Chapitre 1 Un adieu

Les semaines avaient passé à Port Royal, mais la spectaculaire évasion du capitaine Jack Sparrow était encore une blessure à vif dans l'esprit du Commodore Norrington. Sans relâche, il avait envoyé ses hommes à la rechercher du maudit pirate. Sans succès. Comme si Jack Sparrow avait disparu de la surface du globe ! Chaque jour James hurlait et tempêtait contre l'inefficacité des soldats mais rien n'y faisait. Personne n'avait entendu parler de Jack Sparrow depuis sa pendaison ratée.

 

James Norrington remâchait tout cela pour la centième fois depuis son réveil lorsque le gouverneur vint interrompre le cours de ses tristes pensées.

« Et bien James vous rêvez ? Auriez-vous oublié notre invitation à déjeuner ? »

Un instant, James laissa tomber le masque froid du Commodore pour laisser place à l'homme. Un sourire heureux vint illuminer ses traits tandis qu'il pensait à sa fiancée.

« Non gouverneur, rassurez-vous, je serais là comme prévu. »

Le gouverneur Swann laissa à son tour échapper un petit sourire.

« Parfait James. Elizabeth aurait été cruellement déçue par un retard ou une absence de votre part. »

 

()()

 

Tandis que son père rappelait ses devoirs à son fiancé, Elizabeth Swann se préparait en maugréant contre les règles et obligations du protocole. Serrant de toutes ses forces le montant du lit, elle s'efforçait de réussir à respirer, tandis que sa dame de chambre tirait sans pitié sur les liens de son corset afin de la sangler le plus étroitement possible.

« Ça ira comme ça, Emma. » Énonça-t-elle d'une voix hachée par le manque d'air.

 

La servante lui fit une petite courbette avant de lui présenter la robe de soie vert pâle que le gouverneur avait commandée pour l'occasion. Elizabeth se laissa faire sans dire mot et s'efforça de trouver un nouveau rythme de respiration.

« Le Commodore Norrington ne pourra pas détacher son regard de vous. » Gloussa Emma.

Elizabeth sourit faiblement. Depuis l'exécution manquée de Jack Sparrow elle n'avait que très peu vu James, celui-ci passait tout son temps et son énergie à rechercher le pirate.

«  J'en doute. Murmura-t-elle, tandis qu'Emma commençait à brosser soigneusement ses longs cheveux dorés.

- Oh voyons Miss, vous savez bien que votre fiancé a eu fort à faire avec l'évasion de ce maudit pirate qui vous avait enlevée ! »

Pas enlevée, sauvée corrigea mentalement Elizabeth avant de prendre la parole.

« Je sais Emma. Du reste, je ne m'en plains pas. Ne put-elle s'empêcher d'ajouter.

- Oh Miss, vous pensez encore à William Turner. C'est vrai qu'il a risqué sa vie pour vous délivrer lui aussi !

- Tais-toi Emma ! Tes propos sont déplacés ! S'énerva Elizabeth qui ne voulait pas admettre qu'elle passait plus de temps à penser au jeune forgeron qu'à son fiancé …

- Je vous demande pardon, Miss, je n'étais pas à ma place. » Répondit Emma en reprenant son travail en silence.

 

()()

 

Le déjeuner se déroula en tous points selon les vœux du gouverneur qui ne se lassait pas de se féliciter de cette union, qu'il avait tant espérée. Néanmoins, il devait bien s'avouer que la retenue dont Elizabeth faisait preuve à l'égard de son fiancé le chagrinait un peu. Des yeux, il encouragea Norrington à faire un pas vers elle. Celui-ci compris le message implicite et l'encouragement qu'il contenait. Il n'en fallait pas plus pour le décider à agir. Norrington se leva de table et offrit son bras à Elizabeth sous le regard bienveillant du Gouverneur Swann.

 

Les jeunes promis cheminèrent un moment en silence dans les jardins, appréciant le parfum des fleurs, chacun ajustant son pas à celui de son partenaire. Au bout d'un moment, James en vint à ce qui le préoccupait.

«  Elizabeth, dites-moi … Vous êtes bien sûre de votre décision n'est-ce pas ? Je suis bien l'homme que vous désirez épouser ? » Lui demanda-t-il, le cœur toujours aussi empli de doutes depuis qu'il avait vu le regard que sa fiancée posait sur Will Turner.

Elizabeth tressaillit légèrement, surprise par la question de Norrington. Souriante, elle se tourna vers lui et prit son temps pour répondre.

« James, je pensais que ce point était clair. Je vous l'ai dit, vous êtes un homme merveilleux et je vous respecte et vous admire. Je serais heureuse et honorée de devenir votre épouse.

- Alors vous n'éprouvez aucun désir de revenir sur votre promesse ? Demanda Norrington en la resserrant imperceptiblement

- Non James, je vous l'ai dit. »

James lui sourit tendrement et porta délicatement sa main à ses lèvres.

« Dans ce cas je suis le plus chanceux des hommes Elizabeth. Sachez que je ferais tout ce que je pourrai pour vous rendre heureuse. »

 

Ne sachant quoi répondre, Elizabeth se contenta de lui sourire. Elle savait la sincérité des mots de son fiancé mais elle sentait déjà qu'il ne pourrait pas lui donner ce à quoi elle aspirait au fond d'elle-même sans pour autant réussir à le nommer. Norrington plongea son regard dans le sien et retira en souriant une feuille qui s'était égarée dans sa chevelure.

« Vous êtes ravissante Elizabeth, une femme parfaite … J'ai hâte d'être votre époux. » Murmura-t-il en posant un léger baiser sur ses lèvres.

Elizabeth ferma les yeux sous son baiser et frissonna en sentant la main de son fiancé se poser sur sa nuque mais celui-ci recula avec un sourire et lui offrit à nouveau son bras.

« Je vous raccompagne ?

- Oh … S'exclama-t-elle déçue. Déjà ? J'aurais aimé profiter un peu plus de la tiédeur du jardin. »

 

Norrington la regarda avec indulgence.

« Bien sûr j'aurais dû y penser. Néanmoins, le devoir m'appelle. Soupira-t-il. Croyez bien que j'eusse de beaucoup préféré passer ce temps auprès de vous mais un envoyé de la Compagnie des Indes doit arriver d'ici quelques jours et il est de mon devoir de m'assurer que tout est prêt pour le recevoir.

- Je comprends James. Faites je vous en prie, pour ma part je vais demeurer un peu ici. »

James lui sourit avec affection avant de porter à nouveau sa main à ses lèvres.

« Je vous laisse donc parmi vos roses, Elizabeth. Vous saluerez votre père pour moi.

- Je n'y manquerais pas James. »

 

()()

 

Une fois que Norrington se fut éloigné, Elizabeth se laissa tomber sur le banc et songea que la vie serait bien ennuyeuse auprès d'un homme comme le Commodore. Fermant à demi les yeux, elle se mit à penser à Will et aux aventures qu'ils avaient vécues auprès du Capitaine Sparrow. Un vague sourire aux lèvres, Elizabeth songea au moment où Will et elle s'étaient retrouvés seuls à bord de l'Interceptor. Un moment elle avait bien cru que le jeune homme allait l'embrasser. Elle se demandait quel effet ça lui aurait fait lorsque la voix de Will la tira de sa rêverie. Le rouge aux joues elle se leva brutalement et bafouilla maladroitement.

« Will ?

- Bonjour Elizabeth. Lui dit celui-ci en la dévorant des yeux

- Will je suis si heureuse de vous voir. Sourit-elle en s'approchant de lui. Je pensais que vous ne vous décideriez jamais à me rendre visite.

- En fait je suis là pour vous faire mes adieux.

- Vous partez ? Demanda-t-elle en lui prenant instinctivement la main. Will, pourquoi ?

- Je, Elizabeth c'est mieux ainsi. Murmura-t-il en serrant sa main. Je, vous êtes fiancée et moi… Je, j'ai besoin de prendre de la distance, de savoir ce que je veux vraiment. Je vais donc prendre la mer, voyager quelques temps.

- Mais Will où comptez-vous aller ? Et pour quoi faire ? » Demanda-t-elle en se rapprochant imperceptiblement de lui.

Une ombre passa sur le visage de Will tandis qu'il lui répondait.

« Mon père, vous savez, j'ai bien réfléchi à tout cela. A ce que Jack avait dit, que j'avais la piraterie dans le sang.

- Voyons Will. Murmura Elizabeth. Vous savez bien que Jack ne disait jamais que ce qui l'arrangeait. De plus il mentait la plupart du temps. » Ajouta-t-elle en repensant à sa déception lorsqu'elle avait découvert que le fameux pirate n'était finalement qu'un ivrogne.

 

Will sourit à ces mots. Elle avait raison, Jack était un fieffé menteur, mais il ne pouvait pas lui donner les vraies raisons de son départ. Il ne pouvait pas lui dire que s'il se décidait à courir les mers, c'était en partie à cause d'elle. Parce qu'elle était fiancée à un autre et que chaque jour la pensée d'Elizabeth auprès de Norrington le rendait malade.

 

De son coté Elizabeth s'efforçait de maîtriser son émotion, c'était au moment où elle allait le perdre, peut être pour toujours qu'elle réalisait l'importance que Will avait pour elle. Depuis ses douze ans, elle rêvait de William Turner. Il avait accompagné ses jeux d’enfant, ses premiers émois d'adolescente. Mais elle avait grandi et ses rêves avec elle. Plusieurs fois, elle avait imaginé que Will briserait cette barrière que les convenances et la différence sociale avait érigée entre eux, qu'elle connaîtrait enfin la douceur de ses lèvres, la chaleur de son étreinte. A présent que le jeune homme venait lui faire ses adieux elle lutta contre les larmes qui menaçaient tandis qu'elle se rendait compte que c'était une page de sa vie qui se tournait. Elle devait mûrir et renoncer à ses rêveries romanesques, Will partait et avec lui c'était un peu d'insouciance qui la quittait. Il lui restait peu de temps avant de devenir Madame James Norrington, l'épouse du très honorable Commodore de Port Royal et de mener la vie morne et ennuyeuse que la société lui promettait. La réalité de son engagement avec Norrington et de tout ce que cela impliquait la frappa de plein fouet. Repoussant cette idée au loin, Elizabeth se força à sourire bravement et reprit le ton de la conversation.

« Will, je ne comprends pas pourquoi vous voulez vous éloigner d'ici. »

 

Will plongea ses yeux dans les prunelles sombres de celle qu'il aimait tant et ne put s'empêcher de sentir son cœur chavirer en y lisant la peine qu'elle tentait de cacher.

«  Elizabeth, vous allez épouser James Norrington comme vous l'avez promis et moi, je. Et bien de mon côté je ne cesse de penser à mon père, et à ce qui s'est passé là-bas sur la Muerta, quand nous avons mis fin à la malédiction. Je, en faisant ça je l'ai tué Elizabeth. » Termina Will dans un souffle, sa voix laissant transparaître la détresse qu'il ressentait.

Elizabeth se sentit envahie par le désir de le consoler elle s'approcha doucement de Will et resserra ses bras autour de lui.

« Chut Will tu n'es pas responsable de ça. Il n'y avait pas d'autres solutions, tu n'as pas à regretter. Murmura-t-elle à son oreille. Si tu ne l'avais pas fait Barbossa nous aurait tous tués et ton père aussi. »

 

Will, les yeux fermés, se laissa aller à son chagrin et resserra inconsciemment le corps souple d'Elizabeth contre le sien.

« Elizabeth. Murmura-t-il au bout d'un long moment. Je suis désolé. Ce n'est pas la place pour cela, ce n'est pas votre combat. Je n'ai pas le droit de vous imposer mes blessures. » Dit-il en s'écartant légèrement.

Elizabeth reprit sa main dans la sienne et lui sourit doucement.

« Ne dis pas ça, Will. J'étais sur la Muerta et je sais que si tu t'es lancé dans cette aventure… C'est à cause de moi. Lui dit-elle d'une voix tremblante d'émotion. Alors si tu souffres à cause de cela je veux t'aider.

- Elizabeth votre place est ici, en sécurité. Moi, j'ignore où se trouve la mienne. Comprenez-vous que c'est pour cela que je pars ?

- Non je ne comprends pas. Que comptes-tu faire au juste Will ?

- Je vais retourner là-bas, sur la Muerta, pour essayer d'y voir plus clair dans cette histoire, pour découvrir l'homme que je suis. Elizabeth, toute ma vie j'ai haï les pirates ! Et je découvre que mon père était l'un deux, qu'il m'a abandonné, poussé par l'appel dévorant de la mer. Et le seul homme qui aurait pu me parler de lui c'est envolé comme par magie ! Je dois aller là bas. Car si Jack Sparrow est encore de ce monde il est sûrement parti vers l'île de la Muerta pour s'emparer du trésor ou retrouver son Black Pearl. Quoiqu'il en soit, s'il est quelque part sur cette terre je le trouverais !

- Mais Will comment vas-tu retrouver cette île ? Jack a dit que seuls qui connaissait son emplacement pouvait la trouver. Et que naviguer dans ses eaux était particulièrement risqué !

- Grâce à ceci … Lui répondit-il en sortant un boîtier noir de sa poche. Le compas de Jack. Je l'ai trouvé par terre après qu'il se soit volatilisé. »

 

Elizabeth écarquilla les yeux, n'osant toucher l'objet.

« Mais Will ce compas n'indique même pas le nord !

- Je sais cela. En vérité cet objet conduit à l'île de la Muerta. C'est pour ça qu'il n'indique pas le nord, il guide juste vers l'or aztèque. » Expliqua Will.

Elizabeth caressa l'objet du bout des doigts, un léger sourire amusé sur le visage.

« Comment Jack s'est-il emparé d'un tel objet ?

- Je ne sais pas. Mais je suis sûr d'une chose, Jack a plus d'un tour dans son sac. Et il doit probablement être à la recherche de son fameux navire.

- Je viens avec toi ! A deux nous le trouverons plus facilement ! S'exclama Elizabeth.

- Voyons ce n'est pas possible. Votre place est ici auprès de votre père … Et de votre fiancé. Ajouta Will en s'efforçant de ne pas prêter attention à la déception qui emplissait peu à peu le visage d'Elizabeth.

- Will je t'ai promis de veiller sur toi. » Argua Elizabeth brusquement prête à tout pour le suivre.

 

Will sourit avec affection devant sa détermination.

« Vous êtes une femme de parole Elizabeth. Et je crois savoir que vous avez engagé cette dernière auprès de James Norrington. Se força-t-il à dire, le cœur brisé. Cet engagement est plus important que la promesse faite lorsque vous étiez enfant. Je vous remercie de vouloir m'aider. Mais comme je vous l'ai dit cette quête est la mienne. Elizabeth nos routes se séparent ici. Et par conséquent vous n'êtes plus tenue de veiller sur moi comme vous l'avez fait pendant si longtemps.

- Will, non, ne dis pas ça. Tenta une dernière fois Elizabeth, au bord des larmes.

- Elizabeth il le faut. Je pars ce soir. Mais avant je dois vous dire que je vous, que mes sentiments pour vous ne changeront jamais. Soyez heureuse avec celui que vous avez choisi Elizabeth. Murmura-t-il avant de s'arracher à ses bras et de partir, la gorge nouée par l'émotion.

- Will ! Cria Elizabeth avant de le saisir par le bras. Nous reverrons nous ?

- Peut être. Dit douloureusement Will. Qui sait, peut-être dans dix ans … » Sourit-il avant de s'éloigner sans la regarder de peur de ne pas tenir la résolution qu'il s'était fixée.

 

Elizabeth sentit qu'il était inutile de parlementer avec Will et le regarda partir. Les yeux embués par les larmes, elle dit mentalement adieu à celui qui était là depuis si longtemps, celui qui n'avait pas hésité à mettre sa vie en jeu pour sauver la sienne, l'homme pour lequel elle avait accepté de s'unir à James Norrington.

 

()()

 

Will prit la mer le soir même. Il voguait vers Tortuga où il espérait trouver un navire robuste et digne de ce nom qui serait prêt à l'emmener sur la Muerta.

Prologue                                                                                                 Chapitre 2

Écrire commentaire

Commentaires : 0