Chapitre 7 Une marche silencieuse

Ignorant la détresse dans laquelle se trouvait son père à cause d'elle, Elizabeth Swann cheminait avec ses compagnons dans le bayou sombre et humide vers une direction inconnue. Elle n'avait pas desserré les dents depuis qu'ils avaient quittés la cabane de Tia, et restait murée dans sa tristesse. Elle se sentait plus mal qu'elle ne l'avait jamais été et avait honte d'elle-même. La mort de Jack et sa responsabilité lui pesaient comme une chape de plomb sur le cœur. Depuis qu'elle avait vu le Pearl sombrer elle vivait un cauchemar permanent dont même Will et l'extraordinaire retour de Barbossa n'avaient pas réussi à la sortir. Néanmoins, elle se rendait compte que si Tia avait réussi à ressusciter Hector, Jack pouvait l'être aussi et c'était cet espoir qui lui donnait la force d'avancer. Elle n'osait pas non plus regarder Will en face, et elle se persuadait que si elle était aussi mal à l'aise face à lui c'était uniquement à cause du mensonge qu'elle avait proféré lorsqu'elle avait déclaré que Jack était resté volontairement sur le Pearl. Elle avait menti à ses compagnons pour cacher à Will ce qu'elle avait du faire pour endormir la méfiance de Jack.

 

Non ne surtout pas penser à ça, ça ne voulait rien dire de toute façon, c'était juste pour qu'il cesse d'être sur ses gardes et rien de plus ! Se persuada-t-elle. Sentant un regard posé sur elle, elle releva la tête et ses yeux rencontrèrent ceux de Tia. Cette dernière la dévisageait ouvertement et Elizabeth n'aima pas le petit sourire entendu qu'elle lui fit, comme si elle savait ce qui s'était passé, ce qui était impossible. Elizabeth baissa la tête pour éviter de croiser à nouveau le regard de cette Tia qui l'intriguait et lui faisait peur.

 

Pendant qu'Elizabeth était en proie à toutes ces émotions, son fiancé, Will n'était pas non plus à la fête. Il pensait à son père, Bill, qu'il avait dû abandonner sur le Hollandais Volant avec ce maudit Davy Jones. Tout ça à cause de ce Jack Sparrow de malheur ! Quand ils l'auraient retrouvé, Will comptait bien l'obliger à l'aider à sauver son père. C'était pour ça qu'il participait à cette quête insensée pour sauver un homme qu'il détestait à présent. Parce que Tia lui avait dit que Jack était indispensable et qu'il leur permettrait à lui et à son père d'être enfin réunis et qu'il la croyait sans savoir pourquoi. Il le faisait aussi pour Elizabeth dont la détresse lui fendait le cœur même si elle l'avait trahi. Il ne pouvait pas s'arrêter de penser à ce qu'il avait vu, Jack et Elizabeth s'embrassant passionnément sur le pont du Pearl… Son monde s'était écroulé d'un seul coup et il ne pouvait se résoudre à aborder le sujet auprès d'Elizabeth tant il avait peur que ses pires soupçons soient confirmés. Il ne voulait pas entendre Elizabeth lui dire qu'elle en aimait un autre surtout si cet autre était Jack Sparrow. A cette pensée Will serra les poings, et sentit une main se poser sur son épaule. C'était Tia.

« Ne t'inquiètes pas comme ça, Will ce qui est fait est fait, tu ne peux pas changer ce qui est écrit. Fais confiance au destin.

- Quoi ? Que voulez-vous dire ? »

Mais Tia s'était déjà éloignée et ne répondit pas, laissant Will réfléchir au sens de sa dernière remarque.

 

Gibbs avançait d'un pas décidé. Il devait sauver son capitaine quoiqu'il lui en coûte. Même s'il ne comprenait ce que ce félon de Barbossa faisait parmi eux, il était prêt à le suivre en enfer si ça lui permettait de ramener Jack Sparrow dans le monde des vivants. Il coula un petit regard inquiet vers Will. Ce garçon n'avait vraiment pas l'air dans son assiette ce qui était surement sa manière de porter le deuil de Jack. Quand à Elizabeth dont la pensée lui arracha un soupir, cette petite avait vraiment l'air de souffrir terriblement. Mais pourquoi diable Will ne la consolait-il pas ? Etait-il donc à ce point absorbé par son chagrin ? Au moment où Gibbs se tournait vers Will pour l'exhorter à consoler Elizabeth, il vit Tia le regarder et se sentit traversé par un courant d'air glacé. Il ne savait pas qui était au juste cette femme qu'il avait connu par Jack mais il était sur d'une chose, c’était vraiment quelqu'un de spécial. Gibbs continua donc de marcher en silence.

 

Loin de se poser de telles questions Pintel et Ragetti n'étaient pourtant pas plus bavards. Pour eux le but était de ne surtout pas se faire remarquer par leur ancien capitaine qu'ils craignaient encore plus qu'avant depuis qu'il était revenu d'entre les morts. Ils cheminaient donc de concert et en silence avec Cotton et Marty.

 

Une personne n'en pouvait plus de marcher ainsi sans rien dire. C'était Barbossa qui était tout heureux de bientôt pouvoir reprendre la mer et que la mort de Jack n'affectait pas particulièrement. En plus il se demandait vraiment pourquoi Elizabeth faisait une tête pareille, non pas qu'il l'appréciait mais il était curieux. Soudain il comprit ! Mais bien sûr ils étaient fiancés, prêts à se marier mais la cérémonie avait été interrompue, Tia lui avait raconté une histoire comme ça, oui ça devait être ça. Avant que Tia ait pu deviner ce qu'il s'apprêtait à faire il s'approcha d'Elizabeth et lui dit assez fort !

« Allons ne pleurez pas Mlle Swann. Vous savez je suis capitaine d'un navire ou je le serais bientôt. Et mon statut de capitaine m'autorise à célébrer des mariages en mer. Alors dès que nous… »

Il s'interrompit brusquement, sidéré. Elizabeth venait de fondre en larmes. Décidément cette fille était une énigme !

 

En effet, en entendant à nouveau ces paroles, Elizabeth n'avait pas pu lutter contre la vague de chagrin qui l'avait envahie. C'était presque mot pour mot ce que Jack lui avait dit quelques semaines plus tôt sur le Pearl, sauf qu’alors, ce n'était pas d'un mariage avec Will dont il parlait. Elizabeth n'arrivait plus à se contenir, ce souvenir bien précis lui en rappelait bien d'autres et des sentiments qu'elle préférait ignorer. Tia vint vers elle et lui prit la main.

 

Will, qui pensait qu'un mariage avec lui faisait horreur à Elizabeth, amorça un début d'explication.

« Ecoute Elizabeth je sais que… »

Tia l'interrompit.

«  Nous sommes arrivés. Les explications viendront plus tard, voici votre nouveau bateau. »

 

Devant l'assemblée médusée se profila un bateau que certains connaissaient bien. Ils s'écrièrent de concert, oubliant leurs dissensions et leur peine, tellement leur surprise était grande :

« Mais…

- … c'est

- L' INTERCEPTOR ! »

Tia les regarda en souriant et, d'un geste, les invita à monter à bord.

Chapitre 6                                                                                              Chapitre 8

Écrire commentaire

Commentaires : 0