Chapitre 7 Torture

 

Angelica se leva à la hâte tandis que Beckett pénétrait dans leur chambre. Le lord retint un sourire cynique en lisant l’angoisse dans le regard de la jeune femme et servit deux verres avec affectation. Ensuite, il en présenta un à Angelica.

«  Sparrow est dûment enchainé dans mes geôles, trinquons donc à notre succès. »

Angelica prit le verre d’une main tremblante et le fixa.

« Jack est un as de l’évasion.

- Pas cette fois ma chère, se contenta de répondre Beckett. Aucune de ses ruses habituelles ne lui permettra de sortir d’ici, je vous le garantis. »

 

Leurs verres s’entrechoquèrent puis Beckett se laissa tomber sur le lit.

« Approchez, j’ai toujours aimé prendre une femme après avoir remporté une victoire. »

Troublée, Angelica obéit machinalement.

«  Un fiancé ne parlerait pas ainsi, releva-t-elle.

- Si la promise était encore innocente certes non, je vous l’accorde. Mais nous savons tous deux que vous êtes loin de posséder encore votre vertu. »

Angelica déglutit et Beckett la regarda avec agacement.

« Que vous arrive-t-il donc ? Je vous ai connue plus ardente. Est-ce Sparrow qui vous trouble à ce point ? »

 

Angelica rougit légèrement tandis qu’il glissait une main sous le sari qu’elle portait pour caresser sa poitrine.

« Non mais, commença-t-elle avant de pousser un gémissement.

- Voilà qui est mieux, » susurra Beckett.

Sans attendre, le lord arracha son sari puis l’attira sur lui tout en sortant son sexe d’une main nerveuse. Là, il la força à s’asseoir sur lui et poussa un grognement de plaisir alors qu’il se frayait un passage entre ses cuisses.

«  Teckett, » protesta Angelica.

Les mains de Beckett se refermèrent sur ses hanches alors qu’il la guidait sur lui et elle gémit.

 

Au bout d’un moment, Beckett se redressa et la poussa sur le côté.

«  J’ai envie d’autre chose, » commenta t’il.

Frustrée, Angelica grinça des dents et il la força à s’allonger sur le ventre. Là, il se pencha sur elle et souffla à son oreille.

« Est-ce que Sparrow vous prenait par là aussi ? »

Angelica tressaillit en sentant le bout de son sexe effleurer son œillet et elle se débattit légèrement.

« Non, non c’est péché ! »

Le souffle de Beckett se diffusa dans son cou alors qu’il reprenait.

« Vous n’êtes plus à un péché près Angelica…Laissez-moi donc être celui qui vous fera découvrir celui-ci, c’est de bonne guerre après tout. »

 

Angelica secoua la tête mais Beckett n’en tint pas compte et s’enfonça jusqu’à la garde en elle d’un coup de rein. La jeune femme poussa un hurlement de douleur et il grogna en réponse.

«  Vous êtes plus étroite par là… »

Des larmes de souffrance montèrent aux cils d’Angelica tandis qu’il la maintenait sur le lit. Les doigts de Beckett fouillèrent son intimité tandis qu’il allait et venait en elle et il finit par se déverser dans son cul avec un râle de jouissance.

 

Les poings serrés, Angelica hoqueta tandis qu’il se retirait sans douceur et se laissait tomber de l’autre côté du lit.

«  Délicieux. » Commenta Beckett en s’allumant une cigarette.

Percluse de douleur, Angelica le toisa.

« Comment avez-vous osé !!

- Oh je vous en prie ma chère, vous vous y ferez je vous le garantis. »

Angelica blêmit et il sourit avec froideur.

«  Allons, il faut bien faire quelques concessions pour obtenir tout ceci, » déclara t’il en englobant la pièce du bras.

Angelica se releva avec vivacité avant de grimacer.

«  Je ne suis pas une putain !

- Mais si vous l’êtes, mais rassurez-vous, c’est le cas de la plupart des femmes. » Se moqua Beckett.

 

Folle de rage, Angelica se précipita hors de la pièce, claquant la porte.

 

Elle n’était pas sitôt sortie que Foam pénétra dans la chambre par une porte dérobée.

«  Earl Butler ? Dois je la tuer ?

- La tuer ? Non Mr Foam, bien sûr que non. Contentez vous de la suivre et de vous assurer qu’elle ne quitte pas la maison mais ne lui faites aucun mal, j’ai encore besoin d’elle. »

Foam grimaça, déçu et Beckett ricana.

« Vous l’aurez mon cher, comme je vous l’ai promis mais pas encore… »

 

()()

 

Angelica se laissa tomber dans un fauteuil avec une grimace de souffrance. Jamais personne ne l’avait traitée ainsi, pas même Jack. Jamais non plus elle n’avait eu aussi mal. Les mots de son fiancé lui revinrent en mémoire et elle lâcha une bordée d’insulte à l’intention du noble. Puis, son regard tomba sur la porte. Il lui suffirait de la franchir et elle serait libre à nouveau… Elle pourrait trouver le navire de Jack et le voler : voilà qui la vengerait. Puis, avec le navire, elle pourrait reprendre sa vie…

 

Une nouvelle grimace lui échappa à cette idée. Reprendre sa vie cela signifiait être seule à nouveau, écumer les océans et devoir se contenter de rapines parfois misérables. Si elle faisait cela, jamais elle ne serait épouse ou mère, jamais elle n’aurait l’existence dont elle rêvait. Elle perdrait Butler. La jeune femme grimaça à la pensée de son fiancé. Certes, il lui avait fait mal et elle détestait cette pratique mais d’un autre côté… C’était bien naturel qu’il désire une chose qu’elle n’avait jamais offerte à un autre… Même si le moyen qu’il avait employé pour l’obtenir était plus que révoltant… Angelica soupira alors qu’elle hésitait et les paroles que Jack lui avait dites quelques années plus tôt lui revinrent en mémoire.

 

« Il n’y a que deux sortes de chose Angelica, ce que tu peux faire et ce que tu ne peux pas faire. Soit tu peux accepter que d’autres femmes soient dans mon lit, soit tu ne le peux pas. »

Elle n’avait pas pu et s’était retrouvée seule dans un port, le cœur brisé.

 

Et elle avait toujours regretté de ne pas avoir essayé un peu plus…

 

Angelica soupira lourdement. Elle ne ferait pas deux fois la même erreur. Si la prendre par là de temps à autres faisait partie du marché, elle le ferait, quand bien même elle devrait en souffrir.

 

Sur cette résolution amère, Angelica se leva et s’en alla rejoindre son fiancé.

 

()()

 

Beckett se redressa en la voyant entrer dans la pièce et Angelica le fixa.

« Je ne suis pas une putain mais votre fiancée. A moins que vous ne m’ayez menti. »

Beckett retint un ricanement, décidément, il ne s’était pas trompé sur elle, Angelica Teach désirait tellement être aimée qu’elle était prête à tout pour cela, y compris à oublier sa fierté…

« Approchez. » Ordonna-t-il.

 

Une expression méfiante sur le visage, Angelica obéit et elle sentit les bras de Butler l’étreindre.

« Je vous remercie Angelica, souffla t’il. Moi aussi j’avais besoin d’être sûr après ce soir… »

Sa bouche se referma sur la sienne et Angelica songea avec émotion que la dureté dont il avait fait preuve un peu plus tôt était juste causée par son angoisse de la perdre. Emue, elle se détacha et le fixa dans les yeux.

« Jack et moi c’est fini Teckett. Pour toujours.

- J’y compte bien, » murmura Beckett qui n’en pensait pas un mot.

 

()()

 

Enchainé au mur, Jack se laissa retomber sur le sol avec un glapissement. Il avait eu beau tirer sur ses chaines pendant plus d’une heure, rien n’y faisait.

«  Réfléchis, réfléchis, réfléchis. » S’ordonna-t-il.

Mais il avait beau faire, aucune solution miracle ne lui venait. Jack parcourut une fois de plus sa geôle du regard et grimaça. Non décidément, il n’y avait aucune issue.

«  Et même pas de rhum. » Pesta-t-il.

 

Un bruit résonna dans le couloir et Jack s’immobilisa net tandis que Beckett approchait, flanqué d’Angelica.

 

La jeune femme fixa le pirate et Jack lui offrit un sourire sardonique.

« Angelica Teach faisant équipe avec Lord Beckett, ton père devrait me remercier d’être mort avant d’avoir vu ça. »

Angelica secoua la tête.

«  Cutler Beckett ? »

Jack renifla avec mépris et se tourna vers son vieil ennemi.

«  On dirait que vous ne lui avez pas tout dit.

- J’ai préféré resté dans l’ombre, rétorqua Beckett.

- Un effet de ta parenté avec les rats sans doute… »

 

Beckett se crispa légèrement puis son visage se détendit.

« Vous semblez bien connaitre ces animaux Sparrow, enfin, quoi de plus naturel après tout vous aussi hantez les bas-fonds. »

Angelica cligna des yeux puis se tourna vers Beckett.

«  Est-ce qu’il dit vrai ? Pour le nom ? »

Agacé, Beckett se tourna vers elle.

«  Quelle importance le nom ?

- Et bien si j’avais su qui vous étiez je…

- Vous vous seriez enfuie à toutes jambes et vous seriez morte. La coupa Beckett avec froideur. Au lieu de ça, vous tenez votre vengeance et vous partagez mon lit. »

 

Jack secoua la tête.

«  Comment peux-tu te vendre à cet homme !! » Pesta-t-il.

Beckett glissa un bras autour de la taille d’Angelica et sourit avec ironie.

«  Voyez-vous mon cher Sparrow, Angelica et moi avons plus en commun que vous ne pensez. Je l’ai sauvée de cette île où vous l’aviez laissée… »

 

Jack releva les yeux et fixa Angelica.

« Alors c’est pour ça ?

- Tais-toi Jack, » le coupa Angelica, mal à l’aise.

Beckett ricana tandis qu’il faisait chauffer un tison.

«  Dites-moi ma chère souhaitez-vous commencer ? »

Les yeux de Jack s’agrandirent de terreur à la vue du fer chauffé à blanc et il se força à ironiser.

«  Toujours les bonnes vieilles méthodes hein Beckett ? J’aurais cru qu’un lord serait plus subtil. »

 

Angelica garda les yeux rivés sur Jack. Comme toujours, le pirate plaisantait, comme si rien ne s’était passé ou comme si il ne la prenait pas au sérieux… Mais cette fois elle allait lui donner une leçon. Sans réfléchir, Angelica prit le tison des mains de Beckett et l’appliqua avec force sur le torse du pirate.

 

Un hurlement résonna dans la geôle puis Jack, haletant, serra les dents.

« Je t’avais dit que tu me paierais ça Jack, cracha Angelica tandis qu’une odeur de chair brulée se répandait dans l’air.

- Fais moi penser à ne plus jamais te contrarier, » ironisa faiblement Jack.

 

Beckett sourit d’un air supérieur et tendit un nouveau tison à Angelica.

«  Allez ma chère, je crois qu’il n’a pas encore compris la leçon. »

Une moue décidée sur le visage, Angelica empoigna le fer et l’appliqua à nouveau sur le torse de son ancien amant. Jack blêmit et haleta de plus belle, les dents serrées.

«  Frappez le, vous en mourrez d’envie… » Susurra Beckett.

Angelica s’immobilisa et le lord chuchota.

«  N’a-t-il pas tué votre père ? »

Les yeux d’Angelica s’emplirent de larmes et elle jeta un coup de pied à Jack puis un second avant de frapper son entrejambe.

«  Pas les bijoux de famille » couina Jack en s’effondrant sur le sol.

 

Hors d’haleine, Angelica recula et observa le pirate. Derrière elle, Beckett s’approcha et lui proposa un verre.

« Ne faisons rien de définitif encore ma chère, mais après tout pourquoi ne pas lui faire ce qu’il vous a fait ? »

Interdite, Angelica se retourna vers lui et Beckett lui adressa un sourire satisfait.

«  Il vous a volé votre innocence non ? Prenez-lui la sienne… »

Angelica le regarda avec incompréhension et Beckett lui caressa la joue.

« Auriez-vous déjà oublié la nuit dernière ? »

La jeune femme déglutit au souvenir cuisant et Beckett claqua des doigts en direction de Foam.

« Ôtez-lui son fut. »

 

Jack déglutit de plus belle tandis que l’autre s’approchait de lui et il ironisa faiblement.

« J’ai toujours su que tu en avais envie Beckett… Allez l’ami fais ce que tu crèves d’envie de faire et laisse moi partir. J’te promets même de gémir. 

- Soit, si vous y tenez tant que ça, sourit Beckett. Angelica ma chère, il vous faudra attendre votre tour. »

Angelica blêmit tandis que Jack posait un regard noyé de souffrance sur elle.

«  C’est vraiment cet homme que tu veux Angelica ? »

La jeune femme se mordit les lèvres et regarda Beckett avec doute. Le lord se permit un rire bref.

« Allons Sparrow ne vous flattez pas, je n’ai nullement l’intention d’entretenir une telle intimité avec vous. Après avoir gouté cette nuit à l’étroitesse d’Angelica la vôtre me semblerait… détestable. 

-Magnifique, grommela Jack. Me voilà soulagé. »

Il serra faiblement les poings et lança un nouveau regard à Angelica.

« On t’a jamais parlé de dignité ? Ou alors tu es vraiment prête à tout pour une poignée de pièces d’or ? »

Angelica ouvrit la bouche pour protester mais Beckett la coupa.

« Ne comptez pas vous en tirer à si bon compte Sparrow, voyez-vous, ma canne n’a pas les mêmes délicatesses que ma personne. »

Jack écarquilla les yeux tandis que Beckett exhibait la canne au large pommeau d’argent qui ne le quittait jamais.

«  Bugger… » Murmura le pirate, la bouche sèche.

 

Le regard de Jack glissa sur le pommeau et il déglutit.

«  J’crois que je préférerais la bonne vieille méthode naturelle finalement… » Tenta t’il.

Beckett se contenta d’un sourire fat et se tourna vers Foam.

« Monsieur Foam, pourriez-vous maintenir Sparrow ? »

Foam s’exécuta sans un mot et les yeux de Jack s’agrandirent encore.

« Angelica, trésor, tu, tu ne peux pas… »

Un glapissement de douleur noya la fin de sa phrase et Angelica ne put s’empêcher de sursauter en voyant Beckett enfoncer le pommeau de sa canne dans l’antre de Jack sans la moindre hésitation.

 

Le lord sourit et la ressortit légèrement avant de le pénétrer à nouveau, plus profondément cette fois. Les larmes aux yeux, Jack serra les poings tandis que Beckett entamait un lent va et vient en lui. Ecœurée, Angelica détourna le visage et Beckett se pencha sur Jack.

« Vous aviez raison Sparrow, j’en rêvais. » Chuchota-t-il avant de s’écarter pour mieux le prendre à nouveau.

Jack ne put retenir un nouveau gémissement de douleur et Angelica sursauta.

« Ca suffit ! Intervint-elle. Il a eu son compte. »

 

Beckett haussa les épaules.

«  Comme vous voudrez ma chère… » Lâcha-t-il avant de ressortir sa canne.

Beckett eut une moue dégoutée à la vue du mélange d’excréments et de sang qui en recouvrait le bout et secoua la tête.

« Tsss, elle est inutilisable après cela. Enfin, notre ami va la nettoyer. » Décida t’il en s’avançant face à Jack.

Tremblant de souffrance, Jack ironisa faiblement.

«  T’es sûr que c’est que ta canne que tu veux que je polisse ? »

Beckett se contenta d’un sourire et enfonça le pommeau dans la bouche ouverte de Jack.

 

Derrière lui, Angelica lui saisit le bras.

«  Tec…Cutler, arrêtez, c’est, ce n’est pas ainsi que je voyais les choses…

- Oh vraiment ? Oui c’est vrai, vous m’en aviez parlé, vous souhaitiez faire de ce cher Jack un eunuque si j’ai bonne mémoire. »

Jack s’étouffa à demi et cracha sur le sol, le visage barbouillé d’excréments.

«  Angelica, tu, tu, tu ne vas pas vraiment faire ça… » Bredouilla t’il.

 

Angelica déglutit et Beckett s’approcha d’elle.

«  Vous avez le choix ma chère, la canne ou les tenailles. »

Angelica pâlit encore un peu plus et Beckett caressa lentement sa poitrine.

«  Ne me dites pas que vous avez pitié de lui… Je pourrais penser que vous l’aimez encore et je n’aime pas beaucoup être trahi… » Susurra t’il.

La jeune femme déglutit devant la menace à peine voilée du Lord et embrassa la pièce du regard. En plus de Foam, quatre gardes patientaient dans le couloir et Jack était incapable de se lever.

 

Angelica croisa le regard de Jack et le pirate haleta.

« La canne, murmura t’il. La canne… »

Surmontant son dégout, Angelica s’empara de la canne de Beckett.

« Au moins, elle est propre maintenant, » déclara t’elle d’une voix tremblante.

Beckett ricana et la suivit des yeux tandis qu’elle se positionnait derrière Jack. Le pirate haleta et retint sa respiration tandis qu’elle l’enfonçait lentement en grimaçant.

«  Argggggggggg » Gémit Jack.

Angelica adressa un regard bouleversé à Beckett et le lord la considéra froidement.

« Plus profond. » Ordonna-t-il.

Angelica se mordit les lèvres et il répéta.

«  Plus profond. »

Cette fois Angelica obéit et Jack se laissa aller contre le sol dur de la geôle.

«  Je suis revenu… te chercher… Mais tu n’étais déjà plus là… » Haleta t’il.

 

Beckett ne put retenir un rire.

« Seigneur vous êtes pitoyable Sparrow… Allons Angelica, venez. »

La jeune femme le regarda sans comprendre.

« Mais…

- Quelques heures passées à apprécier la compagnie de ma canne lui feront passer le gout du mensonge. » Déclara Beckett.

Sans attendre, il prit la main d’Angelica et baissa les yeux sur Jack.

«  Si vous souhaitez l’enfoncer plus profondément mes gardes se feront une joie de vous satisfaire Sparrow. Appelez les si le besoin s’en fait sentir.

- Ca ira… » Gémit Jack.

 

Angelica posa un regard horrifié sur Jack et son regard tomba soudain sur un colifichet tombé sur le sol. Un colifichet qu’elle portait lorsqu’il l’avait abandonnée sur l’île. Son cœur rata un battement alors qu’elle comprenait que pour une fois, Jack ne lui avait pas menti.

Chapitre 6                                                                                              Chapitre 8

Écrire commentaire

Commentaires : 8
  • #1

    emeline (jeudi, 06 décembre 2012 19:44)

    Le pauvre Jack t'es dure avec lui :(

  • #2

    JessSwann (jeudi, 06 décembre 2012 21:11)

    Lol c'est pas moi, c'est Beckett

  • #3

    Ladypirate (vendredi, 07 décembre 2012 16:34)

    Bah Beckett est dur avec Jack alors lol !! Après tout, il a juste pris la défense des esclaves quand il était sous ses ordres puis a détruit son plan machiavélique, ce qui fait qu'il est défiguré et n'est plus maître des océans mais c'est du passé tout ça xD

  • #4

    JessSwann (vendredi, 07 décembre 2012 18:04)

    Oui oui du passé, mais Beckett a une excellente mémoire mdrrr

  • #5

    emeline (dimanche, 09 décembre 2012 20:33)

    Mais c'est toi qui écris

  • #6

    JessSwann (dimanche, 09 décembre 2012 20:54)

    Lol certes

  • #7

    Angie Cruz (lundi, 24 décembre 2012 12:30)

    pauvre Sparrow,sinn c un super chap

  • #8

    JessSwann (lundi, 24 décembre 2012 12:57)

    Merciii