Chapitre 19 J'aurais du vous le dire

 

William Turner, après avoir assommé Lord Beckett, rejoignit le Black Pearl à la faveur de la panique générée par l'évasion de Pintel et Ragetti et l'agression de Lord Beckett, l'esprit encore plus empli de questions qu'avant cette entrevue. D'un bond souple, il atterrit sur le pont du navire où Anamaria aboyait ses ordres. La jeune femme n'avait plus rien du vernis aristocratique qu'elle avait revêtu quelques heures auparavant pour mieux tromper les gardes. Les cheveux étroitement serrés sous un foulard, une chemise qui avait du être blanche épousant étroitement ses formes généreuses, les cuisses moulées dans un pantalon de jute elle ressemblait plus que jamais à un pirate. À Jack Sparrow en fait, enfin si on faisait abstraction de la partie supérieure de son corps qui n'avait rien de masculine. Will plongé dans ses pensées lui lança un regard machinal, tandis qu'elle menait fermement le Black Pearl hors de portée des tirs de la Royal Navy qui à vrai dire était plus occupée à secourir le précieux Lord Beckett qu'à s'inquiéter des fuyards.

 

Sans dire un mot, Will alla s'asseoir dans le réduit qu'il utilisait comme cabine et qu'il partageait avec les autres hommes de l'équipage et posa d'un geste plein de respect le compas de Jack devant lui, n'osant pas encore l'ouvrir. Il avait besoin de temps pour analyser ce qui s'était passé, Elizabeth disparue. Son nouveau fiancé qui le recherchait. Will crispa les poings en se remémorant la manière dont Beckett avait parlé d'Elizabeth. Il n’avait mis en avant que la nuit de noce. Non, décidemment non cet homme ne méritait pas une femme comme sa douce Elizabeth. Sa froideur, sa sécheresse, le cynisme avec lequel il parlait de la jeune femme, tout cela en faisait un homme détestable aux yeux de Will. Il ne le laisserait pas mettre la main sur ce trésor, il la sauverait même s'il devait mourir pour ça ! Et une fois qu'il l'aurait retrouvée il ne prendrait plus le risque de la perdre à nouveau sans lui avoir dit ce qu'il ressentait. Will n'entendit pas le pas léger d'Anamaria tant il était plongé dans ses réflexions, aussi sursauta-t-il quand la main brune de la jeune femme vint se poser doucement sur son épaule. Il se retourna et en un éclair elle lut dans son regard que rien n'était résolu.

« Que veux-tu faire Will ?

- Je vais la retrouver. Je vais la sauver si c'est encore possible et je vais lui dire que ce Beckett ne la mérite pas. » Affirma-t-il d'un ton résolu.

 

Anamaria, comme malgré elle, coula un regard vers le compas soigneusement posé devant le jeune homme qui intercepta ce coup d'œil qui se voulait pourtant fugace. Will eut un rictus amer.

« Tu ne me demandes pas comment je compte la retrouver Anamaria ? »

Pour toute réponse elle baissa les yeux, la preuve éclatante du règne d'Elizabeth sur le cœur de celui qu'elle avait appris à apprécier lui était pénible à supporter. Will continua sans pitié.

« Tu le savais n'est-ce pas ? Tu savais que le compas de Jack ne mène pas qu'à l'île de la Muerta ! Cria-t-il d'un ton accusateur. Pourquoi tu ne m'as rien dit ? Pourquoi alors que je t'avais dit à quel point c'était important pour moi de retrouver Jack Sparrow ! Hurla-t-il hors de lui tandis que la femme gardait toujours le silence. Oh, je vois Reprit il après un silence. La pièce de huit. Ta maudite confrérie. C'est juste ça qui t'intéresse, une place dorée parmi une bande de hors la loi, le pouvoir. Jeta-t-il, méprisant.

- Will je comptais te dire la vérité une fois que nous aurions quitté Port Royal je te le jure.

- Tu me le jures ? Et comment pourrais je te croire Anamaria, comment alors que tu m'as utilisé pour arriver à tes fins ? Et qui me dit que tu ne m'aurais pas laissé nous guider vers l'île aux épaves pour que tu prennes ta place dans ta Confrérie ! Tu es comme Jack. Une menteuse et une opportuniste qui ne sait que se servir des autres pour parvenir à ses fins …Un pirate.

- Oui, comme ton père. Et crois-le ou non j'ai toujours eu l'intention de t'aider à retrouver Jack. Assura Anamaria. Et je le veux toujours.

- Non je n'ai plus besoin de trouver Jack. Je sais qui je suis à présent. Et qui je ne suis pas et ne serait jamais. La seule chose que je veuille retrouver à présent c'est Elizabeth, j'ai été fou de la laisser. Jack Sparrow avait raison sur une chose, tous les trésors ne sont pas d'argent et d'or… »

 

Anamaria se força à le regarder en face alors que chacun de ses mots lui faisaient l'effet d'un coup de poignard dans le cœur, mais elle releva fièrement la tête. Elle allait l'aider pour qu’il arrête de la regarder avec cet air déçu et vaguement méprisant. Car décidément non elle n'était pas comme Jack Sparrow et elle lui prouverait !

« Et que feras-tu une fois que tu l'auras retrouvée ? Elle est fiancée je te rappelle, comment ton sens de l'honneur va-t-il s'arranger de ça ? Demanda-t-elle vaguement railleuse mais signifiant par ces mots qu'elle était prête à l'aider.

- Peu importe. Au moins je lui aurais dit une fois ce que je ressens pour elle. Et son fiancé, je ne suis pas sur qu'il soit un homme d'honneur… Murmura Will, touché malgré lui qu'elle accepte de l'emmener

- Je t'aurais prévenu Will. Soupira Anamaria qui détourna le visage pour ne pas qu'il voit les larmes qui commençaient à envahir ses yeux. A-t-on un cap ? »

Alors William Turner ouvrit le compas de Jack Sparrow en pensant à la chose qu'il désirait le plus au monde et regarda l'aiguille se fixer.

« Oui. »

 

()()

 

Le soleil chatouilla doucement la joue de Jack qui papillonna un instant des yeux, le nez enfoui en la blonde chevelure de son amante. Leurs doigts étaient toujours entrelacés et pour la première fois depuis bien longtemps Jack n'avait pas envie de filer en douce. En vérité et il en était le premier surpris, son seul désir était de la réveiller afin de goûter à nouveau la douceur de ses lèvres, la chaleur de sa peau, d'apprivoiser ce corps qu'il avait l'impression de découvrir à peine.

« Et bien dis donc … Je sais pas ce qu'elle t'a fait mais tu perds l'esprit mon pauvre. »Le railla un de ses minis lui-même.

 

Jack dénoua tendrement ses doigts de ceux d'Elizabeth et s'efforça d'ignorer ce que lui criait son esprit inquiet.

« Ohhhhh je vois. Reprit l'autre, apparemment pas décidé à le laisser en paix. Tu crois que cette nuit change les choses peut être ? Voyons Jacky arrête de te faire des illusions. Regarde la. Elle est jeune, belle, son père est fortuné et tu imagines que tu fais le poids face à tout cela ?

- Je suis le Capitaine Jack Sparrow !

- Et tu crois que ça va suffire face à l'argent et à la puissance d'un Lord Beckett ? Non mais réveille-toi Jacky ! A la minute où vous quitterez cette île, elle redeviendra la femme froide qui t'a regardé te faire pendre sans bouger ! »

 

Jack, désorienté, se leva en prenant garde de ne pas la réveiller et se rhabilla silencieusement, conscient qu'il avait besoin de réfléchir.

« Elle n'est pas comme ça. Objecta-t-il d'une voix mal assurée. Elle me l'a dit, elle a dit qu'elle ne voulait pas d'une union de convenance, c’est ce qu'elle a dit. Elle est si semblable à moi ! Répondit-il, repensant aux mots prononcés par Elizabeth le premier soir de leur arrivée sur l'île de Molokai. Je veux être libre… aller où je veux, faire ce que je veux, je veux pouvoir aimer l'homme qui partage ma vie et pas me contenter d'un mariage dicté par les convenances ou les intérêts. Je veux sentir le vent dans mes cheveux, les embruns sur mon visage, je veux naviguer et ne plus jamais porter ces robes stupides ou des corsets !

- Et alors qu'est-ce qui l'empêchait de le faire avant ? Et quand bien même ça serait vrai tu crois qu'elle t'aime ? » Railla de nouveau l'autre.

 

Jack ne répondit pas à cela parce qu'il ne savait pas lui-même ce qu'il désirait. D'un côté il avait envie de rester près d'elle quoiqu'il arrive et de ne jamais la laisser partir, mais de l'autre cette perspective lui faisait peur. Jusqu'à présent ses relations avec les femmes avaient toujours été d'une simplicité déconcertante, il passait un bon moment, voir même deux avec celles qui lui plaisaient puis il reprenait sa route sans ce soucier le moins du monde de ce qu'elles en pensaient ou de ce qu'elles pouvaient ressentir. C'était ce qu'il avait toujours fait et ça lui avait plutôt réussi jusqu'à ce jour. Jack Sparrow était un homme libre sans la moindre attache et dont le seul et unique but était de retrouver son précieux navire avec lequel il parcourrait les mers et les ports… Mais cette fois c'était différent, il avait l'impression qu'il ne pourrait jamais se rassasier de cette femme, chacune des caresses prodiguées, chacun des désirs assouvis en faisait naître de nouveaux. Depuis qu'il l'avait rencontrée, depuis le premier îlot où ils avaient été abandonnés, son visage ne le quittait plus, elle alimentait tous ses rêves et ses fantasmes. Elle l'exaspérait mais il ne pouvait s'empêcher d'être indulgent avec elle. Il la voulait soumise mais adorait la manière qu'elle avait de lui tenir tête. Il goûtait son innocence mais rêvait de voir jusqu'où il pourrait l'emmener. Jack sentit un frisson d'excitation le parcourir alors qu'il imaginait ce que ça lui ferait de sentir sa bouche sur son corps à lui, sa langue glisser sur son ventre avant de … Bugger !

 

Pendant que Jack, plongé dans ses réflexions et hautement perturbé par la nuit qui venait de s'écouler, cherchait à remettre de l'ordre dans ses idées, Elizabeth se réveilla à son tour. Elle s'étira en prenant son temps, les yeux encore clos et le sourire aux lèvres en repensant à la nuit écoulée. Elle avait fait l'amour avec Jack sans être mariée, elle avait renié tous les principes qu'on lui avait inculqué mais elle s'en moquait, elle ne regrettait pas son choix, Jack avait été si doux avec elle, plus qu'elle ne l'aurait imaginé. Dans ses bras elle avait connu un plaisir qu'elle n'aurait pas cru possible, Jack était à la fois tendre et fort, correspondant en cela à ce qu'elle attendait d'un homme mais qu'aucun n'avait pu lui donner jusqu'à Jack et leur étreinte lui laissait un goût d'encore. Elle avait envie de sentir à nouveau son souffle sur sa peau mais pas seulement. Avec lui elle se sentait libre, elle savait qu'il ne la jugeait pas mais au contraire la comprenait. Il l'avait faite sienne et son cœur bondissait de joie à cette pensée. Elle se retourna, ressentant brutalement le manque de chaleur, le manque de Jack, et se pressa pour se pelotonner contre lui. Elle ouvrit les yeux et réalisa qu'elle était toute seule. Toute seule et nue sur la plage déserte !

 

Sa pudeur revint à la charge et elle s'empressa de récupérer ses vêtements qu'elle remit à la hâte, se demandant où avait bien pu passer Jack. Scrutant l'île des yeux, Elizabeth s'efforça de calmer les battements affolés de son cœur et la petite voix lancinante qui lui répétait qu'il était tout simplement parti parce qu'à présent qu'elle lui avait offert ce qu'elle avait de plus précieux, elle ne l'intéressait plus. Nerveuse à cette idée, elle commença à arpenter la plage, le vent chaud bruissa dans sa robe dont l'étoffe caressait ses jambes nues, ses cheveux emmêlés joyeusement autour de son visage tandis que dans son cœur le doute affreux se répandait. Et si elle s'était trompée sur lui ? Et si il l'avait trompée, lui faisant croire que … Que quoi au juste ? Si elle était tout à fait honnête elle devait reconnaître que le pirate ne lui avait jamais fait de promesses à part celle qu'elle le supplierait de la toucher ce qu'à sa grande honte elle avait fait. Les joues en feu, elle se remémora la nuit précédente, ses gémissements de plaisir mais aussi les murmures de Jack, les gestes attentionnés qu'il avait eu envers elle, retardant son propre plaisir pour lui en donner à elle. Non elle ne pouvait pas s'être trompée sur lui, Jack était un homme bien, elle le sentait, elle le savait du plus profond de son cœur. Cet homme l'avait sauvée plus d'une fois, il l'avait protégée et il lui avait laissé le choix malgré le désir qu'elle était sûre de lui inspirer. Mais à présent. Me désire t'il toujours autant que moi je le veux ?

 

Un crissement sur le sable interrompit le cours de ses réflexions. Le cœur battant d'impatience, un sourire naissant aux lèvres, elle se retourna pensant voir la silhouette de Jack qui revenait vers elle. Mais à sa grande surprise ce n'était pas l'ombrageux pirate qui progressait sur la plage mais un groupe d'hommes dont l'un tenait la tête tandis qu'en arrière-plan un navire se découpait et obscurcissait brutalement son horizon.

 

William suivait la direction que lui indiquait le compas de Jack Sparrow, les yeux rivés sur l'aiguille lorsqu'un gémissement étranglé provenant d'Anamaria lui fit lever les yeux. Le cœur battant, éperdu de joie, il reconnut la silhouette solitaire sur la plage, c'était elle. Il se mit à courir dans sa direction et perdit une de ses bottes dans sa course sans même s'en rendre compte. Elizabeth, médusée regardait cet homme dont elle n'arrivait pas encore à discerner les traits qui courait vers elle et chercha de quoi se défendre, jusqu'à ce qu'elle le reconnaisse.

« Will ? » Demanda-t-elle d'un ton incrédule, ne pouvant croire que le jeune forgeron se trouvait ici.

Il s'arrêta devant elle, son regard brûlant la transperça, avant qu’il prenne la parole d'une voix vibrante d'émotion.

« Elizabeth j'aurais dû vous le dire depuis le premier jour où nous nous sommes rencontrés. Je vous aime. Je vous aime plus que tout, plus que ma vie, plus qu'aucun homme ne pourra jamais aimer une femme. Je mourrais pour vous s'il le fallait. »

 

Elizabeth, tétanisée, ne savait pas quoi répondre à la déclaration du jeune forgeron. Elle avait passé la majeure partie de sa jeune vie à attendre qu'il prononce ces mots mais à présent qu'il l'avait fait le bonheur escompté n'était pas au rendez-vous.

«  Will… » Balbutia-t-elle cherchant quoi répondre au jeune homme qui levait son regard franc vers elle, perdu dans ses yeux.

 

Prenant son trouble pour une réponse positive, Will fit ce dont il avait rêvé depuis qu'il avait rencontré la jeune femme. Il s'approcha d'elle et l'enlaça sans qu'Elizabeth, déboussolée par les événements, ne fasse un geste pour l'arrêter. Will attira sa tête à lui et déposa sur ses lèvres un baiser dont très rapidement il ne put contenir la ferveur. Elizabeth, sentit ses bras qui la resserraient, le corps de Will contre le sien, le désir qui montait en lui à mesure que sa langue prenait possession de sa bouche. Sans pouvoir résister elle répondit à l'étreinte qu'elle avait tant espérée et pourtant celle-ci lui laissait un goût fade après la nuit dernière.

 

A quelques mètres du couple tendrement enlacé, Anamaria ravala sa peine et sa déception. Il avait suffi d'un regard de cette fille pour que Will oublie tous ceux qui l'entouraient. Avec elle ses baisers étaient passionnés et sans la moindre retenue, même de là où elle se trouvait elle pouvait sentir la force du désir que l'autre lui inspirait. Anamaria lança un regard haineux vers Elizabeth Swann et se jura de se débarrasser de cette petite garce.

 

Une autre personne arriva sur la plage, seul. Jack avait finalement cessé de débattre avec lui-même et avait résolu de parler à Elizabeth, tout du moins d'essayer. De lui dire qu'elle …

 

A ce point Jack s'immobilisa, le cœur prêt à exploser tant il avait mal. Devant lui les lèvres soudées, accrochés l'un à l'autre, se trouvaient réunis Elizabeth Swann et William Turner…

Chapitre 18                                                                                           Chapitre 20

Écrire commentaire

Commentaires : 0