Chapitre 5 Rencontre

Malgré le regret de laisser derrière lui son nouvel ami, Jack était ravi de découvrir enfin Londres et par-dessus tout était très fier de l'invitation de son capitaine. Ca faisait quatre ans qu'il ne s'était pas retrouvé ainsi, au sein d'une famille et Jack avait presque oublié le gout que ça avait, le bonheur de se sentir entouré. La femme de son capitaine, Eléanor Linley était très maternelle avec lui et Jack ne put s'empêcher de se laissé aller à apprécier la chaleur d'un foyer aimant. Depuis sept ans qu'il n'avait pas revu sa mère, il avait l'impression de retrouver un peu de sa douceur et osait enfin s'avouer à lui-même à quel point elle lui manquait. Il en venait même à regretter son père, le cœur brisé à chaque fois qu’il pensait à la famille heureuse qu'ils formaient avant le départ de sa mère. La sollicitude dont faisait preuve Eléanor à son égard le touchait et le gênait tout à la fois.

 

Pour la première fois il réalisa l'ampleur du mensonge qu'il avait dit lorsqu'il avait prétendu être orphelin. Il s'était fermé tout seul les portes de sa famille, s'interdisant d'y revenir. Bien sûr son père avait été très dur avec lui mais avant le départ de Karolina il avait été un père aimant, attentif, et au fond de lui-même Jack savait que Grant l'aimait malgré le fiasco qu'avait été leur dernière rencontre.

 

Eléanor qui l'observait attentivement depuis déjà de longues minutes fut frappée par l'air grave qu'il arborait.

« Quelque chose ne va pas Jack ?

- Non madame, je pensais c'est tout.

- Oh, tes parents te manquent c'est ça ? »

 

Jack ne put que rougir à nouveau pour toute réponse. Son mensonge lui pesait de plus en plus mais il ne pouvait plus reculer à présent, il savait que s'il le faisait il perdrait la confiance que son capitaine avait mise en lui et cela il ne pouvait pas l’accepter, car dans ce cas il se retrouverait définitivement et douloureusement seul et le jeune Jack savait qu'il ne pourrait pas le supporter à nouveau. Le capitaine Linley était arrivé dans sa vie au moment où il se sentait sombrer et lui avait redonné une raison d'espérer, de vivre. Jack adorait la mer, son odeur, le roulis du navire qui cachait l'extravagance de la démarche qu'il devait à son père… Il ne pouvait pas renoncer à tout cela. Il fut tiré de ses réflexions par l'arrivée de visiteurs, des amis d' Eleanor, les Dove, qui venaient de faire leur entrée au salon.

 

Jack se retourna et regretta dans l'instant de ne pas avoir mieux soigné son apparence ce jour-là. Devant lui se tenait une des plus jolies jeunes filles qu'il ait vue, ce n'était pas une prostituée comme les femmes qu'il avait l'habitude de fréquenter et Jack ne put s'empêcher de lui lancer un grand sourire séducteur qu'Eléanor, amusée, intercepta immédiatement. Elle se tourna vers la jeune fille qui ne devait pas avoir plus de dix-huit ans.

« Anne, ma chérie permettez-moi de vous présenter un jeune homme promis à un grand avenir, Jack Sparrow, le second de Jonathan. »

Jack ne put s'empêcher de rougir devant la présentation flatteuse qu’Eléanor avait faite de lui. La jeune Anne le regarda avec attention avant de lui sourire à son tour.

« Je suis ravie de faire votre connaissance Monsieur Sparrow. »

 

Jack, un peu gauche, prit la main qu'elle lui tendait, subjugué par son regard. Anne avait les yeux d'un bleu limpide que ses cheveux châtains faisaient ressortir avantageusement. Elle avait le teint pâle des anglaises de bonne famille et il sembla à Jack n'avoir jamais rencontré de fille aussi charmante. De son côté Anne ne put s'empêcher elle aussi de trouver ce jeune homme bien séduisant. La chaleur qu'elle lut dans ses yeux la fit rougir à son tour alors qu’elle comprenait inconsciemment que le regard que Jack lui lançait n'était pas tout à fait innocent. Elle avait l'impression que son regard la brulait. Jack sourit plus largement, sûr de lui et de son pouvoir de séduction. Il savait qu'il plaisait aux femmes et cela depuis sa première fille.

 

Les jours suivants donnèrent l'occasion à Jack de revoir souvent la jeune femme et à chacune de leur rencontre il se sentait plus fébrile. Anne était en tout point conforme à ce qu'il imaginait être une femme parfaite. Elle était douce, pure, et Jack tomba peu à peu amoureux pour la première fois de sa vie. De son côté Anne prenait beaucoup de plaisir en sa compagnie. En effet Jack, même s'il manquait d'éducation, était plein d'esprit et bon nombre de femmes se retournaient sur son passage. Les Dove observaient cette nouvelle amitié d'un œil indulgent, car ils avaient toute confiance en leur fille et en son jugement, aussi laissaient-ils Anne fréquenter qui elle souhaitait. La semaine écoulée laissa un gout d'inachevé à Jack qui pour la première fois de sa vie ne sentit plus si impatient de reprendre la mer.

 

()()

 

A Plymouth, Cutler avait lui aussi passé la semaine dans une sorte de trouble et d'impatience. En vérité il attendait le retour de Jack avec ardeur, leur complicité lui manquait déjà même s'il ne le connaissait que depuis peu de temps. Sa sœur Margaret le voyait avec inquiétude devenir chaque jour un peu plus fiévreux à mesure que la date du retour de Jack approchait. Depuis que Cutler connaissait ce Jack il ne cessait de se répandre en éloges sur le jeune homme et ça inquiétait Margaret qui chaque jour sentait Cutler s'éloigner d'elle tandis qu'il s'intéressait de plus en plus à ce marin. Aussi, lorsque le jour où celui-ci devait revenir en ville fut arrivé, elle proposa négligemment à Cutler d'inviter son nouvel ami chez eux. Proposition qu'à sa grande surprise son frère déclina sans raison valable. Cutler ne savait pas lui-même pourquoi il avait refusé de présenter Jack à Margaret ou du moins il refusait de l'admettre. En vérité la raison était toute simple, il voulait Jack pour lui seul avant qu'il reprenne la mer. Les deux hommes se retrouvèrent donc dans une taverne et passèrent la soirée à enchainer cognac sur cognac sans qu'aucun d'entre eux n'éprouve le besoin de rechercher la compagnie d'une fille de joie. Jack parce que, sans qu'il ose encore se l'avouer, la pensée d'Anne l'occupait déjà tout entier et Cutler parce que le simple fait d'être avec Jack suffisait à son bonheur.

 

()()

 

Les semaines puis les mois se succédèrent ainsi. Les voyages du Wicked Wench s'effectuaient alors sur de courtes distances ce qui donna à Jack l'occasion de cultiver ses amitiés naissantes tant avec Cutler qu'avec Anne. Chacune de ses visites à Londres le rendait plus amoureux de la jeune femme ce qui amusait beaucoup Bill qui avait encore en mémoire l'ancienne incompréhension de Jack lorsqu'il lui parlait de ce qu'il ressentait pour sa femme, la douce Mérédith. Pour la première fois depuis l'explosion de sa famille Jack se sentait bien. Il passait sa vie sur les flots, comme il l'avait toujours voulu et son amitié avec Cutler lui offrait enfin une relation de franche camaraderie exempte de la rivalité qui pouvait exister avec les autres marins. Quand à Anne il lui semblait qu'elle était la plus délicieuse des femmes, il pensait à elle à chaque instant et comptait les jours qui le séparaient de leur prochaine entrevue. Tandis que ses compagnons continuaient de saouler et d'aller voir les filles à chacune de leurs escales Jack, lui, préférait rester seul à bord. Il rêvait de l'instant où il pourrait enfin serrer la douce Anne dans ses bras et lui déclarer l'étendue de ses sentiments en lui demandant de l'épouser.

 

Jack Sparrow avait alors vingt à peine et des rêves plein la tête, rêves qu'il espérait réaliser dès leur prochain retour en Angleterre qui serait l'occasion pour lui de se déclarer à sa dulcinée. Du moins il l'espérait car il n'était pas sûr que leur escale soit suffisante pour qu'il ait le temps de faire l'aller-retour jusqu'à Londres. Jack sourit et regarda le collier de perles bleues qu'il avait trouvé dans une petite boutique française. La couleur était exactement celle des yeux d'Anne et dans le secret de son cœur il attendait avec impatience le moment où il pourrait enfin le mettre autour du cou de celle qu'il avait choisi pour femme. Jack regarda l'horizon plus confiant que jamais. Enfin le bonheur lui tendait les bras, plus que quelques semaines et il serait enfin auprès d'Anne après trois mois de voyage.

 

()()

 

Ce jour fameux où Jack devait justement revenir d'une mission qui avait duré plus de trois mois arriva. Dans son bureau, Cutler consulta l'heure pour la centième fois de la journée, il savait que le Wicked Wench devait rentrer au port en fin d'après-midi et était pressé de revoir Jack. D'autant plus que cette fois il avait enfin cédé aux insistances de Margaret et lui avait promis de lui ramener Jack pour le diner. Devant la perspective d'une rencontre entre les deux personnes qui comptaient le plus pour lui, Cutler se sentait fébrile. Il avait si peur que Margaret et Jack ne s'apprécient pas. Jamais jusqu'alors une personne n'avait suffisamment compté pour lui pour qu'il ressente le besoin de la présenter à Margaret, mais Jack était différent des autres. Cutler le trouvait formidable, il aimait son entrain, son sens de la répartie, il aimait partager ses rêves avec lui. Jack ne le traitait pas avec condescendance contrairement à la plupart des autres. Il l'encourageait et ne méprisait pas son ambition; semblant au contraire persuadé que Cutler arriverait un jour au but qu'il s'était fixé : devenir un homme important au sein de la Compagne des Indes. Pour Cutler le fait que Jack croit en lui comme sa sœur le faisait était essentiel, le soir lorsqu'il rentrait chez lui après avoir subi le mépris de ses collègues, la pensée de Jack le rendait plus fort. Cutler fut interrompu dans ses réflexions par le son d'une voix joyeuse résonnant dans son bureau. Il leva la tête et sourit largement à Jack.

« Alors Cutler, prêt à t'encanailler mon ami ?

- Jack, souffla t-il pour toute réponse, comme toujours subjugué par le feu qui brulait dans le regard de son ami.

- C'est bien moi en effet. Se moqua gentiment l'autre. Tu t'attendais à qui ? Au roi d'Angleterre ?

- Non je ne t'attendais pas si tôt c'est tout. Tu restes combien de temps ?

- Seulement deux jours, » grimaça Jack qui savait que ce temps n'était pas suffisant pour lui permettre de voir Anne.

 

Cutler fut étonné par la déception que laissait transparaitre le ton de son ami et se surprit brusquement à espérer que peut être ça avait un rapport avec lui, peut être que Jack était triste de le quitter déjà. En effet Jack ne lui avait encore jamais parlé d’Anne, parce que la jeune femme et ce qu'il ressentait pour elle, il le gardait profondément dans son cœur et attendait que les choses soient sures avant d'oser en parler. Cutler lui sourit avec affection avant de reprendre la parole.

« Tu n'as pas pris d'engagements pour la soirée ?

- Non, je pensais juste écumer les tavernes avec mon vieil ami. Sourit Jack.

- Oui, ça aussi mais avant j'aimerais que tu viennes manger chez moi. Je crois que ma sœur meurt de curiosité à ton sujet, s'excusa Cutler.

- Oh et bien dans ce cas nous allons y remédier ce soir. » Répondit Jack, amusé par l'embarras manifeste de son ami.

Cutler lui sourit plus largement tous ses doutes envolés. Margaret allait adorer Jack. Comment pourrait-il en être autrement ?

 

()()

 

Le soir venu, le repas fut conforme aux rêves les plus fous de Cutler. Jack fut charmant tout du long et devisa gaiement avec Margaret sans pour autant lui manquer de respect. Les trois jeunes gens se trouvèrent beaucoup de points communs et Cutler en fut persuadé que sa sœur Margaret partageait ses sentiments envers Jack. En vérité, Margaret ressentit les premières morsures de la jalousie dès qu'elle vit Jack. Ce jeune homme de son âge avait littéralement envouté son frère et pour la première fois de sa vie Margaret se rendit compte qu'elle n'était plus la première dans le cœur de Cutler mais que ce garçon aux yeux sombres et à la peau brunie par le soleil risquait de lui voler la seule personne qu'elle possédait. Et cela Margaret ne pouvait l'accepter. Alors, en attendant elle se força à sourire au jeune homme, à deviser gaiement avec lui mais elle le haïssait chaque seconde un peu plus au fond de son cœur.

 

Cette soirée fut le prélude à de nombreuses autres, car les mois suivants, le Wicked Wench fit de fréquentes escales à Plymouth. Hélas pour Jack à chaque fois elles n'étaient pas assez longues pour lui permettre de rendre visite à Anne avec laquelle il devait se contenter d'une relation épistolaire, du moins jusqu'à la prochaine escale qui cette fois durerait un mois. La compagnie l'avait promis. Mais avant cela Jack devait repartir pour cinq mois.

 

Il avait vingt ans et dans cinq petits mois il retrouverait celle qu'il aimait du plus profond de son cœur, celle qu'il se jurait déjà de ne pas délaisser au profit de son travail, ne voulant pas faire les mêmes erreurs que son père.

 

Cinq mois…

Chapitre 4                                                                                                 Chapitre 6

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    ߣΛCKĦ£ΛЯŦ (lundi, 05 mars 2012 23:41)

    pas mal les images de Johnny Depp en pirate plus jeune elles viennent de quel film ?

  • #2

    JessSwann (mardi, 06 mars 2012 09:03)

    Euhhhh alors de mémoire, je pense que c'est Don Juan :)