Chapitre 3 Les pensées de Jack

Tandis que ses amis entamaient une longue marche pour venir à son secours, Jack Sparrow jouait avec ses dreadlocks.

 

Et oui, il était toujours au Purgatoire. Après s'être époumoné en vain, Davy Jones ayant probablement trouvé d'autres malheureux sur lesquels lâcher sa terrible bestiole, Jack avait cherché un passe-temps et attendu qu’il était totalement dans le noir, seul et sans rhum c'était la seule occupation un tant soit peu amusante qu'il avait trouvée !

 

Jack soupira lourdement, ce petit jeu commençait à lui taper sur les nerfs. Si seulement il y avait du rhum sur cette fichue île, pensa-t-il pour la centième fois.

 

L'idée d'une bouteille de rhum qui apparaitrait devant lui comme par magie le fit sourire et la silhouette de Gibbs se dessina dans son esprit.

 

Jack se mit à rêvasser, ce bon vieux Gibbs ! Le meilleur second qu'il ait jamais eu! Et puis fidèle avec ça ! Toujours de son coté, il a toujours du rhum aussi et du bon d'ailleurs !

 

Jack se demanda s'il s'en était sorti, il espérait bien ne pas s'être fait dévorer par le Kraken pour rien. Il sourit, tout à l'évocation de ses souvenirs avec Gibbs, c'est qu'ils en avaient eu de bons moments ! Ils en avaient mis des ports à sac ! Et les litres de rhum qu'ils avaient pu boire à Tortuga…

 

La capitaine se reprit, voilà qu'il devenait sentimental, un comble pour un pirate aguerri comme lui ! Mais aussitôt les visages de Cotton et Marty s'imposèrent à lui. Jack sourit à nouveau, il n'avait toujours pas compris comment Cotton avait pu apprendre à parler à son perroquet tout en étant muet. A cette pensée, il eut un petit sourire sarcastique : et bien maintenant il avait tout le temps du monde pour trouver la manière dont c'était possible. Se disant qu'il devait tenter quelque chose avant de devenir complètement fou, il commença à marcher à croupetons au cas où il y aurait une issue qu'il n'aurait pas remarquée.

 

A peine cinq minutes plus tard, Jack était de retour à son point de départ.

« Dommage. » lança-t-il à haute voix.

En s'asseyant, il sentit la bosse faite par le pistolet qui ne le quittait jamais.

« Si encore il y avait le singe, je pourrais me défouler sur lui, » soupira t’il.

 

Il eut un sourire sans joie en se rendant compte qu'il en arrivait au point de regretter ce macaque qu'il détestait et que Barbossa avait affublé de son prénom pour parachever la longue liste des indignités qu'il avait commises contre lui. Barbossa ! Jack espérait bien que celui-ci était retourné en enfer après qu'il l'ait tué sur l'ile de la Muerta comme il se l'était promis. Quant au singe, et bien certes il était immortel, mais étant donné qu'il l'avait échangé à Tia il pouvait lui être arrivé n'importe quoi depuis. Un image réjouissante de singe décapité traversa l'esprit de Jack et le fit sourire sans retenue.

 

Il redevint rapidement sérieux et repensa à sa dernière visite chez Tia, pourquoi donc avait-elle parue si intéressée par le gamin ? Certes il était bien fait mais ne lui arrivait pas à la cheville et ce en toute modestie ! C’est vrai Will n'avait pas son charme, son élégance, son expérience des choses de la vie. Il se morigéna, ce n'était pas le moment de s'attarder sur des détails. Il devait plutôt essayer de découvrir ce que Tia avait en tête. Mais il avait beau chercher, comme toujours le plan de la sorcière lui restait inconnu.

 

Une belle fille cette Tia d'ailleurs, il la connaissait depuis longtemps mais les choses n'avaient jamais été très loin avec elle. En fait Jack était bien obligé de s'avouer qu'il l'avait toujours trouvée un peu, inquiétante…Qu'est ce qu'elle avait dit sur Will déjà ? Ah oui que toute sa vie serait portée par un destin plus fort que lui ou un truc dans ce genre. Même ça, ça ne voulait rien dire ! Et les avances qu'elle a faites à Will ! Jack gloussa au souvenir de la tête que ce dernier avait faite.

 

Will Turner, le fils du bottier… Jack se demanda un instant s'il lui en voulait encore de l'avoir envoyé sur le bateau de Jones. Bah au moins il avait enfin retrouvé son père, et grâce à lui en plus ! Il décida donc que Will ne pouvait plus lui en vouloir. A moins que …

 

Jack repoussa de toutes ses forces le souvenir qui lui vint à l’esprit. Il se leva et recommença à appeler Davy Jones dans l'espoir que celui-ci lui réponde car là, ça devenait urgent.

Chapitre 2                                                                                               Chapitre 4

Écrire commentaire

Commentaires : 0