Chapitre 8 Jack finit son rhum

A mille lieues de se poser autant de questions que ses anciens compagnons Jack Sparrow buvait de grandes lampées de rhum

« Pas mauvais ce p'tit rhum, hein Bill ? »

 

Pas de réponse.

 

Jack regarda autour de lui, la forêt était toujours là mais en revanche pas de Bottier en vue.

«  Dommage. » dit-il avec philosophie avant de boire encore une petite gorgée.

Ceci fait il se décida à faire un petit feu, au moins comme ça il aurait de la lumière, en effet la torche que Bill lui avait laissée menaçait de s'éteindre à tout moment.

 

Jack se leva avec peine, pour se rasseoir presque aussitôt. Il lui semblait que la forêt toute entière tournait autour de lui. Il jeta un coup d'œil à la bouteille de rhum.

« Ah c'est pour ça, » déduisit il en voyant le niveau de la bouteille.

Il commença à ramasser les brindilles qui se trouvaient à sa proximité, les mit en tas puis décida que ça suffirait comme ça. Il s'installa confortablement et commença à regarder les flammes en sirotant son précieux rhum.

« Yoho, yoho, nous sommes les pirates, les forbans.

On ravage, on rançonne, on pille, on vole…

Yoho,yoho… »

 

Jack souriait en fredonnant. C'est vrai qu'il adorait cette chanson, il la chantait tout le temps à bord du Pearl. Mais son humeur joyeuse disparut d'un coup lorsqu'il se souvint de la personne qui la lui avait apprise. Il ne voulait pas penser à Elizabeth et, pour se donner du cœur il reprit une petite gorgée de rhum. Mais tout le rhum du monde ne parvenait pas à chasser l'image qui l’obsédait. Il revoyait Elizabeth danser et chanter autour du feu sur ce petit ilot où Barbossa les avait abandonnés tous les deux.

 

Ce soir-là, pour la première fois depuis bien longtemps, il s'était senti en confiance et il avait eu l'impression d'avoir trouvé la personne qu'il avait toujours cherchée. Il se souvint qu'ils avaient bu, à cette pensée il reprit une petite gorgée de cet excellent rhum, et dansé et parlé. Il se rappela de la manière à la fois attentive et tendre dont Elizabeth l'avait regardé tandis qu'il se livrait à elle et lui expliquait ce que le Pearl signifiait pour lui. Une nouvelle gorgée accompagna cette pensée. Jack eut un petit sourire cynique, en fait il s'était bien fait avoir ce soir-là, la seule raison pour laquelle Elizabeth avait agi de la sorte avec lui, c'était pour endormir sa méfiance. Et bien aujourd'hui en tout cas, il n'y avait pas d'Elizabeth Swann pour lui voler son rhum une fois qu'il se serait endormi. Jack continua à vider méthodiquement la bouteille et pensa ironiquement qu'apparemment les secours ne viendraient pas non plus.

 

Tout en continuant à boire, Jack essayait de se forcer à évoquer des souvenirs plaisants mais rien n'y faisait, l'image d'Elizabeth flottait dans son esprit. Il sourit et pensa à ce qu'elle lui avait dit, qu'il était un homme bien, lui un pirate ! Il ne voulait pas la croire. D'ailleurs se comporter avec honneur ne pouvait lui apporter que des désagréments, la preuve c'était en partie à cause de cela qu'il se trouvait ici tout seul avec pour seule compagnie une bouteille de rhum. Il rapprocha le goulot de ses lèvres, inclina la bouteille et … rien. Plus de rhum. Complètement à sec et aussi définitivement ivre mort.

 

A partir de cet instant, Jack cessa de lutter et affronta les sentiments qu'il refoulait jusqu'ici. Il se mit à rire devant le ridicule de la situation. Lui, le légendaire Capitaine Jack Sparrow , qui était surement le pirate le plus rusé qui écumait les mers, s'était fait avoir par une femme. Il se revit, paralysé par l'émotion, alors qu'Elizabeth se rapprochait de lui, puis ce baiser…

 

Au moment où les lèvres d'Elizabeth s'étaient posées sur les siennes, il avait perdu pied, n'osant même pas la toucher de peur qu'elle s'arrête. Il s'était entièrement laissé emporter par les sentiments qui l'animaient et avait tout oublié, Jones, le Kraken et même le Pearl. Seule Elizabeth comptait. A cette pensée il eut un rire douloureux, elle, en revanche, elle avait su garder la tête froide, elle l'avait proprement guidé vers le mât comme elle l'eut fait d'une poupée et l'y avait attaché. Le pire c'était qu'il ne lui en voulait même pas car elle s'était comportée comme un vrai pirate. Après l'avoir menotté, elle était partie, sans un regard en arrière, vers son fiancé. Le sourire de Jack se fit plus cynique encore, oui Norrington avait raison, finalement il était bien le plus pitoyable de tous les pirates. Sur cette dernière pensée, Jack sombra enfin dans un sommeil d'ivrogne.

 

Chapitre 7                                                                                              Chapitre 9

Écrire commentaire

Commentaires : 0