Chapitre 14 Le compas ne conduit pas seulement

A Port Royal, de nombreuses personnes se faisaient un sang d'encre pour Elizabeth, à des degrés différents. Depuis son mariage interrompu par les hommes de Jones, Cutler Beckett s'était muré dans un silence inquiétant et ne tolérait que la présence du fidèle Mercer à ses côtés. Le gouverneur, quand à lui, ne cessait de le harceler afin qu'il mette en œuvre des moyens démesurés pour secourir sa fille ce que du reste, il s'apprêtait une fois de plus à faire. Le gouverneur Swann entra dans le bureau du Lord sans y être invité et lui lança un regard éperdu.

« Avez-vous des nouvelles ? »

Cutler releva les yeux un bref instant, l'air las.

« Croyez-vous que je serais ici si j'en avais ?

- Je, non bien sûr mais c'est ma fille…

- Et MA fiancée ! Dois-je vous rappeler qu'on me l'a enlevée sur l'autel ? Et je vous jure que celui qui a osé faire cela va le regretter amèrement.

- Le principal est de la retrouver saine et sauve. Précisa le gouverneur que son futur gendre mettait toujours mal à l'aise.

- Douteriez-vous du fait qu'Elizabeth soit ma priorité mon cher gouverneur ?

- Je, non... Bien sur que non.

- Parfait. Dans ce cas … Lui répondit Beckett en lui désignant la porte dans un geste éloquent. Si vous le permettez j'ai ma femme à retrouver. »

 

Le gouverneur sortit à regrets et se demanda pour la centième fois ce que sa fille pouvait bien trouver à cet arriviste. Il avait rencontré Beckett il y avait de cela un peu plus de dix ans et à l'époque l'homme n'était qu'un agent sans envergure de la Compagnie. Sa brusque ascension était un mystère pour le gouverneur qui, s'il était flatté de voir sa fille devenir Lady, aurait de beaucoup préféré que ce soit en épousant un autre homme. Il avait beau chercher il ne voyait pas ce qu'Elizabeth voyait en cet homme froid qui la pousse à s'engager auprès de lui. De plus, il avait la sensation désagréable que si Elizabeth avait été enlevée c'était à cause de Beckett. Il fut sorti de ses réflexions par Mercer qui arrivait à grands pas et venait de le bousculer sans le moindre scrupule. Le gouverneur ouvrit la bouche pour protester mais le regard que lui lança Mercer était si glacial qu'il la referma aussitôt. Un mince sourire aux lèvres, Mercer entra chez Beckett.

 

Cutler l'air sombre, le regarda entrer.
« Avez-vous des nouvelles d'Elizabeth ?

- Pas la moindre, comme si elle avait disparu de la surface du globe. »

Cutler frappa un grand coup sur la table.

« Peste ! Croyez-moi ce poulpe va me payer cela très cher ! Et le compas ?

- Introuvable … J'ai perdu la trace de ce Turner à Tortuga. » Avoua piteusement Mercer.

Beckett se pencha sur son bureau et commença à parler d'une voix inquiétante dans laquelle une rage sourde perçait.

«  Il me faut ce compas et cette fille. Vous comprenez ? J'ai de grands projets pour elle et je compte bien les réaliser. Un par un. » Murmura-t-il.

Mercer s'inclina.

« Je vous jure que vous l'aurez.

- J'y compte bien… »

 

()()

 

Ce que Cutler Beckett ignorait c'était que l'une des choses qu'il convoitait était plus près de lui qu'il ne le pensait. En effet, dans la plus grande discrétion, l'équipage et le capitaine du Black Pearl se trouvaient actuellement dans les rues de Port Royal. Anamaria, qui avait revêtu une robe pour l'occasion, ne cessait de pester contre les caprices de la mode qui imposaient aux femmes de vivre encombrées par des jupes sans fin mais ne pouvait se défendre d'être heureuse du bref, oh si bref, regard admiratif de Will lorsqu'elle était apparue. Will de son coté, le chapeau rabattu sur la tête afin de ne pas être reconnu, suivait, amusé, Anamaria qui se prenait régulièrement les pieds dans sa robe. Le pourpre de la robe qu'Elizabeth avait jadis porté mettait en valeur sa carnation chaude et ses cheveux noirs sagement remontés en chignon dégageaient avantageusement sa nuque et son visage. Elle était vraiment très belle et s'il n'avait pas eu l'esprit tout entier occupé par Elizabeth, Will aurait volontiers répondu à l'invitation lancée par la jeune femme il y avait de ça quelques temps. Anamaria se tourna vers lui, agacée par son air rêveur. Sans doute pensait il encore à cette fichue Elizabeth.

«  Où se trouve la prison ? Demanda-t-elle d'un ton plus rude qu'elle ne l'avait voulu.

- Nous y sommes. Répondit Will.

- Tu es sur que ton plan va marcher ? »

 

Will grimaça. Non il ne l'était pas mais il n'en avait pas d'autres. Avec un sourire, il prit le bras d'Anamaria et la guida vers l'entrée de la prison.

« Bonjour. Dit-il à l'officier de garde.

- Que voulez-vous ? Demanda-t-il sèchement avant de se redresser en voyant Anamaria. Madame …

- Voir un prisonnier. Répondit Will, amusé par le charme qu'Anamaria faisait au pauvre soldat de garde.

- Lequel ? S'enquit ce dernier sans quitter Anamaria du regard.

- Un pirate… il a quelque chose en possession qui appartient à ma dame.

- Et je souhaiterais beaucoup le récupérer discrètement. » Compléta Anamaria d'une voix douce que Will ne lui connaissait pas.

 

Mulroy la regarda, perclus d'admiration, et fit signe à Will de passer. Celui-ci sourit, incrédule, son plan avait marché! Il se faufila dans la prison et laissa Anamaria en grande conversation avec le garde que son collègue inséparable avait rejoint. Enfin il arriva devant la geôle où étaient enfermés Pintel et Ragetti.

 

Les deux pirates étaient assis à même le sol et jouaient à se renvoyer l'œil de verre qu'Ana convoitait tant en riant bêtement. Will, s'efforça de surmonter son dégoût et se pencha vers eux

« Psss Pintel … Ragetti. »

Les deux pirates levèrent le visage d'un même mouvement avant de prendre l'air méfiant.

« Qu'est-ce que tu nous veux ? Commença Ragetti.

- Et qui tu es ? » Renchérit Pintel.

A cette question, Will releva brièvement son couvre-chef pour les laisser voir son visage.

« Roooooooo le fils du bottier ! S'exclama Ragetti.

- Bah ça pourquoi tu viens nous voir ?

- Écoutez-moi… Et surtout ne prononcez pas mon nom. Je suis venu avec le Black Pearl.

- On va retrouver notre bateau ! Se mit à glapir Ragetti.

- Chut … il a dit pas parler ! Le reprit Pintel.

- Non il a juste dit de pas dire son nom.

- Oui mais il a aussi dit de l'écouter ! »

Will, les coupa, agacé par leurs discussions incessantes.

« Vous voulez sortir d'ici oui ou non ? »

 

Les deux pirates s'entreregardèrent et hochèrent la tête vigoureusement dans sa direction.

« Alors écoutez-moi bien… Ce soir vous allez soulever les grilles de votre prison avec ceci. Chuchota Will en leur faisant passer un solide morceau de bois. Suffit d'exercer une pression. On vous attendra dehors.

- Mais pourquoi pas maintenant ? »

Will s'efforça de répondre calmement. Dieu que ces deux-là étaient stupides !

« Parce que le soir la prison est moins gardée ! Et la nuit favorisera votre fuite ! Nous vous attendrons pour vous emmener sur le Pearl. »

Will s'éloigna vivement de la cellule alors que les gardes approchaient.

« A ce soir. » Murmura-t-il avant de se diriger vers la sortie.

 

()()

 

Anamaria le regarda avec soulagement, elle n'en pouvait plus des attentions maladroites des deux gardes et jouer le rôle d'une lady lui pesait de plus en plus.

Will, conformément au plan qu'ils avaient élaboré, la regarda d'un air navré.

«  Je suis désolé ma dame. Ce n'était pas les hommes que nous cherchions.

- Oh… Et bien repartons James dans ce cas. »

Will n'eut pas à se forcer à grimacer. James, le prénom de Norrington, il avait fallu qu'elle choisisse celui-là ! Anamaria, un petit sourire aux lèvres devant l'air déconfit de Will, se tourna vers les gardes et leur fit un gracieux sourire.

« Merci beaucoup mes braves, il est plaisant de savoir que des hommes comme vous veillent sur notre sécurité. »

 

Sans leur laisser le temps de répondre elle prit le bras de Will et les deux complices s'éloignèrent.

« Il est plaisant de savoir que des hommes comme vous veillent sur notre sécurité ? Répéta Will en retenant à grand peine son envie de rire.

- Tu voulais que je dise quoi ? En tant que pirate votre stupidité me ravit ? » Lança Anamaria tout aussi amusée, savourant sa proximité avec Will.

Mais Will ne l'écoutait pas… Ils se trouvaient devant la maison du Gouverneur de Port Royal et il ne pouvait s'empêcher de rester en arrêt devant, comme si Elizabeth allait apparaître. Mais il savait qu'elle ne serait pas là. Elle était madame Norrington à présent et elle devait à présent vivre dans la demeure du Commodore, partager sa couche. A cette idée, il se crispa, il avait beau faire, savoir Elizabeth avec un autre le rendait fou. Anamaria soupira discrètement. Il pensait encore à elle.

« Viens Will. Lui dit-elle doucement.

- J'aurais du lui dire chaque jour. Murmura Will en réponse.

- Lui dire quoi ?

- Que je l'aime. Maintenant il est trop tard, elle est mariée. »

Anamaria glissa sa main sur la taille de Will dans un geste audacieux qui n'était guère compatible avec l'image de la jeune lady qu'elle voulait présentement donner.

« Tu peux posséder des tas d'autres femmes Will. Il te suffit de tendre la main et tout ce que tu voudras sera à toi. »

Will soupira.

« Ana, je te l'ai dit, je n'en veux aucune autre. »

 

Avant que Will ne puisse finir sa phrase, le gouverneur Swann apparut ce qui força Will à pousser Anamaria dans un coin afin de ne pas être reconnu. Médusé, il regarda le père d'Elizabeth. Ce dernier semblait avoir pris au moins dix ans. L'espace d'un instant leurs regards se croisèrent et Will fut choqué par la tristesse et l'angoisse qu'il lisait dans celui du bon gouverneur. Une fois que la voiture se fit éloignée, Will se décolla doucement d'Anamaria et prit la parole.

« Excuse-moi mais je dois la voir. Je dois savoir ce qui se passe.

- Tu veux que je t'accompagne ?

- Non excuse-moi, je serais là ce soir. » Lui répondit Will, pressé de s'en aller, tandis qu'Anamaria le lâchait à regret.

 

()()

 

Will se dirigea à grands pas vers une taverne, prenant toujours garde à ne pas être reconnu, et s'assit silencieusement dans un coin, cherchant à surprendre des bribes de conversations qui lui en apprendraient plus avant d'aller rendre visite à Elizabeth.

«  N'empêche y z'ont toujours pas retrouvé la fille du gouverneur. Lança un homme.

- En plein milieu de ses noces quand même se faire enlever quelle pitié ! »

Will sentit son cœur s'accélérer … Elizabeth, son Elizabeth avait été enlevée encore une fois ! Peut-être même était-elle en danger ! Il s'approcha des deux hommes.

« La fille du Gouverneur Swann a été enlevée ?

- Ouais en plein milieu de la noce, avant d'avoir fini d'échanger ses vœux. Un mauvais présage si tu veux mon avis.

- Et le commodore Norrington ? Il ne l'a toujours pas retrouvée ? »

Les deux hommes s'entreregardèrent et se demandèrent d'où sortait ce type.

« Bah là où il est-il aurait du mal. Ça fait des mois qu'il est mort. »

 

Will ne comprenait plus rien … Norrington mort ! Mais alors qui allait épouser Elizabeth ?

«  Ah et le fiancé alors ?

- Oh un Lord … Lord Cutler Beckett. Cracha l’homme. Le directeur du bureau de la Compagnie des Indes.

- Vous ne l'aimez pas. » Observa Will.

L'homme se pencha et murmura.

« En vérité mon gars, personne ne l'aime.

- Mais il recherche Eli… Miss Swann ?

- Oh ça oui. Ainsi que William Turner aussi. Un gamin apprenti forgeron et pour l'instant il n'a réussi à mettre la main sur aucun des deux. »

Will accusa le coup. Pourquoi ce Beckett le recherchait il ? Il ne le connaissait même pas. A ce moment le second des hommes se mit à le dévisager avec insistance.

« D'ailleurs en parlant de Turner tu lui ressembles un peu. »

Sentant le vent tourner, Will se leva et se mit en devoir de payer la tournée.

« Désolé mais mon navire m'attend. » Dit-il avant de sortir précipitamment.

 

Une fois dehors, Will prit quelques instants pour réfléchir à la situation présente … Norrington mort, Elizabeth fiancée à un autre qu'il ne connaissait pas mais pourtant le recherchait. Elizabeth ENLEVEE ! Will prit la direction du Black Pearl où il retrouva Anamaria. Cette dernière le regarda d'un air las.

« Alors tu l'as vue …

- Elizabeth a été enlevée ! Et son fiancé me recherche !

- Oh, peut être te croit-il responsable. Souligna ironiquement Anamaria

- Non. Je dois en savoir plus. Tu pourras te débrouiller sans moi ce soir ? »

 

Anamaria soupira, c'était exactement ce qu'elle redoutait d'entendre.

« Que comptes-tu faire ?

- Je vais essayer d'en apprendre plus. Et voir l'homme qu'Elizabeth s'est engagée à épouser.

- Will tu sais que si tu n'es pas revenu à temps…

- Je sais le code. Je ne peux pas te demander de m'attendre mais de mon côté je dois savoir pour Elizabeth.

- Oui Elizabeth bien sûr. » Murmura Anamaria.

 

()()

 

Le soir venu, tandis qu'Anamaria faisait le guet à la prison avec Gibbs et attendait l'évasion de Pintel et Ragetti, Will se glissa dans le bureau de Beckett espérant rencontrer l'homme et en savoir plus. Il ne fut pas assez discret et se retrouva très vite avec une arme braquée sur lui.

« Que cherchez vous ? Demanda Beckett en armant posément son pistolet.

- Savoir ce que vous me voulez. Et qui est l'homme qui va épouser Miss Swann. Déclara Will en s'efforçant de ne pas bouger.

- William Turner ; je présume ? Intéressant… Je vous ai cherché partout. Vous possédez une chose dont j'ai un besoin urgent. Le compas de Sparrow.

- Le compas ? Mais pour quoi faire ?

- Pour retrouver Elizabeth, MA fiancée.

- Elle n'est pas sur l'île de la Muerta ! S'exclama Will.

- Vous croyez que le compas ne mène qu'à la Muerta ? Vous vous trompez, le compas désigne ce que vous désirez le plus au monde. C'est pour cela que j'en ai besoin. Allons remettez le moi. » Dit Cutler qui tendait la main avec un sourire.

 

Will le regarda longuement, l'homme ne lui inspirait aucune confiance.

« Pourtant vous vouliez le compas avant la disparition d'Elizabeth. Pourquoi ? Et qu'est-ce qui me prouve que vous allez vraiment aller à son secours ? »

Tenant toujours Will en joue, Cutler s'autorisa un sourire cynique.

« Parce que je tiens à ma nuit de noce Turner. Et que vous n'êtes pas en position de négocier. Par conséquent le compas je vous prie. » Exigea-t-il sèchement.

 

A cet instant, l'alerte retentit, avertissant Will qu'Anamaria avait réussi à récupérer Pintel et Ragetti. Beckett, interloqué, tourna la tête un bref instant. Will saisit sa chance et l'assomma avec la première chose qui lui tomba sous la main, à savoir la carafe de cognac qui trônait sur le bureau de Cutler qui s'effondra sans un bruit. Sans demander son reste, Will s'enfuit par la fenêtre en direction du port, il secourrait Elizabeth lui-même car s'il était bien sur d'une chose c'est que de toutes les choses du monde, elle était celle qu'il désirait le plus.

Chapitre 13                                                                                            Chapitre 15

Écrire commentaire

Commentaires : 0