Chapitre 46 A l'abordage

Inconsciente de la proximité de Will, Elizabeth était accoudée, seule, au bastingage du Black Pearl. Elle regardait la mer sans la voir et songeait à tous les changements qui étaient survenus dans sa vie ces derniers temps. Elle ne pouvait s'empêcher de penser à Will, se demandant ce qu'il faisait, ce qu'il était devenu. En vérité, Will était la seule ombre à son bonheur et elle regrettait amèrement que Jack soit parti aussi vite de Tortuga sans lui laisser le temps de lui dire adieu. Elle était tellement perdue dans ses pensées qu'elle n'entendit pas Jack arriver derrière elle. La retrouvant à sa place favorite, il sourit et passa son bras autour de sa taille.

« Une pièce d'or pour vos pensées Madame Sparrow. »

 

En l'entendant, Elizabeth sursauta violemment.

«  Tu m'as fait peur. Lui dit-elle, un léger reproche dans la voix.

- C'est normal trésor, je suis un pirate. Répondit-il du ton ironique qui n'était qu'à lui. Alors à quoi pensais-tu ? Reprit-il d'une voix caressante.

- En vérité je pensais à Will, lui répondit-elle franchement.

- Will. Répéta Jack, le regard brièvement assombri. Et je peux savoir pourquoi ? Regretterais-tu déjà ton choix ? Lui demanda-t-il en souriant moqueusement.

- Je pensais à Will parce que je me demande ce qu'il fait, ce qu'il est devenu tout simplement. Et si je regrette quelque chose c'est de ne pas avoir eu l'occasion de lui dire ce que je ressens, lui expliquer...

- Ca n'aurait rien changé que tu lui dises... Il le savait non ? Sans cela pourquoi serait-il parti ? Lui dit Jack en souriant. Il avait compris que tu ne pouvais pas résister à mon charme.

- Jack ... ça n'a rien d'amusant, répondit elle, vaguement agacée.

- Oh mais je suis très sérieux. » Souffla-t-il en se rapprochant d'elle.

 

Il sourit d'un air gourmand et en la serra contre lui. Elizabeth s'abandonna à son étreinte avec bonheur et ferma les yeux.

«  Persuade moi que tu l'es... » Lui dit-elle, taquine.

Jack lui sourit plus largement.

«  Oh je comprends... Madame souhaite être courtisée dans les formes. Dit-il en lissant sa moustache. Cela vous convient-il mon ange ? » Ajouta t’il en s'inclinant moqueusement devant elle.

Elizabeth le regarda amusée, elle devait reconnaitre que la vie avec Jack était tout sauf routinière. Elle entra dans son jeu et sourit câlinement.

«  Je m'en contenterais. »

Jack la serra plus fort contre lui et l'embrassa avec ardeur avant de s'écarter en souriant.

«  Tu t'en contenteras ? C'est tout? Il n'y a rien que tu apprécies particulièrement chez moi ? Demanda-t-il, ironique.

- Je t'aime Jack et ça, j’en suis sûre. » Souffla-t-elle en dardant son regard au sien.

Le cœur du pirate manqua un battement devant le sérieux qu'elle mettait dans sa déclaration. Il lui fit un petit sourire amusé.

« Mais j'espère bien trésor, après tout c'est le devoir de toute bonne épouse non ? Déclara-t-il d'un ton léger. Maintenant si tu permets j'ai deux mots à dire à Monsieur Gibbs. » Dit-il en s'éloignant avant qu'Elizabeth ait eu le temps de réagir.

 

Songeuse elle regarda son mari s'éloigner et se demanda pourquoi il se dérobait à chaque fois qu'elle lui exprimait son amour. A bien y réfléchir, Jack ne lui avait jamais parlé de ses sentiments, bien sûr il l'avait épousée mais en gardant le ton badin qui lui était familier. Elizabeth sentit le doute commencer à serrer son cœur, se pouvait-il que Jack ne l'aime pas vraiment et que leur histoire ne soit qu'une passade pour lui ? Après tout c'était un pirate et peut être que leur union n'avait pas la même importance pour lui que pour elle...Le cœur empli d'interrogations, Elizabeth se retourna vers la mer, tandis qu'un nuage passait sur son bonheur tout neuf.

 

()()

 

A quelques encablures de là, dans une portion de mer décidément fort fréquentée, se balançait mollement l'Impérial avec à son bord, Lord Cutler Beckett. Cela faisait des jours et des jours qu'ils écumaient les océans à la recherche de Jack Sparrow. La rage de Beckett grandissait au fur et à mesure que le temps passait et la cicatrice qui barrait à présent son visage le faisait paraitre plus repoussant encore tandis que les hommes qu'il commandait faisaient souvent les frais de sa cruauté. Tous ces facteurs faisaient qu'il était extrêmement impopulaire auprès des soldats qui étaient sous ses ordres et sans la rigueur de Mercer ceux-ci se seraient déjà rebellés contre celui qu'ils appelaient Lord Balafre quand ils étaient sûrs qu'il ne pouvait pas les entendre.

 

Beckett, enfermé dans sa cabine comme à l'accoutumée, faisait les cents pas. Il était vert de rage, pas la moindre nouvelle depuis qu'ils étaient partis. Bien sûr comme tout le monde, il était au courant de la rumeur selon laquelle Jack Sparrow aurait tué le capitaine du Hollandais Volant et ainsi libéré les océans du terrible navire et du Kraken mais il n'y croyait qu'à moitié. De plus, il apparaissait aussi qu'un navire marchand originaire de France avait disparu mystérieusement ce qui en soit n'était pas une grosse perte mais venait relancer le débat sur la véracité de la disparition de Jones.

 

Mercer entra discrètement dans la cabine et étouffa un soupir devant l'état de nerfs dans lequel se trouvait l'homme qu'il servait fidèlement. Il était parfaitement au courant du sobriquet que les hommes d'équipage lui avait donné mais il avait beau faire châtier durement les insolents, le surnom revenait régulièrement résonner désagréablement à ses oreilles. Il s'avança dans la pièce et tendit un verre plein à Beckett.

«  Buvez my Lord ça vous détendra. »

Beckett envoya le verre contre le mur d'un geste rageur.

«  Me détendre ! Qui vous dit que j'ai besoin de me détendre imbécile ! Ce dont j'ai besoin c'est de trouver Sparrow ! » Hurla Beckett, au bord de la crise de nerfs.

Mercer, décontenancé par sa violence, ne savait plus quoi faire pour le calmer. Il commença à parler d'une voix hésitante.

« Nous allons le retrouver my Lord, nous nous y employons je vous assure.

- Ah bon ? Et bien cherchez mieux ! Ce diable d'homme n'a quand même pas disparu de la surface du monde ! »

 

Mercer s'approcha de Beckett, ce dernier était tellement consumé par la rage que ses épaules tremblaient, il posa doucement sa main sur son bras et lui sourit.

«  Je vous jure de vous apporter sa tête sur un plateau.

- Mercer, je suis désolé de m'être emporté c'est juste que Sparrow me met hors de moi. Je le hais ! Cracha Beckett. Je veux le voir souffrir comme il m'a fait souffrir, comme il a fait souffrir Margaret.

- Margaret ? Interrogea Mercer complètement perdu.

- Ma sœur, elle s'est tuée à cause de Sparrow, il nous a trahi tous les deux. » Répondit Beckett d'un ton tranchant.

 

Ne trouvant rien à répondre à cela, Mercer entoura doucement l'épaule de Beckett de son bras et l'attira contre lui. A cet instant un cri retentit sur l'Impérial, un navire était en vue. D'un seul mouvement Beckett et Mercer se ruèrent sur le pont. Beckett prit la longue vue et ne put retenir un frisson d'excitation en reconnaissant le Black Pearl, il se tourna vers l'équipage.

« Abordez ce navire, faites comme vous voulez mais il ne doit pas nous échapper ! »

 

()()

 

A bord du Black Pearl les yeux d'Elizabeth s'agrandirent de surprise en constatant qu'un navire de la flotte royale s'apprêtait à les canarder sans sommations.

« Jack ! Cria-t-elle d'un ton affolé.

- J'ai vu Lizzie, recule du bastingage, nous ne pouvons pas leur échapper nous allons donc devoir nous battre. Ordonna Jack avec un sourire, content d'avoir un peu d'action.

- Mais pourquoi font-ils ça ? Lui demanda-t-elle en s'approchant de lui.

- Euh trésor nous sommes des pirates et eux la marine royale c'est une raison suffisante, non ? Répondit Jack en riant.

- Il y a un homme balafré qui s'agite dans tous les sens avec eux, je crois que c'est le chef ! Cria Marty depuis le nid de pie.

- Balafré tu dis ? Beckett... Murmura Jack en caressant la marque qu'Elizabeth portait sur le bras. Je pensais que je devrais attendre plus longtemps pour venger ceci, c'est aussi bien que cela arrive maintenant. Dit-il, songeur.

- Jack...tu n'es pas obligé de faire ça.

- Si ma belle, je le suis, il est temps que Beckett et moi nous réglions nos comptes. Rétorqua Jack d'un ton dur.

 

Avant qu'Elizabeth ait le temps de répondre, un choc ébranla le sol sous leurs pieds. Les deux navires s'étaient rapprochés et les hommes de Beckett commencèrent à envahir le Pearl. Elizabeth et Jack n'eurent pas d'autre choix que de se jeter à corps perdu dans la bataille. Les armes s'entrechoquaient de toute part, chacun défendant âprement sa vie, mais les hommes de Beckett étaient nombreux et les pirates sous entrainés. Bientôt ils se retrouvèrent encerclés, Jack se défendait avec rage et cherchait déjà un plan de secours qui lui permettrait de tirer son épingle du jeu, lorsqu'il se trouva face à Mercer. Ce dernier lui sourit de son désagréable rictus.

« Sparrow, vous êtes celui que je dois donc tuer.

- Capitaine Jack Sparrow ! Et vous n'êtes pas prêt de me tuer, Monsieur ?

- Mercer pour ne pas vous servir ! » Lança ce dernier en se lançant sauvagement sur son adversaire.

 

Les deux hommes se battirent avec hargne, Jack utilisait toutes les ressources extérieures pour venir à bout de son ennemi qu'il sentait lui être supérieur. Autour d'eux la bataille faisait rage et Mercer glissa brutalement, saisissant sa chance, Jack l'assomma. Il se penchait sur Mercer, l'arme prête à frapper lorsqu'une voix bien connue résonna dans son dos.

« A ta place je ne ferais pas ça Jack. Dit Beckett d'une voix sèche.

- Et pourquoi cela l'ami ? Demanda Jack d'un ton ironique.

- Parce que j'ai en ma possession quelque chose que tu pourrais avoir envie de récupérer... »

 

A ces mots, Jack se retourna lentement, le cœur serré par un affreux pressentiment. La scène qui s'ouvrit devant lui confirma ce qu'il appréhendait, Beckett pointait une arme sur le cœur d'Elizabeth qu'il maintenait contre lui. Jack s'obligea mentalement à se calmer, il savait à présent que Beckett était prêt à tout pour se venger de lui et il ne devait surtout pas laisser voir ses sentiments à ce dernier. Il lui sourit donc :

«  Oh, je vois que tu as appris à te battre contre les femmes tu progresses. Par contre cette marque que tu portes sur le visage ne te flatte pas du tout. Dit-il en affectant d'avoir l'air rebuté.

- Je te conseille de te reculer si tu tiens à ta douce amie Jack. Répondit Beckett d'un ton doucereux en appuyant un peu plus son pistolet sur son otage.

- Ma douce amie ? Que vas-tu chercher ? Je me fiche comme une guigne de ce qui peut lui arriver ! Bien sûr Mademoiselle est jolie, je te l'accorde et j'aurais plaisir à soulever ses jupons mais tu n'ignores pas que je ne suis pas du genre à rester auprès d'une femme... » Commença Jack avec un sourire pervers.

Elizabeth n'en croyait pas ses oreilles, ses yeux s'emplirent de larmes en voyant Jack lui tourner le dos. Ragetti sous le coup de la stupeur commença à parler.

« Bah ça si ... »

Un coup de coude de Gibbs qui pensait avoir compris la manœuvre de Jack lui imposa le silence.

 

Beckett, ne sachant pas si Jack était sérieux ou pas, tentait de conserver son calme et de réfléchir. Mercer reprit ses sens et se leva lentement, s'écartant de la menace que représentait le pirate. Autour des deux hommes, le silence régnait, chacun qu'il soit pirate ou soldat sentit que la vraie bataille était en train de se jouer. Beckett caressa doucement la joue d'Elizabeth qui se raidit à son contact.

« Vous pleurez Mademoiselle Swann ? Ne vous inquiétez pas, je me charge de vous ... Commença-t-il, guettant une réaction de Jack.

- Je t'en prie Cutler, même si je ne pensais pas que mademoiselle puisse t'intéresser. Se força à dire Jack.

- Oh elle ne m'intéresse pas, je veux juste voir ta réaction.

- Jack... Lança Elizabeth d'un ton suppliant.

- Oh Mademoiselle Swann vous êtes donc si naïve ? Commença Cutler bien décidé à faire le plus de mal possible, sentant qu'il ignorait quelque chose. Vous avez cru qu'il était amoureux de vous peut être ? Vous n'êtes pas la première qu'il trompe de cette manière, Jack Sparrow ne sait faire qu'une seule chose, utiliser les gens ...

- Justement l'ami dans ce cas pourquoi penses-tu que le sort de Mademoiselle pourrait m'importer ? Lança Jack cyniquement, tentant le tout pour le tout en évitant de regarder Elizabeth, le cœur serré par la peine qu'il lisait sur son visage chaque fois qu'il parlait.

- Certes je vais donc la tuer dès à présent ... Commença Beckett.

- A ta guise, justement elle m'embarrassait, tu me rendras service. Continua Jack en espérant ne pas se tromper sur le compte de Beckett. Désolé Mademoiselle Swann mais comme je vous l'ai dit à maintes reprises je suis un pirate sans âme et sans cœur, incapable d'aimer quiconque ... » Asséna Jack d'un ton qui se voulait cruel tout en espérant qu'elle comprendrait pourquoi il parlait de la sorte.

 

Décontenancé pas la manière désinvolte dont Jack prenait la chose, Beckett suspendit son geste, il voulait être sûr de tenir sa vengeance avant d'agir de manière définitive. Il regarda Jack et sourit cruellement.

« Je m'en voudrais de te rendre service trop tôt Sparrow... »

Beckett posa son arme tandis que Jack se gardait de montrer son soulagement, qui fut de courte durée, lorsqu'il vit Beckett faire signe à un de ses hommes

«  Vous là ! Donnez-moi donc mon stylet... »

 

Jack se retint de crier, blanc comme un linge sachant bien que c'était justement ce que Beckett attendait de lui. Il n'arriva pas à affronter le regard d'Elizabeth et se rendit compte que la jeune femme n'avait pas compris ce qu'il cherchait à faire en la rejetant. Il regarda désespérément autour de lui, cherchant un plan qui leur permettrait de s'en sortir et rencontra au passage les regards scandalisés des membres de son équipage. Il soupira intérieurement, décidément il avait dû se montrer convaincant.

 

Le regardant d'un air sadique, Beckett frappa Elizabeth au bras avec son stylet d'un coup violent. Le cri poussé par la jeune femme déchira le silence tandis que Jack serrait les poings et se forçait à ne pas montrer ce qu'il ressentait.

Chapitre 45                                                                                           Chapitre 47

Écrire commentaire

Commentaires : 0