurla-t-il.

Jack grimaça et avança.

«  Non Jack. Cette fois c’est moi qui commande. Crois-moi Elizabeth Turner va regretter ses actes » Le coupa Barbossa.

 

L’Empress,

 

Elizabeth se réveilla en sursaut, surprise par la violence de la canonnade. A ses côtés, Lee se redressa et remit maladroitement son fut.

« Que se passe-t-il ? »

Elizabeth se précipita vers les barreaux et un cri de joie lui échappa.

«  C’est Hector ! C’est le Pearl ! Je reconnais le bruit de ses canons» triompha-t-elle.

 

Elle tourna un visage radieux vers Lee.

«  Je t’avais dit que rien n’est jamais perdu…»

Chapitre 6                                                                                              Chapitre 8

Écrire commentaire

Commentaires : 0