Prologue

Will remonta à regret sur le Hollandais Volant, la tête basse et les yeux embués. Il se retourna vers l’île de Molokai.

 

Will eut juste le temps d’entrevoir la silhouette solitaire d’Elizabeth sur la plage puis l’éclair vert l’emmena dans l’autre monde. Dix ans en mer contre une journée à terre. Tel était son destin.

 

Deux ans plus tard

 

«  Encore des pirates… » Soupira Bill.

A la barre, Will secoua la tête

«  Et des officiers… Comme si cette guerre n’avait pas déjà assez brisé de vies »

Bill lança un regard de biais àWill

«  Tu penses à elle…

- Bien sûr que je pense à elle. Comment pourrait-il en être autrement… » Murmura Will d’une voix brisée.

 

Bill regarda les âmes se presser autour du navire et soupira

«  Tu ne viens pas les voir ?

- NonPourquoi le ferais-je ? Je nai pas besoin du récit de leurs combatsJe le connais.

- Will, mon gars, tu ne peux pas rester ainsi à l’écart… »

Will leva un regard triste sur lui

« A l’écart de quoi ? Du monde ? De la vie ? De ma femme ? Dis-moi ! »

 

Le cœur de Bill se serra

«  William…

- Va toccuper deux si tu le souhaites. Mais ne me demande pas de le faire… »Rétorqua Will le visage amer.

Bill soupira discrètement puis se dirigea vers les âmes. Il était inutile d’insister… Will ne viendrait pas, il le savait. L’homme se retourna vers son fils et une vague de pitié le submergea à sa vue. Le regard vague tourné vers l’horizon, Will avait déjà oublié sa présence.

«  Elizabeth » murmura le jeune homme.

 

Bill secoua la tête et se détourna pour accueillir les âmes. Nul ne pouvait rien pour son fils. Pas tant qu’il n’aurait pas retrouvé son Elizabeth….

 

Venise, Italie

 

Bianca tendit une main gantée au valet de pied et sourit coquettement. Ce soir, elle était la reine du Bal. Comme tous les soirs depuis un mois. A vingt-trois ans elle était au sommet de sa beauté. La jeune femme observa avec complaisance sa silhouette fine dans un miroir et se sourit. Son triomphe était total. Elle fit jouer ses longs cheveux d’un noir de jais et un éclat satisfait illumina ses yeux bleus pâles. Elle releva le menton et se tourna vers le valet

« Annonce-moi »

 

L’homme s’inclina et ouvrit la porte à double battant qui menait à la salle de bal :

«  La Contessa Bianca Siglida »

La jeune femme marqua un temps darrêt puis avança dans la salle de bal. Elle était le centre des regards. Elle était la courtisane la plus en vue de Venise. Ce soir scellerait son triomphe.

 

Le prince Toscanio s’approcha d’elle.

«  Contessa… » S’inclina-t-il.

Bianca lui adressa un sourire sûr de lui. Cela faisait un mois que le prince lui faisait une cour assidue. Elle avait décidé que cette nuit, elle serait sienne.

«  Faites-moi danser Prince… » Suggéra-t-elle en posant sa main sur la sienne.

L’homme posa son regard sombre sur elle et elle inclina la tête

«  Je serais votre cavalière cette nuit »

 

L’homme frémit et la guida jusqu’à la piste de bal. Il n’avait d’yeux que pour elle. Son épouse détourna la tête du couple. Elle avait l’habitude de voir son mari s’éprendre d’autres femmes. Elle s’y était résignée. A l’autre bout de la pièce, le regard d’une autre femme brilla d’un éclat meurtrier. Tatiana Doma, ainsi qu’elle se faisait appeler en Italie, fixa la femme qui venait de lui voler son nouvel amant.

«  Personne ne me prend ce que je possède » gronda-t-elle.

 

Dans les bras du Prince de Venise, Bianca renversa le visage pour l’offrir aux lustres de la salle. Elle était belle. Elle était enviée. Elle était reine….

 

Oubliée de tous à présent que le Prince venait de signifier que ses faveurs allaient ailleurs, Tatiana serra les poings. L’espace d’une seconde ses pupilles se contractèrent et les eaux d’ordinaire paisibles de Venise bouillonnèrent à la hauteur de sa rage. Elle aimait le Prince. Autant qu’elle pouvait aimer. Et le camouflet public qu’il venait de lui asséner la suffoquait. Personne ne quittait Calypso sans en payer les conséquences. Le regard sombre de Tatiana se posa sur le couple. Un sourire cruel se forma sur ses lèvres à la vue de l’amour qui brillait dans le regard du Prince. Un amour qu’elle n’y avait jamais vu et qui venait de sceller la perte de Bianca. Sans se faire remarquer, Tatiana quitta la salle de bal, tandis que Bianca se retrouvait entourée des courtisans qui, la veille encore, se pressaient autour d’elle.

 

Une fois à l’extérieur, elle dédaigna les gondoles et se glissa dans l’eau sombre des canaux de Venise. Elle connaissait déjà sa vengeance….

 

Le Hollandais Volant,

 

Bill sursauta et ne put se défendre d’un mouvement de recul en voyant Calypso se matérialiser sur le pont. La nymphe le regarda avec ironie

«  Turner… Pourquoi ne suis-je pas étonnée de te trouver ici … »

Bill baissa le regard d’un air honteux et répondit

« Jai déjà abandonné Will une fois. Je ne ferais plus cette erreur »

Calypso ricana

«  Où est-il ? »

 

Bill frémit et se plaça entre elle et la porte de la cabine,

«  Il paye assez cher Calypso….

- Ce nest pas àtoi den décider. » Rétorqua la nymphe en le projetant contre le bastingage.

Un cri de douleur échappa à Bill mais Calypso l’ignora et pénétra dans la cabine.

 

()()

 

Will releva à peine le visage lorsqu’elle entra et un rire moqueur échappa à la nymphe

«  Alors William… Ton destin te convient-il ? »

Will secoua la tête

« Que viens-tu faire ici Calypso ? Je guide les âmes. Je remplis ma tâche… »

La nymphe s’approcha de lui et retrouva la forme qu’il connaissait sous le nom de Tia Dalma.

«  Je vois… La belle Elizabeth te manque …

- Comme cela pourrait-il être autrement… »Répondit Will dun ton las.

 

Calypso l’observa quelques instants puis reprit

«  Dis-moi… S’il y avait un moyen… de conjurer le sort et de passer une seule et unique journée avec la belle Elizabeth le ferais tu ? »

Will leva les yeux

«  Oui… Je ferais n’importe quoi pour la retrouver…

- Même si pour cela, tu dois condamner une âme à souffrir éternellement sur le Hollandais Volant ? Incapable de mourir, incapable de trouver le repos… A jamais enchaînée à ce navire comme l’était Jones sans le moindre espoir … »

Will hésita et Calypso le pressa

«  Le ferais tu ? »

 

Will ferma les yeux une fraction de seconde et songea à Elizabeth. A sa silhouette esseulée sur la plage des mois plus tôt.

«  S’il y avait la moindre chance ... Je … Oui. 

- Excellent. Se réjouit Calypso. Voilàmon offre William TurnerDans trois jours, tu recueilleras une femme à bord. Fait en sorte quelle accepte de faire partie de ton équipage et tu retrouveras Elizabethpour une journée … »

Will la regarda avec une vague nausée.

« Comment ferais-je pour la convaincre ?

- Réfléchis William, susurra Calypso.

- Et... Et si je n’y parviens pas ?

- Alors... Tu attendras huit ans Jusquau jour où, comme il est écrit, tu pourras voir Elizabeth une seule journée… »

 

Will déglutit et se tourna vers elle

«  Deux jours… Si je réussis… deux jours… »

Calypso répéta dun ton songeur

«  Deux jours….

- Mon prix. » Tenta Will

Calypso posa un regard brillant sur lui

«  Deux jours…Acceptes tu mon offre ?

- Je laccepte. Souffla Will

- Dans ce cas tiens-toi prêt Dans trois jours elle sera là.

- Attendez ! Comment la reconnaîtrais-je ? »

 

Cette fois Calypso lui répondit avec une pointe d’amertume.

«  Tu le sauras quand tu la verras… »

 

Après le départ de Calypso, Bill se précipita dans la cabine de Will, inquiet. Ce qu’il vit ne le rassura pas. Les yeux dans le vague, Will l’entendit à peine entrer et Bill s’éclaircit la gorge.

« Que voulait-elle ? »

 

Will ne lui répondit pas et fixa l’orgue de Jones, resté inutilisé depuis la mort du poulpe

«  William ? » répéta Bill.

Cette fois, le jeune homme lentendit et se tourna vers lui lair radieux.

«  Je vais revoir Elizabeth…

- Quoi ? Mais quand comment ? Will…

- Deux jours... » Répondit Will

 

Bill blêmit et avança dans sa direction

«  Que t’a-t-elle demandé de faire ? 

- Je vais revoir Elizabeth… » Répondit Will avant de sortir, un sourire aux lèvres.

 

Venise, trois jours plus tard

 

Une cape chaude de fourrure sur ses épaules, Bianca avança sur la lagune déserte à cette heure de la journée. La jeune femme serrait dans sa main le billet du prince lui demandant de la rejoindre. Sans doute pour une surprise… Les lèvres de Bianca frémirent à la pensée du palais qu’elle rêvait depuis toujours de posséder. Le Prince était le seul de ses amants à pouvoir le lui offrir.

 

Encouragée par cette pensée elle avança jusqu’au point de rendez-vous. Elle frissonna en se découvrant seule. Jamais aucun de ses amants n’avait eu l’audace de la faire attendre. Mais celui-ci était prince…

 

Un bruit de bottes résonna derrière elle et Bianca s’humidifia les lèvres sans se retourner. Elle aimait que ses amants viennent à elle.

«  Contessa Bianca Siglida ? » demanda une voix inconnue

Surprise, Bianca se retourna

«  Oui ?

- On m’a donné ça pour vous… » Déclara l’homme en tendant la main vers elle

 

Bianca sourit à la pensée que l’inconnu était sûrement envoyé par l’un de ses admirateurs et tendit la main. Un hoquet de surprise lui échappa lorsque la lame du poignard s’enfonça dans son ventre. Son regard bleu se troubla et elle fixa son agresseur avec incompréhension.

«  Personne ne s’oppose à Calypso »

Alors quil la poussait dans leau de lagune, Bianca songea quelle avait du mal comprendre Car enfin depuis quand les légendes grecques avaient elles recours àdes tueurs ? Un vague sourire se forma sur ses lèvres pleines àcette idée et elle laissa leau la submerger.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    sharkna (samedi, 11 août 2012 23:45)

    ^^ en cherchant des image je suis tomber sur cette histoire et l'idée de voir will avec une autre femme m'intrigue je suis donc repartie pour la lecture d'une de tes histoires lol

  • #2

    JessSwann (dimanche, 12 août 2012 09:52)

    Ah c'est marrant ce sur quoi on tombe mdrrr