Chapitre 1 Retour à Forks

POV Bella

 

 

Lorsque j’ouvris les yeux de nouveau, j’étais enveloppée dans une couverture et l’avion commençait à descendre sur Atlanta. Je jetai un regard encore endormi sur le siège à côté de moi et mon cœur se répandit en battements assourdissants. IL était encore là, ce n’était pas un rêve, il n’était pas parti.

« Bella ? Tu vas bien ? »

Je devais avoir l’air folle, hallucinée et en vérité c’était bien ainsi que je me sentais, comme si après avoir tourné des siècles dans le désert en vain j’avais enfin trouvé mon oasis. Bon peut être pas des siècles, mais pour le reste s’était bien ça.

«  Bella ? » Redemanda Edward.

 

Je m’avisai alors que je le contemplais, bouche bée. Je m’empressais de la refermer puis l’ouvrit à nouveau pour répondre.

«  Oui, un peu fatiguée. » Mentis-je.

La main d’Edward effleura ma joue, aussi légère qu’une plume et je sentis des larmes de joie brûler mes yeux. Je détournais le regard, gênée. L’effet qu’il avait sur moi me terrifiait parfois.

 

L’avion amorça son atterrissage et je retins mon souffle. Je n’avais jamais trop aimé les avions, sans doute par peur que ma malchance me poursuive jusque dans les airs, et si j’avais oublié mes craintes au profit de mon angoisse pour Edward à l’aller, il n’en allait pas de même pour le retour. La main d’Edward se referma sur la mienne et il chuchota.

«  Ne t’en fais pas, je ne laisserais jamais rien t’arriver Bella. »

Un rire nerveux m’échappa et je répondis sans conviction.

«  Je sais, ce n’est qu’un avion. »

 

()()

 

Je reçus les embrassades et les étreintes des Cullen comme dans un rêve. Ils étaient tous là, Carlisle, Esmé, Jasper, Emmet et même Rosalie qui s’approcha timidement de nous.

«  Merci Bella. » Dit-elle simplement de sa splendide voix grave.

Je cherchais quelque chose à répondre qui ne fut pas stupide ou maladroit mais Edward referma sa main sur mon bras.

«  Je te ramène chez toi, Charlie est mort d’inquiétude. »

 

Charlie… Avec tout ce qui s’était passé, j’avais presque oublié Charlie que j’avais planté sans le moindre remord alors qu’il enterrait son meilleur ami. Toujours galant, Edward m’ouvrit la portière de la voiture puis s’installa au volant. J’étais enfin seule avec lui, nous allions enfin pouvoir parler de ce qui s’était passé, de son départ, de maintenant, de l’avenir. Une boule se forma dans ma gorge à cette pensée. Et si Edward décidait de repartir pour éloigner les Volturi de nous ? Et si je le perdais à nouveau ? Je ne pourrais pas le supporter, jamais.

 

J’entendis la portière arrière claquer et je me retournai.

«  Désolée, annonça Alice d’un air piteux, mais je crois qu’il faut mieux que je vienne. »

Je jetais un regard à Edward et la crispation de sa mâchoire me renseigna. Ce n’était pas lui qui avait demandé à Alice de nous accompagner. Cette idée me soulagea tandis qu’Edward démarrait en trombe.

«  Qu’as-tu vu ?

- Rien de précis, pourtant, je crois que je dois être avec vous. »

Mon visage dut refléter ma déception car Alice rit d’une voix cristalline.

«  Pas tout le temps Bella, juste pour ton retour. »

 

Je fronçais les sourcils, je ne comprenais pas. En quoi la présence d’Alice était-elle si importante ? Qu’elle soit là ou non, Charlie me punirait et je devais bien admettre que je l’avais mérité.

«  Il ne sait pas encore s’il doit le faire. » Intervint Edward.

Je sursautai. Depuis quand Edward parvenait il à lire mes pensées ??? Mon amoureux vampirique poursuivit.

«  Il hésite, il pense qu’à ta place il aurait fait le même choix.

- Quoi donc ? Traverser l’océan pour te sauver ? Maugréai-je.

- Non, soutenir ton amie dans des moments difficiles. Répondit Edward d’une voix un peu surprise.

- Tu vois Bella, je savais que je devais être là ! » Exulta Alice.

 

Je ne répondis pas. Je ne comprenais pas en quoi la présence d’Alice pourrait apaiser Charlie. D’accord il adorait mon amie, qui ne l’aurait pas aimée ? Mais de là à me pardonner parce qu’elle…

«  Isabella Swan ! »

Je sursautai, perdue dans mes pensées, je ne m’étais même pas rendu compte que nous étions arrivés. Je me forçais à sortir de la voiture, la tête basse. Edward se racla la gorge et le regard de Charlie se posa sur lui avant de revenir sur moi.

« Papa, je suis désolée, je, commençais je.

- Comment va ta mère ? Demanda Charlie à Alice d’un ton rempli de sollicitude.

- Elle va mieux maintenant, je vous remercie Charlie. Intervint Edward avant que sa sœur n’ait eu le temps de répondre.

- Ce n’est pas à toi que ma question s’adressait jeune homme mais à ta sœur. D’ailleurs c’est uniquement par égard pour elle que je tolère ta présence. » Répondit Charlie sans le regarder.

 

Je bouillai de rage et m’apprêtai à dire ses quatre vérités à mon père lorsque la main d’Edward effleura la mienne. Je me tournai vers lui et lut sur ses lèvres.

«  Plus tard. » Murmura-t-il.

De son côté Alice plissa les yeux et répondit d’une voix prudente.

«  Mieux, merci. Comme mon frère vous l’a dit, elle est presque totalement remise.

- La fièvre nous a tous terrifiés, ajouta Edward. Mais heureusement un ami de mon père a trouvé un remède. Nous lui devons beaucoup. »

Une fois de plus Charlie évita de répondre à Edward tandis que je m’empressais de recoller les morceaux de l’histoire qu’on avait fait gober à Charlie. J’étais sensée être partie pour soutenir Alice alors qu’Esmé était malade. Bien. Mais à qui devais-je cette excuse salutaire, la seule que Charlie pouvait accepter ?

«  Tu as de la chance que Jacob ait attendu mon retour pour m’expliquer la situation jeune fille, sans quoi je ne me serais pas contenté d’une semaine sans sortie. » Gronda Charlie.

 

Je ne répondis pas. Jacob. Bien sûr ce ne pouvait être que lui mon sauveur. Jacob que j’avais laissé derrière moi sans un regret pour aller sauver Edward du piège dans lequel il s’apprêtait à se jeter. Je me sentais mal d’un coup. Et j’avais une raison de plus d’appréhender de revoir Jacob.

 

Charlie se tourna vers Alice.

«  Je suis désolé, je ne t’invite pas à entrer cette fois Alice. Mais je suis heureux que ta mère aille mieux. J’espère que tu reviendras nous rendre visite lorsque la punition de Bella sera levée. La maison n’est pas bien grande mais tu y seras toujours la bienvenue quand tu passeras à Forks. »

Un vertige me saisit. Alice de passage ? Alors cela voulait dire que l’Italie n’avait rien changé, qu’Edward allait, qu’il allait.

«  En vérité, le médecin a estimé que Los Angeles était trop pollué pour ma mère. Intervint Edward. Aussi notre père a-t-il pris la décision de revenir s’installer ici. »

 

Je surpris l’air renfrogné de Charlie à cette nouvelle et je m’étonnais. Je savais qu’il avait toujours apprécié les Cullen, surtout Carlisle et qu’il avait regretté leur départ. Moins que moi cela va sans dire. Pourtant, je le vis porter la main à son arme puis se raviser.

«  Rentre à la maison Isabella. » M’ordonna-t-il.

Une bouffée d’angoisse me saisit. Comment allais je pouvoir rentrer seule en les laissant…

«  RENTRE !!! » Cria Charlie en voyant que je ne bougeais pas.

Edward m’adressa un regard rassurant et m’intima de rentrer. J’obéis à contre cœur.

 

Pas assez vite pour ne pas entendre les premiers mots de Charlie.

«  Si je te vois roder à nouveau autour de cette maison je te boucle Cullen. Et crois moi je trouverais un motif n’importe quoi, un excès de vitesse, une soirée trop arrosée, peu importe. Je ne te laisserais pas faire à nouveau du mal à ma fille. Suis-je clair ? »

Une vague d’indignation me submergea. Comment Charlie osait il décider pour moi ? Pire, comment pouvait il me trahir ainsi en révélant à Edward ce que je…

 

La voix distinguée, parfaite, de mon amoureux s’éleva tandis que je me retournai.

«  Parfaitement Charlie. Et croyez-moi, je ne souhaite rien moins que de blesser à nouveau Bella.

- Tant mieux parce que je ne t’en laisserai pas l’occasion.

- Je suis désolé, murmura Edward d’un ton dont la sincérité ne faisait aucun doute. J’espère que Bella me pardonnera et que vous me jugerez un jour digne à nouveau de votre confiance. »

Je me retins de me jeter dans ses bras, bouleversée à l’idée qu’il puisse s’en vouloir, être malheureux. J’avais envie de lui crier que je l’avais déjà pardonné, que je ne lui en avais jamais voulu. Mais Charlie me ramena une fois de plus dans le présent.

«  N’y compte pas trop.

- Je saurais être patient, répondit poliment Edward.

- On verra ça. » Gronda Charlie avant de se retourner.

 

Je m’empressai de m’engouffrer dans la maison, consciente que Charlie n’avait pas été dupe.

 

POV Edward

 

Je remontai en voiture sous le regard hostile de Charlie. Ses pensées me submergèrent, hostiles, parfois même haineuses. Mais ce n’était pas le pire. Le pire c’était ses souvenirs de Bella. A travers lui, je la voyais prostrée, malheureuse. Je voyais les saisons qui s’étaient succédées après mon départ. L’inquiétude de Charlie me bouleversait. Bella me bouleversait…

 

Comment avais-je pu être assez cruel pour lui faire autant de mal ?

 

Mais ça n’était rien à côté de ce qui avait failli arriver en Italie. Et si les Volturi avaient décidés de la tuer ? Comment aurais-je pu me pardonner ça ? La réponse était simple : je n’aurais pas surmonté sa perte. J’aurais mis mon plan à exécution et j’en aurais fini avec cette vie qui n’en était pas une.

«  Du calme Edward, il ne lui est rien arrivé. » Murmura doucement Alice.

 

La voix de ma sœur me ramena au présent et je m’aperçus que je tremblais. Elle avait raison, il n’était rien arrivé à Bella hormis de me rencontrer. Et maintenant à cause de moi, elle allait…

«  Ca a toujours été une possibilité Edward, je l’ai vue. »

Je l’interrompis avec rage.

«  Vue quoi ? Devenir l’une des nôtres ? Etre damnée à son tour ? Je refuse Alice ! Jamais je ne lui prendrais son âme, même si je dois en mourir. »

Alice secoua la tête.

«  Edward, c’est son souhait. Même avant les Volturi, nous en avons parlé dans l’avion et j’ai accepté.

- Tu n’as pas le droit d’accepter ça Alice, grondais je.

- Pourtant, c’est la meilleure solution, la seule à présent que Aro et les autres l’ont vue. »

 

Je ne répondis pas. Je ne pouvais envisager cela. Bella était trop humaine, trop fragile pour que quelqu’un s’avise de la toucher, de la transformer en monstre…

«  Edward ? » Demanda Alice, inquiète par mon silence.

 

Je me tournais vers elle.

«  Il y a forcément une autre possibilité, tu as obligatoirement vu autre chose sur elle. Tes visions se trompent souvent, la preuve tu l’as vue morte ! »

Alice se troubla.

«  Je ne sais pas. Parfois, je ne la vois plus. »

Cette idée m’affola.

«  Tu ne la vois plus ?

- Pas comme si elle était morte, s’empressa de préciser Alice. Juste comme si elle était, hors de ma portée. »

Je ne réagis pas. Je sondais les pensées d’Alice mais n’y découvrit qu’une chanson scandée à tue-tête. De toute évidence, elle me cachait quelque chose.

«  Ce n’est pas à moi de t’en parler Edward, mais à Bella. » Se justifia Alice.

Je ne répondis pas. Les pensées de Charlie me revinrent en mémoire, celles d’après mon départ, celles d’avant mon retour. Je voyais Bella heureuse, revenant de la réserve Quileute… Et d’une certaine manière cela m’inquiéta encore plus que les Volturi.

 

POV Bella

 

Sitôt mon amoureux et Alice partis, je me tournai vers Charlie. Ce n’était sans doute pas la meilleure chose à faire après ce qui venait de se produire mais j’étais furieuse. Comment osait-il parler ainsi à Edward ? Comment osait-il lui refuser notre porte après…

«  C’était quoi ça ? » Lui demandai-je d’un ton hargneux.

 

Charlie se retourna vers moi, le visage empourpré.

«  Tu as entendu ? Ma foi c’est pas plus mal. Au moins comme ça je n’aurais pas à me répéter.

- Répéter quoi ? Que tu ne veux plus que je vois Edward !!!! » M’écriai je, presque hystérique.

Charlie recula d’un pas.

«  En effet Bella, je ne veux plus voir ce garçon roder autour de toi, pas après ce qu’il t’a fait subir au printemps dernier. »

 

Des larmes brouillèrent ma vue et Charlie s’approcha maladroitement de moi.

«  Tu n’as pas besoin de lui. Tu as d’autres amis. Mike, Angela, Jessica…

- Ils ne sont pas, commençai je.

- Jacob. » Poursuivit-il.

Ma protestation s’étrangla dans ma gorge. Jacob… Avec mon retour j’avais presque oublié. Ou plutôt j’avais voulu oublier Jacob et le baiser que nous avions échangés…Je m’en voulais à présent de l’avoir laissé espérer et encore plus de ce que j’allais devoir lui faire. Parce qu’enfin, comment pourrais-je être avec lui alors que mon Roméo était revenu ?

Un sourire satisfait aux lèvres, Charlie me désigna le téléphone.

«  Tu devrais l’appeler, je lui ai promis que tu le ferais dès ton retour. »

Pas besoin de savoir lire dans les pensées pour comprendre celles de Charlie.

«  Je croyais que j’étais punie.

- La punition ne s’étend pas à Jacob, » répondit Charlie.

Je suffoquais de rage.

«  En fait elle ne concerne qu’Edward n’est-ce pas ? Mais ce n’est pas SA faute ! Si quelqu’un doit être puni c’est moi et pas LUI !!

- Ce n’est pas à cause de ce que tu as fait que je t’interdis de le voir. C’est à cause de ce que lui t’a fait, je refuse de te revoir à nouveau dans cet état.

- Mais ce n’était pas la faute d’Edward !! C’était la mienne, la mienne !! » Hurlais je, bouleversée, avant de courir m’enfermer dans ma chambre pour que Charlie ne voit pas mes larmes.

 

()()

 

Je mis plusieurs minutes à me calmer et allumai l’ordinateur d’un geste rageur. Puisque j’étais coincée ici, je pourrais au moins tenter d’envoyer un mail à Edward, je devais le voir mais je n’étais pas certaine qu’il me rejoindrait à la nuit tombée ainsi que nous en avions l’habitude. Charlie l’avait chassé après tout.

 

Ma boite mail clignota. Elle était pleine. Des messages de Renée dont l’inquiétude montait au fil des jours.

 

Bella, où es-tu ? Charlie me dit que tu es partie avec Alice, je t’en prie réponds moi c’est important, disait le dernier. Je soupirai et commençai à répondre. Inutile que Renée continue à s’inquiéter. Je tapais une réponse aussi rapide que laconique, l’informais que j’allais bien et prenais de ses nouvelles ainsi que de celles de Phil. Une fois le mail fait, je m’empressai d’écrire à Edward.

 

La sonnerie du téléphone, suivie par le cri de Charlie m’interrompit. Je descendais en trombe, sans pour autant lui adresser la parole. Puisqu’il m’interdisait de voir Edward, je ne lui adresserai plus la parole. C’était puéril mais je n’avais pas d’autres moyens de lui montrer à quel point sa décision me blessait.

«  Ta mère. » Me renseigna-t-il tandis que je prenais le combiné.

 

La voix affolée de Renée se déversa dans mon oreille et je tentai d’en placer une au milieu du flot de questions inquiètes qui me submergea soudain.

«  Non maman je vais bien, oui la mère d’Alice aussi, non, oui, maman je suis désolée, je dois te laisser, oui oui je te rappellerai… »

Je reposai le combiné avec un soupir soulagé sous l’œil interrogateur de Charlie. Sans lui parler je sortis du frigo de quoi faire à manger.

«  Ta mère et moi on a un peu discuté avant que tu descendes. »

 

Décidée à tenir le vœu de silence que je m’étais imposé je ne répondis pas. Charlie ne sembla pas y faire attention et poursuivit.

«  Nous avons pensé que maintenant que Phil a une place sûre en Floride, tu pourrais les rejoindre. »

Je m’immobilisais net, la main sur le couteau avec lequel je découpais les tomates. Charlie poursuivit, un peu gêné.

«  C’est pas que je suis pas content de t’avoir avec moi mais je crois que le mieux pour toi est de prendre tes distances avec Forks, je

- Par Forks tu veux dire Edward ? » L’interrompis je, rompant la promesse que je m’étais faite moins d’une heure plus tôt.

 

Charlie grimaça, mal à l’aise.

«  Appelle ça comme tu veux, je vais voir quand un vol est disponible. »

Une vague de désespoir me submergea.

«  Non ! Je t’en prie ne fais pas ça, je ne peux pas partir, je ne veux pas partir, pas maintenant que

- Qu’il est revenu, » grinça Charlie.

Je ne savais pas quoi répondre à cela. Il avait raison, je ne pouvais pas partir alors qu’Edward était enfin revenu, qui plus est dans un endroit où il ne pourrait même pas suivre. Je serrai les poings.

«  Bella ! » S’affola Charlie.

 

Je baissais les yeux et m’avisais alors du sang qui s’écoulait de mon poing droit que j’avais refermé sur la lame. Une odeur âcre me monta à la gorge et je relâchai le couteau, écœurée par la vision du sang frais qui s’écoulait de ma main.

«  Je t’emmène à l’hôpital. » Décida Charlie.

Mon malaise se dissipa à cette affirmation. Je ne voulais pas qu’Edward sache, je ne voulais pas qu’il…

«  Non, ce n’est rien, ça va. » Grimaçais-je en m’emparant d’un rouleau de papier absorbant pour bander ma main.

Charlie me regarda d’un air dubitatif.

«  Ce n’est rien, j’ai connu pire. Tentais-je de plaisanter.

- Si tu le dis… Mais ça ne fait que confirmer ce que je pensais déjà. Tu n’es pas bien à Forks. »

 

Mon cœur s’affola tellement qu’il me sembla entendre ses battements assourdissants. Je m’empressais vers Charlie.

«  Non, je ne peux pas partir, ma vie est ici, mes amis, Jess, Angela, je, je ne veux pas partir ! On est au milieu du semestre. »

Cette idée parut faire hésiter Charlie et je forçais sans scrupule mon léger avantage.

«  Je suis déjà inscrite pour les examens ici, je ne peux pas partir en plein milieu de l’année scolaire !

- Jusqu’à la fin du semestre, hésita Charlie.

- Jusqu’aux examens, » promis je, un léger pincement au cœur à la pensée que si tout se déroulait comme je l’avais prévu, je ne serais jamais capable de passer mes examens.

Après tout, Edward allait me transformer rapidement et une fois devenue vampire, les examens et les études n’auraient plus la moindre importance pour moi.

J’avais tapé juste. Charlie soupira, visiblement soulagé.

«  D’accord mais en attendant tu devras te conformer à mes règles jeune fille. »

La sonnerie du téléphone retentit à nouveau et me dispensa de faire une promesse que j’étais certaine de briser. Charlie prit le combiné et un sourire fendit ses lèvres.

«  Oui, elle est rentrée, je te la passe. »

 

Je n’avais pas besoin de lui demander qui était au bout du fil. La satisfaction qui suintait de lui suffisait à me renseigner. Je pris une grande inspiration et me préparai à affronter mon meilleur ami qui se trouvait aussi être un loup garou. Entre autres choses.

 

Prologue                                                                                                 Chapitre 2

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Elea Telmar (mardi, 28 février 2012 21:25)

    Okay je suis donc aussi TEAM CHARLIE! Va mourir une nouvelle fois le cadavre!!!! (moi, ne pas aimer Edward Cullen??? je sais pas ce qui vous fait dire ça, mais alors pas du tout)

    Chapitre agréable, j'ai hate de voir Jacob débarquer... et j'espère que la vision d'Alice où elle "perd de vue" Bella, c'est l'autre choix qui s'offre à notre humaine: de vivre sa petite vie avec un loup garou! :)

  • #2

    JessSwann (mardi, 28 février 2012 21:43)

    Lol merci Miss, tssss pauvre Edward, Jacob arrive, il est au tel :)

  • #3

    Ladypirate (mercredi, 29 février 2012 23:57)

    J'adore Charlie, que ce soit dans les films ou dans les livres ^^ c'est un formidable père qui est inquiet pour sa fille, il faut le comprendre :)
    C'est une bonne idée de changer de temps en temps de POV (perso je suis un peu comme Bella avec le sang mdr)
    Sinon je plutôt Edward que,Jacob et j'aime pas trop Bella en fait ^^

  • #4

    JessSwann (jeudi, 01 mars 2012 17:43)

    Lol vi Charlie est toujours inquiet

    Erf vi je dirais que changer de POV est limite salutaire parce que les pensées de Bella

    Erf moi j'aime pas trop Bella non plus mais je préfère Jacob en fait