Chapitre 4 Si seulement tu avais un coeur à lui donner

Jack ouvrit les yeux, paniqué. Il ne reconnaissait pas l'endroit où il se trouvait, l'instant d'avant il parlait à Elizabeth et puis… Il se leva et se rappela du Black Pearl, d'Elizabeth à bord, de l'autre enfin lui, Jones, qui avançait vers elle. La bile remonta dans sa gorge au souvenir de ce qu'il avait éprouvé au moment où Jones avait repris le contrôle. Une haine, pure, dévorante; le besoin de détruire, la certitude que la vie de cette femme s'arrêterait bientôt. Jack se mit à tourner en rond, il ne reconnaissait rien autour de lui mais il était à présent certain d'être dans un endroit pire que le Purgatoire, pire que l'enfer même. Il était prisonnier de lui-même…

« Et bien il t'en a fallu du temps pour comprendre ! » Lui lança un Jack assis patiemment non loin de là.

 

Jack grimaça, jusqu'à présent, c'était toujours eux qui venaient dans son monde, l'aidaient ou le torturaient selon les cas, mais jamais il ne s'était retrouvé avec eux, réduit à un simple morceau de sa personnalité complexe.

« Et bin réjouis-toi ! On va fêter ça ! Du rhum ? » Demanda un Jack facétieux.

Jack secoua la tête, inquiet.

« T'as raison mon gars faut que tu restes en état de réfléchir… Approuva le Jack calculateur.

- Pourquoi il fait si sombre ici ? Demanda-t-il en regardant les noirceurs abyssales qui les entouraient.

- Bah t'es un pirate et quelqu'un de mauvais tu t'attendais à quoi ? A une lumière divine aveuglante ? Lui répondit cyniquement Jack.

- Je ne suis pas quelqu'un de mauvais. Protesta faiblement Jack.

- Un moment viendra où vous pourrez enfin le prouver, en agissant avec honneur. » Singea un Jack plus qu'efféminé qui fit frémir Jack.

- J'les adore ces moments-là, je les salue de la main quand je les vois passer. Imita le Jack désinvolte.

- Je ne le pensais pas ! J'ai dit ça à cause d'elle ! »

A ces mots ils se retournèrent tous vers lui, le regard avide.

« Elle, Lizzie Turner… Cracha le Jack le plus sombre de tous. C'est à cause d'elle que tu es ici et à cause de celui-là … » Dit-il en désignant un Jack qui se tenait à l'écart des autres, tout au fond des abysses.

 

D'où il était, Jack discernait avec peine ses traits, il avança d'un pas et reconnut celui qui lui était apparu quelques temps plus tôt. A présent il se tenait dans l'ombre, la tête basse, et le cœur de Jack se serra en constatant qu'il pleurait.

« Je t'ai tué. Murmura-t-il pour se protéger. Je t'ai tué au Purgatoire. Je t'ai tué, tu entends ! Cria-t-il. Toi, tes bons sentiments, ta naïveté et ta foutue habitude de t'attacher aux gens je vous ai tués !

- Ouais comme t'as tué Barbossa. Ricana cyniquement un des Jack.

- En fait il l'a bel et bien tué. Précisa d'un ton docte un autre.

- Ça compte pas c'était pas lui c'était l'autre ! »

 

Jack avança vers celui qui l'avait envoyé ici, ne sachant pas ce qu'il voulait lui faire, partagé entre l'envie de l'étrangler et la certitude que ça ne servirait à rien.

« En effet ça ne servira à rien. » Confirma un Jack.

Le pirate se tourna vivement vers lui, en colère.

« Comment sais-tu ce que je pense !

- Mais, on sait tous ce que chacun pense Jack. Nous sommes toi, nous le sommes tous seulement tu es le seul à pouvoir nous sortir d'ici. Après tout c'est un peu toi qui nous as mis là.

- Je croyais que c'était lui ! S'exclama Jack en désignant celui qui pleurait toujours dans les ténèbres.

- Nous et toi. Toi et nous, c'est pareil Jacky. »

Jack soupira et se tourna vers eux.

« Et comment je, on sort d'ici ? »

Ils le regardèrent avec impuissance et désignèrent celui qui pleurait.

« Lui le sait, mais il ne fait que pleurer.

- Je suis déjà revenu. » Observa Jack.

 

Il se rappela les vagues souvenirs qu'il avait des semaines écoulées, Tortuga et la mort de Gibbs, le bayou et son corps pesant sur celui de Calypso et enfin Lizzie et son arrivée sur le Pearl, la manière dont il avait tenté de la mettre en garde avant que Jones ne le repousse ici.

« Lizzie … Répéta d'un ton écœuré le Jack cruel, le plus pirate de tous.

- Qu'elle soit maudite. » Renchérit le Jack désinvolte, épris de liberté.

Jack les regarda, le cœur serré.

« Il va lui faire du mal… »

Les autres le regardèrent avec dégoût.

« Et dire que c'est à cause de ça qu'on en est là ! » S'écria le Jack pirate avant de plonger sa lame dans le cœur de celui qui pleurait toujours.

 

Ce dernier écarquilla les yeux avant de retomber mollement sur le sol tandis que Jack faisait un mouvement involontaire dans sa direction. Le Jack désinvolte soupira et s'adressa à celui qui avait porté le coup.

« Tu sais bien que ça sert à rien. Dit il en désignant l'autre qui se relevait comme si de rien n'était et reprenait sa place ainsi que ses sanglots qui vrillaient la tête de Jack

- Ouais mais ça me détend… » Répondit le premier.

 

Las, Jack s'éloigna d'eux et alla s'asseoir dans un coin, cherchant à s'isoler de leurs jacassements incessants et des pleurs déchirants de celui qu'ils haïssaient tous. Il avait presque réussi lorsqu'un bruit bizarre le fit sursauter.

« Côt ! Cot cot que doc ! » Lança un Jack à toute volée en une parfaite imitation d'une poule.

Jack pencha la tête pour le regarder passer, l'air effaré.

« Faut vraiment que je sorte d'ici. » Marmonna-t-il.

 

()()

Calypso, les yeux à demi fermés le regardait évoluer dans la pièce. La démarche chancelante de Jack avait été remplacée par la légère claudication qui avait caractérisée Jones. Jack se retourna et posa son regard bleu sur elle.

« Je sais que tu ne dors pas, qu'est-ce que tu fais tu m'espionnes ? Ou alors tu regrettes le précédent occupant de ce corps ! » Rugit-il, en colère.

Elle ouvrit lentement les yeux pour lui montrer qu'elle ne le craignait pas.

«  Non je me demandais juste où était celui que j'aimais, l'homme bon qui s'appelait Davy Jones. »

 

Il traversa la pièce en deux bonds et la saisit à la gorge, serrant sa main sur elle.

« Ne mens pas Calypso, par deux fois déjà tu as essayé de m'abuser, et tu sais ce qui m'a rendu ainsi. » Déclara-t-il tristement avant de la relâcher.

Calypso soupira, tremblante de ce qu'il pourrait lui faire, consciente qu'il connaissait le moyen de l'enfermer à nouveau et terrifiée à cette pensée.

« Que comptes-tu faire une fois là-bas ? »

 

Jack sourit, un sourire carnassier que peu de gens connaissaient.

« Et bien, trouver Turner puis l'enfermer jusqu'à ce qu'il me donne la clef de son coffre.

- Ce sera difficile de l'attirer ici. Tu sais qu'il ne peut pas quitter le Hollandais et que Will est un homme d'honneur.

- Il viendra. Lorsqu'il saura ce qui croupit dans mes cales, il viendra.

- Et alors ? Il ne te donnera pas pour autant la clef !

- Si, lorsqu'il devra choisir entre la clef et la vie de cette sorcière… »

Calypso le regarda, effarée … Elle qui avait passé tant de temps à espérer un nouveau guide pour les âmes égarées, voilà qu'il avait le projet de prendre la place de ce dernier. Et alors les horreurs recommenceraient. Elle le savait, tout comme elle savait que Will Turner céderait.

 

Jack battit des yeux et observa, surpris, ce qui l’entourait. Il était dans sa cabine, sur le Pearl et Tia, non Calypso, le regardait étrangement.

« Aidez-moi…

- Jack ! Où es-tu ? » S'exclama Calypso, stupéfiée par son retour.

Les traits de Jack se tordirent de douleur et ses yeux reprirent leur couleur bleutée.

« En enfer … » Susurra-t-il.

Calypso frémit tandis qu'il sortait de la cabine et son pas rendu pesant par la claudication résonna sur le pont.

 

()()

 

Elle avait pleuré toutes les larmes de son corps après la destruction de sa jonque, ses oreilles résonnaient encore des cris des malheureux qui avaient coulés pour avoir suivi celle qui se prétendait reine. Elizabeth ne comprenait pas ce qui arrivait, les raisons pour lesquelles Jack avait si brutalement changé, jusqu'à son regard qui était à présent si froid, si bleu…

 

Elle avait beau chercher, elle ne trouvait pas d'explication satisfaisante à cela. Elle se leva et arpenta sa cellule, cherchant de quoi sortir lorsqu'un pas lourd dans l'escalier l'arrêta net. C'était lui, elle le savait. Le tout était de découvrir qui il était vraiment et surtout, où était Jack ?

 

Il s'approcha lentement d'elle, en rage de sentir son cœur battre plus fort en la voyant et comprit que c'était encore une des misérables luttes de Jack pour reprendre le pouvoir. Il s'arrêta devant la cellule et la détailla, dévoré par l'envie de la tuer tout de suite mais redoutant les effets que cela aurait sur son hôte.  Après tout, elle était sa torture et sans elle il ne souffrirait pas autant, sans elle, il n'aurait pas pu s'emparer de Jack.

« Dites moi Madame Turner le séjour est il à votre convenance ? »

Elizabeth le regarda, l'air méfiant, avant de souffler.

« Vous n'êtes pas Jack, je le sais.

- Oh trésor, vous faites une monstrueuse erreur ! Mais enfin, vous croyez donc que j'allais devenir un de ces héros falots dans le genre de l'inestimable Monsieur Turner ? Voyons, si je l'ai laissé poignarder le cœur à ma place c'était uniquement parce que je pensais trouver la Fontaine de Jouvence. Mais il apparaît qu'elle est hélas introuvable. » Déclara cyniquement Jack.

Elizabeth secoua la tête.

«  Non, vous n'êtes pas Jack... L'homme que je connais est un pirate mais un homme bien. Un homme qui n'ordonnerait pas la mort d'un équipage entier, un homme qui s'est mis en danger pour me sauver et pour sauver Will. »

 

Jack avança la main vers elle, le regard brouillé.

« Lizzie, ne restez pas ici !

- Jack ! S'exclama-t-elle en se jetant contre les barreaux. Jack qui est-ce ? Dites-moi comment vous aider ! Jack ! »

Médusée elle vit les traits du pirates changer, les yeux saphir brillèrent à nouveau d'un éclat mauvais.

 

Fou de rage, il déverrouilla la porte de la cellule et serra le cou de cette maudite femelle qui osait tenter de le contrer. Elizabeth gémit tandis que l'air désertait ses poumons, son corps se relâcha alors qu'elle sombrait dans l'inconscience. Puis, elle retomba sur le sol, inanimée.

 

()()

 

Jack ouvrit les yeux, il était à nouveau dans les ténèbres… Autour de lui, les autres le regardaient avec inquiétude avant de soupirer devant son échec. Au fond, un seul pleurait toujours et Jack sentit la rage l'envahir en le voyant. Il s'approcha de lui et le força à se lever.

« Toi tu sais comment on sort ! Alors parle ! »

Il secoua la tête, l'air infiniment triste.

«  Je ne peux pas nous faire sortir. Pour cela il faudrait que je sois mort et tu ne peux pas me tuer. »

 

Jack sentit le désespoir l'envahir avant de se reprendre. Il était une partie de lui, donc il devait trouver laquelle puisque c'était manifestement celle qui l'avait mené ici.

« Qui es-tu ? Je veux dire, quel moi es-tu ? »

 

Il n'eut pas le temps de répondre, Jones se matérialisa devant Jack qui bondit en arrière.

« Sparrow, j'apprécierais beaucoup que tu cesses d'intervenir dans mes affaires.

- Si tu crois que tu me fais peur vieille méduse ! On ne se débarrasse pas de moi comme ça ! »

Jones ne répondit pas et se retourna d'un air méprisant vers le Jack qui pleurait et le détaillait de ses grands yeux tristes.

« Ahhh l'amourrrrrrrrr , même le grand Jack Sparrow y a succombé finalement. Cette douleur ne prendra fin que lorsque ton cœur te sera arraché. Enfin, mon cœur à présent. Mais rassure toi, je garderais le contrôle de ton corps Jack. Je ferais de toi le nouveau capitaine du Hollandais Volant. »

Jack le regarda, abasourdi.

« L'amour ? Je crois que tu fais erreur mon ami. Le cœur arraché, les fadaises sentimentales, la fille qu'on ne peut oublier tout ça c'est ton histoire pas la mienne. Moi mon seul et unique amour est l'océan. Déclara Jack fièrement, vigoureusement approuvé par les autres. N'est-ce pas les gars ? » Renchérit-il.

Jones ricana et s'approcha de lui, le faisant reculer.

« Oh, vraiment ? Dans ce cas pourquoi as-tu le cœur brisé ?

- Mon cœur, n'est pas brisé. » Répondit Jack d'une voix mal assurée, guettant du coin de l'œil celui qui pleurait.

 

Jones éclata de rire.

« Refuse-le tant que tu veux Jack ça ne changera rien…Remarque, que tu le reconnaisses ne changera rien non plus. »

Jack ouvrit la bouche pour répondre mais Jones s'effaça, le laissant seul face à lui-même. Alors le Jack triste leva son regard vers lui, l'air embarrassé

« Je suis désolé, je peux pas m'en empêcher. Je n'arrive pas à l'oublier. » Murmura-t-il avant de se recroqueviller sous les regards hostiles des autres.

Jack soupira tristement à son tour.

« Je sais … » Répondit-il.

 

()()

 

Elle reprit lentement conscience, l'air afflua dans ses poumons et la soulagea de l'oppression qu'elle ressentait, machinalement sa main chercha son épée avant de se rappeler qu'il lui avait prise, comme tout le reste. Jack la dominait de toute sa hauteur et regardait avec mépris la forme gisant au sol qu'elle était.

« As-tu compris cette fois sorcière ? Tu ne peux pas l'aider, pas plus que tu ne peux sortir d'ici. »

Elizabeth secoua la tête.

« Si, je sais que je peux, Jack je suis là ! » Tenta-t-elle.

Les traits de Jones se durcirent.

« Tais-toi, c'est inutile … Tu n'as pas de cœur à lui donner. Ricana-t-il. Si seulement tu en avais un. »Ne put il s'empêcher d'ajouter, sûr de lui.

Il se délecta de la souffrance qu'il savait provoquer chez Jack et ne lui laissa pas le temps et répondre. Il sortit et referma la cellule tandis que Marty, une expression craintive sur le visage, arrivait.

« Capitaine, nous y sommes. C'est le moment de passer, euh, de l'autre côté. »

Jones sourit avec satisfaction et se tourna vers Elizabeth.

« Réjouissez-vous Madame Turner. Vous allez bientôt retrouver votre époux. Déclara-t-il avant d’éclater d'un rire froid qui résonna longtemps après son départ.

 

 

Chapitre 3                                                                                                  Chapitre 5

Écrire commentaire

Commentaires : 0