Chapitre 44 Mort, Kraken et Armada

Tia Dalma leva ses yeux sombres sur Davy Jones, un éclair terrifié les fit luire un bref instant avant qu'elle ne parle, s'efforçant d'ignorer la douleur lancinante de sa poitrine.

«  La seule chose qui me fasse peur c'est de passer l'éternité auprès d'un être tel que toi. Pourquoi crois-tu que je ne suis pas venue ? » Ricana-t-elle tandis que du sang s'échappait de sa bouche.

Les tentacules de Davy se tordirent de rage, il se pencha sur elle et la prit dans ses bras.

«  Je pourrais t'achever tout de suite pour ces paroles. Mais je veux te voir mourir. Contemple ton œuvre Calypso ! » Hurla-t-il en la tournant vers les marins maudits.

Tia Dalma, respira avec difficultés et croisa un instant le regard de Jack que les marins entraînaient vers la cale. Un lent sourire éclaira son visage alors qu'elle se penchait sur Jones et sa main fouilla dans ses tentacules.

« Mon œuvre ? Est-ce ma faute si je suis ainsi ? Est-ce ma faute si tu as perverti la tâche que l'on t'avait confiée ! Cria-t-elle en retirant sa main et la laissant pendre mollement, comme prise d'une brusque faiblesse.

- TA faute ! Oui ! » Hurla Jones fou de rage pendant que les hommes s'écartaient sur leur passage.

 

D'un coup de pied rageur, Jones ouvrit la porte de sa cabine et fit sursauter Will qui s'y trouvait. Sans la moindre délicatesse, Jones déposa Tia sur le lit avant se tourner vers Will.

« Sors d'ici Turner ! »

Will, une expression blessée sur le visage sortit à la hâte et gratifia Tia d'un regard sombre. Cette dernière gémit alors que la douleur dans ses poumons augmentait et regarda Jones.

« Regarde toi … Tu es devenu un monstre, incapable d'aimer, incapable de faire la moindre bonne action. Tu es pitoyable. Dit-elle cherchant à l'énerver dans l’espoir de le pousser à abréger une agonie, qui elle le savait, serait longue en raison de sa véritable nature.

- Je t'ai attendu Calypso. Toute la journée je t'ai attendue. J’espérais qu'au bout de dix ans de bons et loyaux services tu serais là, je rêvais même que tu aies trouvé une solution pour me libérer ou tout du moins me suivre durant les dix prochaines années. »

Tia se contracta légèrement.

« Te suivre alors que j'étais le vent, les vagues et les embruns ? Te libérer alors qu'ainsi je savais que tu m'appartiendrais pour l'éternité même si je ne t'aimais plus ? »

Jones la regarda, presque humain un instant.

« M'as-tu seulement aimé Calypso ?

- Est-ce que la mer aime les poissons ? » Ricana-t-elle.

 

Jones traversa la pièce et saisit son cou de sa pince avant de serrer.

« Sorcière ! Tu m'as volé tout ce à quoi j'aspirais ! Tu m'as pris ma liberté ! Tu m'as brisé le cœur ! »

A demi étouffée Tia le fixa, les yeux exorbités.

« Tu ...m'as … Trahie... » Lâcha-t-elle.

Un sourire cruel aux lèvres, Jones la relâcha doucement.

« Oui. J'ai voulu moi aussi te priver de ta liberté, te montrer ce que ça faisait.

- Croyais tu que ça me ramènerais vers toi, de m'enfermer dans ce corps de mortelle ? »

Jones, baissa la tête un moment, vaincu.

« Je ne sais pas …

- La réponse est non. Cracha-t-elle. Qui pourrait aimer un poulpe dépourvu de cœur, sans âme et sans conscience ? »

Sentant sa colère revenir, Jones la regarda avec méchanceté.

« Et toi ? »

Tia lui sourit avant de fermer les yeux.

«  Tu as perdu Davy Jones. Jamais tu ne me posséderas… » Murmura-t-elle avant de s'éteindre.

 

()()

 

James était à bout de forces lorsqu'il parvint à l'île des épaves. Sous les regards glacés des pirates qui ne firent pas un geste pour l'aider il se hissa avec difficultés sur la berge. Ses vêtements trempés lui collaient au corps et il se releva lentement puis commença à avancer d'une démarche chancelante vers la salle du Conseil.

Teague Sparrow, releva le visage en le voyant entrer et le regarda d'un air interrogateur.

« Calypso est morte. » Annonça James.

Sao Feng sursauta en l'entendant et le saisit au col.

« Tu as quoi !

- J'ai tué Calypso. Et Beckett approche avec son armée… » Dit James avant de sombrer dans l'inconscience.

Les Seigneurs se mirent alors à parler en tout sens, se lamentant sur le désastre qui les frappait tandis que Teague, mort d'angoisse pour son fils, s'efforçait de les calmer.

 

()()

 

Jones sortit de sa cabine, furieux de la mort de Tia et l'ultime affront qu'elle lui avait fait subir. D'un coup de tentacules, il envoya valdinguer la première créature qui se présenta à lui et se tourna vers Jimmy Leg, son second.

« Le délai est passé. Fait surgir le Kraken, qu'il les détruise tous ! » Hurla-t-il.

Il s'apprêtait à repartir vers sa cabine lorsqu'il croisa le regard de Will.

« Toi … Viens avec moi. Susurra-t-il. J'ai envie de me détendre… »

Will, un sourire heureux aux lèvres, le suivit.

 

Une fois à l'intérieur, Jones le toisa d'un air méprisant alors que Will osait à peine regarder le corps de Tia Dalma qui, figé dans la mort, reposait sur le lit de Jones.

« Cette femme… Grinça Jones. Est la raison pour laquelle je suis devenu celui que je suis. »

Will, la bouche sèche, le regarda sans rien dire, surpris par le ton de sa voix.

« Tu vois Will, comme toi j'ai été trompé, abusé, par une de ces viles femelles. Mais ce temps est révolu pour moi. » Dit-il presque tristement.

Le cœur de Will manqua un battement, n'osant espérer que peut-être, le capitaine du Hollandais Volant en était venu à l'aimer. Pour la première fois il s'approcha de lui sans y être invité et posa une main hésitante sur le torse fait de coquillages de son maître. Jones le regarda longuement avant d'éclater de rire.

« Tu n'as toujours pas compris hein ? Pauvre petite fille… » Se moqua-t-il avant de le pousser rudement au sol.

 

Will gémit de douleur lorsqu'il sentit Jones lui arracher son pantalon, sa pince laissant une longue estafilade sur sa peau.

« L'amour, Turner, est un sentiment que le Capitaine du Hollandais Volant ne connaît pas ! S'exclama Jones qui le pénétra avec brusquerie, s'enfonçant d'un coup en lui. Voilà tout ce que tu obtiendras jamais de moi. Râla-t-il en allant et venant avec violence en lui. Du moins tant qu'il me plaira de posséder une fille. Ricana-t-il. Mais rassure toi, je m'arrangerais pour l'équipage te comble de toutes les manières possibles quand je serais lassé de toi. »

Will, les larmes aux yeux, ne répondit rien tandis que derrière lui, Jones se déchaînait et mettait toute sa haine et sa violence dans les coups de reins dont il le gratifiait.

 

()()

 

Beckett sourit avec satisfaction en apercevant les premiers navires pirates à portée de ses canons. Une tasse de thé en main il se tourna vers Mercer.

« Donnez l'ordre de lancer l'attaque. Je veux vous voir couler tous ces navires. Ensuite nous mettrons pied à terre et là nous trouverons les âmes perdues que nous sommes venues chercher. » Ricana-t-il.

A ses côtés, Mercer sourit à son tour, son sexe se tendit à la pensée de bientôt pouvoir détenir Anamaria Mérida, tandis que l'armada déployait ses canons vers les pirates.

 

()()

 

Bill le Bottier avança nonchalamment vers les geôles et s'arrêta devant Maccus qui gardait ces dernières.

« Le Capitaine m'envoie te relever… Dit-il avec indifférence.

- Déjà ? » S'étonna l'autre.

Bill le regarda et haussa les épaules.

«  Les ordres du Capitaine Jones. »

Maccus le regarda avec compréhension avant de se tourner à regret vers les prisonniers.

« Dommage que l'arrivée de cette bonne femme nous ait empêché de commencer. J'avais bien envie de goûter à l'une des deux filles. Dit-il avec un rictus pervers. Remarque, toi c'est plutôt le gars qui te plait non ? »

Bill rougit sous son étoile de mer avant de le regarder avec désinvolture.

« Oui, mais tant que le capitaine s'est pas servi…

- Je sais. Soupira Maccus. Bonne garde. » Dit-il avant de s'éloigner.

 

Bill attendit quelques minutes, le cœur battant d'être surpris puis, d'une main tremblante il introduisit la clef dans la serrure de la geôle.

« Sortez vite ! »

Jack, Elizabeth et Anamaria s'entre regardèrent avant de se ruer d'un même mouvement vers la sortie.

«  Il faut trouver Will ! » S'exclama Anamaria.

Bill la regarda avec espoir. Il ne s'était pas trompé sur cette femme.

«  Je sais où il est, venez avec moi. » Dit-il.

Elizabeth le regarda avec écœurement pendant que Jack la tirait dans l'autre sens.

« Vous êtes assez de deux. Nous on s'occupe de la clef. » Dit-il en entraînant Elizabeth sans attendre leur réponse.

 

()()

 

L'attaque fut soudaine et un hurlement de terreur secoua l'assemblée des pirates lorsque le premier boulet de canon ébranla leur forteresse. Teague se rua à la fenêtre.

« Bugger ! La Compagnie ! »

Au même moment Sri Jumbaa vit son navire être brutalement aspiré au fond de l'eau.

« Le Kraken ! » S'exclama-t-il d'une voix de fausset.

Un silence de mort s'établit sur l'assemblée alors qu'ils réalisaient qu'ils se trouvaient à la fois sous le feu de Beckett et sous les tentacules du Kraken.

« Ça aurait pu être pire… Murmura Teague. Il aurait pu y avoir Calypso en plus. »

Pris d'une brusque idée, il s'approcha de Sao Feng et s'empara du coffre.

«  Le moment est venu de rendre son cœur à Jones. Tous à vos navires et battez-vous ! Ne laissez pas mourir l'âme des pirates, je me charge de rendre son coffre à Jones. Peut-être même que j'arriverais à le convaincre de nous aider contre Beckett.

- C'est de la folie… Murmura Norrington qui avait repris ses sens.

- On vous l'avait pas dit ? C'est de famille. » Ironisa Teague avant de s'enfuir avec le coffre sans que Sao Feng ait le temps de s'interposer.

 

()()

 

Jack, serrant étroitement la main d’Elizabeth, la plaqua brutalement au mur et la força à pénétrer dans un recoin.

« Je vais chercher la clef.

- Jack non ! Je viens avec toi, tu ne peux pas affronter Jones tout seul ! »

Jack lui sourit et embrassa doucement ses lèvres sans pouvoir se retenir.

«  Jones n'a plus la clef. Tia, enfin Calypso, lui a arrachée tout à l'heure et elle s'est arrangée pour que je la vois faire. Il suffit de la trouver sur le pont.

- Alors je viens avec toi. A deux nous irons plus vite.

- Nous aurons surtout plus de chances de nous faire repérer surtout toi et tes atouts plus que féminins… Dit Jack en la gratifiant d'une œillade enflammée avant de ramasser des algues au sol pour s'en couvrir. Ça devrait faire illusion suffisamment longtemps pour que je récupère la clef avant que la trahison de Bill Turner soit découverte.

- Bill Turner ! S'exclama Elizabeth.

- Oui le père de William. » Répondit Jack avant de l'embrasser avec passion.

Elizabeth se sentit mollir dans ses bras tandis qu'il l'étreignait avec force avant de la relâcher.

« Applique le code Elizabeth. Si je ne suis pas revenu quand Jones sortira de sa cabine. Jure-moi de te sauver. »

Les larmes aux yeux, Elizabeth hocha la tête et se promit intérieurement de ne pas partir sans lui. Jack lui sourit avec prétention et l'embrassa une dernière fois.

« Je reviendrai. N'oublie pas qui je suis trésor.

- Le Capitaine Jack Sparrow. » Sourit-elle faiblement.

Après un dernier regard vers elle, Jack s’élança sans hésiter et se mêla aux hommes d'équipage tout en scrutant le sol pour retrouver la clef du cœur de Davy Jones.

 

()()

 

Suivi par Anamaria, Bill arriva jusqu'à la porte de la cabine de Jones de laquelle s'échappait des râles de plaisir qui masquaient difficilement les sanglots du jeune forgeron. Le cœur serré, Bill se tourna vers Anamaria.

« Avant d'entrer, dites-moi. Vous aimez mon fils n'est-ce pas ? »

Anamaria le regarda longuement, le cœur serré en reconnaissant la voix de Will mêlée à celle de Jones.

« Oui. Souffla-t-elle. Je ne pensais pas pouvoir mais Will... Il est merveilleux. Trop bon pour cette petite idiote d'Elizabeth Swann qui préfère se vautrer dans les bras de Sparrow ou de Beckett… »

Bill hocha la tête avec tristesse.

«  Il faut que vous sachiez que mon fils. Je crois qu'il aime encore cette femme. Mais il est perdu. Il ne sait plus où il en est, ni même qui il est. Dit-il en la dévisageant avec intensité.

- Oh… » Dit simplement Anamaria, le cœur lourd à l'idée qu'il lui faudrait aussi lutter contre le souvenir de Jones.

Bill la prit aux épaules et la regarda d'un air pénétrant.

« Si vous l'aimez-vous avez une chance de le sauver de lui-même et de ce goût que je lui ai transmis… C'est pour ça que je vous ai libérée pour que vous l'emmeniez le plus loin possible d'ici. Vous comprenez ?

- Oui. Murmura Anamaria en se tournant vers lui. Mais et vous ? »

Bill la regarda avec un rire bref avant d'écarter les bras.

«  Moi ? Regardez-moi. J'appartiens à ce navire. Mon fils pas encore. Alors prenez-le, emmenez-le et gardez-le loin de la mer.

- D'accord… Murmura Anamaria. Je vous le promets. »

 

Le cœur battant, Bill ouvrit la porte de la cabine de Jones, tandis qu'Anamaria refoulait un haut de cœur à la vue Jones allant et venant en Will Turner qui ne pouvait que geindre. Bill s'approcha et saisit l'épée de Jones, puis le frappa violement à la tête. Le poulpe, surpris, s'immobilisa avant de s'effondrer sur sa victime consentante.

« Dépêchez-vous ! S'écria Bill. Il ne restera pas inconscient bien longtemps. »

Anamaria prit la main de Will, elle le tira de sous le corps de Jones et le jeune homme la regarda d'un air perdu.

« Anamaria…Mais ?

- Plus tard Will ! S'écria Bill. Fuis mon garçon, fuis loin là où il ne pourra pas t'atteindre. »

Indécis, Will les contempla un instant et repensa aux paroles cruelles que Jones avait eues pour lui, l'instant d'avant.

« Peu importe … Dit-il en se dégageant de la poigne d'Anamaria.

- Elizabeth ! Ton Elizabeth elle est là-bas elle t'attend. Inventa Bill. Anamaria sait où elle est, elle veut te parler. Je t'en prie mon garçon ne gâche pas ta vie comme je l'ai fait. »

 

A ces mots, Will n'hésita plus et il suivit Anamaria, la jeune femme se précipita vers le bastingage et découvrit avec horreur le Kraken.

« Nous ne pouvons pas fuir par là ! » Cria-t-elle à Bill.

Le cœur cognant dans la poitrine, le vieil homme regarda autour de lui tandis que le rugissement de Jones faisait résonner tout le navire.

« TURNER ! » Hurla-t-il.

Affolé, Bill les conduisit vers le bastingage opposé.

« Sautez ! Vite, le Kraken est de l'autre côté !

- Papa ... Commença Will.

- Pas le temps mon garçon, fuis et souviens toi de ce que je t'ai dit. » Jeta Bill avec émotion avant de le pousser brutalement à l'eau.

Anamaria se tourna brièvement vers Le Bottier et à sa grande surprise déposa un léger baiser sur sa joue.

« Merci. » Souffla-t-elle avant de plonger à la suite de Will.

Bill, le cœur apaisé, les regarda brièvement se saisir d'une planche de bois qui dérivait et les emmenait loin de Jones et du Kraken. Alors, il courut à l'autre bout du navire pour échapper au courroux de Jones.

 

()()

 

Anamaria serra Will contre elle et embrassa le jeune homme avec passion tandis qu'il ne réagissait pas, encore sous le choc des derniers événements.

« Tu es libre Will. Tu vas, nous allons pouvoir commencer une autre vie ailleurs, loin de cette folie. Dit-elle en lui caressant le visage.

- Je croyais qu'Elizabeth m'attendait… Murmura Will.

- Oh Will. Je suis désolée mais Elizabeth est morte. Mentit Anamaria.

- Tu m'as menti.

- Pour ton bien Will, pour t'éloigner de Jones. Dit-elle en refermant ses bras autour de lui

- Laisse-moi. » Se contenta de répondre Will avec dégoût tandis qu'Anamaria, les larmes aux yeux, laissait retomber ses bras.

 

()()

 

Sur leur navire, Beckett et Mercer n'en croyaient pas leurs yeux. Les navires des pirates semblaient sombrer un à un, comme aspirés par les eaux sombres.

« Le Kraken. Murmura Beckett avec un sourire. Monsieur Mercer, je crois que nous n'avons plus rien à faire ici. Jones va se charger de nous apporter la victoire, inutile de risquer notre flotte dans une cause déjà toute acquise. »

Mercer soupira avec déception.

« Et Madame Beckett ? »

Cutler le regarda avec un sourire.

« Allons Mercer, si elle survit à ça vous savez bien que nous finirons par la retrouver. On rentre ! Cria Beckett. Les pirates sont vaincus. »

Mercer, le regret au cœur, regarda les eaux sombres et songeait à la femme qu'il ne pourrait jamais posséder lorsque la vigie poussa un cri.

«  Là, deux personnes à la mer ! »

Beckett soupira avec ennui pendant que Mercer se penchait au bastingage.

« Et bien tuez les…

- Non ! Intervint Mercer avant de tourner un regard fiévreux vers lui. Lord Beckett c'est Turner et la fille dont je vous ai parlé !

- Oh et bien dans ce cas ça change tout. Murmura Beckett. Tant d'années de loyaux services et de démonstration de vos différents arts valent bien cette récompense. Dit-il avec grâce. Repêchez-les et mettez-les aux fers. »

 

Mercer sourit et alla se poster près de l'échelle de corde, il attendit avec impatience l'arrivée des deux naufragés, tandis qu'une chaloupe partait à leur secours.

« Bienvenue à bord Anamaria. Vous m'avez manqué. » Souffla-t-il en tendant la main à la jeune femme.

Blêmissant de terreur, Anamaria n'eut pas d'autres choix que de prendre sa main alors qu'elle réalisait qu'elle venait de quitter un enfer uniquement pour un trouver un autre bien pire.

 

()()

 

Jack avança avec prudence, baissant la tête et s'arrangeant pour dissimuler son visage aux autres.

Bugger mais où est cette fichue… 

« Sparrow… Qui crois-tu tromper avec un déguisement aussi grotesque ? » Susurra Jones à son oreille.

Dommage ….

« Et bien vois-tu … Commença Jack avant de se détourner vivement en sortant son épée. J'avais dans l'espoir de passer inaperçu jusqu'à ce que je trouve le moyen de te ramener auprès des poulpes de ton espèce.

- Tu es déjà mort Sparrow. Se contenta de répondre Jones en l'attaquant avec violence.

- Pas encore ! S'écria Jack qui se défendait avec acharnement.

 

Le combat dura longtemps, leurs armes cliquetaient sauvagement et Jones le força à reculer. Jack glissa lamentablement et s'étala de tout son long sur le pont pendant que Jones éclatait d'un rire mauvais.

« Nous y voilà Sparrow… » Murmura-t-il.

Oh c'est pas vrai… Pensa Jack alors que ses doigts rencontraient enfin la clef.

Jones prit son temps et leva son épée.

« Une dernière volonté peut être ? » Commença-t-il avant de s'interrompre, une épée figée à l'emplacement du cœur.

 

Avec un rugissement de colère, il tordit la lame de l'épée et se retourna vers l'assaillant. Elizabeth, les yeux agrandis par la terreur, le fixa sans sourciller et s'empara de l'arme de Jack que le choc de l'affrontement avait fait voler.

« Je ne vous laisserais pas faire. Murmura-t-elle.

- Oh vraiment Miss Swann ? » Dit doucement Jones avant de se jeter vers elle avec hargne.

 

Elizabeth para du mieux qu'elle pouvait, mettant en pratique les heures d'escrime passées avec Cutler, mais elle n'était pas de taille contre Jones. Avec un cri de victoire, ce dernier la désarma rapidement et fit voler son épée tandis que sa lame se posait contre sa gorge palpitante.

« Ah l'amour… Un péché mortel. » Dit-il en levant son épée, prêt à frapper.

Chapitre 43                                                                                           Chapitre 45

Écrire commentaire

Commentaires : 0