Chapitre 13 Des adieux, partie 2

Il semblait à Jack que cela faisait des heures qu'il avait vu le corps de son ancien capitaine s'écrouler devant lui. Il était encore sous le choc de la cruauté dont avait fait preuve Feng, de sa froideur aussi. Tout en lui regimbait à l'idée de continuer à servir sous les ordres d'un homme pareil. Il se penchait sur le corps de Linley lorsqu'une voix rocailleuse l'interpella.

« Jack ? C'est bien toi petit ? »

 

Jack sursauta avant de se retourner lentement. Bill… Bill Turner, son ancien compagnon et le premier des marins du Wicked Wench à lui avoir offert son amitié, se trouvait lui aussi enfermé dans les geôles de l'Empress. Le cœur battant il s'approcha des barreaux.

« Bill ?

- Salut mon gars. Alors la rumeur disait vrai, tu es un pirate finalement. J'l'aurais jamais cru ! »

Jack esquissa un faible sourire.

« J'ai pas eu trop le choix … Lui dit-il en montrant sa marque.

- Oh c'est moche, comme de se retrouver ici.

- Bill écoute. Accepte la proposition de Feng ! Lança jack soudain paniqué et au bord de la crise de nerfs. Accepte sinon il te tuera aussi !

- T'inquiète pas mon gars. J'ai pas l'intention de mourir comme le capitaine. »

 

Avant que Bill ait pu aller plus loin, Sao Feng revint, accompagné par deux de ses hommes.

«  T'es encore là Sparrow ? Je trouve que tu passes beaucoup de temps avec les prisonniers. »

Jack, le regard brûlant de haine, se tourna vers Feng et se promit que d'une manière ou d'une autre, l'homme paierait. Mais plus tard. Pour l'instant il y avait Bill à sauver. Feng se tourna vers son prisonnier.

- Alors toi. Je te laisse le choix, tu meurs ou tu vis.

- A vos ordres Capitaine. Répondit simplement Bill.

- Très bien. Tu apprends vite. Bienvenue à bord de l'Empress.

- Bill, Captain, on m’appelle Bill le Bottier. »

 

Sans un mot, Feng se détourna et réitéra sa proposition aux pauvres bougres qui n'avaient finalement pas d'autre choix que d'accepter. Jack, lui, resta aux cotés de Bill, avide malgré lui de renouer avec un passé qui l'avait pourtant si cruellement blessé.

« J'ai su pour la fille. Commença Bill. Tu sais, celle que tu aimais. Le captain a dit que c'était à cause de ça que tu avais perdu la tête et que tu avais choisi la piraterie.

- Je ne veux pas en parler. Se braqua Jack, verrouillant une nouvelle fois son cœur. Plus jamais. Parle-moi plutôt de toi.

- Oh et bien je suis papa il parait. D'un p'tit gars, on l'a appelé William. Mais je crois pas que je le verrais un jour. Attendu que je suis maintenant un pirate. Dit calmement Bill que le fait ne semblait pas émouvoir plus que ça.

- Bill je suis désolé...

- Ne le sois pas mon gars. » Répondit simplement son ami.

 

()()

 

Jack rumina sa vengeance des semaines, des mois. Chaque jour qui passait voyait grandir sa haine pour Feng et son dégoût de lui-même à l'idée de dépendre d'un tel homme. Chaque minute passée à bord de l’Empress accroissait son désir de liberté et de vengeance. Jack n'avait pas choisi d'être pirate, mais il pouvait encore choisir quel genre d'homme il voulait devenir et la cruauté de Feng n'entrait pas dans ses projets. Chaque abordage réussi apportait son lot de larmes et de sang versé inutilement selon Jack qui attendait son heure. La vie lui avait appris que parfois mieux valait attendre et observer avant dévoiler ses projets.

 

Quelques mois plus tard…

 

Le retour de l'Empress et de son équipage à Singapour offrit une occasion inattendue à Jack de se venger de Feng. Chacun était parti à terre et à bord de l'Empress seuls restaient Jack et quelques hommes lorsque Mamaia, la maîtresse attitrée de Feng fit son apparition sur le navire. Jack, l'air taciturne et en train de se saouler faute de mieux, observa un moment la jolie jeune femme qui semblait un peu déroutée de ne pas trouver celui qu'elle était venue voir. Levant les yeux au ciel devant son air emprunté, Jack se coula vers elle, une idée bien précise en tête.

« Un problème ma belle ? »

 

Mamaia le toisa un bref instant, suffoquée par le sans gêne de l'homme qui osait l'apostropher de la sorte alors que tout l'Empress, non, tout Singapour, savait qu'elle appartenait corps et âme à Sao Feng !

 

Jack se rapprocha dangereusement d'elle et plongea dans son étonnant regard gris clair, un sourire carnassier aux lèvres

« Je peux vous aider peut être ? Le Capitaine Feng est absent. Mais nul doute que je saurais pallier avantageusement à ce regrettable état de fait. »

Mamaia sourit devant son audace, l'homme avait confiance en lui. Et n'était pas mal du tout.

« Conduisez moi donc dans un lieu où je pourrais attendre Sao plus confortablement. » Souffla-t-elle.

Jack lui sourit plus largement et lui fit une petite révérence légèrement ironique.

« Suivez-moi ma princesse »

 

Mamaia, de plus en plus curieuse, le suivit alors qu'il l'escortait jusqu'à la cabine de Feng. Mais au lieu de la laisser pénétrer seule il entra et referma la porte derrière eux.

« Que faites-vous donc ? Qui vous a permis d'entrer ici ? Ne savez-vous pas quel châtiment Sao réserve à ceux qui osent pénétrer dans ses appartements en son absence ! » S'insurgea-t-elle.

Jack se retourna vers elle, un sourire vicieux aux lèvres.

« Oh si je le sais. Mais dites-moi, quelle est la punition pour ceci ? » Demanda-t-il en posant une main négligente sur la taille de la jeune femme.

Mamaia en resta coite un instant avant de reprendre ses esprits. Elle sentait à présent la main de ce malotru descendre doucement le long de son corps, tandis qu'il dardait ses prunelles sombres dans les siennes.

« Vous savez que Sao vous tuera pour cela !

- Oh, et bien dans ce cas autant en profiter ma belle. » Répliqua Jack d'une voix suave avant de se pencher sur elle.

 

Mamaia était comme hypnotisée par cet homme dont elle ignorait jusqu'au nom mais dont la bouche épousait la sienne avec ferveur tandis qu'une main impatiente défaisait son vêtement. Sans comprendre comment ça avait pu arriver, Mamaia se retrouva nue sous le pirate qui lui fit passionnément l'amour à même le sol de la cabine, un sourire triomphant aux lèvres… Sourire qui s'effaça bien vite lorsque le pas lourd de Sao Feng retentit dans l'escalier, signe que le capitaine était de retour Feng entra dans la pièce, l'air rageur, et embrassa d'un coup d'œil la scène qui s'étalait devant lui. Sa maîtresse attitrée était allongée nue sur le sol, Sparrow sur elle.

 

Jack se retourna, le sourire ironique.

« Oui, quoi ? » Demanda-t-il comme s’il était le maître des lieux.

Feng resta un instant médusé devant la décontraction de Jack tandis que Mamaia se mettait à trembler. Jack se retourna vers elle.

« Désolé ma belle mais je crois qu'il va falloir abréger. Lui dit-il en se levant nonchalamment. Ce fut un plaisir. » Ajouta-t-il avec son éternel sourire.

Feng le regarda et lentement sortit son pistolet. Sans hésiter une seconde, il tira sur la jeune femme toujours allongée sur le sol avant de retourner son arme vers Jack. Ce dernier déglutit avec peine en voyant le sang de Mamaia inonder le riche tapis qui recouvrait le sol.

« Bugger… » Murmura-t-il avant de reculer, cherchant une issue des yeux.

Feng le regarda, un sourire cruel aux lèvres.

« Sale petit rat, je vais faire ce que j'aurais du faire dès le premier jour. »

 

Jack roula des yeux affolés. C'est que le père Sao plaisantait pas ! Il venait de tuer sa maîtresse, celle dont il était amoureux, froidement. Cette pauvre fille était devenue une victime de sa vengeance et Jack imagina sans peine que le sort que Feng lui réservait serait pire. Sans réfléchir il saisit les premiers documents qui lui tombèrent sous la main, détournant ainsi brièvement l'attention de Sao avant de se mettre à courir le plus vite qu'il pouvait, bousculant Feng au passage.

« Désolé l'ami !

- Sparrow ! Espèce de lâche ! Revient ici ! » Suffoqua Feng.

 

Jack sentit une balle raser sa tête sans toutefois le toucher. Sans s'en préoccuper plus que ça il courut droit devant lui et les curieux s'écartèrent devant la bizarrerie de sa course. Finalement Jack parvint à se dissimuler dans une ruelle sombre et vit avec soulagement ceux qui, quelques heures auparavant étaient encore ses compagnons, passer à côté de lui sans le voir.

 

Jack resta caché des heures dans son petit coin tandis que les hommes de Feng le cherchaient sans relâche. Il songea brièvement que la dernière fois qu'il était resté terré ainsi c'était à la suite de la marque qui avait fait de lui un pirate puis sourit. D'un côté l'expérience ne s'était pas révélée si catastrophique de cela enfin hormis pour cette pauvre fille qui avait payé de sa vie son infidélité. Il s'était affranchi de Feng et qui plus est il lui avait dérobé un document qui,  à en juger sur la hargne déployée par son ancien capitaine, devait être capital. Jack finit par réussir à rejoindre le port et se glissa dans le premier navire prêt à partir. Il tourna sans regrets la page sur sa vie à bord de l'Empress et dit adieu à son statut de simple matelot obligé d'obéir aux règles d'un autre. Un jour il serait capitaine…Se promit il en se dissimulant dans les cales du navire.

 

Une fois bien au chaud à bord du bâtiment, il observa le document qu'il avait dérobé à Feng à la lueur d'un rayon de lune. C'était le fameux parchemin qu'un vieillard avait apporté à Feng, et qui racontait en détail l'histoire de la Muerta. Les yeux écarquillés, Jack découvrit les noms des marins dont Feng recherchait depuis bien plus d'un an les descendants. Chacun avait été rayé d'une main rageuse, à mesure que le capitaine les avait identifiés. Il restait trois noms au bas de la liste. Jack lut avec stupeur l'avant dernier dont une main délicate avait tracé les lettres.

 

De La Fuenté.

 

Il caressa inconsciemment la bague dont sa mère lui avait fait cadeau la veille de son départ et se demanda ce que le nom de jeune fille de cette dernière faisait sur cette liste.

Chapitre 12                                                                                              Chapitre 14

Écrire commentaire

Commentaires : 0