Chapitre 1 Alliance

La gorge sèche, Angelica battit des cils et ouvrit lentement les yeux. Le regard d’abord trouble, elle discerna un visage puis sentit un roulis sous le lit dans lequel elle se trouvait.

« Ah notre invitée est réveillée, peut être va-t-elle enfin répondre à nos questions. » Persifla une voix à l’onctuosité factice.

Angelica passa la langue sur ses lèvres et jeta un regard envieux vers le broc d’eau posé sur la table.

« Foam. » Ordonna l’inconnu.

Le second homme dont le visage portait les stigmates d’une vie difficile, versa de l’eau dans une chopine et la lui présenta.

 

Angelica referma ses doigts tremblants autour de cette dernière et but à long traits, savourant avec un plaisir sans mélange la sensation de l’eau fraiche coulant dans sa gorge.

«  Gracias. » Souffla-t-elle.

L’homme qui semblait être le chef se tourna vers Foam.

« Magnifique, je suppose que votre inutilité patente va jusqu’à ne pas parler espagnol Mr Foam ?

- Ma quoi ??? » Bredouilla Foam.

L’autre soupira lourdement.

«  Seigneur je n’ai jamais autant regretté votre prédécesseur qu’en cet instant… Parlez-vous oui ou non espagnol ?

- Elle parle espagnol ? S’étonna Foam.

- Je vais considérer ça comme un non. » Soupira l’homme.

 

Angelica, à présent bien réveillée, plissa les yeux en l’entendant et un sourire sarcastique se forma sur les lèvres du chef.

« Oh mais on dirait qu’un interprète sera superflu finalement…. »

Angelica se mordit les lèvres en réalisant que sa fatigue venait de lui faire commettre une erreur grossière.

«  Si ? » Tenta-t-elle d’une voix hésitante.

L’homme se crispa et lui adressa un regard peu amène.

« Par pitié épargnez-moi ces pitoyables tentatives pour me convaincre de votre incompréhension. Vous nous comprenez fort bien, admettez le et faites nous gagner du temps à tous. »

 

Angelica grimaça. De toute évidence le temps passé sur l’île avait émoussé ses réflexes de pirate. Mais il n’était pas trop tard pour arranger les choses. Affectant l’air contrit, elle baissa les yeux.

«  Pardonnez-moi Monsieur, le temps passé sur cette île et la honte qui est la mienne m’ont conduite a

- Votre nom, » la coupa l’autre avec impatience.

Angelica se raidit devant le ton qu’il venait d’employer. Cet homme n’était pas n’importe qui. Il avait l’habitude de commander et sous son apparence élégante, elle devina une main de fer.

« Angelica… Trudy.

- Cela ne sonne guère espagnol.

- Le nom de mon père, ma mère elle, était espagnole, » répondit Angelica sans se démonter.

 

Un sourire légèrement amusé se forma sur les lèvres de l’inconnu et il se tourna vers Foam.

« Laissez nous. »

Foam jeta un coup d’œil sceptique en direction d’Angelica et l’autre s’agaça.

«  Allons obéissez. »

 

()()

 

Assis à même le sol et complétement ivre, Jack Sparrow s’empara de la bouteille la plus proche de lui.

« Comment te sortir de là ? » Maugréa t’il à l’intention du navire, qui soigneusement enfermé, semblait affronter une terrible tempête.

Le singe qui se trouvait à l’intérieur se précipita à la paroi avec une mimique agressive et Jack sursauta.

« Bugger, j’crois que j’arriverais jamais à m’y faire.

- C’était une bonne idée les chèvres, » tenta Gibbs.

 

Jack lui lança un regard éloquent et donna un coup de pied léger dans le sac qui contenait les prises de Blackbeard.

« Tellement de bouteilles, soupira t’il.

- Et même pas une goutte de rhum dedans, » se désola Gibbs.

A ces mots, le découragement submergea Jack et il se força à se reprendre.

«  Non, il n’est pas dit que nous abandonnerons le Pearl. Si il est entré dans cette bouteille, il peut en sortir, reste à savoir comment.

- On pourrait la boire, tenta Gibbs.

- T’es vraiment qu’un ivrogne Gibbs, passe-moi le rhum.

- Bah c’est qu’y en a plus…

- Quoi ??? Comment ça y’a plus de rhum ?

- On a tout bu. » Lui répondit Gibbs d’un ton désolé.

 

Jack se crispa et se leva avec difficultés.

«  Cette fois ça suffit, on va aller voir une amie à moi, elle saura bien comment faire.

- Une amie ?

- Oui du moins elle l’était, l’est… Commença Jack d’un air de doute avant de se reprendre. Allez on y va. »

Gibbs se leva et Jack soupira outrageusement.

« Prend le sac !!

- Oh euh oui. Et on va où ?

- Aux dernières nouvelles elle était à La Nouvelle Orléans, nous commencerons par là.

- Mais on a pas de bateau ! Enfin je veux dire, à part ceux qui sont dans ces bouteilles à la place du bon rhum qui devrait s’y trouver. »

 

Jack renonça à argumenter et tourna un regard brillant vers Gibbs.

«  Mais on peut en réquisitionner un…

- Les affaires reprennent alors ?

- Les affaires reprennent. » Confirma Jack.

 

()()

 

Le dénommé Foam sorti, son employeur fixa Angelica.

« Bien Miss Trudy, la vérité ? »

Angelica déglutit.

« Je, j’étais au couvent, j’allais prononcer mes vœux et un homme m’a enlevée, il a, il a profité de moi puis m’a abandonnée sur une île déserte. Je suppose que c’est là que vous m’avez trouvée, je ne me souviens plus trop. Le soleil tapait si fort et Dieu

- Ne mêlez pas Dieu à tout ceci, » coupa l’homme.

Angelica avala brutalement sa salive tandis qu’il poursuivait.

«  Je pourrais vous croire… Mais je suis navré Miss Trudy, il va falloir trouver mieux. »

 

Angelica se mordit les lèvres tandis qu’il poursuivait.

«  Les vêtements que vous portiez ne ressemblent pas à ceux d’une novice, par ailleurs vous étiez armée. Il n’y a qu’une seule circonstance qui occasionne l’abandon d’une personne armée d’un pistolet sur une île déserte. 

- Laquelle ? Demanda Angelica avec une feinte innocence.

- Allons Miss Trudy, du moins si c’est bien votre nom, vous le savez aussi bien que moi. Pirate. »

Angelica frémit et chercha du regard de quoi assommer l’homme avant de s’enfuir.

 

Ce dernier surprit son regard et éclata d’un rire froid.

«  Voilà qui est mieux et qui trahit votre véritable nature. Maintenant que vous l’avez admis

- Je n’admets rien du tout !

- Miss Trudy, cessez de vous rendre ridicule et répondez à mes questions, il me serait déplaisant de vous remettre entre les mains du bourreau pour vous arracher ce que vous savez. »

Angelica leva les yeux sur lui et frémit. L’homme ne plaisantait pas.

« Que voulez-vous ? » Siffla-t-elle en désespoir de cause, consciente qu’en raison des privations qu’elle avait subies ces derniers jours, elle n’avait aucune chance face à l’homme.

 

Ce dernier sourit méchamment.

« Voilà qui est mieux. En vérité ce qui m’intrigue c’est ceci. » Déclara-t-il, brandissant la poupée vaudou à l’effigie de Jack.

Angelica ne put retenir un mouvement dans sa direction et l’homme recula.

«  Pas tant que vous ne m’aurez pas dit ce que c’est.

- Une poupée vaudou, marmonna Angelica.

- Du vaudou, répéta l’homme avec mépris. Je croyais que vous étiez une religieuse ?

- Je l’ai été, avant ! Répliqua Angelica. Maintenant rendez la moi. »

 

L’homme ne bougea pas.

«  Comment fonctionne-t-elle ?

- Elle ne fonctionne plus, pesta Angelica. Sinon croyez-moi, sa tête ne serait plus sur ses épaules. »

Une lueur d’intérêt s’alluma dans les yeux de l’homme.

«  Que vous a fait Jack Sparrow ? »

Surprise qu’il l’ait reconnu, Angelica ne songea pas à mentir.

« Il a tué mon père et m’a abandonnée sur cette île. »

L’homme sourit à nouveau désagréablement.

« Sauriez-vous relier de nouveau Sparrow à cette chose ?

- Je pense qu’avec l’aide d’un sorcier ceci devrait être possible, mais je ne vois pas en quoi ça vous intéresse. »

 

L’homme ricana.

« Vous vous trompez Miss Trudy, cela m’intéresse au plus haut point au contraire. Je vous propose un échange de bons procédés, une alliance. Je me charge de vous trouver un sorcier capable de charmer cette poupée et en échange vous attirez Sparrow dans mes filets… »

Angelica le regarda, incertaine.

« Pourquoi feriez-vous cela ? »

L’homme se crispa légèrement et maitrisa sa fureur.

« Parce que voyez-vous ma chère, vous n’êtes pas la seule à avoir une affaire en cours avec ce pirate.

- Quel genre d’affaire ?

- Cela ne vous regarde aucunement. Choisissez Miss Trudy : une alliance ou alors je me passerais de vos services et vous remettrai au bourreau. »

 

Angelica grimaça.

«  Je choisis l’alliance.

- Excellent ! » Commenta l’homme. 

Il ébaucha le geste de partir mais Angelica le rappela.

«  Et comment s’appelle mon nouvel allié ?

- Teckett Butler, cela suffira.

- Ce n’est pas votre véritable nom n’est-ce pas ? Souffla Angelica.

- Allons Miss Trudy, vous êtes mal placée pour vous en formaliser à ce qu’il me semble, susurra l’homme. Je vais faire en sorte qu’on vous apporte de quoi vous restaurer, en attendant, je garde la poupée. »

 

Restée seule, Angelica se cala dans les draps et sourit. Finalement peu importait le nom de son allié du moment que Jack payait pour ses crimes…

 

()()

 

Voler un navire n’était pas le plus difficile. Cela n’avait jamais été difficile pour Jack. Suffisait de trouver un port, un petit tonnage et, s’il avait de la chance, un capitaine en jupons.

 

Ce jour-là, la chance lui avait particulièrement sourit en la personne de Rebecca Read. La femme, âgée d’une trentaine d’année, n’était pas particulièrement une beauté hormis ses longs cheveux sombres qu’elle s’entêtait à maintenir en un catogan très serré, mais sa poitrine et sa croupe généreuses ainsi que le solide petit sloop qu’elle possédait compensaient avantageusement la disgrâce de son visage. Du moins aux yeux de Jack.

 

Le pirate fixa la femme et se tourna vers Gibbs.

«  Cinq hommes seront suffisants pour manœuvrer, trouve les et tiens-toi prêt à mon signal cette nuit sur le port.

- Elle ? Demanda Gibbs avec un soupçon de dégout.

- Elle. » Confirma Jack.

 

Sans plus attendre, le pirate s’approcha de la femme.

« Rebecca Read il me semble. »

Elle releva le visage et de près, Jack vit qu’un de ses yeux avait été crevé, le pirate maitrisa son dégout et lui fit son sourire le plus charmeur.

«  Ouais… Et tu es ?

- Jack, capitaine Jack Sparrow pour te servir ma belle. »

La femme éclata d’un rire rocailleux.

« Ma belle, c’est la meilleure ça. Tu m’as bien regardée ? »

 

Jack déglutit.

« Evidemment, je ne vois que toi depuis que tu es entrée dans le port. Un verre ? »

Il eut la satisfaction de la voir rougir, ce qui eut été charmant chez une femme plus belle mais qui lui sembla pathétique.

«  Tu veux vraiment m’offrir un verre ?

- Et plus encore, murmura Jack. Mais je me contenterais d’un verre pour l’instant. »

 

Plusieurs verres plus tard,

 

La main sous le chemisier de Rebecca, Jack sourit.

« J’ai envie de te prendre. Sur ton navire. »

Rebecca frissonna et il se pencha sur ses lèvres pour un profond baiser.

«  Ne dit pas non… » Supplia Jack en la relâchant.

 

Tremblante, Rebecca se leva, abasourdie par sa chance.

« Suis-moi. »

 

()()

 

Jack évalua d’un coup d’œil le nombre d’hommes présents sur le navire tandis qu’elle le faisait monter à bord. Trop, songea-t-il.

 

Surmontant son dégout face à son visage amputé, Jack l’attrapa et l’embrassa à nouveau, ses mains empoignant sans réserve sa poitrine.

«  Faudrait mieux que tu dises à tes hommes de descendre à quai chérie…

- Quoi ??? Mais pourquoi ?

- Tu as vraiment envie qu’ils t’entendent jouir ? » Susurra Jack.

Rebecca rougit à nouveau puis, après quelques instants d’hésitation, congédia ses hommes. Jack sourit et la suivit dans sa cabine.

 

()()

 

Les yeux mi-clos, le pirate gémit alors qu’il s’enfonçait avec lenteur en elle.

« Oh Jack… » Soupira Rebecca.

Un sourire canaille aux lèvres, Jack se pencha sur la poitrine offerte et suça l’un des tétons largement aréolé de la fille tandis qu’il s’immobilisait en elle. Sous lui, Rebecca poussa un cri de plaisir et il sourit.

«  Je t’avais dit que tu crierais chérie. »

 

Couvert de sueur, Jack finit par se laisser retomber à côté de Rebecca qui soupira.

«  C’était tellement bon… »

Un sourire se forma sur les lèvres du capitaine et il se pencha vers ses seins.

«  La nuit n’est pas finie. » Commenta t’il en leur donnant un coup de langue joueur.

 

Une heure plus tard

 

Rebecca dormait profondément, épuisée par les deux orgasmes que le pirate lui avait offert, lorsque Jack sortit sur le pont, torse nu.

 

Sans hésiter, le pirate leva sa lanterne et vit avec soulagement Gibbs monter à bord, flanqué de quelques inconnus. Jack grimaça à la vue des marins efflanqués.

« C’est tout ce que tu as trouvé ?

- Bah on était pris par le temps, rétorqua Gibbs. Et j’pensais que tu l’assommerais une fois dans sa cabine, » ajouta t’il sans pouvoir dissimuler son dégout.

Jack haussa les épaules.

«  La route est longue jusqu’à La Nouvelle Orléans l’ami. Allez, on va la chercher. »

 

Sortie de son bienheureux sommeil par un canon froid contre sa tempe, Rebecca balbutia.

« Mais Jack…

- Ton bâtiment est désormais sous mes ordres Becky, habille toi, ton voyage s’arrête ici. »

Des larmes se formèrent dans les yeux de la femme.

« Tu as fait ça uniquement pour me voler mon bateau ?

- Oui. Admit Jack. Et parce que ça faisait longtemps que je n’avais pas sucé d’aussi belles mamelles. »

Sa remarque suscita des rires parmi son nouvel équipage et Rebecca lui lança un regard haineux.

«  Tu me paieras ça Jack ! » Lança-t-elle avant de le gifler.

Jack encaissa sans broncher puis secoua la tête.

« Je ne vois pas ce que j’ai dit de mal… » Soupira t’il tandis que deux de ses nouveaux matelots faisaient débarquer Rebecca sans ménagement.

 

()()

 

Angelica poussa un soupir satisfait. Son étrange « bienfaiteur » était peut être légèrement inquiétant mais au moins il savait recevoir. Jamais poulet ne lui avait semblé plus succulent que celui qu’elle venait de dévorer.

«  Dites-moi avez-vous couché avec Sparrow ? » Lui demanda l’homme depuis le seuil.

Angelica manqua de s’étrangler et prit une gorgée de vin pour faire passer le tout.

« Pas récemment, finit elle par répondre.

- Parfait. Cela m’aurait déplu je crois de passer juste après ce pirate. »

 

Cette fois Angelica s’étrangla.

«  Et qu’est-ce qui vous autorise à penser que je pourrais vous ouvrir mon lit ?

- Outre le fait que vous êtes une catin comme toutes les autres pirates ? »

Angelica se leva d’un bond et l’homme rit doucement.

« Il y a quinze hommes armés derrière cette porte qui n’attendent qu’un mot de ma part pour entrer.

- Ca me laisse le temps de vous tuer, rétorqua Angelica.

- Peut être bien, sans doute cela vous consolera t’il lorsqu’ils vous violeront à tour de rôle… Foam sera sans doute le premier, ajouta-t-il d’un air faussement songeur. Après cela, ma foi, je doute que vous soyez encore capable de prendre votre revanche sur Sparrow. »

 

Angelica blêmit, le cœur au bord des lèvres.

«  Je vois que nous nous comprenons, lâchez votre couteau Angelica et laissez-moi vous exposer mon plan.

- Parce qu’il y a un plan ? Je veux dire hormis votre désir de coucher avec moi ?

- Vous êtes une femme attirante, déclara l’homme d’un ton froid. Et votre poupée est un avantage indéniable, seulement l’expérience m’a appris qu’il était souvent illusoire de croire en l’immatériel. N’êtes-vous pas d’accord Mademoiselle Teach ? »

De pâle, Angelica devint livide.

«  Comment…

- Allons ma chère, pensez-vous réellement que je sois le genre d’homme à méconnaitre mes alliés ? J’ai vu votre portrait il y a quelques années de cela à Londres. Vous y étiez plus jeune mais on oublie rarement un visage tel que le vôtre. Pour une raison qui m’échappe, vous étiez alors la maitresse de Sparrow si je ne me trompe pas.

- Vos informations datent.

-Pas tant que ça, vous étiez à Londres il y a quelques mois de cela et vous naviguiez sous les couleurs de votre père, Edward Teach dit Blackbeard. Rien que ce simple fait devrait vous valoir la corde ce que je m’empresserais de faire si vous n’aviez pas été la maitresse de Sparrow. Une maitresse à laquelle il tient suffisamment pour ne pas boire l’eau de la Fontaine de Jouvence et la lui offrir. » Murmura l’homme.

 

Médusée, Angelica écarquilla les yeux.

« Comment diable pouvez-vous savoir…

- Des amis espagnols m’en ont parlé, sourit l’homme.

- Nous sommes en guerre avec l’Angleterre !!

- Je ne suis pas le Royaume, rétorqua l’homme.

- Mais qui êtes-vous donc ? » Souffla Angelica.

 

Un nouveau sourire éclaira le visage de l’homme et il répondit.

«  Le pire cauchemar de Sparrow, ce qui fait de moi votre meilleur allié…. Sparrow vous a aimée Angelica et cet imbécile a toujours été trop sentimental. S’il apprend que vous avez refait surface au bras d’un des hommes les plus fortunés des Indes, il ne pourra résister à l’envie de vous rendre une petite visite. Une fois qu’il sera là, l’immobiliser grâce à votre poupée sera un jeu d’enfant. »

Angelica sourit légèrement.

« Ce plan me plait. Cependant, il n’y a aucune raison pour que je partage votre couche.

- Certes, mais j’ai pensé que nous serions plus convaincants ainsi… Et puis pourquoi dédaignerions-nous de prendre un peu de plaisir ? Sparrow n’a pas voulu de vous ce qui vous rend encore plus attirante à mes yeux. Et surtout je ne puis penser sans une intense envie de rire à la tête que fera Sparrow en nous découvrant ensemble dans un lit. »

 

Angelica hésita.

« Songez y… Quelle revanche de vous voir dans les bras de son pire ennemi…. Ce serait de bonne guerre après tout … »

La jeune femme tiqua.

«  Je me comporterais comme votre maitresse en public mais pas plus Monsieur Butler. Pour le reste, il me faudra plus que des promesses de vengeance pour que j’y consente. »

Un éclair de surprise passa dans le regard de Butler et Angelica se força à le soutenir.

« Je pourrais vous y forcer.

- En effet, mais dans ce cas, il vous faudrait à votre tour renoncer à accomplir votre vengeance, rétorqua Angelica.

- Vous n’êtes qu’un détail dans celle-ci ma chère, ne surestimez pas votre valeur. Rétorqua l’homme. Mais soit, je vous laisse tranquille, vous finirez bien par y venir de toute manière.

- J’en doute, siffla Angelica.

- Nous verrons cela. » Rétorqua t’il avant de sortir.

 

Restée seule, Angelica songea à l’alliance qu’elle venait de faire et pour la première fois se demanda si elle ne venait pas de faire une grossière erreur avant de se reprendre. Après tout, seules comptaient sa haine et sa vengeance. Et si pour les rassasier et voir Jack mordre la poussière elle devait se donner à cet homme, elle le ferait mille fois de grand cœur. Mais pas tant que ce ne serait pas absolument nécessaire.

 

Prologue                                                                                                  Chapitre 2

Écrire commentaire

Commentaires : 17
  • #1

    Elise (mercredi, 24 octobre 2012 19:04)

    Trop bien :D Vivement mercredi prochain!!!

  • #2

    JessSwann (mercredi, 24 octobre 2012 19:24)

    Merciiii contente que tu aimes ^^

  • #3

    emeline (mercredi, 24 octobre 2012 22:13)

    oui oui oui la suite la suite la suite

  • #4

    JessSwann (mercredi, 24 octobre 2012 22:29)

    La semaine prochaine comme d'hab^^

  • #5

    Ladypirate (jeudi, 25 octobre 2012 00:18)

    Jack a vraiment le don de se faire des amies lol
    Voilà une femme de plus à ajouter sur la liste de celles qui veulent le tuer ou se venger ^^
    Mercer ne parlait pas beaucoup mais quand il parlait c'était utile, alors que Foam... ^^

  • #6

    JessSwann (jeudi, 25 octobre 2012 08:06)

    Ah Jack à force d'utiliser tout le monde....

    Lol la liste est longue ^^

    Foam hélas n'atteindra jamais la perfection de Mercer

  • #7

    Marie (dimanche, 28 octobre 2012 16:01)

    Ahaha quel coquin ce Jack ;) c'est rigolo plus il fait des entourloupes comme ça, plus je le trouve mignon xD je dois être un peu tordue et maso x)

    Extra ce chapitre, je suis préssée de voir si Jack va souffrir (en effet je suis maso ^^)
    Vivement la suite !

  • #8

    JessSwann (dimanche, 28 octobre 2012 17:16)

    Lol Marie, Jack va souffrir tu es donc sadique pour ce pauvre pirate ^^^Mais je te rassure ( ou pas) il aura un sursis......

  • #9

    Angie Cruz (lundi, 29 octobre 2012 18:45)

    Butler est Lord Beckett et pas Sparrow, comme je l'ai dit tout à l'heure...

  • #10

    JessSwann (lundi, 29 octobre 2012 18:48)

    Ahhh qui sait...

  • #11

    Angie Cruz (lundi, 29 octobre 2012 19:05)

    "je suis le pire cauchemar de Sparrow"+ le prénom de Butler est Teckett + il est qualifier du plus riche homme de la compagnie des indes ça fait beaucoup de coïncdences pour moi et d'ailleurs je ne crois pas aux coïncdences

  • #12

    JessSwann (lundi, 29 octobre 2012 19:44)

    Moi j'aurais tendance à dire qu'Angelica est le pire cauchemar de Sparrow et pas que de lui mdrrr

  • #13

    Angie Cruz (lundi, 29 octobre 2012 20:25)

    effecrivement Angie est le pire cauchemar de Sparrow mais lord Beckett aussi,en tous cas si l'on suit les infos que tu donnes dans ce chap,on pourrais que Teckett Bultler et Lord Cutler Beckett sont une seule même personne et d'ailleurs les 2 noms sont proches par leurs sons

  • #14

    JessSwann (lundi, 29 octobre 2012 21:00)

    Mmmm Beckett est cependant un peu plus rusé qu'Angelica, il est à la hauteur de Jack mdrrr

  • #15

    Angie Cruz (lundi, 29 octobre 2012 22:15)

    humm,pour moi non, je vois Lord Beckett comme tu vois Angie et je vois Angie comme tu vois Lord Beckett

  • #16

    JessSwann (lundi, 29 octobre 2012 22:32)

    Euh vu le charisme de Beckett désolée mais euh pas de comparaison mdrrr
    Sur ce retour au chapitre.

  • #17

    Angie Cruz (mardi, 30 octobre 2012 10:12)

    pour toi,oui,en fin, bref, c'est un super chap