Chapitre 50 Les regrets de Beckett

Cutler Beckett regarda autour de lui et sortit de son chagrin pour se demander où il se trouvait, son environnement était particulièrement hostile. Le paysage était presque désertique et un vent glacial soufflait sans relâche sans qu'il puisse se mettre à l'abri. Cutler regarda plus attentivement ce qui l'entourait et retint un hoquet de surprise. Cet endroit ressemblait à ... Non ce n'était pas possible. Il eut alors la désagréable impression que des murs se refermaient sur lui. Les choses se transformaient à vue d'œil jusqu'à ce qu'il se retrouve projeté dans ce qui ressemblait à un placard à balais. Cutler, médusé, reconnut le bureau qu'il occupait au début de sa carrière, lorsqu’il n'était encore qu'un tout jeune homme dévoré par l'ambition, lorsqu'il avait connu Jack.

 

Cutler soupira bruyamment. Jack... Il se rappelait avec une douloureuse acuité de leur première rencontre, il y avait si longtemps. Il se trouvait alors dans son petit réduit de la Compagnie des avait à peine vingt ans et des rêves plein la tête. Ce jour-là il faisait froid, gris et triste, il était plongé sur de la paperasserie ennuyeuse depuis le matin et rien n'était venu briser sa routine. C'était le milieu de l'après-midi et ses collègues s'en allaient un par un sans même prendre la peine de lui dire au revoir, tant il leur paraissait insignifiant. C'est pour ça que lorsqu'il avait entendu une voix s'adresser à lui il avait sursauté, renversant par la même occasion son encrier sur le document qu'il rédigeait. Agacé au plus haut point, il avait levé les yeux sur l'importun et il avait alors directement rencontré son regard sombre. Ce moment restait gravé dans sa mémoire, il avait été d'emblée séduit par le sourire vaguement moqueur de l'autre. Il lui semblait que les yeux de l'homme lui transperçait l'âme tant son regard lui paraissait chaleureux et sympathique et pour la première fois Cutler avait eu envie de devenir ami avec quelqu'un. Il n'avait donc pu s'empêcher de sourire à celui qui lui faisait face, toute sa colère envolée d'un coup.

 

L'autre lui avait souri plus largement en voyant l'encre qui continuait à se répandre sur ses papiers. D'un geste vif, il avait saisi l'encrier qu'il avait redressé sans perdre son sourire.

«  Je suis désolé de vous avoir fait peur l'ami, avait-il commencé. Je suis nouveau ici et on m'a dit de m'adresser au bureau et comme vous êtes apparemment le seul à travailler ...

- Oui…je que puis-je faire pour vous ? » Avait bredouillé Cutler.

 

Cutler ferma les yeux, rien que le fait de repenser à cette rencontre lui faisait toujours aussi mal... Malgré les années écoulées, malgré sa réussite il n'avait jamais réussi à oublier ces prunelles sombres. Jack et lui avaient rapidement sympathisé. Jack ne connaissait alors personne en ville et Cutler s'était chargé de lui faire visiter les endroits à la mode si l'on peut dire et ils étaient rapidement devenus inséparables. Cutler était totalement subjugué par son ami, son aisance dans toute situation et surtout son esprit. Avec Jack il se sentait en confiance. Ils passaient leurs soirées à écumer les bistrots, avec une prédilection marquée pour le cognac. Il se souvint avec émotion de ces moments et de l'attente impatiente qui les précédait. En effet Jack étant engagé dans la marine marchande, il passait le plus clair de son temps en mer, les occasions de se retrouver n'en étaient donc que plus rares et précieuses. Beckett se rappela les battements de son cœur lorsqu'il entendait la voix de Jack, chaude et remplie de promesses, lorsque ce dernier venait le chercher pour qu'ils s'encanaillent. Il avait l'impression de pouvoir tout dire à cet homme et il lui avait révélé un par un tous les secrets de son âme, ses rêves les plus chers. Il lui avait donc présenté sa sœur, Margaret, parce qu'ils voulaient que les deux personnes auxquelles il tenait le plus dans ce monde se connaissent et s'apprécient. Il se souvint que jusqu'à ce qu'il trouve la lettre laissée par Margaret il n'avait rien soupçonné de leurs liens

 

Beckett serra les poings, même à présent il souffrait de les imaginer ensemble... Il revit Jack et son sourire chaleureux qui lui chavirait immanquablement le cœur, il avait cru que ses démonstrations d'affections lui étaient adressées, cru à la sincérité de l'homme alors que pendant ce temps ce dernier séduisait bassement sa sœur sous son nez. Le soir où il avait trouvé la lettre laissée par Margaret, il avait eu l'impression que sa vie toute entière s'écroulait autour de lui. Ca faisait des semaines que Jack était en mer, Cutler avait enterré sa sœur seul et le retour de Jack était la seule chose à laquelle il s'était raccroché du fond de sa peine. Il prenait ses boutons de manchettes lorsqu'un papier glissé dans son tiroir avait attiré son attention, reconnaissant l'écriture de sa sœur, il avait déplié la lettre qui lui était adressée et dont même à présent il pouvait réciter le texte par cœur. C'étaient les derniers mots d'une sœur à son frère...

 

Cutler,

 

Si tu lis ces mots c'est que j'aurais trouvé en moi le courage d'aller jusqu'au bout... Je sais que tu dois m'en vouloir, que tu ne comprends pas les raisons de mon geste ...Je te connais Cutler, mon frère, tu te sens abandonné, trahi et d'une certaine manière tu n'as pas tort. Je suis désolée de la peine que je t'ai infligée mais je ne pouvais plus continuer à vivre ... pas avec le déshonneur qui est le mien.

 

J'ai honte de devoir t'avouer cela mais j'ai péché... J'ai succombé aux avances d'un homme et je suis enceinte de ses œuvres. Quand il a l'a appris, il m'a quittée et cela je ne peux le supporter. Je suis désolée Cutler mais je ne pouvais endurer cette situation. Je n'aurais pas supporté de voir cet homme, sans cesse dans notre maison, te parler d'amitié et de fraternité. Je l'aime trop pour supporter son indifférence à mon égard et à celle de notre enfant. Je n'aurais pas pu non plus élever un enfant qui chaque jour lui ressemblerait un peu plus, qui aurait ses yeux sombres et son sourire enjôleur. Alors j'ai préféré en finir avec la vie...

 

Je t'en prie, n'en veut pas à Jack Sparrow... Il a choisi de m'abandonner certes mais cela est préférable que de rester auprès de moi sans amour. Je suis en paix à présent ainsi que mon enfant.

 

Sois heureux pour nous deux, Cutler et ne doute jamais de mon affection pour toi.

 

Adieu.

 

Ta sœur qui t'aimera toujours,

Margaret

 

 

 

Il avait ressenti une telle douleur à la lecture de cette lettre et à l'annonce de la trahison impardonnable de Jack qu'il avait résolu de se venger. Il avait envoyé un billet à son ami en lui demandant de venir le voir s'il ne se sentait pas trop fatigué, à ce moment il ne savait pas encore ce qu'il allait faire. La seule chose dont il était certain c'était qu'il avait besoin de voir Jack. Lorsque celui-ci était arrivé, Cutler était resté paralysé par l'émotion, ne sachant pas quoi dire ni comment réagir. Jack, qui n'était pas là au moment où Margaret était morte, l’avait regardé longuement avant de le prendre brièvement dans ses bras avec hésitation.

«  Je suis désolé pour ta sœur, »lui avait-il soufflé.

 

Cutler avait fermé les yeux, s'efforçant de se calmer, révulsé par l'hypocrisie de Jack mais ne pouvant s'empêcher de respirer son odeur, les battements de son cœur s'accélérant malgré lui de se trouver aussi proche de son ami. Lorsque Jack avait interrompu son étreinte amicale, Cutler avait réalisé avec dégout qu'il ne voulait pas qu'elle cesse. Il aurait voulu passer le reste de ses jours dans les bras de cet homme qui avait tué sa sœur ! Bouleversé par ce constat, il s'était détourné pour cacher des larmes que Jack avait mises sur le compte du chagrin.

 

Cutler s'était rapidement repris et à partir de cet instant une haine farouche s'était ancrée dans son cœur. Ce sentiment était d'autant plus fort qu'il s'estimait doublement trahi par Jack, d'une part celui-ci avait déshonoré sa sœur, d'autre part il l'avait trahi, lui, dans ses sentiments. A présent Cutler devait bien s'avouer que des deux c'était cela qui lui avait fait le plus de mal. Le fait de découvrir que Jack ne l'aimait pas, du moins pas de la manière dont il le souhaitait. Il s'était senti floué, trompé, utilisé par un homme en qui il avait mis tous ses rêves et ses espoirs. Alors à son tour il avait fait en sorte de prendre à Jack ce qu'il avait, de détruire sa vie. C'était cela qui l'avait amené à le marquer puis à le traquer, sa haine décuplée par le fait que Jack s'obstinait à mentir sur sa responsabilité et affirmait que Margaret avait menti dans sa lettre et qu'il ne l'avait jamais touchée. Cutler s'était appuyé sur sa haine et son ambition dévorante avait fait le reste. Chaque échelon, chaque victoire qu'il avait remportée dans sa course à l'élévation sociale lui avait permis de se rapprocher de son but: avoir enfin le pouvoir de se venger de celui qu'il n'avait jamais réussi à oublier.

 

A partir de cet instant il avait donc vécu une vie solitaire, sans chercher à créer ou à développer des liens, il ne vivait que pour lui-même et pour sa vengeance. Jusqu'à ce que Mercer fasse irruption dans sa vie. Cette rencontre s'était passée de manière plus calme, plus tranquille qu'avec Jack. Mercer, s'était accroché pour établir le contact avec lui et bâti chaque jour les fondations d'une relation solide faite de confiance et de partage. Leur relation s'était donc construite petit à petit, Cutler ouvrit son cœur peu à peu à l'homme qu'il savait toujours présent à ses côtés. Bien sûr, il aimait Mercer mais il devait s'avouer que ça n'avait jamais été comme Jack. Il n'en avait jamais parlé à Mercer, préférant lui laisser croire qu'il était son premier "ami " particulier.

 

A la pensée de Mercer, il sentit à nouveau ses yeux s'emplir de larmes, Mercer s'était sacrifié pour lui, pour le sauver. Il était mort parce que Cutler n'avait jamais réussi à oublier que par une après-midi pluvieuse il avait croisé des yeux sombres mais si ardents. Ses pleurs redoublèrent, il avait tout perdu, sa position, ses titres, son ami… Il se retrouvait seul dans ce qui apparaissait être un véritable enfer où la seule occupation était de remâcher sans cesse le passé. Ici son ambition ou son intelligence ne lui seraient d'aucun secours... Il se retrouvait enfermé dans une oubliette par un gamin qu'il n'avait pas tué quand il en avait l'occasion. Tout ça pourquoi ? Parce qu'il avait voulu retrouver Jack en prenant le prétexte de son compas. Bien sûr, il avait toujours ambitionné de régner sur les océans grâce à Jones mais plus que tout ce qu'il avait voulu, c'était retrouver Jack. Lorsqu'il avait eu vent de la légende de son compas magique, il s'était dit que l'occasion était trop belle de satisfaire à la fois son ambition et son désir de vengeance. Il n'avait pas prévu que ça lui couterait aussi cher.

 

Regardant autour de lui, Cutler soupira encore une fois sur sa vie passée, sur tout ce qu'il avait perdu. Même la mort de Jack ne lui apportait aucune consolation finalement. A présent que tous ceux qu'il avait aimé étaient morts, il se sentait plus seul que jamais. Et le pire c'est qu'au fond de lui-même, malgré tout ce qui s'était passé, tout ce qu'il lui avait pris il ne parvenait pas à oublier celui qui avait été son premier amour. Il prit alors conscience du calvaire qu'il allait endurer dans ce lieu où il n'aurait rien d'autre à faire que de remâcher ses regrets et ses souvenirs d'amour perdu et se remit à pleurer amèrement.

 

Chapitre 49                                                                                           Chapitre 51

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Vicky (mardi, 18 février 2014 21:12)

    Cutler gay? j'y avais jamais pensé. mais c'est plutôt pas mal comme idée!! ça l'humanise un peu..

  • #2

    JessSwann (mardi, 18 février 2014 21:14)

    Ah bah le Cutler il a tout fait avec moi, j'adore ce personnage