Chapitre 40 Une longue nuit, partie 1

Pour la centième fois de la journée, Will leva son verre, lui qui n'avait jamais été attiré par l'alcool, commençait à comprendre comment Norrington avait pu devenir une épave après avoir tout perdu. Tourné vers la fenêtre il se tenait dos à la salle et à ceux qui s'y trouvaient. Will regarda le soleil finir sa course et être doucement remplacé par les ténèbres et s'efforça d'accepter la décision d'Elizabeth. Elle ne m'aime plus. Rien que cette pensée lui déchirait le cœur et l'âme mais pourtant il allait devoir s'y faire.

 

Une boule dans la gorge, Will refoula ses larmes et but une grande lampée de rhum en grimaçant à cause de la brulure du liquide. Un pirate, un de ces maudits pirates et elle l'a choisi lui ! Un homme sans honneur, sans foi ni loi…Et Elizabeth l'avait quitté pour être avec cet homme-là. Tous ses rêves, ses espoirs, ses projets balayés à cause d'un seul homme : Jack Sparrow. Il aimait Elizabeth depuis qu'il l'avait rencontrée et jusqu'à présent il avait toujours cru que cela était réciproque. Will se sentait floué, trompé, lui qui avait toujours tout fait pour le bonheur d'Elizabeth se retrouvait à présent seul en train de noyer sa peine dans une auberge miteuse qui était le repaire des pires brigands des Caraïbes.

 

Elizabeth je t'aime tant, j'aurais tout fait pour te rendre heureuse tout. Et c'était vrai il avait tout fait pour qu'elle soit comblée, allant jusqu'à s'effacer pour lui permettre de prendre une décision. Et c'est Jack qu'elle a choisi. Mais pourquoi ? Se demanda t il avec désespoir. A moitié ivre, il revit le sourire tendre d'Elizabeth lorsqu'elle se penchait vers lui, il avait même l'impression de sentir son parfum et le gout de ses lèvres sur les siennes. Ce n'était pas possible, ils allaient se marier et à présent il était seul en train se saouler parce que sa fiancée l'avait quitté pour un pirate. Un lâche, un menteur et un hypocrite…Rajouta t'il mentalement.

 

Jack mais qu'avait-il de si exceptionnel ? Will avait beau chercher, il ne trouvait pas. A bien y réfléchir il ne savait pas exactement ce qu'il ressentait pour lui. En effet même s'il lui en voulait et était bien proche de le haïr, il ne pouvait se défendre d'avoir ressenti une certaine admiration pour le pirate. Oui c'est vrai d'une certaine manière il enviait la joie de vivre et l'art de la répartie de Jack avant qu'il ne me vole ma fiancée.

 

Will leva une nouvelle fois son verre, il était bien obligé de s'avouer qu'au fond il s'était attaché au pirate, enfin avant ….avant qu'Elizabeth ne l'embrasse pensa t'il. A présent ses sentiments pour Jack n'avaient plus rien d'amicaux, rien qu'à la pensée de ce dernier il prit le couteau que lui avait donné son père et le planta machinalement dans le bois de la table, encore et encore. Ce qui le révoltait le plus c'était, outre le fait que Jack ne méritait pas une femme comme Elizabeth, qu'il était sûr qu'il ne ressentait rien pour la jeune femme. La bouche de Will se tordit dans un rictus amer, Jack lui avait volé la femme qu'il aimait d'un claquement de doigts juste parce qu'il pouvait le faire. Il était quand même prêt à sacrifier le Pearl pour la sauver, se dit-il dans un sursaut d'honnêteté avant de se raviser. Cela ne prouvait rien après tout Jack lui-même lui avait dit que cela faisait partie d'un plan enfin si tant est qu'on pouvait le croire. Continuant à jouer machinalement avec le couteau de son père, Will persista dans sa conviction selon laquelle seul le désir qu'elle lui inspirait pourrait pousser Jack vers Elizabeth. Cette pensée amena un nouveau rictus de souffrance sur son visage, imaginer Jack poser ses mains sur la douce Elizabeth était plus qu'il ne pouvait en supporter.

 

La tristesse envahit à nouveau Will, ça ne servait à rien de ruminer tout cela, les sentiments d'Elizabeth ne changeraient pas pour autant, elle l'avait quitté pour Jack, il n'y avait rien à ajouter à cela. Comme mon père, elle m'a préféré Jack pensa-t-il avec désespoir. Décidément ce dernier lui avait volé toutes les personnes qu'il aimait, d'abord son père puis sa fiancée. Will avait le cœur lourd, il lui semblait avoir tout perdu et à bien y réfléchir tel était bien le cas.

 

Will réfléchit attentivement à la situation dans laquelle il se trouvait en sirotant son rhum. Voyons voir : sa fiancée ne viendrait jamais le rejoindre. Son père gisait au fond de l'eau, prisonnier de la malédiction lancée avant son suicide par un poulpe, qui se trouvait être l'ancêtre de l'homme dont il avait ruiné la vie en lui prenant Elizabeth et en l'empêchant de pendre Jack Sparrow. Will éclata d'un rire sarcastique qui ne lui ressemblait guère, oui c'était une assez bonne analyse de sa situation.

 

Il décida alors de se reprendre avant de sombrer définitivement dans la mélancolie et se força à s'intéresser à ce qui se passait autour de lui. Il tendit l'oreille pour écouter les conversations et fut consterné de constater que le nom de Jack était sur toutes les lèvres. En effet, chacun racontait un épisode réel ou inventé de la légende du pirate. Le grand Jack Sparrow-pardon- Capitaine Jack Sparrow dites plutôt un couard et un manipulateur, il n'y a rien de glorieux ou d'admirable dans cet homme, pensa Will avec amertume sans réussir à retenir un hoquet ironique ce qui attira l'attention sur lui.

 

Le reconnaissant, une femme, un sourire aguicheur aux lèvres, fendit alors la foule pour le rejoindre. L'esprit embrumé par l'alcool, Will essaya de se rappeler de son prénom, ah oui Gisèle, la blonde "amie" de Jack. Will réprima à grand peine un soupir lorsqu'elle s'arrêta devant lui.

« Tu es bien l'ami de Jack Sparrow ?

- Je connais Jack mais ce n'est pas mon ami, rectifia Will d'un ton peu amène. Donc si tu as un message à lui transmettre, je te suggère de le confier à une autre personne.

- Oh ! C'est dommage… Et dis-moi sais-tu au moins s'il est à Tortuga ? J'avais un petit cadeau pour lui … »Continua Gisèle d'une voix trainante qui ne laissait aucun doute sur la nature du "cadeau".

L'idée de ce que la femme sous entendait, et de ce qu'elle voulait de Jack remplit inexplicablement Will de rage. Mais qu'avait donc de si exceptionnel ce diable d'homme pour réussir à s'attacher ainsi les personnes, les loyautés et Elizabeth ? Il gratifia Gisèle d'un regard froid et but la moitié de son verre d'un trait.

« Je suppose que ta proposition ne s'adresse qu'à Jack. Lui dit-il cyniquement après un silence.

- Ça dépend mon joli, tu as de quoi payer ? » Demanda Gisèle qui s'assit, flairant le client potentiel.

 

En la voyant agir, Will retint de justesse un ricanement et se contenta d'un sourire vaguement ironique, cette femme-là au moins était simple. En guise de réponse à sa question il sortit sa bourse pleine de l'argent que lui avait donné Beckett il y avait quelques mois quand il voulait le compas de Jack. Il posa l'argent sur la table sans dire un mot et la dévisagea d'un air sarcastique, écœuré par la lueur de convoitise qu'il vit briller dans ses yeux.

« Oh mon mignon, dis-moi de quoi as-tu envie ? » Demanda Gisèle qui avança la main pour s'emparer de la bourse.

Mettant celle-ci hors de sa portée, Will se leva en chancelant, une expression dure sur le visage.

«  Tu auras l'argent après. Suis moi je veux d'abord voir ce que tu vaux. » Dit-il en récupérant le couteau de son père d'un geste preste.

Gisèle le suivit dehors, intriguée par son comportement. Will chemina rapidement dans les ruelles de Tortuga, jusqu'à ce qu'il voie une ruelle déserte et un peu plus sombre que les autres. Prenant la jeune femme par le bras, il la poussa dans la ruelle d'un geste brusque. Gisèle se retourna un peu effrayée.

« Mais … on va prendre une chambre, non ? » Demanda-t-elle, incrédule.

 

Will la regarda attentivement et lut la peur dans ses yeux. Il lui sourit et s'approchant d'elle. Will se réjouit du mouvement de recul qu'elle ne put réprimer. Alors c'est ça …d'être enfin craint et respecté. Will, secoua la tête négativement pour répondre à la question de la femme, l'alcool qui coulait dans ses veines l'échauffait de plus en plus. Il la saisit avec violence et assouvit son désir brutalement, y mettant toute la colère et la peine que l'abandon d'Elisabeth lui inspirait. Des larmes de frustration s'échappèrent de ses yeux tandis que Gisèle se mordait les lèvres pour ne pas hurler.

Une fois qu'il eut terminé, Will rejeta Gisèle loin de lui et lui jeta quelques pièces avec mépris.

«  Tiens c'est tout ce que tu vaux. »

Le dédain dont Will faisait preuve à son égard réveilla la combattivité de Gisèle, elle s'approcha de lui et lui décocha une gifle magistrale.

« Ordure, je plains de tout cœur la femme qui sera la tienne !

- Elle m'a quitté, répondit Will d'une voix brisée. Pour Jack.

- Et elle a eu raison ! Tu es pire que Jack Sparrow, tu m'entends, pire ! Je ne veux plus jamais avoir affaire à toi, » lui cracha-t-elle avant de partir en courant.

 

Will se laissa tomber à genoux dans la ruelle, terrifié par ce qu'elle venait de dire. A présent qu'il était revenu à la raison, il reconnaissait le bien fondé de ses propos, il s'était conduit comme un porc avec cette femme. Il avait honte de lui, de ce qu'il venait de faire, mais plus que tout il pensa avec gêne au plaisir qu'il avait ressenti en voyant la terreur de la femme. Séchant ses larmes d'un geste brusque, il sortit d'un pas mal assuré de la ruelle. La première chose qu'il vit fut le Black Pearl qui se balançait mollement, juste éclairé par les rayons blafards de la lune. Alors Will sut avec certitude ce qu'il devait faire à présent.

Chapitre 39                                                                                           Chapitre 41

Écrire commentaire

Commentaires : 0