Chapitre 30 Les ennemis de Jack

A Port Royal, Beckett se remettait lui aussi doucement de ses blessures. Il regarda une fois de plus son visage dans le miroir et grimaça à la vue de la large cicatrice qui barrait à présent ce dernier. Malgré les soins attentifs dont il avait fait l'objet il devait bien reconnaître qu'il porterait toute sa vie la marque que Sparrow lui avait infligée. Et pour couronner le tout ce maudit pirate avait réussi à s'enfuir en emportant le cœur de Jones avec lui. Décidément c'était inacceptable ! Cet homme qui lui avait tout pris ne pouvait pas s'en sortir ainsi. Beckett se pencha sur la carafe et se servit un cognac pour se calmer et surtout trouver le moyen de se venger de Jack.

 

Il avait beau réfléchir il ne comprenait pas où il avait fait erreur, lors de leur dernière rencontre, il était sûr d'avoir vu les mains de Jack trembler lorsqu’il avait évoqué Elizabeth Swann. Cependant ce dernier s'était rapidement repris et s'était montré encore plus détestable que d'habitude si c'était possible. Beckett sourit lentement, à moins que Jack ait bluffé, oui cela expliquerait tout. Après tout il avait bien réussi à lui jouer la comédie de l'amitié alors qu'il séduisait Margaret. Beckett sourit plus largement, son visage rendu grotesque par la balafre qui le barrait. Mercer entra sans bruit dans la pièce et contempla en silence Beckett, il serra les poings de rage devant ce que Sparrow avait osé lui faire.

 

Il s'approcha doucement de Cutler qui sursauta en l'entendant, Mercer lui sourit et lui demanda d'un geste s'il acceptait sa compagnie. Beckett lui désigna le siège qui lui faisait face puis prit la parole

«  Des nouvelles de Sparrow ?

- Non, je suis désolé mes informateurs font tout ce qu'ils peuvent mais pour l'instant ils n'ont été aperçus nulle part.

- Alors qu'ils cherchent mieux que ça. S'énerva Beckett.

- En revanche le garde qui vous a interrompus à été châtié comme vous l'aviez demandé.

- Ah et est-il mort ?

- Ce n'est plus qu'une question de temps à présent.

- Très bien Mercer, et Jones vous avez des nouvelles ? Vous savez s'il a déjà récupéré son cœur ? Ou si Sparrow a décidé de le garder pour lui ?

- Je ne sais pas Lord Beckett, je suis désolé mais je suis sûr d'une chose c'est que la jeune femme était vraiment dans un sale état, cela m'a été confirmé par les gardes qui l'ont ramenée dans sa cellule.

- A quel point était-elle mal en point ? Je vous rappelle tout de même que Turner a réussi à la faire sortir au nez et à la barbe de plusieurs gardes !

- Ceci est inexplicable, j'ai torturé sans relâche les soldats mais aucun d'entre eux n'a pu me dire ce qui s'était passé, je crois qu'ils l'ignoraient réellement, enfin maintenant ils sont tous morts de toute manière…dit Mercer d'un air désolé.

- Tsss Mercer, à ce rythme notre garde sera bientôt en effectif minimum. » Lui répondit Beckett qui retrouva le sourire.

 

Les deux hommes restèrent silencieux, savourant le plaisir d'être ensemble. Chacun pensait avec délice à la vengeance qu'il tirerait de Sparrow. Beckett reprit la parole.

« Dites-moi, Mercer, la jeune femme, vous croyez qu'elle est encore vivante ?

- D'après ce que je sais les gardes l'ont battue et l’ont laissée plus morte que vive mais elle n'avait pas reçu de coup mortel selon eux.

- Oh ce serait dommage, je me ferais une joie de la tuer sous les yeux de Jack.

- Jack ? Releva Mercer qui ignorait tout de la relation passée de Beckett et Sparrow.

- Sparrow je veux dire. Vous savez Mercer, la dernière personne que j'avais marquée ainsi c'était justement Sparrow, il y a déjà fort longtemps de cela. J'avais gardé l'objet pour ne pas oublier. Et maintenant il m'a marqué à son tour, il le paiera cher.

- Lord Beckett, je le tuerais pour cela vous le savez bien ! S'enflamma Mercer.

- Non, nous ne le tuerons pas tout de suite, nous tuerons d'abord tous ceux qui lui sont chers sous ses yeux. » Corrigea Beckett.

Ils éclatèrent de rire, certains de leur victoire. En effet le soir même ils devaient embarquer à bord de l'Impérial pour partir à la poursuite du Pearl.

 

Mercer, regarda encore une fois Beckett, car même s'il était ravi d'entreprendre ce voyage en sa compagnie, il aurait été nettement plus rassuré de le savoir en sécurité à Port Royal. Beckett, de son côté, ruminait sa vengeance, il avait placé un homme à lui, comme intérimaire durant son absence et ne s'inquiétait donc pas de Port Royal. A vrai dire s'il parvenait à rattraper Sparrow avant qu'il ne rencontre Jones, Port Royal serait insignifiant pour lui tout comme le roi d'Angleterre. Ses ambitions seraient enfin réalisées mais cela n'était rien à côté de la joie qu'il éprouverait à faire souffrir Jack. Depuis leur dernière rencontre, sa haine s'était encore décuplée et avait même pris le pas sur son ambition. Beckett ressentait encore la morsure de la trahison comme si c'était hier qu'il avait découvert ce qu'il avait fait à Margaret et le fait d'avoir revu Jack si semblable à ce qu'il était autrefois alors que sa sœur n'avait même pas pu être enterrée religieusement était comme un poignard dans son cœur. Non décidément Jack allait payer très cher le fait de s'être moqué de lui.

 

Le soir venu, Lord Beckett et Mercer accompagnés d'un régiment entier embarquaient sur l'Impérial et partaient à la recherche du Black Pearl et de son capitaine.

 

()()

 

Un autre homme ruminait sa haine depuis des jours et des jours, coincé à Tortuga après que le Kraken ait coulé son navire. Barbossa écumait de rage, il avait beau faire des pieds et des mains pour trouver un navire prêt à l'embarquer personne ne voulait de lui à son bord. Pire que cela même, tous les marins qu'il connaissait lui tournaient le dos et personne ne voulait être vu avec lui. Et tout cela à cause de Sparrow, il en était sur. Il avait beau répéter à qui voulait l'entendre que Jones n'avait rien contre lui et exhiber sa main vierge de toute marque noire personne ne voulait prendre le risque de fréquenter un homme marqué du sceau de Davy Jones.

 

Aussi, les journées s'égrenaient lentement pour Barbossa qui errait comme une âme en peine à Tortuga, il passait de taverne en taverne, participait de temps à autre aux bagarres qui ne manquaient pas d'éclater un peu partout, et surtout ruminait sa hargne. Il était tellement en colère que même les pommes n'avaient plus la même saveur pour lui depuis que Jones lui avait fait l'affront de venir couler son navire à son nez et à sa barbe. Pourtant ce n'était pas à Jones qu'il en voulait le plus, il était absolument certain que d'une manière ou d'un autre le vrai responsable de son naufrage était Jack. Naturellement à Tortuga, personne ne voulait le croire et on attribuait ses assertions sur la vie de Sparrow à un délire d'ivrogne.

 

Jusqu'au jour où, arrivant de Port Royal, le capitaine Kennyth commença à visiter les tavernes en racontant la curieuse histoire qu'il avait entendue… Des hommes de confiance, lui-même d'ailleurs, disaient avoir vu le Black Pearl s'éloigner à vive allure de Port Royal vers une destination inconnue. Le capitaine Kennyth après avoir réussi à captiver son auditoire relatait ensuite la manière dont Jack Sparrow, revenu d'entre les morts, avait défait à lui tout seul Lord Beckett et délivré la fille du gouverneur défunt de la geôle où on l’avait jetée. La rumeur du triomphe de Jack enfla et chacun du admettre que peut être que Barbossa n'était pas aussi fou qu'ils le croyaient. Celui-ci, sentant le vent tourner, tenta à nouveau de persuader des marins de l'aider à traquer Jack sur les océans mais ils le regardèrent tous comme s'il avait perdu l’esprit. En effet comment défaire un homme qui, non content d'être sorti vivant d'une confrontation avec le Kraken, avait réussi à échapper à la garnison de Port Royal, défiguré Lord Beckett que tout le monde haïssait copieusement et secouru la fille de l'ancien gouverneur qui a tout prendre n'était pas si mal. Barbossa leur demandait de se mesurer à une légende vivante et aucun n'avait le courage nécessaire pour le faire.

 

Cet état de fait énervait encore plus Hector et attisait sa rancœur, en effet il lui était insupportable de voir l'homme qu'il haïssait à présent être l'objet du respect et de l'admiration de tous et cela sans la moindre raison, il en était persuadé. Néanmoins il ne se découragea pas il chercha à s'allier des hommes à qui la soudaine popularité de Jack pouvait faire de l'ombre. Sans succès. Il semblait que son ancien compagnon, celui qu'il avait fait gouverneur d'une île perdue, celui dont il avait donné le nom à un singe, avait atteint son but ultime: devenir le plus grand pirate de tout les temps, tout du moins le plus connu. Chaque jour, partout où il se rendait, Barbossa entendait chanter les louanges de Jack Sparrow, dont les exploits supposés se comptaient par poignées, la surenchère atteignant des sommets. Bien sur Barbossa avait droit au respect de tous… en tant qu'ancien second de Jack ! Tous ceux qu'il rencontrait lui demandaient ce que ça faisait d'être sous les ordres du pirate le plus redouté du monde. Barbossa, répondait ironiquement à toutes leurs questions et tentait de rétablir une partie de la vérité, car après tout si Jack était revenu du Purgatoire de Jones c'était un peu grâce à lui non ? Mais personne ne l'écoutait. Barbossa restait donc ici, coincé à Tortuga où Jack semblait être le seul sujet de conversation et attendait que le destin lui donne une occasion de se venger et de faire tomber la légende de son piédestal.

 

()()

 

Pendant ce temps Jack, ignorant tout des desseins de ses deux ennemis mortels, écumait tranquillement les mers à la recherche de Davy Jones.

Chapitre 29                                                                                           Chapitre 31

Écrire commentaire

Commentaires : 0