Chapitre 8 Tentation

Jack, prit son temps avant de commencer à parler, troublé malgré lui par la proximité d'une Elizabeth à demi nue. D'un geste agacé, il ramassa sa chemise que le maître d'équipage lui avait arrachée pour le fouetter et la tendit à Elizabeth.

« Couvrez-vous. Ce n'est pas que je n'apprécie pas la vue mais vous semblez avoir froid. » Lança-t-il d'un ton plus rude qu'il ne l'avait voulu.

Elizabeth prit la chemise avec reconnaissance et se couvrit du mieux possible. Jack la regarda faire, un vague sourire au coin des lèvres.

« Vous êtes à bord du Hollandais Volant, trésor. Annonça-t-il.

- Le Hollandais Volant ? Répéta Elizabeth avec un air de totale incompréhension.

- Le navire maudit de Davy Jones. Précisa Jack.

- Que faites-vous ici ? Tout le monde s'est interrogé sur votre disparition, c'est Jones qui vous a aidé ?

- Aidé ? Jones ? Disons plutôt que j'avais contracté une toute petite dette envers lui, et qu'il y tenait apparemment suffisamment pour retarder l'heure du jugement dernier pour moi. Et vous ? Qu'est-ce que votre fichu Norrington a bien pu faire pour mettre Jones dans une rage pareille ? »

 

Elizabeth reprit une gorgée de rhum, tant pour se donner du courage que pour se réchauffer.

«  James est mort il y a quelques mois assassiné d'un coup de poignard en pleine rue. »

Jack accusa un bref instant la nouvelle, il n'aimait pas le commodore mais celui-ci s'était montré un adversaire honorable aussi ne méritait il pas une telle fin.

«  Ooooh je vois mais dans ce cas qui alliez-vous épouser ? Le jeune William peut être ? »

 

Elizabeth rougit, ça faisait plusieurs semaines qu'elle n'avait pas pensé au jeune forgeron, s'étant faite à l'idée qu'il ne reviendrait jamais vers elle. Jack, voyant son air embarrassé, sourit et se dit que la demoiselle était apparemment plus délurée qu'il n'y paraissait.

« William est parti il espérait vous trouver.

- Moi ? Mais pourquoi ?

- Il voulait que vous lui parliez de son père. Il, il s'en veut beaucoup de ce qu'il s'est passé sur la Muerta, il dit qu'en brisant la malédiction, il a aussi tué son père. Cette idée lui est insupportable. Alors il est parti à votre recherche pour que vous lui racontiez l'histoire de son père, ses racines.

- Intéressant. » Commenta Jack qui choisit de garder pour lui la présence du père de Will à bord.

 

En effet, Bill, le père de Will avait choisi de rejoindre les rangs de Jones plutôt que de continuer à subir la torture du poids de l'océan sur son corps à laquelle Barbossa l'avait condamné en l'attachant à un canon et en le jetant par-dessus bord. Jack avait donc eu la surprise de le retrouver à bord du Hollandais Volant.

« Et comment comptait il me trouver ? Demanda-t-il

- Will comptait se rendre à Tortuga puis de là vers l'île de la Muerta.

- Pourquoi faut-il toujours que ce gamin se conduise stupidement !

- Will n'est pas idiot ! S'écria avec véhémence Elizabeth. Il sait qu'on ne trouve pas la Muerta comme ça ! Il a ramassé votre compas et compte sur lui pour le mener à bon port.

- Mon compas… c'est donc le gamin qui l'a. Sourit Jack. C'est parfait cela…

- Que voulez-vous dire ? » Interrogea Elizabeth qui ne comprenait pas la soudaine joie de son compagnon d'infortune.

 

Jack ne lui répondit pas sur le moment. Will avait le compas, mais il ignorait la véritable nature de celui-ci. Le compas ne menait pas seulement à la Muerta, non, le compas menait à ce que l'on désire le plus et ce que l'eunuque désirait le plus au monde était sans doute la femme qui se trouvait assise à ses cotés et buvait tout son bon rhum. Rhum ! Cette fille était en train de tout boire ! Jack lui arracha la bouteille des mains.

« Vous avez assez bu trésor. Déclara-t-il en prenant une large rasade. Vous n'avez pas répondu d'ailleurs. Si l'estimable Norrington est mort et que le jeune William est parti quel est l'heureux homme qui allait devenir votre mari ? Lança-t-il d'un ton badin.

- Vous ne le connaissez pas. C'est un noble, un Lord. Lança Elizabeth agacée par l'ironie affichée de Jack.

- Dites toujours mon ange. Vous seriez surprise du nombre de gens bien qui font partie de mes connaissances, de femmes honorables qui ont quitté leur mari une nuit pour venir chercher le plaisir dans mes bras. »

Elizabeth rougit violement en entendant la dernière phrase de Jack, tandis que celui-ci posait un regard appréciateur sur elle tout en buvant une nouvelle gorgée de rhum.

«  Je vous serai gré de m'épargner les détails de vos…aventures. Déclara-t-elle d'un ton guindé.

- Pourquoi cela trésor ? Vous avez peur de succomber vous aussi ? » Ne put-il s'empêcher de demander en s'approchant imperceptiblement d'elle.

Elizabeth recula légèrement et rougit de plus belle.

«  Je suis bien sûre que vous ne feriez rien qui pourrait compromettre mon honneur !

- Qui sait Lizzie ? Je suis un pirate, pas un de ces jeunes coqs prétentieux que vous avez l'habitude de fréquenter. Un pirate prend ce qu'il désire quand il le veut. » Lui dit-il en la regardant intensément sans savoir lui-même où il allait au juste.

Elizabeth soutint son regard, son cœur se mit soudainement à battre plus vite dans sa poitrine, et elle reprit d'une voix légèrement altérée qu'elle mit sous le compte du rhum qu'elle avait ingurgité.

«  Mais pas vous Jack … Vous vous voulez qu'on vous désire et non prendre de force, vous voulez qu'on vous aime qu'on se donne à vous…entièrement. »

 

Jack, confus et perdu, sentit son sexe commencer à se tendre à mesure que des images d'une Elizabeth le suppliant de la toucher lui venaient à l'esprit. Il déglutit péniblement tout en essayant de se calmer et reprit bravement la conversation.

« Je crains que vous ne vous fassiez une idée fausse de moi Elizabeth, sans doute à cause des fadaises que vous avez lues sur mon compte. Je ne suis pas une proie pour vos petits jeux, je suis un homme, pas un Lord qui fait passer l'honneur avant tout. Si vous vous imaginez que vous pouvez essayer vos séductions de gamine sur moi vous vous trompez ! Et de plus vous n'êtes pas mon genre… » Conclut-il tout à fait illogiquement.

Elizabeth eut un petit sourire manipulateur et sans savoir clairement ce qui la poussait ainsi elle se rapprocha encore de Jack, désireuse à la fois de lui prouver qu'elle n'était plus une enfant mais aussi qu'elle pouvait le séduire.

«  Un jour vous changerez d'avis Jack. » Lui dit-elle tandis qu'elle touchait presque son torse nu et fermait à demi les yeux, son cœur cognant encore plus fort dans sa poitrine.

 

Jack se sentit submergé par le désir… Dieu qu'il voulait cette maudite fille ! Son excitation grandissait à mesure qu'il respirait son parfum léger aux délicates fragrances de fleurs. Il allait la prendre et elle l'aurait bien cherché ! Au moment où il se décidait, il vit passer le maître d'équipage qui lui lança un regard sadique. Brutalement refroidi, Jack se souvint de la promesse de Jones et au lieu de prendre les lèvres de la jeune femme comme il en avait initialement l'intention, il recula avec un sourire sarcastique aux lèvres.

« Vous vous conduisez bizarrement pour une femme qui vient de voir son mariage interrompu. Je me demande ce que votre fiancé penserait de tout cela. »

Elizabeth, ramenée brutalement à la réalité, devint écarlate. Elle-même trouvait sa conduite inqualifiable, consciente que si Jack avait tenté de l'embrasser elle n'aurait pas pu lui résister. Mais bien sûr il ne l'avait pas fait ! Damné pirate et foutu rhum qui lui faisaient faire n'importe quoi !

« Mon fiancé a toute confiance en moi ! Il sait que jamais je ne me compromettrais avec quelqu'un dans votre genre !

- Oh et à ce propos vous ne m'avez toujours pas donné le nom de cet homme estimable que seul vous jugez digne de vous dispenser du plaisir. Lança Jack d'un ton grivois.

- Lord Cutler Beckett. » Répondit Elizabeth d'un ton légèrement pédant tant elle avait envie de lui faire ravaler ses sarcasmes et allusions déplacées.

 

En entendant ce nom, Jack faillit s'étrangler avec le rhum qu'il buvait. Non ! Ce n'était pas possible elle ne pouvait pas l'épouser ! Pas lui pas cet homme, surtout pas !

« Cutler Beckett… Répéta-t-il. Et je suppose que l'estimable Norrington est mort peu de temps après son arrivée ?

- Oui… Mais qu’insinuez-vous ! Cutler est un homme merveilleux ! Il m'a appris à me battre, il, il a toujours été là pour moi ! Je tiens énormément à lui ! S'écria-t-elle avant de réfléchir un instant, les yeux rivés sur la marque en forme de P que portait Jack. Je sais pourquoi vous essayez de le salir à mes yeux ! C'est parce qu'il travaille pour ceux qui vous ont marqué de la sorte ! Il vous connait forcément vu qu'il cherche votre compas ! » Lança-t-elle échauffée par l'alcool et avec un vague mal de tête qui se profilait.

 

Jack accusa le coup. Ainsi Cutler était au courant pour le compas et Jones cherchait à détourner son attention. Se pourrait-il qu'il soit au courant pour le cœur de Jones ? Oui c'était sûrement ça ! Le tout était de découvrir qu'elle était la véritable ambition de ce maudit Lord ! Jack ouvrit la bouche pour répondre à Elizabeth, pour lui expliquer quel homme était réellement son fiancé mais se ravisa en voyant que la jeune femme avait glissé dans le sommeil. Demain viendrait bien assez tôt et les explications aussi. Jack la regarda quelques instants et, s'apercevant qu'elle avait la chair de poule, il alla chercher sa veste qu'il posa doucement sur elle en s'efforçant de ne pas la réveiller. Puis il alla s'allonger, un peu plus loin et essaya de trouver le sommeil à son tour.

 

Quelques heures plus tard,

 

Elizabeth se réveilla, complètement désorientée et transie. Elle s'assit avec difficultés et essaya de se souvenir de l'endroit où elle se trouvait. Elle s'assombrit à mesure qu'elle se souvint de ce qui c'était passé. Alors qu'elle aurait dû reposer dans les bras de son tout nouveau mari, elle se trouvait dans la cale glaciale d'un navire maudit dont tout l'équipage avait des allures de poisson sur deux pattes. C'est à ce moment qu'elle s'aperçut de la veste qui la recouvrait ce qui la fit sourire malgré elle. Ce ne pouvait être que Jack qui l'avait couverte ainsi. Elle se leva doucement et chercha le pirate des yeux. Elle le découvrit rapidement, recroquevillé sur lui-même, la bouteille de rhum vide à côté de lui. Il était torse nu mais ne semblait pas souffrir du froid comme elle. Elizabeth hésita un instant puis, sans faire de bruit, elle se coucha à côté du pirate et rabattit la veste sur leur deux corps avant de sombrer à nouveau dans le sommeil.

 

()()

 

Jack se réveilla, alors qu'il serrait étroitement quelque chose dans ses bras. Quelque chose ? Non quelqu'un … Il découvrit le cœur battant qu'il tenait Elizabeth contre lui et que la veste dont il l'avait recouverte la veille les protégeait à présent tous les deux. Au supplice par la proximité de ce corps si chaud contre le sien, mourant d'envie de l'explorer mais sachant très bien que s'il commençait il ne pourrait plus s'arrêter ce qui compromettrait grandement leurs chances à tout deux de sortir d'ici, Jack s'écarta légèrement d'elle. Il la regarda un long moment et réalisa qu'elle avait raison la veille, il voulait qu'elle le désire. Il ne voulait pas seulement la prendre ce qui somme toute serait assez facile mais aussi la posséder toute entière…

« Aha et pourquoi cela ? Qu'a-t-elle de si différent des autres ? » Demanda la voix railleuse qu'il s'efforçait toujours d'ignorer.

 

En l'entendant Jack sursauta comme si on l'avait piqué et battit prudemment en retraite, s'écartant un peu plus d'Elizabeth. Dans son sommeil, la jeune femme poussa un léger soupir de bien être avant de se rapprocher à nouveau et de se tourner vers lui. Jack déglutit en sentant son souffle sur son visage, elle était là devant lui, offerte. Il lui suffirait juste d'approcher un peu son visage du sien et il pourrait enfin goûter ses lèvres, savoir si elles étaient aussi douces qu'il l'imaginait. Jack avança presque inconsciemment vers elle. Juste un baiser pas plus appuyé qu'une caresse songea-t-il. Juste pour savoir ce que ça fait. Lentement, le cœur battant à tout rompre, Jack franchit la distance qui les séparait et se prépara à embrasser celle à laquelle il n'avait cessé de penser depuis son arrivée sur le Hollandais Volant.

Chapitre 7                                                                                              Chapitre 9

Écrire commentaire

Commentaires : 0